Présentation de silex recueillis sur les ateliers pressigniens - article ; n°7 ; vol.57, pg 493-507

De
Bulletin de la Société préhistorique française - Année 1960 - Volume 57 - Numéro 7 - Pages 493-507
15 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1960
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins

Roger Félix
Présentation de silex recueillis sur les ateliers pressigniens
In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1960, tome 57, N. 7-8. pp. 493-507.
Citer ce document / Cite this document :
Félix Roger. Présentation de silex recueillis sur les ateliers pressigniens. In: Bulletin de la Société préhistorique française. 1960,
tome 57, N. 7-8. pp. 493-507.
doi : 10.3406/bspf.1960.3482
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1960_num_57_7_3482Présentation de silex recueillis
sur les ateliers pressigniens
PAR
Roger FÉLIX *

Comme bon nombre de nos collègues, je profite des vacances pour
enrichir mes connaissances en préhistoire en me rendant en des lieux
célèbres. C'est ainsi que j'ai été amené à passer tout le mois d'août 1959
dans ce coin si charmant qu'est la région du (irand-Pressigny. Pendant
un mois, j'ai pu arpenter ses ateliers, j'ai recueilli maints silex taillés et
j'ai pu constater que sa réputation n'est nullement usurpée. Cette note
aura pour but de faire connaître le résultat de ces prospections : j'y
présenterai quelques-uns des outils que j'ai recueillis (1), les plus
intéressants, me semble-t-il. Peut-être cette présentation sera-t-elle utile
à nos collègues du Pressigny, Cordier et Berthouin surtout? Je me
permettrai également de faire part de quelques réflexions que m'ont
suggérées mes observations. Voici cet outillage.
I __ COMMUNE D'ABILLY. — 1. Atelier de la olai.sikre.
L'ensemble ci-après a été recueilli en deux heures: à gauche du chemin
de la Claisière, juste après la dernière maison, le long d'une unique
rangée de ceps de vigne. Couleur cire avec quelques outils beige.
Lames. — 13 ex., tous retouchés dont une belle lame étranglée au
centre.
Grattoirs. — 1Г) ex., 8 en bout de lame (Fig. Ill, n" 36), 7 sur éclats
(Fig. Ill, n" 42) dont deux sur éclats circulaires, l'un de plus de 10 cm
de diamètre avec rétrécissement basai et bulbe abattu pour emmanc
hement.
Racloirs. —■ 2 ex., l'un en éventail, l'autre sur éclat large.
Couteaux à dos. - - 2 ex., (Fig. II, n" 33, Fig. IV, n° 64)
Burins. — 3 ex., l'un à l'extrémité d'un petit couteau à dos (Fig, II
n" 30), un autre identique sur éclat circulaire, le dernier sur appendice
latéral d'une lame retouchée.
Perçoirs. — 3 ex., dont un sur éclat circulaire (Fig. II n° 27) et un
autre très puissant sur éclat allongé et épais.
Pointes. --2 ex., dont un bel exemplaire sur éclat en feuille d'orme,
très soigneusement retouché sur la face d'éclatement à gauche et sur
la face supérieure à droite.
Nucleus. — Une seule livre de beurre typique et quelques autres de
qualité et de taille moyenne.
Tranchet. — 1 ex., uniface (L = 13 cm, 1 =de 4 cm à 7,5 cm).
(*) Séance d'avril 1960.
(1) Je n'ai qu'un regret : celui d'être obligé de limiter le nombre de cro
quis; beaucoup de pièces non représentées le mériteraient. 494 société préhistorique française
2. — Atelier du petit-carroi.
Les silex de cet atelier sont de couleurs plus variées que dans
l'atelier précédent car ils vont du beige clair au roux foncé.
Lames. — 12 ex., dont une lamelle, toutes retouchées (Fig. I n° 10).
Ajouter une base de poignard cassé.
Eclats. — 11 ex. retouchés dont 8 sont en pointe; un éclat tabulaire
ovalaire est repris par retouches abruptes sur tout son pourtour; il en
est de même d'une belle plaque gélive de 13,5 cm sur 7 cm.
Grattoirs. — 18 ex.. 7 en bout dont un concave (Fig. Ill n° 46), un
latéral, 3 sur coches, les autres sur éclats.
fíacloirs — 2 ex. dont un en éventail.
Raclette. — 1 ex. triangulaire.
Couteaux et scie. — 2 couteaux à dos (Fig. Ill n° 51) et ce qui m/e
parait être une scie (Fig. I и" 14), à moins que ce ne soit un petit
hachoir.
Perçoirs, — 2 ex. sur éclats, un très fin (Fig. II n° 24) et un trè/i
puissant. A ajouter une fine pointe à section triangulaire que je consi
dère comme une mèche à forer (Fig. I n° 9).
Disaues. — 2 ex. dont un cassé en deux (qui me paraît avoir été un
palet-disque).
Pic. — Un bel exemplaire de 22 cm de long (Fig. IV n° 52).
Ebauche. — 1 exemplaire.
Prisme triangulaire. — Je joins à ces pièces un prisme triangulaire
(Fig. IV n° 53) à verser au débat ouvert par nos collègues A. Philippon
et G. Cordier (Les Amis du Grand-Pressigny, III, 1952. p. 33 et IV, 1953,
p. 22). Je me permets de signaler que ce prisme tiré d'un silex tabulaire
ne me paraît nullement accidentel; il est d'une forme presque parfaite
et une vague coche a été pratiquée sur chacun des côtés. A remarquer
qu'il semble Que ce soit le premier qui ait été trouvé en surface, ceux
qui ont fait l'objet du débat proviennent des sablières de Balesme et
d'Abilly.
Cet ensemble a été trouvé sur la longueur d'un seul champ dans une
bande n'excédant pas 10 m de large; ce champ est situé à droite du
chemin jllete avant la ferme.
3 — Ateliers de la falanderie.
Silex allant du beige clair au roux pressignien classique. Quelques
exemples veinés de fines lignes parallèles plus sombres.
Lames. — 9 ex. dont une brute, les autres retouchées avec ou sans
coches.
Eclats-disques. — 10 ex. Ce sont des éclats circulaires souvent
retouchés sur le pourtour ou munis de coches. L'un d'eux (Fig. IV n° 55)
est tiré d'un silex tabulaire : travaillé par retouches abruptes sur tout
le pourtour, on y remarque une fine pointe aménagée par deux encoches.
Une face, ayant conservé son cortex, est parfaitement plane, l'autre
Fiq. I. — Sablière des Réaux : 1, 2, 4 — Pivots : 3, 5, 6. 7 — Petit-Paulmy :
8 _ Petit-Carroi : 9, 10, 14 — Lémerie : 11, 12, 13, 17, 18, 19, 20 —
Barrou : 16. 496 SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE
comporte un mamelon dont le sommet peu allongé domine les bords de
2 cm environ. Son diamètre est de 8,5 cm. Ce disque n'a-t-il pas quelque
rapport avec les palets-disques signalés par G. Cordier dans son étude
parue dans le Bull. Soc. préhist. fr., t. XII, 1955, p. 590 à 593?
Eclats pointes. — 10 ex. souvent retouchés; l'un deux n'a pas moins
de 20,5 cm, 15,5 cm de largeur et 5 cm d'épaisseur; dans ce cas parti
culier, il semble hasardeux d'affirmer que les retouches que l'on voit
sur les bords sont intentionnelles.
Grattoirs. — 11 ex. dont 7 en bout et 4 sur éclats; l'un d'eux est
particulièrement volumineux (L = 13,5 cm).
Racloirs. 3 ex. dont un ovalaire, massif (D = 15 cm, d = 9,5 cm).
Racloir-perçoir. — 1 ex. (Fig. II n° 22). Cette belle pièce possédait
2 becs latéraux symétriques (l'un d'eux est brisé) qui en faisaient un
perçoir double. Il me semble qu'elle ne doit pas être sans rapport avec
les raeloirs-perçoirs en croissant dont a parlé récemment St. Lwoff (Bull.
Soc. préhist. fr., L, n" 4, 1953, p. 235 à 241) et dont il sera encore
question plus loin.
Perçoirs. — 1 ex. solide.
Couteaux à dos. — 2 ex. dont l'un à lame denticulée et muni d'un
pédoncule devait être une scie.
Burins. — 2 ex. sur bout de lame obtenus par enlèvement d'un éclat
oblique.
Rabot nucléiforme. — II s'agit d'un gros nucleus polyédrique possédant
un plat caractéristique. A signaler que j'ai rencontré cet outil dans trois
des gisements que j'ai visités; celui-ci est le plus volumineux. J'ai
remarqué qu'ils avaient tous une teinte pourpre assez caractéristique
qui laisse à penser qu'ils ont été brûlés.
Lissoir. — (Fig. IV n" 58). C'est un éclat allongé à talon épais, à
tranchant aminci et circulaire qui pourrait aussi être un coin, car il est
la réplique exacte de cet outil utilisé par les bûcherons pour fendre
le bois.
Nucleus. C'est dans ces ateliers que j'ai recueilli les plus belles
livres de beurre, certaines classiques, d'autres répondant moins à leurs
caractéristiques.
A signaler un nucleus en pyramide tronquée et déjetée à base presque
circulaire (Diamètre grande base : de 14 à 16 cm, Hauteur : 7cm environ,
diamètre petite base : 6 à 7 cm). Les négatifs des bulbes sont à la base
les éclats-lames obtenus étaient courts, larges et épais. L'ensemble fait
penser à un gros disque épais. On remarque sur la petite base des traces
qui me paraissent provenir de coups de tranchet. Ce serait alors une
enclume. A rapprocher des gros disques signalés par E. Simon dans le
bulletin n" 5 des Amis du Grand-Pressigmj (1954, p. 46).
Pièce biface. — Je signale enfin que j'ai recueilli dans ce gisement une
pièce curieuse qui, aux dires de F. Berthouin, est assez exceptionnelle
(Fig. IV n" 60). C'est un outil à taille bifaciale de 17 cm, de long et 8 cm
de large environ. Il est de forme sensiblement ovalaire et comporte sur
une extrémité une encoche obtenue par fines retouches. Ce n'est pas
un biface paléo. De technique néolithique, son utilisation me paraît
assez énigmatique. Peut-être une herminette?
Fiy. 11. — Pivots : 21, 29, 34 — Falanderie : 22 — Petit-Paulmy : 23, 25, 16,
28, 31, 32 — Petit-Carroi : 24 — Claisière : 27, 30, 33. и'
PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE SOCIÉTÉ 498 SOCIETE PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE
Toutes ces pièces ont été recueillies sur une surface bien délimitée.
La plupart ries livres de beurre proviennent du haut de la terrasse droite
qui domine la Courance au-delà du petit bosquet (voir carte dressée par
G. Cordier С R. Cong, préhist. de France, 1956, p. 108). L'outillage
provient du champ contigu au Bois des Courtis, au point С de la carte.
La pièce biface a été trouvée à une centaine de mètres de l'angle formé
par le chemin de terre et la Courance, dans le champ qui longe le
chemin, à un mètre de celui-ci.
4 — Atelier de la chatière.
Cet ensemble de couleur cire (sauf un racloir plus brun) ne se com
pose que de 13 pièces recueillies près du domaine. Il comprend : une
lame retouchée, 2 éclats discoïdes dont l'un possède deux petits becs
aménagés par retouches, une pointe sur lame, 2 racloirs en éventai], l'un
court et massif, l'autre plus long, mais dont la partie raclante n'est
utilisable que sur une moitié (belles retouches), l'autre moitié étant
remplacée par un plat obtenu par enlèvement d'une longue lame étroite
ce qui a aménagé un burin transversal, un burin obtenu par enlèvement
au sommet d'une pointe sur éclat comportant en plus de 3 encoches
successives sur le même côté, un autre burin à un enlèvement sur la
pointe retouchée d'un éclat, un bec de perroquet, un perçoir double
{Fig. IV n° 5fi), une petite herminette uniface (Fig. V n° 54), un grand
éclat ogival sur silex tabulaire avec plan de frappe préparé et retouches
abruptes sur le pourtour, une ébauche de hache.
Dans les mêmes lieux, j'ai recueilli quelques livres de beurre de taille
moyenne, particulièrement un nucleus extra-plat à enlèvement sur les
deux faces et un nucleus cordiforme.
Enfin je signale particulièrement un gros disque d'un diamètre avoi-
sinant 14 cm (épaisseur: 5 cm) à rapprocher aussi des disques-enclumes
de Simon (supra). Une face est plane, l'autre conique; je n'ai remarqué
aucune trace de coups sur l'une ou face, comme le suggérait
l'emploi d'enclume à retoucher; mais une bonne partie du pourtour
porte des traces de percussion et sur un plat du bord on peut observer
de belles retouches moustéroïdes.
5 — Atelier du petit-paulmy.
Silex assez clair, souvent taché de blanc; un dizaine de pièces
gris foncé, dans le genre de celles que l'on rencontre dans le gisement
de Larcy à Neuilly-le-Brignon; un fragment de lame en silex beige
veiné de fines lignes parallèles rousses.
Lames. — 13 ex. tous retouchés, dont deux assez longs (15 et 13 cm) ;
3 d'entre elles ont dû servir de scies, car elles portent des traces d'uti
lisation; une autre a une base rétrécie graduellement par retouches
et semble un manche de poignard.
Eclats-pointes. — 9 ex.; parmi eux une belle feuille (Fig. Ill n° 49)
soigneusement retouchée, avec 3 encoches à droite; plusieurs pointes
sont déjetées et ont leur base rétrécie en pédoncule (Fig III n° 43).
Eclat-disque. — 1 ex. soigneusement retouché sur la presque totalité
de son pourtour.
Grattoirs. — 29 ex. : 10 sur bout de lames plus ou moins larges
(Fig. I n° 8), parfois obliques; 4 concaves; 4 sur éclats circulaires,
l'un avec encoches; un grattoir double oblique sur fragment de lame;
7 sur éclats ovalaires ou en pointe; un crénelé sur éclat; un en bout
d'éclat étranglé par deux encoches symétriques (Fig. Ill n° 48). SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE 499
Racloirs. -— 3 exemplaires.
Racloirs-pevçoirs. — 2 ex. (Fig. II n" 31-32). Ces deux pièces doivent
être rapprochées des racloirs-perçoirs en croissant du même gisement
qui ont fait l'objet d'une étude de Lwoff (supra). Je me permets de
signaler à ce sujet que ce ne sont pas nos collègues Cordier et Berthouin
(Amis du Musée du (irand-Pressigny, n° 6, 1955, p. 28 à 40) qui ont les
premiers signalé ces outils encore inédits, comme le dit Lwoff. En 1953
(Bull. Soc. préhist. fr., L, 1953, n" 4, p. 235 à 241), Raoul Daniel, dans
une étude consacrée « au pays des livres de beurre » s'exprime comme
suit : « A signaler [au Foulon alias Petit-Paulmy], un outil à deux
branches, que je crois inédit; c'est un silex en forme de croissant so
igneusement retouché donnant l'idée d'un compas... » Les deux pièces
recueillies ne sont-elles pas une forme imparfaite de ces doubles
perçoirs en croissant? (2).
Perçoirs — 2 ex. dont l'un est très beau (Fig. II n" 25) ; l'autre qui
est plutôt une pièce à bec latéral, est également un tranchet.
Couteaux à dos. — 2 exemplaires.
Scies à encoches- — 2 ex. de qualité moyenne (Fig. II n° 23 et 26).
Burins. — 3 ex. : l'un (Fig. II n° 28) au sommet d'une pointe à
retouches latérales; un autre obtenu sur une lame par une technique
identique à celle qui préside à la fabrication du microburin : encoche,
puis cassure oblique au tranchet; le dernier (Fig. Ill n° 44) n'est pas
classique : c'est un bec au sommet d'un éclat, aménagé en bec de
perroquet par une encoche.
Cet ensemble a été recueilli en peu de temps, sur une faible surface
au Xord-Est du petit bois planté sur la pente, dans le troisième tiers
de la terrasse juste avant le plateau. Cet endroit me parait encore riche
en belle industrie. J'ai observé vers le milieu de la terrasse, de nombreux
éclats fortement patines donc antérieurs à l'industrie que j'ai recueillie.
Une fouille pratiquée en cet endroit livrerait, je pense du paléolihique.
IL — COMMUNE DU GRAXD-PRESSIGXY. — 1. Atelier de la lémerie.
Silex roux presque rougeâtre parfois, rarement beige; 2 exemplaires
veinés de fines lignes parallèles brunes sur l'un, rousses sur l'autre; un
fragment de lame grisâtre.
Paléolithique. — J'ai recueilli 2 pièces qui sont manifestement à
attribuer au paléo.
a) un beau biface à classer dans la catégorie des amandes acheu-
lèennes (L = 10 cm, 1 = 7,5 cm, ép. = 2,2 cm), finement travaillé mais
de forme irrégulière.
(2) J'ajoute par ailleurs que Marc R. Sauter, dans sa synthèse sur la
«Préhistoire de la Méditerranée» (Payot, 1948), déclare ce qui suit (p 128) :
« Les industries à éclats — Levalloisien, Moustérien, Atérien — sont repré
sentées aussi du Caire à la Haute-Egyte, très individualisées. Une forme
particulière d'outil à été décrite par Seligman : c'est le racloir en croissant,
retaillé dans un gros éclat épais levalloisien. Ce serait quelque chose de spéc
ifiquement égyptien. » Un exemplaire est représenté (p. 127, Fig. 37) provenant
de Keneh. Les racloirs-perçoirs en croissant sont donc loin d'être inédits.
A remarquer que les racloirs en d'Egypte sont attribués au paléo
moyen. Est-il besoin de rappeler que les ateliers du Pressignois livrent éga
lement des lames portant de belles retouches parallèles analogues à celles
que l'on rencontre dans les gisements du Fayoum en Egypte, taille que
l'on a crue longtemps spécifiquement égyptienne aussi. Le rapprochement
«Taille du Fayoum» et racloirs en croissant communs à la vallée du N41
et au Pressignois n'a jamais, à ma connaissance, été fait. Peut-être est-il
simplement fortuit. 500 SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE
b) Une pièce assez énigmatique, de forme allongée de 14,5 cm de long,
4,5 cm de large, de section triangulaire de 3,5 cm de hauteur; une face
plane montrant un bulbe de percussion sous un plan de frappe assez
peu discernable; cette sorte de lame à crête épaisse est tronquée, mais
il ne paraît pas possible de discerner si cette fracture est volontaire
ou accidentelle, la patine identique à celle de toute la pièce établissant
seulement qu'elle est très ancienne. Telle quelle elle me paraît avoir
été un puissant retouchoir. J'attribue cette pièce au Paléolithique ancien,
car la patine brune qui la recouvre est absolument identique à celle
que l'on peut observer sur les pièces provenant des gisements les plus
anciens des sablières.
NÉOLITHIQUE.
Lames. — 11 ex. retouchés, parfois avec encoches; un bel exemplaire
bitronqué finement retouché (Fig. I n° 11).
Eclats-pointes. - — 4 ex. dont 3 déjetés vers la droite; les pointes sont
mises en valeur par retouches de belle venue.
Eclats-disques. — 2 exemplaires.
Grattoirs. — 41 ex. sur bout de lame (Fig. I n" 12), sur éclats allongés,
concaves, avec parfois des encoches latérales (Fig. I n° 15); un bel
exemplaire crénelé (Fig. Ill n" 37).
Grattoir-double. — 1 ex. sur lame large à section trapézoïde, avec un
grattoir oblique; une encoche latérale par retouches inverses.
Grattoir-burin. — 1 ex. sur lame, grattoir en bout, burin au niveau du
bulbe à l'extrémité d'un bec, rétrécissement basai par deux encoches
symétriques.
Scies à encoches. — 3 fragments.
Perçoir. — - 1 ex. sur petit éclat (Fig. Ill ii° 50).
Burins. — 2 ex., l'un sur pointe de lame épaisse, obtenu par amin
cissement de cette pointe, l'autre en bec de perroquet sur éclat circul
aire.
Tête de lance. — Un très bel exemplaire triangulaire avec pédoncule
(Fig. I n° 13)).
Hache taillée. - - 1 ex. : petite hache massive reprise dans une hache
polie (on voit encore les traces du polissage), L = 7 cm, 1 = 4,2 cm,
ép. = 2,8 cm. Belles retouches alternes au taillant.
Coin. - - Un éclat en forme de coin qui semble avoir été utilisé comme
tel.
Microlîthes. — Je place ici 7 pièces d'allure microlithiquc : un petit
grattoir sur éclat allongé, retouché sur le pourtour, un petit racloir
identique, une petite pointe (L = 3,7 cm), un petit racloir, très fin
ement retouché, ayant pu aussi servir de petit tranchet (Fig. I n" 19),
une raclette (Fig. l n" 20) 2 pointes triangulaires à base concave
(Fig. I n° 17-18).'
Toutes ces pièces ont été recueillies sur une faible surface à proxi
mité immédiate de la ferme de la Lémerie. Nulle part autre, je n'ai pu
observer un gisement aussi bien délimité. J'ai fait d'autre part une obser
vation qui mérite, je pense d'être retenue : on rencontre un nombre
Fig. 111. — Forêt du Graml-Pressigny : ЗГ> — Claisièie : 36, 42 — Lémerie :
37 47, 50 — Sablière des Réaux : 38, 39 — Pivots : 40, 41, 45 — Claisière :
42 -- Petit-Paulmy : 43. 44, 48, 49 - Peit-Carroi : 46, 51. ш

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.