La poterie imprimée au battoir en Nouvelle-Calédonie - article ; n°70 ; vol.37, pg 111-118

De
Journal de la Société des océanistes - Année 1981 - Volume 37 - Numéro 70 - Pages 111-118
La poterie imprimée au battoir n'est pas inconnue en Asie du Sud-Est et en Océanie. Cette céramique se rencontre à tous les niveaux de la chronologie de la préhistoire néo-calédonienne. On en trouve dans tous les sites Lapita de Nouvelle-Calédonie mais aussi dans certains sites caractérisés par de la poterie des ensembles culturels mélanésiens. En fait, certaines impressions ont vraiment une valeur décorative tandis que d'autres, laissées sur les poteries, ne sont que les traces d'une technique de fabrication du récipient. Comme le Lapita, certaines poteries étaient de formes carénées et revêtues d'un engobe rouge. Les niveaux archéologiques se rapportant exclusivement à l'imprimé au battoir sont, semble-t-il, relativement récents en Nouvelle-Calédonie. Les potiers lapita ont peut-être amené avec eux cette technique de fabrication ou bien ils l'empruntèrent à d'autres populations déjà présentes sur le territoire. Plus tard, les impressions du battoir seraient devenues une technique décorative, leurs auteurs continuant d'entretenir d'étroites relations avec les potiers lapita. Ces populations auraient pu amener aux Fidji ce type de décor céramique océanien né en Nouvelle-Calédonie.
8 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1981
Lecture(s) : 48
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
Daniel Frimigacci
La poterie imprimée au battoir en Nouvelle-Calédonie
In: Journal de la Société des océanistes. N°70-71, Tome 37, 1981. pp. 111-118.
Résumé
La poterie imprimée au battoir n'est pas inconnue en Asie du Sud-Est et en Océanie. Cette céramique se rencontre à tous les
niveaux de la chronologie de la préhistoire néo-calédonienne. On en trouve dans tous les sites Lapita de Nouvelle-Calédonie
mais aussi dans certains sites caractérisés par de la poterie des ensembles culturels mélanésiens. En fait, certaines impressions
ont vraiment une valeur décorative tandis que d'autres, laissées sur les poteries, ne sont que les traces d'une technique de
fabrication du récipient. Comme le Lapita, certaines poteries étaient de formes carénées et revêtues d'un engobe rouge. Les
niveaux archéologiques se rapportant exclusivement à l'imprimé au battoir sont, semble-t-il, relativement récents en Nouvelle-
Calédonie. Les potiers lapita ont peut-être amené avec eux cette technique de fabrication ou bien ils l'empruntèrent à d'autres
populations déjà présentes sur le territoire. Plus tard, les impressions du battoir seraient devenues une technique décorative,
leurs auteurs continuant d'entretenir d'étroites relations avec les potiers lapita. Ces populations auraient pu amener aux Fidji ce
type de décor céramique océanien né en Nouvelle-Calédonie.
Citer ce document / Cite this document :
Frimigacci Daniel. La poterie imprimée au battoir en Nouvelle-Calédonie. In: Journal de la Société des océanistes. N°70-71,
Tome 37, 1981. pp. 111-118.
doi : 10.3406/jso.1981.3051
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/jso_0300-953X_1981_num_37_70_3051
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.