Difficultés et incertitudes de la géographie - article ; n°467 ; vol.85, pg 48-63

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1976 - Volume 85 - Numéro 467 - Pages 48-63
Many geographers ask themselves to know if their science did not infinitely be divided by specialization of research and if consequently it did not be destroyed. The illusion of measure and of the mathematic expression of datas that are really measurable only by rough approach and, too often, by diversion of proper research, dont bring satisfying answer to their anxiety. Between the passive consideration of past by poetical contemplation, and an incautious participation to various speculations upon use of soil, is it place for real science? Does the study of difference and move pursue the pure French tradition of geography associated with history? And why? According to the purposes expressed in Montreal by the symposium upon geography of the future (febr 1972) for help people to control their environment, to avoid the irretrievable destructions, to insert themselves, with the sense of harmonious relations between number of men and capacity of the earth, in their specific setting of living, to be conscious of possibilities and limits, as it is now certain that it is necessary to manage carefully the single wealth of men : their earth.
Beaucoup de géographes se demandent si leur discipline n'a pas été abusivement parcellisée par la spécialisation de la recherche et si, de ce fait, elle n'a pas été détruite. Le mythe du chiffre et de l'expression mathématique de données qui ne sont mesurables que par approximation grossière, et trop souvent par déviation de la recherche propre, n'apporte pas de réponse à leur inquiétude. Entre le passéisme d'un constat poétique et l'aventurisme d'une participation aux spéculations sur l'espace, reste-t-il place pour une science authentique? L'étude de la différence et du mouvement n'est-elle pas dans la tradition française d'une géographie associée à l'histoire? Pour quoi faire? Suivant les objectifs proposés à Montréal, en février 1972, au colloque sur la géographie du futur, pour aider les hommes à maîtriser leur environnement, à éviter les destructions irréparables, à s'insérer harmonieusement et en nombre raisonnable dans leur milieu existence, à prendre conscience des possibilités et des limites, maintenant qu'il est acquis qu'il faut sagement gérer le seul bien des hommes, leur terre
16 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1976
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 18
Voir plus Voir moins