Le dépôt de Challans (Vendée) - article ; n°10 ; vol.87, pg 396-418

De
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 1990 - Volume 87 - Numéro 10 - Pages 396-418
RESUME Avant tout connu pour son épée en bronze de type proto-hallstattien et sa broche à rôtir articulée, le dépôt découvert en 1956 au champ de la Villate, commune de Chah1 ans (Vendée) n'a jamais fait l'objet d'une publication exhaustive. Constitué de 298 pièces, il s'agit de l'ensemble relevant du complexe de l'épée en langue de carpe le plus important du Poitou.
23 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 1990
Lecture(s) : 29
Nombre de pages : 23
Voir plus Voir moins

Antoine Verney
Le dépôt de Challans (Vendée)
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1990, tome 87, N. 10-12. pp. 396-418.
Résumé
RESUME Avant tout connu pour son épée en bronze de type proto-hallstattien et sa broche à rôtir articulée, le dépôt découvert
en 1956 au champ de la Villate, commune de Chah1 ans (Vendée) n'a jamais fait l'objet d'une publication exhaustive. Constitué
de 298 pièces, il s'agit de l'ensemble relevant du complexe de l'épée en langue de carpe le plus important du Poitou.
Citer ce document / Cite this document :
Verney Antoine. Le dépôt de Challans (Vendée). In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1990, tome 87, N. 10-12. pp.
396-418.
doi : 10.3406/bspf.1990.9923
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1990_hos_87_10_9923Bulletin de la SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE 1990 /TOME 87 / 10-12
Le dépôt de Challans (Vendée)
par Antoine Verney
RESUME
Avant tout connu pour son épée en bronze de type
proto-hallstattien et sa broche à rôtir articulée, le
dépôt découvert en 1956 au champ de la Villate,
commune de Chah1 ans (Vendée) n'a jamais fait
l'objet d'une publication exhaustive. Constitué de
298 pièces, il s'agit de l'ensemble relevant du com
plexe de l'épée en langue de carpe le plus important
du Poitou.
- INTRODUCTION
La commune de Challans se situe au Nord-Ouest
du département de la Vendée, à une cinquantaine de
kilomètres au Sud-Est de Nantes. Le dépôt a été n'en publia qu'une partie seulement (98) sous forme
découvert le 16 mars 1956, par M. Henri Barraud en de planches photographiques.
creusant le trou d'un piquet de vigne au fief de la Depuis, bien qu'il s'agisse de l'ensemble le plus
Vérie, lieu-dit le champ de la Villate, à l'angle sud- important du Poitou, il n'a jamais fait l'objet d'une ouest de la parcelle (section cadastrale H n° 686). publication complète, même si certains objets, L'ensemble reposait dans une terre sableuse et comme l'épée de type proto-hallstattien, la broche à formait une masse compacte, mais aucune trace de rôtir décorée d'un protôme de cerf, les racloirs ou les contenant n'a été observée lors de la découverte. La rasoirs sont particulièrement bien connus grâce à récolte des informations sur place et le compte rendu divers travaux (Cordier G., 1976, fig. 5 nos 8 à 11 ; original sont l'œuvre de Lucien Rouillon (Rouil- Mohen J.-P., 1977, fig. 1 n° 2, fig. 2 ; Jockenhô- lon L., 1956), repris ensuite par François Eygun vel A., 1980, nos 335, 344, 361, 365, 369 et pi. 85 b ; (EygunF., 1956 et 1957). Pautreau J.-P., 1979, fig. 67 et fig. 78 nos 10 à 13 ;
Ce dernier n'inventoria alors que 220 morceaux de Coffyn A., Gomez J., Mohen J.-P., 1981, fig. IV ;
bronze (le dépôt est en fait constitué de 298 pièces) et Pautreau J.-P., 1984). 397
— (81465, 681 g - fig. I n° 2). Épée complète brute Le dépôt acheté par l'État en 1958 est conservé
depuis cette date au Musée des Antiquités Nationales de fonte comme en témoignent les bavures présentes
sur les bords de la poignée et le fil de la lame. Elle a Saint-Germain-en-Laye où il est inventorié de façon
continue sous les numéros 81246 à 81478 inclus. été ployée et brisée en cinq fragments (24, 42, 176,
Aujourd'hui constitué de 294 pièces il est malheureu 213 et 226 g). Elle possède une languette tripartite et
sement incomplet. Quatre objets photographiés par une lame pistilliforme (tranchant concavo-convexe)
F. Eygun ne sont jamais entrés au M.A.N. Les objets de section biconvexe avec bourrelet axial plus mar
qué dans la partie proximale de la lame. Au-dessus dont il s'agit sont une hache à ailerons subterminaux,
d'un faible ricasso, la garde est peu développée et à un anneau ouvert à fil torsadé, une perle hélicoïdale,
une épingle à tête faiblement évasée, et une pointe bords légèrement concaves. La fusée à bords peu
de lance à douille (respectivement : Eygun F., 1957, élevés est percée d'un seul trou de rivet, la partie
pi. 2n°7; pi. 8 nos 57 bis, 80 et 82 ; pi. 9 n° 87), leur proximale correspondant à la zone du pommeau est
en T et s'individualise parfaitement. Cette arme est lieu de conservation est inconnu.
l'épée éponyme du type Ewart Park-Challans (Cof- Le travail que nous présentons, consiste en la fyn A., Gomez J., Mohen J.-P., 1981, pp. 51-52). publication de l'inventaire illustré de la totalité des
objets du dépôt et se veut le plus synthétique Fragment d'épée à languette tripartite de type
possible. C'est la raison pour laquelle nous privilé proto-hallstattien en bronze.
gions l'aspect descriptif du matériel. Pour plus de — (81462, 111 g - fig. I n° 3). Fragment distal
commodité et pour alléger notre bibliographie, nous d'épée à lame pistilliforme de section biconvexe dont nous appliquerons à utiliser le vocabulaire typologi le tranchant a été individualisé par martelage.
que défini par la commission du bronze de la Société
Préhistorique Française (Gaucher G., Mohen J.-P., b) Épées à languette tripartite et lame en langue de
1972 ; Nicolardot J.-P., Gaucher G., 1975 ; carpe
Briard J., Verron G., 1976 ; Audouze F., Gau
— (81451, 713 g - fig. I n° 4). Épée complète cher G., 1981 ; Briard J., Mohen J.-P., 1983). Toutes
ployée et fragmentée en huit parties (148, 81, 45, les pièces conservées au M.A.N. ont été dessinées
133, 152, 51, 99, 4 g). Le pommeau est en T à bords d'après les originaux, les objets perdus l'ont été
rectilignes, la fusée à bords élevés s'élargit progressles photographies disponibles, tous sont re
ivement pour former une garde courte et large à bords produits à l'échelle un demi. Dans la description du
concaves. Celle-ci surmonte un ricasso à bords surématériel qui va suivre, les objets sont identifiés par le
levés qui en délimitent le cran. La fusée porte un trou numéro sous lequel ils sont inventoriés au Musée des
de rivet dans sa partie supérieure, suivi d'une perfoAntiquités Nationales. Ce numéro est suivi de leur
ration longitudinale, puis de deux autres trous de poids exprimé en grammes et de la référence de
rivet juxtaposés transversalement dans sa partie l'illustration contenue dans cet inventaire.
inférieure. La garde porte également deux trous de
rivet placés de part et d'autre d'un fort bourrelet
axial qui se prolonge jusqu'à l'approche de la pointe
de l'épée. La lame possède des bords parallèles dans
sa plus grande partie, puis ils convergent dans son
// - DESCRIPTION DU MATERIEL dernier quart après un brusque rétrécissement, qui
lui donne son aspect en langue de carpe caractéristi
que. Le bourrelet axial est souligné sur chacun de ses
côtés d'une cannelure longitudinale qui disparaît à
l'approche de la pointe de l'épée et diverge dans sa A - Objet non cuivreux
partie proximale au niveau du ricasso. A cet endroit,
deux cannelures supplémentaires viennent souligner
l'extrémité du bourrelet. — (81475u, 1 g - fig. 1 n° 1). Un petit fragment
minéral de teinte brun foncé ayant l'aspect d'un petit Fragments d'épée à languette tripartite en langue
morceau de fer corrodé. de carpe.
— (81448, 59 g et 81457, 106, 124 g - fig. 2 n° 1).
Une extrémité proximale (en trois fragments). La
В - Objets en alliage cuivreux languette est en T trapu et à bords sinueux. La fusée
qui porte deux trous de rivet, a des bords rectilignes
élevés qui se prolongent sur la garde qui est faibl
ement évasée. Celle-ci porte deux trous de rivet (un I) Épées
seul rivet est conservé) de part et d'autre de l'extré
a) Épées à languette tripartite de type proto-hall mité du bourrelet axial de la lame. Les bords de
s tattien en bronze celui-ci sont soulignés d'une cannelure longitudinale 398
О
Fig. 1. 399
Fig. 2. 400
— (81443, 91 g - fig. 2 n° 10). Un fragment de qui diverge au niveau du ricasso dont le cran est
formé par des bords en ressaut. Les traces de deux garde et de partie proximale de lame. La garde porte
incisions, placées de part et d'autre du bourrelet sont quatre trous de rivet superposés par deux de chaque
côté du bourrelet axial de la lame qui est encadré par visibles sur le plat de la lame.
une cannelure sur chacun de ses bords, elles diver— (81450, 15 g - fig. 2 n° 2). Une extrémité gent au niveau du ricasso. proximale. Pommeau en T trapu à bords sinueux et
— (81437, 72 g - fig. 2 n° 11). Un fragment de fragment de fusée.
fusée, de garde et de partie proximale de lame. Un — (81460, 178 g - fig. 2 n° 3). Une extrémité seul trou de rivet conservé sur la fusée. La garde
proximale brute de fonte. Le pommeau est en T et porte quatre trous de rivet superposés par deux, de trapu, les bords de la fusée sont rectilignes et peu chaque côté du bourrelet axial de la lame, lui-même
développés. La garde est large et surmonte un ricasso encadré sur chacun de ses bords d'une cannelure
à cran très marqué. La fusée porte une perforation divergeant au niveau du ricasso. Les bords de celui-ci
longitudinale et la garde la trace de deux trous de forment un ressaut prolongeant ceux de la garde.
rivet incomplètement perforés. Ces derniers enca — (81434, 65 g - fig. 2 n° 12 ; 81418, 138 g - fig. 2 drent le bourrelet axial de la lame qui se prolonge n° 13 ; 81458, 137 g - fig. 2 n° 14 ; 81421, 65 g - fig. 2 jusqu'au premier tiers de la fusée. Il est souligné sur
n° 15 ; 81436, 75 g - fig. 2 n° 16, 81422, 16 g - fig. 2 chacun de ses côtés d'une incision. Elles divergent au n° 17 ; 81431, 76 g - fig. 2 n° 18). Sept fragments de niveau du ricasso.
lame dont chaque bord du bourrelet axial est sou
— (81464, 167 g - fig. 2 n° 4). Une extrémité ligné d'une incision longitudinale. Les tranchants des
proximale. Le pommeau est en T trapu à bords nos 81421, 81436 et 81431 sont soulignés d'un méplat.
sinueux, les bords de la fusée sont rectilignes et non — (81433, 100 g - fig. 2 n° 19 ; 81442, 112 g - fig. 2 individualisés. La garde qui est large surmonte le nl> 20 ; 81438, 147 g - fig. 2 n° 21 ; 81430, 21 g - fig. 2 cran formé par les bords du ricasso. La fusée porte la n° 22 ; 81445, 97 g - fig. 2 n° 23 ; 81461, 69 g - fig. 2 trace de deux trous de rivet superposés qui forment n° 24 ; 81463, 31 g - fig. 2 n° 25 ; 81444, 49 g - fig. 2 une perforation longitudinale. La garde porte deux n° 26 ; 81427, 16 g - fig. 2 n° 27). Neuf fragments de autres trous de rivet placés de part et d'autre du lame dont chaque bord du bourrelet axial est soubourrelet axial de la lame. Celui-ci se prolonge ligné d'une cannelure. Les tranchants des nos 81461, jusqu'à la moitié de la fusée. Sur la partie de la lame 81463, 81444 et 81427 sont soulignés d'un méplat. conservée, les côtés du bourrelet sont soulignés d'une
— (81435, 90 g - fig. 3 n° 1 ; 81440, 126 g - fig. 3 cannelure divergeant au niveau du ricasso.
n° 2 ; 81419, 86 g - fig. 3 n° 3). Trois fragments de — (81449a, 35 g - fig. 2 n° 5). Un fragment de lame dont chaque bord du bourrelet axial est soufusée à bords convexes individualisés. Elle porte trois ligné d'une cannelure et les tranchants d'une incision.
trous de rivet superposés au-dessus du bourrelet axial
— (81432, 147 g - fig. 3 n° 4 ; 81439, 109 g - fig. 3 de la lame et deux autres de part et d'autre de celui-ci n° 5 ; 81446, 132 g - fig. 3 n° 6). Trois fragments de à l'approche de la garde.
lame dont les bords du bourrelet axial sont soulignés
— (81449b, 14 g - fig. 2 n° 6). Un fragment de de deux incisions longitudinales. Les tranchants du
fusée comportant au moins trois trous de rivet n° 81446 sont soulignés d'un méplat.
superposés. — (81441, 90 g - fig. 3 n° 7). Un fragment de lame
— (81449c, 1 g - fig. 2 n° 7). Un rivet de section dont chaque bord du bourrelet axial est souligné de
circulaire. deux cannelures longitudinales.
— (81424, 29 g et 81426, 11 g - fig. 3 n° 8 ; 81425, — (81447, 137 g - fig. 2 n° 8). Un fragment de
21 g - fig. 3 n° 9). Deux extrémités distales de lame, fusée, de garde et de partie proximale de lame. Fusée
la première est en deux fragments. Les bords du à bords convexes individualisés et dépression cen
bourrelet axial sont soulignés d'une cannelure. trale à deux rivets conservés. Garde à deux trous de
rivet placés de part et d'autre du bourrelet axial de la — (81420, 96 g - fig. 3 n° 10). Une extrémité
lame. Ce dernier est encadré sur chacun de ses côtés distale de lame en deux fragments (54 et 42 g).
d'une cannelure longitudinale, elles divergent au Chacun des bords du bourrelet axial est souligné
niveau du ricasso dont les bords forment un ressaut. d'une incision longitudinale. Les tranchants sont
soulignés d'un méplat. — (81459, 106 g - fig. 2 n° 9). Un fragment de
— (81429, 4 g - fig. 3 n° 11 ; 81428, 13 g - fig. 3 fusée, de garde et de partie proximale de lame. Fusée
à perforation longitudinale et bords élevés qui se n° 12 ; 81423a, 10 g - fig. 3 n° 13 ; 81423b, 42 g -
prolongent sur la garde. Celle-ci porte deux trous de fig. 3 n° 14). Quatre extrémités distales. Sur les
rivet placés de part et d'autre du bourrelet axial de la nos 81428, 81423a, 81423b, le bourrelet axial se
lame. Chacun de ses bords est souligné d'une incision prolonge jusqu'à la pointe, individualisant les tran
longitudinale, elles divergent au niveau du ricasso. chants. 401
Fig. 3. 402
— (81413a, 10 g - fig. 4 n° 2). Une languette 2) Racloirs
percée d'un seul trou de rivet.
a) Racloirs rectangulaires sans bélière
b) Poignards à douille — (81292, 66 g - fig. 3 n° 15). Un racloir complet à
tranchant aménagé sur quatre côtés, le plat est — (81393b, 23 g - fig. 4 n° 3). Un fragment de
décoré de deux cannelures convergentes encadrant douille et de lame. Douille de section ovalaire, la
les restes d'un bourrelet axial (probable lame d'épée trace d'un trou de rivet est visible sur chaque face.
transformée) . — (81392, 42 g - fig. 4 n° 4). Un fragment de
— (81302, 47 g - fig. 3 n° 16). Un fragment à douille de section ovalaire et bords latéraux
tranchant aménagé au moins sur trois côtés, deux concaves. La trace d'un trou de rivet non perforé est
cannelures parallèles soulignent l'un des bords de visible sur une des faces. Un fragment de bronze de
l'outil (probable lame d'épée transformée). section rectangulaire est coincé à l'intérieur de la
douille. — (81301, 46 g - fig. 3 n° 17). Un fragment à
tranchant aménagé sur au moins trois côtés, les plats c) Fragments de lame sont lisses.
— (81390, 12 g - fig. 4 n° 5 ; 81304, 20 g - fig. 4
b) Racloirs rectangulaires à bélière n° 6 ; 81387, 18 g - fig. 4 n° 7). Trois fragments de
lame de section biconvexe lisses. — (81296, 61 g - fig. 3 n° 18 ; 81297, 62 g - fig. 3
n° 19 ; 81299, 59 g - fig. 3 n° 20 ; 81307, 39 g - fig. 3 — (81472, 19 g - fig. 4 n° 8 ; 81473, 24 g - fig. 4
n° 21 ; 81308, 33 g - fig. 3 n° 22). Deux racloirs n° 9). Deux fragments de lame de section biconvexe à
entiers (81296, 81297), un incomplet (81299) et deux tranchants individualisés par martelage.
fragments (81307, 81308). Tranchants aménagés sur
un seul côté (81296, 81308 et 81307) ou sur trois côtés 4) Pointes de lance à douille (81297 et 81299), le bord supérieur non tranchant est
piano-convexe ou légèrement concavo-convexe. Une — (81288, 107 g - fig. 4 n° 11). Une pointe compperforation circulaire est aménagée au centre de la lète, fragmentée en deux parties (56 et 52 g). La partie convexe, formant ainsi une véritable bélière. partie la plus développée des ailerons est décalée vers Les plats sont lisses. la base. Ils sont décorés de part et d'autre de la
— (81294, 75 g - fig. 3 n° 23 ; 81298, 56 g - fig. 3 nervure constituée par la douille, d'une cannelure qui
n° 24 ; 81295, 75 g - fig. 3 n° 25 ; 81306, 37 g - fig. 3 suit le tracé des tranchants. Ceux-ci ont été indivi
n° 26). Trois racloirs entiers (81294, 81295, 81298) et dualisés par martelage. L'ouverture de la douille qui
un fragment (81306). Tranchants aménagés sur un est circulaire est ornée d'une série de courtes inci
seul côté. Le bord supérieur est régulièrement sions transversales. Les trous de goupille sont circu
convexe, en son milieu est placée une perforation laires et sont situés à la base des ailerons. La trace
circulaire. Sur le n° 81294, un cran a été aménagé à laissée par trois coups de ciseau, obliques et paral
chaque extrémité de ce côté. Les plats sont unis. lèles est visible sur l'une des faces, au centre de la
partie libre de la douille. — (81300, 49 g - fig. 3 n° 27). Un racloir incomplet
dont trois des bords ont été aménagés en tranchant. — (Objet perdu - fig. 4 n° 10 ; 81279, 129 g - fig. 4
Le bord supérieur non tranchant est concave, une n° 12). Deux pointes complètes. Les ailerons sont
perforation circulaire est située en son milieu. Les légèrement asymétriques et leur largeur maximale est
plats sont lisses. décalée vers la base. Le tranchant est individualisé
par martelage, les trous de goupille sont circulaires et
c) Fragments se situent sur la moitié inférieure de la partie libre de
la douille dont la section est circulaire.
n° —29 (81414, ; 81303, 21 31 g - - fig. 3 n° 28 30). ; 81305, Trois fragments 9 g - fig. à 3 — (81285, 39 g - fig. 4 n° 13). Une pointe incomp
tranchant aménagé sur un côté (81414), ou deux lète, la douille déformée par martelage a presque
côtés (81305 et 81303), les plats sont lisses. totalement disparu. Les ailerons sont faiblement
développés, les trous de goupille sont invisibles.
Dans la douille est coincé un fragment de bronze 3) Poignards pouvant lui-même provenir d'une douille.
a) à languette — (81284, 24 g - fig. 4 n° 14). Une extrémité
distale de pointe brute de fonte avec importants — (81474, 49 g - fig. 4 n° 1). Un fragment de
défauts de coulée. poignard à languette simple percée d'un trou de rivet
et lame triangulaire de section biconvexe à tranchant — (81452, 6 g - fig. 4 n° 15 ; 81466, 12 g - fig. 4
n° 16 ; 81467, 17 g - fig. 4 n° 17 ; 81286, 56 g - fig. 4 individualisé par martelage. 403
Fig. 4. 404
b) Herminette à ailerons n° 20). 18 ; 81287, Cinq 35 extrémités g - fig. 4 n° distales 19 ; 81468, de pointe. 22 g - fig. Les 4
— (81278, 243 g - fig. 5 n° 2). Une herminette à douilles des nos 81467 et 81468 ont été déformées par ailerons subterminaux. martelage. En dehors du n° 81452, les tranchants ont
été individualisés par martelage.
c) Haches à ailerons
— (81453, 40 g - fig. 4 n° 21 ; 81456, 29 g - fig. 4
— (81246, 519 g - fig. 5 n° 3). Une hache à n° 22 ; 81454, 14 g - fig. 4 n° 23 ; 81455, 10 g - fig. 4
ailerons terminaux et anneau latéral. La partie supén° 24 ; 81406, 11 g - fig. 4 n° 25 ; 81469, 21 g - fig. 4
rieure de cette hache possède un talon sur lequel n° 26 ; 81388a, 14 g - fig. 4 n° 27). Sept fragments de
vient s'appuyer le bord des ailerons. Elle a été parties médiales de pointe. Les tranchants des
fortement martelée comme en témoignent les traces nos 81453, 81456 et 81388a ont été individualisés par
que l'on trouve sur ses faces comme sur ses côtés. martelage. Les nos 81453, 81456, 81454, 81455 ont été
déformés par martelage. Les douilles des nos 81453 et — (Objet perdu - fig. 5 n° 8 ; 81253, 206 g - fig. 5
81469 conservent des fragments d'autres objets en n° 4 ; 81249, 308 g - fig. 5 n° 5 ; 81248, 330 g - fig. 5
bronze. Le n° 81453 conserve la pointe d'une épingle n° 6 ; 81250, 247 g - fig. 5 n° 7 ; 81247, 401 g - fig. 5
d'une aiguille ou d'une fibule, ainsi qu'une lamelle n° 9 ; 81252, 399 g - fig. 5 n° 10 ; 81251, 347 g - fig. 5 épaisseur inférieure à 1 mm. La douille du n° 11). Huit haches à ailerons subterminaux et an
n° 81469 conserve un fragment de tube en tôle d'un neau latéral. Presque toutes les extrémités distales
diamètre de 2 mm. conservées portent des traces d'affûtage parallèles au
tranchant, seul le n° 81253 porte des traces perpendic— (81388b, 3 g - fig. 4 n° 28). Un fragment de ulaires à celles-ci pouvant être interprétées comme partie libre de douille. des traces d'utilisation.
— (81282, 63 g - fig. 4 n° 29 ; 81281, 63 g - fig. 4 — (81256 et 81260, 353 g - fig. 6 n° 1). Une hache n° 30). Deux extrémités proximales à partie libre de à ailerons subterminaux et anneau latéral brisée en
douille assez longue et de section circulaire. Les trous deux fragments (191 et 162 g). Le tranchant porte
de goupille sont circulaires et sont placés dans la des traces d'affûtage.
partie inférieure de celle-ci. Le tranchant est indivi
— (81255, 249 g - fig. 6 n° 2 ; 81257, 138 g - fig. 6 dualisé par martelage.
n° 3 ; 81259, 124 g - fig. 6 n° 4). Trois parties
— (81283, 44 g - fig. 4 n° 31). Une extrémité proximales de hache à ailerons subterminaux et
proximale à partie libre de douille de section circu anneau latéral. Les ailerons ont été fortement dé
laire. Les ailerons sont peu développés, les tran formés par martelage, parfois écrasés voire brisés. Le
chants individualisés par martelage. Une tige qua- n° 81259 est en deux parties.
drangulaire mobile et recourbée en son milieu est — (81395, 33 g - fig. 6 n° 5). Une extrémité placée dans les trous de goupille qui sont circulaires proximale de hache ou de herminette à ailerons et placés au milieu de la partie libre de la douille. subterminaux.
— (81397, 35 g - fig. 4 n°32). Une extrémité — (81258, 170 g - fig. 6 n° 6). Un fragment de
proximale de douille aplatie par martelage. La base partie médiale de hache à ailerons subterminaux. des ailerons est visible. Les trous de goupille, circu
— (81412a à d : 19, 4, 5 et 3 g - fig. 6 nos 7 à 10). laires, se situent au milieu de la partie libre de la
Quatre fragments d'ailerons de hache ou de hermidouille. L'extrémité d'une incision longitudinale est
nette à ailerons. visible dans la partie supérieure de celle-ci.
— (81261, 103 g - fig. 6 n" 11 ; 81264, 81 g - fig. 6
n° 12). Deux extrémités distales de hache ou de 5) Talon de lance tubulaire à bouton terminal
herminette à ailerons. Le tranchant du n° 81261 porte
des traces d'affûtage, celui du n° 81264 est épais et — (81326, 135 g - fig. 4 n° 33). Un talon incomp impropre à l'utilisation. let, l'ouverture de la douille, qui est de section
circulaire, manque. Aucun trou de goupille n'est d) Haches à douille conservé.
— (81267, 136 g - fig. 6 n° 13). Une hache comp
lète à constriction médiane et anneau latéral. La 6) Herminette et haches
douille circulaire est décorée d'un bourrelet transvers
al sur lequel vient prendre appui l'anneau latéral. La a) Hache plate moitié supérieure de la hache est de section circulaire
— (81400, 50 g - fig. 5 n° 1). Fragment de hache à bords concaves et décorée d'ailerons simulés en
plate brute de fonte. Il pourrait s'agir d'un fragment relief. La partie inférieure, délimitée par un ressaut
est unie et de section rectangulaire. de hache plate à appendices latéraux.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.