Analyse spatiale et stratigraphique des artefacts de pierre sur éclats de tell 'Atij-centre - article ; n°1 ; vol.28, pg 257-269

De
Travaux de la Maison de l'Orient méditerranéen - Année 1998 - Volume 28 - Numéro 1 - Pages 257-269
Lors des fouilles de Tell 'Atij, un site de la période de Ninive 5 qui se trouve dans la moyenne vallée du Khabour en Syrie du Nord, un peu plus de 4000 objets de pierre sur éclats furent mis au jour. Les trois-quarts de ces silex furent découverts dans la partie centrale du tell principal de ce site. Cet article expose les résultats des analyses de répartitions spatiales et stratigraphiques effectuées sur ce matériel. L'identification de secteurs significatifs liés à la production et à l'utilisation d'outils en silex, permet de mieux comprendre l'occupation du site. De plus, les changements chronologiques observés sur le matériel d'un niveau à l'autre nous font saisir son évolution et son importance pour les gens qui vécurent à Tell 'Atij en ce début de IIIe millénaire .
Over 4000 chipped-stone objects were found during the excavation of Tell 'Atij, a Ninevite 5 site located in the middle Habur valley in North Syria. About three-fourths of these flints were discovered in the central part of the main tell of the site. This article presents the results of the spatial and stratigraphic distribution of this lithic material. The identification of particular sectors linked to the production and utilisation of flint tools allows us to better understand the occupation of the site. Moreover, changes observed in the material over time, from one level to another, permits us to appreciate its evolution and its importance for the inhabitants of Tell 'Atij at the beginning of the third millenium.
13 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1998
Lecture(s) : 31
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins

Jacques Chabot
Analyse spatiale et stratigraphique des artefacts de pierre sur
éclats de tell 'Atij-centre
In: Lyon : Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, 1998. pp. 1-2. (Travaux de la Maison de l'Orient
méditerranéen)
Résumé
Lors des fouilles de Tell 'Atij, un site de la période de Ninive 5 qui se trouve dans la moyenne vallée du Khabour en Syrie du
Nord, un peu plus de 4000 objets de pierre sur éclats furent mis au jour. Les trois-quarts de ces silex furent découverts dans la
partie centrale du tell principal de ce site. Cet article expose les résultats des analyses de répartitions spatiales et
stratigraphiques effectuées sur ce matériel. L'identification de secteurs significatifs liés à la production et à l'utilisation d'outils en
silex, permet de mieux comprendre l'occupation du site. De plus, les changements chronologiques observés sur le matériel d'un
niveau à l'autre nous font saisir son évolution et son importance pour les gens qui vécurent à Tell 'Atij en ce début de IIIe
millénaire .
Abstract
Over 4000 chipped-stone objects were found during the excavation of Tell 'Atij, a Ninevite 5 site located in the middle Habur
valley in North Syria. About three-fourths of these flints were discovered in the central part of the main tell of the site. This article
presents the results of the spatial and stratigraphic distribution of this lithic material. The identification of particular sectors linked
to the production and utilisation of flint tools allows us to better understand the occupation of the site. Moreover, changes
observed in the material over time, from one level to another, permits us to appreciate its evolution and its importance for the
inhabitants of Tell 'Atij at the beginning of the third millenium.
Citer ce document / Cite this document :
Chabot Jacques. Analyse spatiale et stratigraphique des artefacts de pierre sur éclats de tell 'Atij-centre. In: Lyon : Maison de
l'Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, 1998. pp. 1-2. (Travaux de la Maison de l'Orient méditerranéen)
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mom_1274-6525_1998_act_28_1_1115.
ANALYSE SPATIALE ET STRATIGRAPHIQUE
DES ARTEFACTS DE PIERRE SUR ÉCLATS
DE TELL 'ATU-CENTRE
J. CHABOT
RÉSUMÉ. - Lors des fouilles de Tell 'Atij, un site de la période de Ninive 5 qui se trouve dans la moyenne vallée du Khabour en Syrie du Nord, un
peu plus de 4000 objets de pierre sur éclats furent mis au jour. Les trois-quarts de ces silex furent découverts dans la partie centrale du tell principal
de ce site. Cet article expose les résultats des analyses de répartitions spatiales et stratigraphiques effectuées sur ce matériel. L'identification de
secteurs significatifs liés à la production et à l'utilisation d'outils en silex, permet de mieux comprendre l'occupation du site. De plus, les changements
chronologiques observés sur le matériel d'un niveau à l'autre nous font saisir son évolution et son importance pour les gens qui vécurent à Tell 'Atij
en ce début de IHe millénaire
Mots clés: Silex, analyse spatiale, lames cananéennes, période de Ninive 5, tell 'Atij, moyenne vallée du Khabour.
ABSTRACT. - Over 4000 chipped-stone objects were found during the excavation of Tell 'Atij, a Ninevite 5 site located in the middle Habur valley in
North Syria. About three-fourths of these flints were discovered in the central part of the main tell of the site. This article presents the results of the
spatial and stratigraphie distribution of this lithic material. The identification of particular sectors linked to the production and utilisation of flint
tools allows us to better understand the occupation of the site. Moreover, changes observed in the material over time, from one level to another, per
mits us to appreciate its evolution and its importance for the inhabitants of Tell 'Atij at the beginning of the third millenium.
Key-words: Flint, spatial analysis, cananean blades, Ninevite 5 period, tell 'Atij, middle Habur valley.
De 1986 à 1993, une mission de l'Université Laval, METHODOLOGIE
dirigée par Michel Fortin, a effectué cinq campagnes de
fouilles archéologiques à tell 'Atij en Syrie du nord.
Répartition spatiale Treize niveaux d'occupation, tous datés de la période dite
de Ninive 5, ont été identifiés (lère moitié du IIP millé
Enregistrement des données naire av. J.-C.)1.
Depuis septembre 1994, dans le cadre d'une thèse de La provenance stratigraphique de tous les objets de
doctorat, j'étudie les 5000 objets de silex découverts lors pierre sur éclats de tell 'Atij est connue avec précision.
de ces fouilles. Ma recherche, qui sera terminée à l'a Minutieusement enregistrée sur le terrain, cette informat
utomne 1998, consiste en une étude complète de ce ion est encodée dans le numéro de catalogue de chaque
matériel en relation avec son contexte archéologique. pièce. Ainsi, l'objet portant le numéro: "ATJ92.
C'est la première fois qu'une recherche aussi détaillée est D14A12.S1341" est le 1341e silex découvert à tell 'Atij.
effectuée sur un assemblage lithique d'un site du Bronze Il fut mis au jour lors de la campagne de 1992 dans la
Ancien de la vallée du Khabour. Tous les aspects de la 12e couche de sol du carré D14 (unité stratigraphique). chaîne opératoire y seront traités: approvisionnement en Les fiches descriptives de chacun des 4000 objets de matière première, fabrication (technologie), distribution pierre sur éclats découverts à tell 'Atij forment un voludes produits débités (problème du débitage "cananéen"), mineux catalogue informatisé à partir duquel il fut facile utilisation (analyse fonctionnelle), analyse des réparti (une fois cette base de données adaptée à la problémattions spatiales et évolution stratigraphique en relation
ique spatiale) d'obtenir l'inventaire détaillé des silex que avec l'architecture et le reste du matériel mis au jour.
chaque unité stratigraphique fouillée (lot) recelait.
Dans le présent article seront uniquement
présentés les résultats de l'analyse spatiale effectuée à
Lien entre objets d'un même lot tell 'Atij -centre, secteur où les trois-quarts des silex du
site ont été mis au jour. L'étude minutieuse du contexte
Disposant de cette liste d'objets découverts dans (artefacts et architecture en relation avec la stratigraphie)
chaque lot, nous avons pu essayé de comprendre la relanous permet de reconnaître des activités quotidiennes et
de comprendre l'évolution du matériel au cours des 300 tion existant entre eux.
ans pendant lesquels ce site fut occupé2. D'abord, nous avons tenté de faire ressortir, à
l'aide de remontages d'éclats sur nucleus, la relation
(1) FORTIN, 1988, 1989, 1994 et 1995. technologique existant possiblement entre certains de (2) FORTIN: communication personnelle.
TMO28 BCSMS 33 (Québec, 1998) © Maison de l'Orient Méditerranéen 257 © Canadian Society for Mesopotamian Studies Espace naturel, espace habité en Syrie du Nord (ÎO"^ millénaires av. J.-C.)
ces objets. Un nombre considérable de remontages par de reconstituer les gestes du tailleur. Ainsi, telle ou telle
tiels (raccords) fut réalisé. Même si cette étape est très technique de taille pourra être diagnostiquée à différentes
longue d'exécution, les résultats qu'elle nous a apportés échelles de certitude en vertue de la présence ou de l'a
bsence d'un ensemble de stigmates caractéristiques3. sont d'une valeur inestimable, à savoir: la preuve que du
débitage de silex a été pratiquée à l'intérieur d'un lot
donné. Chacun de ces lots faisant partie d'une cour, Analyse fonctionnelle d'une pièce ou d'un niveau d'abandon. Nous reviendrons
plus loin sur les résultats obtenus lors de cette opération. Elle vise à comprendre l'étape dans la chaîne opérat
oire qui concerne l'utilisation d'un objet. Comme pour Outre l'aspect technologique, la réunion des silex
l'analyse technologique, la première étape d'une analyse d'une même unité archéologique nous a aussi permis de
fonctionnelle est la constitution d'un référentiel expérivoir le lien fonctionnel existant entre certains objets de
mental lié à la problématique à résoudre. Des observations même nature abandonnés ensembles. Par exemple, nous
au microscope optique des traces d'usure retrouvées sur examinerons plus loin le cas de lames de silex provenant
les silex expérimentaux et archéologiques permettent d'un outil composite s'étant décomposé sur place et dont
ensuite de comprendre le travail effectué par les artefacts4. quelques éléments sont demeurés in situ (résultats
Niveau VI).
Typologie
Interprétation des données
Elle cherche à classer le matériel par types mor
phologiques. Elle est donc constituée de catégories neutJumelés à l'examen des notes de fouilles, aux plans
res dans lesquelles n'entrent pas en considération la architecturaux de chaque niveau et aux autres artefacts
fonction possible de l'objet (que seule une analyse découverts, toutes les données obtenues par la méthode
tracéologique peut cerner) ni sa technique de fabrication. que nous venons de décrire nous ont permis d'observer
A ce sujet, Coqueugniot a pertinemment fait remarquer et de comprendre la distribution des silex sur l'ensemble
que la fonction d'un artefact de pierre sur éclats n'est pas du site. C'est ainsi que la vocation de plusieurs secteurs
inscrite dans sa forme5. significatifs a pu être cernée. Par exemple, la présence
sur un sol d'occupation d'éclats de mise en forme, Sans être une fin en soi, le classement typologique
d'esquilles, de nucleus et s'y raccordant sont des nous aide à comprendre, en relation avec les autres
indices qui attestent que ce lieu était une aire de taille. analyses, la place de chaque objet dans le corpus et dans
son contexte spatio-temporel. Pour établir la typologie Finalement, la comparaison des résultats obtenus
morphologique des silex de tell 'Atij, je me suis inspiré d'un niveau à l'autre, permet de dresser l'évolution que
de celle créée par Coqueugniot pour les silex de Ras connurent les objets de pierre sur éclats tout au long de Shamra6 et de Mari7. Bien qu'elle s'inspire de la tradition l'occupation du site.
préhistorique, cette typologie est adaptée aux périodes
plus récentes8. Par exemple, pour la typologie des silex
Autres méthodes de tell 'Atij, les catégories "racloirs" et "grattoirs" n'ont
pas été retenues car on n'observe aucune standardisation
Tous les résultats obtenus grâce à l'étude des répar dans les retouches faites sur les objets; on appellera donc
titions spatiales n'auraient pu être pleinement exploités ces silex "éclats retouchés".
sans la contribution d'autres méthodes d'analyse.
Complémentaires les unes aux autres, ces méthodes sont
essentielles à toute étude complète d'un assemblage (3) Cette méthode d'identification des techniques par diagnostic
a été développée par Jacques Pelegrin avec qui j'ai eu la chance de tralithique; il s'agit de l'analyse technologique, de l'analyse vailler en janvier et avril 1997 dans le cadre d'un stage de recherche en fonctionnelle et de la typologie morphologique. France. Il m'a beaucoup aidé à cerner la problématique technologique
des silex de tell 'Atij.
(4) Pour cette analyse, j'ai eu la chance d'être initié à la tracéolo-
Analyse technologique gie par Patricia Anderson, directeur de recherches C.N.R.S. au CRA
de Valbonne. Elle a longuement observé le matériel que j'étudie et
amorcé avec moi son analyse fonctionnelle. Elle a pour but de comprendre les techniques et (5) COQUEUGNIOT, 1982: 195. méthodes mises en oeuvre pour fabriquer les objets de (6)1991.
pierre sur éclats. Elle se divise en deux volets: d'une part (7)1993.
(8) Lors d'un séjour effectué à la Maison de l'Orient des expérimentations permettent de constituer un Méditerranéen de Lyon (rendu possible grâce à des bourses du Fonds référentiel et d'autre part la comparaison systématique pour les chercheurs et l'aide à la recherche du Québec et des Amis de
des stigmates de fabrication observés sur ce référentiel la Maison de l'Orient), j'ai eu l'occasion de travailler avec Eric
Coqueugniot, qui est aussi le co-directeur de mes recherches, sur les avec ceux retrouvés sur les pièces archéologiques permet
problèmes typologiques liés aux silex de l'Age du Bronze.
258 Chabot: Analyse des artefacts de pierre sur éclats de tell 'Atij-centre
Bien que toutes ces analyses spécialisées ne soient D'un point de vue fonctionnel, ces lames
pas encore complétées, elles ont atteint un stade d' "cananéennes" ont longtemps été présumées (en l'a
avancement suffisant pour nous permettre d'interpréter au bsence d'analyse fonctionnelle) avoir servi emmanchées
maximum les résultats de l'analyse spatiale. Elles fo sur des faucilles. Or, les récentes découvertes de Skakun,
rmeront la base de notre étude finale des silex de tell 'Atij. concernant le Néolithique de la Bulgarie (site de
Varna16) et d' Anderson17 ont enfin permis de préciser la
fonction de ce type d'artefact.
ASSEMBLAGES DE MESOPOTAMIE En effet, après que des expérimentations agricoles
SEPTENTRIONALE AU BRONZE ANCIEN: eurent été menées et que le matériel expérimental eut été
CARACTÉRISTIQUES confronté par tracéologie avec le matériel archéologique,
la preuve a été faite que ces objets n'étaient pas fixés sur
des faucilles mais armés sur des tribulums pour faire le Dans son article portant sur les silex de Ras Shamra, dépiquage des grains et le hachage de la paille18. Coqueugniot a souligné à quel point les objets de pierre
sur éclats du début de la période historique, sont mal
connus; pourtant ces artefacts sont d'importants indices
ASSEMBLAGE DE TELL 'ATLJ: pour nous aider à reconstituer la vie quotidienne à l'Age
CARACTÉRISTIQUES du Bronze:
A partir des années soixante la problématique a
cependant beaucoup évolué /.../ il est maintenant possible Le groupe des objets de silex sur éclats de tell 'Atij de replacer ces outils dans leur contexte socio- comporte une grande variété de produits de débitage: économique, de savoir (en élucidant leur mode de fabricat
éclats de décorticage, éclats de plein débitage, éclats de ion et leur fonction exacte) quelle était leur place dans les
activités quotidiennes et les échanges9. ravivage de plans de frappe, entames, esquilles et cas
sons (plusieurs spécimens de ces deux catégories d'obDe façon générale, les assemblages lithiques datés
jets ont pu être récoltés même si le tamisage n'a été de la période "Ninive V" des sites de Mésopotamie
effectué que pour les couches cendreuses). De nombreux septentrionale se divisent en deux groupes: d'une part on
nucleus à éclats ont également été mis au jour. Plusieurs retrouve sur le même site une industrie locale sur éclat
types d'outils peu élaborés {ad hoc) complètent le peu élaborée où toutes les composantes de la chaîne
groupe: encoches, denticulés, éclats pointus, éclats opératoire sont présentes et, d'autre part, une industrie
retouchés (fig. 1) et éclats à fines dents (retouches laminaire fabriquée sur un matériau exogène. Les carac
régulières possiblement formées lors de l'utilisation). téristiques techno-morphologiques observées sur ces
lames (imposante largeur et épaisseur, rectitude des L'industrie laminaire, quant à elle, est majoritaire
bords et du profil, talon dièdre, standardisation des pro ment constituée de pièces lustrées (fig. 2) sur tronçon
duits débités) témoignent d'un haut niveau technique: le proximaux, mésiaux ou distaux. Environ la moitié de ces
débitage par pression au levier10. tronçons de lames possèdent deux tranchants. Toutefois,
très peu de ces pièces à double tranchant présentent un Dans leur article sur les silex de tell Kutan, Inizan
lustre bilatéral. L'autre moitié des lames est constituée et Anderson ont fait une description détaillée de l'aire
de tronçons lustrés à dos aménagés ou naturels (méplat géographique où le phénomène de ces lames dites
ou cortical). "cananéennes" est attesté11. A la liste de gisements
qu'elles proposent pour le Levant, la région d'Eski- Les analyses tracéologiques en cours effectuées sur
les lames "cananéennes" de tell 'Atij et de tell Gudeda Mossoul, l'Anatolie et l'Egypte, on peut ajouter les sites
suivants de Syrie du nord, qui s'inscrivent bien dans indiquent bien qu'elles s'inscrivent dans le profil d'util
cette tendance: tell Leilan12, tell Bderi13, tell Melebiya14, isation sur tribulum observé par Patricia Anderson en de
tell Gudeda15 et tell 'Atij. nombreux endroits au Proche-Orient19.
(9) COQUEUGNIOT, 1991: 128.
(15) Environ 800 objets de silex ont été trouvés sur ce second site (10) PELEGRIN: Par référence avec de nombreux tests expér
imentaux menés par Jacques Pelegrin dont les résultats seront publiés du Bronze Ancien à avoir été fouillé par la mission canadienne dirigée
par Michel Fortin. L'étude détaillée de cet assemblage fera aussi partie sous peu: communication personnelle.
(11) ANDERSON et INIZAN, 1994: 88-90. de ma thèse de doctorat.
(12) VAN GIJN, 1988. (16) SKAKUN, 1993.
(17) ANDERSON, 1994; ANDERSON et INIZAN, 1993. (13) En janvier 1997, je me suis rendu au Altorientalisches
Seminar à Tübingen où j'ai travaillé avec Peter Pfälzner sur un échant (18) ANDERSON et INIZAN, 1993: 95-98; ANDERSON, 1994.
illon de silex découvert lors de ses fouilles à tell Bderi. (19)1994; ANDERSON: communication personn
elle. (14) CIAVARINI AZZI, 1993.
259 naturel, espace habité en Syrie du Nord (lO-2e millénaires av. J.-C.) Espace
RESULTATS
Analyse spatiale
La datation relative de la séquence céramique ainsi
que la grande régularité d'alternance des couches strati-
graphiques permet d'évaluer à 20-30 ans environ la durée
de chacun des treize niveaux identifiés à tell 'Atij21.
Le tableau 1 résume les secteurs significatifs mis en
lumière grâce à l'analyse spatiale des objets de pierre sur
éclats. Voici une analyse des trouvailles niveau par
niveau.
Niveau I
Le niveau I constitue la plus récente occupation du
site. Seulement 28 pièces de silex y furent mises au jour.
Aucune concentration significative de silex nous permett
ant de déceler des activités n'a été observée pour ce
niveau. Notons toutefois que sur les 28 silex, 14 sont des
outils sur lames, dont 13 des pièces lustrées. Seulement
1 nucleus à éclats et 1 1 produits de débitage furent mis
au jour.
Fig. 1 - Éclats retouchés provenant de tell 'Atij.
Niveau II (fig. 3) Le reste de l'industrie sur lame comporte des
encoches, des denticulés, des lames pointues, retouchées Au niveau II, des objets de silex découverts in situ
et à fines dents. Outre quelques lames brutes, aucun et associés avec d'autres artefacts ont révélé la présence
nucleus ou produit de débitage n'ont été identifiés. En ce d'activités domestiques dans deux cours. qui concerne l'industrie laminaire, nous ne possédons
Tout d'abord, la première aire domestique est localque la phase "utilisation" de la chaîne opératoire.
isée dans la cour 565/566, au centre de laquelle se trouUn nucleus à lamelles et une dizaine de lamelles, vait un foyer. Outre deux encoches en silex (une sur éclat dont quelques unes lustrées ont aussi été identifiées20. et une sur lame), 621 tessons de céramique ont été mis Une analyse approfondie de ce matériel sera effectuée
au jour dans cette cour. Or, plusieurs des formes identisous peu.
fiées sont liées à la préparation et à la consommation des
Dans le tableau 2 (Analyse stratigraphique), ont été aliments: bols, marmites, jattes et un godet.
regroupés sous la rubrique "outils", les pièces portant
La cour a aussi produit cinq tronçons lustrés de des retouches de façonnement ou d'accomodation ainsi
lames. Bien que ces pièces lustrées furent mises au jour que les objets présentant des indices macroscopiques
hors de leur contexte d'utilisation probable: les aires à d'utilisation: retouches d'utilisation, lustre.
battre, leur présence en cet endroit est très intéressante. C'est seulement une fois l'analyse fonctionnelle comp En effet, il est possible qu'elles aient été apportées dans létée que sera révélé si ces "outils" ont réellement été uti
la cour 565/566 afin d'être fixées sur un tribulum lors de lisés. Aussi, même si elles ne présentent aucune retouche
l'assemblage ou de la réparation de ces outils composites de façonnement, ni de retouche d'utilisation (fines dents)
liés au traitement des plantes. La source de chaleur servisible à l'oeil nu, il est possible que des pièces classées
vait à rendre le bitume malléable pour permettre la fixadans les produits de débitage aient été utilisés; ne serait-ce
tion d'une nouvelle pièce ou en dégager une endomque quelques secondes. A ce sujet, de nouvelles expéri
magée. mentations seront nécessaires dans le futur pour cerner le
problème des outils à fines dents (outils a posteriori).
(20) Un bref examen au microscope effectué avec Patricia
Anderson à Québec en octobre 1997 sur ces lamelles indique que le
lustre a possiblement été formé par un contact avec une matière
minérale: travail de la pierre ou de l'argile. (21) FORTIN: communication personnelle.
260 Chabot: Analyse des artefacts de pierre sur éclats de tell 'Atij-centre
Fig. 2 - Tronçons de lames lustrées provenant de tell 'Atij (la présence de bitume est représentée par des zones de noircissement).
La deuxième aire domestique est localisée dans la Niveau 111
cour 564. Cette cour qui contenait deux fours, a produit
Les deux fours de la cour 564 étaient en fonction six outils de silex sur lames: une lame pointue sur
dès le niveau III. Les artefacts découverts dans ce niveau tronçon distal, un tronçon médian retouché et quatre
et associés à ces tannours, témoignent également de la pièces lustrées sur tronçons médians. L'inventaire com
présence d'activités domestiques: 3 pièces lustrées à dos prend aussi 701 tessons de céramique appartenant aux
sur tronçons médians de lames, 402 tessons de mêmes formes que celles identifiées dans la cour 565,
céramique (dont de nombreux fragments de bols et de mise à part l'absence de godet. Cinq meules fragment
marmites), une aiguille en os et une meule fragmentaire aires en basalte alvéolé, un broyeur en rhyolite, un bol
en basalte. fragmentaire en basalte et quelques coquillages furent
également retrouvés.
261 :
:
:
:
:
:
Espace naturel, espace habité en Syrie du Nord (10'-2e millénaires av. J.-C.)
Tableau 1 - Analyse spatiale des artefacts de silex de tell'Atij-centre (secteurs significatifs)
Niveaux Nb total de secteurs Aire(s) de taille Aire(s) de taille Activité domestiques
"in situ" "m situ" significatifs dans le secteur d'abandon
I 0 0 0 0
II 2 0 0 2: cour 564; cour 565
III 1 0 0 1 cour 564
IV 0 0 0 0
V 2 0 2:LotD15A32;LotD13B7
VI 3 2: pièce 559a; 1 LotD13B7
cour 574 + 579 (cailloutis)
VII 1 0 1 tout le secteur est une grande 0
couche d'abandon
VIII 1 0 1: comme VII 0
IX 3 1 cour 577 early b 2:LotE13B15;LotF15C2 0
X 2 1 cour 598 l:LotE15A12 0
XI 1 1: cour 588 0 0
XII 1 1 cour West of grill 0 0
XIII 1 0 1 West area 0
Tableau 2 - Analyse stratigraphique des objets de silex de tell'Atij-centre
Niveaux Nb total Nb total Outils Outils Pièces Produit Nucleus Aire(s)
de silex d'outils sur éclats sur lames lustrées de débitage de taille
(lames) attestée(e)
11 I 28 16 (57,1%) 2 (12,5%) 14 13 1 0 (87,5%)
II 47 21 (44,7%) 1 (4,8%) 20 15 25 1 0 (95,2%)
24 12 11 10 2 III 12 (50,0%) 0 0 (100,0%)
17 55 IV 77 19 (24,7%) 1 5,3%) 18 3 0 94,7%)
77 V 106 23 (21,7%) 3 (13,0%) 20 19 6 2 (87,0%)
224 VI 253 14 (5,5%) 1 (7,1%) 13 12 15 3 (92,9%)
VII 206 17 (8,3%) 4 (23,5%) 13 11 169 20 1 (76,5%)
VIII 586 18 (3,1%) 5 (27,8%) 13 9 527 41 1 (72,2%)
IX 1 183 37 (3,1%) 8 (21,6%) 29 22 1059 87 3 (78,4%)
4 127 11 2 X 144 5 (3,5%) 1 (20,0%) 2 (80,0%)
4 156 31 1 XI 172 5 (2,9%) 0 5 (100,0%)
XII 104 0 6 3 81 17 1 6 (5,8%)
XIII 56 6 (10,7%) 0 6 4 48 2 1 (100,0%)
Total 2 986 199 26 173
262 1
I
l
1
ι
1
I
'
.
ι
1
1
1
1
Chabot: Analyse des artefacts de pierre sur éclats de tell 'Atij-centre
EI6 E 15 E 14 E 13
^y///'// / / r Λ/'Λ/
/ / / Λ, 'l'I •'•/,Ι,Ι 1 1 1 1 ÌPiiÉi ι / / J >> 1 1 ', ^| //,///, 1 lìiìl 1 li/1'
si 1 1 fei*:·»;»· m mKHÊ JEii 566 I
m EI4A4 - - 1 Ο foyer le limi mm Jf 1 ■ D14A29 tombe _ J 1 sii ι I 1 565
mÈ ^u
OI5A31 tomb· '■' !*\ 564
il lì M E 563 528 4 f ^^ 015 xJ
1
- WT Ν 541 013 D16 014
1 ^— " 5M ^
Fig. 3 - Plan du niveau II de tell 'Atij.
Niveau IV Malgré une faible quantité de silex (21), il semble
bien que de la taille a été pratiquée dans le lot D15A32.
Bien que 77 objets de pierre sur éclats ont été Les deux nucleus à éclats ainsi que les esquilles, les
dégagés de ce niveau, le patron de distribution spatial n'a éclats de ravivage et de débitage découverts sont tous des
révélé aucune preuve d'activité retraçable. Toutefois, la indices témoignant en ce sens.
couche d'abandon E16A10 recelait un petit nucleus A ce sujet, dans son étude de répartition spatiale des d'obsidienne et un éclat s'y raccordant. Il s'agit d'un cas outils de Cafer Hoyiik, M.-C. Cauvin a mis en lumière isolé qui démontre néanmoins la possibilité que de la un phénomène intéressant qui s'apparente à ce qu'on taille domestique d'obsidienne a été réalisée sur le site. observe dans plusieurs niveaux d'abandon de tell 'Atij- Toutefois il s'agit vraisemblablement de taille extrême centre: ment occasionnelle puisque tell 'Atij n'a donné qu'une
II ne s'agit pas, on l'a vu, de la phase d'ocvingtaine de pièces d'obsidienne au total.
cupation proprement dite mais de leur phase
d'abandon où des gens ont taillé la pierre en
Niveau V s'installant entre ces restes de murs de con
structions détruites. Ainsi est bien établie l'exiDeux aires de taille de silex dans des contextes stence dans le village d'une aire de taille en plein d'abandon ont été découverts au niveau V. air à un endroit où aucun habitant ne fonctionn
Même si aucun raccord d'éclats sur nucleus n'a ait plus22.
pu être effectué parmi les 54 objets mis au jour dans le Toutefois, dû à la nature de ces niveaux d'abandon, lot D13B6, il n'en demeure pas moins qu'il recelait de il est impossible de savoir avec précision si, les gens se nombreux indices attestant de la présence d'activités de sont installés dans ces niveaux pour tailler ou si ces silex taille: 4 nucleus, des esquilles et des cassons, des éclats proviennent d'un nettoyage d'une aire de taille localisée de débitage et de décorticage ainsi qu'une entame. ailleurs sur le site.
(22) CAUVIN, 1985: 62.
263 naturel, espace habité en Syrie du Nord (10e-2e millénaires av. J.-C.) Espace
Fig. 4 - Plan du Niveau VI de tell 'Atij.
Niveau VI (fig. 4)
L'analyse fonctionnelle complète de ce type de lame
Deux aires de taille in situ et une aire de taille dans pourra fournir de précieux indices quant à la morpholog
un secteur d'abandon ont été identifiées au niveau VI. ie des tribulums qui sont d'ailleurs décrit dans les textes
en cunéiformes23. Tout d'abord, 52 objets de pierre sur éclats, dont
plusieurs éclats de décorticage et de plein débitage, ainsi Ensuite, 114 objets en silex étaient éparpillés à
que des esquilles et des cassons ont été retirés de la pièce proximité du four de la cour en cailloutis 574. Bien
559a. Trois éclats ont pu être raccordés sur l'un des quat qu'aucun raccord n'ait pu être effectué sur les cinq nucleus
re nucleus identifiés, ce qui atteste que le débitage de ce présents, il n'en demeure pas moins que la grande con
nucleus a eu lieu en cet endroit précis. La pièce a des centration de produits de débitage (éclats de décorticage
dimensions de 3 X 4 m. Elle possède plusieurs contref et de plein débitage, entames, éclats de ravivage,
orts. Son sol ainsi que ses murs arqués étaient enduits esquilles et cassons) témoigne de la présence d'activités
de plâtre. de taille dans cette cour.
Deux tronçons lustrés de lames disposés bout à bout Finalement, même si seulement 20 silex ont été mis
jonchaient aussi le sol de cette pièce 559a. Les analyses au jour dans la couche d'abandon D13B7, le nucleus à
tracéologiques préliminaires indiquent que ces deux éclats, les éclats de décorticage, de plein débitage et les
objets ont servis d'armature de tribulum. La répartition esquilles qui y furent identifiés sont d'excellents indices
du bitume observée sur ces deux lames laisse supposer que de la taille a eu lieu en ce secteur (malgré qu'aucun
qu'elles étaient reliées l'une à l'autre par cet adhésif. raccord n'a pu être effectué).
(23) GRÉGOIRE dans ANDERSON et INIZAN, 1993: 100.
264 \
\
I
\
l
ι
i
l
\
i
i
i
Chabot: Analyse des artefacts de pierre sur éclats de tell 'Atij-centre
Niveau VII et VIII 15 14
,Ι,Μ,Μ,ΙιΙιΜ.ΙιΙ li liMiIflililiMililiiMt H.l.lilil'W'l·111'11'''11'1'1'1'1'
'il ^^^^ Les niveaux VII et VIII sont de même nature. Ils 1 ^ 578 ■r forment une étendue homogène où furent déversées F F
plusieurs couches de terre et de cendres contenant un 572 zËHÊ matériel varié. Aucune structure architecturale n'y fut J 1 F f g identifiée24. Toutefois, ces deux niveaux ont fourni une ■■f S77 \ 13 L, \ \ \ \ ses M· I très grande quantité d'indices attestant la taille du silex.
Au niveau VII, dans le lot E15A17, ont été découv
/S E ε erts 83 objets de silex. Neuf nucleus (dont un raccord ^- LE
avec éclat), des éclats de décorticage et de plein
débitage, une entame et quelques cassons composaient
β 570 le matériel lithique de cette couche.
Au niveau VIII, la couche de sol El 4 A 14 contenait
159 silex dont plusieurs esquilles (contrairement à la M -ψ- 0 D couche du niveau VII). Cependant, même si cet assem
blage compte aussi quatorze nucleus, aucun raccord n'a ^^
pu être réalisé.
14 13 15
Niveau IX (fig. 5) Fig. 5 - Plan du niveau IX de tell 'Atij.
Trois aires de taille ont été identifiées au niveau IX. Niveau X
La cour 577 contenait une aire de taille in situ.
Le niveau X compte deux aires de taille: l'une in situ L'assemblage qui y fut exhumé comporte 186 objets; la
et l'autre dans une couche d'abandon. majorité sont des indices d'activités de taille: éclats de
décorticage et de plein débitage, entames, esquilles, cas L'aire in situ est localisée dans la cour 598.
sons et quatre nucleus sur lesquels quatre raccords L'assemblage découvert est composé de 81 objets de
d'éclats ont pu être effectués. silex: des éclats de débitage et de ravivage, des entames
et des cassons documentent les activités de taille. Aucun Toujours dans la cour 577, 379 autres objets de silex
raccord n'a pu être réalisé sur les quatre nucleus présents ont été découverts dans la couche d'abandon E13B15.
et aucune esquille n'a été trouvée. Outre quelques outils, notamment dix tronçons de lames
lustrées, plusieurs indices de la présence d'activités de Quelques indices, sur les 26 objets du secteur
taille y furent mis au jour: dix nucleus (1 raccord), des d'abandon de la cour 595, confirment la présence d'une
éclats de débitage et de ravivage, des esquilles et des aire de taille: un nucleus, quelques esquilles et cassons et
cassons. des éclats de décorticage et de débitage.
Finalement, les 140 objets de silex découverts dans
la couche d'abandon F15C2 de la pièce 572 sont autant Niveau XI
d'indices documentant la taille: six nucleus (sur lesquels
neuf raccords d'éclats ont pu être effectués), des La cour 588 a fourni 96 objets de pierre sur éclats
entames, des éclats de décorticage, de plein débitage et permettant d'y déceler une aire de taille in situ. Trois
de ravivage de plans de frappe, ainsi que des esquilles et nucleus, des éclats de débitage et de décorticage, deux
cassons composent l'assemblage. entames, des esquilles et des cassons composaient
l'assemblage. Toutefois, comme pour les niveaux VII et VIII, on
ne peut savoir si cette taille de silex a réellement été
effectuée dans ces couches d'abandon ou si nous Niveau XII
sommes plutôt en présence d'un nettoyage de sol
provenant d'un autre secteur du site. Au niveau XII, une aire de taille in situ a été repérée
dans la cour située à l'ouest d'un bâtiment à plan en gril
lage. Au total 45 silex furent découverts sur le sol de
cette cour dont 10 nucleus à éclats, des éclats de décor
ticage et de plein débitage et des esquilles. Aucun rac
cord n'a pu être réalisé. (24) FORTIN, 1994: 368
265

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.