Le cadastre de Larissa - article ; n°1 ; vol.98, pg 247-262

De
Bulletin de correspondance hellénique - Année 1974 - Volume 98 - Numéro 1 - Pages 247-262
16 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1974
Lecture(s) : 30
Nombre de pages : 17
Voir plus Voir moins

François Salviat
Claude Vatin
Le cadastre de Larissa
In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 98, livraison 1, 1974. pp. 247-262.
Citer ce document / Cite this document :
Salviat François, Vatin Claude. Le cadastre de Larissa. In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 98, livraison 1, 1974.
pp. 247-262.
doi : 10.3406/bch.1974.2104
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bch_0007-4217_1974_num_98_1_2104LE CADASTRE DE LARISSA
l'adjectif exprimée d'autres la et, du à un où d'inscriptions nous forme l'on à 11e Nous recensement ce siècle intéresser trouve titre, documents, à patronymique, : avons l'accusatif, ce av. il de sont des peut J.-G. été de cette à articles plusieurs être une terrains auxquels conduits, Le en cité, classé du plèthres série texte successifs qui propriétaire sacrés, fragments courte, à il qui datent en part; peut ou étudiant a sous-multiples où indiquant mais fait être toutes ou interviennent de l'objet il comparé de homogène catalogues entre une de l'occupant, le la de nom, inscription dans du fin très nos plèthre, du et des le au fonciers directement commentaires même très puis 111e nominatif, hiéromnémons, d'échelonnede ou particulière, la dossier larisséens, superficie du Larissa1, début avec pour que est
ment décimal (nsXeSpata, xa7têoXaia), des terres détenues2. Dans l'état
actuel des découvertes, nous disposons de plusieurs documents fragment
aires, formant un groupe très cohérent. Nous voudrions ici faire connaître
les réflexions provisoires que nous avons faites à leur sujet.
Voici d'abord le point des connaissances concernant ces textes.
a) Stèle inédite, trouvée à Giannouli, à 4 km de Larissa, actuellement exposée
au Musée de Larissa. Signalée par P. R. Franke, Arch. Anz. 71 (1956, paru en 1958)
col. 191-192 et fig. 2. Cf. J. et L. Robert, REG 1959, p. 201, Bull. 223; Fr. Salviat
et Cl. Vatin, Inscriptions de Grèce centrale (1971), p. 19-20 et note 20 (d'où J. et
L. Robert, REG 1972, p. 411 Bull. 235). Y. Béquignon nous a obligeamment
communiqué une photographie du texte. Nous reproduisons ici fig. 1 la photo
graphie partielle publiée par Franke, Arch. Anz., loc. cit., qui donne la partie
gauche des 11 premières lignes (il manque à droite de 5 à 10 lettres suivant les
lignes), permettant de juger du style de la gravure et, dans une certaine mesure,
du contenu même. La stèle, brisée en haut et en bas, est d'assez grandes dimensions
(hauteur conservée : 1,07 m ; largeur : 0,52 m ; épaisseur : 0,10 à 0,13 m) et elle
était gravée au revers. Sur le côté le mieux conservé on compte 54 lignes inscrites ;
le revers, très effacé, portait, ainsi que Га indiqué Franke, un texte de même
nature.
(1) Fr. Salviat et Cl. Vatin, Inscriptions de Grèce centrale (1971), p. 1 sqq. ; voir également
sur ce texte Br. Helly, Mnemosyne, Série IV, vol. 23 (1970), p. 250-296.
(2) Voir sur ce système Fr. Salviat et Cl. Vatin, op. cit., p. 19 et p. 34, avec la bibliographie. 248 FRANÇOIS SALVIAT ET CLAUDE VATIN ÍBCH 98
Fig. 1. — La stèle a, partie supérieure, d'après AA 1956, col. 191-192.
Ce document est manifestement de la même série que b et c; certains
noms y apparaissent, qui se retrouvent sur le fragment c3 (il ne semble
pas cependant qu'un raccord matériel soit possible). Il est le plus intéressant
de cette série, à cause de sa meilleure conservation. On y trouve — ce qui
n'apparaît pas en b et с — des noms de lieu, précédant les articles d'invent
aire, qui montrent bien qu'il s'agit d'un recensement topographique
méthodique; on y rencontre même, en rapport avec un ensemble d'articles,
un total récapitulatif de superficies. Enfin, l'indication de terrains relativ
ement vastes, de surface assez régulière, suggère un découpage simple du
sol thessalien en campagne ouverte. Sur les dix parcelles qui apparaissent
dans les 11 premières lignes (fig. 1), neuf sont en effet définies par un
nombre exact de, plèthres. (successivement 100, 250, 50, 100, 50, 50, 132,
50, 16), et l'on voit que l'on retrouve quatre fois le nombre cinquante, et
des multiples ou des fractions simples de cinquante. Le fait que ce texte
soit assez étendu (on n'oubliera pas que la stèle est opisthographe) et
l'existence d'autres fragments du même groupe permettent enfin de
supposer que le cadastre concernait la plus grande partie, sinon la totalité
du territoire civique.
b) IG IX, 2, 1014 = Arch. Eph. 1901, 135, 13 ; cité par Axenidis, Platon II
(1950), p. 74 ; par J. et L. Robert, et rapproché des fragments a et c, BEG 1951,
p. 168-169, Bull. 125 ; BEG 1958, p. 177, Bull. 7 ; BEG 1959, p. 201, Bull. 223 ;
(3) Voir le tableau ci-dessous, p. 253. LE CADASTRE DE LARISSA 249 1974]
par J. Pouilloux, et rapproché de с, ВС H 79 (1955), p. 456 et note 6 ; cité par
Br. Helly, Mnemosyne IV, 23 (1970), p. 288 ; cf. Salviat-Vatin, Inscriptions de Grèce
centrale, p. 19, note 9. "
Nous reproduisons ici l'édition des Inscrîptiones Graecae :
1014 Lapis subcaeruleus, a. 0,20, 1. 0,13. Larisae in museo. Ed. Zekidis
'ЕФ. 'APX, 1901, 135, 13.
01 - -01
. . . È0PAIASNEM [. ПЕЛ]Е0РА1АС NEM.
. . "АПЕЛЕ9РА1АЕ ...A ÏIEAE0PAÎAC
. . AIKATIENNE/. ..A ÏKATT'ENNÉ[A.]
5HAIKAIOSKP 5S AÍKAIOC KP
T E M П E S ТЕМПЕС[1 ]
..TPASA . . ТРАСА
M M- - - -
Lapidem fragmentům esse iudicii n. 521 suspicatur Hiller. || Vs. 2. 3
- nEAE0PAÍAG cum numero (velut AEKAIIEAE0PAÍAC) compositum. 6 || TÉM-
ПЕС[1 -]. 6. 7 [-KEIAÉ3TPAC.
Voici la copie que l'on peut donner maintenant du texte :
[... ...7céÀe]8p[... ...]
[Nom+adj. pair. 7céXe9pa..., 7reX]£Gpataç 7cé(x[u£... ...]
[Nom-\-adj. 7геЛе6рос...]та, 7ceXe8pataç [... ...]
4 [Nom-\-adf. pair. 7céXs6p]oc ty.of.xi èvvé[<x... ...]
[... ...]ç ДЬсаюс Kp[... ...]
[... ... 7i£Xs6pataç]7ré{i,7rs * S[....+ad/. pair.... ...]
[... ... 7геХевра. ..]тра ' 2a[...+ad/. ...]
8 [... ...](x[... ...]
Les restitutions sont celles qui ont été proposées par J. et L. Robert,
REG 1951, après la publication par Axenidis des fragments c. L. 3 :
ет]та ? ( J. et L. Robert) ne s'impose pas. L. 5 : peut-être « un sigma, plutôt
que Щ, » ( J. et L. Robert). Sept parcelles différentes étaient ici recensées.
c) Deux fragments, publiés par Th. O. Axenidis, Platon II 1950, p. 68-69 et
photo pi. 4 et pi. 5 (cf. J. et L. Robert, A£G1951, p. 168-169, Bull. 125 ; BEG
1959, p. 201, Bull. 223) ; ils ont été reproduits dans le SEG XIII (1956) sous les
numéros 394 et 395 (cf. BEG 1958, p. 177, Bull. 7). Ils ont été rapprochés maté
riellement l'un de l'autre par, J. Pouilloux, BCH 79 (1955), p. 456, note 6 et fig. 6,
p. 458 (cf. BEG 1956, p. 133, Bull. 138). Ils sont cités par Me Devitt, Inscriptions
from Thessaly (1970), p. 46-47, n<* 339 et 340, Br. Helly, Mnemosyne IV, 23 (1970),
p. 288, note 1 et p. 290, note 3, et par nous-mêmes, Inscriptions de Grèce centrale,
p. 19, note 9. Il nous a semblé opportun d'en donner une nouvelle copie avec une 250 FRANÇOIS SALVIAT ET CLAUDE VATIN ÍBCH 98
Fig. 2. — La stèle b. LE CADASTRE DE LARISSA 251 1974]
numérotation continue des lignes. Notre texte est, en substance, celui de l'édition
d'Axenidis tel qu'il a été reproduit dans le SEG ; nous n'avons pas revu les pierres.
Mais nous avons confronté attentivement le texte de cette édition avec la photo
graphie donnée par J. Pouilloux, ce qui nous a amenés à proposer quelques
corrections. Dans la note qui suit, l'éditeur est désigné par la lettre A.
.oç тсеХебра svvéa, TceXe[6paiaç.... xaTcêoXaiaç ]
0ouv 'AyaGafxopetoç 7геХг6ра[..., тсеХебраьас.. . ,"... Nom.]
[,]ioç Mva<Ti(jtaj££ioç <рратрис[а 7céXs0pa..., TceXeôpaiàç тсет-]
4 тарас, хатсбоХаьас тсеттара[с. Nom.-\-adj. pair. тсеХгбра...]
7tsXe6[p]ataç тсе[лтсе. vac. 'AvTiY[... + ad/. pair. тсгХебра тсгт-]
тара, TceXe^piaïov sv, хатсбоХа[Час.... Nom.-\-adj. pair.]
тсе[Хг]6ра <s>vvsa, TceXeôpiataç 7c[.... pair, тсе-]
* A\yzi\xú.yzioc, тсеХебра..* Kpa-] 8 Xs0p[a] тсеттара. vac. KpaTtSaç
TtSaç 'AvTifAa^eioc тсеХгбра[..., TceXeôpiaiaç..., хате-]
6oXaiaç ë£e. vac. Fevvaloc S<t>y.(jt.ta[ioç 7téXs0pa..., TcsXs0piaiaç...]
MeXtvvoi) Auernncsia 7téXe0pa т[ра?. Nom.-\-adj. pair, izekt-]
12 0ра тра, TceXs0ptaiaç тсе(лтс£, xa[7rêoXataç... Nom. -{-adj. pair.]
oç TcéXs0pa Séxa sv, TcsXs0pi.aiaç [..., xarcêoXaiaç ]
рета KXeo(Jt.axi8aía 7téXs0pa 8é[xa... Nom.-\-adj. pair.]
7téXe0pa TcéfATcs, TceXsOpiataç тгк\х\пг. pair, rcé-]
16 Xs0pa тра. vac. KottIç NixoxpaTeta Tcé[Xs0pa..., 7tsXs0ptataç..., хате-]
êoXaiaç ë^s. vac. 'AcrTOfxa/a Nixouv[... тсеХе0ра..., 7rsXs0ptataç тсет-]
тарас, хатсбоХаьас г^г. vac. Эео^отос [-\-adj. pair. 7téXs0pa...]
Лист(П(хаха Eùp[..., 7céXs0pa..., тсгХгОраСас..., хатеео-]
20 Xataç 8úo . \Nom.-\-adj. pair. TcsXs0pa..., TCsXsOpaiaç..., хате-]
[êoXataç ]ЛЕТР[ , TcsXsGpa..., TceXeOpataç тсетт-]
apaç. vac. ÀajjiaivéTa 'AXeuaía 7tiX[s0pa..., тсгХгбраьас..., хатсбоХаь-]
aç èvvéa. vac. Aa[jiaivéTa vac. 'AXsuaía тсг[Х£0ра..., TcsXeOpataç..., хатсео-]
24 Xataç етта. vac. XaLpt,[xsv£tç 'А<ттохрате1[ос тсеХевра..., тсеХгбраоас]
тсеттарас. vac. SouiSaç Пьбоиугюс тсеХгвра[.... N от. + adj. pair. тсеХе-]
0ра тра, TteXeôpataç тресс. vac. 'AvOpoUTCtvoç [-{-adj. pair. тсеХебра..., tcs-]
XsOpataç тсе[л[тс]е, хатсбоХаьас Tps[T|ç. vac. Ntx[.. -{-adj. pair. тсеХебра Ss-]
28 xa 8úa, тсеХгвраьас етта, хатс6оХаьа\» ta[v. Nom.-\-adj. pair, si-]
ос тсеХебра тра, TcsXsÔpaiaç ттеттарас, [хатсбоХаьас ]
Xejxoç Neoarffstoç [тс]еХе0ра тра, TC£Xs6pa[iaç.... Nom.-\-adj. pair.]
TcéXsOpa тра, TcsXeôpaiaç тсеттарас, [хатсбоХаьас.... iVom.+'E-]
32 Tctyévsioç тсеХевра Séxa. vac. Ейстт[рать8ас IluOouvSaioç тсеХебра...]
[Tce]Xe6paiaç тсе(хтсе, хатсбоХаьас о[тто. Nom. -{-adj. pair.]
[тсеХевра.... Еи](т[т]р,ат18ас II[uôouv8aioç тсеХебра...]
Note critique. J. Pouilloux a justement noté l'alternance orthographique
TceXeôpataç-TceXeepiaiaç. L. 5. TteXe6[pia]iaç A. 'AvtÎy[ovoç] A. L. 7. Tcfépce] A.
L. 10. S<i>{x(jt.ia[toç] : la lecture est très incertaine ; dans le doute nous conservons
la leçon de A, en rétablissant l'adjectif patronymique. L. 13-14. [КХеа]рета А.
L. 19. ApetTCTÎSaç Eup[o8a^avTOç] A. La première lettre peut être A ou A; la 252 FRANÇOIS SALVIAT ET CLAUDE VATIN [BCH 98
seconde est difficilement identifiable, la troisième certainement S, la cinquième
est de lecture malaisée mais ce qui a été pris pour 1Д est un M légèrement asy
métrique ; le S final de ApscraiSaç est en réalité un X et il est suivi d'un A. L. 21.
A avait lu BOA à la limite de la cassure du premier fragment ; la photo donne
à penser qu'un éclat de pierre a ici disparu. Plus loin, on lit ЛЕТР (['AXJsuaia A).
Il n'est pas possible de restituer le nom de Damaineta Aleuaia ; mais peut-être
s'agit-il d'une femme (on pourrait songer à Lysimacha (?), nommée ligne 19).
L. 21-22 [7сетт|а]рас A. L. 24 Naipijjiévsiç S EG ; mais la correction a été faite
par A, Platon II, p. 157. L. 27 Nix[o<7TpaTsiç] A. L. 27-28 [7геХг8]|ра [тр]а А.
L. 29-30 [Nso7cto ?]Xe[xoç A. L. 32 et 34 : l'adjectif patronymique est restitué
d'après la stèle a, 1. 39, où l'on retrouve le même personnage.
Ecriture. L'écriture de ce texte est très comparable à celle du texte gravé sur
la stèle a : pi équilibré, alpha à barre horizontale droite, sigma à barres extrêmes
parallèles. J. Pouilloux a proposé de dater la stèle de la première moitié du
ine siècle av. J.-G. ; Franke suggérait le ше siècle pour la stèle a.
Prosopo graphie. J. Pouilloux a rapproché [. . . ]рета KXsofAaxtSaía (lignes 13-14)
de KXso[xaxiSaç, stratège en 180-179 av. J.-C, et il a groupé les noms des membres
de cette famille, BCH 79 (1955), pp. 456-457. Peut-être faut-il restituer, lignes 1-3,
[Петр|а]1,ос Mv7)C7t(xaxsioç et reconnaître un personnage, donateur dans SEG
XIII 393, qui fut ambassadeur auprès de Philippe V (cf. J. et L. Robert, REG
1951, p. 168, Bull. 125). Дацап^та 'АХгооаа (lignes 22-23) dont le nom se
rencontre aussi sur la stèle a, aux lignes 39 et 48 peut être rapprochée d'un
'AXsuocç gymnasiarque, dans la première lettre de Philippe V, IG IX, 2, 517, 1. 2.
Le tableau de la page 253 résume les indications fournies par l'inscription.
Le nom des femmes propriétaires ou occupantes est indiqué dans ce tableau
en italiques; on voit qu'elles sont en proportion importante. L'ordre suivi
est topographique; et si les parcelles des groupes 8 et 9, 23 et 24, qui
relèvent du même titulaire, sont distinguées, c'est sans doute que ces
terrains, tout en étant voisins, étaient individualisés, c'est-à-dire séparés
par un chemin, un fossé, ou toute autre limite. Les parcelles de cette liste,
enfin, sont, autant que l'on peut en juger, réduites : et c'est sans doute
la raison pour laquelle on a relevé les surfaces avec plus de précision que
sur la liste a : sur 14 parcelles assez bien connues, 6 sont de superficie
égale à trois plèthres ou située entre trois et quatre plèthres; la plus vaste
est de 12,71 plèthres; ce qui correspond à des pièces de terre de 2 700 m2
à 11500 m2.
A la ligne 3, avant la contenance du terrain, on trouve l'indication
9ратр1х[а]. On a signalé l'intérêt institutionnel de cette mention4. Elle
signifie vraisemblablement que le fils de Mnesimachos était l'occupant
ou l'usager d'un terrain appartenant en fait à une communauté phratriale.
(4) Voir Salviat-Vatin, Inscriptions de Grèce centrale, p. 26 et note 28 ; J. et L. Robert,
REG 1951, p. 169 Bull. 125. .
LE CADASTRE DE LARISSA 253 1974]
Ordre des Référence Surface en
Occupant Observations parcelles aux lignes plèthres
1 1 9,. .
2 2 ...thon Agathamoreios
3 3 Petraios (?) Mnasimacheios ..,44 bien de phratrie
__ 4 4 ..,50
5 5 4,1. Antig
— . 6 6 9,40 ou 9,50
7 7 4,00
8 8 Cratidas Antimacheios
9 9 Gratidas ..,.6
10 10 Gennaios Simmiaios
11 11 Melinno Lysippeia 3 ou 4
12 11 3,5.
. . 13 12 11,. .
14 14 ...reta Cleomachidaia 10 ou plus
15 14 ..,55
16 15 3,00
17 16 Cottis Nicrocrateia ..,.6
18 17 Astomacha Nicon... ..,46
19 18 Theozotos...
20 19 ..,.2 Lysimacha (?) Eur...
__ 21 20 . . . .
_ 22 21 ..,40
23 22 Damaineta Aleuaia ..,.9 Damaineta
raît stèle a, 1. 39 et
1. 48
24 23 Damaineta Aleuaia ..,.7 Damaineta
raît stèle a, 1. 39 et
1. 48
25 24 Chairimenes Astocrateios ..,40
26 25 Souidas Pithoneios
. . — 27 25 ..,33
28 26 ..,53 Anthropinos...
29 27 Nie 12,71
30 28-29 eios 3,4.
31 29-30 ...lemos Neossaios 3,..
32 30 3,4.
33 31-32 ... Epigeneios 10,00
34 32 Eustratidas Pythondaios . .,58 reparaît stèle a,
1. 40
. 35 33
36 34 Eustratidas Pythondaios reparaît stèle a,
1. 40 254 FRANÇOIS SALVIAT ET CLAUDE VATIN [BCH 98
Ces documents ont été interprétés jusqu'à maintenant de manière
incertaine et précaire : « fragmentům judicii », à rapprocher de IG IX 2,
520 pour le morceau b (éditeurs des IG) ; « catalogue de donations de
terrains » pour le groupe b et с (Axenidis : donation à Apollon Kerdoïos ;
J. et L. Robert : donations pour un usage public; et, à partir de là,
Pouilloux, Woodhead, Mac Davitt, Helly); et pour a, distribution de
terres (Landzuteilung : Franke). Il s'agit en fait d'un recensement cadastral,
d'un bilan général de la propriété foncière larisséenne, effectué à un
moment où une mise au point est apparue nécessaire.
Ce n'est pas en effet un partage nouveau, mais un état de l'occupation
des sols. Beaucoup de parcelles sont inscrites au nom de femmes, ce qui
ne pourrait être le cas pour une première division; il y a des champs de
superficie faible, et un morcellement qui ne peut s'expliquer que par des
legs et des transferts.
On ne connaît pas de cadastre en Grèce, avant celui qui fut en rapport
avec la capitation du Bas-Empire, et dont l'épigraphie a révélé plusieurs
éléments dans des cités diverses5. Les documents actuels laissent cependant
supposer l'existence de « livres fonciers », comme ils évoquent l'activité de
géomètres, de topographes, d'arpenteurs spécialisés dans le bornage et
dans la vérification des limites agraires6. Les fragments de Larissa appar
tiennent en fait à un document de type non point inattendu, mais très
original.
L'établissement de ce cadastre n'est-il pas une mesure de circonstance?
L'inventaire des terrains sacrés que nous avons commenté est manifeste
ment de même époque, et il fait sans doute partie de la même entreprise
de recensement foncier que les documents a, b et с : or, il intervient à une
période où des empiétements ont eu lieu, et des destructions7. Br. Helly
s'est demandé s'il n'y aurait pas de rapport « entre cet inventaire, cette
remise en ordre, et la fin de la deuxième guerre de Macédoine ». Nous avons
proposé de le situer un peu plus haut dans le temps, dans la période suivant
les guerres de 219, qui furent certainement pour Larissa la cause de graves
dommages.
On sait que toute cette période fut agitée politiquement, et que sévissait,
en Thessalie comme ailleurs en Grèce centrale, un lourd malaise social.
(5) Voir A. H. M. Jones, JRS 47 (1957), p. 89 sqq., avec les références antérieures, et en
dernier lieu, pour Lesbos, S. Charitonidis, Les inscriptions de Lesbos, Complément, n° 17 (J. et
L. Robert, RE G 1970, p. 422, Bull. 422). Sur les problèmes cadastraux en Grèce, voir P. Guiraud,
La propriété foncière en Grèce jusqu'à la conquête romaine (Paris, 1893), p. 299.
(6) Voir D. Asheri. Distribuzioni di terre nelVantica Grecia (Memoria dell'Accademia délie
Scienze di Torino, 1966), p. 5 note 1, p. 7 note 1 et p. 9 note 4. Sur les ópuroxí, voir P. Guiraud,
La propriété foncière en Grèce..., p. 186 ; textes épigraphiques : Sylloge9 93, 1. 7 ; IOSPE Is 403
et 407 ; tables d'Héraclée, IG XIV, 645, 1. 8.
(7) Salviat-Vatin, Inscriptions de Grèce centrale, p. 15 et pp. 21-22. Sur les occupations
illicites de domaines sacrés et les remises en ordre, voir P. Guiraud, La propriété foncière...,
p. 378-380 ; Inscriptions juridiques grecques I, p. 224 (commentaire des tables d'Héraclée) et
p. 260. LE CADASTRE DE LARISSA 255 1974]
Philippe V, dans deux lettres aux Larisséens, déplore le manque d'hommes
à la suite des guerres, et l'état d'abandon des terres, et préconise pour y
remédier l'inscription de nouveaux citoyens en commençant par les
métèques. Voici les termes de la décision royale et ses motifs :
êtùç av o3v xal ете|роис l7Civo^oto(i,sv á^íouc tou 7rap'
èm tou TOxpóvToc xpívto <j>Y)<pí<yaa6ai ufAÔcç бпыс тоьс xaTot|xoucitv тохр' úfuv
©ecroraXcûv 7) tcov áXXwv 'EXXtjvcov 8o9î)i 7ToXiTeía " toutou yàp cruvTeXsaOsvTOç
xal (TUV(Ji,siváv|T<ov 7rávT6)v Stà та ■ <ptXáv6p(O7ca 7CÉ7reiar(xat етера те 7uo[X]Xà t<ov
ёаесгбои xal s[aoI xal tyji 7róXei xal tyjv | x^Pav [^ScXXov е
(première lettre, 217 av. J.-C). Devant les réticences et la mauvaise
volonté des Larisséens dans l'application de ces instructions, Philippe V
insiste sur ses raisons :
бть yàp 7távTO)v xáXXiCTTÓv ècmv coç teXsicttîùv (/.ets/Óvtcov той 7гоХьт£и[хатос
I TTQV те 7tóXiv iaybzw xal tyjv x^Pav ph ^сттсер vuv ab/puç xsPcr£^£<:T^(Xlí vo(jÚCg>
(xèv oùS' û[xc5v oùOéva àv áv|T£t7retv.
(deuxième lettre, 215 av. J.-C.)8. Les finances de la cité sont alors en
mauvais point ; pour la réparation du gymnase, l'argent public fait défaut,
et l'on doit faire appel à une liste de souscripteurs, au nombre desquels
on trouve — ce qui situe bien le document dans le temps — Philippe V
lui-même et son fils Persée9. Au témoignage de Diodore et de Tite-Live,
Larissa connaît ensuite des troubles, dont Eumène et la propagande
romaine auraient voulu rendre Persée responsable, l'accusant d'avoir
tourné contre l'aristocratie la rancœur des débiteurs dans la gêne : le
problème ne fut résolu que par un verdict d'Appius Claudius Pulcher,
mandaté par le Sénat romain10.
L'inventaire des terres sacrées et le cadastre dont nous avons des
fragments ont été dressés dans ce climat de difficultés économiques et
sociales; et il est possible qu'ils aient été établis dans un but d'assainisse
ment. Il s'agit d'un bilan, non d'un partage : les notables de Larissa, qui
répugnèrent aux inscriptions de citoyens demandées par Philippe11, ne
(8) IG IX 2, 517 (= Sylloge* 543 ; Buck, The Greek Dialects, n» 32) 1. 6 à 9 et 1. 29-31. Sur
la date des lettres, voir Chr. Habicht dans Ancient Macedonia (1970), p. 273-278.
(9) SE G XIII, 390 et 393 : décret fragmentaire et liste de donateurs gravés sur les métopes
successives d'une frise dorique. Le lien entre le décret et la liste nous semble indiscutable.
(10) Les sources sont les textes de Diodore, XXIX, 33, et de Tite-Live, XLVII, 5, 7-10.
Voir D. Asheri, Leggi greche sul problema dei debiti (Pise, 1969), p. 65 à 67.
(11) Cf. la deuxième lettre, 1. 26 sqq. : 7cuv8ávofzai toùç 7соХ1тоура<р7]6еутас хата | tíjv
7tap' е(лои елгатоХ-íjv xal тб фтдею^а то úfiéTepov xat avaypaçévTaç eîç тас о-r^Xaç èxxsxoXa<p6ai.
Voir le commentaire de ce passage par M. Feyel, Polgbe et l'histoire de la Béotie au IIIe siècle
(1942), p. 293.4Jn document intéressant qui illustre le conservatisme des Thessaliens au шв siècle
av. J.-C. est la convention des Basaidai de Metropolis publiée par Br. Helly, BCH 94 (1970),
p. 161 sqq. Les Basaidai s'engagent mutuellement sous peine d'une amende d'un talent d'argent
à n'accorder à aucune personne extérieure ПаотцхЕа et l'accès aux fonctions de tage (тауа),
c'est-à-dire les avantages complets de la citoyenneté.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.