La Grotte Cosquer (Cap Morgiou, Marseille) - article ; n°4 ; vol.89, pg 98-128

De
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 1992 - Volume 89 - Numéro 4 - Pages 98-128
ABSTRACT In 1991 a huge chamber with numerous paintings and engravings was discovered by a professional deep-sea diver after a long (175 m) passage that sloped up from a narrow (1.30 m high) entrance situated 37 m under present sea-level. The art was preserved because the chamber happened to be high up enough not to have been flooded, but large numbers of paintings and engravings were most probably destroyed in the passage and in the lower part of the chamber. Many other caves along that coast disappeared under the sea after the end of the Pleistocene with the rise of the water, but it is the first time ever that rock art was discovered under such circumstances. The first question to address was that of the art's authenticity. On-the-spot observations and various analyses (pollen, charcoal, 14C dating) leave no room for any doubt. A 18,440 bp date ( ± 440, Ly- 5558) was obtained from charcoal lying on the ground. The 17 samples of charcoal determined belonged to Pinus silvestris and Pinus nigra, whereas the Pine of Alep, the only species now represented in the area, was absent. Two preliminary pollen analyses pointed to a Wiirm landscape, with very few trees, among which Betula. At least half the paintings are covered with patches of bright white calcite, of a type which, according to geologists, takes a very long time in depositing. Most of the engravings are distinctly weathered and patina- ted. However, the art's authenticity was challenged by a few, from the photographs published in the newspapers. Their arguments are discussed in this study. So far, 44 animals (21 engraved, 23 painted) and 26 negative hands, most of them with incomplete fingers, have been found. Horses are dominant (14), followed by bisons and ibex in equal numbers (7), then by chamois (5); there also are 1 red deer, 1 feline, 3 penguins, 2 seals and 2 possible megaceros, as well as 2 indeterminate quadrupeds. Many signs, among which long barbed lines superimposed on various animals, were observed. In addition, the walls of the chamber are covered with innumerable fine engravings and finger tracings that have not so far been studied. The present count of animals, hands and signs is therefore highly provisional. The superimpositions point to two possible periods, the earlier with the negative hands and the finger tracings, the later with the painted and engraved animals and the fine engravings. From the conventions used, the second period is probably contemporary with Ebbou (Ardèche), or the Late Solutrean of Parpalló (Spain), maybe a bit later as some details have their counterpart in Lascaux. This art should be situated within a period estimated between 17,000 and 20,000 bp. Even though the cave art cannot yet be studied as it should and it will be years before it is, the importance of this discovery is obvious: it is located in the Provence where no Paleolithic rock art had ever been found before; the art exhibits various characteristics that may bear witness to outside influences or may be original and have spread from there (Lascaux; Ebbou and other mediterranean caves; Gargas for the hands); finally, as is often the case with major art caves, it shows some distinct original features (for example, the sea animals, some signs, etc.).
31 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1992
Lecture(s) : 78
Nombre de pages : 33
Voir plus Voir moins

Jean Clottes
A. Beltrán
Jean Courtin
H. Cosquer
La Grotte Cosquer (Cap Morgiou, Marseille)
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1992, tome 89, N. 4. pp. 98-128.
Citer ce document / Cite this document :
Clottes Jean, Beltrán A., Courtin Jean, Cosquer H. La Grotte Cosquer (Cap Morgiou, Marseille). In: Bulletin de la Société
préhistorique française. 1992, tome 89, N. 4. pp. 98-128.
doi : 10.3406/bspf.1992.10536
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1992_num_89_4_10536Abstract
ABSTRACT In 1991 a huge chamber with numerous paintings and engravings was discovered by a
professional deep-sea diver after a long (175 m) passage that sloped up from a narrow (1.30 m high)
entrance situated 37 m under present sea-level. The art was preserved because the chamber happened
to be high up enough not to have been flooded, but large numbers of paintings and engravings were
most probably destroyed in the passage and in the lower part of the chamber. Many other caves along
that coast disappeared under the sea after the end of the Pleistocene with the rise of the water, but it is
the first time ever that rock art was discovered under such circumstances. The first question to address
was that of the art's authenticity. On-the-spot observations and various analyses (pollen, charcoal, 14C
dating) leave no room for any doubt. A 18,440 bp date ( ± 440, Ly- 5558) was obtained from charcoal
lying on the ground. The 17 samples of charcoal determined belonged to Pinus silvestris and Pinus
nigra, whereas the Pine of Alep, the only species now represented in the area, was absent. Two
preliminary pollen analyses pointed to a Wiirm landscape, with very few trees, among which Betula. At
least half the paintings are covered with patches of bright white calcite, of a type which, according to
geologists, takes a very long time in depositing. Most of the engravings are distinctly weathered and
patina- ted. However, the art's authenticity was challenged by a few, from the photographs published in
the newspapers. Their arguments are discussed in this study. So far, 44 animals (21 engraved, 23
painted) and 26 negative hands, most of them with incomplete fingers, have been found. Horses are
dominant (14), followed by bisons and ibex in equal numbers (7), then by chamois (5); there also are 1
red deer, 1 feline, 3 penguins, 2 seals and 2 possible megaceros, as well as 2 indeterminate
quadrupeds. Many signs, among which long barbed lines superimposed on various animals, were
observed. In addition, the walls of the chamber are covered with innumerable fine engravings and finger
tracings that have not so far been studied. The present count of animals, hands and signs is therefore
highly provisional. The superimpositions point to two possible periods, the earlier with the negative
hands and the finger tracings, the later with the painted and engraved animals and the fine engravings.
From the conventions used, the second period is probably contemporary with Ebbou (Ardèche), or the
Late Solutrean of Parpalló (Spain), maybe a bit later as some details have their counterpart in Lascaux.
This art should be situated within a period estimated between 17,000 and 20,000 bp. Even though the
cave art cannot yet be studied as it should and it will be years before it is, the importance of this
discovery is obvious: it is located in the Provence where no Paleolithic rock art had ever been found
before; the art exhibits various characteristics that may bear witness to outside influences or may be
original and have spread from there (Lascaux; Ebbou and other "mediterranean" caves; Gargas for the
hands); finally, as is often the case with major art caves, it shows some distinct original features (for
example, the sea animals, some signs, etc.).Bulletin
de la SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE
FRANÇAISE
1992 / TOME 89/4
La Cjrotte Cosquer
(Cap JVLorgiou, .Marseille)
par J. Clottes, A. Beltrán, J. Courtin, H. Cosquer
So far, 44 animals (21 engraved, 23 painted) and ABSTRACT 26 negative hands, most of them with incomplete
fingers, have been found. Horses are dominant (14),
followed by bisons and ibex in equal numbers (7), In 1991 a huge chamber with numerous paintings
then by chamois (5); there also are 1 red deer, 1 feliand engravings was discovered by a professional
ne, 3 penguins, 2 seals and 2 possible megaceros, as deep-sea diver after a long (175 m) passage that sl
well as 2 indeterminate quadrupeds. Many signs, oped up from a narrow (1.30 m high) entrance situa
among which long barbed lines superimposed on ted 37 m under present sea-level. The art was pre
various animals, were observed. In addition, the served because the chamber happened to be high
walls of the chamber are covered with innumerable up enough not to have been flooded, but large numb
fine engravings and finger tracings that have not so ers of paintings and engravings were most proba
far been studied. The present count of animals, bly destroyed in the passage and in the lower part of
hands and signs is therefore highly provisional. the chamber. Many other caves along that coast
disappeared under the sea after the end of the
The superimpositions point to two possible perPleistocene with the rise of the water, but it is the
iods, the earlier with the negative hands and the finfirst time ever that rock art was discovered under
ger tracings, the later with the painted and engraved such circumstances.
animals and the fine engravings. From the convent
The first question to address was that of the art's ions used, the second period is probably contempor
authenticity. On-the-spot observations and various ary with Ebbou (Ardèche), or the Late Solutrean
analyses (pollen, charcoal, 14C dating) leave no of Parpalló (Spain), maybe a bit later as some
room for any doubt. A 18,440 bp date ( ± 440, Ly- details have their counterpart in Lascaux. This art
5558) was obtained from charcoal lying on the should be situated within a period estimated bet
ground. The 17 samples of determined ween 17,000 and 20,000 bp.
belonged to Pinus silvestris and Pinus nigra, wher
eas the Pine of Alep, the only species now repre Even though the cave art cannot yet be studied as
sented in the area, was absent. Two preliminary pol it should and it will be years before it is, the impor
len analyses pointed to a Wiirm landscape, with tance of this discovery is obvious: it is located in the
very few trees, among which Betula. At least half Provence where no Paleolithic rock art had ever
the paintings are covered with patches of bright been found before; the art exhibits various character
white calcite, of a type which, according to geolog istics that may bear witness to outside influences or
ists, takes a very long time in depositing. Most of may be original and have spread from there
the engravings are distinctly weathered and patina- (Lascaux; Ebbou and other "mediterranean" caves;
ted. However, the art's authenticity was challenged Gargas for the hands); finally, as is often the case
by a few, from the photographs published in the with major art caves, it shows some distinct original
newspapers. Their arguments are discussed in this features (for example, the sea animals, some signs,
study. etc.). 99
Au cours du Pleistocene, le niveau de la mer a dans son voisinage immédiat, à quelques centaines
subi d'importantes variations sous l'effet des glacia de mètres à l'est. L'hypothèse qu'elles aient pu ser
tions et des phases de réchauffement. Au Paléoli vir d'habitat à la fin du Pleistocene n'aurait rien d'i
thique supérieur, pendant le Wiirm récent, la mer est nvraisemblable.
descendue jusqu'à 110-L20 m au-dessous du niveau
actuel (Lumley, 1976, p. 311). Les îles de Lérins, les
îles d'Hyères, et, devant Marseille, l'Archipel du HISTORIQUE
Frioul et l'îlot du Planier, étaient alors reliés au litto
ral, et une vaste plaine occupait une grande partie du
La découverte de la Grotte Cosquer s'est effecGolfe du Lion.
tuée en plusieurs temps, son inventeur, Henri Cos
Depuis le début de l'Holocène, la mer n'a cessé de quer, scaphandrier professionnel à Cassis, ayant ex
monter. Les diverses phases de son élévation sont j ploré peu à peu le long boyau qui donne accès aux
alonnées par des témoins archéologiques. En Médit vastes salles où se trouvent les œuvres d'art. Il re
erranée française, le village cardial de la Courège à péra l'entrée étroite en 1985 et déboucha dans la
Port-Leucate (Aude) est maintenant sous plusieurs grotte sans voir les peintures qui ne furent aperçues
mètres d'eau. On a longtemps pensé que le niveau qu'en juillet 1991.
maximum fut atteint pendant l'Antiquité et qu'il
Le 3 septembre 1991, H. Cosquer, après s'en être était resté stable depuis lors. Or, les études récentes
entretenu avec un étudiant en Préhistoire, sur le port romain de Marseille ont montré qu'il fut
J.-P. Bracco (LAPMO d'Aix-en-Provence et Universconstruit en fonction d'un niveau d'eau de 0,40 à
ité de Luminy), déclara officiellement la découverte 0,45 m au-dessous du niveau actuel (Guery et ai,
en tant que Bien Culturel Maritime auprès du Quartp. 17). Depuis le début de notre ère, la montée des
ier des Affaires Maritimes de Marseille, puis au eaux a donc été faible, mais certaine, et elle se pours
DRASM. qui informa le Service Régional d'Archéoluit. En effet, depuis que le zéro NGF (Nivellement
ogie et la Sous-Direction de l'Archéologie du MinisGénéral de la France) a été déterminé, entre les an
tère de la Culture. Une dizaine de photographies en nées 1885-1897, à Marseille, " le niveau moyen
couleur leur furent communiquées. Celles-ci furent nuel de la mer s'est maintenu entre + 8 et + 14,4 cm
soumises le 11 septembre à la Délégation Permaau-dessus du zéro NGF, avec une moyenne d'envi
nente du Conseil Supérieur de la Recherche Arron + 11 cm " (op. cit., p. 16). La mer holocène n'a
chéologique et à l'un de nous (J. Clottes) pour avis. jamais été aussi haute qu'actuellement et elle conti
Etant donné la difficulté de l'accès et l'impossiblité nue de monter (Faure et Keraudren, 1987, p. 236 ;
pour les spécialistes de l'art quaternaire d'accéder Guery et al, 1981, pp. 16, 17). Les phases de cette
directement aux parois, l'attitude de prudence systélévation sont matérialisées sur les côtes provenç
ématique que suscite toute découverte d'art pariétal ales, constituées en majorité de roches calcaires, " fut encore renforcée. D'emblée se posa le problème par deux " marqueurs spécifiques des niveaux : les
de l'authenticité. Certains détails bien visibles sur les microperforations des parois dues à des bivalves li-
photos (plages de calcite sur quelques peintures, pathophages , et les " trottoirs " créés par certaines
tine apparente des traits gravés) étaient en faveur de algues (Lithophyllum tortuosum).
celle-ci, mais demandaient à être vérifiés sur place.
De 1968 à 1980, dans le cadre du Département des Après diverses réunions de coordination et de Recherches Archéologiques Sous-Marines préparation, des plongées eurent lieu du 18 au (DRASM) et avec le concours du navire P" Archéo- 20 septembre, sous la direction du DRASM, avec le naute ", des recherches pionnières concernant les concours de P " Archéonaute ". Quatre plongeurs-
grottes sous-marines du littoral méditerranéen ont archéologues du DRASM (G. Dauphin, L. Long, été conduites par E. Bonifay, J. Courtin, H. de Luml J. Vicente et A. Illouze), 7 plongeurs de la Marine ey. Ces travaux ont permis de recenser et d'explorer Nationale (1), J. Cosquer et J. Courtin, Directeur de de nombreuses cavités sous-marines, en divers Recherche au CNRS et ancien co-Directeur du points de la côte, dans les Alpes-Maritimes, à l'ouest DRASM, y participèrent. Cette mission fut officiel- de Toulon, et surtout entre Marseille et Cassis (Bo
nifay, Courtin, Thommeret. 1971 ; Bonifay, 1973 ;
( 1 ) Nous remercions bien vivement la Marine Nationale et en Lumley, 1976). Quelques témoins d'occupations pa particulier le Groupe d'Intervention sous la Mer (G1SMER) léolithiques anciennes y ont été découverts, par pour leur aide capitale, tant lors des plongées que pour les prises exemple dans la grotte des Trémies à Cassis, au de vues photographiques qui illustrent cet article. Tous les cl
jourd'hui noyée sous 20 m d'eau (Bonifay, 1979). La ichés publiés ici sont dus à la Marine Nationale. On doit à
D. Metzger les délicats travaux photographiques qui ont permis trouvaille d'H. Cosquer a eu lieu dans une zone très la réalisation de tirages noir et blanc à partir des diapositives de riche en cavités sous-marines (Grotte du Figuier. la Marine Nationale. La grotte se trouve sous la Forêt DomanGrotte de la Triperie, etc.. cf. Courtin. 1978). Deux iale des Calanques, appartenant à l'État et gérée par l'Office
cavernes aux vastes porches se trouvent d'ailleurs National des Forêts qui a donné les autorisations indispensables. 100
lement demandée à J. Courtin, plongeur expéri En outre, une Commission Scientifique et Tech
menté et préhistorien, qui avait déjà travaillé sur des nique particulière a été nommée par le Ministre.
problèmes d'art pariétal récent en Provence et sur Elle s'est réunie les 8/1 et 5/5/92, et c'est à sa de
des grottes sous-marines, afin de vérifier par un exa mande que ce point de la situation a été fait.
men minutieux in situ un certain nombre de points
Les diapositives disponibles, où se voient infinbien définis : les œuvres pariétales étaient-elles ou
iment plus de détails que sur les quelques photograpnon recouvertes de calcite ? Les gravures étaient-
hies, toujours les mêmes, publiées dans la grande elles ou non patinées à l'intérieur des traits ? Y
presse, ont été montrées à de nombreux spécialistes avait-il des vestiges ou tracés ennoyés ? Existait-il un
et au public intéressé, soit individuellement au gré contexte archéologique ? Comment se présentaient
des circonstances, soit à l'occasion de la réunion du les œuvres d'art par rapport au sol, par rapport au
Groupe de Réflexion sur l'Art Pariétal Paléo-li- niveau de la mer, etc. ?
thique (19/1/92), soit au cours de différentes confé
Cette visite fut également l'occasion de procéder rences ou présentations effectuées par deux d'entre
à des prélèvements divers (charbons, argile) et nous (J. Courtin et J. Clottes) à Marseille, Berkeley,
d'effectuer des photographies complémentaires. Los Angeles, San Francisco, Pittsburgh, Paris, Metz,
D'autres plongées eurent lieu les 24 et 25 septembre. Poitiers, Nice, Aix-en-Provence, Angoulême, Saint-
L'entrée de la grotte fut obstruée par une entreprise Tropez, Salernes, Tarascon/Ariège. D'autres sont
spécialisée, au moyen de gros blocs et de grilles mét évidemment prévues. Enfin, une communication
alliques courant octobre, afin d'éviter tous risques préliminaire a été envoyée à l'Académie des
de déprédations et plus encore des risques d'acci Sciences le 15/3/92 (Beltrán etal., 1992).
dents. En effet, l'accès de la cavité est extrêmement
Dès l'annonce de la découverte, les journalistes idangereux : lors des plongées, l'eau se charge immé
nterrogèrent divers spécialistes qui parfois refusèrent diatement de particules soulevées par les palmes et
de se prononcer avant d'avoir une information de s'obscurcit au point que les lampes puissantes util
première main (N. Aujoulat), ou trouvèrent qu'il isées ne permettent même pas au plongeur de voir sa
s'agissait d'une " découverte très importante " propre main. D'ailleurs, le 1er sep-tembre 1991, trois
(B. Delluc in Sud-Ouest, 1/11/91) Cependant, B. et plongeurs grenoblois se perdirent dans les galeries
G. Delluc, le 5/11/91 (Nice-Matin ) et par la suite et, pris de panique, se noyèrent.
(S.O. 7/11 ; 1991, p. 516, etc.), exprimèrent " des
doutes très sérieux " et se montrèrent " très Vers la mi-octobre 1991, la découverte fut divul
guée dans la presse par une indiscrétion d'origine réservés ", tout en n'excluant pas la possibilité de
locale, ce qui déclencha un énorme tohu-bohu mé l'authenticité. D. Vialou, en revanche, fut beaucoup
plus catégorique : " Je suis intimement convaincu diatique. Entre-temps, les photographies dispo
nibles avaient été montrées pour avis à deux autres qu'il s'agit d'un faux " (Nice-Matin, 5/11/91). Il de
spécialistes, M. Lorblanchet (CNRS) et A. Beltrán vait renouveler l'expression de son scepticisme dans
(Université de Saragosse), qui estimèrent que tout diverses interventions radiodiffusées, télévisées et
allait dans le sens de l'authenticité. Devant l'am écrites (Nice-Matin, 8/12/91 ; Sciences et Vie, mars
pleur de la réaction de la presse et l'intérêt suscité 1992), ce qui suscita de nombreux commentaires
dans le public, des mesures de protection urgentes journalistiques et, malheureusement, instilla dans
devenaient indispensables. Le Ministre de la l'esprit du public un doute et une méfiance qui per
Culture fit alors une annonce publique et prit un sistent encore, au détriment de notre discipline. Les
arrêté d'Instance de Classement (18/10/91). Cela s arguments pour et contre l'authenticité, enfin, furent
ignifie, non pas que la grotte est Classée parmi les exposés par P. Bahn qui conclut que " des doutes
Monuments Historiques, comme cela fut abondam subsistaient " (The Independent on Sunday 12/1/91,
ment dit et écrit, mais que pendant un an à compter p. 47). Ce sont, à notre connaissance, les seuls spé
de la date de l'arrêté tous les effets du Classement cialistes à avoir contesté publiquement, peu ou prou,
s'appliquent. Cela permet d'engager des crédits et l'authenticité des oeuvres d'art (2).
donne le temps de lancer la procédure normale de
Classement : le dossier, instruit par le Service Ré
gional de l'Archéologie, a été soumis à la CORE-
PHAE (Commission Régionale du Patrimoine His SITUATION ET DESCRIPTION DE LA CAVITE
torique, Archéologique et Ethnologique) de
Provence-Alpes-Côte d'Azur, qui l'a examiné le
10/12/91 et s'est prononcée à l'unanimité pour le La Grotte Cosquer se trouve à 12 km au sud-est
Classement. La Commission Supérieure des Monu de Marseille, au Cap Morgiou, au sud de la Pointe
de la Voile. Elle s'ouvre au pied d'une falaise de calments Historiques (7e Section, Grottes Ornées) a
caire urgonien à 37 m sous le niveau actuel de la été informée lors de sa réunion du 20/2/92 et doit
mer, par une entrée étroite (1,30 m de hauteur X examiner prochainement le dossier de Classement. 101
Fig. 1. Carte bathymétrique des côtes entre le Golfe de Marseille et La Ciotat. Les profondeurs supérieures à - 100 m - 120 m se situent à plusieurs kilomètres
au sud du Cap Morgiou. La Grotte Cosquer est indiquée par une étoile. A l'ouest de Marseille, près de Carry-le-Rouet, un astérisque indique un site du
Paléolithique supérieur inédit (fouilles d'urgence en cours), avec un niveau à pointes à cran qui pourrait être contemporain des figurations de la Grotte
Cosquer : c'est la première fois qu'un tel faciès du Paléolithique supérieur (Salpêtrien ?) est découvert en Basse-Provence. La distance entre la et Carry-le-Rouet est de 22 km à vol d'oiseau.
mètres, et se poursuit sous l'eau par un puits noyé 2,25 m de largeur). Il y a 20 000 ans, la mer se trou
profond de 24 m. Au centre de la grande salle, on vait vraisemblablement à une dizaine de kilomètres
prend pied sur des planchers stalagmitiques à forte au sud (fig. 1). Une galerie noyée longue de 175 m,
pente qui recouvrent un chaos de blocs atteignant de largeur et de hauteur variables (entre 2 et 3 m),
remonte peu à peu jusqu'au-dessus du niveau zéro. presque le plafond. La totalité du sol exondé est
scellée par ces planchers de calcite. Seule une petite Après le passage d'une étroiture (diaclase horizon
fissure entre deux blocs contient de l'argile rouge tale) de 6 m de long pour 1,10 m de haut, on
plastique, très charbonneuse. Quelques squelettes de débouche dans des salles toujours noyées avec de
chauves-souris, dont certains pris dans la calcite, itrès grosses stalagmites (de 3 à 5 m de haut), qui
ndiquent une possibilité d'accès extérieur pour ces prouvent que le réseau a longtemps fonctionné à
l'air libre, avant d'émerger dans la partie exondée animaux, mais actuellement aucune ouverture autre
que la galerie d'accès ennoyée n'existe. La grande (fig- 2).
salle est à environ 70 à 80 m de la surface du pla
teau, le haut du dôme étant à approximativement Au niveau zéro, la mer baigne partiellement les
parois d'une grande salle d'environ 60 m de dia 50 m. Les peintures se trouvent pour la plupart dans
mètre, pour une hauteur de 2 à 5 m. Elle se termine les parties ouest et est de la salle, sur des parois et
par un dôme en cloche haut d'une trentaine de des voûtes, à l'exception des pingouins (en voûte) :
;
:
:
:
!
102
même niveau (3). Les variations des marées en
Méditerranée sont faibles mais marquées (0,30 à
0,40 m) et leurs traces se voient parfaitement sur le
bas de ce panneau en partie endommagé par la
Illustration non autorisée à la diffusion mer. Qu'il n'ait pas été entièrement détruit s'ex
plique par le fait que la montée des eaux est un
phénomène en cours (cf. supra), mais il est indisc
utablement menacé à long terme.
Un peu partout, dans les anfractuosités du sol ou
sur les replats, sont visibles des charbons de bois,
plus ou moins concrétionnés. Deux petits foyers ci
Fig. 2. La Grotte Cosquer, vue en coupe. Dessin J. Courtin, d'après des re rculaires (0,30 m de diamètre), dans les parties nord
levés de H. Cosquer et des observations de J. Courtin. et sud-est de la salle, sont partiellement calcités.
Aucun vestige osseux ou lithique n'a été repéré en
surface, malgré un examen minutieux des lieux.
Cette salle n'a donc pas servi d'habitat. Les foyers
vers le milieu, après un passage étroit entre deux pourraient fort bien être de simples feux d'éclairage
massifs stalagmitiques qui séparent la grande salle et les charbons provenir de torches. Sur 49 fra
en deux parties. Les mains négatives sont concent gments prélevés, 17 ont pu être déterminés par
rées au voisinage du puits et le long de la faille dans S. Thiébault (CNRS - URA 1477) comme Pinus sil-
l'extrémité est de la salle (fig. 3). Des gravures et des vestris ou Pinus nigra. Ces charbons, exposés dans tracés digitaux se voient un peu partout. un milieu où l'humidité est constamment à satura
tion, étaient mous et très imbibés, mais rien n'inLa mer occupe trois côtés de la salle. Aucune gra
dique qu'ils aient été " flottés " ou qu'ils aient " mavure n'a été repérée sous l'eau, ce qui n'a rien
nifestement séjourné dans l'eau ", ni que les foyers d'étonnant étant donné l'importance de la corro
" aient été immergés ", comme cela a été gratuitsion. Le bas du panneau des chevaux à l'ouest a
ainsi été affecté et la partie inférieure du corps de ement supposé (Arl. Leroi-Gourhan in Bourdial,
ces animaux (fig. 4) a été tronquée exactement au 1992, p. 77).
cusations n'aurait-on pas alors entendues ; — même si la grotte (2) Contrairement à ce qui fut dit dans une certaine presse qui,
bien entendu, essaya de tirer un profit maximum de cette contro était restée ouverte, les personnes citées qui, pour autant que l'on
verse et parla des " nombreux scientifiques " qui auraient sache, ne sont pas des plongeurs entraînés à une plongée très dure
contesté les conditions de l'expertise {Le Méridional , 27/2/92). et dangereuse, n'y auraient pas eu accès.
Un seul exemple illustrera non seulement le procédé mais aussi le 5) La grotte n'a pas été Classée monument historique, mais a nombre d'approximations que l'on a pu lire fait l'objet d'une Instance de Classement, ce qui est tout différent " Denis Vialou reste sceptique. D'autres grands spécialistes des (cf. supra). grottes ornées comme Gilles et Brigitte Delluc, ainsi qu'Ariette
Leroi-Gourhan, partagent ses doutes. Ils évoquent le fait Cette méconnaissance de la mesure d'urgence immédiate, à va
qu'aucun dossier scientifique ne leur a été transmis et déplorent la leur temporaire, qu'est l'Instance de Classement et des modalités
fermeture temporaire de la grotte, depuis qu'elle a été classée mo de sa mise en œuvre, a provoqué le 5/11/91 {Nice-Matin), les récr
nument historique " (Bourdial, 1992, p. 76). On peut remarquer, iminations infondées de D. Vialou (cf. aussi Delluc, 1991, p. 516 ;
dans l'ordre Bahn, 1992, p. 47), qui, par la suite ont alimenté la polémique et
que l'on retrouve inchangées sous des plumes journalistiques di1) Dire d'autres spécialistes comme B. et G. Delluc sous-en- verses (cf. en particulier Science et Vie de mars 1992), à savoir — tend un nombre relativement important que rien ne justifie. les " mesures de classement et de fermeture " sont des " procédés 2) Madame Ariette Leroi-Gourhan porte un nom illustre dans tout à fait inhabituels " qui ont " bloqué toute possibilité d'anal'étude de l'art pariétal et est une palynologue réputée, mais faire lyse scientifique, et même toute discussion scientifique au sens dans le même article longuement état de son opinion, à propre large " — les spécialistes d'art pariétal français " n'ont pas été iment parler " extérieure ", et contester celle de J. Courtin parce nformés " ; — les membres de la Commission Supérieure des Moque néolithicien alors que ce dernier a examiné les œuvres direc numents Historiques (Grottes Ornées) n'ont pas été consultés ; — tement, paraît pour le moins contradictoire. il y a eu une " rétention manifeste de la communication scienti
3) Comment un " dossier scientifique " pourrait-il être établi fique par le fait du Ministère de la Culture " ; — ainsi qu'une " avant qu'une étude sérieuse qui, par définition, prend du temps, formidable opération médiatique à laquelle prend une large part
ait pu être menée, et pourquoi devrait-on le transmettre à tel ou ce Ministère ".
tel en particulier ? Lorsque des découvertes sont effectuées, elles Il suffit de se reporter à l'historique détaillé ci-dessus, facile à font généralement l'objet non pas de " dossiers " personnels mais vérifier si besoin est, pour constater l'inanité de ces accusations de publications dans les revues scientifiques. qui furent largement médiatisées. 4) Déplorer la fermeture de la grotte est doublement curieux
— si une telle mesure de protection n'avait pas été prise, on aurait (3) La mer ne s'est pas " arrêtée net sous les trois petits che
certainement eu à déplorer les dégâts dus à des visites incontrôl vaux ", comme l'a dit, ironiquement mais à tort, Mme A. Leroi-
ées et peut-être même des accidents de personnes, et quelles Gourhan (Bourdial, 1992, p. 75). 103
Illustration non autorisée à la diffusion
Fig. 3. Plan sommaire de la Grotte Cosquer {dessin J. Courtin, d'après un croquis de H. Cosquer). Les sigles se rapportent au texte : Gr = gravures non déter
minées. Td = tracés digitaux. В = Bison. Bq = Bouquetin. С = Cerf. Chm = Chamois. Chv = Cheval. F = Félin. 1 = indéterminé. M = Main négative. P =
Pingouin. Ph - Phoque. Toutes les représentations ne sont pas localisées sur ce plan provisoire.
indispensables. Elles sont prévues mais dureront Enfin, un charbon prélevé sur un replat a été daté
de 18 440 bp ± 440 (Ly-5558) et deux analyses polli- longtemps. C'est pourquoi une présentation prélimi
niques ont été effectuées par M. Girard (CNRS - naire de l'ensemble graphique a été décidée, même
CRA) sur l'argile prélevée dans les fissures : les pol si celle-ci reste, par la force des choses, très incomp
lens, bien que très peu nombreux, évoquent une vé lète. Sans aucun doute, de nombreux compléments
gétation de type wiirmien avec herbacées dominant et des modifications substantielles seront dans l'ave
nettement sur les arbres, parmi lesquels figurent le nir apportés lorsque les relevés auront été effectués.
Pin et le Bouleau. Les observations ci-après ne constituent donc qu'un
point provisoire de la question, d'après l'examen des
lieux par deux d'entre nous (H.C. et J.Co.) et
d'après l'étude des nombreuses diapositives prises LES ŒUVRES PARIETALES par l'inventeur et par les plongeurs de la Marine Nat
ionale.
Elles comprennent des tracés digitaux, des mains
négatives, des peintures, des gravures. Elles n'ont
été ni relevées ni étudiées et ne pourront l'être com 1) Les tracés digitaux (TD)
modément, avec la minutie indispensable, que
lorsqu'un accès plus facile aura été aménagé, si cela On les trouve un peu partout sur les plafonds et
devient un jour possible sans mettre les œuvres en parois de la grande salle, pourvu que leurs surfaces
danger. Auparavant, des études climatologiques sont aient été malléables. Ils se présentent sous la forme 104
Fig. 4. Panneau des 4 chevaux (Chv 1-4), surchargeant des tracés digitaux, et recoupés par des gravure,
Fig. 5. Cheval noir (Chv5) superposé à de nombreux tracés digitaux. :
105
de bandes tracées à plusieurs doigts, souvent redoub prend une série de draperies disposées sur plusieurs plans.
lées, qui peuvent être rectilignes. sinueuses ou en On distingue, de gauche à droite et de bas en haut, à partir
zigzags, se recouper, dessiner des volutes. Ces tracés du premier plan
digitaux constituent une sorte de " fond " graphique,
- draperie n° 1 : main gauche, avec le poignet et le à la fois par leur étendue et par les superpositions début de l'avant-bras (Ml). Doigts raccourcis, sauf le que l'on constate. A chaque fois, peintures (chevaux pouce et l'index complets. Surchargée de 5 points noirs : 1 et 5 (fig. 4. 5), félin, mégacéros) et gravures (bison,
- draperie n° 2 : chamois, bouquetin 4) sont surimposées aux tracés
digitaux. La seule exception est constituée par un
- main gauche (M2) ; pouce, index et majeur complets, ensemble de deux mains rouges recoupées par de
autres doigts raccourcis, avec un annulaire anormalement multiples traits faits aux doigts.
épais (doigt replié ?) : en partie calcitée :
- main gauche (M3) ; seules se voient les extrémités de 4
doigts raccourcis, car la draperie est cassée anciennement
2) Les mains négatives (M) (bord de la cassure patiné) ;
- main gauche (M4), avec l'amorce du poignet ; pouce et Elles ne se trouvent que dans la partie est de la index intacts, autres doigts raccourcis, avec annulaire très salle, le long d'une faille ennoyée et au voisinage du épais (cf. M2). Draperie cassée sur la droite. En partie calgrand puits noyé, sur parois et sur draperies. citée. Trait rouge épais légèrement oblique, outre un
Sur un important massif stalagmitique, 8 mains noires autre, au-dessous, qui lui est perpendiculaire. Tache rouge
(Ml-8) ont été tracées au pochoir (fig. 6). Ce massif à l'extérieur, à droite ;
Fig. 6. Mains négatives Ml à M8 sur draperies stalagmitiques.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.