Découverte d'un gisement du Gravettien ancien au lieu-dit le Sire (Mirefleurs, Puy-de-Dôme) - article ; n°1 ; vol.100, pg 29-39

De
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 2003 - Volume 100 - Numéro 1 - Pages 29-39
A la suite de plusieurs sondages étendus, nous avons pu mettre en évidence l'existence d'un vaste gisement de surface, en Limagne d'Auvergne, dans un secteur densément occupé au cours du Paléolithique supérieur et de l'Epipaléolithique. L'occupation est à dater du Gravettien ancien, comme en témoignent les datations comprises entre 29000 et 27000 BP L'industrie lithique est caractérisée par l'abondance des armatures (microgravettes). La faune, très abondante, est dominée par le cheval.
After digging several test trenches, we discovered a very large open-air site in the Limagne d'Auvergne region, in a sector which was densely populated during the Late Palaeolithic and the Epipalaeolithic. The occupation can be dated to the early Gravettian on the basis of the 14C dates (29000 to 27000 BP). The lithic industry is characterised by the abundance of microlithic points (microgravettes). The fauna, which is very abundant, is dominated by Horse.
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 2003
Lecture(s) : 31
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins

Fréderic Surmely
Philippe Alix
Sandrine Costamagno
Pierre Daniel
René Murat
Roger Renard
Jacques Virmont
Jean-Pierre Texier
Maureen Hays
Découverte d'un gisement du Gravettien ancien au lieu-dit le
Sire (Mirefleurs, Puy-de-Dôme)
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 2003, tome 100, N. 1. pp. 29-39.
Résumé
A la suite de plusieurs sondages étendus, nous avons pu mettre en évidence l'existence d'un vaste gisement de surface, en
Limagne d'Auvergne, dans un secteur densément occupé au cours du Paléolithique supérieur et de l'Epipaléolithique.
L'occupation est à dater du Gravettien ancien, comme en témoignent les datations comprises entre 29000 et 27000 BP
L'industrie lithique est caractérisée par l'abondance des armatures (microgravettes). La faune, très abondante, est dominée par
le cheval.
Abstract
After digging several test trenches, we discovered a very large open-air site in the Limagne d'Auvergne region, in a sector which
was densely populated during the Late Palaeolithic and the Epipalaeolithic. The occupation can be dated to the early Gravettian
on the basis of the 14C dates (29000 to 27000 BP). The lithic industry is characterised by the abundance of microlithic points
(microgravettes). The fauna, which is very abundant, is dominated by Horse.
Citer ce document / Cite this document :
Surmely Fréderic, Alix Philippe, Costamagno Sandrine, Daniel Pierre, Murat René, Renard Roger, Virmont Jacques, Texier
Jean-Pierre, Hays Maureen. Découverte d'un gisement du Gravettien ancien au lieu-dit le Sire (Mirefleurs, Puy-de-Dôme). In:
Bulletin de la Société préhistorique française. 2003, tome 100, N. 1. pp. 29-39.
doi : 10.3406/bspf.2003.12791
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_2003_num_100_1_12791:
Frédéric SURMELY, Découverte ďun gisement
Philippe ALIX.
Sandrine COSTAMAGNO. du Gravettien ancien
Pierre DANIEL, Maureen HAYS,
René MURAT, Roger RENARD. au lieu-dit le Sire
Jacques VIRMONT
et Jean-Pierre TEXIER (Mirefleurs, Puy-de-Dôme)
A After Résumé Abstract populated un en l'existence La lit site l'Epipaléolithique. hi la faune, témoignent secteur que in suite digging the est de très during d'un densément Limagne caractérisée plusieurs les several abondante, vaste the datations L'occupation Late d'Auvergne sondages test gisement occupé par Palaeolithic est trenches, comprises l'abondance dominée au étendus, de est cours region, surface, we à entre and dater par discovered du nous des in the le 29000 en Paléolithique du a Epipalaeolithic. armatures cheval. avons Limagne sector Gravettien et a pu 27000 very which mettre d'Auvergne, (microgravettes). supérieur ancien, BP large was The en L'industrie évidence open-air occupatdensely comme et dans de
ion can be dated to the early Gravettian on the basis of the I4C dates (29000
to 27000 BP). The lithic industry is characterised by the abundance of
microlithic points (microgravettes). The fauna, which is very abundant, is
dominated by Horse.
Ce secteur de la moyenne vallée de l'Allier a LOCALISATION
d'ailleurs été intensément fréquenté au cours du Pa
Le gisement est situé dans la plaine de Limagne, sur léolithique supérieur et de l'Epipaléolithique. comme
la commune de Mirefleurs (département du Puy-de- le montre la forte densité de gisements connus dans
Dôme), au lieu-dit le Rocher du Sire, au pied des un rayon de quelques kilomètres (Virmont. 1981 :
escarpements formés par la coulée de la Roche- Bourdelle et Virmont. 1983: Surmely. 1995. 2000a
Noire (d'âge pliocène), sur un substrat marno- et b: Surmely et ai. 1997 et 2002: Ayala. 2002:
calcaire d'âge oligocène supérieur. La situation Pasty, à paraître).
géographique semble particulièrement propice à une
installation exposition au midi, proximité des e HISTORIQUE
scarpements rocheux, large vue sur la vallée de DES RECHERCHES l'Allier qui est un axe de circulation naturel reliant
l'Auvergne à la vallée de la Loire, proximité des Le gisement du Sire, découvert en 1969 par Pierre
affleurements carbonates d'âge oligocène offrant Daniel, à la suite de labours profonds, avait fait l'objet
d'abondantes ressources en silex (Surmely. 1998: d'un ramassage de surface (sans tamisage), permettant
Dufresne. 1999). nombreuses sources minérales la collecte de près de 3000 outils et d'un sondage d'un
salées. mètre carré au cours de l'année 70. Cette opération
Bulletin de la Société préhistorique française 2003. tome 100. n" 1. p. 29-39 :
:
:
:
30 F. SURMELY, P. ALIX. S. COSTAMAGNO, P. DANIEL, M. HAYS, R. MURAT, R. RENARD, J. VIRMONT et J.-P. TEXIER
avait abouti au constat d'un site magdalénien total réclame encore des améliorations (prévues en 2002),
ement démantelé par les travaux agricoles (Daniel, il s'est révélé précieux, en permettant notamment un
1971). À la suite de travaux ruraux, nous avons effectué gain de temps important.
un nouveau sondage dans l'année 2000. Ce sondage L'étude sédimentologique a été réalisée par Jean-Pierre
avait renouvelé l'intérêt du site, en remettant en cause Texier. Une étude palynologique (M. -F. Diot) doit être
sa datation et l'estimation de son état de conservation conduite lors de la prochaine campagne.
(Surmely, 2001). Une fouille programmée, réalisée en
2001 et qui a pris la forme de plusieurs grands son STRATIGRAPHIE (Fig. 1) dages, a pu permettre de reconnaître les limites occi
dentales et méridionales du gisement, tout en montrant Le site occupe un replat structural et un bas de pente,
un niveau archéologique préservé, en place, du côté sur le flanc d'une petite butte marno-calcaire, dominée
nord et est. par la coulée basaltique miocène de la Roche-Noire.
Une nouvelle opération annuelle a eu lieu durant l'été Le replat a été occupé par une très ancienne terrasse
2002, en prélude à une fouille programmée pluri- de l'Allier (présence de galets alluviaux). On observe
annuelle de grande ampleur. d'abord un effondrement important de la coulée, qui
Nous donnons ici les résultats des investigations réa est à l'origine d'un très gros éboulis qui s'est répandu
lisées en 2000 et 2001. largement le long du versant et sur le replat. Sur Г éboul
is se développent des niveaux colluvionnaires pro
venant de l'érosion des parties hautes de la butte sédi- MÉTHODOLOGIE mentaire, avec peut-être des apports éoliens (loess). La
Compte tenu de l'importance des recouvrements collu- pente assez prononcée du flanc de la colline et la flui
vionnaires, le décapage des niveaux superficiels a été dité des sédiments marno-calcaires ont favorisé ce
effectué à l'aide de moyens mécaniques. L'ensemble colluvionnement. Au cours du Paléolithique supérieur,
des déblais archéologiques a fait l'objet d'un tamisage le site fut fréquenté par l'homme, qui y a installé un
à l'eau. campement important. Puis des bouleversements ont
L'enregistrement des vestiges a été réalisé à l'aide d'un eu lieu. Il y a peut-être eu un glissement rotationnel
théodolite laser, couplé à un logiciel de traitement des de la partie haute des formations de versant, mais aussi
données (ARCHÉOBASE), dans le cadre d'un projet des remaniements importants liés à l'aménagement de
développé en commun par l'ISIMA (Institut supérieur cultures en terrasses, notamment de vignobles, nécess
d'informatique, de modélisation et de leurs applica itant des creusements pour des murets de soutènement.
tions) et la DRAC Auvergne, sous la direction de Ces travaux ont bouleversé le niveau archéologique,
B. Servant et J. Virmont. L'emploi de ces outils permet, là où il était proche de la surface, c'est-à-dire dans la
outre le relevé rapide des vestiges, le traitement et partie sud du site, et au contraire l'ont scellé sous
l'analyse des données, par tris croisés, portant sur la d'épais dépôts dans la partie nord. Ces mouvements
localisation en trois dimensions, la nature détaillée des post-dépositionnels dans la partie sud expliquent la
vestiges et les remontages. Même si ce mode opératoire dispersion verticale des vestiges dans les niveaux
I Niveau humifère
IIavec pierres
III : Niveau limoneux
IVarchéologique
V Niveau limoneux
VI : Pierrier
* Silex
Os
Pierre
prélèvements
micrompřphológie
Fig. 1 - Coupe stratigraphique ouest du sondage 7.
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 1, p. 29-39 :
Découverte d'un gisement du Gravettien ancien au lieu-dit le Sire (Mirefleurs. Puy-de-Dôme) 31
superficiels. Puis le versant fut abandonné pour la Année 2000 Année 2001
culture et recouvert par un niveau humifère. Il y a une Sondage 1 1650 1732
trentaine d'années, une reprise de l'activité agricole, 2 523
-> sous la forme d'un labourage profond de la parcelle Sondage 3 23
au niveau du replat, a provoqué un nouveau remanie6 1324
ment des vestiges, leur mise au jour et leur découverte Sondage 7 650
par P. Daniel. Provenance non identifiée 34 1
Le gisement se compose donc de deux parties : la partie Total 2329 3660
sud totalement remaniée, où les vestiges affleurent, et Fig. 2 - Nombre des restes analysés par sondage. la partie nord qui est en place, comme nous avons pu
le vérifier lors de nos sondages, avec un niveau bien Sondages homogène et la présence de fréquentes connexions 1 2 3 6 7 anatomiques. 4 Canis lupus Dans l'état actuel des recherches, il n'est pas possible Vulpes/Alopex 4 3 2 4 d'affirmer que le niveau découvert correspond à une Rupicapra rupicapra ? 1 seule occupation, mais l'idée de présence d'autres Cervus elaphus 1 faciès culturels que le Gravettien ancien est à exclure. Rangifer tarandus 5 8 6 4 6 On note enfin l'absence totale de mélange avec le site Cervidae 3 2 moustérien localisé en contrebas et qui devrait faire Equus caballus 98 82 3 93 95 l'objet d'un réexamen par J.-F. Pasty en 2002. Seule Equus hvdruntinus ? 1 une pièce de facture moustérienne a été recueillie dans Ongulés 45 3 1 le sondage 7. Il pourrait s'agir d'un outil collecté par 2/3 16 64 4 30 10 les Périgordiens, fait déjà observé fréquemment sur Ongulés 3/4 34 61 2 191 17 d'autres gisements (par exemple dans les niveaux 4 350 245 6 388 172 périgordiens de la Ferrassie et de Laugerie-Haute ; Mammifères 2880 50 2 608 342 Peyrony, 1938). 1324 Total 3434 523 25 650
Fig. 3 - Représentation taxonomique par sondage. EXTENSION SPATIALE DU SITE
L'extension spatiale du site reste encore difficile à
estimer, car nos sondages n'ont pas permis à ce jour
d'en trouver les limites nord et est. Cette tâche fut un (aurochs ou bison). Les carnivores sont extrêmement
des objectifs principaux de la campagne 2002. rares. Deux espèces ont été identifiées : le renard et le
loup. La présence du chamois ainsi que celle de YHy- Dans l'état actuel des connaissances, l'occupation
s'étend sur au moins un demi-hectare. Le nombre druntinus reste à confirmer par l'examen d'une collec
d'outils découverts par P. Daniel dans la partie remaniée tion de référence plus riche que celle utilisée à ce jour.
(plus de 3000) indique l'importance du campement. Dans le sondage 3, le cheval n'arrive qu'en deuxième
position après le renne. Cependant, dans l'état actuel
des données, il est difficile de savoir si ces différences ÉTUDE PRÉLIMINAIRE DE LA FAUNE résultent d'une répartition spatiale différentielle des
Spectre faunique vestiges ou de l'échantillonnage. Seule la poursuite des
fouilles sur une large surface permettra de mettre en
Près de 6000 restes osseux ont pu être étudiés (fig. 2). évidence la présence éventuelle de zones d'activités
Présents dans tous les sondages réalisés, ils constituent distinctes. Quoi qu'il en soit, ces spectres fauniques
une part non négligeable des vestiges archéologiques révèlent un environnement steppique relativement froid
mis au jour sur le gisement du Sire. Malgré le tamisage (Delpech, 1983).
à l'eau de l'ensemble des sédiments récoltés, aucun
ossement d'animaux de petite taille (microfaune, Approche taphonomique
oiseaux, poissons) n'a été identifié. Dans l'état actuel
des recherches, il est difficile de savoir si cette absence L'examen de la surface des ossements (Lyman, 1994 ;
reflète une absence réelle de ces animaux dans les Fisher, 1995) permet d'identifier les agents à l'origine
tableaux de chasse des Paléolithiques ou bien si elle des accumulations osseuses et ceux qui les ont modifiés
secondairement. La surface de tous les ossements surésulte, comme cela est plus probable, de problèmes
taphonomiques comme c'est le cas sur de nombreux périeurs à 2 cm a donc été observée à la loupe (x 10)
gisements paléolithiques et épipaléolithiques du même pour y relever des traces éventuelles. Cet examen
révèle, dans l'ensemble, une assez mauvaise conservatsecteur (Fontána, 2000 ; Surmely et al, 2002 ; Pasty, à
paraître, etc.). ion des surfaces osseuses en relation avec l'abondance
À l'exception du sondage 3, le cheval domine la des traces de racines. Ainsi, plus de 89 % des pièces
rgement les spectres fauniques des différentes zones recueillies présentent des surfaces illisibles. Cependant,
fouillées puisqu'il représente entre 82 et 92 % des l'impact des racines apparaît très variable selon les
restes déterminés taxonomiquement (fig. 3 et 4). secteurs moins de 2 % des pièces sont observables
Viennent ensuite le renne et les grands bovidés dans le sondage 1 alors que le sondage 7 a livré une
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100. n" 1, p. 29-39 32 F. SURMELY. P. ALIX, S. COSTAMAGNO. P. DANIEL. M. HAYS, R. MURAT, R. RENARD, J. VIRMONT et J.-P. TEXIER
% NRD 100
86,7 90
80
70
60
50
40
30
20
4,0 6,8 10 1.9 0,2 0,2 0,2 0
Carnivores Bovines Chamois? Cerf Renne Cheval Hydruntinus
4 - Fréquence relative des taxons présents dans l'ensemble des zones fouillées. Fig.
majorité de fragments osseux aux surfaces bien conser autres espèces présentes, les nombres de restes sont
vées (56,5 %). actuellement trop faibles pour permettre une approche
Au niveau de cette zone de fouille, aucune trace de de ce type. Les traces relevées sur les ossements at
carnivores n'a été relevée sur les ossements. En r testent d'activités variées sur le gisement. Une strie de
evanche, dans ce secteur, plus de 12 % des pièces obser désarticulation a été identifiée sur une extrémité distale
vables présentent des traces anthropiques (stries de de tibia de cheval, les autres traces de découpe étant
boucherie et traces de percussion) tandis que plus d'un relatives au décharnement des os longs essentiellement.
quart est brûlé. Le nombre restreint de restes de carni Des traces de percussion, représentées majoritairement
vores confirme la faible part jouée par cet agent dans par des encoches, ont été exclusivement relevées sur les
la constitution de l'assemblage osseux (Klein, 1984; os longs. Les carcasses ont donc, en partie, été exploi
Pickering, 2002). L'homme est donc responsable de la tées pour leur moelle. L'abondance de restes osseux
majeure partie des restes osseux accumulés dans le brûlés (55,5 %) mais surtout la quantité non négligeable
sondage 7. Même si, dans les autres secteurs, les sur d'os calcinés (37,8 % des os brûlés) semble indiquer une
faces sont relativement mal conservées, la présence utilisation de l'os comme combustible (Costamagno,
de traces anthropiques sur quelques restes permet 1999; Costamagno et ai, en préparation) sur le site.
d'émettre l'hypothèse d'une accumulation d'origine Enfin, il faut souligner l'absence d'industrie osseuse.
anthropique pour l'ensemble des ossements recueillis.
Les agents de modification secondaire ont cependant
eu un impact relativement important sur l'assemblage Crâne
comme l'attestent la fréquence des traces de racines Dents
Os hyoïde mais également l'importance de la fragmentation sur 1
Vertèbres os sec. Par ailleurs, la présence d'ossements en con D
nexion anatomique, notamment une extrémité de patte Cotes lzz: Zl
Scapula arrière de cheval (métatarsiens et massif tarsien),
Humérus semble indiquer des déplacements mineurs au sein des □
Radius dépôts archéologiques. □
Ulna 1
Carpiens Remarques archéozoologiques □
Métacarpien a
Pelvis L'étude archéozoologique n'en est qu'à ses débuts. I Fémur Quelques remarques peuvent cependant être formulées. a
Patella L'abondance des restes de chevaux pourrait attester
Tibia d'une chasse préférentielle mais non exclusive de cet СИ
Tarsiens ongulé par les Gravettiens. Pour le cheval, la présence D
Métatarsien de tous les os du squelette (fig. 5) semble indiquer □
Métapodes l'introduction de carcasses complètes sur le site. Il est a
Mètapodes vestigiels à noter que ce schéma se rapproche fortement de celui □
Phalanges observé sur les sites gravettiens de Villerest (Loire). □
Sésamoïdes Cependant, une étude tenant compte du nombre min D
imum d'éléments (NME) et non du nombre de restes est ) 20 40 60 80 100 120 140 160
Nombres de restes nécessaire afin d'évaluer la ou les cause(s) d'une évent
uelle représentation différentielle des éléments squelet- Fig. 5 - Représentation des éléments squelettiques de cheval dans l'e
tiques de chevaux sur le site. En ce qui concerne les nsemble des zones fouillées.
Bulletin de la Société préhistorique française 2003. tome 100. n° 1. p. 29-39 d'un gisement du Gravettien ancien au lieu-dit le Sire (Mirefleurs, Puy-de-Dôme) 33 Découverte
environ 5 % de l'ensemble de la matière première L'INDUSTRIE LITHIQUE
apportée sur le site, les silex pressigniens moins de 1 %.
Nous ne présentons ici qu'une étude préliminaire. Cette large surreprésentation des silex du Turonien
inférieur par rapport à ceux du Turonien supérieur se
Matières premières retrouve dans les autres gisements du Paléolithique
supérieur du Puy-de-Dôme et du Velay (à l'exception
L'industrie lithique est caractérisée, comme dans tous des niveaux protomagdaléniens du gisement du Blot,
les gisements du Paléolithique supérieur de Limagne Surmely et Pasty, sous presse). Une étude géochimique
(Surmely, 1998 et 2000a et b; Surmely et al, sous (géochimie des éléments-traces et des isotopes du stron
presse), par l'utilisation de deux grands types de mat tium) récente a permis de confirmer la similitude entre
ières premières. les silex blonds retrouvés au Sire et ceux du Turonien
D'un côté, on trouve des silex tertiaires d'origine locale inférieur du secteur de Saint-Aignan (Gervais, 2001).
(éloignement de 300 m à 2 km), de teinte blanche à On trouve également, en très petites quantités, un
noire, avec des textures et des qualités souvent très matériau de couleur mastic, à texture très fine et très
variées (Surmely, 1998 ; Dufresne, 1999). Les Préhisto homogène. Ce type de silex est connu dans un gîte
riques en ont fait une abondante consommation, en ponctuel, celui du Bois du Pérou à Saint-Jeanvrin
introduisant sur le site des blocs à peine dégrossis. Ces (Cher), daté de l'Infralias (Surmely, 1998). Il est à noter
silex constituent (en poids) 95 % de l'ensemble de la que ce gîte se situe entre le Sire et les gîtes à silex de
matière première apportée sur le site. L'inégalité de Touraine. Un examen géochimique, conduit sur des
texture de ces modules et la présence de nombreuses échantillons similaires provenant d'autres gisements du
cristallisations internes ont provoqué des accidents qui Paléolithique supérieur d'Auvergne, a montré que le
ont laissé de nombreux cassons. gîte de Saint-Jeanvrin constituait la source probable
Le deuxième grand type de matières premières est celui d'approvisionnement (Giez, 2001 ; Poidevin et al, sous
des silex d'origine lointaine. Il s'agit plus précisément presse).
de silex marins provenant très probablement de Tou- Ces matériaux allochtones ont été introduits sur le site
raine (Masson, 1981 ; Surmely, 1998; Surmely et al, sous la forme de nucleus préparés, voire de supports
1998 et 2002; Surmely et Pasty, sous presse). Ces déjà débités, ce qui se traduit par la surreprésentation
matériaux se partagent en deux catégories : des silex des stades finaux de la chaîne opératoire, notamment
blonds et noirs du Turonien inférieur de la craie, ori au niveau des outils. Ce schéma est tout à fait classique
ginaires vraisemblablement du secteur de Saint-Aignan pour le Paléolithique supérieur du centre du Massif
(Loir-et-Cher) et des silex brun-roux de type calcarénite central et se retrouve à l'identique dans les gisements
silicifiée, qui proviennent des formations du Turonien magdaléniens qui jouxtent le gisement du Sire (Sur
supérieur du secteur du Grand-Pressigny (Indre-et- mely et al, 1997 et 2002; Surmely et Pasty, sous
Loire). Les silex du Turonien inférieur constituent presse). Cette stratégie d'approvisionnement est à
Illustration non autorisée à la diffusion
5 cm
Fig. 6 - Nucleus unipolaire en silex tertiaire local (dessin Ph. Alix).
Bulletin de la Société préhistorique française 2003. tome 100. n° 1. p. 29-39 34 F. SURMELY, P. ALIX, S. COSTAMAGNO, P. DANIEL, M. HAYS, R. MURAT, R. RENARD, J. VIRMONT et J.-P. TEXIER
5 cm
Fig. 7 - Nucleus bipolaire en silex tertiaire local.
mettre en relation avec la découverte de nucleus préfor La plupart ont un dos double alterne partiel (retouches
més le long de la Loire, à mi-chemin entre les gîtes inverses partielles à l'extrémité proximale ou distale)
et peuvent être considérées comme de véritables micro- d'origine et les sites d'habitat, bien que ces pièces
gravettes1 (fig. 10, nos 1, 2, 4, 6 et 11). Il y a aussi des paraissent datables de la fin du Magdalénien (Surmely
et al, sous presse). pointes à dos simple, quelques lamelles à dos et des
fragments d'armatures microlithiques non identifiables.
L'autre type est constitué d'armatures de taille plus Conduite et objectifs du débitage
importante, à dos droit, aménagées sur des lames, qui
Du point de vue des objectifs du débitage, on note la présentent parfois la même retouche croisée limitée aux
extrémités. Ce sont des pointes de la Gravette (fig. 10, recherche d'une production de supports laminaires
nos 9, 10 et 12). allongés et réguliers (fig. 8 et 9). Le débitage unipolaire
domine (fig. 6), mais le bipolaire est bien représenté Il convient de signaler qu'aucune frontière nette ne
sépare les gravettes des microgravettes, témoignant (fig. 7), avec aménagement de crêtes. L'examen des
talons montre un débitage au percuteur tendre. Les d'une utilisation de supports produits en continu à lisses abrasés ou punctiformes dominent large partir des mêmes nucleus.
ment. Les talons en éperon sont absents. Une étude tracéologique a été conduite sur un échant
illon de 16 armatures de tous types (M. Hays). Elle a
L'outillage permis de mettre en évidence la présence de traces
d'utilisation sur trois pièces, toutes des microgravettes,
L'outillage recueilli lors de nos travaux se caractérise qui correspondent à un usage comme pointes de project
par l'abondance des armatures et le petit nombre ile (Hays et Surmely, à paraître).
Les outils dits de "fonds commun" sont peu représentd'outils de fonds commun (grattoirs, burins, per-
és. Au sein de cet ensemble les lames retouchées, et çoirs...) (fig. 11).
Les armatures (fig. 10) se partagent en deux catégories. dans une moindre mesure les éclats retouchés, forment
La première, qui est la plus abondante, est constituée la catégorie numériquement la plus importante. Dans
par des armatures microlithiques aménagées sur l'ordre décroissant de fréquence, il y a des grattoirs,
lamelles de toutes tailles. Les pointes à dos dominent. le plus souvent aménagés sur des supports laminaires,
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100, n° 1, p. 29-39 :
;
'
:
Découverte ďun gisement du Gravettien ancien au lieu-dit le Sire (Mirefleurs, Puy-de-Dôme) 35
Fig. 8 - 1. 2 et 4 grattoirs en bout de lame 3 lame sous-crête.
des burins et des perçoirs. Les burins sont représentés vers la production de lames peu arquées, à partir de
par des formes standard, surtout de type dièdre d'axe. nucleus unipolaires et bipolaires, abondance remar
Les burins du type Noailles sont totalement absents. quable des armatures et surtout des microgravettes,
faiblesse numérique des autres types d'outils et en Dans le même ordre d'idée, on note l'absence de
pointes du type Font-Robert et de fléchettes. particulier des burins et des grattoirs. Ces caractéris
Les outils de fonds commun sont beaucoup plus abon tiques permettent de rattacher l'occupation à la grande
dants dans les séries collectées en surface par P. Daniel, famille du Périgordien. Il ne s'agit pas toutefois d'un
mais cet état de fait résulte des conditions même de la faciès classique du Gravettien, mais plutôt d'un Gravett
collecte, sans tamisage, qui ont minimisé la découverte ien ancien (Périgordien moyen ou Périgordien IV de
la classification Peyrony), comme le prouvent les datad'armatures de petite taille.
tions obtenues par la méthode du 14C.
Les rapprochements sont difficiles, compte tenu de la DATATIONS méconnaissance relative de cette période en France
Trois datations radiocarbones ont été réalisées, toutes (Bosselin, 1997; Bosselin et Djindjian, 1994) et même
sur ossements de cheval : en Europe occidentale, ainsi que des problèmes posés
- 29350 ± 310 BP (Beta- 145820); par les fouilles anciennes pour lesquelles par exemple
- 27300 ± 330 BP (OXA- 10820); l'absence de tamisage empêche de connaître l'impor
- pas de résultat (absence de collagène). tance réelle des armatures de petite taille.
Sur le plan régional, le gisement du Sire s'individualise
Ces mesures physiques confirment l'âge présumé du nettement, par l'industrie et les datations, des niveaux
gisement. Malgré l'intervalle qui les sépare en données gravettiens mis au jour dans le site du Blot (Cerzat,
Haute-Loire; Bosselin, 1997; Klaric. 1999)3. BP, elles ne sauraient remettre en question le diagnostic
de terrain quant à l'existence d'une couche d'occupat Pour l'ensemble de la France, alors que les sites des
ion unique2. phases moyennes et finales du Gravettien sont légion,
La réalisation de nouvelles datations est prévue. les habitats de la phase antérieure sont limités à un
nombre très réduit, avec l'ensemble 5 de l'abri Pataud
comme référence principale (Bricker, 1995; Léoz. COMPARAISONS CULTURELLES 2_ 2001). Hélas, ce niveau, épais et subdivisé en plu
sieurs horizons, reste documenté en partie seulement. Les du gisement principales du caractéristiques Sire sont les suivantes de l'industrie : débitage lithique axé Les datations obtenues, qui sont au nombre de 194.
Bulletin de la Société préhistorique française 2003. tome 100. nu 1. p. 29-39 36 F. SURMELY, P. ALIX, S. COSTAMAGNO, P. DANIEL, M. HAYS, R. MURAT, R. RENARD, J. VIRMONT et J.-P. TEXIER
s'échelonnent entre 21780 ± 215 (GRN-4631) et Mentionnons également le site de la Treille, récemment
28400 ± 1000 BP (OXA-169). découvert en Languedoc oriental (Bazile et al, 2001).
Un parallèle peut aussi se faire avec les gisements de Ce gisement, où la faune n'est malheureusement pas
Villerest, fouillés par J. Combier. Les niveaux de la conservée, ce qui nous prive de datations 14C, a une
Vigne Brun présentent des caractéristiques communes industrie lithique dominée par les armatures (gravettes,
avec le Sire : grande extension spatiale du gisement, microgravettes, lamelles à dos). La réserve porte toute
faune dominée par le cheval, prépondérance des micro- fois sur le fait que la présence massive des armatures
gravettes, absence presque totale des burins de Noailles semble aussi caractériser la phase finale du Gravettien
et Font-Robert (Digan, 2001). Il faut toutefois remar (Sonneville-Bordes, 1960; Soriano, 1998).
quer que le gisement de la Vigne Brun a fourni des Observons enfin que certains niveaux aurignaciens (le
datations plus récentes que celles obtenues au Sire5, Piage, с G à K; le Flageolet, с 8) ont donné des
mais il s'agit de mesures déjà anciennes, dont la fiabi datations (autour de 25000 BP) plus récentes que celles
lité pourrait peut-être être remise en question. obtenues au Sire, mais l'absence de calibration pour
Il faut signaler que cette station, comme celle de cette période rend difficiles les comparaisons précises.
Pataud, n'a pas fait l'objet de tamisage systématique à En élargissant encore le champ géographique des
l'eau, ce qui a dû avoir une influence sur le nombre comparaisons, on observe des convergences avec le site
d'armatures découvertes. allemand de Geissenklôsterle, avec une datation de
6 7
Fig. 9 - Supports laminaires bruts et retouchés.
Bulletin de la Société préhistorique française 2003, tome 100. n° 1, p. 29-39 :
:
:
Découverte d'un gisement du Gravettien ancien au lieu-dit le Sire (Mirefleurs. Puy-de-Dôme) 37
5 cm
11 12
Fig. 10- 1. 2, 4, 6 et 11 microgravettes ; 9, 10 et 12 gravettes; 3, 5, 7 et 8 pointes à dos
de type indéterminé.
Total fouilles % par rapport CONCLUSION 2000/2001 à l'ensemble ET PERSPECTIVES DE RECHERCHES Grattoir 14 9
6 Burin 9 Le gisement du Sire se révèle être un site structuré,
Lame retouchée 34 22 riche et appartenant à une culture jusqu'alors inconnue
Éclat retouché 22 14 en Auvergne et encore mal caractérisée sur le plan
3 2 Lame tronquée national, où notre documentation est pauvre pour la
Perçoir et bec 8 5 période comprise entre 30000 et 25000 BP.
Coche 1 1 Que ce soit à l'échelon régional ou national, ce gise
4 3 Pièce esquillée ment paraît donc très intéressant.
Gravette 4 3 La campagne 2001, tout en mettant en évidence la
Pointes à dos microlithiques destruction d'une partie du site par des aménagements 27 18 (dont microgravettes) agricoles, a permis de constater qu'une autre partie du Divers microlithes 27 18 gisement a été préservée, ce qui ouvre la possibilité
Fig. 11 - Tableau typologique général du gisement du Sire. d'une véritable étude spatiale, sous la forme d'un grand
décapage.
Les travaux futurs seront étroitement coordonnés avec
ceux que projette d'effectuer J.-F. Pasty sur le gisement
29200 BP. Plus à l'est, le gisement de plein air de moustérien situé immédiatement en contrebas. Cette
Milovice offre également un outillage dominé par les association nous paraît être un moyen de parvenir à une
armatures, malgré des datations radiocarbones nett compréhension de l'histoire géologique et humaine de
ement plus récentes (Oliva, 1989, com. orale). Des l'ensemble du site. ■
rapprochements peuvent être faits avec la phase an
cienne de la civilisation pavlovienne, malgré les incer Remerciements : nous tenons à remercier MM. J.
titudes qui pèsent sur la connaissance des grands sites Tournadre, B. Servant, F. Mallacher, ainsi que la munic
de la République tchèque (Valoch, 1996 ; Oliva, 2000). ipalité de Mirefleurs, pour leur aide précieuse.
Bulletin de la Société préhistorique française 2003. tome 100. n" 1. p. 29-39

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.