Le plan du cours de chimie de Mésaize - article ; n°337 ; vol.91, pg 49-60

De
Revue d'histoire de la pharmacie - Année 2003 - Volume 91 - Numéro 337 - Pages 49-60
L'apothicaire, puis pharmacien, Pierre-François Mésaize rédigea le plan du cours de chimie qu'il avait prononcé de 1777 à 1781 à Rouen. Ce cours comportait trois parties, correspondant aux trois règnes de la nature. Les sujets présentés dans ce cours ont été comparés, en ce qui concerne le règne minéral, à ceux qui figurent dans un ouvrage de chimie, publié par Baume en 1773, et pour les règnes végétal et animal, aux fameux Éléments de pharmacie du même auteur. Les thèmes abordés sont le plus souvent identiques, à l'exception de la chimie alimentaire et de la chimie biologique, pour quoi Mésaize manifeste un intérêt plus grand que Baume.
The plan of Mésaize 's chemistry course.
Pierre-François Mésaize was an apothecary, and later a pharmacist, who redacted the plan of Chemistry lessons he delivered from 1777 to 1781, in Rouen. This course was divided in three parts corresponding to the three kingdoms of nature. The items presented in this plan were compared to those which were treated in a Chemistry book published by Antoine Baume in 1773, for the mineral kingdom, and to the famous Éléments de pharmacie of the same author for vegetable and animal kingdoms. The themes were almost the same except for foods chemistry and for biochemistry in which Mésaize was more interested than Baume.
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 2003
Lecture(s) : 53
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins

Olivier Lafont
Le plan du cours de chimie de Mésaize
In: Revue d'histoire de la pharmacie, 91e année, N. 337, 2003. pp. 49-60.
Résumé
L'apothicaire, puis pharmacien, Pierre-François Mésaize rédigea le plan du cours de chimie qu'il avait prononcé de 1777 à 1781
à Rouen. Ce cours comportait trois parties, correspondant aux trois règnes de la nature. Les sujets présentés dans ce cours ont
été comparés, en ce qui concerne le règne minéral, à ceux qui figurent dans un ouvrage de chimie, publié par Baume en 1773, et
pour les règnes végétal et animal, aux fameux Éléments de pharmacie du même auteur. Les thèmes abordés sont le plus
souvent identiques, à l'exception de la chimie alimentaire et de la chimie biologique, pour quoi Mésaize manifeste un intérêt plus
grand que Baume.
Abstract
The plan of Mésaize 's chemistry course.
Pierre-François Mésaize was an apothecary, and later a pharmacist, who redacted the plan of Chemistry lessons he delivered
from 1777 to 1781, in Rouen. This course was divided in three parts corresponding to the three kingdoms of nature. The items
presented in this plan were compared to those which were treated in a Chemistry book published by Antoine Baume in 1773, for
the mineral kingdom, and to the famous Éléments de pharmacie of the same author for vegetable and animal kingdoms. The
themes were almost the same except for foods chemistry and for biochemistry in which Mésaize was more interested than
Baume.
Citer ce document / Cite this document :
Lafont Olivier. Le plan du cours de chimie de Mésaize. In: Revue d'histoire de la pharmacie, 91e année, N. 337, 2003. pp. 49-
60.
doi : 10.3406/pharm.2003.5478
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pharm_0035-2349_2003_num_91_337_547849
Le plan du cours de chimie
de Mésaize
par Olivier Lafont*
Rappel biographique
Pierre-François Mésaize naquit à Fécamp, le 17 juin 1748, dans une famille
de marchands. Sa mère, Anne Françoise Le Tellier, était morte en lui donnant
naissance et la perte de son père, François Augustin Mésaize, trois ans plus
tard, fit de lui un orphelin. Il fut alors élevé par un oncle, qui le plaça, à l'âge
de 17 ans chez un marchand droguiste de Rouen, nommé Bonnet, chez qui il
demeura trois ans l.
Le baron de Bonnes fit alors appel à lui pour l'aider dans ses travaux de
laboratoire. Mésaize eut ainsi à Paris la possibilité de suivre les cours de chi
mie de Delaplanche, démonstrateur de chimie réputé. Cet apothicaire avait
déjà compté au nombre de ses auditeurs, vers 1760, le jeune Lavoisier, alors
élève au Collège des Quatre Nations. Pierre-François devint pour trois années
le préparateur de Jean-Baptiste Bucquet, brillant chimiste, élève de Rouelle et
futur collaborateur de Lavoisier et professeur à la Faculté de Médecine 2.
Mésaize avait donc reçu une formation chimique de qualité auprès de
maîtres reconnus. Cette formation avait cependant eu lieu avant la révolution
que devait provoquer Lavoisier. Mésaize quitta en effet Paris en 1772, l'année
même où Lavoisier allait déposer le fameux pli cacheté qui marqua le début
de la grande aventure de la nouvelle chimie.
Dès son arrivée à Rouen, le jeune homme passa avec succès, le 24 juillet
1772, le concours d'apothicaire gagnant-maîtrise avec privilège de l' Hôtel-
Dieu. Il occupa, de 1772 à 1784, ces fonctions, qui lui donnaient le droit d'ouv
rir boutique en ville 3.
Mésaize épousa Geneviève Bonnet, la fille du marchand droguiste, chez qui
il avait passé ses premières années studieuses.
* Faculté de médecine et de pharmacie de Rouen, 22 boulevard Gambetta, 76183 Rouen cedex 1
REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE, LI, N° 337, 1WTRIM. 2003, 49-60. 50 REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE
C'est en 1774 que Pierre-François s'installa non loin de la place du Vieux-
Marché, dans une boutique étroite, tout en longueur, qui comportait deux façades
étroites, ouvrant, l'une place du Marché-aux-veaux (actuelle place de la Pucelle)
et l'autre rue Menier (devenue rue de la Vicomte). Jean Hossard a publié dans
notre revue la photographie de cette officine, vue de la place de la Pucelle et prise
vers 1880, avant la destruction de l'immeuble en 1903 4. Quant aux grilles figu
rant des symboles alchimiques qui ornaient l'autre entrée, elles sont toujours
visibles au Musée Gustave Flaubert et d'histoire de la médecine de Rouen.
Mésaize avait équipé son officine de superbes pots-canons en faïence de
Rouen, reposant sur un pied bas et ornés d'un décor aux cinq couleurs, de style
rocaille. Le même musée en possède 57, ainsi que quelques bouteilles 5>6.
La collection Cotinat comportait plusieurs pots de cette provenance et une
chevrette de la collection Lafond vient d'être vendue par la maison Arcorial
Briest, après avoir été expertisée par notre collègue Robert Montagut 7.
Mésaize présenta en 1779 un mémoire « sur les savons de gayac et de scam-
monée », qui lui permit d'être élu à l'Académie des sciences arts et belles
lettres de Rouen, dont il devint par la suite trésorier.
Nous avons rapporté ailleurs comment ce notable vit un jeune apothicaire,
François-Antoine-Henri Descroizilles, s'opposer violemment à lui dans l'affaire
du contrôle des cidres qui agita le milieu rouennais pendant quinze ans. Le conflit
se termina par un arbitrage de l'Académie de sciences, où Lavoisier trancha plu
tôt en faveur de Descroizilles. Mésaize en garda une profonde rancur 8.
Lorsque fut créée, en 1802, la Société libre des pharmaciens de Rouen et de
la Seine-Inférieure, c'est son doyen d'âge, P.F. Mésiaze qui en présida la pre
mière réunion, avant d'en devenir le secrétaire. C'est également lui qui fut l'un
des trois inspecteurs de pharmacie désignés. Il fut, en outre, le 24 prairial
an XII « adjoint au jury de médecine pour concourir aux examens des aspirans
à la pharmacie ».
Mésaize occupa donc jusqu'à sa mort, le 20 juillet 1811, une place en vue
parmi les apothicaires, puis les pharmaciens rouennais.
Activité scientifique
L'intérêt de Mésaize pour les sciences se traduisit par de nombreuses publi
cations, tant dans le Précis analytique des travaux de l'Académie royale des
sciences, belles lettres et arts de Rouen, avant la Révolution, qu'ultérieure
ment dans le Catalogue périodique de la Société d'émulation de Rouen pour
le progrès des sciences des lettres et des arts [tableau 1].
Mésaize conespondait, en outre, avec Lacépède au sujet de différentes
espèces de poissons. Vitalis, qui prononça son éloge funèbre, rapporte qu'il se LE PLAN DU COURS DE CHIMIE DE MÉSAIZE 5 1
Tab. 1 : Publications dans des périodiques.
PUBLICATIONS DE PIERRE-FRANCOIS MESAIZE
Dans le Précis analytique des travaux de l'Académie royale des sciences
belles lettres et arts de Rouen
* 1778-1779, Tome 3, p. 124-126, Expériences sur diverses combinaisons
savonneuses.
* 1781, Tome 3, p. 108-109, Plan d'un cours de teinture.
Dans le Catalogue périodique de la société d'Émulation de Rouen pour le progrès
des sciences, des lettres et des arts.
* Ventôse An V, p. 4, Bouteille entourée extérieurement d'une couronne de
conques anactifères (analyse).
* Brumaire An VI, p. 3, Observation sur un renard marin apporté de Dieppe à
Rouen.
* Messidor An VII, p. 2, Nouvelles expériences sur les matières trouvées dans
l'estomac de la femme Pernuit.
* Ventôse An IX, p. 34, Premier rapport sur des échantillons de sulfate de fer de
M. Chamberlain de Honfleur.
* Ventôse An IX, p. 34, Rapport sur un mémoire du citoyen Cisseville sur les
laiteries du pays de Bray.
* Nivôse, AnXI, Analyse d'une substance minérale soumise par le citoyen pré
fet à l'examen de la Société.
pencha également sur l'amélioration des fourneaux, effectuant de multiples
expériences à l' Hôtel-Dieu l.
Mésaize publia encore deux plaquettes, l'une seul, sur son projet de cours de
botanique, l'autre avec ses collègues officiers de santé rouennais, pour
répondre à un mémoire de leurs homologues havrais, au sujet d'une affaire
d'empoisonnement [tableau 2].
Tab. 2 : Publications de plaquettes.
En librairie :
Pierre-François Mésaize, Projet d'un Cours de Botanique au Jardin de l'Académie
de Rouen, appliqué à la Médecine , aux Sciences et aux Arts, Dumesnil &
Montier, Rouen, 1793.
Les citoyens Dulong, Mauryet Mésaize, Officiers de santé à Rouen, aux citoyens
Mortreuil, Foubert et Labbé-Desfontaines, Officiers de santé au Havre,
Imprimerie Périaux, Rouen, 17 ventôse an 7. 52 REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE
Bien qu'il ne fût pas un universitaire, Mésaize se comportait donc comme
un véritable enseignant-chercheur, puisque son activité de recherche se doub
lait de préoccupations d'enseignement. En effet, outre le cours de chimie qui
fait l'objet de cette étude, on constate que Mésaize publia le plan d'un cours
de teinture, ainsi que celui, fort détaillé, d'un cours de botanique.
Le plan du cours de chimie
Cette simple feuille imprimée regroupe « cinq cours de Chymie, divisés en 36
leçons, faits chaque année depuis le 3 Mars 1777, jusqu'en 1781 par Mésaize,
Apothicaire-Major de la Santé et de l' Hôtel-Dieu, Trésorier de l'Académie des
Sciences, Membre de la Société d'Agriculture de Rouen &c. &c ». Il est, comme
il se doit, divisé en trois parties : règne minéral, règne végétal, règne animal.
Compte tenu de sa date de publication, il est intéressant d'en comparer les
rubriques à celles d'un ouvrage contemporain, La Chymie Expérimentale et
raisonnée d'Antoine Baume, publié en 1773 9.
La première leçon, consacrée à des généralités, conespond à ce qui est trai
té dans l'avertissement du livre de Baume.
La deuxième rubrique se trouve aussi bien chez Mésaize que chez Baume et fait
référence à la table des affinités, publiée par Etienne-François Geoffroy, en 1718,
dans les Mémoires de l' Académie royale des sciences 10. On peut extraire de l'ar
ticle cette définition : « Toutes les fois que deux substances qui ont quelque dispo
sition à se joindre l'une avec l'autre se trouvent unies ensemble, s'il en survient une
troisième qui ait plus de rapport avec l'une des deux, elle s'y unit en faisant lâcher
prise à l'autre. » Cette loi des affinités était considérée comme une des lois fonda
mentales de la chimie. Le tableau indique sur la ligne horizontale supérieure des
substances de référence et on peut lire, sur la verticale conespondant à l'une d'entre
elles, les différentes substances classées par ordre d'affinité décroissante. C'est ainsi
que le sel alcali fixe (soude ou potasse) se lie à l'acide vitriolique (acide sulfurique)
mieux qu'avec l'acide du sel marin (acide chlorhydrique), qui se lie lui-même mieux
que l'esprit du vinaigre (acide acétique). Ce tableau constitue la première tentative
de rationahsation de la chimie, reposant sur des observations expérimentales.
Aussi bien chez Mésaize que chez Baume, les éléments aristotéliciens, le
feu, l'air, l'eau et la tene ont droit de cité. La tene (tene inflammable de
Bêcher) ou le feu (principe igné de Rouelle) dissimulent en outre vraisembla
blement le phlogistique (de Stahl), qui peut difficilement être absent d'un
cours de chimie de cette époque pré-lavoisienne.
Curieusement les gaz, qui font l'objet de la chimie pneumatique, où brillent
Black, Cavendish, Priestley ou Scheele, sont présents chez Mésaize mais man
quent chez Baume. PLAN DU COURS DE CHIMIE DE MESAIZE 53 LE
Les acides et les alcalis sont également traités chez les deux auteurs, au
même titre que les métaux.
Si tous deux abordent des eaux minérales, Baume ne présente pas de
rubrique sur les bitumes.
Globalement l'étude du règne minéral paraît être envisagée de façon simi
laire chez les deux auteurs [tableaux 3 et 4].
Tab. 3 : Comparaison des thèmes traités par Mésaize et par Baume.
Règne minéral, lre partie.
LEÇONS DE MÉSAIZE RUBRIQUES DE BAUME
Avertissement I Définition de la chymie,
ses moyens, la propriété des
corps, définition des dissolvants.
Sur les Affinités chymiques II Explication de la Table
des Affinités
II Le Feu Sur le Feu pur
IV L'Air, Démonstration Sur l'Air. Des Fourneaux.
des Fourneaux. L'Eau Sur les Eaux minérales. Sur les
moyens de dessaler l'eau de mer,
& de conserver la salubrité de l'eau
douce dans les embarquements
V La Terre Sur la Terre
VI Les Gaz Pas de rubrique
VII L'Acide vitriolique Sur l'Acide vitriolique aussi nommé
Acide Universel
VIII L'Acide Nitreux, marin Sur l'Acide Nitreux. Sur l'Acide
marin que l'on nomme aussi Acide du & sulphureux
Sel commun
IX Les Alkalis fixes Sur l'Alkali fixe végétal
X Suite des Alkalis fixes Sur L'Alkali minéral
XI L'Alkali volatil, Le Borax Sur l'Alkali animal, ou Alkali volatil.
Sur le Borax 54 REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE
Tab. 4 : Comparaison des thèmes traités par Mésaize et par Baume.
Règne minéral, 2e partie.
LEÇONS DE MÉSAIZE RUBRIQUES DE BAUME
XII L'Arsenic Sur l'Arsenic
XIII Le Cobalt, Le Bismuth, & Sur le Régule de Cobalt
le Nickel Sur le Bismuth. Sur le Nickel
XIV L'Antimoine Sur le Régule d'Antimoine
XV Le Zinc, le Mercure Sur le Zinc.
Sur le Mercure ou Vif- Argent XVI Suite du
XVII Le Plomb, L'Etain Sur le Plomb.
Sur l' Etain
XVIII Le Fer Sur le Fer
XIX Le Cuivre Sur le Cuivre
XX L'Argent, l'Or & la Platine Sur l'Argent. Sur l'Or.
Sur la Platine
Pas de rubrique bitume XXI Les Bitumes,
les Eaux minérales Sur les Eaux Minérales
FIN DU RÈGNE MINÉRAL
Signature de Mésaize. PLAN DU COURS DE CHIMIE DE MESAIZE 55 LE
Il n'en va pas de même du règne végétal, pour lequel il est préférable de se
référer à une autre uvre de Baume, ses Éléments de pharmacie théorique et
pratique n. '
Les rubriques traitées par Mésaize se retrouvent dans l'ouvrage de Baume,
sucs, gommes, mucilages, huiles, baumes et fécules. Tous deux étudient l'ana
lyse et la fermentation, spiritueuse ou acide, mais seul Mésaize consacre une
rubrique au tartre, après l'esprit de vin [tableau 5].
traités par Mésaize et par Baume, Tab. 5 : Comparaison des thèmes
Règne végétal.
LEÇONS DE MÉSAIZE RUBRIQUES DE BAUME
XXII Extraction des sucs Des sucs aqueux des végétaux
des plantes Manière de séparer ces sucs
EPp. 124
Des sucs laiteux & de gommes- XXIII Les Gommes, les Mucilages
résines, EPp. 173.
XXIV Les Huiles par Expression Des sucs huileux ou des huiles
EP p. 149
XXV Les Huiles Essentielles Des Huiles essentielles
EPp. 330
XXVI Les Baumes Des Baumes, EP p. 696
XXVII Les Foecules & parties Des Fécules, EP p. 139
colorantes des plantes
XXVIII Analyse à feu nud De l'Analyse ou de la Décomposition
chymique des corps C. p. 8
XXIX La Fermentation Spiritueuse De la fermentation, EP p. 372
XXX Analyse de l'Esprit de vin Sur l'Esprit de vin, EP p. 385
XXXI Le Tartre Pas de rubrique
XXXII La fermentation acide De la fermentation, EP p. 372 REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE 56
En ce qui concerne l'étude des produits d'origine animale, à part le miel et
la corne de cerf, c'est Mésaize qui fait preuve du plus grand intérêt pour la chi
mie alimentaire et la chimie biologique [tableau 6].
Cette dernière observation prend toute sa valeur, si l'on se souvient que le
cours de Mésaize, suivi en cachette, constitua le premier contact de Nicolas
Vauquelin avec la chimie, lorsqu'il était garçon de laboratoire chez Mésaize.
Tab. 6 : Comparaison des thèmes traités par Mésaize et par Baume.
Règne animal.
LEÇONS DE MESAIZE RUBRIQUES DE BAUME
XXXIII Analyse du Miel, de la Cire, Du Miel, EP p. 448
des ufs
XXXIV Analyse du Sang, de la
Lymphe, de la Chair des
Cheveux.
XXXV Analyse de la Corne de Cerf, Corne de cerf préparée à l'eau,
du Lait, du Beurre EPp. 79
XXXVI Analyse de la Bile, de la
Salive & de l'Urine
Faïence
Rouen XVIIP s.
Pot de la pharmacie
Mésaize à Rouen
(Coll. part.
Photo : P. Bourrinet) .
PLAN DU COURS DE CHIMIE DE MÉSAIZE 57 LE
tA^jÇt*~%e»/Lru^rrtMU^ -t%, 2. . /iÂ^^r- in r.
i/?4<*
f?l- ChoAXeJf tWat^e/n-i Xe~ Ctxnp^r^k'e^- le**; &,
/»t ?4ij/!,'6a^a&t*>t. \\}*J9% . dZLff ^fWH^^^SkieÂ^ «*¦<*-
**^}lAJ*'t7*ty. «2^ef--jpie-»" fit* e^Ot^A^cttt-tUcltie* ***H -,_
On ¦ Cfi<xa.U* Çu&inen tju^J'U. Awrexst-J
l?l>0 «st- MTjk^/osvhg^ ol, (eu. cent^eXytt^jt-Ji*. Q**ué<Uet.J~
b<y*. d*t-*)L- Lls oâiulT^ttaAiujjiA ej~ t tunJLoj-f- PtxJ>
K7Ï tn.- LTretyr-n. fro.ix.coli Pl^^tti^e *&«, 4 Z4 hdUaér
t *77*L ^/p-fjUesHhL e^ixx.Cotyx.^ctLan.9. i<t. dôl^é^-aMcrri. Jej
ttL*yp aw? i^ aXntiftii^fA^ext^i <u- fit rr^&f- &u- jf\n nr/» tn+mij
,, - d/fP7. &?*</ÙLU*v*t. /yu&4*t~&*léA-/A*0t9S<U~a^ Oftx
<~/ Z hr
Extrait du registre de réception de la communauté des apothicaires rouennais
réception de Mésaize.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.