Les Casques de Bernières d'Ailly (Calvados). [Casques de Falaise] - article ; n°12 ; vol.8, pg 3-12

De
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 1911 - Volume 8 - Numéro 12 - Pages 3-12
10 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1911
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins

Léon Coutil
Les Casques de Bernières d'Ailly (Calvados). [Casques de
Falaise]
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1911, tome 8, N. 12. pp. 3-12.
Citer ce document / Cite this document :
Coutil Léon. Les Casques de Bernières d'Ailly (Calvados). [Casques de Falaise]. In: Bulletin de la Société préhistorique
française. 1911, tome 8, N. 12. pp. 3-12.
doi : 10.3406/bspf.1911.6359
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1911_num_8_12_6359(Calvados). . ее Casquée de Bernièree d'Aîlly
[Caequee de Falaise].
L. COUTIL (Saint-Pierre-du-Vauvray, Eure).
En 1901 et 1902, nous avons publié une étude générale sur
Y Epoque Gauloise dans le sud-ouest de la Belgique et le nord-
ouest de la Celtique, résumant et analysant les découvertes effec
tuées dans les cinq départements de la Normandie (1).
Parmi les objets étudiés, nous avons décrit les casques trou
vés à Sainte-Anne d'Entremont, en 1832, car beaucoup d'archéo
logues les ont classés comme gaulois (2) et presque tous les artis
tes les ont placés sur la tête des guerriers gaulois. Parmi les
œuvres les plus connues, nous citerons le cavalier gaulois deFré-
miet, du Musée de Saint-Germain, et le Vercingétorix de Bar-
tholdi, sur la place de Jaude, à Clermont-Ferrand, qui fait face
au plateau de Gergovie ; nous pourrions aussi citer les noms de
centaines de peintres et d'illustrateurs de livres. C'est pour
démontrer l'erreur dans laquelle ces artistes et même des archéolo
gues étaient tombés, que nous avions pris soin de décrire, dès
1901, une vingtaine de casques analogues de formes, unis ou
ornés, dont l'ornementation se retrouve sur des objets ou des
débris de plaquettes estampées, dans les cachettes de l'Age du
bronze. Nous n'avions pu alors consulter l'ouvrage de O.
Montelius, dont le premier volume a été publié, en 1895 ; quant
au second, il parut deux ans après notre étude (3).
Nous avons donc formé notre documentation sans ce travail,
qui a depuis singulièrement facilité les nouvelles recherches ; il
(1) Notre étude publiée, en 1901 et 1902, dans le Bulletin de la Société nor
mande d'Etudes préhistoriques (T. IX et X, 302 pages, 19 planches) n'ayant été
imprimée qu'à tent exemplaires, et le tirage à part seul ayant été orné de plan
ches de comparaison (50 exemplaires), cette étude nous a été souvent demandée
depuis. A deux reprises, nous avons autorisé à rééditer nos planches, qui ont été
aussi accompagnées par les documents que nous avions cités, dès 1901.
Afin de donner satisfaction à nos collègues, nous avons consulté la Société pré
historique française, qui a bien voulu reproduire le chapitre relatif aux casques,
avec les planches de ces casques et de leurs similaire.*.
(2) Le nouveau Larousse illustré, en 8 volumes, (article Casque), reproduit sur une
planche le casque de Bernières d'Ailly comme casque gaulois.
(3) O. Montelius. — La civilisation primitive en Italie depuis t introduction des
métaux. 1 Italie centrale 1895, et Tome 1Г. Italie septentrionale, НЮ4. 2 SOCIÉTÉ PRÉHISTOniQOE DE FRANCE
nous a fallu correspondre avec les conservateurs des musées et exé
cuter des photographies, alors inédites. Depuis neuf ans, il n'a
manqué à nos premières citations que les deux casques de Novi-
lara, signalés depuis par M. Montelius, et rappelant ceux du Theil,
de la Seine à Paris, d'Auxonne, de Posen, de Pockinger Haid, et
du Mezn (musée de Mayence) ; ainsi que le petit personnage nu
portant un casque analogue à ceux qui précèdent, trouvé à Reggio
d'Emilie (musée de Bologne) et reproduit par M. 0. Montelius.
OitiGiNE des Casques.
Nous tenons tout d'abord à rappeler les découvertes de cas
ques et h signaler les objets trouvés parfois, avec ou près d'eux,
ce qui a un réel intérêt. C'est ainsi que le casque du Theil était
accompagné d'une hache à ailerons, d'un fragment de moule pour
ce type de haches (ce qui est très important) et d'une ceinture à
pendeloques. Près des neuf casques de Bernières d'Ailly, on dé
couvrit aussi une hache à ailerons, deux lances, un bracelet uni
et un autre strié (ce dernier est au Musée des Antiquaires de
Normandie, к Caen).
D'après M. Montelius, le casque de Corzieto était accompagné
d'une épée к antennes, d'une lance, de sa bouterolle, objets qui
sont bien de l'Age du bronze, tandis que la fibule à arc, avec
son bâtonnet et sa plaquette, et le trépied très compliqué, sont
étrusques. Ce casque de Corneto se trouvait donc avec des objets
de deux époques un peu distinctes, et on l'a classé dans une pé
riode que l'on a qualifiée de Villanova, à cause d'autres découvertes
de casques dans cette région ; mais on doit faire remarquer qu'un
casque identique a été trouvé en Podolie (Russie), un autre à
Salzbourg, donc Villanova n'a pas le privilège de ces casques. 11
est nécessaire aussi de dire que la lance, la bouterolle etl'épée à
antennes de Corneto sont nettement delà fin de l'Age du bronze,
et que des armes absolument semblables ont été recueillies dans
des gisements remontant к cette époque (1).
On a objecté aussi qu'outre l'épée à antennes de Corneto; on
en avait trouvé une autre dans une sépulture àllallstatt, etqu'une
autre fibule à arc a été recueillie à côté d'un casque en terre
(1) Nous citerons lés épées des stations lacustres suisse: Gorcelette (2 épées),
Concise (musée de Lausanne),lac de Luyssel (musée de Berne); en France, à Aliès,
dans le Cantal ; dans le Rhône, à Lyon de Rennes), Picquigny (Somme),
Venat (Charente) ; en Styrie, à Gratz ; à Stettin ; à Enxleben, province de Magde-
bourg; dans ia trouvaille de Bologne; deux dans l'Italie centrale (Montelius,
pi. 131); Terni, Ascoli Narce ; une à "Vetuliona (Montelius, pi. 190); à l'arsenal
de Turin ; aux musées do Copenhague et de Stockholm; à Uplande ; en Angleterre,
à Witham, au-dessous de Lincoln. SOCIETE PREHISTORIQUE DE FRANCE 3
cuite à Lavatoio, près Verucchio, ce casque est de même forme
et de même décor que la série des casques de la région de Cor-
neto : mais si les fibules sont presque introuvables jusqu'ici dans
les cachettes de l'Age du bronze, il y en avait une cependant
la cachette de Larnaud (Jura), une autre à Moëringen.
Reprenant nos premières conclusions et l'étude du premier
groupe, où nous avons réuni les casques non ornés, de même
forme que ceux de Bernières d'Ailly, cités ci-dessus, et que nous
avions classés à la fin de l'Age du bronze, nous dirons que cette
forme simple, jusqu'ici retrouvée dans le Calvados, la Seine, la
Côte d'Or, le Loir-et-Cher, la Prusse Rhénane, la Prusse et la
Bavière, a été adoptée dans l'Italie du Nord, l'Autriche et la
Russie méridionale, en l'ornant de zones pointillées, perlées, de
cercles concentriques, et parfois de têtes d'oiseaux sommaire
ment indiqués (ornementation faite au repoussé), et que le centre
le plus important, où jusqu 'ici on a retrouvé ces sortes de cas
ques, est l'ancienne Tarquinia. La fibule et le trépied qui accom
pagnaient le casque de Corneto, et
la fibule associée au casque en terre
cuite de Verocchio-Lavatoio prouvent
bien que l'industrie de cette région
diffère un peu de la fin de notre
Age du bronze. Nos cachettes de
bronze n'ont d'ailleurs fourni que
trois fibules, une à arc et à côtes
LAVATOI de Larnaud, deux plus simples du
Fig.l. — let 2, Fibules de la fin de lac du Bourget, les stations lacustres l'Age du Bronze;— 3 et i, Fibules du
Suisses n'en ont donné que cinq, et 1er Age du Fer.
de même style que celle de Larnaud;
avec des côtes plus saillantes, à Mœringen; mais (particularité
intéressante), le cimetière de Golasecca en a fourni une pareille;
donc certaines formes de fibules et d'épées de l'âge du bronze se
retrouvent au premier âge du fer, avec ces casques, dans l'Italie
centrale.
Il estdonc bien permis d'admettre, qu'à la même époque, l'Italie
centrale ait été un peu en avance comme civilisation sur les régions
situées au delà des Alpes, où l'on a trouvé des casques unis du
type de Bernières d'Ailly, puisqu'on a trouvé des casques
ornés, ailleursqu'en Etrurie, à Salzbourg(Autriche), et en Podolie
(Russie). Nous croyons donc qu'il est prudent d'attendre encore
la réunion d'une série beaucoup plus complète d'autres décou
vertes sur cette même question pour suivre l'évolution dans tous
ses détails et préciser cette intéressante question.
Quant au classement des casques de cette série, il faut bien 4 SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE DE FRANCE
rappeler que tout le mérite en revient à la perspicacité de MM.
Gabriel et Adrien de Mortillet, lors du classement de la cachette
de Larnaud (Jura). Toutefois, G. de Mortillet n'avait rien spécifié
à ce sujet dans sa Fonderie de Larnaud, publiée dans les Etudes
paleo-ethnologiques dans le Bassin du Rhône, en 1876. C'est Adrien
de Mortillet, qui fit très justement remarquer qu'un petit pivot
conique était semblable à ceux des casques du Theil et de celui
quia été trouvé dans la Seine : on cria alors à la témérité; depuis,
on a reconnu qu'il avait raison. lia du reste placé cet objet dans
son Musée préhistorique (1), à côté d'un crochet en forme d'oiseau
dont la place se retrouve bien ici, puisque ces oiseaux de cette
forme ont été reproduits sur les casques de Corneto et de
l'ancienne collection Castellani.
Nous voyons déjà la chronologie de tous ces casques que
l'on a placés à l'aurore du ilallstatt, comme pré-étrusques,
celto-illyriens ou du type de Villanova, appellations qui évoquent
des régions assez éloignées des localités où l'on a trouvé les cas
ques non ornés ; par suite, il est rationnel qu'il existe de légères
modifications dans l'ensemble de l'industrie qui accompagne ces
casques, sans qu'il faille pour cela admettre une différence chrono
logique bien sensible entre tous les casques cités.
Description des Casques de Bernières-D'Ailly.
En 1882, un laboureur nommé Malině, labourant un champ
voisin du château d'Ailly, situé près du hameau de Sainte-Anne-
d'Eiitremont (Calvados) (2) trouva à 10 mètres environ des fossés
du château occupé alors par M. de Vauquelin, neuf casques en
bronze engagés les uns dans les autres, la pointe en l'air; ils
étaient, paraît-il, disposés en triangle, par groupes de trois.
Le propriétaire du champ, M. de Vauquelin, offrit deux cas
ques à ses gendres : celui de M. d'Acy, devait compléter la col
lection qu'il offrit au Musée de Saint-Germain, mais au décès de
M. d'Acy, il fut vendu à M. Costa de Beauregard, en 1907. L'au
tre fut donné à M. de Glanville, de Rouen, il a figuré à l'exposi
tion universelle de Paris, en 1867; à sa mort, il fut vendu
1700 fr. à Rouen; il se trouve actuellement à Rome dans la col
lection Odescalchi. Un autre fut offert au musée de Rouen, et les
(1) La planche LXXXIV, fig. 957, lr" édition 1881; et pi. LXXXIX, fig. Ill, de
l'édition de 1903.
(2) C'est à tort que l'on a désigné ces casques sous le nom de casques de Fa.
laise, puisqu'ils ont été découverts à près de 10 kilomètres de cette ville; c'est éga
lement à tort que le Bulletin des Antiquaires de France a signalé cette découverte
comme ayant eu lieu, en 1845, puisque Ed. Lambert l'a décrite, dès 1837, PREUISTORIQUE DE FRANCE 5 SOCIETĚ
six autres sont actuellement au Musée de Falaise ; l'un d'eux a
appartenu à M. le Dr Canivet, de Falaise, il a figuré a une expos
ition archéologique organisée en cette ville par l'Association
normande.
Ces casques sont exécutés par le procédé de l'estampage, ils
sont soudés et non rivés. On a retrouvé des fragments de bronze
mince rivés dans un certain nombre de cachette de l'âge du
bronze : ce procédé a été utilisé à Hallstatt et en Etrurie pour
des vases. Après le ramollissement au feu, on trempait ces feuil
les minces pour les durcir.
Les casques sont formés de deux feuilles de bronze mince et
légèrement jaunâtre, de un millimètre d'épaisseur, estampées sur
un calibre et réunies vers le sommet de la calotte en forme de
cône elliptique, contourné dans le sens du plus grand diamètre
par une crête aplatie et saillante d'environ 0m02, arrêtée à angle
droit, et rayée au burin de plusieurs stries parallèles à l'incl
inaison du rampant; sur certains casques, cette crête est ornée de
trois groupes de 4 et 5 lignes parallèles ; elle se termine en pointe
aiguë, ce qui donne au casque, vu de profil, l'aspect d'un trian
gle isocèle. Les demi crêtes sont réunies par un rabattu, non
rivé ; dans la partie basse, le bandeau est fixé par six rivets ou
longues goupilles cylindro-coniques rivées en dedans du casque
et saillantes de 0m022 a l'extérieur (trois sont en avant, et trois der
rière). Deux ou trois filets repoussés et parallèles ornent le bandeau
mesurant 0m05 de hauteur moyenne. Les côtés de la calotte pré
sentent au centre un léger renflement en arête, disparaissant
au sommet et vers la base, où il aboutit à des éeussons elliptiques
bombés, fixés au casque par quatre clous rivés et servant de base
à une oreille rectangulaire à l'intérieur, évidée, que traverse une
ouverture elliptique très allongée. Ces oreilles en métal épais,
longues de 0m04, hautes en moyenne de 0m036, saillantes de
OmO28, ont une lèvre retouchée à la lime; la partie collée à l'écus-
son est généralement courbe et ornée d'un bourrelet strié. Ces
appendices creux ont pu servir à fixer des ornements, plumes,
ailes, crins ou autres objets, au moyen d'un, deux ou trois trous,
car sur chaque casque, les trous sont difiéremment placés; ces
appendices varient aussi un peu de forme et de grosseur : un
trou existe en dessous d'un des appendices, son emploi est diffi
cile à justifier (casque du Musée de Falaise Fig. D'). Sur les six
casques de ce musée, un seul n'a pas ces appendices latéraux, les
autres en sont munis ; le casque du Musée de Rouen n'a pas non
plus d'appendices, tandis que ceux de MM. d'Acy et de Glanville
en possèdent.
Un des casques du musée de Falaise a subi une réparation près
L. COVTIL. 6 SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE DE FRAACL
d'un des appendices, on y a rivé une plaquette de 0rai2 sur 0ш06
A l'intérieur de la coiffure et juste en arrière des appendices,
près du bord et sur les deux côtés opposés, se trouve une bande
étroite ou bride de bronze mince rivée aux extrémités, ces deux
bandes ont pu servir à fixer des jugulaires (il en existe sur le
casque du musée de Salsbourg). Une troisième bande existe sur
plusieurs casques du musée de Falaise et sur le casque du musée
de Rouen, ce qui semble faire écarter l'idée que ces lames aient
servi d'attache pour des jugulaires; tandis qu'au centre de la bor
dure, sur les côtés, on remarque un ou deux trous qui ont très
bien pu servir à fixer les jugulaires à l'intérieur, ainsi qu'une
bande de cuir ou d'étoffe pour amortir le contact du métal
contre les cheveux et surtout le front, comme cela a été observé
sur deux casques étrusques.
La moyenne des mesures des diamètres antéro-postérieurs varie
entre 0m260 et 0ra283; les transverses, entre 0ml20
et 0m165. Le casque de M. d'Acy (Costa de Beauregard) me
sure 0ra23 de diamètre antéro-postérieur et 0m16 de diamètre
transverse, et comme hauteur 0m275. Les casques du musée de
Falaise mesurent comme hauteur totale de 0m20 a 0m283 ; diamèt
re antéro-postérieur 0m21; diamètre transverse 0IM17', les hom
mes qui devaient porter ces casques étaient dolicocéphales.
Casques de Comparaison (1).
Premier groupe. — Casques a calotte unie du type de
Bcrnières ďAilly (Calvados).
1° Casque à légère arête latérale, à sommet pointu, avec trois
raies en relief sur la bordure, sous les trois pivots; trouvé dans
le Rhin, à l'embouchure du Mein (musée de Mayence), diamètre
antéro-postérieur 0m2I, diamètre transverse 0m175; fac simile au
musée de Saint-Germain.
2° et 3° Casque analogue de Posen, et un autre de Bavière, trouvé
dans la rivière l'inn (Musée de Munich), ces casques sont indi
qués par A. Demmin. Guide des amateurs ď armes et ď armures .
Amiens, 1869, p. 149.
(1) Pour les casques qui peuvent être comparées, voir Franz Freiherrn von Lip-
perheide. Antike helme. Munich, 1896, pour les casques trouvés en Allemagne 9-10
23, casques italiens, p. 5, 6, 15,16 et Montelius. La civilisation primitive en Italie
depuis l'introduction des métaux : 1° Italie centrale, Stockholm î89-r>. II" Italie septen
trionale, 2 vol. 1904. SOCIETĚ IMIĚIHSTOIÍIOUE DE FKANCE 7
4° Casque avec deux rivets peu saillants sur le bord, en avant
et en arrière, sommet delà crête moins pointu, sans nervures laté
rales, trouvé à Auxonne (Musée de Saint-Germain) ; diamètre
antéro-postérieur 0m20, diamètre transverse 0m75.
5° Casque h deux rivets proéminents et offrant la (orme ci-des
sus du n° 2, provenant de Pockinger Haide, près Indling (Basse-
Bavière), musée bavarois de Munich.
6° Casque à calotte et crête arrondie, avec deux rivets saillants
en avant et en arrière, du Theil, près Billy (Loir-et-Cher), musée
du collège de Pontlevoy (diamètres 0m223 et 0'n75.
7° Casque de même forme, offrant en plus deux petites nervu-
les saillantes et parallèles sur le bord, trouvé dans la Seine à
Paris, acquis par Forgeais, vendu à Napoléon III; actuellement,
au musée de Saint Germain ; diamètre antéro-postérieur 0ni225
et transverse 0m175.
7° bis- Pivot ayant servi à orner la orner la bordure d'un cas
que, cachette de Larna-ud (Jura); au musée de Saint-Germain.
8° Casque de Picquigny (Somme), trouvé avec une épée à
antennes, en l'an VII, au pied de la côte Sud, à 3 mètres de
profondeur dans la tourbe « à côté de squelettes couchés dans
un bateau naufragé, le squelette qui avait l'épée avait aussi un
casque qui fut vendu a un chaudronnier et fondu ».
(Mongez, Mémoires de l'Institut, Littérature et Beaux-Arts.
Fructidor an XII; et abbé Breuil, l'Age du Bronze dans le Bassin
de Paris, épée n° 65).
Deuxième groupe. — Casques avec calotte et crête ornées de points,
de perles^de cercles concentriques et d oiseaux à peine indiqués ;
avec deux, trois ou quatre rangs de grosses perles parallèles en
relief sur la base; trois petites tiges parallèles à légère tête, ces
trois rivets diffèrent des précédents, qui sont des cônes très
allongés, la calotte arrondie surmontée d'une pointe, la crête
très accusée et large (type de Corneto, trouvé aussi en Autri
che et en Russie méridionale).
9° Casque de Novilara, province de Pesaro (Italie centrale), à
cimier ovoi'de orné de raies et de points fins, le bord orné de
dents de loup, il n'a pas de rivets saillants (Type du Theil, près
Billy, et de la Seine, à Paris).
10° Autre casque de Novilara, province de Pesaro, à cimier plus
arrondi et orné de grosses perles entourées de cercles, avec bord
uni, pas de rivets saillants (Type du Theil et de la Seine, h Paris).
11° Casque orné à la base de deux raies saillantes et de trois

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.