Revue des périodiques ; n°2 ; vol.1, pg 241-253

De
Revue d'histoire de l'Église de France - Année 1910 - Volume 1 - Numéro 2 - Pages 241-253
13 pages
Publié le : samedi 1 janvier 1910
Lecture(s) : 23
Source : Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins

Revue des périodiques
In: Revue d'histoire de l'Église de France. Tome 1. N°2, 1910. pp. 241-253.
Citer ce document / Cite this document :
Revue des périodiques. In: Revue d'histoire de l'Église de France. Tome 1. N°2, 1910. pp. 241-253.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhef_0300-9505_1910_num_1_2_3568REVUE DES PÉRIODIQUES 241
REVUE. DES PÉRIODIQUES
L'amateur d'autographes, février 1910.
. P. lil. Lettre de Charles VIII aux gens des comptes du Roi A Paris pour leur en
joindre de mettre Vévèque de Paris, Pierre Simon, en possession du temporel de l'èvê-
ché. Cette lettre datée du 10 décembre 1492 est accompagnée d'un fac-similé.
L'Anjou historique juillet-août 1909.
Eugène Ghimault. Mes souvenirs : Mgr Angebault, évêque d 'Anger. s — M.le
chanoine Grimault, autrefois commensal de Mgr raconte dans les nu
méros de juillet à décembre de l'Anjou historique ses souvenirs sur l'ancien
évêque d'Angers. Ce n'est pas une biographie que M. G. a voulu écrire; mais
une suite d'anecdotes qui peignent, d'amusante façon, le vénérable prélat, prélat
d'ancien régime,très pieux, très digne, très homme du monde aussi, sachant unir
en sa personne toute la gravité épiscopale et mondaine d'un évêque grand se
igneur d'autrefois à un enjouement, une malice parfois très fine, surtout quand
il entendait sous une malice faire entendre une vérité. On regrettera cependant,
que l'ancien secrétaire de Mgr Angebault n'ait guère raconté que des anecdotes.
Il aurait pu nous dire, ce semble, de façon plus précise et plus historique quelle
fut la vie épiscopale de ce prédécesseur de Mgr Freppel qui mourut le 2 octobre
1869.
Sous le titre d'Andegaviana, M. Uzureau publie les études suivantes : Les
Carlulaires angevins. — Bonne bibliographie des cartulaires conservés ou per
dus concernant les abbayes et prieurés de l'Anjou.
Les fêles du centenaire de la Visitation d'Angers en 1736. — Compte rendu de
cette fête envoyé par la supérieure d'alors, la Mère du Guesclin, à toutes les mai
sons de l'Institut.
Obsèques de Mgr Poncet de la Rivière, évêque d'Angers en 17 SO. — Récit tiré du
« coutumier » du séminaire. Avec une courte notice rappelant les principales
dates biographiques de cet évêque.
Le clergé d'Avrillé pendant la Révolution. — Notice sur M. Loyau, curé, et Bau
douin, vicaire. M. U. publie à l'occasion de sa notice sur M. Baudouin l'intéressant
interrogatoire auquel fut soumis le prévenu au cours de son procès. II échappa
comme son curé, à la guillotine et mourut après le concordat.
La maladie de Louis XV et les Angevins en 1714. — Récit des cérémonies qui
eurent lieu à Angers pour la guérison du roi, d'après le Registre du «Présidial»
d'Angers,
Numéro de septembre-octobre 1909. Andegaviana : . ■
Mgr de Montault des Isles, évêque d'Angers 1755-1839. — Reproduction d'un
article du Journal de Maine-et-Loire composé à l'aide des renseignements fournis
par le chanoine Mossion, neveu du prélat, article qui parut quelques jours après
la mort du prélat. 11 existe en outre deux biographies de Mgr de Montault des»
ANALECTA, T. I. 16 242 REVUE D'HISTOIRE DE L'ÉGLISE DE FRANCE
Isles, l'une du Dr Dumont publiée en 1844; l'autre de M. Maupoint, curé de
la Trinité. Mgr de Montault des Isles avait prêté le serment constitutionnel. Il
fut nommé évêque constitutionnel de la Vienne le 21 août 1791. Très charitable
et très pieux, l'évêque, en pleine tourmente, ne tarda pas à voir qu'il avait fait
fausse route. Il s'humilia et fit pénitence. Le 9 août 1802 il fut nommé à l'évêché
d'Angers.
Le clergé de Pin-en-Mauges pendant la Révolution. — Notice sur M. Cantiteau,
curé, et M. Bélier, vicaire, qui refusèrent de prêter le serment à la Constitution
civile. Le second fut guillotiné le 1er décembre 1793.
Les bâtiments de l'abbaye de Saint-Nicolas d'Angers depuis la Révolution. —
L'église fut incendiée le 17 décembre 1793 et démolie, les biens furent vendus.
Les bâtiments, après diverses destinations, tombèrent entre les mains de la
congrégation du Bon-Pasteur en 1854.
Numéro de novembre-décembre 1909, Andegaviana :
Obsèques de Mgr Montault, évêque d'Angers 1839. — Compte rendu d'après le
Journal de Maine-et-Loire.
Établissement des Petites Sœurs des Pauvres à Angers (1850) d'après le même
journal. Arrivée de Mgr Freppel à Angers (1870). C'est le 27 juillet que l'éminent
prélat arriva à Angers. Le Journal de Maine-et-Loire publia à ce sujet un arti
cle ici reproduit.
Annales de philosophie chrétienne, décembre 1909 et janvier 1910.
P. 225-144, 337-371. H. Brémond, Pro Fendons.
Annales des Alpes, septembre-octobre 1909, 2e livr.
P. 65-73. P. (Guillaume), Saint Vincent Ferrier dans les Alpes, 1400-1402,
Après une brève introduction, M. G. publie un certain nombre de documents pro
venant des archives communales de Sisteron sur le passage du saint dans les
Alpes. Ce sont des extraits des délibérations communales.
Janvier- février 1910, p. 133-146. Rôle des évêques de Gap par Artus ou Arthur
de Lionne. Ce prélat qui gouverna l'Eglise de Gap de 1639-1662, fut le premier qui
s'occupât de ses prédécesseurs.Son travail écrit vers 1650 a servi de base aux pre
miers éditeurs de la Gallia christiana pour le diocèse de Gap. Le manuscrit en est
aujourd'hui perdu, mais les Archives de Gap ont une bonne copie de ce travail.
C'est celui que M. P. Guillaume publie. Il commence par« Saint Démètre, martyr,
que nous tenons avoir été le premier évêque de Gap. »
P. 146-151. Liste des vicaires généraux du nouveau diocèse de Gap rétabli par le
Concordat du 11 juin 1817 et repourvu en 1823. Cette liste va jusqu'en 1909.
Archiv fur Oesterreichische Geschichte, t. xcvni, 2e partie, 1909.
P. 497-653. Le comte Voinovich, Dépêches de François Gondola envoyé de la
République de Raguse auprès de Pie V et de Grégoire XIII, 1570-1573. Ces dépê
ches sont surtout intéressantes pour l'histoire générale de l'Église ;mais on y trou
vera aussi d'utiles renseignements pour l'histoire particulière de l'Église de France.
Il y est question de François de Noailles, évêque de Dax, ambassadeur à Cons-
tantinople.Malheureusement les dépèches n'apportent pas beaucoup de précisions
nouvelles pour la monographie de cet évêque. REVUE DES PÉRIODIQUES 243
Bulletin de l'Auvergne, n. 3 et 4, 1909.
E. Jaloustre. De l'inédit sur Massillon.
E. Everat. Nouvelles notes sur la Confrérie du Saint-Sacrement de la cille de
Riom. Ces notes sont dressées d'après un registre des années 1622-1730.
Bulletin de la société Gorini, janvier 1910. .
P. 5-15. Mgr Labeuche, Allocution à l'occasion du 50e anniversaire de la mort
de l'abbé Gorini.
P. 16-47. Abbé Page, Le prieuré et le chapitre de Meximieux (4e article).
P. 66-83. L'abbé P. Dudon, Le Fareinisme (4e article). L'auteur continue ici
une étude de tout premier ordre sur l'histoire de cette secte etsur le procès de
Bonjour.Commencée en avril 1908, cette étude se poursuit dans le présent numéro
par le récit des violences de la terreur au village de Fareins dans les Dombes.
L'auteur attire l'attention sur quelques actes ignorés ou peu connus des Bonjour.
P. 84-93. L'abbé Fuz. Un éducateur modèle : M. le chanoine Théloz, supérieur du
petit séminaire de Meximieux, mort le 22 avril 1896.
Bulletin des bibliophiles et des bibliothécaires, 15 septembre-15 octobre.
P. 417-432.M. G. Lambin, Les rapports de Bossuet avec l'Angleterre, 1672-1704.
— L'auteur étudie les polémiques qui se sont élevées au sujet du livre de Bos
suet : L'exposition de la doctrine de V Eglise catholique, paru en 1671. Ces articles
se poursuivent dans les numéros du 15 novembre (p. 532-545), du 15 décembre
(p. 612-621) et du 15 janvier 1910(p. 31-38).
15 novembre. P. 513-518. M. G. de Mouciiy, Bossuet et Fénelon. L'édition de
leur correspondance. M. de Mouchy publie ou republic quelques lettres de Féne-
lon à F- Roger de Gaignières écrites entre 1690 et le 3 février 1707. Cet article se
poursuit dans les numéros du 15 décembre (p. 587-598) et du 15 janvier 1910
(p. 10-19).
15 janvier 1910. P .20-30) M. E. Griseixe, Un supplément à la correspondance
du cardinal Richelieu. Suite d'articles panis dans le même périodique antérieure
ment.
Bulletin historique du diocèse de Lyon.
Janvier-février 1910, p. 1-12. Abbé Vanel, Deux lettres inédites de Massillon de
1722.
P. 13-18. Beyssac, Philippe et Pierre de Savoie, archevêques de Lyon.
P. 19-26. Abbé Th. Malley, Christine de Suède à l'archevêché de Lyon. Visite
du 14 août 1656.
Correspondant, 25 février 1910.
P. 663-690. H. Brémond. Un complot contre Fénelon. La solitaire des Ho
ches. M. B. propose une nouvelle hypothèse pour expliquer la lutte entre Bos
suet et Fénelon. Pour lui derrière Bossuct il y aurait eu Port-Royal ravi de
pouvoir attaquer Fénelon lequel il y avait la Compagnie de Jésus.
Études, 20 janvier 1910.
P. 204-221. Lettres inédiles de Lamennais au chanoine Buzzetti. Ces lettres au 244 REVUE D HISTOIRE DE L EGLISE DE FRANCE
nombre de quatre datent de 1821. Ce sont des copies, qui paraissent fidèles, trou
vées dans les papiers du P. Ventura.
5 février. P. 357-363. Th. Malle y, Un baptême à Lyon en 1654. L'auteur pu
blie un acte consulaire concernant le baptême de Camille Lyon Guignard, intéres
sant, non à cause de l'enfant, mais à cause des sentiments que ce document révèle.
20 février. P. 433-464. Raoul Plus. Angélique Arnauld. Ses relations avec saint
François de Sales.
Intermédiaire des chercheurs et curieux, 10 février 1910.
P. 181. Saint- Jean de Lalrun à Paris. La personne qui signe Zanipolo ren
voie pour l'histoire de cet établissement dont elle ne dit qu'un mot aux Archives
nationales DXIX, carton 82, dossier 648.
P. 199. Deux brefs renseignements du même sur Jean-François de la Roue mort
curé de Notre-Dame de Paris, le 12 octobre 1815 et sur Etienne-Pierre Ventenat,
chanoine régulier de la Congrégation de France (Genovéfain), mort en 1835.
P. 201-202. Armoiries de Juys, évêque de Mâcon au xve siècle.
Armoiries du cardinal de Boulogne. La notice et les dates sont certainement
fautives.
20 février 1910. P. 240. Valentin Haùy. L'exercice du culte catholique pendant la
Révolution. C'est au n. 34 de la rue Saint-Denis que Valentin Haûy, fondateur
de l'Institut des Aveugles, célébra la première messe du nouveau culte des Théo
philanthropes.
Mémoires et documents publiés par l'Académie salésienne, t. xxxn, 1909.
L'abbé Marie Rannaud. La chartreuse de Pomier, diocèse d'Annecy, 1170-1793.
xiii-344 p.
Mémoires de la Société archéologique de Montpellier,
IIe série, t. iv, 1908. 1er fase.
P. 5-94. J. Saduc, L'art roman à Saint-Pons-de-Thomières. — Ce travail est
précédé d'une introduction historique et d'une bonne bibliographie locale de cette
abbaye bénédictine fondée en 936.
P. 95-194. Berthelé, La vieille chronique de Maguelone. — M. Berthelé étudie
ceitechrorique du xne siècle et républie le texte qui avait été très insuffisa
mment édité. On trouvera dans ce travail beaucoup d'utiles renseignements sur
les évêques de Maguelone aux xie et xne siècles. M. B. fait, en outre, suivre
la chronique qu'il réédite d'observations topographiques importantes..
Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie. 1908, t. xxxv.
P. 249-728. Abbé Leroy, Histoire des chapelains de la cathédrale N.-D. d'A
miens. — Cette institution semble remonter au xie siècle et vécut jusqu'à la
Révolution.
Mémoires de la Société des antiquaires de l'Ouest, 1908. IIIe série, t. n.
P. 91-122/ R. Doucet, L'esprit public dans le département de la Vienne pen
dant la Révolution. — Cet important mémoire paru en volume à la librairie Champ
ion semble assez objectif. L'auteur formule des conclusions très prudentes. DES PÉRIODIQUES 245 REVUE
L'historien de l'Église Je France trouvera à glaner bon nombre de détails dans
ces pages écrites à l'aide surtout des Archives nationales.
Mémoire de la Société de Paris et de l'Ile-de-France, 1907, t. xxxiv.
P. 199-324. Vidien, Le trésor de la Sainte-Chapelle. — C'est une publication
d'inventaire, partant du xme siècle et qui fait connaître les richesses de la
Sainte-Chapelle à travers les ages.
Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Chalon-sur-Saône,
1909. IIe série, t. m, lre partie.
P. 83-90. C. F., Notice sur la chapelle de Corcassey (hameau de la commune de
Châtenoy-le-Royal), cette chapelle fut fondée en 1619.
Jules Guillemin, L'Église et les curés de Mervam (Saône-et-Loire, chef-lieu
de canton, arr. de Chalon). Ce travail fut écrit en 1853. M. Jean Martin, en
le publiant aujourd'hui, le fait précéder d'une introduction et de notes. L'auteur
avait relevé les principales inscriptions tombales de la petite église. La plus an
cienne qu'il découvrit est de 1348. M.M. a continué le travail jusqu'en 1899.
Mémoires de la Société d'émulation du Jura, 1908, tiré à part, Paris,
Champ, gr. in-8° 1. 427
P. 3-49. P. A. Pidoux, Notes sur V ancienne liturgie bisontine. Le sacramentaire
de l'archevêque Hugues le Grand. C'est une étude sur le plus ancien manuscrit
bisontin connu. Il est conservé à Rome et date de 1030. Outre son importance
liturgique, ce manuscrit en a une autre, celle de nous avoir transmis la plus an
cienne liste épiscopale que nous possédions pour Besançon. L'auteur étudie cette
liste qui commence avec saint Lin et finit à Hugues. Il achève son travail en
publiant un calendrier liturgique de l'Église de Besançon daté de 1030.
Neues Archiv, t. xxxv, n. 1909.
P. 17-53. W. Levison, Le nécrologe de dom Racine et la chronologie des mé
rovingiens.
M. L. donne une nouvelle chronologie des rois mérovingiens et attaque les
conclusions de M. Depoind dans son travail intitulé : Essai de fixation de la chro
nologie des rois mérovingiens de Paris, aux VIe et VIIe siècles.
P. 219-231. W. Levison, Sigolena. Cette sainte aurait vécu au vne ou au vme
siècle et serait originaire d'Albi ou des environs. La Vita que nous possédons, an
térieure à l'an 700, est de peu de valeur. L'auteur se donne pour contemporain,
mais la chose n'est pas certaine.
La Province du Maine, t. xvm, 1909, juin-octobre.
A. Ledru, Notes sur Jeanne d'Arc. On remarquera dans cette étude le rôle de
l'évêque du Mans, Martin Berruyer.
Deschamps la Rivière, Antoine Maguin, curé constitutionnel de La Coulure et
le clergé constitutionnel monceau de 1791-1074.
Octobre. E. Vallée, ..Vote.» sur les donations de l'évêque Mainard à l'Eglise du
Mans. 246 REVUE D'HISTOIRE DE L'ÉGLISE DE FRANCE
Novembre. A. Ledru, L'assemblée ou concile de Coulaines en 843. Il s'agirait
non de Coulaines près du Mans, mais de Coulaines près de Saint-Mars-de-Cré ou
Quelaines dans la Mayenne.
Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, t. xn,
IIe livr., 1909.
P. 321-367. Ludwig Cardauns, Documents concernant l'histoire de Charles-
Quint de 1536-1538. Ces documents sont écrits en français. Beaucoup ont trait
aux affaires françaises.
La Révolution française.
14 février 1910. P. 167 '-170. Lettre d'un Sicilien à la Convention nationale sur la
question religieuse. Ce Sicilien s'appelait Gaétan Sortira. La lettre est datée de
Nice, 5 Vendimaire, an III.
Revue bénédictine.
- Janvier 1910. P. 95-102. D. U. Berlière, Un adversaire des bénédictins de
Sainl-Maur. Mercier de Saint-Léger. D. U. Berlière publie des extraits de
lettres de cet étrange religieux de Sainte-Geneviève de Paris, grand ennemi
des bénédictins et de leurs travaux, datées du 15 juin et du 21 août 1763-29 oct.
1783.Enricbies d'abondants commentaires, ces lettres sont un intéressant et triste
apport à l'histoire littéraire de SaintMaur au xvme siècle.
Revue de Bretagne.
Novembre 1909. Grégoire, Les biens ecclésiastiques pendant la Révolution dans
le département de la Loire-Inférieure.
Revue Bossuet, 1909, Supplément VII.
Comme tous les suppléments que M. l'abbé Levesque donne à la Revue Bossuet,
celui-ci est du plus haut intérêt et les renseignements inédits qu'il apporte sont
de premier choix. Ce supplément contient, outre un sermon de Bossuet sur« la
parole de Dieu» d'après une copie sténographique conservée à Saint-Pétersbourg
et qui permet de se rendre compte, une fois de plus, de la manière dont Bossuet
prêchait, puisque nous avons, par ailleurs.le manuscrit autographe de ce sermon,
M. L. nous donne le texte du mémoire de Ledieu- sur le quiétisme. Ce mémoire
que le cardinal de Bausset connut,est aujourd'hui perdu, à l'exception de 8 pages
retrouvées par M. L. Il fut achevé le 7 décembre 1699. Ce texte peut être complété
grâce aux extraits qu'en avait faits M. de B. Il commence par le récit des rela
tions de Mme de la Maisonfort, de Mme Guyon et de Fénelon à Saint-Cyr. Il s'
achève avec la fin des événements, c'est-à-dire avec la bulle condamnant le livre
de Fénelon et qui arriva le 22 mars 1699 à Versailles et à Paris.
Dans la partie réservée aux notes et documents, M. L. publie quelques lettres
ayant trait à Bossuet : lettre de Mabillon à l'abbé Ledieu du 6 août 1700; lettre
du cardinal de Noailles à Mme de Maintenon qui doit être datée probablement
des premiers mois de 1709 (à propos de la lettre que Bossuet avait écrite aux rel
igieuses de Port-Royal en 1665); lettre dedom Gervaise à Maurice Le Tellier,
archevêque de Reims; lettre du P. Le Valois à Mrae de Maintenon qui paraît être REVUE DES PÉRIODIQUES 247

de juillet 1698; lettre de Fénelon au duc de Beauvilliers, du 7 février 1703. Sen
tence arbitrale rendue par l'archevêque de Reims, I'évêque de Meaux .et celui
de Troyes à propos du différend qui s'était élevé entre Huet et Brulart de Sillery
au sujet de l'échange queHuet avait fait du siège episcopal de Soissons avec I'évê
que de Coutances. Cette sentence est du 15 janvier 1696. Enfin à noter un compte
rendu important de M. L. à l'occasion d'une publication anonyme intitulée : « Au
tour d'une brochure. Sept lettres à M. Savaète... sur le prétendu mariage de
Bossuet, avec un article posthume de M. Justin Fèvre. »
Revue de Gascogne.
Juillet-août 1909. A. Dégert, Un grand évêque gascon: Arnat d'Oloron, mort
le 22 mai 1101. L'article se termine avec le n. de novembre.
P. Coste, Lettres inédites de saint Vincent de Paul. L'article se termine avec le
n. d'octobre.
J. Dubois, Dolmayrac, dépendance de Pessan. Le Dolmayriacum latin doit être
identifié avec prieuré dans la commune du Passage d'Agen.
Septembre-octobre. J. Contrasty, Le clergé français réfugié en Espagne, 1792-
1802.
Revue d'histoire ecclésiastique (Louvain).
15 janvier 1910, P. 47-55. L. Bliemetzrieder, Conclusions deGuillaume
de Salvarilla, maître en théologie à Paris, sur la question du Concile général
pendant le grand schisme d'Occident (1381). L'auteur retrace en quelques pages
la vie et le rôle de Guillaume Salvarilla, urbaniste convaincu, et fait con
naître le texte qu'il édite, retrouvé à la Bibliothèque universitaire de Bâle:
Determinatio pro concilia generali, thèses en faveur de la réunion d'un concile
général pour supprimer le schisme. Cette « Determinatio » paraît avoir été écrite
à la fin de 1380 ou au commencement de 1381.
'* Revue d'histoire ecclésiastique suisse, 1909. Fascicule 3.
P. 236-237. E. A. S. Sous cette signature, la Revue publie une inscription
concernant saint Boniface, évêque de Lausanne, originaire de Bruxelles, docteur
de l'Université de Paris, doyen de Sainte-Gudule, mort, d'après l'inscription, en
1260. Cette inscription, dont l'éditeur ne nous donne pas la date, même appro
ximative, se trouve dans l'église d'Ixelles qui est de construction moderne. Sur
l'autel de cette même église se trouve une relique, la seule connue, de saint Bo
niface qui fut canonisé en 1606 à l'instigation de Jean VI Dorez, évêque de
Lausanne.
P. 233. Abbé Besson. M. l'abbé Besson publie, de son côté, dans le même
fascicule, l'épitaphe de Mgr de Strombino, évêque de Lausanne, mort le 29 juin
1684 au cours d'une visite pastorale aux Hôpitaux-Neufs (Doubs) alors appart
enant au diocèse de Lausanne.
Société d'histoire et d'archéologie de Genève, t. xxxr, Iiv. 2, 1909.
P. 209-341. Edouard Favre, Gaspard Favre et la donation aux fugitifs, 1556.
Un épisode de l'opposition à Calvin dans Genève, avec 4 planches. 248 REVUE D'HISTOIRE. DE L'ÉGLISE DE FRANCE
P. 342-352. Edouard L. Burnet, Note sur V indiction, Vépacte et le concurrent
dans les chartes du diocèse de Genève au XIIe siècle (1078-1206).
Revue de l'Agenais, 1909, n. 4.
P. Dubourg. L'abbé Jean Thimothée Barrier de Cauparre, ancien curé de La-
marque et ses mémoires relatifs aux événements accomplis à l'époque du Concordat
de 1R01 dans le diocèse d'Agen.
Revue de l'art chrétien, 1909, t. v.
Mayeur, Le portail occidental de Sainte-Marie d'Oloron et son iconographie*
II représente la parabole rapportée par saint Matthieu dans le chapitre xxne de
son Évangile.
Goudaillier, Travaux artistiques de saint Éloi et de l'abbé Suger à l'abbaye
de Saint-Denis. Outre les travaux d'architecture étudiés d'une façon plus comp
lète dans l'article suivant, l'auteur fait mention de divers objets précieux don
nés par Suger : tables d'or, crucifix, chandeliers, calices, reliquaires, etc. sans
oublier les vitraux où l'abbé s'est fait lui-même représenter.
Léon Maître, Le culte de saint Denis et de ses compagnons. Continuation d'un
article paru en 1908. M. M. étudie le martyrium sous les Mérovingiens,sous les
Carolingiens, époque où fut élevée par Hilduin la chapelle de la Vierge indépen
dante du martyrium et qui ne fut incorporée dans le chevet qu'au xie siècle. L'abbé
Suger créa enfin le déambulatoire à double nef avec sept chapelles rayonnantes
pour soutenir le supérieur du chœur. Avec le martyrium et la cha
pelle de la Vierge, il forme la crypte de Saint-Denis.
, Revue de la Renaissance, t. x, 1909.
Janvier-février. P. 1-10. Pierre Dufav, Ronsard et le prieuré de Croixval.
Mars-avril. P. 98-106. Ch. Urseau, Les peintures murales de l'ancien couvent de
la Duumetle près d'Angers. Ces peintures, œuvre de Gilbert II Vandellant, datent
du premier quart du xvie siècle.
P. 88-97. E. Delignières, Peintures murales de la première moitié du XVIe siè
cle retrouvées à l'église de Sainl-Riquier (Somme).
Juillet-septembre ; octobre-décembre. P. 137-157; 204-215. John L. Gerig. Le
collège de la Trinité à Lyon avant 1540. Avec une notice sur Jean Raynier d'Angiers
Revue de théologie de Montauban, 1er mars 1909.
Jacques Panier, Calvin écrivain. Article bien fait. M. le pasteur J. Panier
est chargé de donner, en collaboration avec quelques élèves de l'École des Hautes-
Études, une nouvelle édition de l'Institution chrétienne de Calvin.
Revue des Bibliothèques, 1909,
Mai-juin, P. 145-153. L. Léger, Georges d'Esclavonie, chanoine de la cathé
drale de Tours. Ce Georges de Rayn de Sclavonia était né dans le diocèse
d'Aquilée. Il vint à Paris, en Sorbonne, de 1388 à 1409. Maître es arts avant le
13 février 1389, il joua dès lors un rôle important parmi les membres de la na
tion allemande. Il ne séjourna probablement à Tours que de 1404-1416, ayant
obtenu ce bénéfice de Rome. On a conservé plusieurs manuscrits de lui portant
des gloses slaves.. REVUE DES PÉRIODIQUES 249
P. 171-187. E. Deville, Les manuscrits de l'ancienne bibliothèque de l'abbaye de
Ronport. M. E. D. continue dans ce numéro la publication du catalogue de
l'abbaye qu'il a commencé en 1906.
Revue des Deux-Mondes,
15 octobre 1909. P. 892-923.
Alfred Rébelliau. Deux ennemis de la Compagnie du Saint-Sacrement. Molière
et Port-Royal. M. R. s'est fait depuis 1903 l'historien distingué de la célèbre
Compagnie. Dans une série d'articles très remarquables parus en 1903 et 1908 à
la Revue des Deux Mondes il a é tudié sous toutes ses faces les statuts de la so
ciété et son action aussi profonde que mystérieuse. Aujourd'hui, il étudie ses en
nemis : Molière et Port-Royal. Après avoir raconté comment l'existence de la
Compagnie se laissa soupçonner successivement à Bordeaux, à Blois etsurtout
à Caen, et pour quelles raisons on commença à l'attaquer.M.R. concentre son atten
tion sur la question de don Juan et de Tartufe. Dans des pages d'une admirable
venue il montre ce qu'était alors entre 1662-1665 cette société française que la
Compagnie voulait réformer, quelle poussée/Tanticléricalisme la remuait, comme
aussi quel besoin de s'amuser la travaillait. Molière, naturellement, se rangea du
côté de la société contre les dévots et en 1664 et 1665 publia ses deux pièces :
don Juan et Tartufe. M. R. en arrive ainsi à admettre que Tartufe fut dirigé
contre la Compagnie du Saint-Sacrement et essaie d'identifier avec Char-
py de Sainte-Croix. Malgré tout le talent de M. R. je ne sais si sa thèse, savam
ment, mais fragilement échafaudée, conquerra beaucoup de suffrages. Il est
certain qu'il y a infiniment d'ingéniosité dans toutes les dédxictions de M. R.
Les preuves solides manquent cependant. Je laisse de côté l'identification
de Tartufe avec Charpy ; mais ost-ce si certain que ce soit vraiment à la Compagnie
du Saint-Sacrement qu'on veuille Molière ? En relisant Tartufe après l'a rtiele de
M. R. j'ai été extraordinairement frappé, au contraire, des applications qu'on en
pouvait faire à la Compagnie de Jésus. Et quoi! n'est-ce pas toujours les mêmes
insinuations malveillantes : captations d'héritages, habileté à se glisser dans la
haute société, hypocrisie éternellement reprochée à la Compagnie de Jésus que
nous retrouvons à toutes les pages de Tartufe? Et puis, en vérité, malgré les dé
nonciations qui commençaient à inquiéter la Compagnie du Saint-Sacrement,
Molière était-il si bien renseigné sur le monde des dévots pour connaître les agisse-
ment des confrères et voir, en eux, pour lui et pour les autres, le redoutable enne
mi qu'il fallait attaquer? Les jésuites, au contraire, avec leur incontestable au
torité à la cour et dans le monde, avec leurs œuvres et leurs moyens d'apostolat
étaient, assurément, plus connus; ils n'étaient guère aimés des libertins, et même
de beaucoup d'autres, et Molière, qui n'était pas janséniste, devait probablement
trouver que leur morale, pour relâchée qu'on le voulut dire, ne l'était pas encore
assez pour lui. De là, me semble-t-il, ses attaques. Elles visaient tout d'abord les
Jésuites, puis les dévots de toute nuance, enfin, comme Brunetière le remarquait
fort justement, tous les chrétiens pratiquants. Néanmoins, il faut reconnaître
que M. R. a apporté dans cet arlicleetsurtout peut-être dans celui quiapour titre :
c Lo rôle politique et les survivances de la Compagnie secrète du Saint-Sacrement»,
une foule de petits faits qui, rapprochés les uns des autres, jettent une vive
lumière sur cette « cabale des dévots » et, somme toute, il ne serait pas impossi-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.