La nécropole gallo-romaine de la Calade, à Cabasse (Var). Deuxième campagne de fouilles (1962) - article ; n°2 ; vol.21, pg 295-306

De
Publié par

Gallia - Année 1963 - Volume 21 - Numéro 2 - Pages 295-306
12 pages
Publié le : mardi 1 janvier 1963
Lecture(s) : 45
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins

Georges Bérard
La nécropole gallo-romaine de la Calade, à Cabasse (Var).
Deuxième campagne de fouilles (1962)
In: Gallia. Tome 21 fascicule 2, 1963. pp. 295-306.
Citer ce document / Cite this document :
Bérard Georges. La nécropole gallo-romaine de la Calade, à Cabasse (Var). Deuxième campagne de fouilles (1962). In: Gallia.
Tome 21 fascicule 2, 1963. pp. 295-306.
doi : 10.3406/galia.1963.2393
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/galia_0016-4119_1963_num_21_2_2393LA NÉCROPOLE GALLO-ROMAINE DE LA CALADE, A CABASSE 295
La nécropole gallo-romaine de la Calade, à Cabasse (Var).
Deuxième campagne de fouilles (1962).
Nous avons déjà présenté dans cette revue1 des n° 47, tombe 9 ; n° 65, tombe 12 et 123, tombe 223.
253. Fragment de paroi d'olpè à anse cannelée. les résultats d'une première campagne de Cette tombe semble attribuable à la première fouilles de la nécropole gallo-romaine de la moitié du ne siècle, malgré un mobilier pauvre et peu
Calade, aux portes de Cabasse (Var), sur le caractéristique.
Tombe n° 37. Dépôt d'incinération dans une fosse territoire de l'antique Pagus Malavonicus.
carrée (profondeur 0 m. 60) prolongée sur un côté Des travaux agricoles nous ont fourni l'occa
par une entaille triangulaire moins profonde (pi. sion d'effectuer une seconde campagne et n° II). Les cendres provenant du bûcher occupaient
d'étudier six nouvelles sépultures, dont cinq tout le fond de la fosse ; elles contenaient divers
sont à incinération et une à inhumation. fragments d'une olpè ayant subi la crémation, sept
clous et un balsamaire. Dans le prolongement de Les tombes à incinération étaient pour la
la fosse, un fond d'urne cinéraire (détériorée par des plupart superficiellement remaniées par d'an labours du champ) qu'accompagnaient un bol et une ciens labours. olpè.
Pour faciliter les références, nous avons Voici le détail du mobilier funéraire (pi. n° III):
affecté d'un numéro les différentes pièces du 254. Olpè mutilée en céramique brunâtre ; fond
mobilier de chaque tombe ; cette numérotat légèrement concave ; panse à épaule haute.
255. Large bol à pied circulaire étroit ; pâte brune ion continue fait suite à celle des objets décrits
avec engobe brun foncé. A rapprocher des n° 44, dans notre précédent article. tombe 9 ; n° 52, tombe 11 ; et n° 135, tombe 23*.
Tombe n° 35. Dépôt d'incinération. Profondeur de 256. Fond et goulot d'une olpè en terre rougeâtre.
la fosse : 0 m. 55. La tombe a été remaniée jusqu'à 257. Fond de balsamaire en verre, à base plate.
0 m. 10 environ du fond. Les restes cendrés provenant 258. Fragment de lampe à volutes doubles ; forme
du bûcher contenaient : deux fragments de calvarium Dressel 11.
brûlé, trois clous, plusieurs débris de céramique et 259. Sept clous à tige de section carrée et à tête
de verre. plate ou conique.
Le mobilier proprement dit (pi. I), du moins ce qui 260. Fond d'urne cinéraire en céramique commune
en subsiste, comporte les pièces suivantes : brune micacée, non tournée. — Cette sépulture peut
247. Trois clous à tête plate ; un à tête arrondie. être datée de la première moitié ou du milieu du
ne siècle. 248. Fragment de flacon en verre bleuté, à panse
Tombe n° 38. Dépôt d'incinération dans une fosse tronconique ; fond disparu ; col court à ouverture
étroite ; épaisseur du verre : 4 millimètres. rectangulaire de 1 mètre sur 0 m. 40 et 1 mètre de
249. Fond et paroi d'une olpè à panse biconique profondeur (fig. 1). Les ossements calcinés accompagnés
avec zone médiane cylindrique. A rapprocher de l'olpè d'un balsamaire, se trouvaient rassemblés dans une
n° 46 de la tombe 92. urne déposée dans cette fosse et recouverte d'un
La tombe est probablement de la première moitié fond de grande cruche, semblable au n° 66, tombe 12.
du ne siècle. A côté de l'urne, un vase à deux anses recouvert à
Tombe n° 36. Dépôt d'incinération à 0 m. 80 de l'origine par une coupe en verre, et un bol.
profondeur. Les restes cendrés du bûcher contenaient Mobilier funéraire (pi. IV) :
une dizaine de tessons divers. 261. Lampe de forme Dressel 20/24. Incinérée et
Du mobilier demeurent les objets suivants (pi. 1 en incomplète. Anse perforée ; disque orné de stries
bas) : radiées ; pourtour décoré d'oves. Estampille illisible
250. Un grand clou à tête conique. sur le fond.
251. Fragment d'un grand vase à deux anses et à 262. Urne en céramique commune brune à dégrais
large goulot, identique au n° 266, tombe 38. sant calcaire fin. Panse haute et large rebord plat. Ce
252. Fragment d'un petit pot à lèvres hautes et à vase a été tourné et lissé.
fond plat, en céramique commune. La panse offre un
aspect grenu, tandis que le col est lissé. A rapprocher
(3) Ibid., pi. IX, p. 118 ; pi. XII, p. 122 ; pi. XXIII,
p. 137.
(1) Dans Gallia, XIX-1961, p. 105-158. (4) Ibid., pi. IX, p. 118 ; pi. XI, p. 120 ; pi. XXIV,
(2) Ibid., fig. 6, p. 117 et pi. IX, p. 118. p. 139. G. BÉRARD 296
446
zso ZS2
255
PL I. — Mobilier des tombes 35 (en haut) et 36 (en bas).
263. Balsamaire en verre, à long col et à panse
tronconique avec étranglement médian. Forme Isings
82 A2. Était contenu dans l'urne précédente. A rappro
cher du n° 116, tombe 226.
264. Coupe en verre de forme tronconique, à fond
légèrement concave ornée de deux sillons parallèles
près de la base.
265. Petite patôre en céramique brune, mal cuite et
épaisse ; fond strié en « empreintes digitales ». A
rapprocher du n° 114, tombe 22 6.
266. Vase à panse biconique, large ouverture à
lèvre arrondie ; deux anses, pied circulaire. Céramique
commune de couleur rosée.
267. Fragment d'olpc à large panse cylindroconique,
pied circulaire et fond plat. A subi l'incinération.
268. Petite coupe à pied circulaire étroit et rebord
incliné vers l'intérieur. Pâte brune. Forme imitée du
type Dragendorff 35. A rapprocher du n° 142, tombe 207.
269. Olpè à panse biconique, pied circulaire, fond
ombiliqué, col étroit à lèvre évasée, anse cannelée.
Cette olpè a subi la crémation.
(5) Gallia, XIX-1961, pi. XXII, p. 136.
(6) Ibid. PL IL — Tombe 37 : plan et coupe. (7) Ibid., pi. XX, p. 133. LA NÉCROPOLE GALLO-ROMAINE DE LA GALADE, A GARASSE 297
2 59 260
PL III. — Mobilier de la tombe 37.
270. Deux petits clous en fer du type « semence de champ, dans le même sens (fig. 2) ; trois tegulae,
tapissier ». brisées et effondrées dans la tombe, consti
271. Vingt et un clous de longueur sensiblement tuaient le couvercle (fig. 3). La sépulture
égale (6 centimètres) à tige carrée et tête plate. mesure intérieurement, au niveau du mobilier 272. Vingt pointes « à fiche », très graciles (leur funéraire, 1 m. 35 sur 0 m. 50 ; profondeur section carrée n'atteint parfois que 1 millimètre de
totale : 0 m. 70. côté) ; la plupart sont coudées ; longueur : 3 centimètres
environ. Sur la tuile centrale du couvercle repose un
273. Fragment d'une épingle argentée. conduit à libations, mutilé dans sa partie 274. Moitié d'un moyen bronze altéré et indé supérieure, formé de deux imbrices juxtaposterminable.
ées (fig. 2), comme à la nécropole de Vintimille, Ce mobilier permet de dater la sépulture de la
seconde moitié du ne siècle. par exemple. Ce conduit ne communiquait pas
Tombes nos 39 el 39 bis. Deux dépôts d'incinération avec l'intérieur de la tombe, car la tuile qui jumelés, à 1 mètre de profondeur, situés en majeure le supportait n'était pas percée. partie sous un mur de « restanque » bordant la nécropole
Dès le début de la fouille, nous avons consau nord. Il a donc été impossible de fouiller ces tombes ;
nous avons seulement recueilli quelques menus tessons taté, mesures à l'appui, que les parois de la
d'olpc et des débris d'une lampe du ne siècle. sépulture étaient bien verticales et les grands
Tombe n° 40 (fouillée et étudiée en coll côtés parallèles entre eux ; ce fait doit être
aboration avec M. l'abbé R. Royer). noté, car la poussée des terres produit toujours
Cette tombe à inhumation, de forme paral- l'effondrement des parois. Nous avons observé,
lélépipédique, est composée d'un coffrage en à l'intérieur de la tombe, la présence d'une
tuiles à rebords. Sur chaque grand côté, deux grande quantité de diverses espèces de petites et la moitié d'une placées de champ, hélix qui s'introduisent toujours dans les
dans le sens de la longueur ; sur chaque petit sépultures avant que la terre n'y pénètre lors
côté, une seule tuile, également posée de de l'effondrement du couvercle ou des parois. G. BÉRARD 298
2*4
PI. IV. — Tombe 38 : plan, coupe et mobilier. LA NÉCROPOLE GALLO-ROMAINE DE LA GALADE, A CABASSE 299
/•*>: V. ; ' ." :1
Fig. 2. — Tombe 40, coffrage en Iegulae et conduit à
libations. Vue prise du sud.
Fig. 1. — Tombe 38.
Par la suite, nous avons trouvé des clous en
fer dans les angles du coffrage en iegulae,
comme on le verra plus loin.
Cette tombe renfermait les restes insigni
fiants d'un enfant de 4 ans environ, la tête Fig. 3. — Tombe 40, couvercle en Iegulae effondré.
à l'est ; ces restes consistaient d'abord en un
crâne trop détérioré pour permettre un examen
Nous avions d'ailleurs observé antérieurement anthropologique valable8 ; sous ce crâne,
que les matières organiques et les ossements quatre clous en fer. Ensuite près du
se décomposaient ordinairement très vite dans vers la gauche, un fragment d'os (clavicule
le sol où se trouve établie la nécropole de la gauche, sans doute), teinté en vert-de-gris par
Calade. un objet en bronze trouvé en contact, fragment
Les restes de cet enfant étaient accompagnés de plaquette indéterminable. Il est probable
d'un intéressant mobilier funéraire (fig. 4). que l'imprégnation de ce fragment osseux par
Près de l'angle n.-o. de la sépulture où se des sels de cuivre ait assuré sa conservation.
trouvaient deux clous, une lampe en céramique,
placée sens dessus-dessous (fig. 7) ; sur cette
(8) Les os de la face sont presque entièrement dissous lampe était posé un clou coudé ; au-dessous
et ceux du crâne réduits à l'épaisseur de la table externe. un clou droit de 6 centimètres de long et un Toutes les dents de lait demeurent en place avec fragment de grosse aiguille en fer ; un autre leurs racines non atrophiées ; les incisives supérieures
clou était fiché en terre, près de l'anse de la et inférieures encore dans leurs alvéoles, sont déjà bien
formées. lampe ; deux anneaux de 35 millimètres de Fig. 4. — Tombe 40, vue de l'ensemble du mobilier, prise du sud. Fig. 5. — Tombe 40 : centre et extrémité orientale.
Le crâne est marqué d'une croix. LA NÉCROPOLE GALLO-ROMAINE DE LA CALADE, A CABASSE 301
î
\ ®
PI. V. — Tombe 40. Perspective cavalière. Plan et clous des angles du coffrage. :
:
:
302 G. BÉRARD
diamètre étaient disposés l'un près du bec de
la lampe, l'autre à peu de distance, vers l'angle
s.-o. Près de la paroi ouest de la tombe, un
fragment de rebord de vase en verre (fîg. 7).
Dans l'angle s.-o., deux clous ont été trouvés
à 0 m. 25 au-dessus du fond de la tombe.
Au milieu de la sépulture, au niveau du
bassin (disparu), deux olpès : l'une contre la
paroi sud, l'autre contre la paroi nord (pi. V,
A et B, et fig. 8, n°s 279, 280). La première
olpè (A) brisée, était entourée de quatre clous
•2SJ ■'-
SL76
Fig. 6. — Tombe 40. N° 275 : lampe ; n° 280 : olpè ; Fig. 7. — Tombe 40, extrémité ouest. N° 275 lampe ;
n° 279 olpè ; n° 283 : clou ayant transpercé l'olpè 277 anneaux en fer. En A, fragment de rebord du vase
279 ; n° 278 balsamaire. Les clous marqués d'une en verre 276. Un clou du cadre en bois est marqué
croix sont fichés en terre. d'une croix.
Description du mobilier (pi. VI). dont trois fichés en terre ; un grand clou de
0 m. 12 de long, de section carrée était engagé 275. Lampe en céramique brune (flg. 10). Forme
Dressel 27 ; bec en forme de cœur ; anse perforée ; dans les débris de cette olpè. La seconde
disque orné d'un dauphin affrontant des vagues ; olpè (B), disposée intacte, était couchée sur rebord décoré d'oves. Sur le fond, estampille illisible. quatre clous. Un balsamaire en verre, à long 276. Vase en verre à parois minces avec six déprescol, très détérioré, avait été placé près de sions, rebord légèrement évasé, pied circulaire ourlé9
l'olpè (A). (flg. 11).
277. Deux anneaux en fer ; diamètre : 35 millimètres. Dans l'angle n.-e. de la tombe, trois clous
278. Balsamaire en verre blanchâtre ; long col en fer : l'un au fond, l'autre à 9 cm. 5, le étroit, panse ovoïde à fond plat, orné de cinq dépressions troisième à 14 centimètres au-dessus. Dans profondes10 (flg. 11).
l'angle s.-e., deux clous au fond. Au-dessus
de cet angle s.-e., hors de la tombe, nous
avons trouvé un autre clou et un fragment de (9) Forme voisine de Morin-Jean n° 73. A rapprocher rebord de vase en verre de même forme que le de l'exemplaire présenté par D. B. Harden, Roman
précédent repéré près de la lampe. glass from Karanis, dans University of Michigan
Studies. Humanistic Series, XLI (1938), pi. XV, Enfin, à gauche du crâne, une olpè couchée n» 391. sur quatre clous (fîg. 5). Près de la mâchoire, (10) Forme voisine de Morin-Jean, flg. 257, p. 194. un vase en verre, brisé ; les deux fragments A rapprocher de D. B. Harden, op. cit., pi. XIX,
de rebord déjà notés lui appartiennent. n° 692. LA NÉCROPOLE GALLO-ROMAINE DE LA CALADE, A CABASSE 303
PL VI. — Mobilier de la tombe 40.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.