De l'Institut Pasteur à Radio Luxembourg. L'histoire étonnante du Tho-Radia - article ; n°335 ; vol.90, pg 461-480

De
Revue d'histoire de la pharmacie - Année 2002 - Volume 90 - Numéro 335 - Pages 461-480
Les auteurs s'intéressent à l'histoire du Tho-Radia, un produit de beauté à base de thorium et de radium, lancé en 1933 par un médecin, le Dr Alfred Curie, et un pharmacien, Alexis Moussali. Le Tho-Radia disparaît vers le début des années 1960, sans doute victime de l'opprobre dont eut à pâtir la radioactivité, au lendemain de Hiroshima.
From Institut Pasteur to Radio Luxembourg. The surprising history of Tho-Radia.
The authors study the history of « Tho-Radia », a cream with base of thorium and radium, launched in 1933 by Dr Alfred Curie and a pharmacist, Alexis Moussali. Tho-Radia disappears near 1960.
20 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 2002
Lecture(s) : 148
Nombre de pages : 21
Voir plus Voir moins

Thierry Lefebvre
Cécile Raynal
De l'Institut Pasteur à Radio Luxembourg. L'histoire étonnante
du Tho-Radia
In: Revue d'histoire de la pharmacie, 90e année, N. 335, 2002. pp. 461-480.
Résumé
Les auteurs s'intéressent à l'histoire du Tho-Radia, un produit de beauté à base de thorium et de radium, lancé en 1933 par un
médecin, le Dr Alfred Curie, et un pharmacien, Alexis Moussali. Le Tho-Radia disparaît vers le début des années 1960, sans
doute victime de l'opprobre dont eut à pâtir la radioactivité, au lendemain de Hiroshima.
Abstract
From Institut Pasteur to Radio Luxembourg. The surprising history of Tho-Radia.
The authors study the history of « Tho-Radia », a cream with base of thorium and radium, launched in 1933 by Dr Alfred Curie
and a pharmacist, Alexis Moussali. disappears near 1960.
Citer ce document / Cite this document :
Lefebvre Thierry, Raynal Cécile. De l'Institut Pasteur à Radio Luxembourg. L'histoire étonnante du Tho-Radia. In: Revue
d'histoire de la pharmacie, 90e année, N. 335, 2002. pp. 461-480.
doi : 10.3406/pharm.2002.5401
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pharm_0035-2349_2002_num_90_335_5401461
De rinstitut Pasteur
à Radio Luxembourg *
L'histoire étonnante
du Tho-Radia
par Thierry Lefebvre* et Cécile Raynal**
«[...] ton baiser de radium »
(tiré de l'ouvrage d'André Breton et Paul Éluard,
L'Immaculée Conception, 1930)
Le centenaire de la découverte de la radioactivité a donné lieu en 1996-
1998 à une intéressante exposition organisée par le Muséum d'his
toire naturelle de Paris, et intitulée « Les Rayons de la Vie ». On a pu
y redécouvrir à cette occasion une superbe affiche publicitaire pour le Tho-
Radia1, un produit de beauté à base de thorium et de radium très en faveur
dans les années 1930 et même au-delà.
Dans un article publié en décembre 1998 dans La Recherche, l'histo
rienne des sciences Soraya Boudia affirme à ce propos que le dénommé
Alfred Curie, présenté dans la publicité en question comme l'inventeur de
la formule du Tho-Radia, « n'a bien sûr jamais existé » 2. Grossière erreur,
qui témoigne d'une profonde méconnaissance des murs et des pratiques
d'une industrie pharmaceutique pour laquelle la recherche d'homonymies
avec de grandes sommités scientifiques du tournant du siècle, constituait
* UF CCI, Université Paris VH-Denis Diderot, 2 place Jussieu, 7525 1 Paris cedex 05
** 9 chemin du Chancelier-Séguier 78620 L'Étang-la-Ville
REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE, L, N° 335, 3eTRIM. 2002, 461-480. REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE 462
alors une pratique de marketing assez courante ! En 1934 par exemple,
on vit surgir coup sur coup une « Lotion Sérum de A. Pasteur » et une
gamme hygiénique « Antoine Pasteur », déposées respectivement par
Alphonse Pasteur (23 rue d'Avron, Paris) et Antonin Pasteur, dit Berval
(35 rue de Berne, Paris) ; ces deux individus n'avaient évidemment rien à
voir avec leur illustre homonyme, mais on ne peut nier pour autant qu'ils
aient existé...
Le mystérieux Dr Curie
Les registres de dépôts de marque de l'Institut national de la propriété
industrielle (INPI) nous le confirment : c'est bien un certain docteur Alfred
Curie qui dépose, le 29 novembre 1932, au greffe du Tribunal de commerce
de la Seine, la marque Tho-Radia (n° 201 120) désignant « tous produits
pharmaceutiques, produits de beauté et produits de parfumerie ». En remont
ant dans le temps, nous avons même retrouvé un précédent dépôt de marque
réalisé par ce même A. Curie : daté du 28 mars 1930, il évoque déjà une
Crème Radio-Thorium (n° 162 627).
Alfred Curie est né le 11 avril 1873, à Senoncourt en Haute-Saône.
Il soutient sa thèse tardivement (il est âgé de 38 ans), le 14 novembre 1911,
à la Faculté de médecine de Paris. Nous ne savons malheureusement rien
de la première partie de sa vie. Le titre de sa thèse est : Traitement du
spina-bifida 3.
Le Guide Rosenwald de 1912 nous indique qu'Alfred Curie, « ancien
interne de l'Hôpital de Clichy » et « officier d'Académie », s'est installé
62 boulevard Magenta, à Paris ; ses consultations ont lieu les lundis et ven
dredis de 20 à 21 heures, ainsi que les mercredis, jeudis et samedis de 14 à
16 heures 4.
Au milieu des années 1920, le nom d'Alfred Curie disparaît mystérieuse
ment des annuaires médicaux, pour réapparaître, tout aussi mystérieusement,
en 1927. Il exerce désormais, si l'on en croit le Guide Rosenwald, 29 rue
Dareau, dans le XIVe arrondissement. Il ne s'agit plus d'un cabinet, mais
apparemment d'une clinique privée. Les horaires de consultations sont net
tement plus astreignants : 10 à 12 heures, et 14 à 18 heures 5.
L'expérience semble éphémère. Alfred Curie re-disparaît des annuaires au
seuil des années 1930. Cette période correspond aux préparatifs de lance
ment du Tho-Radia. À la fin de ces mêmes années 1930, nous le retrouvons
exerçant dorénavant 8 villa Monceau, dans le XVIIe arrondissement. Il y
exercera apparemment jusqu'à la fin des années 1940 6 ; âgé de près de
70 ans, sans doute aspirera-t-il alors à une retraite bien méritée ï~ L'HISTOIRE DE THO-RADIA 463
« Dans mon enfance, une affichette apposée chez mon coiffeur me fascinait :
il s'agissait d'un visage féminin éclairé par le bas d'une lumière bleue, publicité pour une pom
made Tho-Radia, au thorium et au radium. »
(Allocution de Roger Balian : « Radioactivité : un siècle de physique »,
Cérémonie pour le centenaire de la découverte du radium, Institut de France,
Académie des sciences, 17 novembre 1998.) REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE 464
Le lancement de la crème Tho-Radia
Avouons-le, cette première piste ne nous renseigne guère sur le Tho-Radia
proprement dit. Alfred Curie a certes déposé le nom de marque, mais il y a
fort à parier que sa contribution s'arrête là, en dehors des « droits d'auteur »
qui lui seront très probablement reversés, jusqu'à l'abandon de l'allégation
« selon la formule du Dr Alfred Curie » au cours de la seconde moitié des
années 1930.
Le lancement effectif de la crème Tho-Radia a lieu au cours du premier tr
imestre 1933, comme nous le précise La Revue des spécialités du mois de
mars de cette année. Il n'est alors question que de deux présentations : tube
de 40 grammes, au prix public de 10 francs ; et pot de 155 grammes, au prix
de 15 francs. Tho-Radia « active la circulation, tonifie, raffermit les tissus,
élimine la graisse, supprime les rides », grâce à sa composition à base de
chlorure de thorium (0,50 gramme pour 100 grammes) et de bromure de
radium (0,25 milligramme pour 100 grammes) 7.
Il est spécifié d'autre part que le dépôt général du produit est assuré par la
SECOR, 20 rue des Capucines, à Paris. La SECOR - « Société d'exportation,
commission, représentation » - est une société en nom collectif fondée le 14
janvier 1932 par Leo Frenkel, demeurant University Place à New York, et
Madeleine Herbomez, épouse divorcée de M. Itondi, demeurant 14 rue
Joseph-Dijon, à Paris. Les deux fondateurs apportent respectivement 13 000
et 17 000 francs, ce qui porte le capital social à 30 000 francs. En tant qu'as
sociée majoritaire, Mme Herbomez assure la gérance de ladite société,
moyennant un traitement mensuel de 1 500 francs 8.
Les buts de la société n'évoquent en rien le Tho-Radia, ni d'ailleurs la
moindre activité pharmaceutique : « La société a pour objet toutes opérations
commerciales, industrielles, mobilières et immobilières en général, et notam
ment toute représentation commerciale ou industrielle de tous articles, tant
au point de vue intérieur, qu'en ce qui concerne l'importation et l'exporta
tion » 9. Une formulation aussi vague laisse toutefois le champ libre aux ini
tiatives les plus variées.
Nous le verrons par la suite, la SECOR deviendra nominalement détentrice
de la marque Tho-Radia le 23 avril 1937 (dépôts n° 273 081 et n° 273 082),
et le restera apparemment jusqu'en 1962.
À ses débuts, la SECOR est installée, nous l'avons dit, 20 rue des
Capucines. À la même adresse se situe la société Nina Ricci, mais sans doute
ne faut-il voir là qu'une coïncidence 10... Vers la fin 1933, ses activités se
développant considérablement, la SECOR investit les trois étages d'un
superbe immeuble jusqu'alors occupé par la société Mentor, et situé 147 ave- >,
DE THO-RADIA 465 L'HISTOIRE
nue Victor-Hugo, dans le XVIe arrondissement. Pour l'anecdote, signalons
que ces locaux, où durent être manipulées pendant une quinzaine d'années
des quantités non négligeables de matières radioactives, sont aujourd'hui
occupés par l'Institut supérieur de gestion (ISG) qui y accueille de nombreux
étudiants...
Un certain Alexis Moussali
La crème Tho-Radia est une spécialité pharmac
eutique ; un pharmacien en dirige donc la fabri
cation, et ce dernier s'appelle A. MoussalU (avec
deux " 1 "), si l'on en croit une publicité parue
dans La Revue des spécialités :
Revue des spécialités, 1933.
** Crème scientifique Tho-Radia à base de thorium et de radium, selon la formule du i
docteur Alfred Curie. En vente exclusivement chez Messieurs les Pharmaciens.
Monsieur et Cher Confrère,
J'ai l'honneur de vous informer que la Crème Tho-Radia a été lancée à Paris avec un \
immense succès.
Ce succès se justifie d'abord par les propriétés embellissantes et curatives du produit
qui contient réellement des sels de thorium et de radium.
Mais il s'explique en outre par l'importante et méthodique publicité qui préside à son
lancement.
Encouragés par l'accueil enthousiaste du public et le chaleureux concours de nos
confrères parisiens, nous étendons dès maintenant notre publicité à toute la -
France.
Comme il s'agit d'une spéciahté dont la vente vous est réservée, et qui présente
toutes garanties scientifiques, vous aurez certainement à cur de favoriser notre
effort en vous approvisionnant immédiatement - soit chez nous, soit chez votre *
grossiste - de la crème que toutes vos clientes vont immédiatement exiger et qui %
donnera une extension nouveUe à votre rayon de parfumerie.
{. , .] Ne risquez pas de manquer la vente en retardant votre commande, U y va de »
votre intérêt comme du nôtre.
Veuillez agréer, Monsieur et Cher Confrère, l'expression de mes sentiments dévoués. _
Le directeur ; A. MoussaUi, docteur en pharmacie. u ** 466 REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE
¦HP Rectifions l'orthographe défaillante du nom -
"P.wrow coquille qui poursuivra longtemps notre
« dévoué » pharmacien : il s'agit en fait d'Alexis
Moussali (avec un seul " 1 "), né le 29 avril 1894 wmmmimmmmm
au Caire (Egypte). Ce pharmacien de lre classe a LE BâCILLE PYOCÏANIQ0E
soutenu sa thèse de doctorat le 31 juillet 1919 à
LBS BACILLES U LA DïSJgJgHlK l'École supérieure de pharmacie de Nancy. Le
titre de son travail est particulièrement éclairant :
. tBtolti s.pwmiire t/a Phaem Action de quelques terres rares sur le bacille
pyocyanique et les bacilles de la dysenterie n.
MOU*«*U.I Vers cette époque en effet, Moussali collabore
avec Albert Frouin qui, depuis le début des années
1910, étudie à l'Institut Pasteur les effets des sels
de terres rares sur un certain nombre de microor
ganismes. Dès 1914, Frouin pratique l'auto-expé
rimentation, allant même jusqu'à ingérer quatre
grammes de sulfate de thorium deux jours d'affiThèse d'Alexis Moussali.
lée « sans éprouver le moindre trouble ». Il en tire (Bibliothèque Université
de médecine de Nancy) la conclusion que « l'innocuité du sulfate de tho
rium par ingestion, ainsi que l'action bactéricide
et antiseptique de ce sel, permettent de penser qu'il pourra être employé ut
ilement dans le traitement du choléra » 13.
La thèse de Moussali, qui donnera lieu à une communication à la Société
de biologie 14, s'inscrit dans la lignée de ces travaux. « Les sels de terres rares
dont nous nous sommes servi au cours de ce travail sont le sulfate de lanthane,
de thorium, &' erbium et d' yttrium dont nous avons étudié les actions bio
logiques sur deux bactéries : action favorisante, à faible dose, sur le déve
loppement du microbe, action antiseptique à des concentrations plus grandes,
action agglutinante sur les emulsions microbiennes, action bactéricide et
antitoxique » 15. Moussali dresse également une importante « bibliographie
des méthodes de séparation et de fractionnement des oxydes rares », qui en
fait un indiscutable spécialiste de la question.
Au début des années 1920, Alexis Moussali semble rejoindre, ou pour le
moins conseiller, les Laboratoires Millot, que dirige Alexandre Millot au
54 rue de la Bienfaisance, à Paris. Son arrivée coïncide d'ailleurs avec le la
ncement du Néothorium, dont le nom de marque est déposé par A. Millot le
24 mai 1922 (n° 29 966). Ces comprimés gynécologiques à base de sels de
terres rares (néodyme et thorium) sont présentés comme « douéfs] de remar
quables qualités thérapeutiques. [Le Néothoriuml présente sur les autres anti
septiques, tels que : sublimé, formol, permanganate de potasse, liqueur de
Labarraque, etc., l'avantage de n'être ni toxique, ni caustique, ni salissant. Ces
propriétés en font un produit de premier ordre pour l'hygiène quotidienne inti- DE THO-RADIA 467 L'HISTOIRE
Ovules Néothorium Millot
SELS DE TERRES RARES A BASE : THORIUM, DE NEODYME
La thérapeutique médicale des affections gynécologiques utilise une foule de médica
ments topiques, antiseptiques ou décongestionnants.
Aucune des préparations actuellement en usage n'est absolument exempte de
reproches, aucune ne réunit en une seule composition les qualités exigées pour la cure de
ces affections si complexes où la congestion, l'infection, la douleur et l'ulcération se
compliquent mutuellement.
Les Sels de Terres rares se sont révélés entre les mains d'expérimentateurs autori
sés (1) comme doués de remarquables qualités thérapeutiques qui, appliquées aux affec
tions gynécologiques, en font de véritables spécifiques de ces maladies si tenaces et si
désespérantes.
Désireux de mettre à profit ces intéressantes recherches et des résultats aussi concluants,
les Laboratoires Millot ont préparé les OVULES NEOTHORIUM MILLOT à
base de Néodyme et de Thorium chimiquement purs.
Leurs propriétés décongestionnantes, antiseptiques et analgésiques en font
un agent thérapeutique de premier ordre dans le traitement des Metrites, des Vaginites
et des Ulcérations du Col.
Ils amènent un soulagement presque immédiat et une guérison rapide.
Le traitement est appliqué (sauf avis contraire du médecin) de la façon suivante :
Un ovule tous les soirs les deux premières semaines. Deux ou trois ovules par semaine
durant une période plus ou moins prolongée selon le résultat obtenu.
Absolument dépourvus de causticité et de toxicité, leur emploi peut, dans les cas
rebelles, être prolongé sans aucun inconvénient.
De plus, l'absence de couleur et d'odeur rend leur usage aussi commode que discret.
Prendre si possible une injection d'eau chaude dans laquelle on aura de préférence
dissous deux Comprimés au Néothorium; au moment de se coucher, introduire
l'ovule aussi profondément que possible, se garnir ensuite l'entrée du vagin au moyen d'un
tampon de coton.
LABORATOIRES MILLOT
177, Rue de Courcelie., PARIS (17*) Tél. : Etoile 29-S4
DETAIL DANS TOUTES LES PHARMACIES (2)
(1) Voir - Academic de Médecine. Avril 1920. Gazette des Hôpitaux. Man 1920. The» de Doctorat en Médecine Muffat. Paris 1922
(2) Les Pharmaciens qui n'ont pas nos produits peuvent se les procurer chez leurs Fournisseurs ou i nos Laboratoires Nous taisons des envois par la Poste par retour du courrier contre remboursement, pour la France et les Colonies.
Prospectus pour le Néothorium MiUot - recto - sd (c. 1938).
(Coll. Raynal/Lefebvre) 468 REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE
Comprimés Néothorium Millot
POUR ET LES L'HYGIÈNE SOIN8 GYNÉCOLOGIQUES QUOTIDIENNE
Le NEOTHORIUM (à base de Néodyme et de Thorium) est doué de remar
quables qualités thérapeutiques. Il présente sur les autres antiseptiques, tels que : sublimé,
formol, permanganate de potasse, liqueur de Labarraque, etc., l'avantage de n'être ni
toxique, ni caustique, ni salissant. Ces propriétés en font un produit de premier ordre
pour l'Hygiène quotidienne intime de la femme. Son emploi prolongé n'irrite pas les
muqueuses vulvo-vaginales. Il leur laisse toute leur vitalité et les aide en les tonifiant à se
défendre contre les infections microbiennes auxquelles elles sont exposées.
Indications et Mode d'emploi :
Les COMPRIMES NEOTHORIUM MILLOT ont deux indications bien
définies :
I* Comme préventifs et décongestionnants dans l'Hygiène quotidienne;
2* modificateurs des sécrétions anormales dans les leucorrhées, flueurs
blanches, etc.
Pour l'Hygiène quotidienne on prendra une ou deuj^ injections par jour avec
deux litres d'eau chaude additionnée d'un Comprimé Ntjothorium Millot.
Pour le traitement des leucorrhées," flueurs blanches ", on prendra une
ou deux injections par jour avec deux litres d'eau chaude additionnée de deux
Comprimés Néothorium Millot. Il est préférable de joindre*^te, traitement l'emploi
des Ovules
Pour le traitement des metrites, l'emploi des Ovules Néothorium Millot devient
indispensable.
LABORATOIRES MILLOT
177, Rue de Courcelie... PARIS (17e) Téléphone : Etoile 29-54
DETAIL DANS TOUTES LES PHARMACIES
Les Pharmaciens qui o'ont pas noi produits peuvent se le» procurer chez leur* Fournisseur! on à no* Laboratoires Nous faisons des envois par la Poste par retour du courrier contre remboursement, pour la France et ¦es Colonies.
Prospectus pour le Néothorium Millot - verso - sd (c. 1938).
(Coll. Raynal/Lefebvre) DE THO-RADIA 469 L'HISTOIRE
me de la femme. Son emploi prolongé n'irrite pas les muqueuses vulvo-vagin
ales. Il leur laisse toute leur vitalité et les aide en les tonifiant à se défendre
contre les infections microbiennes auxquelles elles sont exposées » 16.
MoussaU est-il le véritable créateur du Néothorium ? Ou, à défaut, son prépa
rateur attitré ? C'est plus que probable, d'autant qu'il en renouvellera le dépôt
de marque sous son propre nom, le 14 mai 1937 et 28 décembre 1951...
Fin 1926 ou début 1927, Alexis Moussali succède à Alexandre Millot.
Le jeune homme, qui est alors âgé de trente-trois ans, est un habile entrepre
neur : de 1927 à 1955, il ne déposera pas moins de trente-six marques, dont
on trouvera la liste plus loin [cf. Annexe 1].
Résumons-nous : la SECOR est fondée en janvier 1932, la marque Tho-
Radia déposée en novembre 1932 par Alfred Curie qui en nourrissait le pro
jet depuis deux ans, et le produit est effectivement lancé sur le marché au
cours du premier semestre 1933. Dès la fin de cette année, la SECOR s'ins
talle 147 avenue Victor-Hugo : c'est là désormais que s'opèrent la fabrication
et le conditionnement du produit, sous le contrôle d'A. Moussali, présenté
comme le « directeur du Tho-Radia ». Nous avons vu que sa connaissance
des terres rares, et en particulier du thorium, faisait de ce pharmacien l'inst
igateur probable de la formule attribuée, pour des raisons essentiellement
publicitaires, à Alfred Curie. Il paraît dès lors évident que la présence de
radium dans la crème Tho-Radia, même en de très petites quantités, se justi
fie avant tout par la participation d'A. Curie au montage de l'opération : pour
le commun des mortels, le nom de Curie évoque en effet le radium, et réc
iproquement. Or, c'est bien au commun des mortel(le)s que s'adressent les
fabricants de la crème Tho-Radia, comme on le verra par la suite.
Un examen attentif des dépôts de marque réaUsés entre 1927 et 1934 atteste de
la « mode du radium » qui sévissait alors. Nous avons ainsi recensé une centai
ne d'occurrences évoquant, de près ou de loin, cet élément radioactif
[cf. Annexe 2]. Cela ne signifie certes pas que le radium était effectivement pré
sent dans toutes les préparations en question, mais cela démontre à tout le moins
que les promoteurs de ces marques n'hésitaient pas à en suggérer la présence. . .
De telles pratiques commerciales démontrent indirectement la profonde
inculture scientifique et technique de la France d'avant-guerre. Dès l'autom
ne 1900 pourtant, des chercheurs allemands avaient en effet mis en évidence
les effets délétères du radium sur l'épiderme. Pierre Curie renouvela l'expé
rience sur sa propre personne et obtint une brûlure qui ne guérit qu'au bout
de six semaines. Quelques mois plus tard, Henri Becquerel reproduisait
l'expérience à son insu : quelques heures durant, il porta dans la poche de son
gilet un petit tube rempU de matière radioactive ; il en résulta une plaie qui
mit longtemps avant de cicatriser. De telles constatations, et beaucoup

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.