La représentation des guerriers perses et la notion de Barbare dans la première moitié du Ve siècle - article ; n°2 ; vol.87, pg 579-602

De
Bulletin de correspondance hellénique - Année 1963 - Volume 87 - Numéro 2 - Pages 579-602
24 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1963
Lecture(s) : 59
Nombre de pages : 25
Voir plus Voir moins

Anne Bovon
La représentation des guerriers perses et la notion de Barbare
dans la première moitié du Ve siècle
In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 87, livraison 2, 1963. pp. 579-602.
Citer ce document / Cite this document :
Bovon Anne. La représentation des guerriers perses et la notion de Barbare dans la première moitié du Ve siècle. In: Bulletin de
correspondance hellénique. Volume 87, livraison 2, 1963. pp. 579-602.
doi : 10.3406/bch.1963.5005
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bch_0007-4217_1963_num_87_2_5005ANNE BOVON 579
LA REPRÉSENTATION DES GUERRIERS PERSES
ET LA NOTION DE BARBARE
DANS LA Ire MOITIÉ DU Ve SIÈCLE
Le répertoire des peintres de vases attiques s'est enrichi dans la première
moitié du ve siècle de plusieurs représentations de guerriers perses, sujet
d'actualité qui était bien propre à rencontrer la faveur des Athéniens.
Par elles se trouve éclairée notre compréhension du concept grec de
Barbare (1) dans les années 500-450.
I. ICONOGRAPHIE DES PERSES
15 représentations nous sont connues (2) :
1. Coupe Louvre G 117.
Beazley, ARV 284 : Douris.
Conze, Wiener Vorlegeblalter VII, pi. 3.
Hoppin, A Handbook of Attic Red- figured Vases I, p. 249, 21.
Pfuhl, MuZ I, § 522.
Pottier, Vases antiques du Louvre, 3e série, p. 163, pi. 109 (avec bibliographie antérieure).
I : Un Grec frappe de son épée un guerrier oriental barbu, tombé renversé, la tête en bas.
Le Perse est vêtu d'un justaucorps à manches, serré à la cheville, orné de dessins en zig-zag
et de larges bandes noires ; sa taille est entourée d'une ceinture plissée. Il porte des chausses
pointues et un bonnet à longs pans retombants ; il tient un étendard. 490-480. (Fig. 1).
2. Coupe Oxford 1911. 615.
Beazley, ARV 262 : peintre du Brygos d'Oxford. CVA Oxford, fasc. I, pi. VI, 3-4.
Herford, JHS 1914, p. 108, pi. IX.
Hoppin, Handbook, I, p. 113.
Pfuhl, MuZ III, fig. 434.
(1) Pour une étude d'ensemble de cette question, J. Jiithner, Hellenen und Barbaren, das
Erbe der Alien 1923. Cf. aussi, E. Saglio, Diet. Anliq. I, p. 670 ; S. Mazzarino, L'image des parties
du monde et les rapports entre Orient et Grèce, Ada Ant. Hungarica, 1959, p. 85-101, ; Grecs et
Barbares (Entretiens sur l'Antiquité classique, t. VIII), Genève 1961.
(2) Je remercie Mr P. Devambez pour les photos du n° 6 qu'il m'a aimablement commun
iquées et j'exprime ma reconnaissance à Sir John Beazley qui m'a autorisée à publier le
document n° 8. 580 ANNE BOVON
Fig. 1. — Coupe Louvre G 117.
Fig. 2. — · Coupe Oxford 1911.615. LA REPRÉSENTATION DES GUERRIERS PERSES 581
Fig. 3. — Amphore New- York 061021 117.
A : Combat d'hoplites grecs contre des Orientaux. Ils portent un justaucorps à dessins
variés, que recouvre une cuirasse, des chausses à pointe et un bonnet dont un pan se recourbe
en avant, les autres tombant sur les épaules. Les armes sont l'épée, la lance et un grand
bouclier rectangulaire. Env. 480. (Fig. 2).
3. Amphore New York 061021 117.
Sambon, Coll. Canessa, p. 64, nr. 233, pi. 16.
Schroder, Jdl 1911, p. 285, fig. 4.
Richter and Hall, p. 56, pi. 34 (avec bibliographie antérieure).
Un guerrier oriental est attaqué par deux Grecs armés de lances. Il est vêtu d'un
justaucorps à manches, recouvert d'un chiton sans manches et d'une cuirasse. Il porte des
chausses et un bonnet à pans retombants. Arc dans la main gauche et épée brandie de la
droite. Env. 480. (Fig. 3).
4. Coupe Edimbourg 1887. 213.
Beazley, AR V 244 : peintre de Triptolème.
Hartwig, Griech. Meislerschalen, p. 503, pi. 56, 1 et 55.
I : Un guerrier grec attaque de son épée un Oriental tombé, accroupi sur la jambe dr.
Le vaincu porte un justaucorps à manches et dessins en zig-zag, resserré à la cheville, qu'une
cuirasse recouvre ; il est coiffé d'un bonnet à pans retombants ; armé d'un arc, il brandit
une épée par-dessus sa tête.
A-B : Combat d'Orientaux à cheval et à pied contre des hoplites grecs. Env. 480. (Fig. 4). 582 ANNE BOVON
5. Coupe Tubingen E 25, fragment.
Watzinger, Griech. Vasen in Tubingen, p. 37, pi. 20.
Fragment d'un guerrier oriental barbu, agenouillé au sol et se retournant, les bras tendus
en avant. Il porte un justaucorps à manches, motifs circulaires et bande noire, des chausses
et un bonnet à pans retombants ; un arc est à côté de lui. 480-470. (Fig. 5).
6. Alabastre Louvre CA 1682.
Beazley, AHV 202 : Groupe de l'alabastre « des nègres ».
Sur chaque face, un guerrier oriental à justaucorps et bonnet à pans retombants, portant
l'un un arc, l'autre une épée arrondie. 480-470. (Fig. 6 et 6 bis).
Fig. 4. — Coupe Edimbourg 1887. 213. Fig. 5. — Coupe Tubingen E 25.
7. Coupe Basseggio (Rome).
Beazley, ABV 274 : peintre de la Gigantomachie de Paris.
Gerhard, Auserlesene Vasenbilder III, p. 50, pi. 166.
I : Un guerrier grec attaque un Oriental, déjà tombé ; le vaincu porte un justaucorps
surmonté d'un chiton court, flottant, un bonnet à pans, un arc et une courte épée qu'il
brandit contre son adversaire.
A : Combat de 3 hoplites grecs contre 3 Orientaux dont l'un est déjà tué et les deux
autres sont attaqués de dos.
Β : Combat de 2 Grecs contre 3 Orientaux armés soit d'une épée courte et d'un arc, soit
d'un arc et d'une hache. Env. 470. (Fig. 7).
8. Coupe Oxford, Beazley, fragment.
Beazley, ARV 546 : peintre de Stieglitz.
I : Orientaux avec phiale et rhyton.
A : Guerriers grecs et Orientaux portant un justaucorps et un bonnet à pans retombants.
Env. 470. (Fig. 8). ' .
9. Cratère Londres E 812,2, fragment.
Beazley, ARV 392 : peintre d'Héphaistos.
Smith, Cat. of the Greek and Etruscan Vases in the British Museum III, p. 384.
Fragment d'un guerrier oriental, de profil, le bras droit levé, portant une arme. Inscr.
APTOBA. Env. 470. (Fig. 9). LA REPRÉSENTATION DES GUERRIERS PERSES 583
Fig. 6. — Alabastre Louvre CA 1682 Fig. 6 bis. — Alabastre Louvre CA 1682
(Face A). (Face B). 584 ANNE BOVON
Fig. 7. — Coupe Basseggio (Rome).
10. Amphore Berlin 2331.
Beazley, ARV 437 : peintre d'Oionoklès.
Gow, Notes on the Persae, JHS 1928, p. 149, fig. β.
Schroder, Jdl 1911, p. 283, fig. 2.
A : Un guerrier grec s'avance vers la droite, armé d'une lance.
Β : Un oriental se précipite vers la gauche. Vêtu d'un justaucorps, d'une courte
tunique sans manches et d'une cuirasse, de chausses et du bonnet à pans, il brandit une hache
de la droite et tient un bouclier semi-circulaire et un arc dans la gauche ; un carquois est
suspendu à son côté gauche. Env. 460. (Fig. 10). LA REPRÉSENTATION DES GUERRIERS PERSES 585
11. Lécythe Cabinet des Médailles 496 bis.
Beazley, ARV 507 : Atelier du peintre de Tymbos.
De Ridder, Catalogue des vases peints de la Bibliothèque nationale, nr. 496 bis.
Pottier, Gazette Archéologique 1885, pi. 32, 1.
Schroder, Jdl 1911, p. 281.
Un guerrier oriental barbu s'avance vers la droite, en retournant la tête ; il est vêtu
d'un pantalon et d'une tunique flottante à manches et dessins variés, et du bonnet à pans
retombants ; il porte un arc dans la main gauche ; la droite, vide, est tendue en avant.
Env. 460. (Fig. 11).
Fig. 8. — Coupe Oxford, Beazley. Fig. 9. — Cratère Londres, Ε 812, 2.
12. Lécythe Tanagra.
Conze, Die attischen Grabreliefs II, nr. 1148.
Savignoni, AM 1898, p. 404.
Schroder, Jdl 1911, p. 284, flg. 3.
Un guerrier oriental barbu s'avance vers la droite, vêtu d'un justaucorps, d'un chiton
mi-long, de chausses et d'un bonnet à pans retombants. Dans la main gauche, un arc et
un petit bouclier semi-circulaire ; un carquois est pendu à la taille. Env. 460. (Fig. 12).
13. Oenochoé Boston 13. 196.
Beazley, ARV 409 : peintre de Chicago.
Caskey and Beazley, Attic Vase Paintings in the Museum of Fine Arts in Boston, p. 39,
pi. 18, 41.
Un jeune Grec s'avance vers la droite, brandissant sa lance contre un Perse barbu,
qui se défend avec son épée, et porte un arc de la main gauche, abaissée. Env. 460. (Fig. 13).
14. Skyphos Berlin 3156.
Arch. Anz. 1889, p. 92.
Gow, Notes on the Persae, JHS 1928, p. 153, flg. 9.
Greifenhagen, CVA Berlin, fasc. 3, pi. 141, 2, 5, 6.
Schroder, Jdl 1911, p. 287, flg. 5.
A : Un guerrier oriental barbu s'appuye contre un rocher, la jambe droite repliée. Il est
vêtu d'un justaucorps à manches et dessins en zig-zag, resserré à la cheville. Il porte des
chausses pointues et un bonnet dont un pan est rabattu sur le sommet de la tête, les autres
sous le menton. Il tend le bras droit vers un grand bouclier rectangulaire.
Β : Un Oriental s'avance vers la gauche, vêtu d'un justaucorps et d'un himation drapé ;
il tient un sceptre. Env. 450. (Fig. 14).
18 586 ANNE BOVON
Fig. 10. — Amphore Berlin 2331. LA REPRÉSENTATION DES GUERRIERS PERSES 587
15. Fragments Florence, Coll. Campana.
Beazley, Campana Fragments in Florence,
nrs 10, 15, 16, pi. 14.
D. Levi, CVA, Fasc. 1, III, 1, pi. 14,223.
Un fragment représente la tête d'un
Perse barbu, couverte d'un capuchon.
Les autres fragments montrent deux
guerriers vêtus d'un justaucorps à dessins
en zig-zag, portant l'un une lance, l'autre
une hache. Env. 450. (Fig. 15).
Ces représentations forment
une série continue, qui procède
d'une inspiration commune. Quand
les artistes des années 500-450
eurent l'idée de s'inspirer de
personnages réels et peut-être
d'événements vécus, ils pouvaient
puiser à deux sources :
1° les peintures de vases du
vie s. qui fournissaient un répertoire
varié de représentations de non-
Grecs ; l'archaïsme avait élaboré
des types d'archers ou d'Amazones
dont plusieurs éléments pouvaient
être utilisés dans des peintures de
Perses ;
2° des modèles perses, connus
soit directement par la vue des
guerriers orientaux dès 490 ou
l'exposition dans les sanctuaires
grecs de «prises» ennemies (1),
soit par l'intermédiaire de l'art
perse. Faire la part de ces deux
sources d'inspiration permettra de
comprendre la genèse de nos
représentations et d'en apprécier la
valeur réaliste. Fig. 11. — Lécythe Cabinet des Médailles
496 bis.
1. Influence du répertoire archaïque.
Le motif du guerrier archer (2), vêtu d'un justaucorps apparaît pour
la première fois sur un fragment clazoménien daté de la première moitié
(1) Ainsi la cuirasse de Masistios et l'épée de Mardonios consacrées sur l'Acropole après
Platées {Paus. I, 27, 1) ; les arcs offerts à Athéna {Anlh. Pal., VI, 2) ; le casque oriental dédié
à Olympie par les Athéniens {Olympia-Bericht, VII, p. 129, pi. 56-57). Pour les offrandes de
l'Acropole, cf. D. Thompson, The Persian Spoils in Athens, Studies H. Goldman, 1956, p. 281.
(2) Cf. Ε. Bulanda, Bogen und Pfeil bei den Vôlkern des Altertums, et sur la question de
l'origine du motif, A. Plassart, Les archers d'Athènes, REG 1913, p. 151.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.