Saint Côme et saint Damien, de la médecine à la pharmacie - article ; n°312 ; vol.84, pg 477-496

De
Publié par

Revue d'histoire de la pharmacie - Année 1996 - Volume 84 - Numéro 312 - Pages 477-496
20 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 1996
Lecture(s) : 262
Nombre de pages : 21
Voir plus Voir moins

Pierre Julien
Saint Côme et saint Damien, de la médecine à la pharmacie
In: Revue d'histoire de la pharmacie, 84e année, N. 312, 1996. pp. 477-496.
Citer ce document / Cite this document :
Julien Pierre. Saint Côme et saint Damien, de la médecine à la pharmacie. In: Revue d'histoire de la pharmacie, 84e année, N.
312, 1996. pp. 477-496.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pharm_0035-2349_1996_num_84_312_6283PROFESSIONNELLES - ART ET PHARMACIE 477 PRATIQUES
Saint Côme et saint Damien
de la médecine à la pharmacie *
Pierre JULIEN
Paris, FRANCE
Le Bureau de l'Académie Interna tion que l'Institut du Monde Arabe a
tionale d'Histoire de la Pharmacie et pour vocation de servir et qui occupe
le Comité d'organisation du Congrès dans l'histoire de la médecine et de la
ont pensé que parler de saint Côme et pharmacie une place de premier
de saint Damien conviendrait au jour ordre.
La circonstance, enfin, c'est le où nous sommes, au lieu où nous nous
trouvons, aux circonstances qui XXXIP Congrès international d'His
toire de la Pharmacie. Or l'un des réunissent.
traits les plus remarquables de l'hisLe jour ? Nous sommes en effet
toire de la pharmacie est son étroite le 27 septembre et c'est à cette date
connexion avec tous les autres aspects que l'Eglise catholique a célébré des
de l'histoire de l'homme, dont l'hissiècles durant la fête de ces deux saints
toire socio-culturelle, l'histoire de l'art jusqu'à ce que le « motu proprio »
et l'histoire religieuse. Traiter des relaMysterii Pascalis de 1970 réforme le
tions entre la pharmacie et les saints calendrier romain et avance officiell
Côme et Damien, ce sera mettre en ement leur fête au 26 septembre - ce
évidence le caractère fondamentalequi n'empêche pas qu'en de nombreux
ment multidisciplinaire de l'histoire endroits, en Italie du sud notamment,
de la pharmacie. on la célèbre toujours le 27.
Le lieu ? Nous sommes à l'Institut
du Monde Arabe et les deux saints
Vase de pharmacie et coffret à jumeaux Côme et Damien seraient
médicament issus, selon la tradition, d'une famille
chrétienne arabe. Vous savez qu'ils Si le médicament et, par là, la
exerçaient la médecine, et cela gratui pharmacie n'occupent qu'une place
tement, d'où leur appellation d'« anar- minime dans la vie, fortement légen
gyres » (« sans argent »). Serait-ce en daire, et les miracles des saints
raison de la haute réputation, du pres Côme et Damien 2, il en va différem
tige de la médecine arabe au Moyen ment dans leur culte professionnel et
âge qu'on leur attribua à eux-mêmes dans leur iconographie, elle-même
la qualité d'Arabes 1 ? Peut-être. Quoi très liée à ce culte.
qu'il en soit, parler d'eux ce sera un En effet, dans leurs représentat
ions, deux de leurs attributs fonda- peu rendre hommage à une
* Note des éditeurs. La conférence donnée par P. Julien à la séance publique solennelle
de l'Académie Internationale d'Histoire de la Pharmacie dans le grand auditorium de
l'Institut du Monde Arabe, le 27 septembre 1995, s'intitulait Saint Côme et saint Damien
et la pharmacie. Faute de place, nous ne pouvons en donner ici - sous un nouveau titre -
que l'introduction et la partie principale. Nous ne pouvons, de même, reproduire que
quelques-uns des soixante-deux documents dont la projection accompagnait l'exposé. ACTES DU XXXIP CONGRÈS INTERNATIONAL D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE 478
- le nom d'un médicament : mentaux sont le vase de pharmacie et
Mumia sur une statue de la le coffret, la cassette ou la boîte à
cathédrale d'Essen (fin XVe s.), médicament. Un troisième, nous le
Bals [amum] Aromans à Ingol- verrons, s'y ajoutera cependant : le
stadt en l'église Maria-de-Victoria vase à mirer les urines ou urinai, dit
(XVIIP s.), aussi matula. Certes ils en ont d'autres
SEM : NIC et Mastix sur la banencore : la spatule pour étendre
nière de Gutenzell (milieu XVIIP s.), onguents et produits de consistance
etc. molle ; la pince pour prélever pilules
- ou un terme générique : ou trochisques ; le mortier, apparu
Medicin dans une peinture du assez tardivement ; un herbier ; des
Tyrol du sud, plantes médicinales ; etc. Mais le vase
Pana [cée] sur une toile de l'aet le coffret sont les plus anciens et ncienne Faculté de Médecine de Pont- de très loin les plus universels, les plus
répandus, et se trouvent souvent à-Mousson Medicamen (XVIe s.), chez les Francis
conjugués aux autres - la spatule, en cains de Ljubliana (XVIIP s.), etc. particulier, accompagne fréquemment - ou encore une expression de
le vase et la pince le coffret. portée religieuse : Elément le plus consubstantiel à Hic medicina vitae sur les vases
l'image de nos saints sinon dans les du groupe du pont Charles à Prague
débuts, du moins très rapidement, lien
pour nous le plus immédiatement évi (1709), Medicina Deus en l'église
dent entre eux et la pharmacie, le vase Sainte-Catherine de Mùhldorf , en All
à onguent ou à médicament a connu emagne, dans leur iconographie les variations [A] Deo omnis medela dans une
les plus diverses 3. statue baroque d'Abcoude, aux Pays-
En bois parfois, en faïence en Bas, etc.
général, de forme le plus souvent Quant au coffret ou boîte à médi
haute et cylindrique, tantôt il est cament, très répandu et pour ainsi dire
dépourvu de décor, tout uni comme à de règle dans l'iconographie byzantine
Brémur-et-Vaurois (Bourgogne), sim et d'Europe orientale, carré ou rectan
ple comme à Pont-1'Abbé (Bretagne), gulaire dans les icônes notamment,
en la petite église normande de Mir- rond ou ovale dans l'art florentin, il est
ville (XVIe s.) ou encore chez Hans von représenté tantôt fermé, tantôt ouvert.
Kulmbach (fin XVe s.) ; tantôt son Dans ce dernier cas, l'intérieur s'en
ornementation rivalise avec celle des présente de façon très caractéristique :
plus belles pièces contemporaines, il est divisé en plusieurs comparti
comme chez le Maître de Liesborn ments (de deux à douze) contenant des
(1465) ou dans la miniature si souvent produits de couleurs différentes dans
reproduite des Heures d'Anne de Breta lesquels on a voulu voir des trochis
gne (fin XVe s.), ou encore au monast ques - sans grand fondement à notre
ère de Santo Domingo de Silos, en avis.
Espagne, où l'albarel figuré dans le
groupe de la Vierge et des Saints est
De l'identité de représentation à la identique à ceux qui garnissent tout à
différenciation l'entour les rayonnages de l'apothicai
L'iconographie ancienne est une rerie.
Détail particulièrement intéres source historique parmi d'autres.
sant pour l'historien, certains de ces Comme les autres, elle a ses pièges.
vases portent inscrit : Dans la matière qui nous occupe, 1er- PROFESSIONNELLES - ART ET PHARMACIE 479 PRATIQUES
reur serait de voir systématiquement 1190, on les retrouve munis chacun
d'une palme 13. dans le vase ou le coffret à médica
ment une allusion à la pharmacie et Cette absence, puis, beaucoup
plus fréquemment, cette identité d'atde considérer que celui des deux frères
tribut se sont poursuivies durant qui porte un tel récipient doit être ipso
les siècles suivants. Quelques exempfacto tenu pour figurant un apothi
les : vitrail de Chartres vers 1230, caire ou pharmacien et donc pour le
panneaux de Sienne attribués à patron de cette corporation. Rien de
Bartolomeo Bolgarini, sceau de la plus faux ou de moins assuré durant
Marktkirche de Goslar et fresques de une longue période et, ensuite, dans
la Metropolis de Mistra au XIVe siècle, certains cas.
tableau de Lorenzo di Bicci à la cathéObservons d'abord que dans les drale de Florence, cloche Maria Glo- premières figurations que nous riosa de la cathédrale de Brème, stalles
conservons d'eux, Côme et Damien se du chur de la cathédrale d'Ulm et
présentent tous deux de façon identique. miniature des Heures de la famille de
Dans la plus ancienne, celle des mosaï Saint-Maur au XVe, statues du Mones-
ques de Saint-Georges de Thessaloni tier-Port-Dieu (Corrèze) au XVIIe et de
que4, au début du Ve siècle, ils sont Straubing (Bavière) au XVIIP, etc.
dénués d'attributs et ne s'identifient A quoi il ne faut pas manquer
que par l'indication de leur nom. A d'ajouter d'innombrables icônes et
Rome, un siècle plus tard, dans la autres uvres byzantines.
mosaïque de leur célèbre basilique du Ce n'est que vers le bas Moyen âge
Forum 5, ils ont en commun la cou qu'une réelle différenciation d'attributs
ronne du martyre et la trousse signi entre les deux frères commence à se
fiant le don de guérir. Trousse que généraliser. On voit alors de plus en
chacun d'eux porte au bras dans la plus fréquemment l'un d'eux avec un
urinai, l'autre avec un vase ou un fresque de VVadi Sarga (Egypte)
coffret à médicaments. aujourd'hui au British Museum, datée
Ainsi sont-ils sculptés au XIVe sièdu VIIe siècle 6, et que la main de Dieu
cle l'un mirant les urines dans un vase leur tend du ciel dans le Ménologe de
approprié, l'autre portant un pot, à Basile II (Xe-XP s.) 7. Dans un sacra-
l'autel saint-Roch des chirurgiens en mentaire d'Essen 8, au IXe siècle, c'est
l'église Sainte-Marie de Rostock 14. une simple palme qu'ils ont chacun
La même différenciation - matula comme attribut 9. Au milieu du XIe siè
pour l'un, vase ou coffret pour l'autre - cle, dans la magnifique pièce d'orfè
s'accentue vers la fin du XVe siècle et vrerie qui forme le premier plat de la au XVIe comme en témoignent ces
reliure de l'évangéliaire de l'abbesse uvres reproduites par Artelt : d'Essen Théophanie 10, ils portent cha vitraux de l'église de Pipping à
cun palme et pot. Ce dernier est leur proximité de Munich (1479), où un
attribut commun au siècle suivant, livre s'ajoute au pot 15 ;
dans un autre beau travail d'orfèvrerie, statues polychromes de la ca
le reliquaire de saint Epiphane en la thédrale d'Essen (fin XVe s.) où chaque
cathédrale d'Hildesheim n. Dans le saint porte de surcroît un glaive 16 ;
même temps, une miniature d'un mart peinture d'Hans von Kulmbach
yrologe (vers 1160-1170) de l'abbaye (t 1522) au Musée national germani
bénédictine de Zwiefalten les repré que de Nuremberg 17 ;
tableau de l'atelier de Michael sente tous deux sans attributs 12. Dans
l'Antidotarius magnus de Bâle, vers Wolgemut (f 1519) au même Musée 18. ACTES DU XXXIP CONGRÈS INTERNATIONAL D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE 480
Une preuve entre bien d'autres en Quel est le sens de cette
différenciation ? est fournie par une gravure frontispice
figurant les deux saints en pied sous Si l'urinai est incontestablement une arcature gothique double et et universellement le symbole de la
munis, l'un (saint Côme), d'un coffret médecine à l'époque et si donc celui
rectangulaire à douze cases (et d'une des deux frères qui en est muni figure
spatule), l'autre (saint Damien) d'une bien un médecin, symbolise bien la
boîte circulaire à trois compartiments. médecine et apparaît comme le patron
Très utilisée dans la première moitié de cet art, la signification du vase et du du XVIe siècle par l'imprimeur de coffret à médicament n'est pas aussi
Seville Jacques Cromberger pour des évidente.
éditions de Jean de Ketham, de ChaulPour nous, aujourd'hui, en tant
iac et d'autres, elle l'est déjà en 1493 que moyens de conservation et de di
pour une Chirurgie portugaise de Guy spensation du médicament, ces objets
de Chauliac 19 et en 1498 à Tolède pour évoquent immédiatement la pharmac
le traité de Jean Guttierez sur la ie. Il n'en était pas ainsi au Moyen
lithiase rénale et vésicale 20. Il est clair, âge et au XVIe siècle, non plus qu'au
surtout étant donné la nature des XVIIe et encore au XVIIP : le pot à
ouvrages en question, que l'un des onguent a été d'abord, fondamentale
saints est là comme patron des chirurment, l'attribut du chirurgien et le
giens et non pharmacien. symbole de la chirurgie. Il en va de
Un cas analogue est celui du célèmême, quoique beaucoup moins
bre tableau d'Adrien Isenbrandt ou de systématiquement, du coffret à médi
son école peint vers 1525 ou 1540 et cament, d'abord commun aux deux
passé de la collection van der Wielen frères et qui l'est d'ailleurs resté dans
au Musée d'Histoire de la Pharmacie les icônes.
d'Amsterdam. Nous ne pouvons suivre
L. Mez-Mangold quand, reproduisant
cette uvre, elle écrit de façon absolue
que « Côme est représenté en médecin
et Damien en pharmacien » 21. L'affi
rmation est en la circonstance d'autant
plus contestable que : 1) le saint de
droite, réputé être Damien, tient, outre
le pot à onguent, non pas une spatule,
mais un bistouri ; 2) les meubles du
blason au bas du tableau sont exclus
ivement des instruments de chirurgie ;
3) l'opposition entre le costume
magistral de Côme et celui de Damien,
vêtu de robe courte, contribue à mont
rer en ce dernier un chirurgien, non
un pharmacien 22.
Pour expliquer l'affectation au
chirurgien d'un symbole que nous,
Gravure sur bois dans : Jean de nous aurions instinctivement ten
Ketham, Libre de Medicina llamado dance à attribuer au pharmacien, il
Compendio de la Salud humana, faut se souvenir du rôle effectif des
chirurgiens jusque fort avant sous l'an- Seville, J. Cromberger, 1517. PROFESSIONNELLES - ART ET PHARMACIE 481 PRATIQUES
cien régime et même au-delà. Formé Un bel exemple en est la fameuse
« Medici-Madonna » de Roger van der aux principes d'Hippocrate et de
Galien, le médecin est alors un intel Weyden (Francfort, Institut Stâdel) 24.
lectuel qui raisonne sur les causes des Debout près de la Vierge, Côme, vêtu
maladies et c'est sur ce fondement d'une sévère robe longue à parements
théorique, à partir de quelques symptô de fourrure, porte en évidence un uri
mes observés notamment par l'urosco- nai de forme classique soigneusement
pie, qu'il pose diagnostic et pronostic. figuré et dans l'autre main un billet
Celui qui traite concrètement le écrit, sans doute une ordonnance :
malade, c'est le chirurgien. Pas ques c'est le médecin de formation acadé
tion pour le médecin de se livrer à des mique. Damien, vêtu de façon plutôt
opérations manuelles : c'est le domaine bourgeoise et portant robe courte,
du chirurgien, cet artisan dont le pro tient une spatule et met la main à une
pre est de travailler de ses mains. trousse-aumônière accrochée à sa
Tous les comptes de chirurgiens ceinture : c'est le chirurgien, praticien
qui nous sont parvenus le montrent : inférieur au médecin dans la hié
les chirurgiens exercent, outre la chi rarchie socio-professionnelle.
rurgie proprement dite, une bonne Un autre exemple remarquable du
partie des activités et médicales et couple « médecin-chirurgien » est
pharmaceutiques au sens actuel de ces fourni, plus anciennement, par la gra
termes : ils prescrivent, ils préparent, vure, attribuée à Urs Graf (1485 env. -
ils appliquent, en principe dans les 1527/1528), qui figure en tête d'un
affections externes, mais en fait aussi calendrier bâlois pour 1513 et
pour des maladies internes. Dans ces pour 1519 25. Les saints y sont repré
conditions, rien de plus naturel que sentés en action. L'un, le médecin,
de symboliser leur profession par le mire les urines d'un patient alité. Le
vase à onguent, la cassette à médica second, un pot d'une main, une spa
ment et la spatule. tule de l'autre, s'apprête à appliquer
Ainsi, comme l'ont bien senti le un topique à un homme assis blessé
Pr Artelt et A. Wittmann, un nouveau au front : c'est le chirurgien, figuré
couple iconographique s'est établi : dans un des actes de sa pratique pro
Côme médecin ; Damien chirurgien 23. fessionnelle. Le curieux de l'affaire est
Gravure sur bois, par Urs Graf, dans un calendrier pour 1519. Bâle, Musée d'Art,
cabinet des Estampes. ACTES DU XXXIP CONGRÈS INTERNATIONAL D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE 482
celui de la transplantation de la jambe que, par une singulière interversion,
le premier personnage est appelé Tha- noire, les désignait particulièrement :
mian (= Damiân) et le second leur type iconographique se dédouble
Kosm(a)m - erreur provenant appa alors comme nous venons de le voir.
remment de la réutilisation par le gra Mais une nouvelle évolution
conduisit les apothicaires à se substiveur d'images antérieures dépourvues
tuer en partie aux chirurgiens et à des noms des saints26.
L'utilisation à Augsbourg à la s'enrôler, en quelque sorte, sous la
même époque (1515) du même per bannière de saint Damien, en même
sonnage soignant, mais sans son nom temps qu'ils se dégageaient plus ou
ni son auréole, pour illustrer un moins de la droguerie et de l'épicerie
Unterweisungbùchlein fiir Chirurgen 21 pour tendre vers l'état de profession
achèverait de prouver, s'il en était plus scientifique et réellement médic
besoin, que c'est bien le chirurgien que ale. Ainsi rivalisèrent dans l'icon
l'on entendait représenter en tête du ographie le couple « Côme, médecin ;
calendrier bâlois. Damien, chirurgien» et le couple
Sur le vase ou la boîte à médica « Côme, médecin (et chirurgien) ;
ment comme emblème des chirur Damien, pharmacien», le second ten
giens les sceaux et blasons de leurs dant à se substituer au premier31.
corporations sont particulièrement C'est au XVIIe siècle et surtout au
démonstratifs, de même que leurs XVIIP, à partir du baroque et à l'épo
images corporatives. En ce qui que rococo, que l'iconographie de nos
concerne la France, je renvoie à cet saints prend une coloration de plus en
égard principalement aux publica plus pharmaceutique :
on les fait figurer sur des vases tions du DrLobligeois et du
Dr Dauchez sur les armoiries des pro de pharmacie et sur d'autres objets à
fessions médicales dans l'armoriai usage ;
on les représente souvent sur la général dressé par d'Hozier à la fin du
XVIIP siècle (1696-1701) 28. Qu'il me page de titre ou dans le frontispice
suffise de donner en exemple le blason d'ouvrages pharmaceutiques ;
on installe de plus en plus soude la communauté unique des médec
vent leur effigie dans les pharmacies ins, apothicaires, chirurgiens et bar
biers de Dol, en Bretagne 29 : les conventuelles et hospitalières et sans
doute dans les pharmacies de ville ; premiers y sont représentés par un
on les représente associés à une caducée de Mercure, les seconds par
pharmacie et l'on dépeint Damien et un mortier, les barbiers par trois
parfois même aussi son frère en pharrasoirs et les chirurgiens par la
macien. « boette » (boîte couverte) 30.
Vases et autres objets Du patronage des médecins et des
chirurgiens à celui des pharmaceutiques
apothicaires et pharmaciens Voici d'abord que les deux frères
apparaissent sur des vases d'officine - D'emblée et tout naturellement
albarels, piluliers, chevrettes - qui patrons de la profession qu'ils exer
semblent avoir été la spécialité d'un çaient de leur vivant, la médecine,
centre de fabrication italien du XVIIP Côme et Damien le devinrent égal
ement des chirurgiens, ce à quoi d'ail siècle mal identifié, Castelli sans
leurs leur miracle le plus remarquable, doute 32. Ils y accompagnent Marie- PROFESSIONNELLES - ART ET PHARMACIE 483 PRATIQUES
dans la préface de l'ouvrage 38. Mais Madeleine, elle-même une patronne
aucun des assistants figurés ne porte de la pharmacie, et, munis chacun
d'une palme, ils tiennent l'un l'urinai, d'auréole, ne tient le moindre attribut
l'autre un coffret à médicaments ou médico-pharmaceutique, ni n'accomp
un livre, on ne sait trop. lit le moindre acte ou geste médical.
On les peint sur du mobilier phar C'est à se demander s'il s'agit bien
maceutique. Par exemple, sur la face d'une consultation autour d'un malade
intérieure des portes d'une armoire ou pas plutôt d'une simple discussion
(XVIIe s.) de l'officine de Solsona d'affaires ou de politique, fort animée
(Espagne) conservée au musée de d'ailleurs. L'inscription « Cosma et
cette ville 33, ou à l'intérieur d'une jolie Damiane » serait alors une simple
pharmacie portative de 1723 naguère invocation et la gravure serait un bois
passée en vente publique à Munich 34. remployé inconsidérément 39.
Ils figurent sur la curieuse urne Mis à part quelques cas comme
jadis employée à Trogir, en Dalmatie, le bien connu titre-frontispice du
pour l'élection du pharmacien de la Ricettario Fiorentino de 1567, c'est en ville par le grand conseil 35. fait à partir du début du XVIIe siècle
Dans la vieille apothicairerie de que l'usage s'étend de représenter nos Valldemosa, à Majorque, c'est au dos saints en tête d'ouvrages professionnmarqueté d'un meuble porte-spatules els pharmaceutiques. Usage particuqu'on les découvre 36.
lièrement répandu en Italie et dont La destination de ces objets,
voici quelques exemples : s'ajoutant aux attributs qui y sont
1603 Taxe des médicaments de conférés aux saints, ne laisse aucun
Ferrare, doute : Côme y représente la médec
ine, Damien la pharmacie. De nom 1606 Antidotaire 2e édition, de Bologne,
breux autres objets pharmaceutiques
1615 Nouvelle édition de l'Antont certainement porté les mêmes
images, mais peu ont survécu. idotaire de Bologne,
1623 Ricettario Fiorentino,
1647 Taxe de Reggio Emilia,
Titres et frontispices d'ouvrages 1669 Tarif de Florence,
pharmaceutiques 1670 et 1696 Ricettario Fiorentino,
Simultanément, c'est avec une fr 1706 Taxe de Plaisance, si bien
équence croissante que les effigies de étudiée par le Pr Corvi, qui a
nos saints ornent le frontispice ou la réussi à identifier le rameau
page de titre d'ouvrages strictement tenu par Damien : de l'ell
pharmaceutiques . ébore blanc40,
Je doute qu'on puisse faire entrer 1732 Statuts de Ferrare (Indulti
dans cette catégorie d'images la célè pontifici...), bre gravure de la Concordia Apotheca- 1736 Taxe de Reggio Emilia. riorum Barchinone de 1511 qui
Quelques exemples aussi en pays représente un homme assis dans son
germanique : lit et entouré de quatre personnages.
1627 Pharmacopée de Cologne J. M. Suné y voit la « première repré
par P. Holtzemius, sentation connue des deux saints dans
1648 Nouvelle édition de la Pharun livre imprimé en Catalogne » 37.
macopée de Cologne, Certes elle est surmontée des mots
« Cosma et Damiane » et les deux 1689 Newe Apotheker-Ordnung de
saints sont invoqués un peu plus loin Vienne. ACTES DU XXXIP CONGRÈS INTERNATIONAL D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE 484
Calci, près de Pise, un petit tableau
baroque représente les sains accompa
TASSA gnant la Vierge à l'Enfant ; ils y sont
debout de part et d'autre d'une table
portant des instruments médico-phar
maceutiques.
En Espagne, à la chartreuse de
Valldemosa, l'apothicairerie conventDELLEROBE DI MEDICIN DEL Revilta, Tanto QUESTA ddl'Artc COLLEGIO ed femplici, ILLUSTRISSIMA E mcdefimi approvatt SUO a DISTRETTO, d l'Anno quanto digfi u DE' so CITTA Eletri MDCCXXXVi. SPECIALI comporte dal ALI DI Colfegio RJEGGIO, uelle de 1723 à laquelle George Sand
et Chopin eurent recours durant leur
séjour conserve, enserré entre les
rayons chargés de flacons, boîtes et
faïences, un tableau où les deux frères,
en robe et bonnet de docteur, s'entre
tiennent 43. Saint Côme porte urinai et
livre, tandis que Damien lui désigne,
sur la table, deux récipients à médi
caments. Disposé de façon analogue
à l'abbaye bénédictine de Santo & COSMO, E DAMIANO.
Domingo de Silos, mais entouré cette
fois de poteries de Talavera, un relief In Kcggio, pet h Vedrom. 173*. Con Lie. de Sup.
sculpté représente les deux saints
encadrant la Vierge. Leurs attributs - De ces ouvrages imprimés on peut
matula pour l'un, spatule double et rapprocher des documents manusc
albarel l'autre - sont d'une taille rits, professionnels eux aussi, à l'eff
disproportionnée, comme pour bien igie des deux saints, comme la lettre
souligner la spécialité de chacun d'eux. d'apprentissage délivrée par l'apothi
En Hongrie, à Kôszeg, l'ancienne caire Anton Menrad Fetzer à Elias
pharmacie des Jésuites, installée en Haumblecher, à Graz, le 2 janvier
1743-1744 et aujourd'hui transformée 1740 41, ou certains diplômes de phar
en musée, englobe dans ses boiseries macien vénitiens.
une grande toile ovale inspirée au
peintre Ettl par une gravure de Paul
Troger (1698-1762). L'un des saints, Présence de représentations
le médecin, a pour attribut un vase des saints dans les apothicaireries
cylindrique et devant lui une ordon
Sous une autre forme matérielle, nance. Son frère le pharmacien exé
Côme et Damien font également leur cute sa prescription en versant un
entrée iconographique dans les apo liquide dans une coupe. A la pharmac
thicaireries conventuelles et hospital ie-musée de Sopron deux médaillons
ières. peints offrent une représentation tout
En Italie, au couvent des Camal- à fait différente : chaque saint y soigne
un ou une malade. dules (province d'Arezzo), deux
emplacements sont réservés dans les En Slovénie, au couvent d'Olimje,
belles boiseries en noyer, au-dessus de où les voûtes de l'apothicairerie sont
chaque porte latérale de l'officine, décorées de peintures figurant des per
pour des portraits en médaillon de sonnages en relation avec la médecine
chacun des deux frères 42. Dans l'a et la pharmacie, Côme et Damien,
ncienne officine de la chartreuse de peints à l'entrée par Anton Lerchinger / Vit!
XVIIe s. Musée de Solsona (Espagne). Armoire de pharmacie,
Sceau des chirurgiens-barbiers
d'Olmùtz (Olomouc, Moravie), 1721.
Albarel en faïence
de Castelli (?), XVIIP s.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.