Le Magdalénien à navettes - article ; n°1 ; vol.28, pg 37-124

De
Publié par

Gallia préhistoire - Année 1985 - Volume 28 - Numéro 1 - Pages 37-124
88 pages
Publié le : mardi 1 janvier 1985
Lecture(s) : 63
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Nombre de pages : 89
Voir plus Voir moins

J. Allain
René Desbrosse
Janusz K. Kozlowski
André Rigaud
Marcel Jeannet
Arlette Leroi-Gourhan
Le Magdalénien à navettes
In: Gallia préhistoire. Tome 28 fascicule 1, 1985. pp. 37-124.
Citer ce document / Cite this document :
Allain J., Desbrosse René, K. Kozlowski Janusz, Rigaud André, Jeannet Marcel, Leroi-Gourhan Arlette. Le Magdalénien à
navettes. In: Gallia préhistoire. Tome 28 fascicule 1, 1985. pp. 37-124.
doi : 10.3406/galip.1985.2222
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/galip_0016-4127_1985_num_28_1_2222LE MAGDALÉNIEN A NAVETTES
par Jacques ALLAIN, René DESBROSSE, Janusz K. KOZLOWSKI et André RIGAUD
avec la collaboration de Marcel JEANNET et Ariette LEROI-GOURHAN
La navette présente un ensemble de caractères C'est pourquoi il nous a paru nécessaire d'entre
morphologiques définis et constants. Cet objet prendre une étude de tous les sites magdaléniens
magdalénien en bois de renne a retenu l'attention où furent recueillies des navettes et de rechercher
de chacun d'entre nous à des titres divers1. Bien les corrélations possibles entre ces outils et les
qu'il soit relativement rare, on peut néanmoins ensembles industriels associés afin d'obtenir une
aujourd'hui suivre toutes les étapes de sa réalisation meilleure définition de ce faciès, de mieux connaît
et de sa dégradation. re son aire d'extension géographique et, si possible,
La technologie expérimentale permet de se faire ses rapports avec les autres faciès du Magdalénien.
une idée assez précise de sa destination. Notre étude peut se subdiviser en 3 grandes La navette est répartie sur une aire considérable parties :
qui s'étend de la Gironde à la Pologne du sud, non — définition, techniques de fabrication, utilisation pas sporadiquement mais le plus souvent par petits
des navettes ; ensembles.
— répertoire des sites du Magdalénien à navettes en Elle est alors accompagnée d'une industrie osseuse
distinguant ceux qui ont livré ces outils de ceux pour cohérente dans ses formes et originale dans ses
lesquels nous n'avons que des présomptions ; manifestations artistiques.
— définition du Magdalénien à navettes, sa position Les sites à navettes, malgré leur nombre encore
chronologique et son environnement, sa contem- réduit et leur extrême dispersion, ont entre eux une
parenté suffisamment étroite pour qu'on puisse poranéité avec les autres faciès.
avancer le terme de « Magdalénien à navettes » Le site de référence pour cette définition du
et y voir un véritable faciès autonome. Magdalénien à navettes est celui de La Garenne.
Bien distinct des cultures magdaléniennes contemp Des fouilles minutieuses ont livré, outre une stratigra
oraines, le Magdalénien à navettes s'insère chrono phie complexe, l'échantillonnage le plus représentatif
logiquement vers le milieu des temps magdaléniens. par son abondance en navettes.
1. Ce travail s'est réalisé autour certes d'un objet magdal
énien que nous nous garderons bien de qualifier de « fossile I. LES NAVETTES. directeur ». Celui-ci n'en demeure pas moins au centre d'un
complexe typologique qui l'escorte avec une étonnante
constance sur plus de 1 600 km à travers l'Europe. Les 1. Historique du terme « navette » et des découvertes.
illustrations sont dues à J. Allain (fig. 66 a) ; J. Barcik
(fig. 49 à 62) ; O. Charbonnier (flg. 37 n» 3) ; Gesell (fig. 6 L'outil ainsi désigné est connu depuis fort long
n° 1) ; P. Héraut (fig. 21) ; R. Humbert (fig. 40 à 42) ; temps. Il semble que les plus anciens spécimens M. Orliac (fig. 2 ; 4 ; 5 ; 37 nos 1, 2, 4 à 10 ; 38 et 39); soient issus de la grotte du Ghafîaud à Savigné K. K. Pollesch (fig. 63 a) ; Musée Ste-Croix Poitiers (fig. 34 et (Vienne) (fouilles de Gaillard de la Dionnerie, 1864 71 nos 1, 2) ; A. Mesmin (fig. 35) ; P. Trotignon (fig 36) ;
A. Rigaud (fig. 1 ; 3 ; 6 nos 2 à 4 ; 7 à 13 ; 66 b ; 67 et 71). et Longuemar, 1867) ; mais la désignation sous ce
Gallia Préhistoire, Tome 28, 1985, 1, p. 37-124. 38 J. ALLAIN, R. DESBROSSE, J. K. KOZLOWSKI, A. RIGAUD
aussi quelques navettes (A. Viré, 1897). Il a fallu vocable d'objets en bois de renne fendus aux
attendre 1934 et 1935 pour que Le Roc-de-Marcamps deux extrémités revient à A. de Maret (1879)
dans sa publication de la grotte du Placard, commune donne des navettes à J. Ferrier. Le dernier des
grands sites à actuellement connu, est situé de Rochebertier (Charente), par analogie, assez
vague, avec la pièce de bois, encochée aux deux dans l'Indre à La Garenne, commune de Saint-
Marcel. Dès 1951, Breuil, au vu des premiers extrémités, utilisée par certains tisserands jusqu'à
la fin du 19e siècle. résultats de fouilles qui se sont poursuivies jusqu'en
1976, identifiait la navette d'après un premier A vrai dire, le terme fut assez mal reçu car il
fragment. évoquait une destination des plus contestables et
d'ailleurs contestée par A. de Mortillet qui, après
2. Les navettes : typologie et technologie. avoir utilisé ce mot en 1883, l'abandonne en 1900 et ne
le reprend qu'avec réserves en 1906. G. Ghauvet, On peut dès l'abord distinguer dans la navette- dans son remarquable ouvrage « Os, ivoires et bois de type, trois parties : centrale, le fût ou corps ; rennes ouvrés de la Charente» (1910) n'utilise le deux pinces distales, chacune de celles-ci offrant mot « navette » que du bout des lèvres et, comme à l'étude deux languettes séparées par une fente G. de Mortillet, « estime prudent de ne pas conclure médiane ; chaque languette a une face externe quant à l'usage de ces objets... On voit que le mot qui prolonge le fût et une face interne, résultant du « navette » employé par les préhistoriens n'exprime façonnage de la fente. Une étude détaillée va nous pas une idée très précise, il y aurait intérêt à le définir conduire à affiner progressivement et nuancer au d'une façon plus nette ». Comme ce fut le cas en besoin cette première et sommaire approche (fig. 1). maintes circonstances analogues, le terme survécut
néanmoins à cause de sa commodité qui l'emporta
finalement sur son adéquation. L'emploi qu'en fait
Breuil dès 1906 en témoigne. Nul ne songe déjà plus
au sens originel, étant bien entendu que la destina
PINCE FÛT tion de la navette, si elle peut prêter à discussion,
n'a, à coup sûr, rien à voir avec la confection d'un
1 Schéma théorique d'une navette. tissu ou d'un filet. Le terme « navette » a été égal
ement utilisé pour désigner des objets lithiques enco
ches aux 2 extrémités mais a été rapidement aban Les navettes récoltées en fouilles peuvent se donné (Brézillon, 1968). répartir en 4 groupes : les ébauches, les navettes
Par étapes, le portrait-robot de la navette se entières ou suffisamment complètes pour en permettre précise. Les confusions avec quelques pièces fourchues une étude globale, les pinces, les languettes.
issues des palaffites sont éliminées dès la fin du Ces groupes vont permettre de retracer les étapes 19e siècle. successives du façonnage, d'examiner les traces
Les discussions suscitées autour des sagaies à d'utilisation et de détérioration au travail et de
base fourchue du Magdalénien final des Pyrénées fournir ainsi les bases d'une expérimentation.
aboutissent peu à peu à l'isolement des deux types Dans un premier temps, il y a choix d'un support
(Piette, 1897 ; Passemard, 1917). Elles se réduisent en bois de renne. Peu importe semble-t-il que celui-ci
désormais à quelques cas de plus en plus rares sur soit parfaitement rectiligne ou légèrement courbe,
lesquels nous reviendrons plus en détail après de section circulaire ou faiblement ovalaire. Tout
avoir proposé une définition précise de la navette, porte à croire que la partie recherchée est le plus
aujourd'hui possible. souvent un fragment de perche ayant atteint son
A propos de l'histoire du terme, nous avons été plein développement et prélevé sur un bois de
amenés à évoquer les plus anciennes découvertes de dimensions moyennes parfois même faible (jeune ou
navettes au Chaffaud, puis au Placard. Quatre autres femelle). Le diamètre est aisément mesurable sur la
sites ont par la suite été découverts qui constituent quasi totalité des éléments disponibles, la base
autant d'étapes importantes pour notre connaissance des languettes fracturées donnant sensiblement le
de la navette et de son contexte. En 1883, G. Ossowski diamètre du fût diminué d'un ou au maximum de
découvrait à son tour dans la grotte Maszycka, près de 2 mm. Il semble qu'un des motifs majeurs du choix
Cracovie, les premières navettes de ce site. de la perche ait été la recherche d'un diamètre
Dès les fouilles, la grotte Grappin au sensiblement identique aux deux extrémités, chaque
hameau de Saint- Vincent à Arlay (Jura) livrait elle fois du moins qu'on a prévu une pince à chacune de MAGDALÉNIEN À NAVETTES 39
2 Ébauche de navette de La Garenne. Dans un premier
temps, une pince a été grossièrement galbée par percussion
lancée sur une perche en bois de renne. Dans un deuxième
temps, la fente a été tracée au burin.
celles-ci. Une autre motivation de ce choix pourrait
bien être d'avoir pour chaque pince deux languettes
symétriques, non seulement dans leur forme mais
dans leur texture et donc dans leur résistance à
l'effort ; il est certain en tout cas que sur le fût
des navettes, on n'observe guère de traces de raclage
susceptibles d'amincir le cortex, contrairement à ce
qu'on observe parfois sur les ciseaux.
Seules les ébauches suffisamment poussées per
mettent d'avoir une certitude absolue quant à la
longueur initiale d'une navette. Pour au moins l 2
deux navettes de la deuxième série, nous avons lieu
3 Ébauches de navettes de La Garenne à un stade plus de penser qu'il y a eu réfection secondaire après évolué. 1, navette bipolaire, le bois de renne a été tronçonné à raccourcissement. L'examen détaillé des languettes, la longueur voulue, les deux pinces ont été galbées au flanc
on le verra, tend à multiplier les cas de résection de burin, la fente a été tracée au burin et le sciage secondaire
secondaire probable. est à peine amorcé ; 2, navette unipolaire, on retrouve à
l'extrémité supérieure les traces de la première ébauche par Dès le départ, la navette s'inscrit dans des limites
percussion lancée, déjà à demi effacées par les raclages bien précises, non seulement par les dimensions du destinés à affiner le galbe de la pince. La fente est, comme segment brut qui va lui donner naissance mais par les précédentes, seulement tracée au burin. L'extrémité infé
la structure histologique de celui-ci ; elle va pren rieure de cette pièce a un diamètre beaucoup plus étroit, elle
est tronçonnée par un sciage transversal, presque polie et n'a dre son identité dans une opération remarquable
jamais été conçue pour porter une deuxième pince. par la constance de ses caractères : le profîlage de
l'extrémité ouvrière.
Celle-ci s'amincit et présente deux faces très
d'autre. Comme on le verra plus loin, tout permet de généralement symétriques par rapport à la future
penser que, dans ce cas, il s'agit d'une réfection fente. Chacune de ces deux faces est unguiforme,
c'est-à-dire doublement convexe longitudinalement secondaire, d'une réparation après fracture de la
pince initiale. et transversalement. Ces deux faces bombées en verre
de montre s'unissent en un front plus ou moins Il est intéressant de suivre, sur les ébauches
arrondi, dessinant le plus souvent un fragment de dont nous possédons 4 exemplaires, l'obtention
cercle très régulier. Parfois, il se rétrécit sans jamais progressive du profilage. Dans un cas particulièr
devenir franchement ogival ni, à plus forte raison, ement net, une série d'enlèvements obtenus par
pointu. Parfois aussi, il est presque rectiligne dans percussion lancée, amorce l'opération. Il s'agit d'une
sa partie médiane et seulement arrondi de part et ébauche esquissée à l'extrémité distale d'une perche 40 J. ALLAIN, R. DESBROSSE, J. K. KOZLOWSKI, A. RIGAUD
de bois de renne, sans aucune indication des dimens avant la mise au jour, fracturer l'une des languettes.
ions ultérieures de la navette (fig. 2). L'opération Le collage le plus minutieux, surtout si la fracture
se poursuit à l'aide du flanc de burin qui laisse sur le est ancienne, laisse planer un doute sur l'angulation
originelle. Deux autres facteurs peuvent encore support des méplats longitudinaux très carac
téristiques et en général bien lisibles. Parfois, les perturber une exacte appréciation. Si la navette a été
vibrations du silex ont pu provoquer des ondulations enfouie de telle sorte que la pression des terres
à ne pas confondre avec la trace d'une ligature s'exerce perpendiculairement au plan de la fente,
(cf. infra). Il n'était même pas besoin de changer la pince peut avoir été fermée de ce fait. On verra,
d'outil pour, à ce stade de l'ébauche, tracer rapid par contre, qu'une pince peut avoir été forcée au
ement au burin l'emplacement de la future fente travail et avoir ainsi conservé durablement une
(fig. 3, no 1). ouverture plus grande qu'à l'origine. Là encore,
C'est précisément une ébauche qui pose une l'étude des ébauches confirme les données moyennes
question fort importante : la fonction navette fournies par l'examen des navettes bien conservées.
implique-t-elle forcément dès le départ la symétrie La fente est étroite, 4 à 5 mm d'ouverture à
des deux pinces opposées ou existait-il des navettes l'extrémité en moyenne, et, de ce fait, beaucoup plus
unipolaires?2. difficile à réaliser qu'une fente en V plus ouvert. Pour
Lorsqu'on se trouve en présence d'une pince isolée, une même navette bipolaire, les deux fentes ont
il est en général bien difficile de savoir si elle a été souvent des ouvertures différentes sans qu'on puisse,
utilisée ou non après section ; celle-ci peut avoir été on l'a vu, en discerner la cause avec certitude. Les
imposée par. un avatar fortuit. Nous disposons par deux fentes d'une même navette bipolaire sont
exemple d'une pince unique prolongeant un fût toujours dans le même plan à une exception près
de dimensions normales sans aucune trace d'un où les deux plans sont décalés de 40° environ.
façonnage de l'extrémité opposée (fig. 4, n° 1) mais Pour une même pince, les deux mors ou languettes
cette pièce permet d'autant moins d'apporter une sont, avons nous dit, presque toujours identiques.
réponse ferme que nous avons évoqué déjà la relative Dans un seul cas : l'ébauche unipolaire étudiée plus
fréquence de l'amputation secondaire d'une pince. haut (fig. 3, n° 2), une des deux languettes devait être
L'ébauche évoquée de prime abord est beaucoup renforcée à sa base par une sorte de gibbosité. On ne
plus parlante (fig. 3, n° 2), le fût en est très régulier, retrouve cette gibbosité basale que sur une autre
presque poli, tronqué transversalement avec soin. pince mais ce renflement est, cette fois, bilatéral.
Il diffère des autres ébauches par son asymétrie : Tout permet donc en définitive de penser qu'il s'agit,
le diamètre opposé à l'ébauche de ce qui devait là aussi, d'une navette unipolaire (fig. 4, n° 1).
devenir une pince particulièrement forte est beaucoup Seule, l'étude de la face interne des languettes plus faible que cette dernière. Tout permet de peut rendre compte du délicat travail exigé par la penser que, dès sa conception initiale, un tel objet réalisation des fentes. Cette face interne a enregistré était unipolaire. Par ailleurs, le profilage de l'extré les traces complexes du façonnage, de l'utilisation mité ouvrière est suffisamment poussé et trop proche et aussi des modifications secondaires qui seront plus du type le plus classique pour laisser place au doute, révélatrices à la lueur de l'expérimentation. Mais il était prévu une pince de navette et rien d'autre. On chaque fois qu'il est possible d'examiner cette face est donc amené à conclure que si la bipolarité est interne dans sa totalité, on retrouve à la base de la bien un des traits dominants de la navette, la fonction languette sous la forme d'un V médullaire à pointe de la pince n'implique pas forcément cette bipolarité. distale le constant témoin d'un rainurage bilatéral et
convergent (fig. 5, n° 5 ; 13, nos 6, 7). On peut La réalisation de la fente est sans doute ce qui
parfois y discerner les stigmates de deux phases demandait à l'artisan le plus de temps, de soin et
successives, la lèvre biseautée du traçage initial au d'habileté. Sur le site de La Garenne, le dégagement
burin exécuté dès le stade de l'ébauche puis une d'une navette au cours de la fouille est une opération
série de stries obliques plus ou moins parallèles et des plus délicates. Les languettes, extrêmement
recoupant les traces du rainurage symétrique et fragiles, sont très souvent brisées en place par la
pression des terres. Le moindre mouvement de diamétralement opposé.
levier inévitable dans une couche pierreuse, peut, dès Lorsque les deux fentes sont achevées, le façonnage
de la navette bipolaire classique munie de ses deux
pinces est souvent terminé. Deux adjonctions de 2. Le terme est assurément étrange si on tient compte détails peuvent parachever la finition de certains de la référence étymologique mais il est nécessaire pour la
simplicité du langage. exemplaires. Le fût est fréquemment décoré de À NAVETTES 41 MAGDALÉNIEN
€» 0
r-1Ocm
0
base 4 actuellement Diverses des languettes) initialement navettes unipolaire ; de 2, présentant La bipolaire navette Garenne. bipolaire ; une 4, 1, amorce petite navette dont navette de unipolaire une régularisation languette bipolaire avec d'une dont un de la décor fracture l'extrémité pince fruste inférieure de par l'extrémité stries a été transversales inférieure. est fracturée brisée Il anciennement. anciennement (noter peut s'agir les renflements d'une ; 3, navette à la J. ALLAIN, R. DESBROSSE, J. K. KOZLOWSKI, A. RIGAUD 42
-10cm
5 Navettes et fragments divers de La Garenne. 1, l'une des plus petites navettes du site, en très mauvais état ; 2, navette très
altérée présentant de chaque côté de la fente supérieure des hachures au silex pour faciliter l'adhérence de la ligature (cf. fig. 7,
nos 4, 5) ; 3, languette présentant à la base la fracture courte en dents de scie témoignant de l'existence d'une ; 4, pince
présentant des stries destinées à éviter le glissement de la ligature (cf. fig. 7, nos 1, 2^ ; 5, languette de navette brisée par refend
axial (accident d'emmanchement ?), le V basai consécutif au sciage est particulièrement net. À NAVETTES 43 MAGDALÉNIEN
On sait que le bois de renne frais, soumis à un
effort de flexion, doit à sa flexibilité relative et à sa
structure fibreuse de se rompre normalement en
longues esquilles3. Tel est le cas par exemple de la
languette « princeps » identifiée par Breuil (fig. 5,
n° 5). De toute évidence, ce type de fracture est dû à
l'écartement forcé des languettes opposées. Si on
admet que la navette est un manche d'outil porteur
d'un silex introduit à force dans la fente, l'accident
d'emmanchement, ou d'extraction d'un fragment
proximal, est l'hypothèse la plus probable. Il en est de
même pour la pièce n° 1 (fig. 8) ; l'objet introduit à
force dans la fente à la manière d'un coin a refendu
en long tout le fût de la navette.
Tout autrement se présentent la plupart des
fractures des languettes. Dans 43 cas, cette
fracture qui se produit entre 2 et 4 cm de
l'extrémité est courte, abrupte ou semi-abruple,
sans rien de commun pourtant avec celle du
bois de renne réduit à son squelette minéral. Il n'y a
1 2 4 3 pas fracture en « rave » mais en dents de scie transvers
ales, accompagnée ou non d'une courte 6 Navettes de La Garenne. 1, navette entière décorée de deux esquille de l'ordre du centimètre qui se détache aux traits obliques sur les quatre faces ; 2, navette avec décor
dépens de la face externe de la languette (fig. 9, pisciforme, fracture ancienne d'une languette inférieure. On ne
voit pas sur le cliché de face, les stries courtes qui surcroisent nos 3, 4). Deux ordres de faits convergents concourent
la fente supérieure (cf. fig. 7, n° 3) ; 3, 4, navettes du type nécessairement à l'obtention de ce type de fracture : long provenant de la couche B5-C2 (3, ébauche ; 4, navette une force perpendiculaire au plan de la fente doit complète dont le fût est décoré de deux croissants superposés). s'exercer sur la face interne de la languette4 et une
virole basale doit s'opposer à l'effet du refend axial.
L'expérimentation rend parfaitement compte du rainures assez profondes, simples, obliques, parfois en
V. On peut aussi observer des motifs plus complexes, jeu de ces deux forces antagonistes. Pour s'insérer
tel cet ovale à queue où Breuil voyait l'ultime dans la fente, l'objet doit être à la fois assez plat et
schématisation d'un motif pisciforme (fîg. 6, n° 2). très solide, donc court. Le petit grattoir court, en
Le décor n'intéresse jamais la face externe des foliole ou sur lame cassée, très fréquent sur le site,
languettes, à une exception près (fig. 8, n° 2 a, b, c), répond tout à fait à ces critères (fig. 10). L'expériment
un décor en cannelures profondes envahit la languette ation prouve qu'il faut une force importante pour
et pose alors le problème d'un réaménagement rompre la languette et que sa ligature en virole
secondaire après résection d'une extrémité détériorée. est nécessaire, sinon la pince s'ouvre et le grattoir
Les pinces, par contre, portent assez souvent de fines chasse latéralement. La ligature permet la bonne
stries transversales tracées intentionnellement au fixation du grattoir, elle assure à la languette sa
silex sur la face externe des languettes (fig. 5, n° 4 ;
fig. 7, nos 1, 2). Plus rarement, on observe de courtes 3. Lorsque le bois de renne a perdu par un long séjour
hachures obliques ou transversales qui, franchissant dans le sol la plus grande partie de ses constituants organiques,
il casse en rave pour reprendre un terme médical imagé, la fente, se retrouvent sur les deux bords de la pince
c'est-à-dire perpendiculairement à son grand axe. Il est ainsi (fig. 5, no 2 ; fig. 7, nos 3> 4)> aisé de distinguer une fracture secondaire d'origine géologique
ancienne, d'une fracture ethnologique antérieure à l'enfouisse
3. Interprétation fonctionnelle de la navette. ment.
4. Nous avons, dans l'étude princeps (J. Allain, 1957)
Jusqu'ici, nous nous en sommes tenus à une exposé en détail pour quelles raisons le grattoir simple en
description strictement morphologique et objective ; silex nous paraissait parmi les multiples éventualités d'inser
tion dans la fente des navettes, de beaucoup la plus probable. mais il nous paraît difficile d'aller plus avant dans
Les études statistiques de l'un de nous (A. Rigaud, 1977) l'analyse des navettes sans y associer, pour plus de sur les grattoirs de La Garenne ont confirmé cette hypothèse clarté, les hypothèses fonctionnelles et contrôler sous réserve de la découverte, encore à faire, d'une navette
celles-ci par l'expérimentation. porteuse de son extrémité ouvrière. 7 Industrie osseuse de La Garenne, extrémités de navettes. Stries facilitant l'adhérence de la ligature. 1 a-b, vue sur les deux faces
(cf. fig. 5, n° 4) ; 2, détail montrant les hachures courtes à la base des languettes (cf. flg. 6, n° 2) ; 3, 4, même type de hachures
sur la navette flg. 5, n° 2.
1 2
8 Navettes de La Garenne. 1, navette entièrement refendue sur toute la longueur du fût, le V basai est bien visible sur la languette
supérieure ; 2, a et b, la seule à languette décorée, c, détail de la pièce 2, noter le décor en double cupule à la base de la
languette. Il y a tout lieu de penser que cette navette, primitivement plus longue, a été secondairement raccourcie et réaménagée. MAGDALÉNIEN À NAVETTES 45
1 2 3-4
Industrie osseuse de La Garenne, languettes cassées au travail. 1, 2, stries inexpliquées sur la face interne ; 3, 4, cassures affectant
la face externe de la languette.
fonction d'épaulement avec le maximum d'efficacité 3 à 4 mm de profondeur, se rejoignant à l'extrémité;
en réduisant considérablement la flexibilité du bois de Un burin bec de flûte, dièdre d'axe, utilisé en
renne. Lorsque le grattoir dépasse l'extrémité de la rainurage classique est le seul outil présent à La
pince de plus de 2 à 3 cm, il casse seul le plus souvent. Garenne capable de reproduire les belles rainures
Au-dessous de ces chiffres, grattoir et languette se dissymétriques observées sur les ébauches. A partir
fracturent généralement ensemble et la brisure de de là, un changement d'outil s'impose. Si tentante
la languette est alors en tout point semblable à ce qu'elle soit, la lame brute ou légèrement denticulée
qu'on observe sur le matériel de La Garenne (fig. 13, utilisée en sciage est absolument inopérante. Elle
nos l à 4). Quelles que soient les précautions prises s'enfonce de quelques millimètres et coince presque
pour limiter les effets de la souplesse du bois de renne tout de suite.
au niveau de la pince, l'expérimentation prouve qu'il Fabriqués sur lames minces, bien entendu, les seuls
peut y avoir, en cas de rupture de la ligature par outils qui nous ont donné satisfaction sont des becs
exemple, forçage de la pince qui s'ouvre très au-delà de flûte traditionnels, des burins sur lame cassée, des
de ce qui était initialement prévu. La pince conser burins sur troncature. Dans les trois cas, l'outil n'est
verait cette ouverture anormale jusque dans sa plus tenu face plane perpendiculaire au plan de la
fossilisation, explication possible d'anomalies consta fente, mais face plane selon le plan de la fente. Les
tées à La Garenne. parties actives sont alors les deux trièdres, le dièdre
L'examen attentif des languettes brisées ou terminal et souvent l'arête formée par l'intersection
de celles qui, après fracture de leur homologue du flanc de burin et de la face ventrale de la lame
demeurent fixées au fût apporte bien d'autres porteuse. Les outils s'ébrèchent facilement, les
informations précieuses et d'abord sur la réalisation raffûtages sont nombreux. Dans le cas des burins
de la fente. sur troncature, le raffûtage par retouche de la
Dans un premier temps, la place de la fente, troncature est plus efficace que par enlèvement d'une
on l'a vu, est marquée par deux rainures en V, de nouvelle lamelle de coup de burin. L'ouverture de la

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.