Les parures de la grotte Tournié à Pardailhan (Hérault) - article ; n°5 ; vol.79, pg 151-160

De
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 1982 - Volume 79 - Numéro 5 - Pages 151-160
10 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1982
Lecture(s) : 102
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins

Paul Ambert
Hélène Barge
Les parures de la grotte Tournié à Pardailhan (Hérault)
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1982, tome 79, N. 5. pp. 151-160.
Citer ce document / Cite this document :
Ambert Paul, Barge Hélène. Les parures de la grotte Tournié à Pardailhan (Hérault). In: Bulletin de la Société préhistorique
française. 1982, tome 79, N. 5. pp. 151-160.
doi : 10.3406/bspf.1982.5378
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1982_num_79_5_5378Bulletin de la SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE 1982 /TOME 79/5
Les parures de la grotte Tournié
à Pardailnan (Hérault)
par Paul Ambert et Hélène Barge
La grotte Tournié ou Grande Grotte de Coulouma
/. — DESCRIPTION DU MATERIEL DE PARURE se trouve dans la Montagne Noire au Sud-Est de
Saint-Pons. Après un sondage de J. Lauriol en 1962
et une fouille méthodique entreprise de 1970 à 1978
Nous avons utilisé, pour la- typologie classique, la par P. Ambert et son équipe, elle s'est révélée être
définition adoptée dans la thèse de l'un d'entre nous (4). un des habitats néolithiques les plus importants du
département de l'Hérault. La stratigraphie, les data
Bronze final tions С 14 et les premiers résultats ont déjà fait l'ob
jet d'une note (2) et peuvent se résumer comme suit : Couche 2 : 1 anneau ouvert en bronze de section
rectangulaire et de 2,8 cm de diamètre externe (fig. Bronze final-Bronze moyen : Cl à 5. 1, n° 2). Classique au Bronze moyen en Languedoc, ancien : С 6-7 (1550 B.C.), С 8 (1650 B.C.) cette forme perdure au final. et С 9 ? (1450 B.C.).
Vérazien : С 12 (2090 B.C.) et С 14 (2180 B.C.). Bronze ancien
Saint-Ponien final : С 16 (2220 et 2250 B.C.).
Flèches à pédoncule, fonds plats, cordons digités, récent : С 18 (2350 B.C.), niv. Ill anses en ruban, tasse à décor de tradition campani- (2275 B.C.), С 20 b (2150 B.C.) et С 20 с (2350
forme, poignard en cuivre (1). B.C.).
Saint-Ponien ancien : С 22 a (2270 B.C.), С 22 b Couche 6 : 1 fragment de défense de suidé poli et
perforé (fig. I, n° 3). (2700 B.C.) et niv. IV (2825 B.C.).
Néolithique moyen : niv. IV d (3950 B.C.). Couche 8 : (M С — 1131) 3600 ± 80, soit 1650 ancien ? : niv. VI b (4450 B.C.
n° — 7). 1 perle discoïde irrégulière en malachite (fig. 1, Cette importante séquence stratigraphique permet
de constater après celles de Camprafaud et Font-
— 1 perle discoïde ornée d'une gorge en os (fig. 1, Juvénal, l'antériorité du Saint-Ponien sur le Véra n° 5). zien, ce qui n'exclut pas des chevauchements. Elle n° — 1 perle biconique mince (Type 1) en os (fig. I, montre également l'évolution sur place du Saint-
4). Ponien, dont les datations sont à ce jour les plus — 1 disque plan-convexe à perforation centrale en anciennes connues et coïncident avec les plus récen os très mince (fig. I, n° 6). tes datations du Chasséen méridional. A côté d'un
riche matériel lithique et céramique, une soixantaine Couche 9 : (M С — 909) 3400 ± 100, soit 1450
B.C. (Bronze ancien ?) d'objets de parure diversifiés et datés au С 14, fait
— 1 perle discoïde en chlorite d'épaisseur inégale exceptionnel pour un habitat, nous ont paru mériter
(fig. I, n° 8). une attention toute particulière. 152
GRANDS
40 кя
8 Ю
Fig. I - 1 carte de situation des gisements cités : G. S. de l'Anis 2, Valflaunès : 13 ; G.H. de Bonnefont 2, St-Étienne-d'Albagnan : 17 ; G. S.
de la Boucle, Corconne : 6 ; G.H. de Camprafaud, Ferrières-Poussarou : 20 ; G.S. de Caudanières, Ferrières-Poussarou : 19 ; D. de
Combe-Lignières, Félines : 27 ; D. de Ferrières, Ferrières-les-Verreries : 11 ; G.H. de Font Ju vénal, Conques : 31 ; G.S. de la Haute-
Fournarié, St-Hippolyte-du-Fort : 4 ; St. de Gabelas-Cormureau : 23 ; D. de Jappeloup, Trausse-Minervois : 26 ; G.H. Julio, St-
Vincent-d'Olargues : 16 ; G.H. de Labeil, Lauroux : 8 ; D. des Lacs 1 et 5, Minerve : 28 ; G.H. de Lauriol, Olargues : 15 ; G.H. de
Limousis : 25 ; G.H. de la Madeleine, Villeneuve : 14 ; D. de la Palombière, St-Chinian 21 ; D. de Pech Menel, Quarante : 29 ; D. des
Peirières, Villedubert : 32 ; St. de Quarante : 30 ; G.H. de Resplandy, St-Pons : 18 ; G.S. du Roc A4, Cessenon : 24 ; G.H. de
St-Étienne-de-Gourgas : 9 ; G.S. de St-Jean-d'Alcas : 2 ; G.H. de St-Pierre-de-la-Fage : 10 ; G.H. du Salpêtre de Coutach, Sauve : 7 ;
G.H. de Sargel 1, St-Rome-de-Cernon : 1 ; G.H. Tournié, Pardailhan : 22 ; G.S. de la Traucade 1, St-Julien : 5 ; G.H. des Treilles, St-Jean-St-Paul : 3 ; G.S. des Trois Chênes, Rouet : 12 ; G.S. du Trou de Viviès, Narbonne : 33 (G.H. : grotte habitat - G.S. : grotte
sépulcrale - St. : station - D. : dolmen). 2 à 10 parures de la grotte Tournié : 2 Bronze final, 3 à 8 Bronze ancien, 9 et 10 Néolithique
final (Vérazien). :
153
— 1 perle discoïde irrégulière en os (fig. 2, n° 11). Vérazien
— 1 perle en calcaire blanc dur (fig. 2, n° Jarres à mamelons superposés, mamelons vert
19). icaux près du col, pastillage au repoussé, cannelure — 5 fragments de bracelet en os compact, assez près du bord (2).
dense et très peu calcifié, de section subrectangulCouche 10-12 1 demi-perle discoïde en calcaire aire. Deux fragments sont collés l'un sur l'autre, et blanc friable (Vérazien ?) ffig. 1, n° 9). quatre extrémités possèdent des trous de réparation.
Couche 12 : (M С — 1 132) 4040 ± 80, soit 2090 La moitié d'un bracelet identique à été trouvée par J.
Lauriol (fig. 2, nos 24 à 27). B.C.
— 1 demi-perle ovoïde épaisse (Type 2) en calcite' Couche 20 : environ 2350 B.C.
blanche translucide (fig. I, n° 10). — 1 perle discoïde cassée en enstatite blanche (pâte
vitreuse amorphe) (fig. 2, n° 13).. Saint-Ponien récent — 3 perles discoïdes en roche verte (chlorite) (fig.
Le niveau saint-ponien final (couche 16) n'a pas 2, nos 15 à 17).
fourni de parure. — 1 demi-perle discoïde en os (fig. 2, n° 10).
Couche 18 : (M С — 1 183) 4300 ± 100, soit 2350 — 1 perle discoïde en lignite (fig. 2, n° 21).
B.C. — 1 perle biconique épaisse (type 2) en lignite (fig.
— 1 coquille de Cardium percée par usure au cro 2, n° 23).
chet (fig. 2, n° 1). — 1 perle biconique mince (type 1) en calcaire
— 1 perle discoïde en calcaire (fig. 2. n° 14). blanc (fig. 2, n° 20).
Vers le fond de la cavité la couche 20 a été subdi Saint-Ponien ancien
visée en 3 niveaux : 20 a, 20 b et 20 с (correspon Lames larges, flèche asymétrique, poinçons, lisdant au niveau III du sondage de l'entrée daté de soirs en os et bois en cerf. Vases à mamelons et M С — 716 : 4225 ± 100. soit 2275 B.C.). cordons (2).
Couche 20 a : non datée, environ 2350 B.C. Couche 22 a : (M С — 1185) 4720 ± 140, soit
Matériel autour d'un petit foyer bien aménagé. 2770 B.C.
Flèches asymétriques, poinçons en os, vases à carè — 1 métacarpe de chien préparé par usure et percé à
nes basses et cordons superposés (2). l'extrémité supérieure (fig. 3, n° 2).
— 1 galet en roche verte de forme irrégulière dont — 1 fragment de stalactite percé (fig. 3, n° 23).
l'orifice naturel semble avoir été aménagé (fig. 2, n° Couche 22 b : (M С — 1282) 4650 ± 100, soit
9). 2700 B.C.
— 1 pendeloque droite ornée de 4 gorges parallèles — 1 première incisive inférieure droite de suidé per
en os compact, de 6 cm de long (fig. 2, n° 7). cée et cassée au niveau de la perforation avec des
— 1 demi-perle discoïde en steatite (fig. 2, n° 12). traces d'usure sur une face (fig. 3, n° 6).
— 1 perle cylindrique en chlorite (fig. 2, n° 18). Couche 22 : environ 2770 B.C.
Couche 20 b : (M С — 1184) 4100 ± 100, soit — 2 fragments de coquille de Cardium non perfo
2150 B.C. rées (fig. 3, n° 10).
— 1 crache de cerf dont la racine a été amincie et Lamelles en silex blond, lames épaisses, flèches
percée (fig. 3, n° 9). asymétriques. Industrie en os et en bois de cerf.
— 1 canine inférieure gauche de chien de petite Vases à cordons superposés, à carènes ornées de
taille percée par usure bilatérale et cassée au niveau boutons.
de l'orifice (fig. 3, n° 8). — 2 canines de chien de petite taille percées par
— 1 humérus droit de lapin dont l'extrémité inféusure bilatérale : 1 inférieure gauche et 1 supérieure
gauche cassée au niveau de l'orifice (fig. 2, nos 3-4). rieure a été aménagée pour faire passer un lien dans
l'orifice naturel (fig. 3, n° 5). — 1 perle biconique mince (Type 1) en lignite (fig.
2. n° 22). — 1 perle discoïde en calcaire blanc (fig. 3, n° 12).
Niveau IV : (M С — 796) 4775 ± 90, soit 2825 Couche 20 с : (M С — 905) 4300 ± 100, soit
B.C. 2350 B.C.
— 1 extrémité inférieure droite d'humérus de lapin — 1 fragment de coquillage de forme ovale, non
perforé (fig. 2, n° 2). aménagée par usure de la poulie articulaire et dont
— 1 canine inférieure droite de sanglier adulte, po l'orifice naturel est ovalisé (fig. 3, n° 3).
— 1 canine inférieure droite de très jeune sanglier, lie, refendue, cassée au niveau de la perforation et
munie d'une encoche sur un bord (fig. 2, n° 5). refendue et percée ; on remarque près de l'orifice de
— 1 pendeloque conique en bois de cerf de taille fines stries d'usure (fig. 3, n° 4).
moyenne (fig. 2, n° 6). — 1 deuxième incisive inférieure droite de suidé
— 1 droite ornée de 6 gorges parallèles juvénile percée par usure bilatérale et cassée au n
en os compact de 8 cm de long (fig. 2, n° 8). iveau de l'orifice (fig. 3, n° 7). 154
7 24 '
Fig. 2 - Parures de la grotte Tournié : 1 à 27 Néolithique final (Saint-Ponien récent). 1
155
— 1 fragment de bracelet en schiste vert de section — 1 pendeloque rectangulaire en jayet. Peut-être
sublosangique. Hauteur 0,5 cm, épaisseur 0,9 cm s'agit-il d'une pendeloque en griffe dont l'extrémité
(fig. 3, n° 25). inférieure a été cassée et repolie ? (fig. 3, n° 119).
— 11 perles discoïdes en calcaire blanc dont 6
Néolithique ancien exemplaires sont collés deux par deux par une mat
ière rougeâtre semblable à de la résine (fig. 3, nos Niveau VIb : (M С — 904) 6400 ±150, soit 4450
13 à 20). B.C.
— 2 perles ovoïdes type 1 en calcaire (fig. 3, nos 21 Séparée par des couches stériles de IV d, c'est la
et 22). plus ancienne couche connue dans la grotte. Pré— 1 pendeloque « idole » en bois de cerf munie sence d'ossements humains (2).
d'une gorge de suspension dégageant une tête ronde — 2 pendeloques ovalaires en schiste vert de section
et une extrémité effilée. Elle a conservé les nervures mince. Une troisième pendeloque identique a été du bois sur une face (fig. 3, n° 1). trouvée par J. Lauriol (fig. 3, nos 26 et 27).
Saint-Ponien de base ou plus ancien Sondage J. : en plus de la pendeloque en
schiste et du fragment de bracelet en os, il faut — 1 Columbella rustica tronquée et percée sur le
mentionner 1 de défense de suidé percé, 1 côté (fig. 3, n° 24).
fragment de Cardium et 1 petite palette de schiste à
Néolithique moyen bords arrondis (8).
Niveau IVd : (M С — 797) 5900 ± 100, soit 3950
B.C.
Séparé du niveau précédent par deux couches sté //. — ANALYSE ET COMPARAISONS
riles IV a et IV с Deux lamelles en silex blond,
céramique bien cuite et lissée (2).
Nous allons analyser successivement chaque
culture en soulignant chaque fois l'apport original
des parures que l'on y a découvertes. PARURES Na NmSPa SPr Ba Bf
1 . — Les niveaux supérieurs Pendeloque ovalaire en schiste
Bracelet en schiste
Coiumbella rustica
Incisive de suidé a) Le Bronze ancien
Crache de cerf Les parures des couches 6 à 9 sont caractéristiques Métapode de canidé
du début de l'Age du Bronze et bien représentées Humérus de lapin
Pendeloque rectangulaire en jayet dans le Minervois. Les défenses de suidé, les perles
Idole en bois de cerf discoïdes en chlorite assez courantes dans le Sud de Stalactite percée l'Hérault et les perles en malachite sont un héritage Perle ovoïde T2 en clacaire
du Néolithique final. Les perles plates et irrégulières Cardium
Canine de canidé en malachite sont connues dans le Lodévois et sur
Perle discoïde en calcaire tout dans le Minervois et l'Aude-Roussillon (grotte Canine de suidé A4 du Roc ; dolmen 5 des Lacs ; dolmens de la Galet percé en roche verte
Palombière et de Combe Lignières...). Pendeloque à gorges en os
Fragment de test non percé Les perles en os biconiques Type 1 et à gorges, conique en bois de cerf ainsi que les disques à perforation centrale en os Perle discoïde en roche verte
jusque là trouvés dans des sépultures (dolmens du en os
Perle discoïde en lignite Minervois, de l'Aude), sont plus spécifiques du biconique Tl en lignite Bronze ancien. C'est la première fois qu'on les renPerle T2 en contre en stratigraphie. Les coquillages et les pendebiconique Tl en calcaire
loques en test, si courants pendant cette période, Perle cylindrique en roche verte
Bracelet en os sont absents.
Perle ovoïde Type 2 en calcite translucide
Perle discoïde en malachite b) Le groupe Vérazien à gorge en os Deux perles seulement sont attribuables au groupe Perle biconique Type en os
de Véraza, ce qui confirme la rareté des parures à Disque à perforation centrale en os
Anneau en bronze cette époque (7). Les perles discoïdes en calcaire,
très courantes au Néolithique final surtout en Lan
guedoc oriental, sont relativement bien connues dans Na : Néolithique ancien — Nm : Néolithique moyen — S Pa : Suint-
le Sud de l'Hérault. Un exemplaire provient de la Ponien ancien — S Pr : Saint-Ponien récent — V : Vérazien — Ba :
Bronze — Bf : Bronze final. couche vérazienne de la grotte de Camprafaud. 156
Fig. 26 3 - et Parures 27 Néolithique de la grotte ancien. Tournié : 1 à 23 Néolithique final (Saint-Ponien ancien), 24 base du Saint-Ponien ancien, 25 Néolithique moyen, :
157
Les perles ovoïdes Type 2 en calcite translucide xien et au Caussenard (Les Treilles à St-Jean).
sont exceptionnelles dans cette région. Elles se trou L'exemplaire de la grotte Tournié est le plus méri
vent pour leur majorité en Languedoc oriental, près dional trouvé jusqu'à ce jour, le plus proche étant
celui du dolmen de la Roquette à St-Pargoire. C'est de la bordure cévenole (niveau fontbuxien de la
aussi le premier attribué au groupe Saint-Ponien. grotte du Salpêtre de Coutach).
Cette découverte n'est d'ailleurs pas surprenante 2. — Le groupe Saint-Ponien dans une région si riche en industrie du bois de cerf.
• Les galets de forme irrégulière, elliptique ou Les objets de parure les plus nombreux et les plus droite, mesurant entre 2 et 8 cm de long (maximum
variés appartiennent au groupe Saint-Ponien et, de entre 3,5 et 5 cm), en roche verte, en calcaire ou en même que le groupe contemporain de Ferrières en schiste, sont connus du Néolithique ancien au début Languedoc oriental, témoignent d'une grande r de l'Age des Métaux. Celui de Tournié est le premier
ichesse d'invention dans ce domaine. A Tournié, signalé dans un niveau Saint-Ponien.
trois phases saint-poniennes ont été distinguées. La • Inconnus également dans cette culture étaient phase finale n'a pas livré de parure. Les phases
les fragments de test régularisés et polis, prêts à être récente et ancienne ont donné respectivement 15 et
perforés. Les pendeloques en test sont elle aussi 13 types de parure dont 4 leur sont communs.
rares au Néolithique final (Ferrérien, Vérazien).
— Les perles : a) Le niveau Saint-Ponien récent
• Les perles sont bien représentées et la plupart
— Les pendeloques : d'entre elles sont pour la première fois mentionnées
dans un contexte saint-ponien comme les quatre mod• Les plus anciennnes pendeloques en os ornées èles suivants. de façon tout à fait originale proviennent du Lodé-
— les perles en os discoïdes et ovoïdes Type 1 vois : un modèle plat orné de coches, en forme de S,
sont exceptionnelles au Néolithique final. L'une attribué au Néolithique ancien (St-Pierre-de-la-Fage)
d'elles provient d'un niveau chasséen, récent (Sargel et un autre agrémenté de trois globules dégagés par
1), une autre d'un niveau ferrérien (Trois Chênes) et des gorges provenant d'un niveau chasséen (St-
une autre de forme cylindrique est attribuée au Saint- Étienne-de-Gourgas). Elles préfigurent les pendelo
Ponien (Resplandy). Les perles en os sont surtout ques allongées ornées de 4 à 10 stries ou gorges
répandues dans la culture de Fontbouisse, au Campanparallèles et mesurant entre 4 et 8 cm de long. Les
iforme et au Bronze ancien. exemplaires à gorges de la grotte Tournié sont uni
ques. Les seuls comparables sont ceux des grottes de — Les perles discoïdes en roche verte dure, en
Bonnefont 2 (Saint-Ponien) et de Limousis (4 gorges steatite et en chlorite de la grotte Tournié sont de
en pas de vis). On en trouve également en Espagne taille moyenne et ont été fabriquées à l'unité. Ces
dans la grotte sépulcrale de Kobeaga 1 à Sorginzulo perles sont fort nombreuses dans la culture de Ferriè
(province de Viscaya) en contexte campaniforme (3). res où elles sont souvent calibrées (dolmen de
D'autres pendeloques ornées de stries se rencon975 ; grotte du Mas d'Avène : 562 ; grotte de la
Boucle : 7) et dans des contextes fontbuxien et camtrent dans le Sud de L'Hérault, l'Aude et l'Ariège.
Deux d'entre elles, à 4 et à 10 stries obliques en pas paniforme (station du Mas du Noble ; dolmen des
de vis, sont attribuables au Chasséen-Néolithique f Peirières). Signalées pour la première fois dans un
inal (Labeil et Lauriol). Celle de Sargel 1 se rattache niveau Saint-Ponien, elles sont très courantes à des
périodes plus récentes dans le Saint-Ponais et le Mi- au Chalcolithique ancien des Grands Causses. Enfin,
nervois. L'analyse a révélé que l'une des perles discelles à 6 stries (Lacs 1 et 5) et 10 stries obliques
(dolmen de la Roquette) sont attribuables au coïdes était en enstatite, pâte vitreuse amorphe ;
Chalcolithique-Bronze ancien. c'est la première fois que l'on signale ce type de
minéral pour une parure. Comme la chlorite, Г enstatLes pendeloques en os ornées restent relativement ite est un constituant des roches ignées et peut se rares et la majorité se situe dans l'aire saint-ponaise
trouver dans le Sud de l'Hérault. au sens large. Quelques-unes sont isolées dans les
— Les perles cylindriques en roche verte, souvent Grands Causses, l'Ariège et le Gard (grotte de Mey-
irrégulières, sont plus fréquentes en Languedoc rannes).
oriental dans les cultures de Ferrières (La Boucle) et • Les pendeloques coniques en bois de cerf sont de Fontbouisse que dans l'aire saint-ponaise. On les également peu courantes (19 sites pour le Languedoc rencontre cependant dans certains dolmens du Miner- et les Grands Causses). On les trouve principalement
vois (Pech Menel, la Palombière). dans des grottes, habitats ou sépultures, localisées
— Les perles biconiques Type 1 en calcaire sont les régions montagneuses de l'Ardèche (Gaude)
peu courantes. On les trouve au Néolithique final en et du Gard (Prével). Elles mesurent entre 3,5 et 8 cm
Ardèche dans les cultures de Ferrières (Trois Chê- de long et appartiennent pour la plupart au 158
— Les perles discoïdes en calcaire de Tournié nes) de Fontbouisse et le Chalcolithique récent des
Grands Causses (Les Treilles). sont d'un calibre relativement gros. On compte 2
discoïdes dans la phase récente, 12 discoïdes et 2 • Les perles en lignite et en jayet sont très nom
ovoïdes Type 1 dans la phase ancienne. Ces perles breuses sur les Grands Causses et près de la bordure
en calcaire très banales, déjà signalées dans des coucévenole à partir du Néolithique final et diminuent
ches saint-poniennes (Camprafaud ; Resplandy), ne progressivement vers le Sud. Les discoïdes sont les
mériteraient pas de citation si plusieurs d'entre elles plus courantes dans la culture de Ferrières (La Bou
n'étaient collées deux par deux par une substance cle ; Trois Chênes) et au Chalcolithique (Les Treil
rougeâtre, probablement une résine. L'analyse a réles). Elles sont très rares dans les dolmens régio
vélé la présence de phosphate, ce qui pourrait faire naux, mais pas inconnues (La Palombière ; Jappe-
penser à une colle d'os. D'autres exemplaires de loup). Les perles biconiques Type 1 et 2 répandues
perles discoïdes collées ont été trouvés dans cette sur les Grands Causses au Chalcolithique récent (Les
même région : en steatite (grotte du Roc A4), en Treilles) se rencontrent également dans le Néolithi jayet et en jayet + calcaire (grotte de Caudanières). que final saint-ponais (Resplandy ; St-Etienne-de-
Citons encore des perles en calcaire (grotte de la Gourgas). Traucade 1), en test (grotte des Treilles et de St-
— Les bracelets connus jusqu'à présent dans le Jean-d'Alcas). Il existe aussi des cas de perle dis
Néolithique final étaient en calcaire de section b coïde en steatite coincée dans une perle cylindrique
iconvexe haute et étroite comme au Chasséen (site en calcite (Madeleine ; Trois Chênes).
ferrérien près de Nîmes). Signalons également deux
exemplaires de section haute et étroite en os (Labeil) c) Le niveau Saint-Ponien ancien et en bois de cerf (Resplandy), dans un contexte
— Les craches de cerf se rencontrent dans des Saint-Ponien. Les fragments de bracelet en os com
régions élevées, l'Ardèche, les Cévennes, le Lodé- pact de Tournié sont tout à fait exceptionnels. Ils ont
une section subrectangulaire (0,3 et 0,4 cm haut, x vois et la Montagne Noire. Communes dans la
culture de Ferrières (Mas d'Avène ; Haute Fourna- 0,5 et 0,6 cm épais.) et semblent appartenir à un
même modèle qui aurait 5 cm de diamètre interne et rié), on les retrouve plus à l'ouest dans des milieux
6 cm de diamètre externe. Les extrémités sont termi mêlés (dolmens du Minervois et C5 de la grotte de
Labeil). Celle de Tournié est la première mentionnée nées par un trou de réparation parfois cassé et repris
dans un niveau Saint-Ponien, fait étonnant pour un à côté.
groupe où le bois de cerf tient une si grande place.
b) Les parures communes aux niveaux Saint- A l'exception des craches de cerf, toutes les pen
Ponien récent et ancien deloques et les perles décrites par la suite étaient
déjà utilisées.
Au nombre de quatre, elles étaient déjà connues
— Les incisives de suidé sont généralement peu dans d'autres gisements du groupe saint-ponien.
employées par rapport aux canines. Certains exemp
— Les coquilles de Cardium très ubiquistes sont laires ont été découverts dans des contextes Saint-
plus rares dans le Ferrérien que dans le Saint-Ponien Poniens (Resplandy : 4) et fontbuxien (Boucoiran ;
(Resplandy ; Camprafaud ; Bonnefont 2 ; St- Anis 2).
Etienne-de-Gourgas). Elles sont souvent percées au — Les métapodes de canidé connus dès le Néolcrochet par usure moins fréquemment par percus
ithique ancien (St-Pierre-de-la-Fage) se retrouvent sion. Mais ces coquilles restent cependant l'apanage
dans le Saint-Ponien avec une bonne fréquence (Resdu Chasséen (Camprafaud) et des cultures liées au
plandy ; Camprafaud ; Bonnefont 2 ; Julio ; Labeil ; début de l'Age des Métaux.
St-Etienne-de-Gourgas). Les métapodes de toutes
— Les canines de suidé présentes dès le Chasséen sortes sont d'ailleurs spécifiques de cette culture.
(Sargel 1) sont bien représentées dans les niveaux — Les humérus de lapin, peut-être utilisés dès le Saint-Poniens (Resplandy ; Bonnefont 2 ; Julio) et le Néolithique ancien (Camprafaud), sont également Néolithique final de St-Etienne-de-Gourgas et de La nombreux. Nous avons étudié 33 exemplaires de la beil (C 9). Elles perdurent au Fontbuxien et au grotte de Resplandy dont certains ont un orifice natuBronze ancien. rel légèrement agrandi ; mais ils ne peuvent emporter
— Les canines de canidé sont relativement rares sans réserve notre adhésion. Par contre, ceux de la
en Minervois et quasi absentes plus au Sud. Plus grotte Tournié montrent des traces indubitables de
abondantes en Languedoc oriental, on les rencontre façonnage dans le but d'user la poulie articulaire
pour faciliter le passage d'un lien. C'est d'ailleurs à du Chasséen au Bronze ancien. Régionalement, c
itons plusieurs canines percées provenant des grottes notre connaissance les seuls humérus possédant un
tel aménagement de l'orifice, assimilant de façon de Camprafaud, Resplandy et Bonnefont 2. La plu
part sont perforées par usure bilatérale. formelle ces os à des pendeloques. 159
— Les perles sont peu diversifiées dans la phase de faible hauteur. Des traces de stries parallèles sur
les bords de l'orifice, vestiges du travail de perforaancienne du Saint-Ponien, essentiellement en cal
tion et de polissage, se remarquent sur certains d'entcaire de forme ordinaire, discoïde, ovoïde Type 1 ou
re eux. Deux fragments trouvés en grotte (Lauriol et cylindrique.
Bonnefont 2) appartiennent à un contexte chasséen et Nous avons tenu à signaler dans cette note l'objet Saint-Ponien. Les autres proviennent de ramassages de la fig. 3, n° 1. Quel que soit son usage, il a été de surface (Quarante ; Gabelas-Cormureau). Un dercité par plusieurs de nos confrères sous le terme nier plus méridional provient du Trou de Viviès à d'« idole » (5). Celle de Tournié est une des plus Narbonne. Leur diamètre intérieur compris entre 4 et grandes et des mieux finies. Des traces de lustrage 5,7 cm est l'un des plus petits, après ceux en roche sur la gorge et les côtés laissent supposer son utilisa verte (3,6 à 5 cm). tion comme pendeloque. Sur la douzaine de pièces
recensées, la plupart se situent dans la région de
Saint-Pons (Resplandy ; Camprafaud ; Poussarou ;
b) Le Néolithique ancien Labeil) et dans quelques sépultures caussenardes,
celle de Font Juvénal restant la plus méridionale
connue. Des objets en bois de cerf identiques exis Les galets percés sont communs à tout le Néolithi
tent dans les palafittes suisses. que. Ils sont répartis dans les garrigues du Gard, les
petits causses de l'Hérault et le Minervois (Abri — Enfin la Columbella rustica découverte à la
Jean-Cros). Les exemplaires ovales et plats en base du niveau Saint-Ponien ancien est la seule men
schiste de Tournié sont les premiers de ce genre tionnée jusqu'à présent dans cette culture. Ses carac
signalés dans la région. Leur intérêt est accru par la téristiques, tronquée à l'apex et percée latéralement,
date ancienne (4 450 B.C.) du milieu où ils ont été la rapprochent de celles connues dans le Néolithique trouvés, milieu dont l'état civil reste problématique ancien (Camprafaud).
eu égard à l'absence totale de mobilier. Les mêmes
proviennent de gisements plus récents, fontbuxiens
(stations des Crouzels et des Trois Chênes dans le
Gard). 3. — Les niveaux anciens
a) Le Néolithique moyen
Les bracelets sont des éléments de parure bien CONCLUSION représentés en Languedoc au début du Néolithique.
Dans la phase ancienne, ils sont en test et en cal
caire, de section ovale et de faible hauteur. Au Chas A l'issue de cette étude l'on peut constater que les séen, les bracelets en calcaire de section haute et fouilles de la grotte Tournié ont été riches d'enseiétroite, triangulaire à sub triangulaire, sont très nom
gnement. A côté de certains types de parure dont breux (6). Il en existe cependant quelques-uns en l'usage va du Néolithique à l'Age du Bronze (dents roche verte (Vigne Debru ; station de la Madeleine).
percées, Cardium, perles en calcaire) d'autres L'exemplaire de la grotte Tournié élargit l'éventail n'avaient jamais été signalés dans la région de Saint-
des matières au schiste vert dont huit fragments iden Pons ou en stratigraphie dans certaines cultures, tiques et peu connus sont localisés dans la région ainsi les pendeloques en schiste (Néolithique an
comprise entre le Saint-Ponais et le Biterrois. Ils cien), les bracelets en schiste vert (Chasséen), les
sont de section biconvexe ou subtriangulaire large et pendeloques coniques, les pendeloques à gorges en
os, les craches de cerf, les bracelets en os compact
(Saint-Ponien), les perles en malachite et en os, les Diam. Diam. Site Section Hauteur disques à perforation centrale en os (Bronze ancien). interne externe
La période la plus intéressante est le Saint-Ponien. Tournié Subtriangulaire faible hauteur 4.7 6,6
Quarante Ovale » 5.5 8.2 La phase ancienne est encore proche du Chasséen » Bonnefont 2 Subovalaire 6 8.2 avec des coquillages, des pendeloques en os, dents, » Lauriol Ovale 4.6 6.4 métapodes et quelques perles en calcaire. La phase Gabelas-
Cormureau Subtriangulaire » 5.6 8,3 récente, tout en gardant des éléments anciens, est
Gabelas- déjà plus proche de la fin du Néolithique avec plu» 5.7 8,2 sieurs parures nouvelles jamais mentionnées jusqu'à Gabelas-
présent, pendeloques en os ou en pierre, bracelets en » Cormureau Subtriangulaire 4 6
Viviès Ovale haut, moyenne 5 6 os compact, nombreuses perles de forme et de mat
ière variées.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.