L'utilisation des oursins fossiles de la Préhistoire à l'époque gallo-romaine - article ; n°4 ; vol.98, pg 693-715

De
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 2001 - Volume 98 - Numéro 4 - Pages 693-715
L'inventaire des oursins fossiles trouvés sur les sites archéologiques montre que leur usage par l'homme est une tendance forte depuis le Paléolithique jusqu'à la période gallo-romaine. En effet, 1 17 sites ont été inventoriés en France, comportant près de trois cents oursins fossiles (et les deux à trois mètres cubes du Mont-Vaudois en Haute-Saône). L'inventaire hors de France est moins exhaustif et donne une trentaine de sites avec près de 250 oursins (dont 200 pour le seul site de Dunstable Downs en Grande- Bretagne). On distingue deux champs d'utilisation des oursins fossiles par l 'homme préhistorique ; symbolique : offrande d 'oursins fossiles non perforés (sépulture ou dépôt), élément de parure avec des oursins fossiles perforés (perle ou pendentif) ; fonctionnel : oursins fossiles utilisés comme percuteur, retouchoir, grattoir, nucleus...
On observe que, dans la plupart des cas, la forme de l'oursin utilisé détermine l'usage qui en sera fait. De plus, quel que soit cet usage, l'objet se charge d'une valeur psychologique supplémentaire liée à la forme étrange et régulière de la matière première oursin fossile. On illustre cette tendance par quelques exemples marquants et quelques objets non publiés. L'examen de l'origine géologique des oursins fossiles utilisés la complète en montrant que certains proviennent d'une région éloignée du site archéologique et qu'il y donc eu transport et/ou échange.
The census of fossil echinoids found in archaeological sites shows that their utilisation by man was frequent from the Palaeolithic to the Gallo- Roman period. 1 17 sites have been recorded in France, including almost three hundred fossil echinoids, and another place, Mont-Vaudois in Haute-Saône, contained 2-3 cubic metres of these fossils in a single grave. A similar, less exhaustive, census made outside France enumerates about thirty sites with nearly 250 echinoids (including 200 for Dunstable Downs (GB) alone). Three types of use of fossil echinoids by prehistoric man have been distinguished: ornaments (bead or pendant); offerings (burials or deposits); tools (for striking or retouching, scrapers, etc.). In most cases, the shape of the echinoid determines its use. In addition, whatever the use of the fossil, it acquired additional psychological value from its strange and regular shape. This trend is illustrated by typical examples and some unpublished material. Study of the geological origins of the fossil echinoids reveals that some of them come from regions far distant from the archaeological sites, indicating transport and/or exchange processes.
23 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 2001
Lecture(s) : 440
Nombre de pages : 25
Voir plus Voir moins

François Demnard
Didier Neraudeau
L'utilisation des oursins fossiles de la Préhistoire à l'époque
gallo-romaine
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 2001, tome 98, N. 4. pp. 693-715.
Citer ce document / Cite this document :
Demnard François, Neraudeau Didier. L'utilisation des oursins fossiles de la Préhistoire à l'époque gallo-romaine. In: Bulletin de
la Société préhistorique française. 2001, tome 98, N. 4. pp. 693-715.
doi : 10.3406/bspf.2001.12570
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_2001_num_98_4_12570Résumé
L'inventaire des oursins fossiles trouvés sur les sites archéologiques montre que leur usage par
l'homme est une tendance forte depuis le Paléolithique jusqu'à la période gallo-romaine. En effet, 1 17
sites ont été inventoriés en France, comportant près de trois cents oursins fossiles (et les "deux à trois
mètres cubes " du Mont-Vaudois en Haute-Saône). L'inventaire hors de France est moins exhaustif et
donne une trentaine de sites avec près de 250 oursins (dont 200 pour le seul site de Dunstable Downs
en Grande- Bretagne). On distingue deux champs d'utilisation des oursins fossiles par l 'homme
préhistorique ; symbolique : offrande d 'oursins fossiles non perforés (sépulture ou dépôt), élément de
parure avec des oursins fossiles perforés (perle ou pendentif) ; fonctionnel : oursins fossiles utilisés
comme percuteur, retouchoir, grattoir, nucleus...
On observe que, dans la plupart des cas, la forme de l'oursin utilisé détermine l'usage qui en sera fait.
De plus, quel que soit cet usage, l'objet se charge d'une valeur psychologique supplémentaire liée à la
forme étrange et régulière de la matière première oursin fossile. On illustre cette tendance par quelques
exemples marquants et quelques objets non publiés. L'examen de l'origine géologique des oursins
fossiles utilisés la complète en montrant que certains proviennent d'une région éloignée du site
archéologique et qu'il y donc eu transport et/ou échange.
Abstract
The census of fossil echinoids found in archaeological sites shows that their utilisation by man was
frequent from the Palaeolithic to the Gallo- Roman period. 1 17 sites have been recorded in France,
including almost three hundred fossil echinoids, and another place, Mont-Vaudois in Haute-Saône,
contained 2-3 cubic metres of these fossils in a single grave. A similar, less exhaustive, census made
outside France enumerates about thirty sites with nearly 250 echinoids (including 200 for Dunstable
Downs (GB) alone). Three types of use of fossil echinoids by prehistoric man have been distinguished:
ornaments (bead or pendant); offerings (burials or deposits); tools (for striking or retouching, scrapers,
etc.). In most cases, the shape of the echinoid determines its use. In addition, whatever the use of the
fossil, it acquired additional psychological value from its strange and regular shape. This trend is
illustrated by typical examples and some unpublished material. Study of the geological origins of the
fossil echinoids reveals that some of them come from regions far distant from the archaeological sites,
indicating transport and/or exchange processes.L'utilisation
des oursins fossiles
de la Préhistoire
François DEMNARD
et Didier NÉRAUDEAU à Vépoque gallo-romaine
jusqu'à Bretagne). Résumé mètres l que 250 France France, L'inventaire 'homme leur oursins cubes est la comportant usage préhistorique période On moins des (dont " distingue par du oursins exhaustif 200 gallo-romaine. Mont-Vaudois l'homme près ; pour fossiles deux symbolique de trois et est le champs donne seul trouvés une cents En en site tendance : Haute-Saône). effet, d'utilisation une offrande oursins sur de trentaine 1 les Dunstable 17 forte fossiles sites d 'oursins des depuis archéologiques de ont L'inventaire (et oursins Downs sites été fossiles les le inventoriés Paléolithique avec "deux fossiles en non Grande- près hors montre à trois perpar de en
forés (sépulture ou dépôt), élément de parure avec des oursins fossiles per
forés (perle ou pendentif) ; fonctionnel : oursins fossiles utilisés comme
percuteur, retouchoir, grattoir, nucleus...
On observe que, dans la plupart des cas, la forme de l'oursin utilisé déter
mine l'usage qui en sera fait. De plus, quel que soit cet usage, l'objet se
charge d'une valeur psychologique supplémentaire liée à la forme étrange
et régulière de la matière première oursin fossile. On illustre cette tendance
par quelques exemples marquants et quelques objets non publiés. L'examen
de l'origine géologique des oursins fossiles utilisés la complète en montrant
que certains proviennent d'une région éloignée du site archéologique et qu'il
y donc eu transport et/ou échange.
Abstract
The census of fossil echinoids found in archaeological sites shows that
their utilisation by man was frequent from the Palaeolithic to the Gallo-
Roman period. 1 17 sites have been recorded in France, including almost
three hundred fossil echinoids, and another place, Mont-Vaudois in
Haute-Saône, contained 2-3 cubic metres of these fossils in a single grave.
A similar, less exhaustive, census made outside France enumerates about
thirty sites with nearly 250 echinoids (including 200 for Dunstable Downs
(GB) alone). Three types of use of fossil echinoids by prehistoric man have
been distinguished: ornaments (bead or pendant); offerings (burials or
deposits); tools (for striking or retouching, scrapers, etc.). In most cases,
the shape of the echinoid determines its use. In addition, whatever the
use of the fossil, it acquired additional psychological value from its
strange and regular shape. This trend is illustrated by typical examples
and some unpublished material. Study of the geological origins of the
fossil echinoids reveals that some of them come from regions far distant
from the archaeological sites, indicating transport and/or exchange pro
cesses.
Bulletin de la Société Préhistorique Française 2001 , tome 98, n° 4, p. 693-715 :
694 François DEMNARD et Didier NERAUDEAU
Les informations publiées se réduisent parfois à la mentINTRODUCTION
ion de "plusieurs" ou "quelques" oursins fossiles
L'homme ramasse instinctivement les objets qui par dans les sites, les positions chronologiques étant incer
leur forme ou leur couleur attirent son regard. À ce titre, taines, la présence ou non de perforation incon
les coquillages ont fasciné les hommes depuis le Paléol nue, le lieu de conservation n'étant pas indiqué.
ithique. Destinés essentiellement à la parure et à l'al Toutefois, malgré ces imprécisions, l'examen du matér
imentation, ils ont accompagné les humains jusque dans iel dans les musées, les discussions engagées avec des
leurs sépultures où on les retrouve aujourd'hui au gré conservateurs et des archéologues et quelques investi
gations de terrain dans les Charentes, riches en oursins des fouilles archéologiques (Taborin, 1993). De nom
breux autres objets, dès le Paléolithique moyen, ont fossiles perforés, ont permis de réviser ou de compléter
attiré l'attention et l'intérêt des premiers hommes, certaines informations.
comme les minéraux, l'ambre, les dents et, enfin, les
fossiles (Leroi-Gourhan, 1964). Parmi eux, les fossiles Des pièces inédites ont également été retrouvées dans
d'oursins ont tout particulièrement été remarqués par des collections anciennes :
l'homme et cela depuis la Préhistoire. - un oursin perforé de Laugerie-Haute, Les Eyzies,
Cette note présente un inventaire exhaustif des oursins Dordogne (fig. 5, nos 1 et 2) ;
- un oursin non perforé de la grotte de la Vache, fossiles retrouvés en France dans des sites du Paléo
lithique à l'époque gallo-romaine. Il est complété par Tarascon-sur-Ariège, Ariège ;
- un oursin percuteur et un oursin crapaudine de Beu- les quelques données disponibles concernant le matériel
n° 4); récolté à l'étranger. Au total, 1 17 sites ont livré en vraignes, Somme (fig. 10,
France près de 300 oursins fossiles (sans compter les - cinq oursins perforés de Г Adrard de Tiguirirt, Niger
"deux ou trois mètres cubes" du Mont-Vaudois) (fig. 8, nos 1 à 5).
(fig. 1).
Sur le plan paléontologique, les déterminations spéci
L'inventaire et la description du matériel sont présentés fiques ont été révisées en accord avec les ouvrages de
en deux parties correspondant aux deux champs d'util référence les plus récents (Moore, 1966; Smith et
isation des oursins fossiles Wright, 1989 ; Néraudeau, 1994). Les datations géolo
- utilisation symbolique, soit en tant qu'offrande (our giques des fossiles ont été affinées autant que possible
sins fossiles dans des sépultures ou des dépôts), soit afin d'être confrontées à la répartition géographique des
en tant qu'éléments de parure (perles ou pendentifs) ; gisements potentiels.
- utilisation fonctionnelle, en tant qu'outils (percuteurs, On utilisera la terminologie de la classification des our
sins qui distingue les "oursins réguliers" (circulaires à grattoirs, nucleus, fusaïoles...).
symétrie pentaradiée) par opposition aux "oursins
irréguliers" (ovoïdes ou cordiformes à symétrie bilaCet inventaire est suivi d'une étude paléontologique où
sont présentés les territoires potentiels d'approvisionne térale).
ment en fossiles d'oursins. Sont examinées ensuite les
espèces utilisées et l'influence qu'a pu avoir leur mor LES DIFFERENTES UTILISATIONS phologie sur leur utilisation. DES OURSINS FOSSILES EN PRÉHISTOIRE Enfin, une discussion dresse une revue des valeurs sym
boliques attribuées aux oursins fossiles par les préhisto Symbolique : oursins fossiles
riens, les historiens et les naturalistes, notamment au présents dans les sépultures
XIXe et au XXe siècles.
Dans les sépultures, les oursins fossiles sont présents
soit en association avec d'autres objets funéraires tradi
tionnels (haches polies, pointes de flèches en silex, poterMATERIEL ET METHODES ies, armes de bronze, de cuivre ou de fer, outils, él
La présente analyse a été menée sur un matériel récolté éments de parures, autres fossiles, etc.), soit isolés. À de
depuis le siècle dernier. Les conditions de fouilles, la rares exceptions près (le Placard, Vilhonneur, Charente ;
conservation du matériel et la description dans les la Motte, Nogent- sur-Loir, Sarthe ; Toukh, Egypte), les
publications sont très inégales. Peu d'oursins fossiles oursins trouvés dans des sépultures (sépultures simples,
ont été préservés dans leur contexte historique originel, tombes ou tumulus) ne sont pas perforés. Ils sont pré
ceci à la suite de fouilles imparfaites où trois types sents du Néolithique jusqu'à l'époque mérovingienne,
d'obstacles ont "brouillé les cartes" avant que les our avec une apogée pendant l'Âge des métaux (fig. 2).
sins fossiles ne nous parviennent : Nous présentons ici les exemples les plus significatifs.
- pillage des tumulus ;
- sites fouillés au siècle dernier ou au début du XXe Tumulus du Mont-Vaudois,
siècle par des archéologues qui se souciaient peu de à Héricourt, Haute-Saône
Héricourt est dominé par un petit plateau triangulaire la stratigraphie, de la position et de la connexion des
objets qu'ils dissociaient ainsi de leur contexte ; au sommet d'une colline, défendu d'un côté par des
- archéologie de collecte de beaux objets : beaucoup rochers abrupts, des deux autres par un rempart de
d'objets jugés "sans intérêts" ont simplement été 390 m de long (Voulot, 1897). Cette muraille, grossièr
signalés sans aucun détail. ement construite, avait 3 m de haut sur 1 5 m de large. À
Bulletin de la Société Préhistorique Française 2001, tome 98, n" 4, p. 693-715 L'utilisation des oursins fossiles de la Préhistoire à l'époque gallo-romaine 695
FRANCE Nombre d'oursins Nombre
de sites par régions et départements
avec sans non ou de
perf. perf. défini outils total radioles niveaux
19* Aquitaine Dordogne (24) 13 1 5 18
10* 2 8 4 Gironde (33)
1 1 1 Landes (40)
1 1 1 Lot-et-Garonne (47)
Auvergne Allier (03) 0 1
4* 4 3 Bourgogne Saône-et-Loire(71)
1 1 1 Yonne (89)
Bretagne Finistère (29) 1 1 1
Centre Eure-et-Loir (28) 1 1 1
Indre (36) 0 1 1
1 7 8 2 Loir-et-Cher (41)
2 Loiret (45) 2 2
Franche-Comté Doubs (25) 3 3 2
2** 1 1 Haute-Saône (70) 3
2* Île-de-France Yvelines (78) 2 3
Val d'Oise (95) 1 1 1
Languedoc-Roussillon Gard (30) 12 12 3
Midi-Pyrénées Ariège (09) 1 1 1
1 1 1 Tam-et-Garonne (82)
Normandie Calvados (14) 1 1 1
Eure (27) 1 1 1
26* 1 24 1 Seine-Maritime (76) 6
0* Pays-de-la-Loire Sarthe (72) 1
Picardie Oise (60) 1 1 1
1 2 3 2 Somme (80)
Poitou-Charentes Charente ( 1 6) 80 2 82 63 14
Charente-Maritime (17) 64 19 83 32
2 Deux-Sèvres (79) 2 2
Vienne (86) 1 1 2 2
Indéterminé 10 10 5
TOTAL 184 69 22 6 281 64 117
EUROPE - AFRIQUE et PROCHE-ORIENT
Allemagne 3 3 2
Danemark 3 3 6 4
210* Grande-Bretagne 1 206 2 1 10
Pays-Bas 1 1 2 1 oursins Fig. I - Synthèse fossiles utilisés géographique du Paléodes Tchécoslovaquie 1 1 plusieurs 1 lithique à l'époque gallo-romaine.
Algérie 6 1 7 5 Les 59 Sismondia occitana perforés
du Placard (Charente) et les 200 Algérie ou Mali 3 3 1 (environ) Echinocorys et Micraster 10* de Dunstable Downs (Grande-BretEgypte 9 1 plusieurs 4 agne) faussent le rapport statistique Liban 0 2 1 nombre d'oursins/nombre de site.
Ce rapport, sans compter les oursins Niger 5 5 1 de ces deux sites, est de 268
Palestine 1 1 pour 145 sites, soit 1,85, c'est-à-dire
presque deux oursins par site. Les 24 2 31 TOTAL 216 6 247 2 oursin du Mont-Vaudois (Haute-
Saône) ne sont pas comptabilisés * plus "plusieurs oursins" ** plus 2 à 3 m3 au Mont-Vaudois puisqu'on en trouve "2 à 3 m3"
(plusieurs centaines à plusieurs TOTAL GENERAL 208| 285| 28 1 8| 528| 6б| 148] milliers ?).
Bulletin de la Société Préhistorique Française 2001 , tome 98, n° 4, p. 693-715 696 François DEMNARD et Didier NERAUDEAU
l'intérieur comme à l'extérieur de cette enceinte se trou chef au centre, entourée de 6 ou 7 autres tombes (Smith,
vaient des tumulus, des menhirs et des dolmens 1894). L'une d'elles renfermait deux squelettes : une
(Coulon, 1926-1927). La muraille elle-même faisait jeune femme d'environ 25 ans serrant contre elle un
office de tumulus renfermant jusqu'à une sépulture à enfant d'environ 5 ans, accompagnés de quelques fra
incinération ou à sarcophage par mètre. Au total, près gments de céramique et quelques outils de silex. Ces
deux squelettes étaient entourés par un cercle de plus d'un millier de sépultures parsèment cette "montagne
sainte" (ibid.). Dans un tumulus, le long de la muraille, de 200 oursins fossiles, essentiellement des moules
une petite sépulture renfermait un crâne humain et deux internes en silex ď Echinocorys ovatus (ex Ananchytes
os taillés, recouverts de "deux ou trois mètres cubes" ovatus) et de quelques Micraster. Aucune des autres
tombes de ce tumulus n'a livré d'oursin fossile. d'oursins fossiles (Voulot, 1897). Cet amoncellement
de fossiles devait représenter plusieurs centaines, voire Pourquoi a-t-on apporté tant de soin à collecter tous ces
plusieurs milliers d'oursins ! Le site est daté du Mésol oursins et à élaborer ce décor unique ? Pourquoi tous
ithique à l'Âge du Bronze. ces oursins fossiles sur cette tombe et aucun oursin sur
Parmi toutes les sépultures fouillées au Mont-Vaudois, les autres tombes ?
aucune autre n'a fourni d'oursin fossile. Quelle signif
ication peut-on donner à cet acte? Pourquoi ce soin Tumulus de Leintan
apporté à rassembler autant d'oursins pour une seule à Coatmocum-en-Brennilis, Finistère
sépulture ? À 25 km au sud de Morlaix, près de Brennilis, se trouve
un vaste ensemble de monuments comprenant 3 dol
Tumulus de Dunstable Downs, mens, 4 menhirs, un groupe de 10 tumulus, 1 camp
Berkhamsted, Grande-Bretagne (fig. 3) fortifié et les restes de 2 villages (du Chatellier, 1907).
Ce tumulus circulaire de l'Âge du Bronze, de 15 m de Les tumulus ont 10 à 30 m de diamètre et 0,60 à 4 m
circonférence sur 3 m de haut, contenait une tombe de de hauteur. Ils contenaient généralement une sépulture
35 000
200 000
Fig. 2 - Répartition chronologique des oursins fossiles utilisés. Sur ce tableau sont indiqués les oursins datés avec certitude dans les articles de référence.
Tous ceux dont la datation est incertaine ou inexistante n'y figurent pas. a - "petits oursins percés " de Combe-Capelle (Dordogne) ; b - " 2 à 3 m3 d'oursins "
du Mont-Vaudois à Héricourt (Haute-Saône) ; с - "plusieurs oursins" des Festons à Brantôme (Dordogne) ; d - "plusieurs oursins" de Jaurias (Gironde) ;
e - "des oursins "de Solutré (Saône-et-Loire) ; f - 63 radioles du Placard (Charente) ; g- "plusieurs percuteurs et retouchoirs " de l'atelier des Sapinières,
au Havre (Seine-Maritime); h - "200 ou plus" du tumulus de Dunstable Downs (Grande-Bretagne); i - radioles d'un site égyptien non précisé; j -
"plusieurs oursins" du temple des mineurs de cuivre de Timna, Sinai (Egypte); к - "plusieurs radioles" de Dolni Věstonice (Tchécoslovaquie); 1 - 2
radioles de Ksar Akil, vallée ď Amelias (Liban).
Bulletin de la Société Préhistorique Française 2001, tome 98, n° 4, p. 693-715 I
:
L'utilisation des oursins fossiles de la Préhistoire à l'époque gallo-romaine 697
J S 1
Fig. 3- Tumulus de Dunstable Downs, Berkhamsted, Grande-Bretagne, d'après Smith, 1894. 1 - la sépulture contenant deux
squelettes une jeune femme et un enfant. 151 moules internes en silex ď Echinocorys ovatus (ex Ananchytes ovatus) et de Micraster sont dessinés sur les "200 ou plus" trouvés ; 2 - Echinocorys ovatus (ex Ananchytes ovatus) ; 3 - Micraster.
de pierre avec, dans la chambre funéraire, des restes Charbonneau-Lassay, 1937). Ici aussi, l'oursin a été
incinérés et quelques objets tels que céramique, poi trouvé seul. L'auteur le date de la fin de l'Âge du Bronze.
gnards, etc. Dans l'un des petits tumulus, daté du
Bronze moyen, de 1 2 m de diamètre et 0,70 m de haut Autres exemples
eur, on a découvert un oursin fossile protégé par trois Plusieurs autres exemples de sépultures comportant des
petites pierres plates. Il n'y avait apparemment rien oursins fossiles sont moins documentés que les pré
d'autre : ni cendres, ni sépulture humaine, pas d'autres cédents :
• Tumulus de la Fourcherie à Juicq, Charente- objets. Ces tumulus sans humaine sont parfois
dénommés "tumulus de souvenir" (ibid.). Giot (m Maritime : ce tumulus probablement néolithique
contenait, lui aussi, un oursin fossile et rien d'autre, Masset et Soulier, 1995) signale que "pour des raisons
comme dans le tumulus de Leintan (Coatmocum-en- géochimiques évidentes, la conservation des ossements
est exceptionnelle". La présence de cet oursin n'en est Brennilis, Finistère) et celui du Poiron (Saint-
pas moins significative dans cette situation et dans cette Amand-sur-Sèvre, Deux-Sèvres) (Clouet, 1897;
région non fossilifère. Charbonneau-Lassay, 1937).
• Dépôt de la Motte-Saint- Jean, Saône-et-Loire : un
Tumulus du Poiron dépôt rituel contenant trois Plegiocidaris coronata en
à Saint-Amand-sur-Sèvres, Deux-Sèvres silex jaune et une hache polie. L'un est perforé, les
Ce tumulus de 20 m de diamètre et 4 m d'épaisseur est deux autres ont des débuts de perforations. Le dépôt
formé de couches de pierres schisteuses du pays et est daté du Néolithique final (Raymond, 1907;
entouré d'une levée circulaire en terre. Au centre, un Baudouin, 1935).
oursin a été placé dans un réceptacle réalisé avec six • Dolmens et tumulus de Laval-Saint-Roman,
plaquettes de schiste d'environ 20 cm de longueur Gard : 9 oursins fossiles dans un dolmen, 2 dans un
sur 8 cm de large (Chauvet, 1900; Raymond, 1907; autre et 1 dans un tumulus voisin, à Baron, tous du
Bulletin de la Société Préhistorique Française 2001, tome 98, n° 4, p. 693-715 :
;
698 François DEMNARD et Didier NÉRAUDEAU
Fig. 4 - Les 9 Plagiochasma (?) du collier de Toukh, en Egypte (MAN, numéro d'inventaire 77710s). Longueur de 24 à
35 mm (photos Demnard et Néraudeau). 1 - Face dorsale 2 - Face ventrale.
Bronze final. Plusieurs de ces oursins fossiles avaient dans la main droite. Aucun autre objet n'était présent
été dégagés soigneusement de la gangue de calcaire dans la sépulture (Charbonneau-Lassay, 1937).
crétacée, démontrant bien l'importance de ces oursins • Tumulus d'Ashey Down, île de Wight, Grande-
pour les Préhistoriques. D'autres dolmens de la Bretagne : un oursin fossile avec un poignard en
région ont livré quelques autres fossiles (brachiopo- bronze auprès d'ossements calcinés (Evans, 1878).
• Sépulture de Chatham, Grande-Bretagne : un ourdes, bélemnites...) (Raymond, 1907 et "sans date").
Dépôt de la forêt de Rouvray, près de Rouen, sin fossile trouvé avec une perle d'ambre auprès d'un
Seine-Maritime : un ensemble de plusieurs habita squelette saxon (Evans, 1878).
tions gallo-romaines de la fin du 1er au 3e siècle après
J.-C, avec des temples et des puits, a livré un dépôt Symbolique : oursins fossiles perforés
contenant 20 hachettes néolithiques et 22 oursins fos pré- et protohistoriques
siles non perforés : Echinocorys, Galerites et Micras-
ter (de Vesly, 1903 ; Oakley, 1985). Les principaux exemples connus se trouvent en France,
Sépulture du Luc à Saint-Marsault, Deux-Sèvres : et, dans une moindre mesure, en Grande-Bretagne et
un squelette "gallo-franc" tenait un oursin fossile en Afrique du Nord (Algérie, Sahara, Egypte). Ils sont
Bulletin de la Société Préhistorique Française 2001, tome 98, n° 4, p. 693-715 :
:
;
;
des oursins fossiles de la Préhistoire à l'époque gallo-romaine 699 L'utilisation
présents du Paléolithique supérieur jusqu'à l'époque présente une perforation biconique avec des traces
gallo-romaine, avec une apogée au Néolithique et aux d'incisions très nettes, notamment sur la face vent
Ages des métaux (fig. 2). rale. Daté de l'Aurignacien (Taborin, 1993).
Collier de la Gravette, Dordogne : il comportait un
• Perles en oursin fossile de Dordogne : ce sont les oursin fossile (Sismondia occitana ?) utilisé comme
plus anciens des oursins fossiles perforés connus, perle au milieu de dents de mammifères et de coquil
datant de l'Aurignacien. Des petits oursins perforés lages percés. Périgordien supérieur (Lacorre, 1960;
à Combe-Capelle (Peyrony, 1 943), un oursin perforé Morel, 1971 ; Taborin, 1993).
au Blanchard (Taborin, 1993), un autre à la Ferrassie Oursins fossiles de la grotte du Placard, Charente
(Beck, 1928; Baudoin, 1935; Morel, 1971). (fig. 6 et fig. 7) : contrairement à la plupart des our
• Oursin fossile des Rois, Charente (fig. 5, nos 3 à 5) : sins fossiles perforés, quelques spécimens provien
conservé au MAN sous le numéro d'inventaire R 51, nent des couches tertiaires, notamment les Sismondia
c'est un Phymosoma sp. du Campanien. Dimens occitana de la grotte du Placard. Ils sont datés du
ions : 30 mm de diamètre, 12 mm de haut, perfo Solutréen ou du Magdalénien (Breuil, 1 909 ; Taborin,
ration de 5 mm de diamètre. Il n'est pas silicifié et 1993).
Fig. 5 - Oursins fossiles perforés. 1 - Laugerie-Haute, Dordogne, Orthopsis miliaris (MAN, numéro d'inventaire 75703, collection Capitan, fouilles
Peyrony) ; diamètre 22 mm (photos Demnard et Néraudeau), face dorsale ; 2 - Face ventrale ; 3 - Les Rois, Charente, Phymosoma sp. (MAN, numéro
d'inventaire R 5 1 ) ; diamètre 30 mm (photos Demnard et Néraudeau), face dorsale 4 - Face ventrale 5 - Vue latérale.
Bulletin de la Société Préhistorique Française 200 1 , tome 98, n° 4, p. 693-7 1 5 :
:
700 François DEMNARD et Didier NÉRAUDEAU
Fig. 6 - Sismondia occitana de la grotte du Placard,
Charente (MAN, numéros d'inventaire 56826, 55133) (photos Demnard et Néraudeau). 1 - Sismondia occi
tana ; longueur de 1 1 ,4 à 1 5,5 mm ; 2 - Fossile plein
face ventrale avec traces d'usure.
Cinquante-neuf Sismondia occitana de niveau Bar- Rhabdocidaris (?) sp (Raymond, 1907; Baudouin,
tonien sont conservés au MAN (numéro d'inventaire 1935).
56826 et 55133). Leurs dimensions varient de 10,3 à Oursins fossiles perforés de Saintonge (sud de la
15,5 mm, avec une perforation de 1,3 à 3,1 mm. Charente-Maritime et sud-ouest de la Charente) :
Quarante-et-un sont des fossiles "pleins", 18 sont évi- près de deux cents oursins fossiles perforés ont été
dés. Dans ces tests fragiles, la perforation a provoqué découverts en France, dont les trois-quarts en Sain
des éclatements et des orifices d'importances inégales, tonge (fig. 1 ). Leur abondance dans cette région vient
et cela d'autant plus qu'à la différence des oursins régul d'abord de la présence d'oursins fossiles dans le sol,
iers (Temnocidaris, Phymosoma), les Sismondia ne mais ceci n'explique pas tout, car on trouve des our
possèdent pas de larges ouvertures orale et anale per sins fossiles dans les gisements de surface d'autres
mettant d'amorcer et de guider la perforation. régions, dans l'Yonne et la Côte-d'Or notamment,
sans toutefois qu'ils aient été perforés. On observe
• Oursins fossiles perforés sahariens : 7 sites com bien ici un caractère culturel local, qui allait jusqu'à
prenant au total 15 oursins fossiles perforés, datés du fabriquer des perles de terre cuite ou de calcaire en
Mésolithique et du Néolithique (Szumowski, 1955 ; forme d'oursin (Lassarade, 1975).
Aumassip, 1968 ; Morel, 1971 et 1975). Les 5 exemp Les oursins perforés de la Saintonge sont rarement
laires de Г Adrar de Tiguirit, au Niger, sont présentés datés avec précision, mais tout laisse à penser qu'ils
ici pour la première fois (fig. 8). couvrent la période du Néolithique moyen à la Tène.
• Collier du tumulus de la Motte, à Nogent-sur- Ce sont essentiellement des oursins réguliers appar
Loir, Sarthe : un collier formé de plusieurs oursins tenant aux espèces suivantes du Crétacé supérieur
saintongeais (taxons révisés) : Temnocidaris sceptri- fossiles perforés, probablement du Néolithique final.
Le seul exemplaire sauvegardé et étudié était un fera, Phymosoma magnificum, Orthopsis miliaris,
Bulletin de la Société Préhistorique Française 2001, tome 98, n° 4, p. 693-715

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.