Liste des noms de lieu inscrits sur les monnaies mérovingiennes. - article ; n°1 ; vol.26, pg 443-464

De
Bibliothèque de l'école des chartes - Année 1865 - Volume 26 - Numéro 1 - Pages 443-464
22 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1865
Lecture(s) : 112
Nombre de pages : 23
Voir plus Voir moins

Anatole de Barthélémy
Liste des noms de lieu inscrits sur les monnaies
mérovingiennes.
In: Bibliothèque de l'école des chartes. 1865, tome 26. pp. 443-464.
Citer ce document / Cite this document :
de Barthélémy Anatole. Liste des noms de lieu inscrits sur les monnaies mérovingiennes. In: Bibliothèque de l'école des
chartes. 1865, tome 26. pp. 443-464.
doi : 10.3406/bec.1865.446006
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bec_0373-6237_1865_num_26_1_446006LISTE
DES
NOMS DE LIEUX
INSCRITS SUR LES
MONNAIES MÉROVINGIENNES.
Parmi les monuments qui peuvent fournir les renseignements
les plus nombreux sur la géographie historique de la France,
depuis le sixième jusqu'au milieu du huitième siècle, il faut
placer les monnaies frappées pendant cette période. Il est inutile
d'insister ici sur ce fait que, près de deux cents ans, la
monnaie ayant cours dans l'ancienne Gaule offre dans ses l
égendes une riche collection de noms de lieux. Constatons sim
plement que celte variété est telle que les sous et les tiers de sou
mérovingiens nous donnent la forme contemporaine de plus de
sept cents désignations topographiques.
J'ai essayé, ailleurs, d'expliquer les motifs qui avaient ainsi
multiplié les noms de lieux sur le numéraire public : je n'abor
derai pas aujourd'hui cette question. Mon travail est encore
trop récent pour que mes confrères en numismatique aient pu
me soumettre les objections et les critiques que je recevrai avec
reconnaissance \
Mais j'ai pensé qu'un catalogue général des légendes monétaires
mérovingiennes, rédigé au point de vue géographique, pourrait
avoir quelque utilité. Il y a 25 ans, M. Adrien de Longpérier
a donné cette liste : depuis cette époque, le nombre des pièces
s'est singulièrement accru, et le travail de mon savant ami
1. Voy. Revue archéologique, 1865, pag. [ et teq. 444
nécessite un supplément qui permet de doubler le catalogue
primitif 1 .
J'ai réuni dans la liste qui suit les légendes de toutes les monn
aies mérovingiennes qui ont été publiées, et de celles, encore
inédites, qui m'ont été signalées. Certaines légendes qui figurent
dans des ouvrages recommandables ne sont pas rappelées au
jourd'hui, parce qu'il m'a semblé indispensable d'éliminer les
fausses lectures, trop longtemps répétées dans les recueils2. J'ai
passé également sous silence les légendes composées de lettres
placées au hasard et ne présentant pas un sens bien appréciable.
Je crois pouvoir affirmer que tout nom de lieu qui n'est pas men
tionné dans cette liste est inédit3.
J'ai marqué d'un astérisque toutes les légendes que j'ai pu
déchiffrer moi-même, soit sur les pièces elles-mêmes, soit sur des
empreintes fidèles. — Quant aux attributions, j'ai cru devoir user
de la plus grande réserve et n'indiquer que celles qui sont à peu
près incontestables. Chacun pourra, s'il le veut bien, me faire
part des assimilations de noms de lieu, que des études locales
permettent seules de deviner. Entre plusieurs localités homo
nymes, il me sera souvent facile de trouver celle dont le nom
figure sur la monnaie en étudiant le style, le type et la fabrique.
Il me paraît impossible qu'un numismatiste, à lui tout seul,
prétende déterminer les nombreux vici qui sont rappelés par les
monnaies de l'époque mérovingienne : il faudrait, pour essayer
d'aborder un pareil travail, avoir des ressources bibliographiques
qui manquent encore : je veux parler d'un catalogue général des
noms anciens de toutes les localités de France 4 . Trop souvent,
dans des monographies spéciales, on a voulu enrichir son propre
pays du plus grand nombre possible de monuments ; trop sou
vent on s'est laissé entraîner à chercher des assimilations en
1. Ann. de la Soc. de l'hist. de France, 1841.
2. J'ai commencé dans la Revue numismatique, 1864, p. 401 et seq., une étude
rectificative des légendes des monnaies mérovingiennes.
3. Je recevrai avec une vive gratitude les communications qui me seront faites, et
qui me permettront de laisser encore moins incomplet le catalogue que je publie au
jourd'hui.
4. Les dictionnaires topographiques, publiés sous les auspices du ministère de
l'instruction publique, ne font encore connaître qu'un nombre de départements trop
restreint pour faciliter mon travail ; aussi je fais appel au bienveillant concours
de mes confrères, ainsi qu'à celui de MM. les archivistes. 445
feuilletant simplement le « Dictionnaire des postes. » II y a bien
encore une autre source d'erreur, mais celle-ci est moins excu
sable : je veux parler de la tendance à favoriser à tort et à travers
des attributions problématiques, afin d'exciter la passion des col
lectionneurs, et de leur vendre le plus cher possible des pièces
convoitées.
Je vais examiner brièvement les données principales que la
numismatique mérovingienne fournit dès à présent à l'étude de
la géographie.
Nous constaterons tout d'abord que les localités qui suivent
sont, jusqu'à présent, les seules qui mentionnent des noms de
rois ' :
Acaunum, Mettis,
Arelatum, Palatium,
Arvernum, Parisius,
Aurilianis, Tornacum,
Bannaciacura, Tulium,
Cautotianum, Ucece,
Cavilonnum, Virdunum,
Colonia, Vivarium.
Masilia,
Quelques chefs-lieux de cités manquent encore dans les séries
numismatiques : il y a lieu d'espérer que plusieurs de ces l
acunes disparaîtront peu à peu : on jugera facilement de la géo
graphie numismatique des cités par le tableau ci-dessous. J'em
prunte àB. Guérard le tableau de la Gaule au dixième siècle2,
en marquant d'un astérisque les cités dont les monnaies sont
connues :
1. Je ne parle pas ici des localités assez nombreuses qui paraissent indiquées
par des lettres initiales ou par des monogrammes sur les monnaies de Théodebert :
la lecture de ces sigles n'est pas encore assez certaine.
2. Essai sur le système des divisions territoriales de la Gaule sous les rois
des Francs, p. 123. Je n'ai pas cru devoir suivre la « Notice des provinces et cités
de la Gaule, » parce que les monnaies mérovingiennes mentionnent des cités posté
rieures à ce document, par exemple Nevers, Laon, Lausanne, etc. 446
Beauvais, *Lyon,
2e Belgique. *Langres,
* Laon. Amiens, Térouanne, i™ Lyonnaise, (Suite.) *Autuu,
♦Châlon,
*Mayence, * *Mâcon. Rouen,
lre Germanie. * Strasbourg, Worms, Spire, *Bayeux,
* Avranches,
2e Lyonnaise.' Constance. Évreux,
*Séez, * Cologne,
Lisieux, 2e Germanie. * Liège, \ ^ Coutances. Utrecht.
l *Toims, * Besançon,
Bellai, *Le * Angers, Rennes, Mans, Sêquanie. * Lausanne,
*BâIe.
* Moûtiek, Quimper, Z* Lyonnaise. * Vannes, * Aoste, Alpes graies.
* Sion. Léon,
Tréguier, 'Vienne,
Saint-Brieuc,
Alet, * Genève, Viviers, Grenoble,
\ *Dol.
Ve Viennoise.
Die, * *Sens, Chartres,
* Valence, Saint-Jean-de-Mau *Auxerre,
rienne. 4* Lyonnaise.
* Paris, Orléans, Troyes, Meaux, * Able s,
Saint -Paul -Trois
Châteaux, *Nevers.
Vaison, *Tbèves, Orange, 2« Viennoise. *Metz, ift Belgique. Cavaillon,
*Toul, * * Verdun. Reims, *Avignon, * Marseille,
Toulon, *Soissons, \ Carpentras.
*Châlons, * Vermand-Noyon, /*Boubges, 2e Belgique. | * Clermont, *Arras,
1" Aquitaine. *Rodez, * * Tournai, Cambrai,
* *Alby, Cahors, *Senlis, 44;
' Limoges, /*Narbonne, 1" Aquitaine ' Javouls-Mende, * Toulouse, (Suite). 'Le Puy. Béziers,
Nîmes,
e Narbon- /*Bobdeaux, *Lodève., Uzès, naise. *Agen,
Agde, 2e Aquitaine. **Angoulême, Saintes,
Carcassonne,
Elne, *Poitiers, * Périgueux. Maguelonne.
ÍAix,
/*Auch, Apt,
Dax, 2e JSarbon- Riez,
Lectoure, naise. У* { Fréjus, Gap, Comminge,
? Conserans, f Sisteron, Novempopu-
\ Antibes. Lescar, lanie.
*Aire, *Embbun,
* Digne, *Bazas,
*Tarbe-Bigorre, Alpes Senez,
maritimes. *01oron, Glandève,
\ Bayonne. Nice,
Vence.
On remarquera dans les légendes mone'taires trois localités qui
portent la désignation de civilates, bien qu'elles ne figurent pas
dans le tableau qui précède : jvamvcocive (Namur), giansicve-
BONOJNiAcrvi1 : peut-être ces Ailles ont-elles été chefs- tate (?),
lieux de diocèses, temporairement, comme les évèchés éphémères
d'Ârisitum dans la première Aquitaine, et de Châteaudun dans la
quatrième Lyonnaise, dont Grégoire de Tours nous a conservé le
souvenir 2 .
Aujourd'hui on connaît un assez grand nombre de pagus ment
ionnés sur les monnaies mérovingiennes : il y a d'abord ceux
qui sont expressément indiqués comme :
1. M. de Longpérier attribue à Cantorbéry le triens qui porte dorovernis ci vitas ;
les numismatistes anglais affirment que cette pièce leur semble plutôt française
qu'anglaise. Si on adopte leur opinion, Dorovernis serait à ajouter aux trois noms
que je "viens de signaler, (cf. Rev. num., 1838, p. 469 etseq. ; The Numismatic
journal, avril 1838).
2. Greg. Tur., Hist.yV, 5; VII, 17. 448
Aletia радо, Cambortese радо,
Biaenate радо, Condapense p.
Brienone pao, Cor. . . . .da радо.
Ensuite viennent les noms qui indiquent des pays plutôt que
des localités, tels que :
Jcauninsis, Gabalorum,
Albigiinse, Locivelacorum,
Agennapio ? Maurienna,
Austrebanto, in Pontio,
Barrense, Velecassino,
in Cesemo, Feremund, Firomandis,
Conseranis, Conserines, Vellavos.
Diàblentas,
Mon confrère et collègue M. Jacobs a établi qu'à l'époque mé
rovingienne le mot pagus indiquait toute espèce de territoire : ce
serait l'équivalent de l'expression vague pays, qui est encore
employée aujourd'hui i . Il admet cependant que parfois, malgré
le sens indéfini de ce mot sous les Francs, le pagus pouvait rappe
ler d'anciennes circonscriptions fixes, comme aux époques gau
loise et gallo-romaine. Les monnaies fournissent les témoignages
les plus sûrs à l'appui de l'exception constatée par M. Jacobs :
parfois, en effet, l'emploi du mot pagus me paraît être l'indica
tion d'une circonscription territoriale définie dont l'origine r
emontait déjà à une haute antiquité: ainsi les Cotiser ani, les Dia-
blentas, les Gabali, les Viromandi, les Vellavi formaient des
cités d'après la « Notice des provinces » , et plusieurs de ces noms
se retrouvent dans César. Quelquefois la croix qui est presque
uniformément gravée au revers des triens mérovingiens, est ac
costée de lettres initiales 'qui indiquent tantôt la cité, tantôt le
pagus: мл à Marseille et à Mâcon, va à Valence, ca à Chalon-sur-
Saône, lv à Lyon; be àBeaune pour le pagus Belnensis, al à Alise
Sainte-Eeine pour le pagus Alsinsis ; ar pour la civitas Arver-
nensis; le pour la civitas Lemovicensis .
Les castra sont assez nombreux : les monnaies nous en révè
lent 27 :
1. Géographie de Grégoire de Tours, de Frédégaire et de leurs continuateurs,
par Alf. Jacobs; 2e édition. Paris, Didier, 1861, p. 43 et seq. 449
Alisia, Castrum fusci, Lenna, lucidum, Avallone, Mediotanum,
Barrum, Claruccum, Neioialum,
Cornilium, Belenum, Oliccia,
В lesům, Cornu, Petra,
Donna, Talilum, Borbo,
Burbulne, Dosum, Tila,
E bur гит? Uzerca. Caino,
Castra audmini, Juliocum,
Nous trouvons trois basiliques: à Orléans, Chalon-sur-Saône et
Sain -Martin de Tours.
Les églises sont celles de : Angers, Bordeaux, Limoges, Poitiers
et Sens.
Les monastères mentionnés par les monnaies sont assez nom
breux : Orléans, Bannassac, Brioude, Ligugé, Saint-Martin de
Tours, Saint-Denis, Jumiéges, Soissons, Saint-Maurice en Valais,
Chelles. Je ne sais si on doit attribuer à des monastères, à des
chapitres ou à de simples paroisses les triens qui portent des vo
cables de saints : c'est là une question à étudier :
Sci Maxc, Sci Maximini,
Sco Aredio, Sci Pétri,
Sci Avicula, Sci Martini (tous les triens por-
Ste Eclesie, tant le nom de Saint-Martin ne pa-
Sca Flura, raissent pas être de Tours).
Nous ne trouvons qu'une seule domus, c'est Шгоппит et
huit villa :
Caneti, VernemitOy
Carvilla, Filla Maorin,
Juliac, Villa Maus.
Medoiolo,
En Austrasie on voit quatre malla; la numismatique noua
donne aussi le domaine royal, fiscus, et un mot qui jusqu'ici ne
paraît pas avoir été compris par ceux qui se sont occupés de l'
étude des monnaies, je veux parler de l'expression racio, syno
nyme de domaine ou juridiction* : nous constatons le domaine des
i. Cf. Revue archéol., loc. cit., p. 9.
I. (Sixième série.) 30 450
églises, RACio jEClisle; des basiliques, racio basilici sci mar
tini ; du roi, racio Fisci, racio domini, etc.
Enfin viennent les vici qui se comptent par centaines.
24 *alisiacas, Alise- Sainte-Reine 1 *ABALLONE,AVALLONEC, Aval-
(Côte-d'Or). Ion (Yonne).
25 *ALLECOVICO. 2 *АВ1Ш0 *.
26 *ALNAVIG. 3 *ABRINKTAS, ABBENKTAS,
27 *ALSEGAVBIAVICO, ALSGAVDIA- abbincatas, Avranches
(Manche). VICO.
28 *AMBACEA, AMBACIAVICO, AN- 4 *ACAYNO, ACAVNINSIS, Saint-
Maurice-en-Valais (Suisse). BACE , Amboise (Indre-et
Loire). 5 *ADVBIAVICOa.
6 *AGENNAPIO 3. 29 *ambaciago9, Ambazac
te-Vienne). 7 *agenno , Agen (
ronne). 30 *ambianis, AMBEANis, Amiens
(Somme). 8 AGIVNNIS.
31 AMBROVVIC IO. 9 *AGRVMRONNO.
32 *AMPLIACO ". 10 AGVNNA.
33 *ANACO OU AVNACO. 11 *agvsta. [ťoy. Austa.)
34 *analiaco I2, Tiaillat (Creuse). 12 AILIRVBRIAS.
35 *ANATALO. 13 *ALAONA, AVLAVNAVI 4.
36 XANAVICO ? 14 *ALBENNO, ALBINNO 5.
37 ANDE...NAL. 15 *ALBIACOVICO, ALVIACO.
38 *andecavi ECLESiE , 16 *albie, Alby (Tarn).
drale d'Angers. 17 *ALBIGIINSE, ALBIVIINSE 6.
Í8 *albigi7, Aube (Moselle). 39 *ANDEGAVIS CIVI, ANDEGAVES,
19 ALESTO 8. ANDEGAVIS , AWDICAVIS CIV,
20 *ALETIAPAGO. Angers (Maine-et-Loire).
40 ANDELAOVico,Andelot (Haute- 21 *alfico , alfeco , Le Pecq
Marne). (Seine-et-Oise).
22 *alingavias, Langeais (Indre- 41 ANDERKOING.
42 ANDEBPVS l3. et-Loire) .
43 ANEŠTOLO. 23 ALISEIO.
1. Avigneau, commune d'Escamps 7. Alby (Tarn), Duchalais.
8. Saint-Malo (Ille-et- Vilaine), Le(Yonne), Longpérier.
blanc. 2. Doubs (Doubs), Robert.
3. Gheneppe (Belgique), Longpérier. 9. Amboise (Indre-et-Loire), Cartier.
10. Embrau en Saintonge, Lelewel ; 4. Allonnes (Maine-et-Loire), Cartier;
Lambres (Nord). Allonne (Manche).
5. Albon (Drôme), Duchalais; Alby? 11. Ampilly (Côte-d'Or), Cartier.
12. Anlhiac (Dordogne), (Tarn), Cartier; Aubonne (Doubs),
Plantet et Jeannez. 13. Anvers (Belgique), Cuypers.
6. L'Albigeois, Saulcy. 451
44 *anicio, Le Puy (Haute-Loire). verno , Clermont-Ferrand
45 *anisiacovico , Anisy-le-Châ- (Puy-de-Dôme).
teau (Aisne). 69 ATACIACO VICO.
46 *ANTEBRINNACO, ANTEBREN- 70 ATAGINOS.
NAco l4, Ambernac (Charente). 7 i ATBEBKTis, Arras (Pas-de-
*aktonnaco l5 , Andernach 47 Calais).
(Prusse Rhénane). 72 *atvbre, Aire (Landes).
48 *aoivis. 73 *AVCIACO 2/>.
49 *APRARICIA l6. 74 AVDERICI.
50 *APRIANCO, ABRIANECO r7. 75 *aventeco, Avenche (Suisse).
5t *ARCIACA, ARCIACAS l8, ArCÍS- 76 *AVGVSTEDVNO , AVGVSTEDV-
sur-Aube (Aube). NVM, AVGVSTIDVNO , AVGV-
52 ARCIACO. sotedvno, Autun (Saône-et-
53 *AREGALIACOI(AREGAUVICOi9). Loire).
AREDIVS. 54 77 *AVICO.
55 *aredvnovico, Ardin (Deux- 78 *avinioni civ., Avignon (Vau-
Sèvres) . cluse).
56 arelato civit., ar., Arles 79 *AVRELIANIS CIVITATE, AVRI-
(Bouches-du-Rhône). LIAMS , AVRTL1A CIVITATE ,
*ARELENC0 20. 57 avr, Orléans (Loiret).
*ARGENTAO. 58 80 *avscivs, Auch (Gers).
59 *ARGENTAVI 2I. 81 AVSENO.
60 *ARGENTO. 82 ¥AVSTA CIV1TA, AGVSTA, Aoste
61 *argentorato , Strasbourg (Italie).
(Bas-Rhin). 83 +avsta7 Aouste (Drôme) ?
62 *ARIAGO. 84 4VSTREBAKTO , 1'Ostrevant
63 (pays deBouchain).
*AttLATEVICO ". 64 85 *AVT1ZIODERO, AVTIXIODERO ,
65 AHPACONE. Auxerre (Yonne).
*ARTONAVCIO (ARTONA VICO), 66 86 AV1CIO.
Artonne (Puy-de-Dôme). 87 *AXIMAION1O.
67 *ARTONACO '3. 88 BAGWOBEN.
*AR. CIV. , ARVERNVS CIVIS , 68 89 *BAIECI...
ARVERKOj AREVERNO, ARRO- 90 *BAINISSONE.
14. Antigny (Vienne), Cartier. 19. Aurillac (Cantal), Cartier.
15. Antogny (Indre-et-Loire), Carlier; 20. Ariane (Puy-de-Dôme), Cartier.
Antogné (Aienne), Fillon et de Chastei- 21. Argenlat (Corrèze), Deloche.
gner. 22. Arlet (Haute-Loire), Cartier.
1G. Aprcy (Haute-Marne), Carlier. 23. Arlhon (Indre), Fillon; Arnac-
17. Clievry (Seine-et-Marne), Adrien Pompadour (Corrèze), Deloche.
de Valois, Lelewel; Chabrignac (Cor- 24. Auxy-le-Chàteau (Pas-de-Calais).
rèze), Deloche; Abriac (id. id.). Hermand.
18. Arcis-le-Ponsart (Marne), Fillon.
30.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.