Étude anthropologique des nécropoles d'Argos. Contribution à l'étude des populations de la Grèce antique - article ; n°1 ; vol.82, pg 268-313

De
Bulletin de correspondance hellénique - Année 1958 - Volume 82 - Numéro 1 - Pages 268-313
46 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1958
Lecture(s) : 31
Nombre de pages : 51
Voir plus Voir moins

Robert Charles
Étude anthropologique des nécropoles d'Argos. Contribution à
l'étude des populations de la Grèce antique
In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 82, 1958. pp. 268-313.
Citer ce document / Cite this document :
Charles Robert. Étude anthropologique des nécropoles d'Argos. Contribution à l'étude des populations de la Grèce antique. In:
Bulletin de correspondance hellénique. Volume 82, 1958. pp. 268-313.
doi : 10.3406/bch.1958.2341
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bch_0007-4217_1958_num_82_1_2341ÉTUDE ANTHROPOLOGIQUE
DES NÉCROPOLES D'ARGOS
CONTRIBUTION A L'ÉTUDE DES POPULATIONS
DE LA GRÈCE ANTIQUE
(Planches X-XXI)
La ville actuelle d'Argos a élé édifiée sur le site même de l'ancienne cilé, aussi
est-ce aux environs immédiats et dans la ville même que se poursuivent les fouilles
archéologiques conduites par l'Ecole française d'Athènes.
Une nécropole mycénienne a été découverte au début de ce siècle par
W. Vollgraff, aux abords N.-O. de l'agglomération, le long de la route qui conduit
à Mantinée, au lieudit Deiras, situé entre la colline de la Larissa et le mamelon
de VAspis. — Depuis 1952, l'École française a entrepris des fouilles au S.-O.
de l'agglomération, dans le « quartier Sud », tout près de la route qui conduit
à Tripolis et aux abords immédiats du grand théâtre antique et des constructions
romaines. Ces fouilles ont mis au jour plus de 150 sépultures se répartissent sur
une période s'étendant du début de l'Helladique moyen (vers 2000 av. J.-C.) à la
fin de la période prébyzantine (vie ap. J.-C). — Préalablement à l'édification d'un
nouveau musée, à peu de distance de la grande Place Saint Pierre, une exploration
méthodique, en 1956, a découvert une douzaine de tombes (1).
A l'exception de deux, tous les sujets que nous avons pu étudier proviennent
du quartier Sud (2).
(1) Les squelettes découverts dans cette fouille (cf. BCH 1957, p. 647 sqq. et fig. 27, 28,
32, etc..) sont demeurés introuvables.
(2) Nous exprimons notre gratitude à Mr le Professeur Daux, directeur de l'École d'Athènes,
qui nous a confié cette étude et qui nous a accordé toutes facilités pendant la durée de notre séjour
en Grèce, tant à Argos qu'à Athènes, o'i nous avons pu profiter de la riche bibliothèque de l'École
et prendre contact avec les savants grecs; et à Mr le Professeur Vallois, Directeur du Musée de
l'Homme et de l'Institut de Paléontologie Humaine, qui a bien voulu examiner notre travail et
approuver nos conclusions, avant que nous donnions à notre étude sa forme définitive.
Nous tenons aussi à remercier Mr Paul Courbin, qui a fouillé le plus grand nombre des tombes
et nous a généreusement communiqué toutes précisions utiles sur ses découvertes ; les membres ANTHROPOLOGIQUE DES NECROPOLES D ARGOS 269 ETUDE
I. MONOGRAPHIE DES SÉPULTURES D 'ARGOS
Helladique moyen (2000-1600)
Tombe 47. Nombreux débris d'us divers.
Tombe 69. Débris d'os divers d'un nouveau-né.
Tombe 70. Calvaria eL débris d'os longs d'un sujet masculin âgé de 30 ans
environ (pi. X, nos 1-4).
Fig. 1. — Diagramme du crâne n° 70 (GN/2).
Caractéristiques : mésocrâne, orthocrâne, tapéinocrâne, front très divergent,
sténométope.
Observations. La boîte crânienne est de type pentagonoïde. Les lignes de
suture sont compliquées et béantes ; on ne note qu'un début de synosLose au
niveau de l'obélion. Les bosses pariétales sont bien développées.
De profil, le front est bombé, il y a une légère dépression en arrière du bregma,
le vertex se situe peu en arrière de celui-ci ; l'occiput est bien développé, mais ne
forme pas de chignon.
de l'École, en particulier Mr Pierre Charneux, qui nous a accompagné à Argos ; Mr le Professeur
Sclavounos, Directeur du Musée Anthropologique de l'Université et Mr le Professeur Koumaris,
ancien Directeur de ce Musée et fondateur de la Société grecque d'Anthropologie, qui nous ont
tous deux envoyé une abondante documentation. 270 ROBERT P. CHARLES
Les crêtes temporales sont peu accusées, par contre les crêtes mastoïdiennes,
très accentuées, donnent lieu à la formation d'un torus occipital très net.
En norma occipitalis, la voûLe est moyenne, la suture lambdoïde, très
compliquée, comporte plusieurs os wormiens. Les apophyses mastoïdes sont bien
développées.
Du massif facial, on n'a que des fragments de maxillaires et la mandibule.
Celle-ci est plutôt gracile, la branche horizontale est peu élevée, le menton est
bien développé, la branche montante est étroite, l'échancrure sigmoïde large et
l'apophyse coronoïde peu développée. Mxd et g, et M2g étaient tombées depuis
longtemps, car les alvéoles sont complètement oblitérés ; Ix.2, C, PM2g et Mxd sont
en place, saines mais très usées, en revanche, M3d est intacte.
Du même sujet, on a aussi de nombreux débris d'os longs, inutilisables.
Tombe 71. Débris de boîte crânienne, humérus droit, fémur droit, moitié
distale du fémur gauche et les deux tibias d'un nouveau-né.
Tombe 76. Fragments de boîte crânienne, de mandibule et d'os longs d'un en
fant d'un an environ ; Ijg est tombée post mortem, la poussée de I2g n'était pas
achevée au moment de la mort du sujet, les bourgeons de toutes les autres dents
du côté gauche se trouvant dans leurs alvéoles. La paroi supérieure du corps mandi-
bulaire est déjà percée au niveau des molaires, mais celles-ci ne font pas encore
saillie à l'extérieur.
Tombe 91 (pi. XI). Crâne et os longs d'un sujet, probablement féminin, âgé de
15 à 20 ans.
Caractéristiques, hyperdolichocrâne, orthocrâne, acrocrâne, front moyen
nement divergent, eurymétope, leptoprosope, mésène, cryptozyge, mésoconque,
chamaerhinien, mésostaphylin.
Taille, de l'ordre de 1 m. 50 à 1 m. 53.
Observations. Norma verlicalis. La boîte crânienne est de type ovoïde ;
le crâne ayant subi une forte pression latérale, il se pourrait qu'il soit en réalité
un peu moins allongé, mais il présente néanmoins une très forte dolichocrânie.
Les lignes de suture sont compliquées et béantes. Le massif facial et les arcades
zygomatiques sont visibles.
Norma lateralis. Le galbe présente quelques irrégularités ; le frontal est redressé,
il y a une petite constriction post-bregmatique, le vertex est situé au tiers de la
distance entre le bregma etrle lambda, il y a un léger méplat au niveau de l'obélion.
L'occiput est bien développé mais ne forme pas de chignon.
Norma occipilalis. La voûte est élevée, quoique en raison du léger aplatissement
latéral du crâne, l'indice soit en réalité plus faible que celui donné par les mensur
ations. La suture lambdoïde, très compliquée, comporte de nombreux petits os
wormiens, ainsi que la partie de la suture sagittale postérieure à l'obélion.
Norma facialis. Le front est large, fortement et irrégulièrement bombé ; la
glabelle et les arcades sourcilières sont atténuées. ANTHROPOLOGIQUE DES NECROPOLES D ARGOS 271 ETUDE
Massif facial. La face est allongée, les orbites moyennes, peu obliques, le nez
large ; la base des échancrures nasales est émoussée, voire même légèrement
dédoublée.
L'étude du diagramme montre que le nasion, le naso-spinal et le prosthion sont
alignés ; l'inclinaison de cette ligne (92°) sur le plan de Francfort classe le sujet
comme orthognathe, mais l'angle facial de Weisbach et Rivet (69° 20), aigu,
révèle un assez fort prognathisme alvéolaire.
La voûte palaline est courte et profonde ; les dents sont larges et peu serrées
les unes contre les autres ; les Mx comportent δ cuspides et les M2 seulement 4 ;
les M 3 sont avortées dans leurs alvéoles. Toutes les dents sont saines et peu usées.
Fig. 2. — Diagramme du crâne n° 91 (GN/2)
Mandibule. La mandibule est plutôt gracile ; le menton, bien développé, est
toutefois peu proéminent. Les gonions sont peu éversés, la branche montante est
à la fois large et basse ; l'échancrure sigmoïde est large ; l'apophyse coronoïde est
petite, légèrement recourbée vers l'arrière.
Os longs. Du même sujet on a le radius et le cubitus droits, épiphysés, la moitié
proximale du tibia droit, la plus grande partie du tibia gauche et l'astragale gauche.
Les longueurs peuvent être évaluées approximativement : radius 195, cubitus
220, tibia 340 ; ce qui révèle une taille de l'ordre de 1 m. 50 à 1 m. 53 pour le sujet.
Tombe 92 (pi. X, n° 5-6). Fragment de calvarium comportant une partie du
frontal et des pariétaux, le temporal droit, et la moitié droite du massif facial,
d'un sujet féminin de 25 ans environ. 272 ROBERT P. CHARLES
Observations. La boîte crânienne paraît être de type pentagonoïde ; les sutures
compliquées, sont encore béantes. De profil, la voûte paraît basse ; le front est
redressé, fortement bombé dans sa partie, médiane ; la glabelle et les arcades
sourcilières sont atténuées. L'orbite est moyenne, subquadratique et oblique ;
le nez est étroit. On note un léger prognathisme alvéolaire. Les incisives et les
canines sont tombées post mortem les autres dents, demeurées en place, sont
saines et exemptes de toute abrasion ; les molaires comportent quatre cuspides.
Tombe 104. Fragments de mandibule, de l'humérus droit et du tibia droit
d'un sujet masculin adulte.
Tombe 111. Restes inutilisables d'un sujet adulle, probablement masculin
d'après l'épaisseur des os et l'importance des impressions musculaires.
Tombe 113. Débris de boîte crânienne, de maxillaire et d'os longs d'un sujet
adulte dont le sexe ne saurait être précisé.
Tombe 114. Débris de boîte crânienne et d'os longs d'un sujel probablement
masculin adulte. Le tibia gauche est presque complet ; sa longueur peut être éva
luée à 330 millimètres, d'où la taille approximative du sujet est 1 m. 53.
Tombe 120. Débris de boîte crânienne, de maxillaire et d'os longs d'un sujet
adulte dont le sexe ne saurait être précisé.
Tombe 122. Débris de boîte crânienne, de maxillaire et d'os longs d'un sujet
adulte dont le sexe ne saurait être précisé.
Tombe 123 (pi. XII, n° 1-4). Calva d'un sujet masculin âgé de 50 à 55 ans.
Fig. 3. — Diagramme du crâne n° 123 (GN/2). ÉTUDE ANTHROPOLOGIQUE DES NÉCROPOLES D'ARGOS 273
Caractéristiques. N'ont pu être mesurés que les diamètres, antéro-postérieur
et transversal, respectivement 197 et 130 millimètres, ce qui avec un indice crânien
de G5,9 caractérise un sujet hyperdolichoerâne ; les deux indices mettant en jeu
la hauteur basilo-bregmafique peuvent être évalués approximativement et classés
dans les catégories, orthocrâne et acrocrâne.
Observations. La boîte crânienne est de type ovoïde, très allongée, Les lignes
de suture sont très compliquées ; la sagittale est complètement oblitérée, la Iamb-
doïde esL oblilérée sur les 2/3 supérieurs ; pour la coronale, le degré de synostose
est plus diilicile à apprécier, car une brisure s'est produite à ce niveau.
De profil, le front est bombé, mais légèrement fuyant ; le vertex est situé à
mi-distance entre le bregina et le lambda ; l'occiput, bien développé, forme un léger
chignon. L'inion est très saillant.
En norma occipitalis, la voûte est élevée, carénée en avant du vertex, légèi-e-
ment déprimée en arrière. La suture lambdoïde comporte de nombreux petits os
wormiens. Les empreintes des muscles de la nuque sont très fortes. A gauche de
l'inion, on reconnaît des traces très nettes d'ostéomyélite profonde ; la surface
externe de l'os est amincie et corrodée sur une grande profondeur, toutefois la
perforation que l'on observe est due à un effondrement posl mortem de la paroi.
Le front paraît large, bombé au métopion, mais les saillies latérales sont peu
développées. La glabelle et les arcades sourcilières sont très proéminentes.
Du même sujet, on a aussi la branche horizontale gauche de la mandibule,
déformée par la chute ancienne des dents, dont les alvéoles sont complètement
oblitérées.
Tombe 126. Débris d'os longs et dents d'un sujet, probablement masculin,
âgé de 30 ans environ.
Tombe 127. Fragment de mandibule et débris d'os longs d'un enfant âgé de
15 mois à 2 ans. Sur la mandibule, les Mx_2 lactéales sont en place, les C sont en
train d'effectuer leur poussée, les 1^% sont tombées posl mortem (1).
Tombe 136. Débris de boîte crânienne et d'os divers d'un enfant de 2 ou 3 mois.
Tombe 142 (pi. XII, n° 5-6). Fragments de crâne et d'os divers d'un enfant
de 8 ans environ.
Caractéristiques. On n'a pu prendre aucune des mensurations habituelles,
toutefois les indices ont pu être évalués approximativement dans les catégories
suivantes : dolichocràne, euryène, chamaeconque, chamaerhinien.
Observations. 1. Moitié gauche du frontal et du massif facial, pariétal et
temporal gauche, en connexion.
La boîte crânienne paraît allongée. Le front est bombé, la face basse, l'orbite
basse et le nez large. On note un prognathisme facial assez sensible. Sur le maxill
aire, Mx lactéale et Mx définitive sont en place ; M2, en cours de poussée, fait à peine
(1) En raison de l'état des débris il est impossible d'affirmer qu'il n'y avait qu'un corps.
Î8 274 ROBERT P. CHARLES
saillie hors de son alvéole. Les bourgeons de Ix et PMX sont visibles au fond de
leurs alvéoles.
2. Fragment du pariétal droit et de l'occipital. Il y a un petit os wormien à la
suture lambdoïde.
3. Dents isolées dont Mjd sup., identique à Mxg (4 cuspides).
4. La plus grande partie de la mandibule. Le corps est gracile, le menton et
les gonions ne sont pas encore développés. La branche montante est plutôt étroite
et très oblique. M1 lactéales et M2 définitives sont en place (ces dernières comport
ant 5 cuspides). On aperçoit les bourgeons des M2 définitives dans leurs alvéoles.
La partie supérieure de la région symphysaire est détruite, de sorte qu'on ne peut
rien dire sur la poussée des incisives.
5. Du môme sujet, on a aussi de nombreux fragments de côtes, de vertèbres
et d'os longs.
Tombe 143. Débris de crâne et os longs d'un sujet, probablement féminin,
âgé de 35 à 40 ans.
Taille, de l'ordre de 1 m. 49.
Observations. Crâne. Un fragment du temporal gauche comporte l'apophyse
mastoïde assez peu développée. On a aussi quelques fragments non rassemblables
de la boîte crânienne et du massif facial, dont le malaire gauche et la partie anté
rieure des maxillaires avec Ixg.
Important fragment de la mandibule. Les régions goniaques ont disparu,
l'ensemble paraît assez gracile, les empreintes musculaires sont peu accusées, mais
le menton est très proéminent. L'échancrure sigmoïde est large, ainsi que l'apophyse
coronoïde. Sont restées en place les Ixd et g, I2g, C et PMxd et g, Mxg (cette dernière
comportant 4 cuspides) ; toutes sont saines mais très abrasées ; M223g étaient
tombées depuis longtemps, car leurs alvéoles sont complètement oblitérés.
Colonne vertébrale. La plupart des vertèbres ont été conservées, mais aucune
d'elles ne présente de caractère particulièrement remarquable.
Membres supérieurs. On a les deux humérus ; leur longueur maximum, de
278 millimètres pour le droit et 282 millimètres pour le gauche donne des tailles
correspondantes de 1 m. 47 et 1 m. 48 ; tous deux sont eurybrachiques avec des
indices, respectivement de 84,2 et 80,0. Le radius droit, seul conservé, avec une
longueur maximum de 218 millimètres, donne une taille de 1 m. 56.
Membres inférieurs. Les deux fémurs mesurent, en position anatomique,
390 millimètres pour le droit et 394 millimètres pour le gauche, ce qui donne des
tailles de 1 m. 47 et 1 m. 48 ; tous deux ont un pilastre faible (indices de 102,1 et
104,2) et sont sténomériques (indices de 126,5 et 129,1). Les deux tibias ont une
longueur maximum de 324 millimètres, d'où une taille correspondante de 1 m. 51 ;
tous deux sont mésocnémiques (indices de 67,2 et 66,6).
Les empreintes musculaires sont peu accusées ; tous les autres os sont trop
fragmentaires pour pouvoir être étudiés.
Ce squelette présente des caractères remarquables dans ses proportions.
On voit en effet que les membres inférieurs sont plus courts que ce que les membres ÉTUDE ANTHROPOLOGIQUE DES NÉCROPOLES D'ARCOS 275
supérieurs le laisseraient prévoir d'après les tableaux de Manouvrier ; de même,
sur chaque membre l'extrémité proximale est plus courte que ce qu'on attendrait
d'après la longueur de distale. Cette disproportion des membres par
rapport aux tableaux de Manouvrier n'est pas rare sur les sujets grecs ; en revanche,
elle est exceptionnelle dans les canons de la statuaire. Les artistes grecs avaient
conçu un canon idéal plastique, soit d'après des règles d'esthétique pure, soit en
s'inspirant des canons artistiques en usage dans d'autres écoles, soit enfin d'après
des modèles pris en dehors du type ethnique qu'ils côtoyaient le plus.
Nous attribuons à ce sujet une taille de l'ordre de 1 m. 49, d'après la moyenne
des tailles données par les os des membres inférieurs.
Helladioue récent (1600-1100)
Tombe de la Deiras (1). Calvaria d'un sujet féminin âgé de 35 à 40 ans.
Caractéristiques. L'état de conservation du sujet ne permet pas de prendre
les mensurations habituelles, toutefois l'évaluation approximative des indices
donne les caractéristiques suivantes : dolichocrâne, chamaecrâne, métriocràne.
Observations. Les lignes de suture sont assez compliquées et dans un état de
synostose avancé ; la suture sagittale est presque complètement oblitérée. Le front
est bombé, la glabelle et les arcades sourcilières sont atténuées, les crêtes temporales
sont peu marquées et les apophyses mastoïdes petites.
Submycénien (1100-950)
Tombe 73. Fragments de boîte crânienne, de mandibule et d'os longs d'un sujet,
probablement masculin, âgé de 35 ans environ.
Protogéométrique (950-890)
Tombe 75 (pi. XIII, n° 5-9). Crâne d'un enfant de 5 ans environ.
Caractéristiques : mésocrâne, orthocrâne (limite hypsi), métriocràne, front
très divergent, sténométope.
Observations. Norma verticalis. La boîte crânienne est de type ovo-penta-
gonoïde. Les arcades zygomatiques ne sont pas visibles, et, d'après la forme du
frontal, le massif facial ne devait pas, lui non plus, être visible. Les lignes de suture
sont assez compliquées et béantes.
Norma laleralis. Le galbe est régulier ; le front est très bombé, le vertex situé
à mi-distance entre le bregma et le lambda. Les crêtes temporales et mastoïdiennes
ne sont pas encore sensibles.
(1) Tombe fouillée par Mr J. Deshayes. 276 ROBERT P. CHARLES
Norma occipilalis. La voûte est moyenne, la ligne sincipitale non caractérisée ;
la suture lambdoïde, compliquée, ne comporte pas d'os wormien. Les apophyses
mastoïdes ne sont pas encore développées.
Norma basilaris. Le trou occipital est allongé, les empreintes musculaires de la
nuque sont atténuées. La suture entre le basi-occipilal et le basi-sphénoïde est
béante.
Fig. 1. — Diagramme du crâne n° 75 (GN/2).
Norma facialis. Le front est étroit, fortement bombé ; la glabelle et les arcades
sourcilières ne sont pas développées.
Du massif facial, on a les deux maxillaires, en connexion mais séparés de la
boîte crânienne. Les molaires lactéales sont en place, les Ix définitives commencent
à sortir de leurs alvéoles.
De la mandibule, on a la plus grande partie de la branche horizontale et de la
branche montante gauche. Le corps mandibulaire est gracile, la branche montante,
courte et large. La denture laetéale est en place, les bourgeons des Mx définitives
sont visibles par un petit orifice de la paroi.
Tombe 93 (pi. XIV, n° 1-2). Fragments de crane et d'os divers d'un sujet
masculin âgé de 50 ans environ.
Caractéristiques. Les éléments conservés ne sont pas suffisants pour qu'on
ait pu prendre les mensurations habituelles. L'évaluation approximative des
indices permet de classer le sujet dans les catégories suivantes : sous-dolichocrâne,
orlhocrâne, métriocrâne.
Observations. Calva. La boîte crânienne est de type pentagonoïde ; les sutures,
sagittale et coronale, sont complètement oblitérées.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.