Chronique d'histoire régionale ; n°51 ; vol.11, pg 269-294

De
Revue d'histoire de l'Église de France - Année 1925 - Volume 11 - Numéro 51 - Pages 269-294
26 pages
Publié le : jeudi 1 janvier 1925
Lecture(s) : 36
Source : Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Nombre de pages : 27
Voir plus Voir moins

Chronique d'histoire régionale
In: Revue d'histoire de l'Église de France. Tome 11. N°51, 1925. pp. 269-294.
Citer ce document / Cite this document :
Chronique d'histoire régionale. In: Revue d'histoire de l'Église de France. Tome 11. N°51, 1925. pp. 269-294.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhef_0300-9505_1925_num_11_51_2354CHRONIQUE D'HISTOIRE RÉGIONALE
ILE-DE-FRANCE
SEINE
Mémoires de la Société de l'histoire de Paris et de l'Ile-de-France.
Tome XLVII, 1924. Paris, Champion.
Maurice Roy : Philibert de Lorme à Paris (1546-1559), p. 1-36. Princi
paux travaux entrepris par cet architecte pendant ces treize années :
couvent des Cordeliers, hôpital Saint-Jacques-du-Haut-Pas, abbaye de
Montmartre, etc.
L. Royer : Relation inédite des obsèques de François Ier par le héraut
Guyenne, p. 55-86. Texte complet d'après le manuscrit de la Bitol. nat.,
f. ifr. nouv. acq. 111268'.
Amédée Boinet : Catalogue des œuvres d'art de la bibliothèque Sainte-
Geneviève, p. 87-172. Ces œuvres d'art proviennent, pour la plupart, de la
bibliothèque de l'abbaye de ce nom. Importante série de bustes (104) des
xvii* et xviii* siècles, œuvres de Girardon, Coyzevox, J.-B. Lemoyne et
Jean-Jacques Caméri.
Robert Anchel : La commémoration des rois de France à Paris pendant
la Restauration, p. 173-208. Reconstruction des statues, royales, exhumat
ion des restes de Louis,XVI et de sa famille au cimetière de la Madel
eine. Projet de monument à Louis XVI.
Maurice Dumolin : Notes sur les vieux guides de Paris, p. 2Q%-2&5. De
Gilles Gorrozet à Watin. Description détaillée des principaux guides et
de leurs éditions successives.
Commission municipale du Vieux-Paris.
Procès-verbaux. Année Hîfâl. 9 fasc. in-4°.
Camille Jullian : Réhabilitation de la rue Saint-Denis comme voie anti
que de Paris, p. G6-&8. Les rues Saint-Denis et Saint-Martin, toutes les
deux voies romaines. Un parallélisme semblable au leur est constant dans
les cités antiques.
Lucien Lambeau : Le cimetière de Picpus (179U-1921) (annexe au ptrocès-
verbal de la séance du 2$ mai 19(21). In-4° de 43 p., 2' pi. Le couvent des
Dames de Picpus, chanoinesses de Saint-Augustin. Fondé à Picpus, en
164)0. Dispersion des à l'époque de la Révolution. L'enclos
des guillotinés. Une fosse commune est creusée dans les jardins de l'an
cien monastère. Plus de 1.30'0 victimes de la Terreur, guillotinées sur la
place du Trône renversé y furent inhumées. Liste des victimes. L'œuvre
du Cimetière et l'Oratoire de Piepus (premières années du xixe siècle).
Le couvent de l'Adoration perpétuelle du Très-Saint-Sacrement, installé
dans l'ancien monastère de Picpus depuis 1W5.
19 270 REVUE D'HISTOIRE DE L'ÉGLISE DE FRANCE
L. Tesson : Le Mont Valérien. Histoire (1400-1845). L'Ermitage. Le cou
vent du Calvaire (annexe au procès-verbal de la séance du 25 juin 1921).
In-4° de 95 p., 6 pi. Quelques solitaires peuplent anciennement ces lieux.
Ermites groupés en communauté laïque exercent divers métiers manuels;
reçoivent des pensionnaires depuis le xvnic siècle. En 1633, installation,
par Hubert Charpentier, du couvent du Calvaire pour propager la dévo
tion à la Croix. Construction d'une église, d'un couvent et de chapelles.
Pèlerinages très suivis. Vente du couvent aux Jacobins (1662). Opposition.
Scandales. Les prêtres du Calvaire retrouvent leur couvent. Archevêque
et curés de Paris s'intéressent à cette maison, qui devient un lieu de
retraite pour des ecclésiastiques. Détresse matérielle du couvent. Les prê
tres abandonnent la maison pendant la Révolution. Restauration du cal-
v«ire sous le Premier Empire. Tentative d'installation d'une maison pour
les orphelins de la Légion d'honneur. Le Mont Valérien sous la Restaur
ation. Concession à une communauté de missionnaires. Forbin Janson :
ses constructions; création par ses soins d'un cimetière privé. Listes de
sépultures laïques et ecclésiastiques.
Marcel Fosseyeux: La Maison des veuves (hôpital Chenart), 18, rue Saint-
Jqcques, p. 182-184. Petit hospice fondé pour huit pauvres femmes veuves
de la paroisse Saint-Sauveur, par Chenart, garde de la Monnaie de Paris,
en 1435. Il subsista jusqu'en 1909, sans interruption.
L. Tesson : Sépultures signalées dans un caveau de l'église Saint-Paul -
Saint-Louis, p. l'&G-SOÎ', Sépultures de personnages notables des xvne et
xvui* siècles, installées là après le départ des Jésuites, en 1767.
Procès-verbaux. Année Ii92i2. 7 fffsc. in-4°.
Lucien Lambeau : L'église Sainte-Marguerite et son ancien cimetière,
p. 37-I&1. Vestiges de l'ancien cimetière qui date de 1636, et où fut en
terré Louis XVII. Histoire et description des objets d'art de l'église Sainte-
Marguerite.
v
La Cité. Bulletin de la" Société historique des IVe et IIIe arr. de Pari®.
: '23e année, l'924. nos 89^2. Paris, Champion.
Léon Mirot et François Rousseau : L'Hôtel et la prison de la Force
(suite), p. l-2iO. Historique des faits dont la prison de la Force fut le
théâtre depuis 17'8i2! jusqu'à sa démolition en ISôO, plan.
Georges Hartmann : Biaise Pascal au cloître Saint-Merry, p. 38>-46. Pré
cise les différents logements parisiens de la famille de Pascal, puis de
Pascal lui-même, rue de la Tixeranderie, rue Brisemiche, hôtel de Roan-
nez, etc., fig.
F. de Mallevoue ; La paroisse Saint-J ean-en-Grève au temps de
Henri IV, p. 89-106, fig. Description des principales rues.
Le 'Vieux-Montmartre. Société d*histoire des XVIIIe et IXe arr.
Nouv. série, fasc. 4 (83l de la collection). 1924. Paris.
J. iMauzin : Montmartre pendant la Révolution, p. 181-2€6. I. Les deux
municipalités de 17D0. Différend entre les habitants de Montmartre extra-
muros et de intra-muros pour l'installation de deux munic
ipalités dans la paroisse. Activité de la municipalité de Montmartre
extra-muros, notamment de son maire, Desportes de Blinval. — IL. La
Terreur. Arrestation et procès de Desportes, élargi le |2O thermidor an IL
•»- III. L'abbaye, l'église, les chapelles. Démêlés entre l'abbesse de Mont- CHRONIQUE D'HISTOIRE RÉGIONALE 27î
martre et certaines de ses religieuses, qui réclament leur sécularisation.
Mise à sac de l'abbaye après le départ des religieuses. Renaissance du
culte à Montmartre sous le Directoire.
Jean de La Monneraye.
SEINE-ET-OISE
Revue de l'Histoire de Versailles et de Seine-et-Oise.
26e année, 1924. Versailles, libr. Dubois.
Vicomtesse de Beausire-Seyssel : Madame Clotilde de France, reine de
Sardaigne (1759-1802), p. 5-20, 105-141; pi. (fin). Vie religieuse de la cour
de Turin; attachement de la maison de Savoie au Saint-Siège. Piété de
Madame Clotilde; sa mort.
R. Roux ; L'abbé Madier, archiprêtre de Paris, confesseur de Mesdames
(1725-1799), p. 21-54. « Profond conseiller spirituel, formé à la double
école des Jésuites et des Sulpiciens » ; curé de Saint-Séverin* « exécuteur
de la politique archiépiscopale de Mgr de Beaumont », en lutte ouverte
avec le Parlement; collaborateur du cardinal de Bernis à Rome, en 1793;
directeur des princesses de 1771 à 17991. Physionomie très attachante et
bien représentative de l'élite du clergé de la fin de l'ancien régime.
E. H[outh] : Anciens maîtres d'école versaillais, p. 81-82. Relevé, dans
les registres paroissiaux, des plus anciens connus (l'&97).
Gabriel Vauthier : L'abbé Juste, p. 88-85. Bref curriculum vitœ de ce
prêtre qui, après avoir été directeur du petit séminaire et vicaire dans
deux paroisses de Versailles, .passa» en 1822', dans l'Université, où il di
rigea plusieurs collèges et lycées; recteur à Poitiers en 185*6, il y a quel
ques difficultés avec Mgr Pie.
Bulletin de la Commission des Antiquités et des Arts.
Tomes XLI et XLII (en un seul volume). Versailles, 1924,
Louis Bigard : La prévoté de la Cuisine ou « seigneurie de la rivière
de Seine », p. 64^84. (Histoire d'un des offices de l'abbaye de Saint-Denis
et d'une des seigneurie1» qui en dépendaient (cours de la Seine, de Sèvres
à >Saint-iGermain-eii-iLaye). A la fin du xvir3 siècle, cet office passa à la
Maison royale de Saint-Cyr, avec la mense abbatiale de Saint-Denis.
P. Coquelle : Note sur le carillon de l'Hôtel de Ville de Meulan, p. 113-
117. Histoire de ce carillon de six clochettes, établi en 1648-1684 pour
l'église Notre-Dame de la même ville.
E. Couard : Trois inscriptions anciennes à Maisons-Laffitte, p. 118-120.
Pierres tombale et commemorative du curé Barbier (1G26), récemment
transportées dans la nouvelle église; cloche de la vieille église (163(6).
A. Perrault-Dabot : Les médaillons de l'église Notre-Dame de Ver
sailles, p. 127-13I2. Description et identification de douze médaillons de
marbre du xvne siècle, morceaux de réception à l'Académie de peinture
et sculpture, attribués en 1&15 à l'église N.-D. de Versailles.
Mémoires de la Société historique... de Pontoise et du Vexin.
Tome XXXVIII, Pontoise, 1®24.
J. Depoin : Le chanoine Eugène Mùller (1834-1918), p. 11-16. Notice né
crologique et bibliographique.
J. Depoin : Les raisins de la Saint-Sixte et le rite mystique des prémices
de la vigne, p. 17-28. Exposé du rite consistant à presser du raisin nou- 272 REVUE D'HISTOIRE DE L'ÉGLISE DE FRANCE
veau dans le calice, à la messe, le 6 août, jour de la fête -du pape saint
Sixte II, dans un certain nombre d'églises d'Allemagne et de France;
essai d'explication de l'origine de ce rite. Cf. R. H. E. F., t. VII, an. l^l,
p. 221.
J. Depoin : Manuscrits et correspondance de Jean Deslyons, doyen de
Senlis, p. 36-51. Notice sur les œuvres et le journal manuscrit (à la Bibl.
nat.) d'un prêtre fort combatif (ISIS- 1700) ; renseignements sur le clergé
de Senlis, le Carmel de Pontoise, les Jésuites, le jansénisme, le cardinal
de Retz, etc. Nombreuses anecdotes.
Eug. Darras : Les cloches de l'église Saint-Martin de l'Isle-Adam,
p. l'07-l'08. Description de deux cloches de 1644 (récemment classée parmi
les monuments historiques) et de 1744.
Publications de la Société historique du Vexin. Série in-4°.
Félix Rocquain : Inventaire des Archives de l'Hôtel-Dieu de Pontoise
(19*24, ;232 p.). analytique de ce fonds principal (documents
depuis 11'97) et de ceux des établissements qui lui ont été annexés : ma-
ladreries de Cormeilles-en-Vexin et d'Ivry-le-Temple, prieurés de Saint-
Nicolas de Pontoise et de Sainte-Anne de Magny, hôpital général des
Pauvres-Enfermés.
Lucien Pahin : Cartulaire des Cordeliers de Pontoise (1I924, x-144 p.).
Edition critique de l'O6 pièces (12512^1588), suivie d'un catalogue sigillo-
graphique (24 numéros), par Albert Thiébault-Sisson. Voir le compte
rendu, p. 252.
Série
Emile Houth : Recueil des chartes de Saint-Nicaize de Meulan, prieuré
de l'Ordre du Bec (Ii924, xx-202 p.). Textes critiques et bien annotés de
173 documents (ll095-ll32i0i) et de l'obituaire, précédés d'une introduction
sur l'histoire du prieuré jusqu'à la Révolution. Un compte rendu on sera
publié prochainement.
Bulletin de la Société archéologique, historique et scientifique
de la région de Bonnières. 2e année, 19-24.
J. Dupour : Notes historiques sur l'église de Follainville, p. Dô-i&S. En
semble du milieu du xvie siècle; vestiges romans; vitrail de la Renais
sance (Saint-Martin).
Règlement de la « Charité » dite Confrérie de Notre-Dame de Jeufosse,
p. 155-156. Document de 182iO.
Avisse : Les feux de la Saint-Jean, p. 162-167. Notions générales; détails
particuliers sur Vétheuil et la participation des confrères de la Charité à
cette cérémonie.
André Lesort.
SEINE-ET-iMAlRNE
Annales de la Société historique du Gâtinais.'
: Tome XXXVII (1er fasc). Fontainebleau, Cuënot-Bourges, 1924.
Albert Catel : L'abbaye de la Nozaye, p. 1-Î2. Petite abbaye cistercienne
fbndée peu après 1145, dans la paroisse de Nonville, par Henri de France,
fils de Louis VI le GLros, et supprimée peu après le 30 juin 1163.
Maurice Lecomte. CHRONIQUE D'HISTOIRE RÉGIONALE 273
OISE
Mémoires de la Société académique.... du département de l'Oise.
Tome XXIV, 2e partie. Beauvais, Impr. départementale de l'Oise, 19:24.
Dr Jean Vergnet : Boran, le village, le prieuré (avec la collaboration de
M. Joseph Depoin), p. 1-188 ; iconographie, p. ÎSJMW; chartes et docu
ments (269 num., 1151-1785, sans compter les nombreux textes insérés
dans l'ouvrage, p. '201-384). Rappel de discussions au sujet de Litano-
briga; origines connues depuis le vne siècle; seigneurie relevant, dès le
xr3 siècle, du comté de Beaumont : aprèst lesi premiers sires de Boran, au
xve apparaissent les Karuel; petits fiefs; monastères; personnages
notables. Après quoi il reste à résumer en quelques pages l'histoire mun
icipale, économique, populaire, administrative et politique : « La vie
de Boran avant, pendant et depuis la Révolution » ; un dernier chapitre
est consacré à Morancy-la-Ville. Cette monographie est un récit agréable,
abondamment enrichi de documents, mais un peu discret quand il serait
bon d'approfondir certains problèmes touchant les origines du pays, de
la seigneurie, de la famille Karuel, ou bien d'expliquer les institutions
communales du xine siècle; les divisions par matières sont peut-être arti
ficielles, en tous cas trop détachées, car chacune est traitée isolément,
de son début à sa fin.
Tome XXV, lre partie. Beauvais, 1925.
0. Estournet : Casimir Carbonnier, peintre beauvaisien (1787-1873)...,
p. 1-52. Elève de David, puis surtout d'Ingres, il acheva sa formation en
Angleterre. Il s'est adonné au portrait et plus encore à l'histoire reli
gieuse. Cet homme timide et pieux avait beaucoup souffert quand,
en 1839, il se retira du siècle et renonça à la vie conjugale pour tra
vailler à la maison-mère des Lazaristes, desquels il ne tarda pas à pren
dre l'habit.
Jean Béreux : Fragments de comptes communaux de Beauvais sous
Philîppe-le-Long, p. 53-96. Six débris de parchemin découverts aux archi
ves de l'Oise sont désormais parmi les documents de la comptabilité
communale beauvaisine, les plus anciens connus, à l'exception de l'état
présenté en 1260 à la Chambre des Comptes. On y trouve des éléments de
cinq registres dont deux ont date certaine : 1316-1317 et 1317-1318. Nous
apprenons, avec bien d'autres choses, le nom d'un maire, Simon de Mouy
(vers 1315) et un court séjour de Ph'lippe, comte de Poitiers et régent,
se rendant à l'ost d'Artois* dans les premiers jours de novembre 1316.
Albert Milice : Laurent-Alexandre Milice, peintre botaniste et animal
ier, dessinateur industriel, peintre de cartons de tapisseries (1820-1894-),
p. 97-106. Cet artiste, originaire de Beauvais, eut pour maître Ghabal-
Dussurgey, disciple d'Ingres.
Jean Vinot-Préfontaine : Un reliquaire janséniste et un miracle du
diacre Paris à Beauvais en 1731, p. 107-114. Médaillon d'argent divisé en
huit cases : une est libre, six contiennent les. reliques de saints connus,
dont saint Lucien; la huitième renferme des restes du diacre Paris.
L'objet, qui appartient à M. le chanoine Bornet, paraît venir de l'abbaye
de Saint-Quentin, A Beauvais, particulièrement janséniste au xvme siècle
en une ville toute janséniste. Dans l'église de ce monastère furent dites,
une messe et des prières pour un petit enfant atteint d'un scorbut qui. 274 REVUE D'HISTOIRE DE L'ÉGLISE DE FRANCE
parut sans espoir; muni d'un sachet avec un peu de terre recueillie au
tombeau de Paris., il est guéri le 11 août 1731.
Abbé L. iMeister : Les origines beauvaisines et la descendance de Jules
Hardouin-Mansart, p. llô-l'âS. Grâce à des recherches approfondies, le
célèbre architecte, né à Paris en 1646, est rattaché à une lignée de pein
tres et sculpteurs de Beauvais. Le premier connu, Scipion, travaillait à
la cathédrale au milieu du xvi* siècle. Jules ajoute v. 1666 à son nom
celui de Mansart, autre fameux architecte, son oncle maternel. Sa descen
dance mâle dégénère et s'éteint en deux générations.. Mais sa fille Cathe
rine laisse une postérité brillante, dont une petite-fille que ramène au
Beauvaisis son union avec le maréchal de Noailles, duc de Mouchy.
Dr V[ictorj Leblond : L'église de la Basse-Œuvre- et la cathédrale Saint-
Pierre de Beauvais : leur date de construction, p. 13i&-143. Article import
ant dans sa brièveté. La Basse-Œuvre serait, comme l'avaient dit de
Gaumont et d'autres archéologues, une cathédrale primitive très an
cienne. La donation faite par l'évêque Hervé, vers la fin du x« siècle, et
dont M. de Lasteyrie déduit la date de l'église, doit en réalité s'appliquer
au nouvel œuvre fondé en 949 sous le vocable de saint Pierre et qui aura
été rasé pour faire place au gigantesque édifice gothique.
René Largillière : Ronsard, ses amis et ses imitateurs dans le Beauv
aisis, p. 145-187. Le poète eut pour ami et protecteur le cardinal Odet
dé Chatillon, évêque de Beauvais, qui lui donna en bénéfice la cure de
Warluis. Claude Binet, son biographe, fut président au présidial; il fit
nombre de poésies, dont plusieurs sonnets. Simon de Bullandre, cha
noine, puis archidiacre de la cathédrale, a écrit des ouvrages en vers
dont le principal est le Lièvre, poème didactique et badin. Nicolas de
BruneauMeu, gentilhomme et soldat, exhale un amour déçu en plusieurs
sonnets et chansons et une élégie. Jacques Grévin, de Clermont, fut à la
fois médecin, dramaturge notoire et auteur de sonnets, en une courte
vie qui prit fin en 1570'; de La Roque et Jean Filleau étaient aussi des
poètes clermontois, amis de Grévin. Antoine Loisel, célèbre avocat pari
sien, originaire de Beauvais, rima dans1 le style de Ronsard.
Société académique... du département de l'Oise.
Compte rendu des séances li&23. Beauvais, 1924, 87 p*.
De Carrère : Les marguillières de sainte Angadrême à Maris'sel,
p. 30-31. Les reliques de sainte Angadrême étaient chaque année portées
en procession de Saint-lMichel de Beauvais à Marissel. L'église de cette
localité garde la statue de la sainte, et une autre de saint Vincent, vé
néré par les vignerons. Sous ces patronages existaient deux confréries
dont un souvenir vivait encore à une époque très récente : « La première
quêteuse de la paroisse s'appelait marguillière de sainte Angadrême et
le premier quêteur, marguillier de saint Vincent. » — L. Vuilhorgne :
Notes sur les archers, arbalétriers et arquebusiers de Beauvais et du Beauv
aisis, p. 40-43. Leurs privilèges. Une confrérie de Saint-Sébastien existait
au xv* siècle en la chapelle de N.-D. de la Haute-Œuvre. — Dr Leblond :
Note sur deux sceaux conservés à Beauvais, p. 56. L'un est de Nicolas de
Louvetot, curé de Saint-Nicolas de Beauvais au xive siècle; l'autre de
N.-D. de Miauroy et 'du xvi* siècle- — Joseph Depojn : Les origines du
prieuré de Boran d'après ses archives, p. 72-77. Travail pénétrant qui ne
fait pas double emploi avec le chap. XI de l'ouvrage sur Boran analysé
plus haut. L'auteur détermine le dessein de Mathieu II, comte de Beau-
mont, décidant v. 1140 de Constituer en couvent quelques saintes, femmes CHRONIQUE D'HISTOIRE RÉGIONALE 275
déjà groupées, ne pouvant les unir, par une communauté mixte, aux
bénédictins de Saint-Martin^des^Champs que son père avait déjà placés
dans son chef-lieu, et choisissant Boran. Les nonnes furent rattachées à
la congrégation du Paraclet; fort pauvres d'abord, elles durent v. 1103
à l'évêque de Beauvais, Barthélémy de Montcornet, la création d'une
confrérie qui leur vint en aide. — Dr Soubeiran : Note sur un autel votif
gallo-romain..., p. 78-80 (et fasc. de 19Q4, p. S8-5»).
1924. Beauvais, 1925. 99 p.
v De Carrèhe : Les reliques de sainte Angadrême, p. 10-11. — R. Largil-
lière : 1° Le calcaire de Laversines, p. 12-14; '2° Les fouilles sous la cathé
drale de Noyon, p. 14-16. Le calvaire au S.-O. de Laversines consiste en
une croix reposant sur une dalle rectangulaire, épaisse et brute, du
xvie siècle. La table est à 1 m. au-dessus du sol. C'est une de ces « pierres
d'attente des mortsi » où les porteurs de cercueils venant d'écarts les
posaient, et où le clergé de la localité venait procéder à la levée du corpts.
Les fouilles attestent l'importance acquise par Noyon avant de devenir
le siège d'un évêché. — A.-F. Gellée : Le pèlerinage de Saint-Sauveur à
Bouvresse et à Formerie, p. 29-33. Les églises des deux localités dépend
irent, jusqu'en 1315, de l'abbaye poitevine de Charroux, qui était sous
l'invocation de Saint-Sauveur. — Dr Leblond : Un artiste Beauvaisin du
XVIe siècle. Nicolas Le Prince, verrier, et tailleur d'images, p. 3'5-37. Né
vers 1515. — Abbé Tesson : Une statuette de Saint-Lucien, p. 39-42. De la
première moitié du xvi* siècle. — Jean Vinot-Prépontaine; : Une custode
en argent aux armes de Nicolas Choart de Buzanval, p. 4)2-43. Seule pièce
subsistante de l'orfèvrerie religieuse de l'évêque janséniste, le reste, légué
par lui au trésor de la cathédrale, ayant été envoyé à la Monnaie pendant
la Révolution. — Abbé Tesson : Note sur une statue de sainte Marguerite,
p. 51-53. Statue de bois et du xvic siècle. — Jean Vinot-Préfontaine :
Un chapitre provincial de Cordeliers à Beauvais en 1687, p. 531-55. Ce mé
moire isera publié prochainement dans la Revue. — De Carrère : Note
sur une statuette d'ermite en Savignies, p. ■QÙ-JQS. Le personnage repré
sente peut être saint Jérôme, peut être un des ermites des environs de
Beauvais. — Dr Leblond : Un journal manuscrit du chanoine Augustin
Le Cat (XF//e-XF7//e siècles), p. Cfl-ôô. Intéresse l'histoire beauvaisienne.
— Inauguration du monument aux morts de Beauvais, p. 71-90. L'œuvre
du sculpteur beauvaisin Gréber fut inaugurée le 6 juillet 1924. Parmi les
discours prononcés, celui du maréchal Foch (p. SG-i&O) a une grande portée
historique : de première source est exposée la formation de Faccord de
Beauvais qui, le 31 avril 1918, a définitivement constitué l'unité de com
mandement des armées françaises, britanniques et américaines.
Bulletin de la Société historique de Compiègne.
Tome XVII. Compiègne, Impr. du Progrès de l'Oise, 1924.
Baron X. de Bonnault [d'Houet] : Une grande chrétienne, Claude-
Marguerite de Gondi, marquise de Maignelay, p. 1-216, Très belle biogra
phie d'une grande dame picarde et parisienne, illustre par ses malheurs
et ses vertus. Marguerite de Gondi, née vers 15-70, fut mariée très jeune
au marquis de Maignelay qui prit une part active aux guerres, civiles et
y périt assassiné dès 1*592. Ce veuvage de près de soixante ans, fut accom
pagné de beaucoup d'autres épreuves; une longue suite d'œuvres pieuses
mit la marquise, nièce et sœur d'èvêques de Paris, eu rapports avec saint 276 REVUE D'HISTOIRE DE L'ÉGLISE DE FRANCE
Vincent de Paul, Mm* Acarie, le cardinal de Bérulle, et aussi Angélique
Arnauld. Bile fut toujours empêchée de réaliser son désir d'entrer en
religion chez les Capucines, devint aveugle, paralysée et mourut en 1G50.
Gaston iFleury et Robert Capelle : Essai sur l'histoire de Carlepont,
p. 217-335. Monographie géographique; origines et histoire, avec beaucoup
d'analyses et copies des archives communales détruites pendant la guerre;
l'église; le château. C'est à la fin que sont les, pages les plus personnelles,
relatant des coutumes locales, décrivant l'état actuel, évoquant la catas
trophe de
Société historique de Compiègne. Procès verbaux. *
Tome XXVI, 1923. Compiègne, Impr. du Progrès de l'Oise, 1024.
Général de Seroux : La famille de Jouenne d'Esgrigny à Compiègne,
pp. 15-19, 35-26, 31^33, 37-38, 42-44, 48-49. Originaire d'Irlande, vint en
France au xvr3 siècle. — Comte de Bréda : Origine des reliques de Saint-
Antoine de Compiègne, p. 81-86. D'après un office propre de saint Antoine
(183(2) et quelques documents.
Jean Béreux.
AISNE
Rien n'a paru depuis la recension dé l'an dernier.
V. C.
ORLÉANAIS
LOIRET
Bulletin de la Société archéologique et historique de l'Orléanais.
Tome XX. N° 2122 (1923).
Chanoine G. 'Chenesseau : Découverte de sépultures anciennes dans
l'église de Saint~Benoît-sur~Loirer p. 39-46. Ces ont été mises
à jour au cours des travaux effectués pour reconstituer un ancien rétable
en l'honneur des victimes de la guerre (cf. Revue, t. X, an. 1*924, p. 244).
Sous le dallage actuel à 1' m. l'O du sol, on trouva les vestiges du dallage
d'un édifice plus ancien (antérieur au xir3 siècle) et au dessous de cette
couche de mortier, de nombreux ossements, les débris de six sarcophages
de pierres maçonnées et d'un cercueil de bois, et aucun vestige d'anneaux
ni de crosses, insignes de la dignité abbatiale. Si, pour cette raison, on
écartait l'hypothèse de sépultures d'abbés, si l'on refusait de croire
que de simples moines aient pu reposer à cette place privilégiée, il ne
resterait plus que l'hypothèse d'un cimetière plus ancien que l'abbaye,
ce qui nous repousserait au delà de l'an 641.
J. Banchereau : Rapport adressé à la Commission des monuments his
toriques sur les fouilles effectuées dans l'église de Saint-Benoît-sur-Loire
du 19 au 29 novembre 1923, p. 146ul|52. Ces fouilles ont mis à jour desi
fragments de chancel, vraisemblablement carolingiens, sept tombes, dont
trois renfermaient dans des cercueils de bois les ossements de religieux,
reconnaissables à des débris d'étoffes de laine et de cuir provenant de
chaussures et de ceintures; deux autres composées de cercueils en pierre
à couvercle bombé et évidé à l'intérieur, le tout décoré de stries faites
à l'outil; ces dernières étaient sous le dallage, ce qui fait croire qu'elles
sont antérieures à l'incendie de l'église, en 974. CHRONIQUE D'HISTOIRE RÉGIONALE 277
Mémoires de la Société d'agriculture, sciences et arts d'Orléans.
5e série, tome XVIII. 1923.
Dp Fauchon : Sociétés savantes orléanaises des XVIIe et XVIIIe siècles,
p. 1-88. La plus ancienne société littéraire dont les œuvres nous soient
restées, fut fondée vers 1615 par Nicolas de Heere, doyen du chapitre de
Saint-Aignan. Elle se composait de six membres qui se réunissaient l'Aubespine,' chaque jeudi chez le doyen. L'évêque d'Orléans Gabriel de
en faisait partie. Elle publia, en 1618, un recueil de Conférences acadé
miques. Elle ne survécut pas à la mort de son fondateur (16241). Un siècle
plus tard, en 1725, six jeunes orléannaisi fondèrent une « Société litté
raire » qui dura cinquante ans et compta en tout vingt-neuf membres
recrutés parmi l'élite intellectuelle de la ville. Cénacle littéraire plutôt
qu'académie, elle n'a rien publié.
Ch. de Beaucorps.
EURE-ET-LOIR
Bulletin mensuel de la Société archéologique d'Eure-et-Loir.
Mémoires. Tome XVI, feuilles 5-6. Chartres, 1<924.
H. Bonnet : Le troisième centenaire de /'Histoire de Chartres de
Boutrays (1624-1926), p. 66-77. Analyse détaillée de l'ouvrage (Urbis gen-
tisque Carnutum historia...) , où se trouvent des renseignements concer
nant l'histoire ecclésiastique qu'on chercherait vainement ailleurs.
iM. Jusselin : La vieille maison située en face du portrait nord de la
cathédrale de Chartres, p. 78-88. Marchés passés en 1647 et 1548i pour
la reconstruction de la maison qui abrita les enfants de chœur de la
cathédrale, de 1355 jusqu'à la Révolution.
Procès-verbaux. Tome XIV, feuilles 0-14, Chartres, 1924.
Dr Demantké : La croix de saint Lathuin à Anet, p. 125-126. Notice sur
un monument (déplacé depuis) rappelant la translation au xie siècle d'une
relique de saint Lathuin, évêque de Séez.^— Y. Delaporte : Les vitraux
de l'église de Mainvilliers, p. 127-131. Etude sur les restes (classés, depuis)
d'un ensemble de verrières du xvie siècle. — M. Langlois : Le missel de
Chartres imprimé en 1482, p. 157. iM. Langlois conserve son opinion
suivant laquelle le missel en question aurait été imprimé à Paris et non
à Chartres. — M. Jusselin : Charte de 1239 concernant l'abbaye de Saint-
Jean-en-V allée, p. 167-168. Note. — Panneau de rétable en albâtre du
XFe siècle, p. ltël-1'85, avec reproduction. Bas relief de fabrication an
glaise, représentant la Trinité. — A. Mayeux : Le portail roman de l'abbaye
de Saint-Pierre de Lagny et l'abbaye de Thiron, p. 18&-188. Etude sur la
chronologie des portails sculptés du xir3 siècle.
La Voix de Notre-Dame de Chartres. 58* année. Chartres, 1924.
Abbé Sainsot : Le cimetière Saint-Jérôme, ip. 11-14. Notice sur l'ancien
cimetière des chanoines {xiv*-xvme siècles), au chevet de la cathédrale. —
Y. D. : Une prétendue « cérémonie bizarre » à la cathédrale de Chartres,
p. 10'9-113. A propos d'un prétendu combat à coups de bâtons, dans le
chœur, pendant les complies de Pâques, mentionné dans l'Histoire de
Chartres de F. de Lépinois. Invention ridicule motivée par la mauvaise
• lecture d'un texte où il s'agit de tout autre chose. — ft. B. : Un centenaire

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.