Nouvelles gravures rupestres ďln Habeter (Fezzan S.W., Libye) - article ; n°2 ; vol.68, pg 618-628

De
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 1971 - Volume 68 - Numéro 2 - Pages 618-628
Résumé. — La documentation relative à ce célèbre groupe de stations est considérablement enrichie grâce à 70 inédits relatifs : aux figurations humaines, aux rapports entre hommes et fauves, aux pièges, aux dispositifs elliptiques, aux signes des chasseurs, aux animaux porteurs d'attributs céphaliques et de pendeloques. L'analyse fait ressortir la présence et la persistance locale à l'époque pastorale de la plupart des traits culturels connus aux niveaux archéologiques des chasseurs et des premiers pasteurs.
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1971
Lecture(s) : 44
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins

Paul Huard
Léone Allard
Nouvelles gravures rupestres ďln Habeter (Fezzan S.W., Libye)
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1971, tome 68, N. 2. pp. 618-628.
Résumé
Résumé. — La documentation relative à ce célèbre groupe de stations est considérablement enrichie grâce à 70 inédits relatifs :
aux figurations humaines, aux rapports entre hommes et fauves, aux pièges, aux dispositifs elliptiques, aux signes des
chasseurs, aux animaux porteurs d'attributs céphaliques et de pendeloques. L'analyse fait ressortir la présence et la persistance
locale à l'époque pastorale de la plupart des traits culturels connus aux niveaux archéologiques des chasseurs et des premiers
pasteurs.
Citer ce document / Cite this document :
Huard Paul, Allard Léone. Nouvelles gravures rupestres ďln Habeter (Fezzan S.W., Libye). In: Bulletin de la Société
préhistorique française. 1971, tome 68, N. 2. pp. 618-628.
doi : 10.3406/bspf.1971.10355
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1971_hos_68_2_10355:
Bulletin de la Société préhistorique française, tome 68, 1971, Etudes et Travaux, fasc. 2
Nouvelles gravures rupestres ďln Habeter
(Fezzan S.W., Libye)
par Paul Huard et Leone Allard
Résumé. — La documentation relative à ce célèbre groupe de stations est considérablement enrichie grâce à
70 inédits relatifs aux figurations humaines, aux rapports entre hommes et fauves, aux pièges, aux dispositifs
elliptiques, aux signes des chasseurs, aux animaux porteurs d'attributs céphaliques et de pendeloques. L'analyse
fait ressortir la présence et la persistance locale à l'époque pastorale de la plupart des traits culturels connus
aux niveaux archéologiques des chasseurs et des premiers pasteurs.
Les 70 gravures rupestres nouvelles que nous culturels des Chasseurs (3) et des Pasteurs-gra
présentons se rapportent au groupe de sta veurs (4), maintenant répertoriés du Nil au
tions (1), dont Frobenius a publié les docu Sahara atlantique et notamment dans les secteurs
ments majeurs, comprenant plusieurs chefs- environnant le Fezzan sud-occidental : Akakous,
d'œuvre monumentaux de l'art gravé saharien (2), Tassili, Djado, Tibesti.
représentations de fauves et de bovidés parfois Le présent travail décrit succinctement des non séparables, originales par leur facture documents significatifs extraits de la collection « sculptée » et au « double contour » qui ne L. Allard, auxquels nous sommes heureux de paraissaient pas avoir localement de suite. pouvoir joindre ceux, de grande qualité, que nous
A la lumière des éléments dégagés par notre a aimablement communiqués Mme M.-C. Penel.
enquête palethnologique et culturelle, en cours Les uns et les autres résultent de recherches
depuis 22 ans du Nil au Sahara central, l'ensem attentives limitées aux abords des points d'arrêt
ble des matériaux d'In Habeter s'échelonne des de plusieurs voyages de groupe, principalement
plus anciens Chasseurs jusqu'à la pleine époque à In Habeter III et IL
pastorale et sont porteurs de la plupart des traits
FAUNE SAUVAGE.
Nos documents, postérieurs aux grands él
éphants qui font la gloire d'In Habeter III, (1) In Habeter III est (avec In Habeter II) le principal site rupestre de l'Oued Mathendous, nom de la partie amont de comprennent : 6 rhinocéros et 6 éléphants noul'Oued Bergiug ou Aberho. Il est situé à 800 km de la côte, veaux, au contour légèrement incisé ou piqueté, en lisière N.-O. de l'edeyen de Mourzouk, sur le méridien 12° 10' qui passe à 100 km à l'Ouest de Tripoli, et sur le dont les dimensions vont de 3 m à 0,50 m, de parallèle 20° 4;V qui passe un peu au Sud de Mourzouk. En nombreuses girafes et autruches et 7 petits venant de cette localité par l'Oued Aberho, que l'on, rejoint aussi par la passe de Maknusa à partir de Sebha, on rencontre successivement, d'aval en amont, échelonnés sur 20 km, avec de faibles solutions de continuité : In Habeter 111 (point d'eau, sur les deux rives) ; Inqhaljewen (In Galguien, rive gauche) ; In Habeter II (El Uarer ou El Aourer, deux rives) ; In Habeter I, rive gauche. En amont, dans l'Oued (3) P. Huard : Recherches sur les traits culturels des chasTelissaghen, affluent de gauche de l'Oued Mathendous, se seurs anciens du Sahara centre-oriental et du Nil, Revue trouvent Telissaghen I, II et III (Carte dans A. Pesce, 1967). d'Eyyptoloyie, 17, 1965, pp. 21-80. — Huard (en coll. avec P. Beck), Tibesti, carrefour de la Préhistoire saharienne, Paris, (2) Après Frobenius, R. Capot-Rey et Ph. Diolé ont donné quelques figuration monumentales d'In Habeter III. Celles de Arthaud, 1969, pp. 163-76. — Huard et L. Allard : Etat des recherches sur les Chasseurs du Nil et du Sahara, Bibliotheca Graziosi se rapportent principalement à Inghaljewen, celles de A. Pesce à In Habeter II et Telissaghen III (V. Biblio Orientalis, Leyde, 7-8, 1970. graphie). (4) Cf. état de la question in Huard, 1969, pp. 177-199.
618 buffles antiques (5), presque tous incisés légèr courte, au corps massif, piqueté svir tovite sa
ement ou piquetés superficiellement et de style svirface. Leurs têtes sont différentes, l'une pro
décadent, mesurant 50 à 60 cm. Ils sont d'époque gnathe, l'autre à long nez. Ils visent, dans des
pastorale et à mettre en parallèle avec les deux scènes séparées, des autrviches plus anciennes,
seules représentations de l'espèce connues dans de style subnaturaliste. Enfin, le n° 10, de patine
les confins nigéro-tchadiens (40 et 25 cm), comme moyenne (H : 60 cm, Allard) est un svíjet tardif
avec la plus méridionale, celle d'Oufêké au Sud de la série ithyphalliqvie si bien représentée dans
du Hoggar (L : 1,25 m), également bovidienne ce sectevir, comme dans l'Akakous et au Tassili.
(fig. 1).
Rappelons que, dans le Sud-Marocain, les très HOMMES ET FAUVES. rares représentations de buffles antiques connues
sont tardives. Ainsi, vine espèce considérée comme Dans les scènes de chasse les plus anciennes, ayant disparu la première du Sahara algérien, les Chasseurs sont généralement schématiques, a en fait survécu longtemps à la périphérie sur minimisés et placés au contact des ravives, par orientale, méridionale et occidentale de son habi nécessité de composition. Svir la figure n° 3, tat d'origine. Dans ces secteurs, l'espèce, non c'est le cas, à In Habeter II, du petit archer n° 1, représentée aux hautes époques des Chasseurs, incisé et de patine totale, qui touche de son n'apparaît que dans des stades avancés de leur arc covirt un éléphant de 2,25 m, chef-d'œuvre culture. Ainsi les figurations de buffles antiques auprès duquel il était jusqu'à présent passé inapourraient y avoir une signification plus cultu perçu. De même pour le petit personnage idenrelle qu'écologique. tique n° 2, qui surgit derrière un des membres
antérievirs d'un avitre grand éléphant incisé.
L'archer longiligne piqueté n° 3 (H : 50 cm, FIGURATIONS HUMAINES. Allard) vise à bout portant vine grande girafe
avi trait en V largement ouvert. Le petit archer Les documents de la figure 2, de patine totale piqvieté n° 4, dont le corps utilise vin relief de sauf le dernier, sont d'une grande diversité et la paroi, fait face à vine antilope chevaline leur classement chronologique relatif est conject
incisée (H : 50 cm, Allard). ural. Le n° 1, incisé et visé, de grande taille
(1,50 m env., Allard) a la tête surmontée d'une Un trait culturel plus remarquable est révélé
sorte de mitre piquetée, qui pevit avoir été par des personnages sans armes qvii font le geste
ajoutée. Son arc long a été utilisé postérieure de toucher des fauves à la tête ou à la queue.
ment pour dessiner le dos d'vine chèvre dont le Parfois, il s'agit d'une action de neutralisation
reste du corps est piqueté. Le n° 2 d'In Habeter magique, quand l'animal est attaqvié en même
temps par les Chasseurs (n° II (H : 60 cm, Allard), dont le haut bonnet rectan 5, In Habeter II).
gulaire est rayé de bandes obliques, porte derrière Dvi Nil nubien à l'Atlantique, novis avons la ceintvire la qvieue postiche des Chasseurs. Le dénombré une cinquantaine de ces scènes de n° 3 (H : 50 cm, O. Mathendovis, Penel), repré contact pacifique, dont 14 dans le bassin dvi sente l'accouplement de deux hommes coiffés Nil et en Libye orientale, 12 avi Sahara tchadien l'un d'un masque animal, l'autre d'un bonnet et en Air, vine vingtaine avi Sahara central (Fez- bicorne. Le trait est largement incisé en U. Les zan, Akakous, Tassili, Hoggar), 7 dans l'Atlas archers n° 4 (H : 60 cm, Allard) laissent pendre saharien, le Sud-Marocain et le Sahara espadevant ou derrière leur taille de longs pans, gnol. A In Habeter II, la scène n° 6 est excepcomme plusieurs autres personnages du Mathend tionnelle par la taille de l'opérateur. A In Habeter ovis. Le sujet incisé n° 5 (H : 60 cm, Penel) a le III, une nouvelle « lecture » sur le terrain d'une corps nu marqué de cupules. La grande femme scène publiée donne à penser qvie la lionne n° 7 n° 6 (H : 1,20 m, Penel) avi corps visé, incisé peu peut être affrontée à un personnage à tête disprofondément, dont la coiffure stylisée tombe coïde. Vers l'éléphant n° 8, de taille moyenne,
sur les épaules, est vêtvie d'une robe à ceinture incisé finement, et marqué d'un signe des Chaslarge à bandes, comme celle de certains Chas seurs en forme d'U, vin homme et vine femme seurs. Les nos 7 et 8 d'In Habeter III (H : 40 piquetés tendent le bras. Il en est de même povir et 30 cm, Allard) sont de petits archers à arme le grand rhinocéros n° 9 (L : 1,50 m, Allard) avi
trait légèrement incisé, qu'un petit personnage
schématique fait le geste de toucher, tandis que
son compagnon s'enfviit. (5) Bubalus (buff élus) antiquus, dit « bubale ». Cette espèce décrite par Duvernoy en 1851, admise par certains paléont Autour de la girafe n° 10 d'époqvie pastorale ologistes dont Pomel (1893), a été rejetée par Dùrst, qui iden (H : 60 cm, Mathendous, Penel) au corps incisé tifia l'espèce au buffle indien, avec lequel la ressemblance est frappante. L'utilisation du terme « bubale » pour désigner et piqueté, quatre personnages dont un de type l'étage le plus ancien des gravures des Chasseurs est d'autant « batracien » lèvent les bras pendant qvie le plus ambigu que les naturalistes désignent sous le nom de bubale le grand alcélaphiné Bubalis bo.selaphus, qui a vécu cinquième la touche. au Néolithique en Afrique du Nord, où il est figuré, et qui hante actuellement les savanes du Tchad. On sait que la déno Le relevé n° 11 est unique. Il représente vin mination d'Homoïoceras pour désigner ce buffle antique a été grand éléphant, gravé au trait et visé, svir lequel proposée en 1949 par D.H. Bates. A une époque où l'accumulation des découvertes rupestres dans la moitié est du Sahara est assis vin homme schématique avix bras arrond(où le buffle antique n'a pas vécu) requiert des termes généraux valables pour tout le Sahara, c'est un progrès. is, exécvité au trait incisé net, de patine totale,
619 Fig. 1. — Buffles antiques d'époque pastorale. 1 : Mathendous, Penel, inédit. 2, 3, 4 : In Habeter III, Allard, inédit. 5, Confins nigéro-tchadiens, Huard et Fevai. 7 : Oufêké, S. Hoggar, Huard et Petit inédit.
■'■Л'? Ví
Fig. 2. — Figurations humaines. In Habeter III. 1, 4, 7, 8, 9 : Allard, inédit. In Habeter II. 2 : Allard. O. Mathendous. 3, 5, 6 : Penel, inédit.
620 qui peut avoir été ajouté. Il ne saurait être quest Les relevés nos 12 et 13 (In Habeter III, Allard)
ion, à ce niveau archéologique, d'un éléphant mettent en scène de petits sujets piquetés et de
apprivoisé ; de telles scènes n'apparaîtront en style décadent, personnages schématiques, girafe,
Afrique qu'au Soudan, à l'époque méroïtique, autruche, lion (?), d'époque pastorale avancée.
avec des cornacs d'influence indienne. On est
apparemment en présence d'une scène de carac Pièges circulaires et dispositifs elliptiques. tère psychique, homologue des girafes « mont
ées » dont on connaît sur le Nil et au Sahara
Indiquons d'abord que le crocodile suite bien divers exemples gravés. On remarque que le connu d'In Habeter III (fig. 4, n° 1) a les membpersonnage à la poitrine barrée par deux bau res postérieurs engagés dans vin piège circulaire driers croisés, équipement libyen oriental attesté piqueté, jusqu'ici non remarqué. Le même prodans la vallée du Nil seulement à partir de la
cédé de représentation existe en Libye orientale. Ve Dynastie, que l'on voit en Nubie sur des gra
Frobenius a publié une dizaine de dispositifs vures rupestres du Moyen Empire, vers 2000, et
qui est représenté une seule fois à Ouénat, sur gravés de l'Oued Mathendovis, entourant ou
jouxtant des avitruches, girafes, bovidés et qviel- vine peinture.
Fig. 3. — Hommes et fauves. In Habeter III, 1 : Allard. 2, 3, 4, 7, 8, 9, 11, 12 : Allard, inédit. In Habeter II. 5, 6 : Frobenius. O. Mathendous. 10 : Penel, inédit.
621 ques antilopes. Suivant leur forme, il les a capturer les gazelles. L'engin est muni d'un
dénommés « réseau à roue » et « cercle de nœud coulant ouvert, dont l'extrémité de la
lumière », « symboles » qui auraient été suggé corde est solidaire d'un rondin. Quand l'animal,
rés aux graveurs par l'émergence au-dessus des ayant engagé une patte dans le piège, tente de
herbes de l'autruche et de la girafe, « apparition s'enfuir, il entraîne le rondin qui finit par
dans le cercle de lumière, que ce fut le soleil ou l'arrêter dans sa course. L'aire de diffusion de
la lune ». ce piège a été très ancienne et vaste. On le voit
figuré sur la fresque prédynastique de Hiéra- Pour novis, le réseau à roue représente sim
plement l'armature supportant le camouflage konpolis (n° 2) et sur diverses gravures rupestres
d'un grand piège circulaire à fosse, engin qui, du Nil et du Sahara oriental, tchadien et central,
en dimension moindre, sert encore au Sahara à ou encore attesté indirectement par des animaux
Fig. 4. — Pièges et dispositifs elliptiques. In Habeter II. 1 : Allard, Hiérakonpolis. 2 : In Habeter II. 3 : Frobenius. In Habeter III. 4, 5, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16 : Allard, inédit. O. Mathendous. 6, 7, 8 : Penel, inédit.
622 :
traînant des rondins ou aux membres entourés prédynastique d'Egypte et les rapports de fouilles
d'un lien. de Nubie, pour les marques de potiers.
A In Habeter, le piège circulaire n° 3, marqué Ayant constaté d'abord la présence de ces
d'un signe en V des Chasseurs, entoure une anti signes dans quelques groupements gravés pres
lope, ainsi que deux girafes incisées (nos 4 et 5, que complètement non figuratifs (8), nous avons
H : 60 cm et 1 m, Allard) et voisine avec des recherché l'association de signes avec des fauves,
autruches piquetées de Mathendous, nos 6 et 7 des pièges ou des chasseurs, et nous l'avons trou
(Penel). Les relevés n° 8 (Mathendous, Penel) et vée, à ce jour, une cinquantaine de fois pour
n" 9 (In Habeter III, Allard) sont ceux d'une six d'entre eux.
autruche et d'une girafe piquetées portant autour La figure 5 donne, pour l'oued Mathendous, des des membres le lien dont nous avons parlé. exemples en situation de cinq de ces signes, avec Enfin le n° 10 (In Habeter II, H : 30 cm, les concordances relevées dans les seuls secteurs Allard) est une petite antilope incisée semblant environnants. prise dans un piège.
— L'arceau, parfois prolongé en U ou réduit Rappelons à ce sujet que l'on peut recenser
à un arc de cercle, figuré 9 fois dans la vallée dans l'art mobilier prédynastique et sur celui
du Nil avec des éléphants, girafes, autruches ; de Nubie jusqu'au Groupe C, ainsi que sur les
deux fois, au Sahara tchadien avec un piège et figurations rupestres du Nil et du Sahara, une un archer ; plusieurs fois dans le Sud Oranais bonne centaine de figurations sur lesquelles des
(8 bis) ; dans le Sud Marocain et le Sahara animaux sauvages ou des Chasseurs sont asso
espagnol avec des antilopes, est bien connu au ciés à des engins parmi lesquels sont représentés
Sahara central. Il marque, à In Habeter III, divers types classés en ethnologie (pièges circu
l'éléphant n° 8 de la figure 3 ; accompagne sur la laires à fosse, trappes, pièges-assomoirs, à détente, figure 5 l'antilope n° 1 (Penel, Mathendous) et à arc, à mâchoire, filet) et d'autres dont il est
rarement possible de conjecturer le fonctionne surmonte n° n" 2. 3 (Graziosi), On le deux trouve « où macaques plus il symboliserait au Nord » d'In à Habeter Masauda des pièges. III, II, ment dans le cas fréquent où les engins ont déjà
joué. Le Nil nubo-soudanais (45 pièges), le Sahara
Au Tassili, il est peint devant un quadrupède du nigéro-tchadien (14 engins) le Sahara central (15 niveau des Têtes rondes, n° 4, et sous une tête engins), l'Atlas saharien, le Sud-Marocain et le de rhinocéros, n° 5 (9). Sahara atlantique (25 pièges) sont les secteurs
où le piégeage, parfois en relation avec la magie — Le chevron, plusieurs fois associé à l'ade la chasse, a été le plus actif. Ce fut, sans nul rceau, figuré avec une antilope et deux girafes doute, un fait de civilisation important et durable d'Abka au Soudan, sous une girafe de Dakhla en chez les Chasseurs anciens, les Chasseurs-past Libye orientale, contre une autruche d'Ouénat eurs et jusqu'à la fin de la période pastorale (6). (10), accompagne des antilopes dans le Sud Maro
Les six derniers relevés de la figure 4 qui cain et au Sahara espagnol. Au Sahara central,
correspondent aux « cercles de lumière » de Fro- le chevron apparaît sur une peinture archaïque
benius, ne sont pas nécessairement des pièges. du niveau des Têtes rondes représentant, dans
Il peut s'agir, en ce qui concerne les animaux l'Akakous, la capture d'une bête à cornes n° 6,
sauvages, de scènes magiques d'appropriation et sur un éléphant d'In Habeter II, n° 7 (11) ;
de deux petites girafes piquetées d'époque bovi- sur deux gravures nos 8 et 9 d'In Habeter III
dienne (nos 11 et 12, Allard) et de deux autruches d'époque pastorale (Allard) représentant un cou
incisées et pointillées du même niveau (nos 13 ple antilope-autruche aux membres communs et
et 14, Allard). La chasse est, par contre, certain une girafe gravée en creux. Des figurations
ement absente des scènes nos 15 et 16 (Allard), homologues sont gravées dans le secteur d'Ed-
dans lesquelles des bovidés domestiques sem jeleh (éléphant et félin criblé de flèches n"s 10
blent jouer un rôle dans des pratiques rituelles.
Signes des Chasseurs. (8) Sites de : la région d'El Hosch sur le Nil nubien et de Dakhla (Winkler, Rock Drawings of Southern Upper Egypt, En divers secteurs compris entre le Nil nubo- Londres, 1, 1938, 11, 1939) ; d'Abka, Soudan, Myers, Àbka re-excavated, Kush, Khartoum, VI, 1958 ; Hellstrôm, The Scansoudanais et le Sahara atlantique, les Chasseurs, dinavian Joint Expedition to Sudanese Nubia, Rock puis des Chasseurs-pasteurs ont gravé et parfois Drawings, Stockholm, 1970 ; Gaorienga, corne N.-O. de PEnnedi, J. Petit, inédit ; Taar Doï, Tibesti, G. Staewen et F. Schônberg, peint des signes nombreux et complexes, dont Schematische Felsgravierungen am Taar Doï in N. Tibesti, nous avons entrepris l'inventaire depuis six IPEK, Berlin, n° '22.. 1968 ; Oufêké (Tin Tarabine), S. du Hoggar, Huard et J. Petit, à paraître. ans (7), à l'aide de recherches sur le terrain, dans (8 bis) H. Lhote : Les Gravures rupestres du Sud Oranais, des collections photographiques inédites et Paris, 1970, p. 66. Souvent, ces arceaux sont ajoutés à des figurations plus anciennes. la bibliographie, y compris celle de l'art mobilier (9) № 3, Graziosi : l'Arte rupestre délia Libia, pi. 80 b ; n° 4, Sefar, Lhote : A la découverte des fresques du Tassili, 1958, fig. 56 ; n° 5, Tassili3 peinture, M. Pope Sahara, Lausanne, 1958, p. 165.
(10) O.H. Myers : Abka re-excavated, pi. XXVIII ; Winkler II, (6) Huard et J. Leclant : Pièges des Chasseurs du Nil et du 1939, pi. XXXIII et LIV. Sahara, à paraître. (7) Huard et L. Allard : Contribution à l'inventaire des n° (11)7, A. № Pesce, 6, F. Mori 1967, : fig. Tadrart 8. Acacus, 1965, O. Kessan, pi. 64 ; signes des Chasseurs sur le Nil et au Sahara, à paraître.
623 Fig. 5. — Signes des Chasseurs. О. Mathendous. 1 : Penel, inédit. In Habeter III. 2 : Allard. Fezzan. 3, 14 : Graziosi. Tassili. 4 : Sefar, peinture, Lhote ; 5 : Pope. Akakous. 6 : peinture, Mori. El Uarer. 7, 17 : Pesce. In Habeter III. 8, 9, 12 : Allard, inédit. Edjeleh. 10, 11, 20 : Huard. Maknusa. 13 : Pauphilet. Confins nigéro-tchadiens. 15 : Huard. Ennedi. 16 : Bailloud. In Habeter II. 18 : Allard. 19 : Frobenius. Confins nigéro-tchadiens. 21 : Huard et Fevai.
la girafe n° 13 et à l'ouadi Zigza, n° 14 (13), et 11) (12) et au Djebel Fezzan (antilope, J.-Ph.
où il semble fonctionner comme piège ; enfin Lefranc, inédit).
dans les confins nigéro-tchadiens à Yat (Huard) — Le signe en Y, fréquent dans les stations et en Ennedi avec l'archer peint n° 16 (Bailloud). non figuratives des Chasseurs du Sahara oriental,
marque l'antilope n° 12 d'In Habeter III (Allard). — Deux arcs concentriques sont gravés devant
On le voit encore au Fezzan à Maknusa devant la girafe bovidienne n° 17 d'In Habeter II et au
(1'3) № 13, Pauphilet, Gravures rupestres de Maknusa, (12) Huard : Gravures rupestres de la région d'Edjeleh, Fezzan, Trav. I.R.S., Alger, 1953 ; n° 14, Graziosi, 1942, BSPF, LVH, 9-10, 1960. O. Zigza II.
624 :
"
du grand éléphant chargeant n° 18 du pied Dans tous les secteurs concernés et à tous les
même site. niveaux archéologiques, les animaux porteurs de
disques frontaux vrais sont rares, comme les — Trois arcs concentriques marquent le mu
attributs très élaborés, qui sont certainement seau d'un grand rhinocéros n° 19 d'In Habeter II
rituels. La plupart des sujets portent des cor- attaqué par un archer, ainsi que le frontal d'un
nages fermés en anneau, stylisation des disques buffle d'Edjeleh n° 20 (14). Un symbole ana
et parfois des antennes, simples ou doubles. logue est figuré sur le corps du rhinocéros incisé
n" 21 de Blaka au Djado (14). De tels motifs sont Sur la figure 0, le rhinocéros incisé n° 1 d'In
aussi présents au niveau des Chasseurs dans la Habeter III (L = 1,50 m, Allard), à protubé
Tefedest (Amazzara, Huard et J. Petit, à pa rance frontale sub-circulaire, est à mettre en
raître) et, dans le Sud Marocain, près d'un parallèle culturel et peut-être chronologique avec
éléphant de Foum el Hassan (Simoneau, inédit). l'hippopotame bien connu de ГО. Djerat, publié
par Reygasse (19), dont le disque frontal contient Ainsi les principaux signes des Chasseurs sont
une spirale. Ces deux œuvres de Chasseurs connus à l'O. Mathendous depuis la couche la
anciens sont antérieures à deux éléphants du plus ancienne des gravures jusqu'à l'époque
Tibesti à disque ou demi-disque (20) et à un pastorale. petit rhinocéros des confins nigéro-tchadiens dont Font défaut parmi eux VY à trois branches qui, la corne est tangentée par un cercle (21). Les au Borkou, retient par un membre, à la façon deux antilopes n" 2 d'In Habeter III (L = 1,20 m, d'un piège une girafe peinte (Courtin, inédit) Allard) sont de même postérieures au rhinocéros et se trouve, au Fezzan, devant une girafe (15) ; n" 1. Leur contour est incisé. Un polissage partiel le croissant à indentations qui se trouve notam de la roche autour des têtes et sur l'avant-main ment sous un éléphant d'Abka (Myers), accom de l'animal du haut a mis en léger relief deux pagne un Chasseur et un lanceur de javelot en attributs en forme, l'un d'ovale allongé, l'autre Libye orientale, est connu au Tibesti (Bardai, de losange, dont les contours sont offerts au jeu Taar Doï), voisine avec un piège dans la Tefe de l'ombre et de la lumière. dest (Huard et Petit) ; enfin le signe en globules Le relevé n° Л montre deux petits animaux tarjointifs (vallée du Nil, Tibesti, Sud du Hoggar, difs affrontés d'In Habeter III (Allard). L'anHuard et Petit).
tilope de droite porte un disque déprimé au Le fait que, dans quelques cas — rares en sommet. Rappelons qu'il existe au Fezzan, à dehors du Sud Oranais — les signes ont pu être Maknusa (fig. 7, n° 2) et à Pouadi El Had, une
ajoutés aux animaux, montre la persistance de girafe et un lion d'époque pastorale portant des cette pratique (16). attributs : subtriangulaire et circulaire (22).
Les autres animaux de la figure 6 sont des
bovidés. Le n" 4, incisé et de grande taille de
Animaux porteurs d'attributs céphaliques. l'Oued Mathendous (Diolé), porte au-dessus du
coinage un dispositif reposant sur deux barres
transversales, qui a des homologues : à l'Oued Nos deux monographies (17) totalisent 350 Djerat (n" 5, Reygasse) ; au Sud du Hoggar, à documents, la plupart gravés, recueillis du Nil Oufêké où l'attribut est en relief (n" 6, Huard et nubien au Sahara espagnol. Par ordre d'ancienn Petit) ; enfin au Tibesti CGonoa, n" 7, Beck), où eté, les animaux concernés sont : quelques fau l'œuvre est plus récente. ves naturalistes dont les Chasseurs anciens ont
Le n" 8 représente un grand bovidé incisé fait exceptionnellement l'objet ou le support de
pratiques rituelles ; moins d'un dixième de fauves d'In Habeter III (Allard), dont l'intervalle entre
d'époque pastorale ; enfin une masse de bovidés les cornes est piqueté de manière à évoquer un
disque. Le petit bovidé n° 9 d'In Habeter III domestiques et, à un moindre degré d'ovidés (pas
de capridés) qui s'échelonnent de l'époque pasto (Allard), très légèrement incisé, porte (outre son
rale archaïque jusqu'à l'âge du fer, avec des coinage fermé en anneau) un cercle barré posé
sur les vertèbres cervicales, cas insolite. Le n 10 centres régionaux de densité et de diffusion assez
nets (18), auxquels sont à ajouter : au Soudan, (In Habeter III, Allard) est d'un modèle très
Abka (Myers, Hellstrôm) et le Gebel Gorgod répandu dans tout le Sahara et sur le Nil à
(Leclant, mission Michela Giorgini) et, dans le l'époque pastorale récente.
Sud Marocain, le Draa (Simoneau). Quant au bovidé n° 11, incisé à In Habeter III
(Allard), il porte un deuxième cornage piqueté
et ajouté, que l'on voit aussi à l'Oued Djerat.
Cette particularité pourrait le rapprocher de la
Rii>. (14)di № Se. 20, Prei.st. Huard 1966, : I3SPF, fig. 9. 1960 ; n» 21, Huard et Léonardi : série des bovidés portant des antennes doubles.
(15) Graziosi, 1942, pi. 51.
(16) Huard et Leclant : Pot-Marks pré et protohistoriques de Basse Nubie, à paraître. (19) Reygasse : Gravures et peintures rupestres du Tassili (17) Huard : Figurations d'animaux à disques frontaux et des Ajjers, L' Anthropologie, XLV, n" 5-6, nov. 1935. attributs rituels au Sahara oriental, B.I.F.A.N. Dakar, XXIII, B, :î-1, 1%1. — Huard : Nouvelles figurations sahariennes d'an (20) Huard, 1969, fig. 9, 11. imaux porteurs d'attributs céphaliques, à paraître. (21) Huard Figurations rituelles d'animaux des confins (18) Ouadi Hammàmat. Ouénat. Sahara tchadien. Fezzan, Tas- algéro-iiigéro-tchadiens, Documents lierliet, Paris, 1962, pi. II. sili. Atlas saharien. Sahara espagnol. (22) Pauphilet, 1!Ш. Graziosi, 1942.
625 '
:
Fig. G. — Animaux à attributs céphalique.s. In Habeter III. 1, 2, .4, 8, 9, 10, 11 : Allard, inédit. O. Mathendous. 4 : Diolé. Tassili. Djerat. 5 : Reygasse. S. Hoggar. 6 Oufêké, Huard et Petit, inédit.
Représentations animales particulières. L'antilope incisée n 3 (In Habeter III, Allard),
de dimensions moyennes, a une longe paraissant
issue des naseaux ; ce genre de représentation La figure 7 réunit quelques œuvres de l'Oued
est assez fréquent au Sahara tchadien, où des Mathendous, dont la signification culturelle re antilopes ont été l'objet de tentatives d'apprivoitient l'attention. sement de la part des Chasseurs-pasteurs locaux. La girafe monumentale incisée n° 1 d'In
Le bovidé incisé n° 4, de la phase pastorale Habeter (Allard) porte une pendeloque jugulaire, moyenne (Penel) paraît frappé de trois flèches. signe d'appropriation qui peut ne pas être réaliste Dans l'Akakous, le bovidé peint n° 5 (23), attret traduire seulement une intention de posses ibué à la phase pastorale antique locale (au cours sion. Dans une scène probablement rituelle, la
de laquelle les bovidés pouvaient encore être girafe n" 2 de Maknusa, sommée d'une coiffe
chassés) est frappé de quatre flèches et il porte triangulaire arrondie a aussi une longue pende aussi un petit chignon circulaire en forme de loque terminée par une boule. Ces deux figura
disque entre ses cornes embryonnaires. Rappeltions suggèrent des rapports anciens entre ons que sur les tableaux gravés des Chasseurs- l'homme et la girafe, qui ne peuvent admettre pasteurs du Tibesti, référables à la phase pastorqu'une interprétation psychique quand il s'agit ale, on voit quelques exemples de bœufs chassés de girafes « montées », tenues en longe ou tou
à l'arc. chées. Les populations indigènes actuelles n'ont
jamais apprivoisé, même temporairement, de
girafons, alors que de telles tentatives sont cou
rantes pour les jeunes antilopes. F. Mori, 1905, pi. 82.
626

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.