Le Grand Œuvre, liturgie de l'alchimie chrétienne - article ; n°2 ; vol.186, pg 149-183

De
Revue de l'histoire des religions - Année 1974 - Volume 186 - Numéro 2 - Pages 149-183
L'auteur, s'appuyant sur des textes représentatifs de ce courant de pensée, montre que bon nombre d'alchimistes de confession catholique établissaient et développaient des analogies très précises entre leur foi et les thèmes alchimiques. L'étude de ces comparaisons le conduit à conclure que l'alchimie sublime en christophanie ses mythes, sa spiritualité et ses pratiques. Anamnèse et eschatologie, célébration sacrificielle, réconciliation et sanctification universelles, le grand œuvre est l'accoucheur des achèvements métalliques comme la Messe est actualisation de la Rédemption pascale. Une attention particulière est portée au rôle du mouvement spatio-temporel qui permet à l'adepte, comme au chrétien, de s'affranchir des entraves du temps. L'alchimie était peut-être et involontairement une chimie embryonnaire et une métallurgie empirique. Bien plus et délibérément, elle fut une doctrine philosophique, une sotériologie, une ascèse spirituelle et un ensemble de pratiques rituelles faisant de l'Artifex un Hierourgos, analogue et confrère du célébrant eucharistique. Elle fut, enfin, une liturgie et un essai de connaissance de Dieu à partir de ce monde, complémentaire de la théologie qui interprétait le cosmos à partir de la Révélation.
35 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1974
Lecture(s) : 10
Nombre de pages : 36
Voir plus Voir moins
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.