Le stamnos d'Athènes n° 5898 du peintre de Brygos - article ; n°1 ; vol.125, pg 89-108

De
Bulletin de correspondance hellénique - Année 2001 - Volume 125 - Numéro 1 - Pages 89-108
Stamnos no. 5898 of the 3rd Ephorate of Prehistoric and Classical Antiquities has been restored from fragments which were found in an ancient well together with a large number of other broken vases during the course of an excavation on the site of no. 12 Ayiou Georgiou Karytsi at the corner of Praxitelous street. The foot and a number of fragments are missing, but the main décoration is complète. A meander encircles the vase, marking the line of the ground in the scenes of the principal décoration. There is a tongue motive on the shoulder, a frieze of ovoli on the outside bevel of the lip, and a plant ornament on the handles. Both sides of the vase carry the representation of a warrior. The one on the principal side is turned to the left; he wears an Attic helmet and greaves and holds a lance in his right hand and a shield in his left; to the right of the shield a meaningless inscription can be read: MNONE. The second warrior is turned to the right; he wears a himation and holds a lance in his left hand and a Corinthian helmet in his right; he is accompanied by a dog who precedes him; to the right of the lance can be read: Ν Ο EN Δ Ν Ι. The drawing of the two scenes is carefully executed, with great attention to detail. On the principal side of the vase, the painter has depicted a warrior leaving for battle determined to win, and the second side shows the hero of the Median Wars. In view of the proportions of the vase, we would assign it to the class of the Louvre Kaineus Stamnos. The artistry and style of the drawing has similarities with the work of the Brygos Painter. The meaningless inscriptions, found on other works by the painter and probably serving as commercial brand marks, lend added support to this identification. The proportions, plant decoration and above ail the drawing, date the vase to 480 BC, between the artist's middle and final periods. The Athens stamnos no. 5898 is ail the more precious since Greek museums possess only a limited number of stamnoi, few works by the Brygos Painter and to date no other stamnos that has been attributed to this painter.
Le stamnos n° 5898 de la IIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques a été recollé à partir de fragments qui furent trouvés dans un puits antique, avec un grand nombre d'autres vases brisés, lors de la fouille du terrain situé au n° 12 de la rue Haghiou Géorghiou Karytsi, à l'angle de la rue Praxitélous. Manquent le pied et plusieurs fragments, mais le décor principal est complet. Un méandre fait le tour de la vasque, marquant la ligne de sol des scènes du décor principal. L'épaule porte un motif de languettes tandis qu'une frise ionique d'oves décore le biseau extérieur de la lèvre et un ornement végétal les anses. Chacune des deux faces du vase porte la représentation d'un guerrier. Celui de la face principale est tourné vers la gauche ; il porte un casque attique et des jambières, tient une lance dans la main droite, un bouclier dans la main gauche ; à droite du bouclier, on peut lire une inscription dépourvue de sens : MNONE. Le deuxième guerrier est tourné vers la droite ; il est vêtu de l'himation, tient une lance dans la main gauche, dans la droite un casque corinthien ; il est accompagné d'un chien qui le précède ; à droite de la lance, on lit : ΝΟΕΝΔΝΙ. Le dessin des deux scènes est soigné, avec une grande attention portée au détail. Sur la face principale du vase, le peintre a représenté le guerrier qui part au combat décidé à vaincre, sur la face secondaire le héros des guerres médiques. Compte tenu des proportions du vase, nous le classons dans la catégorie du stamnos de Kaineus du Louvre. La manière artistique et le style du dessin présentent des similitudes avec le travail du Peintre de Brygos. Les inscriptions sans signification, que l'on retrouve sur d'autres œuvres du peintre et qui devaient jouer le rôle d'une marque commerciale, constituent un élément supplémentaire à l'appui de cette identification. Les proportions, le décor végétal, mais surtout le dessin datent le vase de 480 av. J.-C, entre les périodes moyenne et finale de l'activité de l'artiste. Le stamnos d'Athènes n° 5898 est d'autant plus précieux que les musées grecs possèdent peu de stamnoi, peu d'oeuvres du Peintre de Brygos et que jusqu'à présent aucun autre stamnos n'a été attribué à ce peintre.
Η στάμνος αρ. 5898 της Γ Εφορείας Αρχαιοτήτων συγκολλήθηκε από θραύσματα που βρέθηκαν μαζί με ένα πλήθος σπασμένων αγγείων σε αρχαίο φρέαρ, κατά τη διάρκεια ανασκαφής οικοπέδου επί της οδού Αγίου Γεωργίου Καρύτση 12 και Πραξιτέλους. Λείπει το πόδι και τμήματα τοιχωμάτων δίχως την κύρια διακόσμηση. Ταινία μαιάνδρου περιβάλλει τον κορμό χαμηλά, αποτελεί δε το έδαφος της κύριας διακόσμησης του αγγείου. Με γλωσσω- τό σχέδιο περιβάλλεται ο ώμος, ενώ ιωνικό κυμάτιο ωών κοσμεί την εξωτερική ταινία του χείλους και φυτική διακόσμηση τις λαβές. Σε κάθε μία από τις δύο όψεις του αγγείου απεικονίζεται ένας πολεμιστής. Αυτός της κύριας όψης είναι στραμμένος προς τα αριστερά, φοράει αττικό κράνος και περικνημίδες, με το δεξί χέρι κρατά δόρυ και με το αριστερό φέρει ασπίδα. Στα δεξιά της ασπίδας υπάρχει επιγραφή δίχως νόημα : ΜΝΟΝΕ. Ο δεύτερος πολεμιστής απεικονίζεται προς τα δεξιά, φοράει ιμάτιο, με το αριστερό χέρι κρατά δόρυ και με το δεξί κορινθιακό κράνος. Τον συνοδεύει σκύλος, ο οποίος προπορεύεται. Στα δεξιά του δόρατος διαβάζουμε : ΝΟΕΝΔΝΙ. Η σχεδίαση των παραστάσεων είναι επιμελής και δίνεται προσοχή στη λεπτομέρεια. Στην κύρια όψη του αγγείου ο ζωγράφος έχει φιλοτεχνήσει την προσωπογραφία του πολεμιστή που ξεκινά για τη μάχη αποφασισμένος να νικήσει, ενώ στη δεύτερη όψη απεικονίζει τον ήρωα των μηδικών πολέμων. Λαμβάνοντας υπόψη τις αναλογίες του αγγείου, το κατατάσσουμε στην κατηγορία της στάμνου του Καινέως στο Λούβρο. Το καλλιτεχνικό ύφος και η τεχνοτροπία του σχεδίου παρουσιάζουν ομοιότητες με την εργασία του Ζωγράφου του Βρύγου. Ένα επιπλέον στοιχείο που υποβοηθά στην ταύτιση αυτή είναι οι δίχως νόημα επιγραφές, οι οποίες απαντούν σε έργα του καλλιτέχνη, λειτουργώντας ως εμπορικό σήμα. Οι αναλογίες του αγγείου, η φυτική διακόσμηση, κυρίως όμως το σχέδιο χρονολογούν το έργο στα 480 π.Χ., στο μεταίχμιο της μέσης περιόδου του καλλιτέχνη προς την ύστερη. Επειδή αφενός ο αριθμός των σταμνών σε ελληνικά μουσεία είναι περιορισμένος, όπως μικρός είναι και ο αριθμός των έργων του Ζωγράφου του Βρύγου στην Ελλάδα, και αφετέρου στον αγγειογράφο αυτό δεν έχουν έως τώρα αποδοθεί άλλες στάμνοι, η στάμνος των Αθηνών αρ. 5898 είναι πολύτιμη.
20 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 2001
Lecture(s) : 25
Nombre de pages : 23
Voir plus Voir moins

Olga E. Tzachou-Alexandroi
Le stamnos d'Athènes n° 5898 du peintre de Brygos
In: Bulletin de correspondance hellénique. Volume 125, livraison 1, 2001. pp. 89-108.
Citer ce document / Cite this document :
Tzachou-Alexandroi Olga E. Le stamnos d'Athènes n° 5898 du peintre de Brygos. In: Bulletin de correspondance hellénique.
Volume 125, livraison 1, 2001. pp. 89-108.
doi : 10.3406/bch.2001.7137
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bch_0007-4217_2001_num_125_1_7137Abstract
Stamnos no. 5898 of the 3rd Ephorate of Prehistoric and Classical Antiquities has been restored from
fragments which were found in an ancient well together with a large number of other broken vases
during the course of an excavation on the site of no. 12 Ayiou Georgiou Karytsi at the corner of
Praxitelous street. The foot and a number of fragments are missing, but the main décoration is
complète. A meander encircles the vase, marking the line of the ground in the scenes of the principal
décoration. There is a tongue motive on the shoulder, a frieze of ovoli on the outside bevel of the lip,
and a plant ornament on the handles. Both sides of the vase carry the representation of a warrior. The
one on the principal side is turned to the left; he wears an Attic helmet and greaves and holds a lance in
his right hand and a shield in his left; to the right of the shield a meaningless inscription can be read:
MNONE. The second warrior is turned to the right; he wears a himation and holds a lance in his left
hand and a Corinthian helmet in his right; he is accompanied by a dog who precedes him; to the right of
the lance can be read: Ν Ο EN Δ Ν Ι. The drawing of the two scenes is carefully executed, with great
attention to detail. On the principal side of the vase, the painter has depicted a warrior leaving for battle
determined to win, and the second side shows the hero of the Median Wars. In view of the proportions
of the vase, we would assign it to the class of the Louvre Kaineus Stamnos. The artistry and style of the
drawing has similarities with the work of the Brygos Painter. The meaningless inscriptions, found on
other works by the painter and probably serving as commercial brand marks, lend added support to this
identification. The proportions, plant decoration and above ail the drawing, date the vase to 480 BC,
between the artist's middle and final periods. The Athens stamnos no. 5898 is ail the more precious
since Greek museums possess only a limited number of stamnoi, few works by the Brygos Painter and
to date no other stamnos that has been attributed to this painter.
Résumé
Le stamnos n° 5898 de la IIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques a été recollé à partir
de fragments qui furent trouvés dans un puits antique, avec un grand nombre d'autres vases brisés, lors
de la fouille du terrain situé au n° 12 de la rue Haghiou Géorghiou Karytsi, à l'angle de la rue
Praxitélous. Manquent le pied et plusieurs fragments, mais le décor principal est complet. Un méandre
fait le tour de la vasque, marquant la ligne de sol des scènes du décor principal. L'épaule porte un motif
de languettes tandis qu'une frise ionique d'oves décore le biseau extérieur de la lèvre et un ornement
végétal les anses. Chacune des deux faces du vase porte la représentation d'un guerrier. Celui de la
face principale est tourné vers la gauche ; il porte un casque attique et des jambières, tient une lance
dans la main droite, un bouclier dans la main gauche ; à droite du bouclier, on peut lire une inscription
dépourvue de sens : MNONE. Le deuxième guerrier est tourné vers la droite ; il est vêtu de l'himation,
tient une lance dans la main gauche, dans la droite un casque corinthien ; il est accompagné d'un chien
qui le précède ; à droite de la lance, on lit : ΝΟΕΝΔΝΙ. Le dessin des deux scènes est soigné, avec une
grande attention portée au détail. Sur la face principale du vase, le peintre a représenté le guerrier qui
part au combat décidé à vaincre, sur la face secondaire le héros des guerres médiques. Compte tenu
des proportions du vase, nous le classons dans la catégorie du stamnos de Kaineus du Louvre. La
manière artistique et le style du dessin présentent des similitudes avec le travail du Peintre de Brygos.
Les inscriptions sans signification, que l'on retrouve sur d'autres œuvres du peintre et qui devaient jouer
le rôle d'une marque commerciale, constituent un élément supplémentaire à l'appui de cette
identification. Les proportions, le décor végétal, mais surtout le dessin datent le vase de 480 av. J.-C,
entre les périodes moyenne et finale de l'activité de l'artiste. Le stamnos d'Athènes n° 5898 est d'autant
plus précieux que les musées grecs possèdent peu de stamnoi, peu d'oeuvres du Peintre de Brygos et
que jusqu'à présent aucun autre stamnos n'a été attribué à ce peintre.
περίληψη
Η στάμνος αρ. 5898 της Γ Εφορείας Αρχαιοτήτων συγκολλήθηκε από θραύσματα που βρέθηκαν μαζί με
ένα πλήθος σπασμένων αγγείων σε αρχαίο φρέαρ, κατά τη διάρκεια ανασκαφής οικοπέδου επί της
οδού Αγίου Γεωργίου Καρύτση 12 και Πραξιτέλους. Λείπει το πόδι και τμήματα τοιχωμάτων δίχως την
κύρια διακόσμηση. Ταινία μαιάνδρου περιβάλλει τον κορμό χαμηλά, αποτελεί δε το έδαφος της κύριας
διακόσμησης του αγγείου. Με γλωσσω- τό σχέδιο περιβάλλεται ο ώμος, ενώ ιωνικό κυμάτιο ωών κοσμεί
την εξωτερική ταινία του χείλους και φυτική διακόσμηση τις λαβές. Σε κάθε μία από τις δύο όψεις τουαγγείου απεικονίζεται ένας πολεμιστής. Αυτός της κύριας όψης είναι στραμμένος προς τα αριστερά,
φοράει αττικό κράνος και περικνημίδες, με το δεξί χέρι κρατά δόρυ και με το αριστερό φέρει ασπίδα. Στα
δεξιά της ασπίδας υπάρχει επιγραφή δίχως νόημα : ΜΝΟΝΕ. Ο δεύτερος πολεμιστής απεικονίζεται
προς τα δεξιά, φοράει ιμάτιο, με το αριστερό χέρι κρατά δόρυ και με το δεξί κορινθιακό κράνος. Τον
συνοδεύει σκύλος, ο οποίος προπορεύεται. Στα δεξιά του δόρατος διαβάζουμε : ΝΟΕΝΔΝΙ. Η σχεδίαση
των παραστάσεων είναι επιμελής και δίνεται προσοχή στη λεπτομέρεια. Στην κύρια όψη του αγγείου ο
ζωγράφος έχει φιλοτεχνήσει την προσωπογραφία του πολεμιστή που ξεκινά για τη μάχη
αποφασισμένος να νικήσει, ενώ στη δεύτερη όψη απεικονίζει τον ήρωα των μηδικών πολέμων.
Λαμβάνοντας υπόψη τις αναλογίες του αγγείου, το κατατάσσουμε στην κατηγορία της στάμνου του
Καινέως στο Λούβρο. Το καλλιτεχνικό ύφος και η τεχνοτροπία του σχεδίου παρουσιάζουν ομοιότητες με
την εργασία του Ζωγράφου του Βρύγου. Ένα επιπλέον στοιχείο που υποβοηθά στην ταύτιση αυτή είναι
οι δίχως νόημα επιγραφές, οι οποίες απαντούν σε έργα του καλλιτέχνη, λειτουργώντας ως εμπορικό
σήμα. Οι αναλογίες του αγγείου, η φυτική διακόσμηση, κυρίως όμως το σχέδιο χρονολογούν το έργο
στα 480 π.Χ., στο μεταίχμιο της μέσης περιόδου του καλλιτέχνη προς την ύστερη. Επειδή αφενός ο
αριθμός των σταμνών σε ελληνικά μουσεία είναι περιορισμένος, όπως μικρός είναι και ο αριθμός των
έργων του Ζωγράφου του Βρύγου στην Ελλάδα, και αφετέρου στον αγγειογράφο αυτό δεν έχουν έως
τώρα αποδοθεί άλλες στάμνοι, η στάμνος των Αθηνών αρ. 5898 είναι πολύτιμη.stamnos d'Athènes η ° 5898 Le
du peintre de Brygos*
par Olga E. Tzachou-Alexandri
À h mémoire de Nikolaos Zapheiropoulos
Dans l'Athènes du début du Ve siècle av. J.-C. le nombre de types de vases en rapport
avec le vin apparaît étonnamment grand, atteignant presque la trentaine1, ce qui prouve la valeur
et l'importance particulières que la société de l'époque accordait à ce précieux don divin. Les
potiers attiques mobilisèrent habileté artistique et imagination pour créer ces formes qui devaient
servir l'art de la boisson — des récipients servant successivement à stocker le vin, à le transport
er, à le mélanger, à le refroidir, à le boire, mais aussi à faire des offrandes liquides aux dieux.
L'un des récipients dont se servaient les anciens pour mélanger le vin est le stamnos2, éga
lement utilisé pour conserver du vin de bonne qualité. Le type est issu d'un vieux modèle étrusque
mais, à Athènes, il prend une forme nouvelle, créée peu avant le milieu du VIe siècle av. J.-C.
Dans leur majorité, les stamnoi sont exportés, en Étrurie surtout ; on notera que certains d'entre
* Les fouilles dans la ville d'Athènes mettent souvent au jour AWL = D. C. Kurtz, Athénien White Lekythoi : Patterns and
des œuvres d'art uniques. Le stamnos, inédit à ce jour, que Painters (1975).
nous publions ici, en fait partie. Il a été découvert à l'époque Buitron-Oliver, Douris = D. Buitron-Ouver, Douris, A Master-
où je travaillais à la IIIe Éphorie des antiquités d'Athènes, Painter of Athenian Red-Figure Vases, Kerameus9 (1995).
quand Nikolaos Zapheiropoulos était Directeur des Antiquités. Cambitoglou = A. Cambitoglou, The Brygos Painter (1968).
Pendant cette période où j'étais pour la première fois à la tête CVA Great Britain 17 = D. Williams, Corpus Vasorum Anti-
d'une Éphorie, j'ai beaucoup appris de lui. Il m'a surtout ensei- quorum Great Britain 17 : The British Muséum 9 (1993).
gné comment bien utiliser la législation archéologique, mais Immerwahr = H. R. Immerwahr, Attic Script. A Survey (1990).
aussi à défendre le prestige du Service de façon efficace. Para = J. D. Beazley, Paralipomena (1971).
C'est à ce collègue exemplaire, qui a fait honneur au Service Philippaki, Attic Stamnos = B. Philippaki, The Attic Stamnos
archéologique par son attitude morale et sa valeur spirituelle, (1967).
que je dédie cette étude, avec joie et reconnaissance. Robertson, Vase-Painting = M. Robertson, The Art of Vase-
Le texte a été traduit du grec par Béatrice Detournay. Painting in Classical Athens (1992).
WEGNER = M. WEGNER, Brygosmaler (1973).
Abréviations bibliographiques :
Add2 = T. H. Carpenter, Beazley Addenda2 (1989). 1 K. Vierneisel, B. Kaeser (éds), Kunst der Schale. Kultur des
Agora XXX = M. B. Moore, Attic Red-Rgured and White Ground Trinkens. Catalogue d'exposition, Munich (1990) p. 470-471.
Pottery, The Athenian Agora XXX (1997). 2 Phiuppaki, Attic Stamnos ; M. C. Kanowski, Containers ofClas-
ARV* = J. D. Beazley, Attic Red-Figure Vase-Painters2 (1963). sical Greece. A Handbook of Shapes (1984), p. 140-143 ;
B. A. Sparkes, Greek Pottery. An Introduction (1991), p. 86, 92.
BCH125 (2001) 90 OLGA L TZACHOU-ALEXANDRI
eux y étaient utilisés par des maîtresses de maison athéniennes lors d'une fête du vin, comme le
montrent du reste les scènes qui les décorent3. D'une manière générale, le répertoire iconogra
phie du vase est emprunté à la mythologie, avec une prédilection pour des épisodes liés au culte
de Dionysos, mais les scènes figurées s'étendent aussi au secteur des activités humaines. Du point
de vue quantitatif, les stamnoi décorés trouvés en Grèce sont rares, concentrés en Attique : le
Musée archéologique national en possède un4 et des fragments de trois autres, provenant des
fouilles de l'Acropole5 ; l'Agora a fourni deux vases d'un type apparenté 6 et des fragments de
six stamnoi7 ; un autre exemplaire provient du sanctuaire d'Eleusis8. Le stamnos de la IIIe Épho-
rie d'Athènes, qui vient s'ajouter à ce lot, est un heureux événement, à la fois parce qu'il vient
accroître leur nombre dans le monde grec et parce qu'il est attribuable à l'un des peintres les
plus fameux de l'archaïsme tardif, période où la peinture sur vase est particulièrement floris
sante.
Le stamnos η ° 5898
Provenance
Le vase a été trouvé dans le terrain de la Caisse d'Assistance des Employés de la Banque Ionienne
et Populaire, 12, rue Haghiou Géorghiou Karytsi, à l'angle de la rue Praxitéhus. La fouille se situe à
la limite Nord de la ville, à 1 50 m du rempart qui passe à cet endroit, 250 m à l'Est de la porte
d'Acharnés et 450 m à l'Ouest la porte de Diocharès. Brisé, il avait été jeté dans un puits de 1,20 m
de diamètre et 6,50 m de profondeur, avec une quantité d'autres vases dont le nombre, après le net
toyage final, se monte à quatre-vingt-sept. Un certain nombre d'entre eux sont des vases de banquet
et datent de l'archaïsme tardif; avec le stamnos, ils faisaient probablement partie de l'équipement de
Yandrôn d'une maison voisine du début du Ve siècle av. J.-C.
Bibliographie
O. ALEXANDRI, «Ανασκαφές Γ1 Εφορείας Αρχαιοτήτων έτους 1968 », AD 24 (1969), ΒΊ,
ρ. 26, η° 3.
3 Par exemple, le stamnos du Musée archéologique national 5 a) n° 768, du Peintre de Kéophradès : ARV2, p. 187, 61. —
de Naples, n° 2419, du Peintre du Dinos, qui est daté entre b) n° 775, du peintre de Goluchow 37 : p. 271, 2. —
430 et 420 av. J.-C. : ARV2, p. 1151, 2, Para, p. 457 ; AdcP, c) du Peintre de Copenhague : ARV2, p. 257, 16.
p. 336 ; S. B. MATHESON, Polygnotos and Vase Painting in Clas- 6 a) P. 10542, qui rappelle le Peintre du Dinos : ARV2, p. 1190
sical Athens (1995), n° D 2, p. 156, fig. 136. et 1886 ; Agora XXX, n° 118, pi. 20-21. — b) P. 1052, du
4 Le n° 18063, de Polygnote, est daté des environs de 420 Peintre de Pothos : ARV2, p. 1190, 32 et 1686 ; Add2, p. 342 ;
av. J.-C. : ARV2, p. 1028, 13 et p. 1678 ; Add2, p. 317 ; Agora XXX, n° 117, pi. 19.
S. B. MATHESON, op. cit., n° Ρ 13, p. 64-66, pi. 53. Le vase 7 Agora XXX, p. 16-17, n° 111-116, pi. 18-19.
du Musée archéologique national d'Athènes n° ΒΣ 192 (Coll. 8 N° 636, du Groupe de Polygnote : ARV2, p. 1052, 23
Vlastos-Serpiéris), du Peintre de Tyszkiewicz : ARV2, p. 291, et 1680 ; Add2, p. 321 ; S. B. MATHESON, op. cit. (supra, n. 3),
24, considéré comme un stamnos, est défini comme psykter n° PGU 26, p. 163, pi. 140.
et non pas stamnos par B. Philippaki dans le cata
logue (non publié) de la collection.
BCH 125 (2001) STAMNOS D'ATHÈNES n° 5898 DU PEINTRE DE BRYGOS 91 LE
Flg. 1. Dessin du stamnos d'Athènes n° 5898.
Description
Dimensions. Haut. cons. : 0,33 m; haut, lèvre : 0,018 m; haut, col : 0,055 m; haut, anses :
0,055 m ; diam. embouchure : 0,21 m ; diam. col : 0,185 m ; diam. max. : 0,31 m ; larg. (anses comp
rises) : 0,39 m ; diam. base : 0,12 m.
État de conservation : Recollé à partir de nombreux fragments. Restauration : les deux tiers de
l'embouchure, une partie du col, quelques points de l'épaule, une anse et la partie inférieure de la
panse. Le pied manque.
Pâte de couleur brique (5YR6/4), couverte d'un engobe (miltos) de même couleur (ocre rouge).
Détails techniques. La panse et l'épaule ont été faites ensemble, le col tourné avec la lèvre, les anses
posées ensuite. Le pied a été ajouté à la fin, ce qui explique qu'il se soit détaché facilement. À l'ori
gine, le vase devait avoir un couvercle, que le technicien fabrique en même temps, de façon qu'il
s'adapte au vase, en le plaçant d'abord à l'envers sur l'embouchure, puis en le remettant à l'endroit,
tandis que l'anse est ajoutée à la fin de la procédure9.
Forme (fig. 1) Lèvre plate. Embouchure faite de deux anneaux, le premier de section rainurée, le
second en forme de bourrelet biseauté faisant saillie sur le col. Col large et court, fortement concave,
9 T. Schreiber, Athenian Vase Construction, A Potter's Ana
lyse (1999), p. 246-251.
BCH125 (2001) 92 OLGA Ε. TZACHOU-ALEXANDRI
FIg. 2. L'embouchure du stamnos. FIg. 3. La base du stamnos vue de dessous.
avec diamètre maximum à la base. À la jonc
tion entre la panse et le col, un anneau en
relief très fin entre deux lignes incisées. Le
plus grand diamètre du vase est à l'épaule,
qui est d'abord horizontale puis s'arrondit
légèrement pour changer ensuite brusque
ment de direction. La panse dessine une
courbe douce jusqu'en bas. Le pied est arra FIg. 4. La base du stamnos vue de profil.
ché (fig. 3), comme on l'a déjà dit ; il est donc
exclu qu'il ait été en volute et le plus probable
est qu'il était en forme de disque car à la jonc
tion avec la panse il y avait un anneau en relief très fin, dont une partie est conservée (fig. 4). Anses,
de section cylindrique, longues et recourbées vers le haut, placées aux deux tiers de la panse.
Dessin, vernis. On distingue quelques traces de l'esquisse. Les cercles du bouclier sont tracés au
compas. Sur la face secondaire, une ligne courbe de la couleur de l'argile marque la séparation entre
la chevelure du guerrier et le fond. Une ligne de vernis noir en relief est utilisée pour les contours de
la représentation et les principaux plis des vêtements, de même que pour les ornements linéaires et
végétaux. On note un large usage du vernis dilué pour le dessin des plis secondaires, des détails ana
tomiques, des muscles des guerriers et du chien. Sur la face secondaire, l'axe du thorax et la partie
droite de la poitrine du guerrier sont rendus par une ligne en relief; la pilosité, les côtes, les muscles
et autres détails anatomiques par du vernis dilué. Les contours sont marqués par une fine bande de
vernis noir dont l'artiste cerne son dessin avant de couvrir du même vernis le fond de la représentat
ion10. À la cuisson, le vernis noir a pris par endroit une teinte orange. La bandelette qui ceint la
chevelure de l'hoplite, sur la face secondaire du vase, est dessinée d'une couleur pourpre.
10 J. V. NOBLE, The Techniques of Painted Pottery (1965),
p. 83.
BCH12S (2001) STAMNOS D'ATHÈNES n° 5898 DU PEINTRE DE BRYGOS 93 LE
Rg. 5-6. Ornements linéaires et végétaux du stamnos.
Ornements linéaires et végétaux. La lèvre n'est pas décorée, non plus que la partie rainurée de l'em
bouchure, tandis que le bourrelet biseauté est orné d'oves avec des points dans les interstices (fig. 5).
L'épaule, au point de jonction avec le col, porte un motif de languettes (fig. 8). Sur la panse du vase,
sous la scène figurée, court un méandre orienté à gauche, entre deux lignes (fig. 3, 6), du type b de
D. C. Kurtz (AWL, fig. 4). Le dessous de l'anse et la partie de la panse située entre ses attaches ne
sont pas peints ; chacune des anses est encadrée par un ornement végétal constitué de quatre palmettes
à sept feuilles, disposées en croix, reliées par des rinceaux qui dessinent un quadrilatère (fig. 5-6).
Chacune des deux palmettes de l'axe vertical de l'anse est bordée d'un rinceau qui se termine par
deux volutes à la base, tandis qu'une autre volute se greffe extérieurement sur le rinceau de la pal-
mette supérieure. Les deux autres palmettes ont le pétale central nervure ; de la base de chacune
d'elles jaillissent, en direction opposée, deux tiges terminées chacune par un bouton de lotus, un rin
ceau à deux volutes se greffant en outre sur les tiges inférieures.
Le décor figuré
Face principale (fig. 7-9)
On y voit représenté un guerrier barbu avec casque et cnémides, de profil à gauche, tenant
une lance et un bouclier. Manquent un fragment de la jambe gauche et de la bordure du tablier
en cuir du bouclier. Le guerrier s'appuie sur la jambe gauche, avançant la jambe droite pliée.
Dans la main droite il tient la lance, le bras à horizontale et l'avant-bras levé. Le bouclier, tenu
BCH125 (2001) 94 OLGA E. TZACHOU-ALEXANDRI
Flg. 7. Face principale du stamnos. Le guerrier.
Flg. 8. Face principale du stamnos. La tête du guerrier. Flg. 9. Face principale du stamnos. Le corps du
guerrier.
BCH125 (2001) STAMNOS D'ATHÈNES n° 5898 DU PEINTRE DE BRYGOS 95 LE
par la main gauche, cache celle-ci de même qu'une partie du corps, jusqu'au départ des cuisses.
Les traits du visage sont vigoureux. L'œil est grand et allongé, l'iris décentré, près de la paupière
supérieure. L'arête du nez est cachée par le protège-nez du casque, l'aile rendue par une courbe
en forme d'hameçon. La bouche est entrouverte. La barbe est traitée comme une masse, bordée
cependant par de courtes boucles hélicoïdales. La moustache, fine, ne rejoint la barbe qu'à l'e
xtrémité inférieure. De la chevelure, on ne voit que quelques boucles hélicoïdales qui s'échap
pent du couvre-nuque et d'autres sur la joue, à côté des couvre-joues. Le casque est attique,
représenté les couvre-joues relevés ; il est orné sur le front de quatre rangées de points, tandis
que le cimier porte deux rangées de points entre trois lignes. Les chevilles du personnage sont
rendues par une petite ligne courbe. Les cnémides portent, près de la bordure supérieure et paral
lèlement à celle-ci, un décor linéaire en forme de rinceau, la genouillère dessinant une petite
protubérance ovoïde qui servait à la suspendre ; à l'extrémité inférieure sont dessinées deux lignes
parallèles et, sur le bord, une ligne oblique en dents de scie. Du bras droit pend une étoffe plis-
sée, visiblement l'himation, orné de larges coups de pinceau sur les bords ; sur un pli l'artiste a
dessiné un point. Le bouclier est circulaire et porte en épisème un lion prêt à attaquer, la patte
avant gauche posée sur le sol, la droite en l'air, la queue enroulée vers le haut, les mâchoires
ouvertes et la langue sortie. Sur l'antyx sont peints, à intervalles réguliers, sept rivets qui fixent
le revêtement intérieur, tandis qu'à la partie inférieure deux éléments décoratifs en forme d'oi
seau séparés par un zigzag retiennent le tablier protecteur en cuir. De la bordure de celui-ci,
seule une partie est conservée, suffisante toutefois pour que l'on devine qu'elle était dentée ; au-
dessus des dents figure une ligne de points décorative ; un œil impressionnant, apotropaïque,
constitue la décoration principale du tablier. À droite du bouclier et en oblique vers le bas, on
distingue cinq lettres d'une inscription dépourvue de sens : M Ν Ο Ν Ε.
Face secondaire (fig. 10-12)
Elle représente un guerrier barbu marchant vers la droite, tenant une lance et un casque,
en compagnie d'un chien. Manquent une partie de la chevelure, du cou, de la poitrine et de
l'épaule droite, de même que les jambes à partir du milieu du mollet. Manquent aussi les pattes,
le ventre et un fragment de la queue du chien. L'homme s'appuie sur la jambe gauche et avance
la droite. Dans la main gauche, dont le bras est plié au coude, il tient la lance. De la main droite,
bras légèrement fléchi en arrière, il tient un casque corinthien par le protège-front, plongeant
l'index dans la fente de l'œil. Les traits du visage sont vigoureux. L'œil se détache, le sourcil est
allongé. L'arête du nez est légèrement incurvée, l'extrémité angulaire et retroussée, l'aile rendue
par une ligne en accent circonflexe. Deux courbes superposées dessinent le pavillon de l'oreille,
tandis qu'une petite courbe marque le pli intérieur du lobe. La barbe est figurée comme une
masse, mais le bord n'en est pas conservé. La chevelure est rendue de la même manière, mais
sur le front et sur la tempe elle forme de petites boucles hélicoïdales. Le cimier du casque est
BCH125 (2001)

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.