Contribution à l'étude de la préhistoire du Confolentais : la station de Périssac, commune de Esse (Charente) - article ; n°7 ; vol.76, pg 206-216

De
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 1979 - Volume 76 - Numéro 7 - Pages 206-216
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 1979
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins

Roger Crédot
Michel Dominique
Contribution à l'étude de la préhistoire du Confolentais : la
station de Périssac, commune de Esse (Charente)
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1979, tome 76, N. 7. pp. 206-216.
Citer ce document / Cite this document :
Crédot Roger, Dominique Michel. Contribution à l'étude de la préhistoire du Confolentais : la station de Périssac, commune de
Esse (Charente). In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1979, tome 76, N. 7. pp. 206-216.
doi : 10.3406/bspf.1979.5208
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1979_num_76_7_5208Bulletin la SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE 1979 /TOME 76/7
Contribution à létude de la préhistoire
du Conxolentais :
la station de Périssac,
commune de Esse (Charente)
par Roger Crédot et Michel Dominique
— coordonnées Lambert carte d'état-major Le Confolentais, partie limousine des Charentes,
x = 21,4, y = représente un prolongement des terres froides du Confolens, feuille XVIII-30
Limousin et de la Marche. La zone Est, située sur 01,5,
la rive droite de la Vienne, a connu le passage et 0° —41' coordonnées 7", latitude géographiques Nord : 46° 2' : 7". longitude Est : le séjour de l'homme préhistorique depuis des temps
fort anciens. Des stations d'époques les plus diverses Le plateau de Périssac est bien connu des Confoly sont nombreuses et leur nombre s'accroît à mesure entais car il porte les ruines de deux dolmens et, que les recherches s'y développent. d'autre part, la tradition locale y situe une bataille
La station de Périssac est sise dans la commune de Charlemagne contre les Sarrazins, tout près de
de Esse, commune limitrophe à celle de Confolens. l'étang des Seiches. Un château d'eau monumental
Elle occupe une partie d'un plateau granitique avec compromettant la beauté grandiose du paysage est
filons de quartz (1) dominant le hameau de Périssac, souvent le but de leur promenade.
la vallée de la Vienne et les sols calcaires et plus
chauds de la région d'Alloué, de Pressac situés à
quelques kilomètres à l'Ouest et tout aussi riches
MATERIAUX DE L'INDUSTRIE LITHIQUE en stations préhistoriques.
Le plateau s'intercale entre la confluence du Goire
et de l'Issoire avec la Vienne. Au cours d'une dizaine d'années de prospections
La station faisant l'objet de l'étude est entourée régulières, sur une superficie d'environ 1 hectare,
de points ayant donné du matériel archéologique (2). nous avons recueilli un matériel abondant en jaspe,
en silex et plus rarement en quartz. — La Boissonnie : biface cordiforme et jaspes
1) Jaspes : taillés.
— jaspes ocres 299 — Le Petit Neuville : pointe moustérienne. —rougeâtres 169
— jaspes jaunes, rouges ou ocre — La Grange Patureau : racloir moustérien.
rouge 49 517 (29,69 %) — Le Maroin : important matériel du Moustérien
2) Silex : et du Paléolithique supérieur. — silex blanc ou gris jaunâtre . 398
— Pierrefixe : Néolithique. —à patine blanchâtre por-
celainée, jaunâtre ou bleutée 94 — Gorce : pointe moustérienne et Néolithique, — silex jaune translucide 12
— silex noir ou gris noir 199 Les coordonnées de la station de Périssac sont les —jaune ou marron .... 167 suivantes : — silex veiné noir, rouge,
opaque, jaune 60
— silex jaspoïde jaune et opaque 38
—rouge ou grenat 25
(1) Carte géologique de la France 1/80 000, Confolens, 2'' édi — silex gris blanchâtre, opaque 53
tion. — silex rose, opaque 204 1 250 (69,36 %) (2) Etienne Patte — Les études préhistoriques dans le Centre- 3) Quartz 35 35 (1,94 %) Ouest de la France et l'Institut de préhistoire de l'Université de Poitiers, 1933. Le Paléolithique dans le Centre-Ouest. Masson Total 1 802 éditeur. :
:
:
207
Nous avons recueilli aussi un bord de vase en B) Description des pièces
poterie grossière, 2 objets indéterminés en bronze
Le matériel a été tiré d'éclats, une seule lame a et un en plomb.
été découverte à ce jour. Le débitage est faiblement Cette région du Confolentais où les granites et les levallois. Les éclats non levallois prédominent roches granitées dominent et n'ayant pas de silex, (90,1 %) et peuvent se répartir en : celui-ci a été importé des régions immédiatement voi — talons lisses 14,63 % sines formant la bordure sédimentaire du Limousin. —facettés 39,13 % Les jaspes utilisés, de couleur ocre, rougeâtre ou jaune — talons dièdres 2,17 %
—ôtés 19,56 % moucheté de dendrites de manganèse proviennent
— talons cassés 26,08 % des régions d'Alloué, de Champagne-Moutons, de
Hiesse ou d'Epenède où ils affleurent en plusieurs 1) biface (1,1 %) points. Les quartz ont également une origine locale, II a été fabriqué à partir d'un éclat dont le talon les veines étant fréquentes à proximité de Périssac. a été enlevé. Il est de facture grossière et a été
fortement endommagé par les travaux aratoires.
Mensurations (3)
L = 86 mm m = 52 mm a = 34 mm INVENTAIRE DU MATERIEL
n = 50 mm e = 15,1 mm О = 64,5 mm
L n
— = 2,57 — X 100 = 96,15
II est utile de rappeler que les objets recueillis a m
résultent de ramassages de surface où les mélanges Ce biface se classe dans les cordiformes plats et
d'industrie sont inévitables. Malgré les inexactitudes allongés.
que cela comporte nous avons dû séparer les diffé
rentes industries en nous référant à la typologie des 2) racloirs (28,40 %)
objets : La plus grande partie de l'outillage est constituée
1) Matériel brut : par des racloirs. Ils sont de divers types. La pièce
— éclats de taille 954 n° 2, fig. 1, est un grand racloir convergent, il est — nucléis 13 fortement patiné. La pièce n° 5, fig. 1, est un racloir — tablettes de ravivage 1
latéral. Un seul racloir a été tiré d'un éclat levallois — lames brutes entières ou cassées 16
— lamelles brutes ou .... 104 1 088 épais (fig. 2, n° 14). L'influence charentaise se mar
que dans la pièce n° 2) Matériel indéterminé 15, fig. 2, qui est un racloir
— éclats retouchés 144 demi-Quina à retouches alternes. L'outil n° 4, fig. 1, — éclat denticulé 1 145 est un racloir latéral troncature. L'éclat n° 16, fig. 2, 3) Matériel moustérien 88 88 à retouches alternes a pu être utilisé comme racloir. 4)du paléolithique supérieur .... 435 435
5) Matériel néolithique 46 46 3) pointes (12,5 %)
Total 1 802 Les sont assez nombreuses dans ce gis
ement, nos 7 et elles 8). ont Elles été proviennent cassées assez dans souvent la plupart (fig. des 1,
cas d'éclats à talon facetté convexe. Certaines sont ETUDE DU MATERIEL ARCHEOLOGIQUE
d'une grande qualité (fig. 1, nos 6, 9, 10, 13). Une
pointe en jaspe a eu le talon ôté (fig. 1, n° 11).
I — Le Moustérien 4) éclats retouchés
Comme dans toutes les stations du Confolentais,
Le matériel n'est pas assez abondant pour que les éclats retouchés sont fréquents (52,27 %) ; ils
l'on puisse dresser une courbe cumulative. sont en silex, en jaspe et plus rarement en quartz.
A) Décompte des pièces 5) choppers (5,6 %)
1) Outillage en silex ou en jaspe Les ne sont pas rares dans cette région,
— biface 1 les Madys et Rue, commune de Saint-Maurice-des- — racloirs 20 Lions (16), en ont donné de nombreux exemplaires. — pointes 9
Ces outils ont été découverts mélangés à du Moust— éclats retouchés 23 53
érien dont il est impossible de les séparer. Ils ont 2) Outillage en quartz :
été tirés de galets en quartz de la Vienne ou de — éclats 23
— choppers 5 l'Issoire. Ces ont subi plusieurs enlèvements, — pointes 2
— racloirs 5 35
(3) F. Boudes — Typologie du Paléolithique ancien et moyen. Total 88 Imprimerie Delmas, Bordeaux. 208
Fig. 1 - 1 : biface ; 2 : grand racloir convergent ; 3 : racloir convergent épais ; 4 : racloir troncature ; 5 : racloir
latéral ; 6 à 11, 13 : pointes. 209
23
Fig. 2 - 14 : racloir épais ; 15 : raclolr deml-Qulna ; 16 : éclat à retouches alternes ; 17 à 20 : choppers ; 21
racloir sur bout d'éclat ; 22 : galet retouché ; 23 : racloir ; 24 et 25 : fragments de pointes. .
210
le plus souvent sur une seule face afin de dégager proviennent de petits éclats dont on a dégagé une
un tranchant (fig. 2, nos 11, 18, 19, 20). pointe par des retouches abruptes ou semi-abruptes.
Le pourcentage élevé de racloirs et de pointes 4) les burins (IB = 27,05 %)
rattache cette industrie à un Moustérien typique, la Le burin est l'outil le plus abondant de cette staprésence du biface pouvant être fortuite (4). nos 57 tion. La plupart des types s'y trouvent (fig. 4,
nos 66 à 73). à 65 et fig. 5,
// — Le Paléolithique supérieur — burins dièdres 13
—d'angle sur cassure 6
— burin dièdre multiple 1
A) Décompte du matériel — burins busqués 3
—sur troncature 18 — lames et lamelles retouchées 234 — burin multiple mixte 1 — grattoirs 38 — burins nucléiformes 4 — perçoirs 18
— micro-perçoirs 6 Total 46 — burins 46
— ravivages de burins 4 5) troncatures (18,23 %)
— pointes atypiques 20
— troncatures sur lames et lamelles (31 + 5) . 36 nos Elles 31, comprennent 32, 34), obliques des troncatures (fig. 3, concaves n° 33), droites (fig. 3, — racloir 1
— lamelles à dos abattu 9 (fig. 3, n° 39), la lame troncaturée n° 38 a pu être
— triangles 3 utilisée comme perçoir. — segments de cercle 2
— micro-grattoirs 5 6) les lamelles à dos (5,29 %)
— microburins 10 Elles ont toutes été cassées (fig. 6, nos 94, 95). — débris 2
— trapèze 1 7) les microlithes (14,68 %)
Les géométriques sont peu nombreux, Total 435
n° 92), 1 segment de cercle est remarquable (fig. 6,
nos 101, les triangles comprennent 2 scalènes (fig. 6, B) Etude du matériel n° 102). Les 103) et un triangle isocèle (fig. 6,
1) lames et lamelles retouchées (5) microburins sont variés : microburins proximaux
(nos 85, 86, 87), microburins opposés à cassure par Les lames et les lamelles retouchées abondent.
flexion (nos 88, 89), distaux (nos 90, 91). La plus grande partie de l'outillage est façonné sur
lames ou lamelles. Beaucoup d'entre elles sont d'une 8) les encoches (3,52 %)
grande habileté (fig. 5, nos 45, 46, 47, 48, 49).
(nos Elles 52, sont 56). le Comme plus souvent l'ensemble sur de des l'outillage lamelles fines elles
2) les grattoirs (6) (IG = 22,35 %)
ont subi des cassures lors des travaux agricoles. Une Comme dans toute station du Paléolithique supér
n° seule 46). pièce est sur une lampe plus épaisse (fig. 4, ieur, le groupe des grattoirs est important. Dans
ce nos groupe 74, 75, prédominent 76, 77, 80, les 81). grattoirs Les grattoirs sur éclat sur (fig. bout 5, En conclusion, cette station a connu le passage
des hommes du Paléolithique supérieur. Les découde lame sont rares, un seul est vraiment typique
vertes de cette période dans la station de Périssac n° 79). Le grattoir n° 78 provient d'un éclat (fig. 5, sont nettement délimitées et ne s'éparpillent que sur laminaire dont la cassure opposée à la partie agis
une vingtaine de mètres, alors que le Moustérien et sante de la pièce a été retouchée.
le Néolithique sont plus dispersés. L'outillage est
3) perçoirs et micro-perçoirs (10 % et 3,52 %) presque entièrement façonné sur lames ou lamelles.
Le nombre des burins est élevé (IB = 27,05 %, nos Les 29, perçoirs 30) ou sur sont troncature le plus souvent (fig. 3, sur éclat (fig. 3, IBd = 8,22 %, IBt = 10,58 %). Les microlithes nos 26, 27, 28),
sont peu nombreux. Il semblerait que l'outillage se n° un seul 34). exemplaire Les micro-perçoirs est sur troncature (fig. 6, nos concave 105 à (fig. 108) 3, rattache à un Magdalénien qu'il est difficile de pré
ciser, peut-être un Magdalénien terminal.
(4) F. Bordes — Le Paléolithique dans le monde. L'Univers
des connaissances, Hachette. Michel Dominique, Paul Fitte et Jean-Pierre Texier — Sta /// — Le Néolithique tion préhistorique des Madys, commune de Saint-Maurice-des- Lions (Charente). Bulletin de la Société Archéologique et Histo
rique du Limousin, tome C, 1973. Le Néolithique est très abondant dans tout le (5) Beaucoup de ces lames et lamelles appartiennent au Paléolithique supérieur, mais des mélanges d'industries ont pu Confolentais et particulièrement dans la commune avoir lieu. de Esse où des stations sont en voie de prospection. (6) Les indices ont été calculés d'après la typologie de Mme D. DE SONNEVILLE-BORDES : Notre station de Périssac n'est qu'à quelques dizaines D. de Sonneville-Bordes — La préhistoire moderne, Fanlac de mètres de 2 dolmens détruits, dont l'un a été éditeur. :
211
44
Fig. 3 - 26 à 28 : perçoirs sur troncature ; 29 et 30 : perçoirs sur éclat ; 31, 32 et 34 troncatures concaves ; 33 : tron-
cature oblique ; 35 : pièce composite : troncature oblique et perçoir à l'extrémité 36 à 38 : troncatures obliques ;
39 : troncature droite sur lame ; 40 à 44 : perçoirs. 212
65
64
Fig. 4 - 45 : lame entière à encoche ; 46 à 49 : fragments de lames retouchées ; 50 et 51 : fragments de lame à retouches
partielles sur cassure ; 52 à 56 : lamelles à encoches ; 57 et 58 : burins dièdres ; 59 et 60 : burins d'angle doubles ;
61 : burin dièdre associé à un burin transversal ; 62 : burin d'angle double sur troncature concave partielle ; 63 :
burin dièdre ; 64 et 65 : burins d'angle. 213
84
Fig. 5 - 66 : burin dièdre grossier ; 67 : burin busqué ; 68 et 69 : burins d'angle ; 70 : burin transversal ; 71 à 73 :
burins sur troncature retouchée ; 74 à 77, 80, 81 : grattoirs sur éclat ; 78 et 79 : grattoirs sur bout de lame ; 82 à
84 : perçoirs sur éclat. 214
114 115 1I6 117
137
130
132 133 136
Fig. 6 - 85 à 91 : microburins ; 92 et 93 : segments de cercle ; 94 et 95 : fragments de lamelle à bord abattu ; 96 et 97 :
troncatures sur lamelles à encoches ; 98 : microburin sur outil ; 99 et 100 : troncatures concaves sur lamelles ; 101
et 103 : triangles scalènes ; 102 : triangle isocèle ; 104 : trapèze ; 105 à 108 : micro-perçoirs pç ; ; 109 à 111 micro-
grattoirs ; 112 à 117 : pointes à base non retouchée ; 118 : hachette ; 119 à 121 fragments de javelot ou de poi
gnard ; 122 : pointe triangulaire à retouches bifaciales ; 123 pointe foliacée à retouches bifaciales ; 124 à 137 :
pointes à tranchant transversal.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.