La Bertaude, Le Grès d'Orange (Vaucluse) - article ; n°10 ; vol.78, pg 379-399

De
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 1981 - Volume 78 - Numéro 10 - Pages 379-399
21 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1981
Lecture(s) : 28
Nombre de pages : 22
Voir plus Voir moins

P. Phillips
Jean Courtin
La Bertaude, Le Grès d'Orange (Vaucluse)
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1981, tome 78, N. 10-12. pp. 379-399.
Citer ce document / Cite this document :
Phillips P., Courtin Jean. La Bertaude, Le Grès d'Orange (Vaucluse). In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1981,
tome 78, N. 10-12. pp. 379-399.
doi : 10.3406/bspf.1981.5290
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1981_hos_78_10_5290Bulletin a. i« société PRÉHISTORIQUE
FRANÇAISE 19»! /ТОМЕ 78/ 10-12
La Bertaude, Le Grès ď Orange, ( V aucluse)
par P. Phillips * et J. Courtin *
Le gisement chasséen de La Bertaude est situé La couche archéologique se trouve immédiatement
dans la parcelle 261 au lieu-dit La dans le au-dessous de la couche arable, elle est incorporée
quartier du Grès, commune d'Orange, Vaucluse (fig. dans les alluvions du Rhône et se présente sous
1A). Des fouilles ont eu lieu en 1972, 1973 et 1975, forme d'un niveau blanchâtre ; celui-ci doit sa cou
grâce à la bienveillance du Ministère de la Culture et leur aux quantités de petits mollusques blancs qui se
de M. S. Gagnière, Directeur de la Circonscription trouvent intimement mêlés aux débris archéologiques
des Antiquités Préhistoriques (Provence-Corse) avec dans l'argile limoneuse gris-jaune (voir appendice
n° 2). Sous ce niveau blanchâtre une argile limodes fonds français et anglais. Le gisement est connu
depuis au moins cinquante ans, car l'archéologue neuse gris-jaune identique recouvre les galets de la
régional Marc Deydier y a ramassé au début du siè dernière terrasse du Rhône. Il n'y a pas de variation
en couleur (Hue 2.5Y 5/2), ni en distribution des cle plusieurs flèches tranchantes et perçantes, main
tenant en dépôt dans le Muséum d'Histoire Naturelle dimensions des particules entre la terre arable et la
de Nîmes **. Le propriétaire de la parcelle 261, M. couche stérile sous le niveau chasséen. L'une et l'au
A. -M. Margaillan, avait ramassé depuis 1950 une tre ont dû être mises en place sous des conditions
humides (voir appendice n° 3). belle collection d'outils en silex, de haches polies et
de céramique sur la surface du champ. Le champ se Le niveau archéologique est d'une épaisseur très
trouve sur un terrain plat, cerné au Nord, à l'Est et variable, qui mesure normalement entre 2 et 10 cm et
au Sud par des collines basses, mais exposé à jusqu'à 16 cm dans le carré A40 В 15. Il est difficile
l'Ouest, où le niveau du terrain s'abaisse vers les de savoir si ces différences d'épaisseur reflètent une
anciens marais, au lieu-dit Le Grès. destruction inégale récente par la charrue, ou si elles
datent de l'époque préhistorique. Il faut se rendre Les marais du Grès ont limité les cultures dans la
compte également que la zone fut drainée et labourée région jusque vers la fin du 19e siècle, quand la
à l'époque romaine : dans la coupe du fossé de draiSociété de Pierrelatte a effectué des drainages consi
nage de 1974 au Nord de la parcelle 261 , nous avons dérables, creusant des fossés profonds pour régulari
noté un fossé large de 117 cm rempli de tessons ser les eaux (voir appendice n° 1). Des terrains incul
romains et chasséens. Des tessons romains, des tes furent alors cultivés, et les cartes d'état-major de
fragments de tuile et des coquilles d'huîtres se trou1945/51 et de 1971 montrent un accroissement des
vaient de temps en temps dans la partie supérieure du cultures depuis la deuxième guerre mondiale. Au
niveau chasséen, et un coup de charrue peut-être jourd'hui, des vignes, des arbres fruitiers, du blé, du
romain, a recoupé le niveau chasséen dans le carré maïs et des jardins, se trouvent autour de La Ber
A29 B20. taude, et on y élève des troupeaux de chèvres. La
parcelle 261 elle-même n'a jamais été cultivée en L'étendue primitive du gisement fut établie
vignes, donc le niveau archéologique était en place d'après les limites de la distribution des objets chas
lors du commencement des fouilles. séens et de la couche blanchâtre (fig. IB). Pour les
limites Nord-Sud, M. Margaillan avait établi un plan
* Department of Archaeology. University of Sheffield. C.N.R.S.. E.R. de la parcelle 261 et des champs environnants, mont46 - Marseille. rant en gros la localisation de ses trouvailles de ** La même collection renferme des flèches perçantes et tranchantes du surface. Celle-ci indiquait une concentration marMourre Rouge, un petit monticule situé juste au Nord du Grès, et aussi de
Châteauneuf-du-Pape. au lieu-dit « Pierre-à-Feu ». quée dans le tiers nord de la parcelle 261 : en effet. 380
il disparaissait. Donc l'extension Est-Ouest du gise
ment, comme l'extension Nord-Sud, semble mesurer
100 m environ, soit une superficie maximum pour le
gisement chasséen de La Bertaude de 10 000 m2 ou
un hectare.
Des prospections géophysiques (par le magnéto-
mètre et l'appareil de la résistance des sols) n'ont
pas donné d'indications quant à d'éventuelles struc
tures souterraines (voir appendice n° 4), et les photos
aériennes fournies par l'Institut Géographique Natio
nal n'ont révélé aucune anomalie locale (voir appen
dice n° 1).
La plupart des objets ramassés en surface et trou
vés en cours de fouille se rattachent à la civilisation
chasséenne, c'est-à-dire des bols hémisphériques et
carénés, des vases en sac, des outils sur lame et des
déchets de taille en silex, des -haches polies en ro
ches vertes, des billes, des bracelets en pierre et des A50B17\ \U „ PARCELLE 261 mollusques percés. Il manque les outils en os et le
matériel de tissage (fusaïoles en terre cuite), trouvés
ailleurs dans les gisements chasséens. Il faut admett
re que la situation de La Bertaude, qui a dû être
recouverte par les eaux plusieurs fois depuis l'épo
que chasséenne, explique le manque d'outils en os et
de déchets de cuisine, ainsi que celui de tout objet en
bois ou en roseau, par exemple.
La fouille, qui s'étendait sur 136 m2, soit plus de
10 % de la superficie du gisement, a révélé quatre
structures, dont deux « foyers en fosse », un « fond
de cabane » et un « trou de poteau » (fig. IB). Il y a
Fig. I a - Situation du gisement. Les cercles ouverts représentent les également des amas de galets et de fragments de grès villes modernes, les cercles pleins les gisements préhistoriques. qui ne sont certainement pas naturels, mais qui ne b - La Bertaude, parcelles 261 et 244, avec une indication des forment pas non plus des structures formelles. Il s'agit zones fouillées.
des grès tendres provenant des couches de l'Albien,
faisant passage au Cénomanien (d'après M. Prost). un fossé de drainage Est-Ouest, que M. Margaillan
avait fait creuser auparavant, à peu près 70 mètres au
Sud de la limite nord de la parcelle, n'a pas montré DATATION DU GISEMENT dans sa coupe le niveau archéologique (information
A. -M. Margaillan). Au commencement de la campa
gne de fouilles, une division en 60 carrés de 10 m x Des charbons trouvés en place dans le fond de la
10 m fut installée sur toute la parcelle, et nous y fosse-foyer, structure B, ont été analysés par les
avons fait une récolte de surface ; la plupart de nos bons soins de M. Thommeret, du Centre Scientifique
trouvailles se situait dans la moitié nord de la par de Monaco, qui leur a attribué une datation de 5400
celle. Dans le champ au Nord de la parcelle 261, des ± 180 B.P. (3450 b.c.) (référence MC - 765). Vu de surface continuaient sur 30 mètres en les datations courantes pour les gisements chasséens
viron au maximum et une prospection après une r provençaux (entre 3810 b.c. et 2600 b.c. environ), le
écente plantation de vignes (1979) a également gisement de La Bertaude peut être daté du Chasséen
confirmé cette limite nord du matériel chasséen. Ancien.
Dans le sens Est-Ouest, le plan des trouvailles
révélait peu de matériel vers l'Ouest de la parcelle
261 ; par contre, en 1975, le terrain inculte à l'Est de DESCRIPTION DES STRUCTURES
la parcelle 261 (parcelle 244) était remis en culture,
et le propriétaire, M. Point, l'a fait traverser par un Structure A — le trou de poteau (fig. 2) fossé de drainage aligné Est-Ouest. Une inspection
de la coupe de ce fossé a montré clairement que le
Nous avons trouvé la base d'un trou de poteau au niveau archéologique se poursuivait jusqu'à environ
croisement des carrés A29/30 В 14. Il contenait deux 30 mètres à l'Est de la parcelle 261, et qu'à ce point 381
sortant apparemment quelques-uns des galets de
cette terrasse. Les côtés étaient plus ou moins verti
caux. La structure avait une profondeur maximum de
30 cm, et mesurait 1 ,30 m par 1 ,25 m au sommet. La
stratigraphie de la partie centrale de cette fosse
consistait en :
A 30 Niveau 6 (le plus bas) : une argile gris-brun avec quelques B%-50 menues traces de charbons, mais par d'autres détails, très proche
de l'argile limoneuse alluviale. Elle mesure 2 cm d'épaisseur au
maximum. Elle peut représenter un remplissage qui aurait eu lieu
peu après l'enlèvement des galets de base.
0 10cm Niveau 5 : une terre brune, foncée, peu compacte, avec des
zones fortement noircies, incorporant de gros morceaux de char
bon (Hue 7.5YR 4/2). Le niveau 5 ne s'étend que sur les deux
tiers de la fosse (voir la fig. 4), et semble représenter une partie
de la fosse particulièrement bien chauffée. L'autre tiers du même
Fig. 2 - Structure A - fond du trou de poteau : premier décapage et niveau contenait une terre moins foncée, avec moins de charbons
décapage complet. La pierre noire est un grès, les autres pierres et quelques traînées ferrugineuses ; nous l'avons appelé le niveau sont des galets. Zone hachurée : terre du remplissage du trou de 4d. Ces deux niveaux mesuraient 12 cm d'épaisseur au maxipoteau. mum. Les niveaux 5 et 4d se trouvaient sous un remplissage plus
ou moins horizontal de galets, eux-mêmes recouverts par une
couche presque continue de blocs de grès.
galets et un fragment de grès, ce dernier étant peut-
être un fragment de meule. Les deux galets se trou
vaient au-dessus du fragment de grès. Les trois pier
res étaient entourées d'une terre légèrement diffé
rente au point de vue couleur de celle de la terre
environnante (la couleur de la terre environnante
était de « Hue 2. 5 Y 4/1 », tandis que la terre autour
des pierres était de « Hue 2. 5 Y 4/2 »). Deux tessons
de poterie se trouvaient dans cette structure, près du
galet central. Le trou de poteau mesurait environ
15 cm de diamètre et 20 cm de profondeur. La zone
environnante a donné très peu d'objets et manquait
également de galets et de fragments de grès.
Structure В — fosse-foyer (fig. 3 et 4)
La structure В se trouvait sous la structure С
(« fond de cabane »). Les Chasséens avaient creusé
la fosse jusqu'au niveau de la terrasse du Rhône, en Fig. 4 - Le remplissage en grès de la fosse, structure B. Les pierres
hachurées sont des grès, les autres sont des galets. Les numéros
4 d et 5 indiquent les niveaux sous la couverture, tandis que 2,4 b
et 4 с sont les zones qui entourent la fosse. 8 : Zone perturbée lors
de la découverte.
Le remplissage consiste en blocs de grès qui gisent plus ou
moins à côté l'un de l'autre ; un d'entre eux (70 x 50 cm2
environ) maintenant cassé en quatre, paraît avoir été entier lors
de sa mise en position. La rupture s'est peut-être produite à la
suite d'un chauffage intense et d'une chute de quelques-unes des
bûches placées au-dessus. Les études magnétiques ont indiqué
que ce bloc avait été « cuit » en place (voir appendice n° 4). Ce
remplissage s'étendait sur 85 cm par 1 10 cm, avec une épaisseur
variable.
Niveau 4 : Ce niveau consistait en une terre gris-brun (Hue
7.5YR 4/2) qui se trouvait au-dessus du remplissage de grès et
contenait des charbons et des fragments de mollusques. La partie
supérieure de ce niveau contenait plus de tessons que la
inférieure. Ce niveau mesurait 23 cm d'épaisseur.
Niveau 2b : Ce niveau consistait en une terre gris-jaune brunât
re (Hue 10YR 5/2) bien fournie en mollusques, qui s'étendait Fig. 3 - Coupe de la fosse-foyer, structure B, sous la structure С au-dessus du niveau 4 de la fosse et paraissait dépasser les (« fond de cabane »). Les niveaux dans la fosse sont marqués 2 b, limites du sommet de la fosse. L'épaisseur moyenne de ce niveau 4, 5 et 6, les zones à côté de la fosse 4 b et 4 с Le niveau 3 était de 2 cm, mais elle atteignait 6 cm d'épaisseur vers le milieu représente l'argile limoneuse sous la couche archéologique, et le du sommet de la fosse. niveau 7, sous les galets de la terrasse, n'a pas été fouillé. .
.
.
.
.
.
.
.
382
CONTENU DE LA FOSSE-FOYER. STRUCTURE В
(Poids et pourcentage des éléments par niveau)
2b grammes 2c grammes
Mollusques entiers 86.5 10.00 20.5 5.83 fragmentés 104.5 12.08 3.5 0.99
Céramique 38.5 4.45
Charbons 32.5 3.75 3.5 0.99
Quartz 11.5 1.32
Gravillons 246.0 28.43 89.0 25.32
Sédiment fin (maille à 60 microns) 345,5 39.94 235.0 66.85
865.0 (100,00) 35 1 .5 (100.00)
4 grammes % 4b grammes %
Mollusques entiers 281.0 12.48 15.5 1.74
— — fragmentés 47.0 2,08 — — Céramique 57.0 2,53
Charbons 2,5 0,11 12.5 1.41
3.5 204,0 Quartz 0,15 23,01
Gravillons 860.0 38.20 235.0 26.50
Sédiment fin 1 000.0 44,42 419.5 47,32
2 251.0 (100.00) 886.5 (100.00)
5 (Echantillon A)
4d grammes grammes
54.5 Mollusques entiers 5.0 1.85 3,92 — — fragmentés 5.5 0,39
Céramique
31.0 Charbons 4.5 1.66 2,23
Quartz 22.5 8.34 76.5 5,51
40.0 14.84 375.0 27,01 Gravillons
845.5 60,91 Sédiment fin 197.5 73.28
269,5 (100,00) 388.0 (100,00)
5 (Echantillon B) 5 (Echantillon C)
grammes % grammes %
Mollusques entiers 2,75 0.60 9.5 1.77 fragmentés 3.50 0.77 1.5 0.27
0,25 0.05 0.1 0,01 Céramique
Charbons 2.50 0.55 15,0 2.79
Quartz 22.50 4.96 23,0 4.29
58.50 12.91 54.0 10,07 Gravillons
Sédiment fin 363.00 80.13 433,0 80.76
453.00 (100,00) 536,1 (100,00)
grammes
3,5 1,62 Mollusques entiers fragmentés 1.5 0,69
Céramique
2,5 Charbons 1.16
Quartz 32,5 15.11
Gravillons 50.0 23.25
125.0 58,13 Sédiment fin
215,0 (100.00)
Fig. 5 - Remplissage de la fosse-foyer, structure B. 383
Cette description concerne seulement la partie sont également bien représentés dans le niveau de
base 6, qui pénètre dans la terrasse du Rhône. centrale de la fosse-foyer. Autour se trouvait une
terre foncée gris-brun qui contenait quelques petits Nous en concluons que les Chasséens ont creusé morceaux de charbon (4b) et une terre semblable leur fosse, et y ont fait du feu très probablement plus mais moins foncée (4c) ; l'une et l'autre se disti d'une fois. Ce qui reste dans les couches 6 et 5, et nguaient avec difficulté de l'argile limoneuse gris- les éléments du remplissage en blocs de grès, reprébrun à traînées ferrugineuses dans laquelle avait été sentent la dernière utilisation de la fosse comme creusée la fosse. foyer. Après cette phase, la partie supérieure de la
fosse (la couche 4) a été formée par les débris qui Zone 4b : Cette zone de terre foncée gris-brun à quelques
morceaux minuscules de charbons varie entre 5 et 15 cm de entouraient la fosse. Ces débris ont leur origine dans
largeur et a l'air d'entourer la fosse proprement dite. Malheureu une utilisation précédente, et leur présence au somsement nous n'avons pas pu suivre toute son étendue, mais si elle met de la fosse résulte soit d'un glissement naturel, formait une partie intégrale de la structure, la fosse aurait mesuré soit d'une action humaine voulue (par exemple, 1.05 m x 1.25 m.
l'étouffement du feu). Zone 4c : Cette zone encore moins saisissable n'apparaissait
que sur une partie du pourtour de la fosse. Si elle avait formé une
partie de la structure, la fosse aurait été quelques centimètres Structure С — le fond de cabane (fig. 6 et pi. 1)
plus longue et plus large.
Les zones 4b et 4c forment en effet des zones de Cette superficie de 2.5 X 2 m, qui recouvre la
contact entre la fosse et la terre environnante, et il fosse-foyer, structure B, est l'amas de pierres le
est très probable que les inondations fréquentes du mieux défini et le plus dense du gisement, et repré
gisement depuis le Néolithique Moyen ont entraîné sente peut-être le sol d'une cabane. La structure est
un mélange de quelques éléments meubles (par formée d'un groupement irrégulier de galets, blocs
exemple les charbons), hors des limites de la fosse de grès, gravillons et mollusques. Ces mollusques
originelle. Le manque de fragments de céramique sont très nombreux, et se trouvent en même temps
dans les zones limitrophes 4b et 4c est peut-être une entre des pierres et sous des pierres. La majorité des
indication supplémentaire que celles-ci représentent pierres sont des galets, mais les grès sont également
les « murs » de l'ancienne structure plutôt qu'une nombreux, surtout dans la partie centrale de la struc
partie de son contenu. ture, et certains des grès sont en effet les sommets
des blocs qui forment le remplissage de la fosse
Nous avons tamisé à l'eau et pesé tout le contenu sous-jacente (fig. 3). Autour de la structure C, qui se
d'un important échantillon du remplissage de la situe dans les carrés A37-38 et B22-24, nous avons
fosse (voir fig. 5). Les résultats les plus intéressants trouvé peu d'objets, aucun galet et aucun grès.
montrent que. d'abord, il y avait des morceaux de
Nous avons lavé et examiné toutes les pierres céramique très petits dans les niveaux 2b, 4 et 5. Le
comprises dans la structure C. Quelques-unes poids de ces fragments diminuait vers le bas de la
avaient été soumises à un chauffage avant d'être fosse — il représentait 4,45 % dans le niveau 2b et
incorporées dans la structure (voir appendice n° 4 ; 2,53 % dans le niveau 4. et moins ď 1 % dans le
en particulier, un fragment de meule en grès était niveau 5. Comme nous l'avons indiqué plus haut, la
devenu plus ou moins magnétique). Un nombre rescéramique manquait tout à fait dans la zone 4b. Le
treint de pierres avait été utilisé comme percuteurs pourcentage des fragments de mollusques se rédui
(au moins quatre) ou comme meules (une). Nous sait aussi par rapport à la profondeur ; il était aussi
avons trouvé également dans la structure des tessons réduit dans la zone 4d que dans le niveau 5. Les
de poterie, des lames et des burins en silex, et pourcentages du poids de charbons varient beaucoup
quelques-unes de ces trouvailles gisaient sous les selon l'échantillon, mais il était évident d'après la
galets. D'autres objets avaient été trouvés par M. fouille que la plupart provenait du niveau 5, et en
Margaillan, l'inventeur du fond de cabane, et nous effet, c'est le niveau 5 qui a fourni les éléments pour
ne savons pas leur position originelle précise. Ces la datation par le procédé de Carbone- 14. Quelques-
trouvailles consistent en 34 bords de vases, proveuns de ces éléments étaient assez bien conservés
nant surtout de bols évasés, hémisphériques ; des pour permettre la détermination de l'espèce (chênes,
outils en silex (9 lames, 3 burins, 1 nucleus, 1 flèche aulnes, pins - voir appendice n° 5).
foliacée), des éclats et des blocs en silex ; deux
A la base de la fosse-foyer, dans les niveaux 5 et 6 « polissoirs » en roche verte ; une bille ; des
fragments de feldspath. Il y a des différences marsous les grès et les galets, il y avait une plus grande
proportion d'éléments fins dans les gravillons, les quées entre les trouvailles associées à la structure С
et celles du gisement en général, car cette zone éléments les plus grossiers se trouvant plus nom
breux dans le niveau 4. Les débris de quartz (qui contient une proportion très élevée de bols hémis
phériques et une proportion assez élevée de silex doivent provenir des galets de la terrasse du Rhône)
sont les plus nombreux dans la zone 4b (23,10 %) et chauffés et patines, y inclus un nucleus. 384
СЭ
Fig. 6 - Distribution des galets (au trait), des grès (en noir) et des tessons (points) dans les carrés centraux du gisement ; la structure С se trouve à
droite.
Structure D — la fosse-foyer (fig. 7) est ; il est très probable que ces objets ne sont pas en
place et ont été entraînés par les remaniements ment
ionnés plus haut. L'examen des charbons — qui Cette structure révélée par un fossé de drainage avaient bien l'air d'être en place — montre des restes moderne en 1974. Elle se trouvait dans la coupe de de chênes, de bouleaux, de saules ou de peupliers, et ce fossé, dans la parcelle 244, et était en très mauv des Rosaceae. Les dimensions originelles de la fosse ais état. Un drain étroit avait coupé son bord est, et ne sont pas nettes et il n'est pas non plus possible de un fossé de drainage romain avait détruit son som voir si elle était creusée verticalement. Les dimensmet, et se trouvait sur son bord ouest ; le fossé de ions actuelles sont 46 cm Nord-Sud, 66 cm Est- 1974 a donné le coup de grâce sur son côté ouest ! Ouest et 35 cm de profondeur. D'après la coupe, la fosse-foyer descendait du n
iveau chasséen jusqu'au sommet de la terrasse du Structure E — le fossé romain (fig. 7) Rhône. Il était très difficile de déterminer la cons
truction originelle de cette structure ; des galets
Cette structure coupait la limite ouest de la fosse- chauffés et des fragments de grès gisaient en désor
dre au-dessus de la base de la fosse, qui était remplie foyer, D, et était visible dans la coupe du
fossé de drainage creusé en 1974 autour de la parde charbons, apparemment en place. Des fragments
d'un bol à épaulement et à col droit, un tesson dé celle 244. Le fossé romain avait 1 17 cm de large au
coré et une lame, se trouvaient immédiatement au- sommet, juste au-dessous de la couche arable, était
profond de 31 cm et se réduisait à 65 cm de large à dessus des grès, tandis qu'un autre tesson décoré et
un nucleus se trouvaient au-dessus des galets du côté sa base, sur les galets de la terrasse du Rhône. Ce 385
Fig. 7 - Coupe sud du fossé de drainage de la parcelle 244. Les numéros indiquent les niveaux, soit 1, niveau arable ; 2, couche archéologique ;
3, argile limoneuse naturelle ; 4, dernière terrasse du Rhône ; 5, argile sous-jacente ; 6, avant-dernière (?) terrasse du Rhône ; 7, fosse
chasséenne, 8 fossé romain. Dans la fosse chasséenne, les galets sont indiqués au trait, les grès en noir et le mobilier par des points.
fossé était rempli de terre jaune-brun grisâtre (Hue
10YR 5/2), avec des mollusques, des tessons de
céramique préhistorique et romaine et des fragments
de tuiles romaines.
Ce fossé était visible dans les coupes nord et sud
du fossé moderne, et nous supposons qu'il se diri
geait dans le sens Nord-Sud. Ce fossé prouve que la
zone de La Bertaude fut drainée et exploitée par la
population romanisée de la colonie d'Orange. La
collection de M. Margaillan contient plusieurs monn
aies récoltées en surface dans la parcelle 261, ainsi
que des tessons romains, et nous avons déjà indiqué
plus haut que les tessons romains avaient été trouvés
dans la partie supérieure remaniée du niveau chasséen.
Structure F — le sillon romain (?) (fig. 8)
Nous avons remarqué une seule fois que la base Fig. 8 - Coupe du carré A29 B20, paroi nord.
Les niveaux sont indiqués ainsi : 1, niveau arable ; 2, niveau d'un coup de charrue dépassait la base du niveau archéologique ; 3, niveau à argile limoneuse naturelle ; 4, derchasséen. La trace de ce sillon était visible dans le nière terrasse du Rhône.
carré A29 B20, et contenait un tesson romain et un
fragment de tuile lors de la fouille. Dans la coupe il
nantes) et les grès proviennent de gisements plus mesure 24 cm de largeur maximum et 16 cm au plus
restreints localisés dans les collines des environs (par profond. La littérature concernant l'agriculture r
exemple à Mourre Rouge) et aussi sous la ferme du omaine n'indique pas clairement la profondeur à l
Clavin. Ces grès proviennent des couches gréseuses aquelle les charrues labouraient, mais une moyenne
de l'Albien et quelques-unes des différentes sources de 15 cm environ semble très raisonnable.
locales sont représentées par les fragments de grès
Les vestiges non structurés et non utilisés (fig. 6) du gisement de La Bertaude (information M. Prost).
Nous avons comparé le nombre total de galets et
Nous avons trouvé des galets entiers et cassés et de fragments de grès dans chaque mètre carré avec le
poids total de tessons dans le même carré. Le test un nombre plus réduit de fragments de grès distr
ibués sur presque toute la superficie du gisement. La « Kendall's Tau » a montré qu'en effet la coïnci
structure С incluse, nous avons noté 1016 galets et dence de plusieurs pierres/plusieurs tessons ou vice
versa n'est pas « naturelle ». Le test a montré à 152 fragments de grès. Les galets doivent provenir
de la dernière terrasse du Rhône (des affleurements 6,01, soit une probabilité de moins de 0,001, que ces
de galets se trouvent aussi sur les collines environ- associations sont dues au hasard. Il en résulte que la -
386
18-3
310-1 32-7
20- 27-0 }Ь-0 37-4
n- 1(6 20-5 134-3
523-3 207-1
113-3 ззн
ЙО- 115-3 218-3 ÎÏÏ-2 ?7*5 124-2 313-5 ltî'2.
17-7 501-7
2t-7 3-8 3S-H- (17- &3- 54.1-3
15-0
\l-4- S2- 23-0 23-1
Ait вЧ
ЛЗЗ в/Г /Чзз en A3î eu
IT o-z Ю-2
«ген /m e/t «г в/?
Î5-5 3I-0 18-7
/i3i ее /131 BIÍ
4-0
«lot* /tjoa/?
11-5
lit Но АИВЬ ли e/Г AZ4 41 «1 84 Л 19 8/3 А1Ч вП Alt ill 12ч 71-5 ею Of 1-5 8-0 30-2 18-ť 55-t
Alf 16 Агг at ла? en А1Я его Alt ÍZ\ me/ï
U-t «■ь
/127 SI7 lít в<г
27- 1 II -Z
а и et. in в?
31-3 18-1
/)25ве /(iS 87 1 2 3 i 27-1 4-5-0 CÉRAMIQUE EN PLACE GRAMMES PAR MÈTRE CARRÉ
Alb 8é 4ÎV в?
213-5 17-7
Fig. 9 - Zone fouillée : grammes de céramique en place par mètre carré. 387
ЮТ
ГУ
12
Fig. 10 - Céramique. 1-3, 5, 7, vases évasés ; 4, vase caréné ; 6, vase à épaulement ; 8, 12, vases à bord droit ; 9, 10, 11, vases à profil rentrant.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.