Documents préhistoriques de la grotte du Roc du Midi (Blandas, Gard) - article ; n°7 ; vol.71, pg 203-209

De
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 1974 - Volume 71 - Numéro 7 - Pages 203-209
Résumé. — Présentation d'une série d'objets provenant d'un puits s'ouvrant à proximité de la principale salle de la grotte. Ce matériel était associé à des ossements humains et son origine sépulcrale est probable. Deux périodes sont représentées : l'Age du Cuivre avec des poignards à soie crantée en cuivre et le Bronze moyen avec la hache, l'épingle, le poignard et les spirales en fil de bronze. Ce dernier groupe d'objets constitue le plus important ensemble d'objets en bronze qu'aient fourni les Cévennes gardoises.
7 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1974
Lecture(s) : 86
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

Jean-Louis Roudil
P. Vincent
Documents préhistoriques de la grotte du Roc du Midi (Blandas,
Gard)
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1974, tome 71, N. 7. pp. 203-209.
Résumé
Résumé. — Présentation d'une série d'objets provenant d'un puits s'ouvrant à proximité de la principale salle de la grotte. Ce
matériel était associé à des ossements humains et son origine sépulcrale est probable. Deux périodes sont représentées : l'Age
du Cuivre avec des poignards à soie crantée en cuivre et le Bronze moyen avec la hache, l'épingle, le poignard et les spirales en
fil de bronze. Ce dernier groupe d'objets constitue le plus important ensemble d'objets en bronze qu'aient fourni les Cévennes
gardoises.
Citer ce document / Cite this document :
Roudil Jean-Louis, Vincent P. Documents préhistoriques de la grotte du Roc du Midi (Blandas, Gard). In: Bulletin de la Société
préhistorique française. 1974, tome 71, N. 7. pp. 203-209.
doi : 10.3406/bspf.1974.8326
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1974_num_71_7_8326Bulletin de la Société Préhistorique Française, tome 71, 1971, C.R.S. M. n» 7
Documents préhistoriques de la grotte du Roc du Midi
(Blandas, Gard)
par J.-L. Roudil et P. Vincent
Résumé. — Présentation d'une série d'objets pro graphique et de la répartition des objets dans
venant d'un puits s'ouvrant à proximité de la prin le remplissage composé d'éboulis de plus en cipale salle de la grotte. Ce matériel était associé plus argileux en profondeur. C'est ainsi qu'un à des ossements humains et son origine sépulcrale des poignards en cuivre fut récolté à bien moinest probable. Deux périodes sont représentées : dre profondeur que certains objets en bronze. l'Age du Cuivre avec des poignards à soie crantée
Beaucoup de céramique, presque sans caractère, en cuivre et le Bronze moyen avec la hache, l'épingle,
accompagnait les objets en métal. Dans sa le poignard et les spirales en fil de bronze. Ce der
nier groupe d'objets constitue le plus important grande majorité, elle parait appartenir au Néo
ensemble en bronze qu'aient fourni les lithique final et à l'Age du Cuivre (Ferrières en
Cévennes gardoises. particulier). La série de pièces remarquables qui
fut mise au jour se trouve donc privée de
C'est au cours d'une visite spéléologique de la contexte sûr, et on ne peut, à partir des rense
Baume du Roc du Midi, que A. Colomer et ignements fournis par la fouille, établir si tel
P. Vincent firent la découverte étudiée ici. objet se trouvait associé à tel autre.
Nous reviendrons plus loin sur les causes ayant Cette grotte bien connue des spéléologues lan
guedociens s'ouvre en pleine falaise à proximité pu rassembler en ce lieu la série assez hétéroc
lite de pièces étudiées ci-dessous. du belvédère situé sur le bord du Causse de
Blandas et dominant le méandre recoupé de la C'est donc sur des bases exclusivement typovallée de la Vis connu sous le nom de cirque de logiques que nous pourrons étudier et dater
Navacelle. approximativement ce matériel dont la liste s'éta
blit comme suit : L'entrée de la cavité, fermée par un mur cons
truit au Moyen Age, comporte plusieurs salles — Deux poignards en cuivre à languette plate
dont les deux premières furent constamment crantée.
occupées pendant la Préhistoire récente et la — Soixante-dix-sept perles plates en test de Protohistoire. Le gisement de cette partie de la coquillage marin ; diamètre moyen : 10 mm. grotte a beaucoup souffert de multiples fouilles
— Une dent de sanglier perforée en pendelanarchiques. Dans la deuxième salle s'ouvre un
puits vertical de 17 m creusé aux dépens d'une oque.
diaclase, ce qui lui donne une section en ellipse ; — Une hache à rebords en bronze.
ses dimensions sont de 2 m sur 4 m environ. — Un poignard en bronze à deux rivets et Les parois lisses et rigoureusement verticales nervure médiane. empêchent toute descente avec les seuls moyens
— Deux spirales en fil de bronze. de l'escalade libre. Le fond du puits, entièrement
occupé par des éboulis, abritait, mêlés aux — Un fragment de fil de bronze.
blocs, de nombreux ossements humains. Des — Deux appliques en tôle de bronze à quatre spéléologues avaient déjà, antérieurement à la perforations. découverte, prélevé des restes osseux caractéris — Un poinçon en bronze à section carrée, tiques : maxillaires, fragments de crânes, etc.
aplati en ciseau à une extrémité. C'est un début de désobstruction, entreprise à
— Une épingle à tète biconique et corps renfdes fins purement spéléologiques, qui devait
aboutir à la mise au jour des premiers objets lé perforé, portant un anneau en fil de bronze
et nous décider à entamer une véritable fouille Nous étudierons dans l'ordre chronologique
méthodique du remplissage de cette profonde ce mobilier, en commençant par le plus ancien,
« oubliette ». qui appartient au Chaicolithique : poignards
en cuivre, collier et dent de sanglier. Cette fouille, réalisée par A. C. et P. V. dans
les conditions très difficiles que l'on imagine, Les poignards du Roc du Midi sont de deux
devait révéler rapidement qu'il n'y avait aucun types sensiblement différents. Le plus grand (fig.
renseignement à attendre de la position strati- 1) à lame subtriangulaire, tranchants rectilignes
203 Reprenant les types définis par F. Treinen languette subtrapézoïdale ; les bords des tranet
chants portent des traces de martelage. Le plus dans son étude sur les Campanif ormes (2), nous
avons pu classer en quatre grandes catégories petit à lame lancéolée et soie triangulaire à
les poignards de la région. coches marginales porte des facettes longitudi
nales obtenues, semble-t-il, par coulée. I. — Type dit occidental, le plus connu : lame
d'assez grande taille à languette subtrapézoïdale
et tranchants subrectilignes. Le plus grand du
Roc du Midi appartient à ce type.
II. — Type à lame lancéolée, languette courte
et assez large, de taille généralement inférieure
à celle du type I. Le plus petit du Roc du Midi
appartient à cette catégorie.
III. — Type sublosangique, court et très large ;
la languette est selon les cas plus ou moins déga
n° 2). gée par la concavité des bords (fig. 2,
IV. — Type foliacé. La lame à bords curvi
lignes ne comporte pas d'aménagement à l'extré
mité proximale destiné à améliorer la fixation
dans un manche. Ce modèle est typologiquemeni
le plus primitif : simple copie en métal des
innombrables armatures de javelots et de la plu
part des poignards sur lame en silex. Deux objets
seulement de ce type sont actuellement connus.
Illustration non autorisée à la diffusion Dans les catégories I, II et III, de nombreux
poignards comportent des coches sur le bord de
la languette, destinées à renforcer la prise de la
matière de collage (poix probablement) qui maint
enait la lame dans le manche en matière péris
sable.
Nous donnons ci-dessous la liste des gisements
ayant fourni des poignards en cuivre :
GARD (3)
— Grotte Latrone, Ste-Anastasie. Un ex.
— Grotte St-Joseph, Un ex.
— Grotte du Salpêtre de Coutach, Sauve. Un
ex.
— Grotte du Roc du Midi, Blandas. Un ex.
— Grotte du Pas-de-Joulié, Trêves. Un ex. Fig. 1. — Poignards en cuivre ; le n" 1 porte des coches très
nettes sur la languette et des facettes longitudinales résultant — Aven de Combe-Albert, Trêves. Un ex. peut-être du martelage. Echelles en cm. ("liché J.-L. Roudil.
— Station de Fontbouïsse, Villevieille. Deux
ex. Ces objets, fossiles typiques de l'Age du Cuivre
languedocien, figurent en quantité notable en — Grotte № 46, Saint-Geniès-de-Comolas. Languedoc oriental (1). Leur nombre élevé cor Un ex. respond sans doute à l'existence d'une métal
lurgie que les sources de matière première locale HERAULT alimentaient tout naturellement (cuivre de la
région de Cabrières et du haut bassin de l'Hé — Grotte de Labeil, Lauroux. Un ex. 9. rault) .
10. — Grotte des Fées, Limas. Deux ex. Sur le plan culturel, c'est la civilisation de
Fontbouïsse qui fournit les plus nombreuses — Grotte de Nizas, Nizas. Un ex. 11. preuves de l'utilisation du cuivre, sans en avoir
toutefois l'exclusivité. — Dolmen de Molentie, Soubés. Un ex. 12.
(2) Theinen F. — Les poteries campaniformes en France. (1) Nous donnons à cette région les limites qui ont été définies dans notre étude sur l'Age du Bronze : du bassin de Gallia Préhistoire, XIII., 1970. l'Orb à celui de l'Ardèche, le Rhône, le littoral et la bordure (3) A cette liste il y a lieu d'ajouter un exemplaire de type non définissable provenant de la grotte sépulcrale Fontculminante des Cévennes, soit une ligne allant de l'Espinouze bouïsse de Boucoiran. Il est pointé en n° 18 sur la carte flg. 3. au Mont Mezenc.
204 :
:
l'Aude et les Pyrénées-Orientales, ainsi que sur
les Causses. Le seul département de l'Aveyron
en possède une bonne série. A titre de compar
aison, nous figurons en annexe quelques poi
gnards étrangers provenant d'Italie du Nord, de
Fig. étrangers. 2. — Poignards 1 Minerve, languedociens Hérault (Société peu connus Archéologique et poignards tic
Montpellier). — 2 : Grotte de la Baumette Cournonterral, Hérault. — 3 : Tumulus campanifornie d'Exloo, Pays-Bas. — 4 : Asilio de Bort, Valence, Espagne. — 5 : Tombe de Fig. 3. — Carte de répartition des quatre types de poignards Santa Cristina, Fiesse, Province de Brescia, Italie. — 6 : en cuivre, en Languedoc. N : Nîmes ; M : Montpellier. Les Grotte San Bartolomeo, Cagliari, Sardaigne. — 7 : Tombe XIII de los Millares Espagne. № 3 : échelle 2/3. № 4 : numéros renvoient à la liste du texte. échelle 1/2. №s 1, 2, 5, 6, 7 échelle en bas de figure en cm.
Sardaigne, d'Espagne et des Pays-Bas... L'ident13. — Grotte de la Baumette, Cournonterral. Un
ité de silhouette est frappante et atteste ampleex. ment que les techniques métallurgiques ont 14. — Grotte de L'Euzière, St-Paul-et-Valmale. connu une diffusion continue, ayant conduit à Un ex. l'adoption de types métalliques identiques au
sein de civilisations variées, conservant par ai
VAUCLUSE lleurs leurs particularismes respectifs. Dans notre
région beaucoup de poignards en cuivre sont 15. — Station de la Balance, Avignon. Un ex. privés de contexte précis, et c'est le cas pour la
grotte du Roc du Midi.
ARDECHE Ceux du gisement éponyme de Fontbouïsse
appartiennent à coup sûr à cette civilisation, les Hi. — Tumulus de Soyons, Soyons. Un ex.
rares tessons campaniformes récoltés sur ce
village ne représentant qu'une quantité infinBOUCHES-DU-RHONE itésimale du mobilier total. Le poignard du Sal
pêtre de Coutach est également issu d'un milieu 17. — Hypogée de Fontvieille, Fontvieille. Un
d'habitat Fontbouïsse homogène (4). A Boucoi- ex. ran la totalité du matériel recueilli appartient
La figure n " 3 résume cette répartition, c'est à cette même civilisation, et ainsi quatre poi
au total une vingtaine de poignards en cuivre gnards du Gard au moins ont une identité sure.
qui se répartissent dans la région. Ces objets
sont également représentés vers l'Ouest dans Fouilles inédites du Lieutenant S. Cours.
205 Un courant d'origine orientale (chypriote en
particulier) apportait à la même époque en Italie
du Nord et jusque dans les Bouches-du-Rhône
le poignard à forte nervure et languette rectan
gulaire perforée, dit de Remedello. Il est pour
l'instant très difficile d'établir quelle est la zone
d'origine éventuelle du poignard de type occi
dental ; la thèse de sa diffusion par les Campa-
niformes, avec les techniques métallurgiques ne
résiste pas à l'examen des documents languedoc
iens : premièrement, trop de ces objets (15
au moins) se trouvent privés de tout contexte
Illustration non autorisée à la diffusion
4. — Collier en perles taillées dans du test de coquillage Fig. épais (Cardium probablement). Echelle en cm. Cliché J.-L. Roudil.
La lame en cuivre de la grotte de Labeil,
couche VI, se trouve par contre, dans un contexte
Ferrières certain, associé entre autres à des
céramiques à chevrons incisés. Les poignards
de la grotte de Nizas (11) et de l'habitat de la
Balance à Avignon (15) ont un contexte où le
campaniforme domine largement, et celui de
Soyons (16) est issu d'un milieu clos de cette
même civilisation. Sur les marges de la région
définie précédemment, le poignard de la grotte
de Verrières, Aveyron (5), se rattache à un mi
lieu clos où la composante Ferrières est nett
ement dominante. De même le poignard du Dol
men de Molentie peut être, avec de bonnes
probabilités, rattaché aux Ferrières, pour des
raisons géographiques, d'abord, mais également
parce que le Fontbouïsse n'est que faiblement
représenté dans les chambres mégalithiques. Fig. 5. — Céramiques ornées « associées » au mobilier métalEn conclusion, on doit admettre que les trois lique dans le puits sépulcral. Tous ces décors incisés, cannelés et en pastillage repoussé appartiennent à la civilisation civilisations de l'Age du Cuivre du Languedoc de Ferrières. disposaient de poignards à languette. La relative
parenté qui lie les types I, II et III, laisse sup caliciforme, proche ou lointain ; deuxièmement,
poser que leur fabrication était le fait de métal les rares dates que l'on possède pour les groupes
lurgistes indépendants, produisant en fonction locaux de cette civilisation, la place tardivement
des possibilités en matière première, à l'usage (1900 B.C. pour Saint-Côme et Maruéjols), et à
des besoins particuliers, mais inspirés par des coup sûr postérieure au cuivre trouvé en contexte
prototypes communs. Cette source technique Ferrières.
commune expliquerait la relative standardisation Le collier en test de coquillage et la dent de des poignards de cuivre en Europe occidentale. sanglier perforée en pendeloque appartiennent
au mobilier classique des sépultures en grotte (5) Soutou A. — Les grottes sépulcrales de la Médecine et ou en dolmen de l'Age du Cuivre languedocien. de la Grailherie à Verrières, Aveyron. Gnllia Préhistoire, X, Tout au plus peut-on remarquer que ces perles 1967, fasc. 2.
206 d'un calibre relativement important, et il sont étude (6). Toutefois il est utile de rappeler que
n'est pas impossible que cette série de pièces cette distribution s'étend du Proche-Orient, By-
soit légèrement plus ancienne que les poignards blos en particulier (Schaeffer 1948), en Italie du
et date du Néolithique Final. Nord (Saflund 1939), en Suisse (Munro 1908),
au Danemark (Hachman 1957), en Alsace (SchaeffL'épingle en bronze du Roc du Midi est une
er 1926) et en Allemagne. Dans ce dernier pays, pièce remarquable, tant par la rareté de ce
les épingles à corps orné et perforé sont nombgenre d'objets, en France et surtout dans le Midi,
reuses, elles appartiennent à la civilisation des que par la qualité de son décor et son excep tumulus. Il n'est pas douteux que c'est à partir tionnel état de conservation (fig. 6). Longue de
de la zone continentale que ces objets sont
parvenus dans le Midi de la France avec de
nombreux autres éléments de la civilisation matér
ielle de l'Age du Bronze. La position chronolo
gique de ces épingles dans l'aire germanique est
de ce fait une donnée importante pour la data
tion de nos exemplaires.
Dans une étude détaillée de ces problèmes
(Ziegert 1963), cet auteur répartit ainsi les épin
gles à corps perforés, dont certaines sont iden
tiques à celle du Roc du Midi : groupe de Ha-
guenau, phase 3 ; groupe du Wurttemberg,
phase 2 ; groupe du Rhin moyen, phases 2 et 3.
Ces phases sont synchroniques de la fin du
Bronze B, et du début du Bronze С de Reinecke,
soit environ entre 1600 et 1400 avant J.-C. Illustration non autorisée à la diffusion
Les pièces de comparaison sont peu abon
dantes en France, si on excepte l'important grou
pement de Haguenau qui, culturellement, fait
partie intégrante de la civilisation des tumulus
d'Allemagne. Quelques exemplaires se répartis
sent dans le Jura (Sandars 1957), en Provence
à la grotte A de Montpezat (Basses-Alpes), à la
grotte de Chateauvert dans le Var. La décou
verte la plus intéressante, en ce qui concerne
notre propos, est celle de Saint-Paul-de-Varces,
Isère (Bocquet 1963). Dans cette nécropole tes
sépultures à inhumation du Bronze Moyen
comprenaient avec d'autres objets typiques, une
épingle fusiforme à corps décoré non perforé et,
à ce détail près, très voisine de la nôtre.
En Languedoc, presque tous les objets de ce
Fi»'. 6. — Vue de la partie supérieure de l'épingle en bronze genre connus à ce jour étaient privés de contexte
et du dessus de sa tète (2). On distingue nettement les coups précis (grotte de Seynes, grotte du Capelan, de burin ayant servi à réaliser des zigzags du décor horizont Ganges, etc.). Notre chantier en 1970 à la al. Echelle en cm. Cliché J.-L. Roudil.
grotte du Hasard (Tharaux, Gard) a comblé cette
lacune. Dans la zone du « carrefour », la couche
150 mm, elle comporte une tige dont le diamètre 4 a donné un ensemble de documents d'origine
va croissant de la pointe vers le sommet. A la sépulcrale comprenant : une épingle à corps
partie supérieure, un léger renflement constitue fusiforme perforé et orné, des spirales en bronze,
le corps de l'épingle ; il est surmonté d'un évase- des perles et des plaquettes multiforées en ambre
ment qui forme la tête dont le dessus est bombé. et une anse à protubérance (languette rectan
Sur le corps, des séries de lignes gravées trans gulaire), le tout absolument typique du Bronze
versalement délimitent cinq champs réservés, Moyen de la région.
dont quatre comportent une ligne gravée en Tandis qu'en Allemagne ces épingles datent zigzag, celui du centre étant nu et portant la du tout début du Bronze Moyen, on peut consiperforation. Dans le canal traversant la tige est dérer, compte tenu d'un léger retard dans la enfilé un fil de bronze refermé sur lui-même pour diffusion vers le Sud qu'elles sont parvenues en former un anneau de 10 mm de diamètre. Sur Languedoc en plein Bronze Moyen, dans le coula tête, très bombée, un décor de quatre arceaux rant du quatorzième siècle. incisés se complète d'une ligne circulaire poin-
La hache en bronze du Roc du Midi est de tillée tracée au bord.
forme subrectangulaire très allongée, avec un Nous ne reviendrons pas en détail sur la liste
et la répartition de ce type d'objet dans la région, ((>) Rovdil J.-L. — L'Age du Bronze en Languedoc oriental. préférant renvoyer le lecteur à notre récente Mémoires de la S.P.F.. tome 10, 1972.
207 :
:
7. — Ensemble du materiel (le. l'âge du Bronze recueilli au Roc du Midi. Fig,
1 : poinçon-ciseau à section carrée ; 2 : épingle à corps perforé et orné ; 3 : spirale en fil de bronze ; 4-5 appliques coniques perforées en tôle de bronze ; 0 : spirale en fil de bronze ; 7 : poignard à rivets ; 8 : coquille de Murex perforée. Cet objet a été récolté dans la salle d'entrée de ia grotte ; !) hache en bronze. Echelle en cm.
208 tranchant peu étalé, de faibles bords obtenus dans le puits. Typologie et chronologie peuvent
par coulées, et elle comporte une coche arrondie seules conduire à classer et à regrouper ces
au talon (fîg. 7, n" 9). Typologïquement, ce mod diverses pièces.
èle de hache est intermédiaire entre les proto Deux ensembles sont à peu près évidents : types du Bronze Ancien et ceux du Bronze Final les poignards en cuivre, les perles en coquillage (hache à ailerons). Un seul exemplaire de forme et la dent de sanglier perforée sont chalcolithique, voisine a été trouvé en Languedoc associé à du et probablement Fontbouïsse ; le reste du matérmatériel du Bronze Moyen (Grotte du Claux, iel est en totalité datable du Bronze Moyen. Gorniès, Hérault). Les autres haches de cette
A quatre siècles d'intervalle au moins, deux période sont issues de cachettes ou de dépôts :
séries d'inhumations furent déposées au fond Fabrègues ou Vauvert.
du puits. Par quel moyen ? Il semble peu compatLe poignard à rivets qui accompagnait la ible avec le respect dû aux défunts qu'ils aient
hache, a une forme lancéolée, un renflement de été jetés du haut des 18 m. Plus probablement
l'axe de la lame lui donne une grande solidité ont-ils été descendus au moyen de cordages,
en constituant une sorte de nervure ; les tran opération qui devait être assez acrobatique
chants très minces, gardent encore les traces du compte tenu de la configuration des lieux.
martelage destiné à les aiguiser. Ce n'est que Le fait important à retenir est la réutilisation par des recoupements typologiques que l'on peut très fréquente à l'Age du Bronze des lieux et placer avec certitude au Bronze Moyen ce genre des modes de sépultures chalcolithiques. Il n'est d'outil, les autres exemplaires languedociens ne évidemment pas exclu que quelques-uns des provenant pas de milieu clos ; toutefois la plu objets soient tombés par accident, mais leur part d'entre eux possèdent un contexte où le qualité et leur nombre, leur association à de Bronze Moyen est dominant : grotte des Buis- nombreux ossements humains, leur confère une sières, (Mazauric, Mingaud, Vedel 1903), ou du origine sépulcrale presque certaine. Les pomoins bien représenté : Grotte de la Madeleine ignards en cuivre sont, malgré leur relative abon(Barrai 1960). dance en Languedoc, des pièces exceptionnelles ;
Les appliques en tôle de bronze sont des fos la très belle épingle décorée est par contre pres
siles typiques du Bronze Moyen régional. Les que unique dans la région, ne serait-ce que par
deux exemplaires du grand puits sont coniques son parfait état de conservation. Elle atteste avec
et l'une d'elles est percée au sommet. Des trous les autres objets du Bronze Moyen, l'intense
groupés par deux près du bord permettaient la pénétration du commerce du bronze qui à partir
fixation sur le vêtement. Le seul milieu clos ayant du couloir rhodanien gagnait le Sud du Massif
fourni des objets semblables et la tholos de Central et les Causses, et dont la grotte du Roc
Roucayrol, à Brissac, Hérault (Audibert 1956) ; du Midi fournit un important témoin.
ils y étaient associés à de la céramique à décor
proto-Saint-Vérédème. Les bossettes repoussées
qui ornent fréquemment les appliques en tôle
BIBLIOGRAPHIE sont absentes de nos deux exemplaires.
Les fils de bronze roulés en spirales sont des
Audibkrt J. (1950). — Le Bronze Moven bas-langueobjets peu courants dans le Midi. Leur diamètre
docien. Bull, de la Soc. Préhist. Fr., LUI, n° 3-4, est tel qu'ils étaient trop grands pour servir de pp. 152-156. bague et trop petits pour servir de bracelet sinon
Barral L. (I960). — La grotte de La Madeleine à un bébé. On peut admettre qu'ils servaient à (Hérault). Bulletin du Musée d'Anthropologie Préhistenir serré une tresse de cheveux pour former torique de Monaco, 1, I960, pp. 5-73. une sorte de queue de cheval. Bocquet A. (1963). — La nécropole protohisto
Le poinçon-ciseau recueilli au Roc du Midi rique de Saint-Paul-de-Varces (Isère). Grenoble 1963,
100 p., 33 fig. (fig. 7, n° î) est un objet d'un type rare et non
représenté à notre connaissance dans le Midi de Hachmann R. (1957). — Die Friïhe Bronzezeit im
westlichen Ostseegebiet und ihre mittel- und sudest- la France. Il est en bronze et diffère par la
europaischen Beziehungen. Hambourg 1957. forme, et des alênes bipointes en cuivre propres
Mazauric F., Mingaud G. et Vedel (1903). — La au Fontbouïsse, et des alênes losangiques en grotte de Meyrannes (époque néolithique et époque bronze du Bronze Ancien. Le corps assez épais du Bronze). Bull, de la Société d'Etude des Sciences est de section carrée à angles arrondis, une extré Naturelles de Nîmes, XXXI, 1903, pp. 52-70. mité est aiguë, l'autre aplatie en ciseau. Il faut Munro R. (1908). — Les stations lacustres d'Europe aller loin pour trouver des objets identiques, aux Ages de la Pierre et du Bronze. Paris 1908, 294 p. en Allemagne du Sud ; le gisement de Langquaid Saflund G. (1939). — Le Terremare. Lund 1939. en a fourni plusieurs (Hachmann 1957) ; il Sandars N. K. (1957). — Bronze Age Cultures in appartient à la civilisation des tumulus du France. Cambridge 1957. Bronze Moyen. Schaeffer C. (1948). - Stratigraphie comparée
En conclusion, la série d'objets étudiée ici et chronologie de l'Asie Occidentale. Oxford 1948.
présente une curieuse hétérogénéité : on y trouve Ziegert H. (1963). — Zur Chronologie und Grup-
parure, outils et armes ; nous laisserons de côté pengliederung der westlichen Hugelgriiberkultur.
les céramiques qui ont pu choir accidentellement Berlin 1963.
209

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.