Contribution de la saisie tridimensionnelle à l'étude de l'art pariétal et de son contexte physique - article ; n°1 ; vol.102, pg 189-197

De
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 2005 - Volume 102 - Numéro 1 - Pages 189-197
Any analysis of painted, drawn or engraved marks in prehistoric caves and shelters is materialised, among other things, by a graphic rendering of the motifs observed, i.e. a recording or survey. Methods used for this activity evolve continuously, not only for reasons motivated by research but also due to the appearance of ever-more effective recording materials and equipment. At present, the abandoning of methods of transferring data on to a transparent support and their replacement by photography implies a much stricter taking into consideration of the morphology of cavity walls in order to present the survey's metrical characteristics. In view of this, we had developed specific equipment based on the principal of luminous profiles while, over the past ten years, 3D laser sensors have appeared which are capable of generating very high resolution digital terrain models (DTMs), with a high density of points. The joint use of these measuring instruments and of a camera leads to a remarkable evolution in the graphic rendering of data related to parietal anthropogenic marks, but also to their physical environment. This three-dimensional approach to underground archaeological surroundings, experimented with as early as 1994 in the cave ofVielmouly in the Dordogne, has been applied to most of the panels of the Chauvet-Pont d'Arc site. In addition, a field accessible to other scientific disciplines such as palaeontology, ichnology or karstology has also emerged. This application is also effective in the conservation domain as it provides, among other things, the possibility of modelling the space or area involved to allow digital simulations of air exchanges in order to improve knowledge regarding underground climatology.
L'analyse des témoignages peints, dessinés ou gravés des grottes et des abris préhistoriques est concrétisée, entre autres, par une traduction graphique interprétée des motifs observés : le relevé. Les méthodes appliquées à cette activité ne devaient jamais cesser d'évoluer, non seulement en fonction des motivations générées par la recherche, mais aussi par l'arrivée sur le marché de matériels d'enregistrement toujours plus performants. Actuellement, l'abandon des méthodes par transfert des données sur support transparent au profit de la photographie implique une prise en considération beaucoup plus stricte de la morphologie des parois afin de conserver aux relevés leurs propriétés métriques. Dans cette perspective, nous avions développé un matériel spécifique basé sur le principe des profils lumineux, cependant, depuis une décennie, sont apparus des capteurs laser 3D capables de générer des modèles numériques de terrain (MNT) à très haute résolution, avec une densité de points très élevée. L'utilisation conjointe de ces instruments de mesure et de l'appareil photographique apporte une évolution remarquable dans la traduction graphique des données liées aux témoignages anthropiques pariétaux, mais aussi à leur environnement physique. Cette approche tridimensionnelle du milieu archéologique souterrain, expérimentée dès 1994 dans la grotte de Vielmouly en Dordogne, trouve à Chauvet-Pont-d'Arc une concrétisation étendue à la plupart des panneaux de ce site. En outre, s'ouvre aussi un champ accessible à d'autres disciplines scientifiques telles que la paléontologie, l'ichnologie ou la karstologie. Cette application est effective aussi dans le domaine de la conservation avec, entre autres, la possibilité de modélisation de l'espace pour des simulations numériques des échanges d'air afin d'acquérir une plus grande connaissance sur la climatologie souterraine.
9 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 2005
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins

Norbert Aujoulat
Guy Perazio
Daniel Faverge
Francisco Peral
Contribution de la saisie tridimensionnelle à l'étude de l'art
pariétal et de son contexte physique
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 2005, tome 102, N. 1. pp. 189-197.
Citer ce document / Cite this document :
Aujoulat Norbert, Perazio Guy, Faverge Daniel, Peral Francisco. Contribution de la saisie tridimensionnelle à l'étude de l'art
pariétal et de son contexte physique. In: Bulletin de la Société préhistorique française. 2005, tome 102, N. 1. pp. 189-197.
doi : 10.3406/bspf.2005.13351
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_2005_num_102_1_13351Abstract
Any analysis of painted, drawn or engraved marks in prehistoric caves and shelters is materialised,
among other things, by a graphic rendering of the motifs observed, i.e. a recording or survey. Methods
used for this activity evolve continuously, not only for reasons motivated by research but also due to the
appearance of ever-more effective recording materials and equipment. At present, the abandoning of
methods of transferring data on to a transparent support and their replacement by photography implies
a much stricter taking into consideration of the morphology of cavity walls in order to present the
survey's metrical characteristics. In view of this, we had developed specific equipment based on the
principal of luminous profiles while, over the past ten years, 3D laser sensors have appeared which are
capable of generating very high resolution digital terrain models (DTMs), with a high density of points.
The joint use of these measuring instruments and of a camera leads to a remarkable evolution in the
graphic rendering of data related to parietal anthropogenic marks, but also to their physical
environment. This three-dimensional approach to underground archaeological surroundings,
experimented with as early as 1994 in the cave ofVielmouly in the Dordogne, has been applied to most
of the panels of the Chauvet-Pont d'Arc site. In addition, a field accessible to other scientific disciplines
such as palaeontology, ichnology or karstology has also emerged. This application is also effective in
the conservation domain as it provides, among other things, the possibility of modelling the space or
area involved to allow digital simulations of air exchanges in order to improve knowledge regarding
underground climatology.
Résumé
L'analyse des témoignages peints, dessinés ou gravés des grottes et des abris préhistoriques est
concrétisée, entre autres, par une traduction graphique interprétée des motifs observés : le relevé. Les
méthodes appliquées à cette activité ne devaient jamais cesser d'évoluer, non seulement en fonction
des motivations générées par la recherche, mais aussi par l'arrivée sur le marché de matériels
d'enregistrement toujours plus performants. Actuellement, l'abandon des méthodes par transfert des
données sur support transparent au profit de la photographie implique une prise en considération
beaucoup plus stricte de la morphologie des parois afin de conserver aux relevés leurs propriétés
métriques. Dans cette perspective, nous avions développé un matériel spécifique basé sur le principe
des profils lumineux, cependant, depuis une décennie, sont apparus des capteurs laser 3D capables de
générer des modèles numériques de terrain (MNT) à très haute résolution, avec une densité de points
très élevée. L'utilisation conjointe de ces instruments de mesure et de l'appareil photographique apporte
une évolution remarquable dans la traduction graphique des données liées aux témoignages
anthropiques pariétaux, mais aussi à leur environnement physique. Cette approche tridimensionnelle du
milieu archéologique souterrain, expérimentée dès 1994 dans la grotte de Vielmouly en Dordogne,
trouve à Chauvet-Pont-d'Arc une concrétisation étendue à la plupart des panneaux de ce site. En outre,
s'ouvre aussi un champ accessible à d'autres disciplines scientifiques telles que la paléontologie,
l'ichnologie ou la karstologie. Cette application est effective aussi dans le domaine de la conservation
avec, entre autres, la possibilité de modélisation de l'espace pour des simulations numériques des
échanges d'air afin d'acquérir une plus grande connaissance sur la climatologie souterraine.Contribution
AUJOULAT Norbert de la saisie tridimensionnelle
etGuyPERAZIO,
avec la collaboration à V étude de Fart pariétal
de David FAVERGE
et Francisco PERAL et de son contexte physique
Résumé préhistoriques marché activité L'analyse interprétée motivations ne de des devaient matériels générées témoignages est motifs concrétisée, jamais d'enregistrement observés par peints, cesser la recherche, entre : le dessinés d'évoluer, relevé. autres, toujours mais ou Les par non gravés méthodes plus aussi seulement une performants. des traduction par grottes appliquées l'arrivée en fonction et graphique Actuelledes à sur abris cette des le
ment, l'abandon des méthodes par transfert des données sur support
transparent au profit de la photographie implique une prise en considération
beaucoup plus stricte de la morphologie des parois afin de conserver aux
relevés leurs propriétés métriques. Dans cette perspective, nous avions
développé un matériel spécifique basé sur le principe des profils lumineux,
cependant, depuis une décennie, sont apparus des capteurs laser 3D
capables de générer des modèles numériques de terrain (MNT) à très haute
résolution, avec une densité de points très élevée. L'utilisation conjointe
de ces instruments de mesure et de l'appareil photographique apporte une
évolution remarquable dans la traduction graphique des données liées aux
témoignages anthropiques pariétaux, mais aussi à leur environnement
physique. Cette approche tridimensionnelle du milieu archéologique souterr
ain, expérimentée dès 1994 dans la grotte de Vielmouly en Dordogne,
trouve à Chauvet-Pont-d'Arc une concrétisation étendue à la plupart des
panneaux de ce site. En outre, s'ouvre aussi un champ accessible à d'autres
disciplines scientifiques telles que la paléontologie, l'ichnologie ou la
karstologie. Cette application est effective aussi dans le domaine de la
conservation avec, entre autres, la possibilité de modélisation de l'espace
pour des simulations numériques des échanges d'air afin d'acquérir une
plus grande connaissance sur la climatologie souterraine.
Abstract
Any analysis of painted, drawn or engraved marks in prehistoric caves and
shelters is materialised, among other things, by a graphic rendering of the
motifs observed, i.e. a recording or survey. Methods used for this activity
evolve continuously, not only for reasons motivated by research but also
due to the appearance of ever-more effective recording materials and
equipment. At present, the abandoning of methods of transferring data on
to a transparent support and their replacement by photography implies a
much stricter taking into consideration of the morphology of cavity walls
in order to present the survey's metrical characteristics. In view of this,
we had developed specific equipment based on the principal of luminous
profiles while, over the past ten years, 3D laser sensors have appeared
which are capable of generating very high resolution digital terrain models
Bulletin de la Société pi ('historique française 2005, tome 102, n° 1, p. 189-197 190 Norbert AUJOULAT, Guy PERAZIO avec la collaboration de David FAVERGE et Francisco PERAL
(DTMs), with a high density of points. The joint use of these measuring
instruments and of a camera leads to a remarkable evolution in the graphic
rendering of data related to parietal anthropogenic marks, but also to their
physical environment. This three-dimensional approach to underground
archaeological surroundings, experimented with as early as 1994 in the
cave ofVielmouly in the Dordogne, has been applied to most of the panels
of the Chauvet-Pont d'Arc site. In addition, a field accessible to other
scientific disciplines such as palaeontology, ichnology or karstology has
also emerged. This application is also effective in the conservation domain
as it provides, among other things, the possibility of modelling the space
or area involved to allow digital simulations of air exchanges in order to
improve knowledge regarding underground climatology.
Les recherches menées depuis plus d'un siècle sur l'art
des grottes et des abris, activité que l'on peut identifier
à une archéologie pariétale, reposent en partie sur
l'analyse graphique des témoignages peints, dessinés
ou gravés, étude concrétisée, entre autres, par la repro
duction des motifs observés. Cette démarche a pour
finalité une meilleure lecture des tracés anthropiques,
différenciés, d'une part, de leur environnement naturel,
formations calciques, fissures, dépôts argileux, et
d'autre part, éventuellement, des manifestations para
sites ayant pu altérer l'image initiale, telles que les
graffiti, les traces de frottements ou les stigmates d'en
lèvement de matière. Ce transfert de l'image inter
prétée implique donc une méthodologie spécifique qui
au cours de ces deux dernières décennies a considéra
blement évolué.
Le relevé des figures, exécutées sur un support lithique
au profil plus ou moins accentué, implique une tran
sformation du sujet le plus souvent tridimensionnel en
une traduction graphique plane, c'est-à-dire à deux
Fig. 1 - L'abbé H. Breuil relevant au crayon sur un support papier transdimensions. Le passage de la surface originale, de lucide une figuration rupestre. configuration aléatoire, à la surface d'enregistrement
ne s'effectue pas sans quelques difficultés et, en fonc
tion des moyens dont on dispose mais aussi des
contraintes de la géométrie, sans une certaine approxi
mation. Il convient, au cours de cette opération, de lumière frisante mettant en relief les traits des gravures
à calquer" (anonyme, 1967). ramener, par le biais de l'échelle et des projections,
l'image du sujet étudié dans les limites du document à Cette procédure n'était sans doute pas d'une totale
conserver ou celles du format toujours trop restreint innocuité pour certaines parois insuffisamment i
d'une publication. Le document final relève implicit ndurées ou trop plastiques, d'une part, et pour les gra
ement d'un dessin interprété mais explicatif. phismes réalisés à partir de matériaux colorants rap
portés, d'autre part. Les contraintes conservatoires
incitèrent à rechercher d'autres moyens d'enregistreLES MODES D'ENREGISTREMENT ment. En 1923, à Pech-Merle, l'abbé Amédée Lemozi DES DONNÉES GRAPHIQUES mit en place un procédé de copie pour le relevé du
Dès les premières découvertes, ce qui n'était au début plafond des Hiéroglyphes. Reprenant la méthode du
qu'un croquis de lecture devait évoluer en un véritable carroyage, communément utilisée par les copistes pour
relevé, traduction qui, à l'initiative de l'abbé Henri reproduire à l'échelle souhaitée les dessins ou les
Breuil, devint systématique. Sa méthode de travail nous tableaux de maîtres, il l'adapta aux conditions particu
est rapportée en ces termes : "Utilisant un papier cris lières dictées par la localisation et les dimensions
tal, celui des fleuristes, après l'avoir vigoureusement importantes du sujet : "Nous avons dû circonscrire les
froissé afin qu'il adhère plus facilement à la surface parties du plafond gravé avec des cordes se coupant
irrégulière de la paroi rocheuse, H. Breuil exécutait un en petits losanges. En prenant successivement chaque
losange, le travail nous a été plus facile" calque direct du dessin gravé à l'aide d'un gros crayon (Lemozi,
bleu gras (fig. 1). Un éclairage, généralement placé sur 1929). Les points d'ancrage des cordes, disposés de
la gauche, était maintenu, ou au contraire déplacé selon manière très aléatoire à la périphérie du panneau, sup
les incidences successives, de façon à obtenir une posaient la formation de quadrilatères irréguliers qu'il
Bulletin de la Société préhistorique française 2005, tome 102, n° 1, p. 189-197 Contribution de la saisie tridimensionnelle à l'étude de l'art pariétal et de son contexte physique 191
cotait avec précision et reproduisait en fonction de pouvaient être réglées avec précision et facilité. Afin de
l'échelle fixée. Le relevé s'effectuant à vue, l'écarte- conserver l'orthogonalité de la projection, un bras art
ment par rapport à la paroi devait être minimum afin iculé permettait le déplacement dans le champ d'une
de réduire les erreurs de parallaxe. lunette à réticule fixée à son extrémité libre pour suivre
De 1952 à 1962, l'abbé André Glory entreprit le relevé les contours incisés ou peints, les accidents rocheux, les
des figures peintes et/ou gravées de Lascaux, localisées fissures, les cupules ou les plaquages d'argile (Chabred
au-delà de la salle des Taureaux. La roche très friable ier, 1966). Un dispositif fondé sur un principe analogue
par endroits interdisait d'apposer directement le plan a été élaboré par Monique Archambeau, de 1973 à 1983,
récepteur sur la paroi. Il contourna la difficulté en pour le relevé des représentations anthropomorphes des
calquant les figures sur des supports transparents, en Combarelles (Archambeau, 1982).
l'occurrence une pellicule cellulosique, maintenus à Un autre procédé fut expérimenté sur une surface beau
quelques centimètres des motifs. En 1955, à Bara- coup plus importante par Denis Vialou à l' Aldène (Hér
Bahau, il mit en œuvre une procédure similaire : " ault). La méthode était fondée sur l'enregistrement des [...]
avec le concours de deux aides qui maintenaient à données à la fois par la photographie et par décalque des
quelques centimètres des figures une grande plaque figures sur un support synthétique transparent. L'espace
semi-rigide en plexiglas, il décalqua des gravures en gravé se développait sur les deux parois subparallèles
projection sur la plaque [...]. Les dessins comparti d'une galerie étroite sensiblement rectiligne. La confi
mentés [...] furent ensuite assemblés" (Glory, 1955). guration privilégiée de cette galerie, favorisée par la
En 1964, L. Chabredier fut chargé du relevé des figures verticalité et la relative régularité des parois, dicta l'ap
pariétales des grottes des gorges de l'Ardèche, notam proche méthodologique du relevé qui nous est rapportée
ment celles du Colombier, de Chabot et d'Ebbou. Afin en ces termes : "Nous avons déterminé [...] un point
d'obtenir des résultats homogènes, il mit au point un absolu 0, matérialisé dans la paroi [...] par une cheville
statif lui permettant d'enregistrer ses observations. Sur métallique. À l'autre bout de la galerie [...] nous avons
des châssis modulaires étaient tendues des feuilles trans fixé [...] un second point de façon telle qu'un fil les
parentes. La hauteur et l'inclinaison du plan récepteur reliant passe à proximité de la paroi [...]; il permettait
Fig. 2 - Enregistrement d'une coupe transversale de la salle des Taureaux de Lascaux, traduite par un profil lumineux.
Bulletin de la Société préhistorique française 2005, tome 102, n° 1, p. 189-197 192 Norbert AUJOULAT, Guy PERAZIO avec la collaboration de David FAVERGE et Francisco PERAL
la suspension des calques par unité et ensemble sans Animé par un même souci, nous devions développer
une instrumentation autorisant l'appréciation du relief. déformation notable. [. . .] Chaque calque porte la trace
dessinée du fil de suspension. Nous avons effectué une Elle s'est traduite par l'élaboration de systèmes optiques
sorte de quadrillage avec les supports plastiques de façon appropriés au relevé, aussi bien des profils de traits
gravés, même finement, que de celui de sections de telle que la position des figures et des tracés entre eux
soit invariable" (Vialou, 1979). galeries. La restitution filaire de ces données graphiques
Sous l'égide du ministère de la Culture, une équipe de était complétée par un relevé stéréophotographique.
L'analyse objective et achevée, du moins dans les lrecherche codirigée par J. Clottes et D. Vialou procéda,
en 1981, au relevé des œuvres du Salon Noir de Niaux, imites des recherches actuelles, des témoignages parié
en Ariège (Clottes, 1981). Si la grotte de l'Aldène fut taux implique, d'une part, une caractérisation à la fois
un site privilégié par la régularité des parois et leur des tracés incisés ou digités et des surfaces d'implant
verticalité relative, la méthode employée dut évoluer ation des motifs anthropiques et, d'autre part, une
sensiblement pour répondre aux conditions imposées quantification du contexte immédiat et, par extension,
par la présence d'alcôves et de renfoncements mult du contexte général. Cela suppose une série d'opéra
iples. Les reliefs très accentués incitèrent à opter pour tions conduisant à un document aux propriétés mét
un relevé polyédrique sur feuilles transparentes main riques. Dans cette perspective, nous avons été amené
tenues parallèlement à la paroi grâce à une armature à concevoir un matériel de mesure adapté au milieu
métallique épousant au plus près les variations du souterrain (Aujoulat, 1987).
relief. Le profil d'une paroi ou d'une galerie peut être mat
Ce n'est que depuis ces dernières décennies, consécut érialisé par une trace lumineuse projetée à partir d'un
ivement à la commercialisation de films aux distribu plan vertical, source de lumière laminaire, enregistrée
tions spectrales plus étendues et plus diversifiées et aux photographiquement (fig. 2). Ce profil est fragmentaire
possibilités d'informatisation du traitement des photot ou fermé, selon qu'on désire relever une partie seule
ypes, que la photographie va s'identifier à un véritable ment du profil de la paroi ou l'intégralité de la section
instrument d'analyse. La souplesse du procédé incita du conduit. Nous avions conçu sur ce principe des
la plupart des chercheurs à l'intégrer comme moyen profils lumineux une série d'instruments susceptibles
d'investigation, lui donnant une importance plus ou d'enregistrer les variations du relief, de l'incision la
moins grande selon les objectifs fixés et la nature du plus fine à la configuration générale de la cavité étu
contexte à étudier. diée. Outre l'intérêt que présentait la saisie des données
L'utilisation exclusive de cet instrument devait corréla morphologiques de la paroi, ce procédé facilitait le
tivement nous priver des possibilités offertes par les repérage dans l'espace des figures et des microformes
procédés conventionnels par projection orthogonale sur naturelles. Les performances intéressantes obtenues par
un support plan. Ces derniers conféraient aux relevés cette méthode d'enregistrement nous avaient incité à
une échelle grandeur nature et des propriétés mét
riques. Les résultats bruts obtenus par photographies
sont entachés d'aberrations optiques, ce qui implique,
conjointement à l'enregistrement, la saisie de plusieurs
points topographiques, caractéristiques de l'œuvre.
L'étape suivante consistait à replacer le document
photographique dans une géométrie plus conforme, par
le biais de transformations manuelles (agrandissements
différentiels, découpages, créations de mosaïques...).
Cette restitution dans un espace quantifié s'effectuait
avec des moyens usuels (mètre à ruban) ou, pour une
plus grande précision et l'obtention de données trid
imensionnelles, à l'aide d'un théodolite.
L'INTÉGRATION DU RELIEF
La transcription du relief fut un problème maintes fois
évoqué. Les coûts relativement élevés d'une restitution
photogrammétrique n'ont pas favorisé son développe
ment. Seul Michel Lorblanchet l'intégra dans l'étude
de la Frise Noire de la grotte de Pech-Merle : "Un
relevé idéal aussi fidèle et précis dans le rendu des
dessins pariétaux que dans celui des formes du support
devrait être un relevé photogrammétrique effectué par
un spécialiste de l'art pariétal, car le relevé photogram
métrique est fondé sur une lecture photographique qui
comporte bien entendu une part d'interprétation et qui
réclame donc une connaissance parfaite de la paroi Fig. 3 - Le capteur 3D Soisic en cours de saisie du panneau du Cheval ornée à reproduire" (Lorblanchet, 1982). gravé, Chauvet-Pont-d'Arc.
Bulletin de la Société préhistorique française 2005, tome 102, n° 1, p. 189-197 '"
Q
Contribution de la saisie tridimensionnelle à l'étude de l'art pariétal et de son contexte physique 193
Fig. 4 - Entrée du diverticule du Rhinocéros noir, localisée entre la galerie des Mégacéros et le panneau des
Chevaux.
Fig. 5 - L' inaccessibilité de la partie profonde du diverticule au Rhinocéros implique un angle d'observation
très oblique de cette figure.
Bulletin de la Société préhistorique française 2005, tome 102, n° 1, p. 189-197 194 Norbert AUJOULAT, Guy PERAZIO avec la collaboration de David FAVERGE et Francisco PERAL
l'une des deux extrémités de l'appareil, le module l'étendre à toute la cavité afin de restituer dans les trois
dimensions la totalité de l'espace hypogé. Les possib source est mû par un moteur qui lui confère un mou
ilités offertes par la création de tels instruments étaient vement de balayage horizontal. Le capteur, barrette
très étendues ; elles allaient de la recherche proprement fixe équipée de photosites qui enregistrent le point de
dite à la réalisation des fac-similés. réflexion, occupe l'extrémité opposée. À chaque pas
sage, l'ensemble tourne sur un axe horizontal dont le
pas est incrémenté en corrélation avec le maillage LA SAISIE 3D souhaité. Par rapport aux procédés plus conventionn
Dès 1994, à Vielmouly, petite grotte de la vallée de la els, comme la photogrammétrie, l'intérêt majeur de
Beune en Dordogne, nous devions (NA) tester les cette démarche réside dans l'obtention immédiate des
capacités d'acquisition 3D du scanner Soisic1, et plus coordonnées des points acquis, ainsi que la visualisa
particulièrement vérifier le degré de précision des mes tion graphique du nuage de points ou des surfaces
ures fournies par l'appareil et éprouver son compor texturées. La phase relative à l'interprétation du relief
tement dans un espace aux dimensions restreintes et au est dans cette application ramenée au temps de calcul,
taux d'humidité, en revanche, très élevé, de l'ordre de très court, de l'ordinateur.
95 à 99 %. Le protocole de saisie 3D expérimenté à Vielmouly
Initialement conçu pour le levé topographique des répondit précisément aux conditions particulières dictées
centrales nucléaires d'EDF, cet instrument (fig. 3) se par le milieu souterrain lui-même, caractérisé par une
présente sous la forme d'un cylindre en aluminium, morphologie totalement aléatoire des surfaces, parois et
de 1,20 m de long pour un diamètre de 20 cm. Le sols. Il est tout aussi adapté à la saisie formelle du
support s'assimile à un pied photographique de studio. mobilier, osseux ou lithique. L'échelle de résolution très
Le principe de mesure repose sur la triangulation, avec étendue, maille pouvant évoluer de plusieurs centimètres
au 1/106 de millimètre, autorise une capture aussi bien une base de référence de 1 m. Cette géométrie est
obtenue à partir de la réflexion d'un rayon laser sur la de l'ensemble du site que des éléments identifiés les plus
paroi ou sur l'objet mobilier à reproduire. Placé à ténus : traits incisés, outils, empreintes, microformes...
Illustration non autorisée à la diffusion
Fig. 6 - L'orthogonalité du plan tableau est obtenue après un redressement du dispositif pictural. La correction apportée est définie à partir d'une série
de profils de la paroi sur laquelle est dessinée la figure de rhinocéros (doc. N. Aujoulat, C. Fritz, G. Perazio).
Bulletin de la Société préhistorique française 2005, tome 102, n° 1, p. 189-197 Contribution de la saisie tridimensionnelle à l'étude de l'art pariétal et de son contexte physique 195
A
Traitement du modèle numérique
de terrain :
- surface colorisée (A)
-ombrée (B)
- bloc diagramme (C)
B
Illustration non autorisée à la diffusion
Fig. 7 - Différentes déclinaisons des caractéristiques morphologiques du panneau du Cheval Gravé (doc. N. Aujoulat, G. Perazio).
Quelques années plus tard, consécutivement à la dé d'un théodolite motorisé. Cependant, dans la perspect
couverte de la grotte Chauvet-Pont-d'Arc, la direction ive d'une traduction 3D plus dense, par le nombre de
régionale des Affaires culturelles de Rhône-Alpes points enregistré, et d'une réduction des délais d'inter
(ministère de la Culture et de la Communication), vention sur site, il devait se tourner vers la technologie
chargea le cabinet Guy Perazio du levé topographique Soisic. C'est autour de cet instrument de mesure qu'une
tridimensionnel de l'ensemble des galeries et des salles étroite collaboration à vocation archéologique devait
de ce site. Les premiers travaux furent réalisés à l'aide s'amorcer2.
Bulletin de la Société préhistorique française 2005, tome 102, n° 1, p. 189-197 196 Norbert AUJOULAT, Guy PERAZIO avec la collaboration de David FAVERGE et Francisco PERAL
2200
2000
1800
Illustration non autorisée à la diffusion
1600
1400
1200
1000 1200 1400 1600 1800 2000 2200 2400
Fig. 8 - Traduction morphologique en courbes de niveau du champ graphique du Cheval Gravé (doc. N. Aujoulat, G. Perazio).
gauche, dans la partie profonde de ce renfoncement Au-delà de l'enregistrement morphométrique, possibil
ité nous est donnée de procéder au texturage des (fig. 5). Afin de donner des propriétés métriques au
plages enregistrées, c'est-à-dire de donner au MNT relevé de cette figure et lui restituer des contours con
(modèle numérique de terrain) une interface en cou formes à ceux de l'original, un plan moyen, parallèle
leurs vraies en plaquant, sur le nuage de points, l'image au tableau et passant par un maximum de points, est
photographique correspondante. Cette procédure auto déterminé à partir du MNT. Le redressement du plan
rise ainsi une localisation de la totalité des traces, graphique, pour une projection orthonormée des
anthropiques ou animales, des figures pariétales, de la contours des sujets pariétaux, effectué, il est alors pos
représentation complète aux esquisses quelquefois très sible d'observer la figure sous les mêmes conditions
topographiques que les artistes ont rencontrées au cours discrètes.
Dans ce contexte particulier de Chauvet-Pont-d'Arc, de l'exécution de ce dessin noir (fig. 6). Sous ces con
les conditions de conservation des sols archéologiques ditions, c'est en fait l'intégralité du sanctuaire qui peut
impliquent une déambulation limitée aux secteurs être observée en laboratoire. On procède ainsi à un
équipés de passerelles métalliques. Cette contrainte met véritable transfert de l'image de la cavité et de l'e
de nombreux panneaux hors de portée de l'observateur. nsemble des figures, du site original aux différents lieux
L'approche 3D favorise, dans une très large mesure, d'étude. Cette instrumentation offre la possibilité de
l'enregistrement de ces témoignages en contournant déplacement virtuel à l'intérieur de la grotte, facilitant,
cette difficulté suite à une restitution de l'image telle en cela, la localisation des témoignages archéologiques,
qu'elle peut apparaître dans des conditions normales pariétaux et mobiliers, de la totalité du site. Elle permet
d'observation. de retrouver les liens pouvant exister entre les différents
La niche du Rhinocéros est un petit diverticule de la objets archéologiques et mettre ainsi en perspective
salle Hillaire, s 'interposant entre la galerie des Méga- l'ensemble des observations.
céros et le panneau des Rennes (fig. 4). La passerelle Cette disposition favorise, consécutivement, l'approche
mise en place se trouve à près de 4 m de l'entrée du cartographique des parois, du site aux microformes, avec
diverticule, position qui implique une perspective une précision et une capacité d'information très su
oblique (45°) du rhinocéros noir peint sur la paroi de périeures à ce que l'on obtenait à ce jour. Nous pouvons
Bulletin de la Société préhistorique française 2005, tome 102, n° 1, p. 189-197

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.