Le symptôme, le symbole et l'identification dans l'hystérie dans les premières théories de Freud - article ; n°1 ; vol.40, pg 151-162

De
Publié par

Enfance - Année 1987 - Volume 40 - Numéro 1 - Pages 151-162
This triptych is approached gradually, through Freud's elaboration of the three concepts in: Studies on Hysteria (1895), Project for a scientific psychology (1895), The Interpretation of Dreams, (1900).
1) We deal with the hysterical symptom as he described it : « The Hysteric suffers mainly from vague recollections».
2) The hysterical symptom according to Freud is turned into a symbolic conversion (1894), i.e. springs out of some traumatic experience and has a metaphorical value (Freud mentions the mnemonic symbol-symptom. However, though them substitute symbol» belongs to Freud's early writtings (before 1900 ), the fact that pre-analytic symbols continue to remain sub-conscious was still part of Freudian theory later on.
3) The hysterical symptom appears through libidinal identification, as can be seen in Freud's letters n° 53 and 64 to Fliess. The symptom thus appears as a possible symbolization, identification being its means of expression in a hysterical conversion.
L'étude du symptôme, du symbole et de l'identification constitue un triptyque dans l'élaboration de la jeune théorie freudienne. C'est à cette date précoce, au moment de leur apparition première, que nous voulons étudier les trois concepts (Études sur l'hystérie, 1895 ; Esquisse d'une psychologie scientifique, 1895 ; L'interprétation des rêves, 1900).
1) Analyse du symptôme.
Il s'agit du symptôme hystérique avant tout, que Freud relie à la réminiscence : « C'est de réminiscence surtout que souffre l'hystérique ». La méthode cathartique de J. Breuer (parole et abréaction) fait disparaître le symptôme hystérique.
2) Le symptôme comme symbole.
Les symptômes hystériques peuvent présenter des associations « symboliques» à bien des égards semblables à celles que tout individu normal peut former dans le rêve. C'est par le processus de la conversion (1894) que le « moi a ainsi réussi à se libérer de la contradiction, mais en échange il s'est chargé d'un symbole mnésique qui parasite la conscience jusqu'à ce qu'une conversion en sens opposé se produise». Les Études sur l'hystérie fournissent de nombreux exemples: chez Elisabeth von R., Freud parle d'un symbole mnémonique (Erinnerungssymbol). Chez Emmy von N., le bégaiement est érigé en symbole et souvenir de l'événement. Ainsi, pour Freud, Erinnerungssymbol et Erinnerungssymptom sont équivalents. Mme Cécilie (Études^ et ses conversions particulières nous permettent d'étudier chez Freud la symbo- lisation fdie Symbolisierungj. Celle-ci est souvent liée à l'éclosion d'un symptôme hystérique au moyen du langage. Ex. : Mme Cécilie est regardée par sa grand-mère d'une façon si perçante (bohrend) que cela entraîne des névralgies persistantes. Freud commente : « Je trouve ici que le mécanisme de la symboli- sation ne fait que tenir le milieu entre le mécanisme de l'auto-suggestion et celui de la conversion». C'est par l'étude du concept de la symbolique que nous terminons cette partie dans les Études.
3) La théorie du symbole dans l'Esquisse.
Dans son écrit /'Esquisse d'une psychologie scientifique (1895), Freud fait une mise au point de sa théorie du symbole. Dans l'obsession hystérique une représentation A produit des larmes sans que le sujet sache pourquoi. Après analyse, le sujet découvre une idée B qui a provoqué des larmes. Entre A et B il y a des relations. Freud écrit : « Lorsque le souvenir de cet événement resurgit tout se passe comme si A avait pris la place de B. A s'est donc substitué à B, en est devenu le symbole». Il y a formation de « symbole pathologique»: par refoulement des représentations accompagnées d'émotions pénibles et qui se rapportent à la sexualité. (Citation et analyse de l'exemple d'Emma, une petite fille qui subit une agression sexuelle à 8 ans, mais dont le symptôme I symbole apparaît à 13 ans sous forme d'une impossibilité d'aller seule dans un magasin). Si le symbole « substitutif» semble propre aux écrits freudiens d'avant 1900, l'idée qui y est attachée se retrouve ultérieurement chez Freud: en particulier le fait que le symbole avant analyse reste toujours inconscient
4) Symptôme, symbole et identification.
Le prolongement quasi-normal de notre diptyque symptôme-symbole est l'identification. Freud s'y réfère très tôt à propos des symptômes hystériques : lettre 53 (1896) à Fliess où V agoraphobe s'identifie aux . prostituées mais, en s'en défendant, produit un symptôme. Ultérieurement, lettre 64 (1897) : Freud dit que la formation des symptômes se fait par l'identification au moyen de la libido, cf. Katharina dans les Études sur l'hystérie. Ainsi, le symptôme apparaît comme une symbolisation possible et l'identification comme la voie qu'emprunte le désir pour accéder à son expression dans la conversion hystérique. Si l'identification s'apparente à l'imitation, elle ne se limite pas à elle, l'imitation apparaît comme la voie empruntée par l'identification. L'interprétation des rêves (1900) nous fournit à cet égard un exemple remarquable: l'analyse du rêve de la « belle bouchère». Le symptôme qu'elle s'est forgé constitue pour Freud la preuve de l'existence d'une identification: dans son rêve, la bouchère met en jeu, non pas son amie, mais elle-même et fait en sorte que son désir à elle ne puisse pas s'accomplir. Cette façon d'agir prend valeur de symptôme. A la suite de l'analyse de ce rêve, Freud fait quelques remarques sur l'identification: «L'hystérique s'identifie de préférence, mais pas exclusivement, à des personnes avec qui elle a été en relations sexuelles ou qui ont des relations sexuelles avec les mêmes personnes» (p. 137). Grâce à l'identification, la« belle bouchère» reconquiert l'amour de son mari, en même temps qu'elle élimine sa rivale (elle se met à sa place et la remplace).
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1987
Lecture(s) : 67
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins
Marcel Scheidhauer
Le symptôme, le symbole et l'identification dans l'hystérie dans
les premières théories de Freud
In: Enfance. Tome 40 n°1-2, 1987. pp. 151-162.
Citer ce document / Cite this document :
Scheidhauer Marcel. Le symptôme, le symbole et l'identification dans l'hystérie dans les premières théories de Freud. In:
Enfance. Tome 40 n°1-2, 1987. pp. 151-162.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/enfan_0013-7545_1987_num_40_1_2953
Abstract
This triptych is approached gradually, through Freud's elaboration of the three concepts in: Studies on
Hysteria (1895), Project for a scientific psychology (1895), The Interpretation of Dreams, (1900).
1)We deal with the hysterical symptom as he described it : « The Hysteric suffers mainly from vague
recollections».
2)The hysterical symptom according to Freud is turned into a symbolic conversion (1894), i.e. springs
out of some traumatic experience and has a metaphorical value (Freud mentions the mnemonic symbol-
symptom. However, though them substitute symbol» belongs to Freud's early writtings (before 1900 ),
the fact that pre-analytic symbols continue to remain sub-conscious was still part of Freudian theory
later on.
3)The hysterical symptom appears through libidinal identification, as can be seen in Freud's letters n° 53
and 64 to Fliess. The symptom thus appears as a possible symbolization, identification being its means
of expression in a hysterical conversion.
Résumé
L'étude du symptôme, du symbole et de l'identification constitue un triptyque dans l'élaboration de la
jeune théorie freudienne. C'est à cette date précoce, au moment de leur apparition première, que nous
voulons étudier les trois concepts (Études sur l'hystérie, 1895 ; Esquisse d'une psychologie scientifique,
1895 ; L'interprétation des rêves, 1900).
1)Analyse du symptôme.
Il s'agit du symptôme hystérique avant tout, que Freud relie à la réminiscence : « C'est de réminiscence
s
u
r
t
o
u
t
q
u
e
s
o
u
f
f
r
e
l
'
h
y
s
t
é
r
i
q
u
e
»
.
L
a
m
é
t
h
o
d
e
c
a
t
h
a
r
t
i
q
u
e
d
e
J
.
B
r
e
u
e
r
(
p
a
r
o
l
e
e
t
a
b
r
é
a
c
t
i
o
n
)
f
a
i
t
d
i
s
p
a
r
a
î
t
r
e
l
e
s
y
m
p
t
ô
m
e
h
y
s
t
é
r
i
q
u
e
.
2)Le symptôme comme symbole.
Les symptômes hystériques peuvent présenter des associations « symboliques» à bien des égards
semblables à celles que tout individu normal peut former dans le rêve. C'est par le processus de la
conversion (1894) que le « moi a ainsi réussi à se libérer de la contradiction, mais en échange il s'est
chargé d'un symbole mnésique qui parasite la conscience jusqu'à ce qu'une conversion en sens opposé
se produise». Les Études sur l'hystérie fournissent de nombreux exemples: chez Elisabeth von R.,
Freud parle d'un symbole mnémonique (Erinnerungssymbol). Chez Emmy von N., le bégaiement est
é
r
i
g
é
e
n
s
y
m
b
o
l
e
e
t
s
o
u
v
e
n
i
r
d
e
l
'
é
v
é
n
e
m
e
n
t
.
A
i
n
s
i
,
p
o
u
r
F
r
e
u
d
,
E
r
i
n
n
e
r
u
n
g
s
s
y
m
b
o
l
e
t
Erinnerungssymptom sont équivalents. Mme Cécilie (Études^ et ses conversions particulières nous
permettent d'étudier chez Freud la symbo- lisation fdie Symbolisierungj. Celle-ci est souvent liée à
l'éclosion d'un symptôme hystérique au moyen du langage. Ex. : Mme Cécilie est regardée par sa
grand-mère d'une façon si perçante (bohrend) que cela entraîne des névralgies persistantes. Freud
commente : « Je trouve ici que le mécanisme de la symboli- sation ne fait que tenir le milieu entre le
m
é
c
a
n
i
s
m
e
d
e
l
'
a
u
t
o
-
s
u
g
g
e
s
t
i
o
n
e
t
c
e
l
u
i
d
e
l
a
c
o
n
v
e
r
s
i
o
n
»
.
C
'
e
s
t
p
a
r
l
'
é
t
u
d
e
d
u
c
o
n
c
e
p
t
d
e
l
a
s
y
m
b
o
l
i
q
u
e
q
u
e
n
o
u
s
t
e
r
m
i
n
o
n
s
c
e
t
t
e
p
a
r
t
i
e
d
a
n
s
l
e
s
É
t
u
d
e
s
.
3)La théorie du symbole dans l'Esquisse.
Dans son écrit /'Esquisse d'une psychologie scientifique (1895), Freud fait une mise au point de sa
théorie du symbole. Dans l'obsession hystérique une représentation A produit des larmes sans que le
sujet sache pourquoi. Après analyse, le sujet découvre une idée B qui a provoqué des larmes. Entre A
et B il y a des relations. Freud écrit : « Lorsque le souvenir de cet événement resurgit tout se passe
comme si A avait pris la place de B. A s'est donc substitué à B, en est devenu le symbole». Il y a
formation de « symbole pathologique»: par refoulement des représentations accompagnées d'émotions
pénibles et qui se rapportent à la sexualité. (Citation et analyse de l'exemple d'Emma, une petite fille qui
subit une agression sexuelle à 8 ans, mais dont le symptôme I symbole apparaît à 13 ans sous forme
d'une impossibilité d'aller seule dans un magasin). Si le symbole « substitutif» semble propre aux écrits
freudiens d'avant 1900, l'idée qui y est attachée se retrouve ultérieurement chez Freud: en particulier le
fait que le symbole avant analyse reste toujours inconscient
4) Symptôme, symbole et identification.
Le prolongement quasi-normal de notre diptyque symptôme-symbole est l'identification. Freud s'y réfère
très tôt à propos des symptômes hystériques : lettre 53 (1896) à Fliess où V agoraphobe s'identifie aux .
prostituées mais, en s'en défendant, produit un symptôme. Ultérieurement, lettre 64 (1897) : Freud dit
que la formation des symptômes se fait par l'identification au moyen de la libido, cf. Katharina dans les
Études sur l'hystérie. Ainsi, le symptôme apparaît comme une symbolisation possible et l'identification
comme la voie qu'emprunte le désir pour accéder à son expression dans la conversion hystérique. Si
l'identification s'apparente à l'imitation, elle ne se limite pas à elle, l'imitation apparaît comme la voie
empruntée par l'identification. L'interprétation des rêves (1900) nous fournit à cet égard un exemple
remarquable: l'analyse du rêve de la « belle bouchère». Le symptôme qu'elle s'est forgé constitue pour
Freud la preuve de l'existence d'une identification: dans son rêve, la bouchère met en jeu, non pas son
amie, mais elle-même et fait en sorte que son désir à elle ne puisse pas s'accomplir. Cette façon d'agir
p
r
e
n
d
v
a
l
e
u
r
d
e
s
y
m
p
t
ô
m
e
.
A
l
a
s
u
i
t
e
d
e
l
'
a
n
a
l
y
s
e
d
e
c
e
r
ê
v
e
,
F
r
e
u
d
f
a
i
t
q
u
e
l
q
u
e
s
r
e
m
a
r
q
u
e
s
s
u
r
l'identification: «L'hystérique s'identifie de préférence, mais pas exclusivement, à des personnes avec
qui elle a été en relations sexuelles ou qui ont des relations sexuelles avec les mêmes personnes» (p.
137). Grâce à l'identification, la« belle bouchère» reconquiert l'amour de son mari, en même temps
qu'elle élimine sa rivale (elle se met à sa place et la remplace).
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.