Le dessin enfantin est-il une écriture ? - article ; n°3 ; vol.27, pg 183-216

De
Publié par

Enfance - Année 1974 - Volume 27 - Numéro 3 - Pages 183-216
Evolution of child's drawing depends upon the progressive différenciation of a limited number of easily reproducible stereotypes which become, by means of their mutual arrangement, the signifiers of an illimitate number of significates. This différenciation is accompanyied by the disappearance of graphic processes of an other kind (modulations) which announce the creative artistic drawings of the adult, and also it provides the child with a graphic system whose elements are defined by the combination of several distinctive features.
These elements may be thought of as similar to linguistic phonemes : like them, they are selectively learned during motor pratice, and they can be arranged in such a manner they become significative units the child gets from his cultural environment, learns to reproduce, but in no case creates. Far from being an original expression, the child drawing is nothing but a writing which repeats an already acquired knowledge.
Le dessin enfantin trouve sa condition dans la différenciation progressive d'un nombre limité de stéréotypes, faciles à reproduire et qui, articulés les uns avec les autres, constituent les signifiants d'un nombre illimité de signifiés. Cette différenciation — qui entraîne l'élimination de processus graphiques d'un tout autre ordre (modulations) dans lesquels nous voyons la préfiguration des créations de l'adulte — met à la disposition de l'enfant un système d'éléments définis par la combinaison de quelques traits distinctifs. Ces éléments peuvent être assimilés aux phonèmes d'une langue ; comme eux, ils sont acquis sélectivement au cours d'exercices moteurs, comme eux, ils s'articulent et déterminent des unités de signification que l'enfant reçoit du milieu culturel, apprend à reproduire mais ne crée en aucun cas. Loin de constituer un moyen d'expression original, le dessin enfantin n'est qu'une écriture qui répète un savoir déjà là.
34 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1974
Lecture(s) : 148
Nombre de pages : 35
Voir plus Voir moins
F. Olivier
Le dessin enfantin est-il une écriture ?
In: Enfance. Tome 27 n°3-5, 1974. pp. 183-216.
Abstract
Evolution of child's drawing depends upon the progressive différenciation of a limited number of easily reproducible stereotypes
which become, by means of their mutual arrangement, the signifiers of an illimitate number of significates. This différenciation is
accompanyied by the disappearance of graphic processes of an other kind (modulations) which announce the creative artistic
drawings of the adult, and also it provides the child with a graphic system whose elements are defined by the combination of
several distinctive features.
These elements may be thought of as similar to linguistic phonemes : like them, they are selectively learned during motor pratice,
and they can be arranged in such a manner they become significative units the child gets from his cultural environment, learns to
reproduce, but in no case creates. Far from being an original expression, the child drawing is nothing but a writing which repeats
an already acquired knowledge.
Résumé
Le dessin enfantin trouve sa condition dans la différenciation progressive d'un nombre limité de stéréotypes, faciles à reproduire
et qui, articulés les uns avec les autres, constituent les signifiants d'un nombre illimité de signifiés. Cette différenciation — qui
entraîne l'élimination de processus graphiques d'un tout autre ordre (modulations) dans lesquels nous voyons la préfiguration des
créations de l'adulte — met à la disposition de l'enfant un système d'éléments définis par la combinaison de quelques traits
distinctifs. Ces éléments peuvent être assimilés aux phonèmes d'une langue ; comme eux, ils sont acquis sélectivement au cours
d'exercices moteurs, comme eux, ils s'articulent et déterminent des unités de signification que l'enfant reçoit du milieu culturel,
apprend à reproduire mais ne crée en aucun cas. Loin de constituer un moyen d'expression original, le dessin enfantin n'est
qu'une écriture qui répète un savoir déjà là.
Citer ce document / Cite this document :
Olivier F. Le dessin enfantin est-il une écriture ?. In: Enfance. Tome 27 n°3-5, 1974. pp. 183-216.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/enfan_0013-7545_1974_num_27_3_2580
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.