Cabrières, et les Cuivres à Sb/Ag du Sud de la France - article ; n°1 ; vol.89, pg 26-32

De
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 1992 - Volume 89 - Numéro 1 - Pages 26-32
RESUME Cabrières, et les Cuivres à Sb/Ag du Sud de la France. Un essai de recoupement entre 429 analyses d'objets en cuivre préhistoriques du Sud de la France, les produits métallurgiques intermédiaires de Roque-Fenestre, et les analyses du minerai des divers gîtes cuprifères Languedociens, permet de proposer une nouvelle classification des Cuivres à Sb/Ag.
ABSTRACT Comparisons between 429 analyses of prehistoric copper objects from the South of France, metallurgical products from Roque-Fenestre, and the analysis of copper ores from the different Languedoc mines, allow us to propose a new classification of the different Sb/Ag coppers.
7 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1992
Lecture(s) : 24
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

Jean-Luc Espérou
Cabrières, et les Cuivres à Sb/Ag du Sud de la France
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1992, tome 89, N. 1. pp. 26-32.
Résumé
RESUME Cabrières, et les Cuivres à Sb/Ag du Sud de la France. Un essai de recoupement entre 429 analyses d'objets en
cuivre préhistoriques du Sud de la France, les produits métallurgiques intermédiaires de Roque-Fenestre, et les analyses du
minerai des divers gîtes cuprifères Languedociens, permet de proposer une nouvelle classification des Cuivres à Sb/Ag.
Abstract
ABSTRACT Comparisons between 429 analyses of prehistoric copper objects from the South of France, metallurgical products
from Roque-Fenestre, and the analysis of copper ores from the different Languedoc mines, allow us to propose a new
classification of the different Sb/Ag coppers.
Citer ce document / Cite this document :
Espérou Jean-Luc. Cabrières, et les Cuivres à Sb/Ag du Sud de la France. In: Bulletin de la Société préhistorique française.
1992, tome 89, N. 1. pp. 26-32.
doi : 10.3406/bspf.1992.9491
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1992_num_89_1_9491Bulletin
de la SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE 1992 / TOME 89 / 1
Cabrières, et les Cuivres à bb/Ag
du Sud de la France
par Jean-Luc Esperou
(Vigneron, 1981) nous avaient laissé tout à fait perRESUME plexe en ce qui concerne les Cuivres à Sb/Ag.
Probablement liée à la méthode utilisée, une réelle
Cabrières, et les Cuivres à Sb/Ag du Sud de la confusion semble régner entre les groupes С F et G
France. de ce classement.
Un essai de recoupement entre 429 analyses Tous ces travaux démontrent la difficulté que d'objets en cuivre préhistoriques du Sud de la représente le classement de toute la production France, les produits métallurgiques intermédiaires de métallique analysée du Sud de la France, qui forme
Roque-Fenestre, et les analyses du minerai des divers actuellement une base de donnée composée de
gîtes cuprifères Languedociens, permet de proposer 429 analyses (1). une nouvelle classification des Cuivres à Sb/Ag.
Un essai de recoupement entre cette base de
données, les analyses du minerai des principaux
ABSTRACT gîtes cuprifères du Sud de la France et des produits
métallurgiques intermédiaires provenant des fosses
de Roque-Fenestre. nous permet de proposer une Comparisons between 429 analyses of prehistoric
classification purement chimique du seul groupe des copper objects from the South of France, metallurg
Cuivres à Sb/Ag. ical products from Roque-Fenestre, and the analys
is of copper ores from the different Languedoc
mines, allow us to propose a new classification of
/ - ANALYSE DES MINERAIS LOCAUX the different Sb/Ag coppers.
Parallèlement à nos recherches sur le site de
Dès 1960, E. Sangmeister (Junghans et al., 1960) Cabrières (Ambert et ai, 1984) notre équipe (2) mit
dans sa classification des cuivres Européens définis sur pied une campagne de prélèvements et d'ana
sait le groupe des cuivres du Sud de la France à lyses des minerais de cuivre de la bordure méridio
impuretés dominantes d'antimoine et d'argent nale du Massif central (fig. 1).
(Sb/Ag) qui, dans l'organigramme proposé, corres
Les 95 analyses réalisées portent sur 55 carbopondait au groupe Bl.
nates (46 malachites et 9 azurites), 11 chalcopyrites,
Dans leurs travaux suivants (Junghans et al.,
(1) Analyses par spectrographie d'arc et electrolyse (Bourhis 1968/1974) le groupe В avait complètement disparu,
et al.. 1966, 1969. 1975) (Bourhis et ai, 1979) (Jurighans et ai, et les cuivres du Sud de la France se répartissaient 1960-1968) (Sangmeister. 1971 ). dans le groupe E et ses nombreuses sous-classes (E10 (2) Équipe composée de P. Ambert. H. Barges. J.-L. Esperou. à E11B), mais principalement dans le groupe E11A. J.-L. Guendon. N. Houles. Ch. Landes. M. Lopez et P. Roques
avec pour les analyses la précieuse collaboration de J.-R. Par la suite, les Classifications Ascendantes Bourhis. et la compréhension de J. Briard, responsable de
Hiérarchiques proposées par E. Vigneron l'E.R. 27 du C.N.R.S. '

M I
1 - Carte de localisation des minerais analysés. ■Iftl/J ИНГ .'■.. lil' i.íH.Jť, IMI-L, Fig.
Fig. 2 - Diagramme de répartition par types de minerais.
14 cuivres gris (tétraédrite et ténnantite) et 15 miner
ais divers (non identifiés, bornite, bournonite)
Tous les minerais analysés présentent une com(fig- 2).
posante dominante Antimoine/Argent (Sb/Ag),
Le seul site de Cabrières fait l'objet de 34 anal ainsi qu'une composante Fer/Zinc (Fe/Zn) mais qui,
l'expérience le prouve, disparaîtra lors du grillage yses.
(fig.3A).
Dans la suite de cette étude nous avons délibéré
ment ignoré les échantillons de chalcopyrite techno Le taux d'Arsenic (As) varie de 0,2 à 1,7 % mais
logiquement inexploitables par les forgerons préhis aura lui aussi tendance à baisser lors du travail
toriques. métallurgique.
te:,
Ш 4\ Я<
'■' /\ ^
Fig. 3 - Diagrammes des taux d'impuretés : A : Tous les minerais : В : Les minerais de Cabrières ; С : Les objets de Roque-Fenestre ; D : Les minerais autres
que Cabrières. 28
Le taux de plomb (Pb) varie dans une très large L 'antimoine
fourchette de 0,001 à 5 % .
En comparant cette fois le diagramme des minerL'étain, le bismuth, le nickel et le manganèse ne ais de Cabrières et celui des produits métallursont présents qu'en l'état de traces négligeables. giques de Roque-Fenestre (fig. C3), nous constatons
que le taux d'impureté en antimoine dans les
gouttes de métal (2,7 %) et surtout dans les scories
// - ORIGINALITE DU MINERAI (6,3 %) implique l'utilisation de Cuivre gris (Cu, Fe,
Zn, Ag)12 (SbAs)4 S13) principal minerai pourDE CABRIÈRES
voyeur de ce métal, et implique de ce fait un niveau
technique de fonte dépassant la simple réduction L'étude comparative du diagramme des pourcen des carbonates. tages d'impuretés du minerai de Cabrières (fig. 3B)
et de celui des autres minerais (fig. 3D), montre
deux faits significatifs.
/// - LE CUIVRE ORIGINAIRE DE CABRIERES
Le plomb
Sur la base de l'échantillon actuel des cuivres du
sud de la France (429 analyses), le classement sui
Le minerai de Cabrières ne contient que très peu vant les critères du métal théorique défini en 1984
de Plomb (entre 0,001 et 0,05 %), alors que les (Ambert, 1984), et sans tenir compte du taux
autres minerais en contiennent notablement plus d'impureté en plomb, permet d'isoler un groupe
(entre 0,07 et 6 %), la moyenne du lot se situe à « A 1984 » fort de 169 objets.
0,9%.
En testant sur ce groupe « A 1984 » de légères
Cette situation découle de l'absence totale de modifications des seuils de taux d'impuretés on
Bournonite (Pb, Cu, Sb S3) dans les filons de constate la permanence de l'homogénéité et de la
Cabrières, alors que celle-ci est assez fréquente dans représentativité du groupe « A ».
les autres régions cuprifères.
De plus l'introduction d'un seuil maximum de Pb
En tenant compte du fait que le plomb, par à 0,05 % éclate le groupe « A » en deux lots « Al et
réduction, a tendance à s'accumuler au cours de la A2 » forts de 111 et 58 analyses (tableau ci-dessous).
fonte du minerai, nous pouvons affirmer que le
métal issu des mines de Cabrières ne peut contenir Comme nous l'avons dit plus haut, seul le groupe
un taux de plomb supérieur à 0,05 %. Affirmation sans plomb provient assurément de Cabrières.
confirmée par les produits métallurgiques de L'origine du cuivre du groupe Pb > 0,05 % est à
Roque-Fenestre où le taux maximum de plomb est rechercher dans d'autres exploitations ou dans des
de 0,045%. mélanges de métaux provenant de diverses origines
et assemblés par les forgerons préhistoriques.
L 'argent
IV - DÉTERMINATION
Deuxième fait significatif, le taux d'impuretés en DES GROUPES Al ET A2 argent du minerai de Cabrières est largement supé
rieurs à ceux des autres minerais. Il passe d'une
moyenne de 0,83 % à Cabrières à 0,44 % dans les Bien qu'uniquement axé sur les Cuivres à Sb/Ag,
autres minerais. l'organigramme (fig. 4) de détermination des deux
Groupe Sn Pb As Sb Ni Bi Fe Zn Mn Nb Ag
— — — A 1984 <0,2 >0,4 >0,25 <0,5 <0,08 169
— — A <0,3 >0,3 >0,3 <0,04 169
— — — — Al <0,05 <0,3 >0,3 >0,3 <0,04 <0,08 111
— — — — A2 >0,05 <0,3 >0,3 >0,3 <0,04 <0,08 58 .
29
isolant propos. inférieur Viennent ainsi à 0,3 ensuite les % groupes et deux le nickel Ax"-A3-A5 tests où inférieur l'arsenic également à 0,004 doit hors être %,
Pour terminer, un test sur le pourcentage de
plomb, détermine le groupe Al si le plomb est infé
rieur ou égal à 0,05 % , et classe dans le groupe A2
le reste de l'échantillon.
V - DIFFUSION DES CUIVRES Sb/Ag
DANS LE SUD DE LA FRANCE
La comparaison des aires de diffusion des cuivres
à Sb/Ag suivant le taux de plomb amène quelques
(ггэ Groupe SbAg) constatations (fig. 5 et 6).
— Pour l'Aveyron, le groupe des Treilles utilise
indifféremment des cuivres Al et A2, il en est de
même dans le Gard pour le groupe de Fontbouisse,
ainsi que dans la moyenne vallée de l'Aude.
— Pour le Lot et le Tarn-et-Garonne, la quasi-
totalité des outils sont sans Pb, ainsi que pour les
deux seuls outils à Sb/Ag de Provence.
ФШШщЩ
ШшШВ
Fig. 4 - Organigramme de détermination des groupes Al et A2.
Fig. S - Les cuivres à Sb/Ag avec Pb < 0,05 (groupe Al).
groupes Al (cuivres de Cabrières) et A2 (cuivres
avec Pb probablement Caussenard) prend en
compte l'essentiel des impuretés présentes.
Le premier test, élimine dans un groupe X les
objets possédant plus de 0,09 % d'Étain.
Le deuxième test. Antimoine et Argent supérieur
à 0,3 %, défini le groupe A (223 analyses) par rap
port aux groupes В et С (188 analyses à eux deux)
qui sont ici hors propos.
Non présenté dans cette étude, un recyclage du
groupe С amène la création de deux groupes A Г et
A2\ très proche des groupes Ai et A2, mais dans
lesquels l'Antimoine ou l'Arçent se situe entre 0,1
et 0.3 % Fig. 6 - Les cuivres à Sb/Ag avec Pb < 0,05 (groupe A2). 30
— Pour la basse vallée de l'Hérault et la bande de bournonite dans sa confection. Ce fait est
confirmé par le « meltingpot » que représente les littorale, les cuivres du groupe Al dominent large
ment. analyses du mobilier métallique de cette grotte
« typiquement Fontbouisse » où trois objets ont des
— Par contre tous les cuivres ardéchois sont un teneurs en plomb supérieures à 2,8 % ce qui dénote
iquement du groupe A2. une relation caussenarde évidente.
Si une courte majorité des perles facettées a été — Enfin pour le Toulousain, le cuivre à Sb/Ag
réalisée en cuivre Al, il est indéniable que cette est totalement absent, la quasi-totalité des outils
forme a également été utilisée par les métallurgistes étant des cuivres à l'arsenic.
caussenards.
Bien que numériquement plus faible, la réparti
tion des productions du groupe A2 semble désigner VI-2 - Les pendeloques en languette
l'Ardèche ou la bordure cévenole du massif de
PAigoual comme centre de production.
Parures typique de « l'Ouest-Caussenard », elles
ont fourni 13 analyses réparties entre le Lot, En effet, les cuivres du Quercy et de l'Albigeois
l'Aveyron et le Tarn-et-Garonne. très proches du Sud-Ouest Caussenard (région de
Camarès) sont à plus de 90 % en cuivre sans plomb. — 4 objets sont en cuivre Al, auquel il faut ajouIls s'inscrivent dans un axe de diffusion vers la ter quatre autres objets de composition très proche façade atlantique des cuivres de Cabrières, dont (groupe АГ). l'objet le plus septentrional est l'alêne du dolmen
d'Ancénis en Loire- Atlantique. — Seules 2 pendeloques sont réalisées en cuivre
A2, et trois autres peuvent être considérées comme
des cuivres purs.
VI - GROUPES METALLIQUES Dans ce cas (8/13), les relations entre la fabrica
ET TYPOLOGIE tion de ces objets et le métal de Cabrières est évi
dente, sans pour autant exclure des approvisionne
ments caussenards ponctuels. II nous a semblé intéressant d'appliquer ce class
ement à des groupes d'objets bien définis.
VI-3 - Le dépôt de haches-lingots de Siran
VI- 1 - Les perles facettées Languedociennes Situé dans la basse vallée de l'Aude, au départ de
l'axe de communication avec la façade atlantique,
composé de 14 objets (5 haches et 9 lingots), le Considérées comme un pur produit de la métal
dépôt de Centeille à Siran nous éclaire sur la comlurgie du groupe de Fontbouisse, elles ont donné
plexité engendrée par les phénomènes liés à la 12 analyses provenant toutes du Gard, exceptée la
perle de la Grotte de Villeneuve située en Lozère. refonte ou à un approvisionnement diversifié de
métal.
— 6 d'entre elles sont du groupe Al et confi
— Un seul objet est typique du cuivre Al de rment les relations entre Cabrières et la métallurgie
Cabrières. de Fontbouisse.
— Un autre est, quant à lui, typique du cuivre — 2 exemplaires appartiennent au groupe С
A2 Caussenard. (plus précisément au groupe Cl) pas très éloigné du
groupe Al, mais significatif d'une métallurgie diffé — Un troisième, offre toutes les caractéristiques rente (refonte ?). d'un cuivre Alpin à As/Ni.
— 3 perles appartiennent au groupe A2, avec — Un quatrième, à Sb/Ni dominant, est inclas
entre autres la perle de la Grotte de Villeneuve réa sable.
lisé en cuivre caussenard dans le domaine causse
nard. — Une hache et un lingot sont en cuivre à l'arse
nic, probablement d'origine Ibérique.
— Enfin un exemplaire de la Grotte de la
— Enfin 8 objets ne présentent pas d'impuretés Rouquette se situe par ses taux de Sb/Ag en marge
du groupe A2, mais se signale par un taux excep majeures et peuvent être considérés comme des
cuivres purs. tionnel de plomb (7,5 %) significatif de l'utilisation :
;
:
:
:
:
:
31
A partir de ce « stock de métal » nous pouvons des lentilles stratiformes, mises en évidence par une
imaginer toutes les combinaisons, y compris les plus érosion toujours active, renferment des bois fossiles
farfelues, pour réaliser, au choix, une métallurgie (lignite) imprégnés de carbonates de cuivre (azurite,
Fontbouisse, Caussenarde ou même Campaniforme. malachite) à impureté majeure d'arsenic.
La facilité d'exploitation de ces gisements
(récolte dans les éboulis). alliée à la facilité de pro
Vil -CONCLUSION duction de métal (carbonate + lignite = cuivre à
400°) pouvait difficilement laisser indifférents les
premiers métallurgistes. Toutes ces constatations ouvrent la porte à un
certain nombre de nouvelles hypothèses sur la chal- Prob/etéris colithisation des cultures du sud de la France. M.J.C. Servian.
bd de la Lène. 34290 Servian
— Les phénomènes liés à la refonte ou au
mélange de matières premières sont intervenus très
rapidement, et perturbent, si l'on n'en tient pas
compte, les études statistiques.
— Il semble qu'au-delà des groupes culturels des (Ambert P.. Barge H.. Bourhis J.-R. et Espérou J.-L.
circuits commerciaux aient fonctionné dès les (L984) — Mines de cuivre préhistorique de Cabrières (Hérault)
Premiers résultats. Bull. Soc. Préhist. Fr., L984. t. 81. 3. pp. 83-89. débuts de l'apparition du cuivre, et qu'il faille
Ambert P.. Barge H.. Bourhis J.-R. et Espérou J.-L. (1985) — renoncer à une association stricte entre groupes cul Mise en évidence, âge et niveau technique des exploitations turels, ensembles métallogéniques et ensembles préhistoriques cuprifères de Cabrières (Hérault). Archéol. en
typologiques d'objets. Lang., 4. pp. 91/95.
Ambert P.. Espérou J.-L. et Solari M.-E. (à paraître) — Mines — Cette même diffusion plaide en faveur d'une et mineurs chalcolitiques de Cabrières (Hérault), leur impact
apparition simultanée de la métallurgie dans les régionale. XXÍÍT Congrès de la Société Préhistorique
Française, Paris, novembre 1989. divers groupes culturels du néolithique-final/chalco-
Bourhis J.. Giot P.-R. et Briard J. (1966-1969 et 1975) — lithique du Sud de la France, et rejette l'hypothèse Analyses spectrographiques d'objets préhistoriques et de foyers métallurgiques autonomes. Se pose alors antiques Г" série 1964-65 ; 2° série 1969 3" série 1975. le problème de la non-chalcolithisation du groupe Travaux du Laboratoire d'Anthropologie, Rennes.
de Ferrière, contemporain et voisin des deux Bourhis J. et Briard J. (1979) — Analyses spectrographiques
groupes indéniablement chalcolithiques de la basse d'objets préhistoriques et antiques. 4' série. Travaux du
Laboratoire d Anthropologie, Rennes. 133 pages. vallée de l'Hérault et des Causses.
Junghans S.. Sangmeister E. et Schroder M. (1960) —
— Il est fort probable que simultanément au site Metalanalysen kupťerzeitlichen und friïhbronzezeitlicher
Bodenťunde aus Europa. Studien zu den Anfiingen der de Cabrières un ou plusieurs autres lieux d'extrac Métallurgie. I. 1960. Berlin. Gegr., Mann. 217 p. tion aient fonctionné soit dans le secteur Junghans S.. Sangmeister E. et Schroder M. (1968) — Camares/Brusques, soit dans le Kupl'er und Bronze in der friihen Metallzeit Europas. Die Nant/Arrigas. Materialgruppen beim Stand von 12000 Analysen. Studien zu
den Anfangen der Métallurgie, 2. 1-2-3. 1968. Berlin. Gegr..
— Enfin en marge des productions de cuivres à Mann.
Sb/Ag, et donc de cet article, la campagne de prél Sangmeister E. (1971) — Die Kupferperlen im Chalkolithikum
èvements et d'analyses des minerais a permis de Sud-frankreichs Ein Beitrag zur Geschichte der friihen
Métallurgie. Mélanges A. Varagnac, Paris, pp. 641-679. mettre en évidence la possibilité d'une production
Vigneron E. ( 1981 ) — Contributions de l'analyse des données à artisanale mais technologiquement dès plus simple l'étude des débuts de la métallurgie dans le Midi de la France. de cuivre à l'arsenic. Dans les conglomérats de grès
X" Premiers Congrès. Résultats. Mexico. XVI. Union pp. Inter. 10-33. Scienc. Pré. Proplohist., du Trias, surplombant le bassin Permien de Lodève, 32
Séance
de la Prehistoric Society
et de la
Société Préhistorique Française
à Bristol
10-12 Avril 1992
Bulletin dHnscription ci-joint
à retourner
avant le 14 mars 1992
J.-P. Mohen, Gérant, n° C.P.P.A.P. 28 888 Imp. LABOUREUR et Cie, 36101 Issoudun Cedex - Tél. 54 21 00 87

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.