Étude de morphologie glaciaire - article ; n°64 ; vol.12, pg 289-302

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1903 - Volume 12 - Numéro 64 - Pages 289-302
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : jeudi 1 janvier 1903
Lecture(s) : 26
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins

L. de Lagger
Étude de morphologie glaciaire
In: Annales de Géographie. 1903, t. 12, n°64. pp. 289-302.
Citer ce document / Cite this document :
de Lagger L. Étude de morphologie glaciaire. In: Annales de Géographie. 1903, t. 12, n°64. pp. 289-302.
doi : 10.3406/geo.1903.6345
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1903_num_12_64_634564 12 année 15 juillet 1903
ANNALES
DE
OGRAPHIE
OGRAPHIE RALE
TUDE DE MORPHOLOGIE GLACIAIRE
LE HASLI IM GRUND
Les touristes qui font excursion du Grimsel entre le Finsteraar-
horn et le Dammastock remontent partir de Brienz la vallée du
Hasli arrose le torrent de Aar Meiringen est une vallée
large parfaitement plate et dont le fond semble continuer la surface
horizontale du lac de Brienz Des parois verticales enserrent de part
et autre faisant place dans la hauteur aux flancs moins abrupts des
chaînes en bordure est une vaste tranchée dont le fond tapissé
alluvions porte les cultures les prairies et les centres habitation
Les grandes vallées alpines ne se présentent pas sous un autre aspect
Elles sont construites sur un type qui facilite établissement des voies
de communication et installation des groupements humains
Mais le style de la vallée change brusquement en amont de Mei
ringen Le voyageur quittant le village voit se dresser en face de lui
une colline reliant les deux parois de la vallée et barrant complète
ment la vue on dirait une moraine frontale Mais en approchant on
se rend compte que la digue est rocheuse bien que revêtue presque
entièrement de boues morainiques est affleurement une assise
calcaire qui plonge vers aval et se redresse en avant-mont contre le
massif cristallin de la zone centrale alpine La crête de la colline est un
accès facile La route parvient sans sinuosités Au sommet le voya
geur découvre la vue de amont lavallee supérieure de Aar allonge
ANN DE OG XIIe ANNEE 19 OGRAPHIE RALE 290
indéfiniment devant lui non pas large remblayée section rectan
gulaire comme le tron on inférieur mais étroite anguleuse et fond
rocheux Immédiatement ses pieds offre lui un paysage inaccou
tumé Il domine de 80 une plaine de forme ovale allongée dans
le sens de la vallée et bordée de tous côtés par des escarpements
de 150 200 de haut est un véritable amphithéâtre un cirque
FIG Le Hasli im Grund 50000
après la carte et avec autorisation du Service topographique fédéral
Indications géologiques après Mr MAURICE LUGEON
Alluvions cônes de déjection éboulis Glaciaire Roches cristallines Roches
calcaires Roches calcaréo-schisteuses
de vallée ou vallée en cirque au sens des géographes allemands
Circusthal La route qui profité un col sur la crête descend
par trois grands lacets est bien un Grund un fond un bas-fond
Il re oit dans le pays le nom de Hasli im Grund en bas la ride-
rocheuse du Kirchet se présente avec tout son effet de relief Les points
culminants sur la ligne faîtière atteignent environ 180 au-dessus du
Grund Celui-ci est un terre-plein uni sans cônes de déjections ou TUDE DE MORPHOLOGIE GLACIAIRE 291
éboulis large de près un kilomètre en aval et se rétrécissant progres
sivement km et demi en amont Sa pente générale est de 27 1000
De quelque côté on accède si on veut arriver de plain-pied
il faut longer une gorge profonde au moins 100 En amont est
la première gorge de Aar que côtoie la route du Grimsel en aval
est le Lamm la deuxième gorge de Aar travers là barre du
Kirohet si resserrée en avan ant sur la passerelle en encorbelle
ment on touche avec les mains les deux parois abruptes Au et au
deux torrents Unterwasser et Urbachwasser débouchent dans le
Grund après un kilomètre de gorge Le fond est parsemé de mai
sonnettes et de hameaux sur les pentes de amphithéâtre on découvre
aussi quelques agglomérations telles que le village Innertkirchen
Il importe insister sur les anomalies morphologiques que pré
sente ce tron on du Hasli Nous en signalerons de deux sortes les
unes ayant trait hydrographie les autres concernant le modelé
La carte 50 000 de Atlas Siegfried fig permet de reconnaître
les anomalies du profil en long de Unterwasser et de Urbachwasser
Celui-ci au lieu de présenter un rayon de courbure de plus en plus
long mesure on se rapproche de embouchure accélère brusque
ment son inclinaison quelques centaines de mètres du cirque Avant
de parvenir leur gorge respective les deux torrents coulent sur un
lit dont la pente est de 25 100 mais ils pénètrent ils
dévalent de 130 140 pour un kilomètre de parcours Ce sont comme
de nouvelles vallées dans enfance qui aboutent des vallées arrivées
maturité Ou mieux est indice un renouvellement du cycle
érosion dont les effets sont limités au dernier kilomètre de la vallée
Il semble que les deux torrents avant avoir creusé leur gorge
débouchaient au sommet de escarpement et laissaient tomber leurs
eaux en cascade sur le fond de amphithéâtre Ils trouvaient un gradin
abrupt leur embouchure au lieu du raccordement prévu de leur lit
avec le thalweg de Aar Cet accident topographique est désigné par
Penck sous le nom de Stufenmündung embouchure en gradin
Les rapides du cours inférieur de ces torrents sont un vestige de leur
état antérieur La figure montre la rupture de pente que présente
Urbachwasser au voisinage de son confluent Nous aurions pu établir
des profils analogues pour Unterwasser et pour Aar supérieur
Une deuxième anomalie concerne le modelé La vallée du Hasli ne
présente pas dans ses diverses parties unité et la concordance de
formes qui sont la caractéristique de érosion fluviale Meiringen
la vallée est large et remblayée elle accuse des traits de vieillesse tels
que intensité de érosion latérale et du comblement alluvionnaire
quelques centaines dé mètres en amont la vallée se réduit une
gorge et bien que la rivière avec sa pente de 5p 1000 paraisse avoir 292 OGRAPHIE RALE
atteint son équilibre la vallée elle-même par absence complète de
versants fa onnés révèle un état embryonnaire qui contraste avec les
formes mûres du tron on inférieur Dépassons le Lamm la vallée
élargit de nouveau et présente les mêmes caractères Meiringen
est de la vieillesse avec accumulation de matériaux de
transport Mais regardons droite et gauche les vallées latérales
débouchent en gorge au lieu de ouvrir en estuaires élargis Encore
un trait de jeunesse La vallée de Aar elle-même avant de se dilater
Fie Profil longitudinal du tron on inférieur de Urbachwasser
Longueurs 50 000 Hauteurs 10 000
dans le Grund est un étroit couloir Plus haut vers amont
est un relief de maturité profil en sans alluvionnement Voici
donc une vallée qui sur un parcours de km. passe par cinq états
successifs du stade enfance au stade de vieillesse et réciproquement
Ce est pas tout et ceux entre nos lecteurs qui ne seront pas
accord avec nous pour attribuer au schéma de Mr Davis une
portée générale se rendront évidence de la nouvelle anomalie que
Fio Profil longitudinal de la vallée de Aar en amont de Meiringen
Longueurs 50 000 Hauteurs 10 000
vais signaler Le fond rocheux du bassin Innertkirchen se trouve
un niveau inférieur au lit de Aar dans la gorge du Kirchet Ce est
donc pas la rivière qui creusé le Grund et qui évidé Un puits
de 10 m. creusé Hof sur les bords du bassin traversé que des
alluvions Un lac donc séjourné en amont de la gorge Les cours
eau incapables de le creuser ont au contraire comblé
Les remarques qui précèdent suffisent démontrer que le modelé
de cette portion du Hasli pas eu pour seul agent action des eaux
courantes Or il est pas douteux que la vallée dans son ensemble
ait été dès origine creusée et fa onnée par elles Il faut donc une ET DE DE MORPHOLOGIE GLACIAIRE 293
cause étrangère ait contrarié leur travail érosion apporté un trouble
dans une topographie qui était primitivement leur uvre ramené la
région un état de confusion et de désordre où les cours eau effor
cent hui de faire triompher équilibre et harmonie
Nous ne sommes pas les premiers nous occuper de la morpho
logie du Hasli Elle déjà attiré attention de plusieurs savants en
Suisse tels que Ebel 180R) Studer 1850) Baltzer 1880) sch 1894
et surtout Mr Lugeon qui dans son travail Sur la fréquence dans les
Alpes de gorges épigénétiques et sur existence de barres calcaires de
quelques vallées suisses1 exposé et réfuté les interprétations de ses
devanciers et proposé pour la barre du Kirchet et le bassin Innert-
kirchen une explication tirée de la nature du terrain Quelque har
diesse il ait revenir sur un accident morphologique qui été
objet de si savantes recherches nous nous sommes décidé dési
reux de dégager un élément de solution dont il pas été fait usage
ici Les uns ont proposé une explication tectonique autres
ont insisté sur les conditions génétiques nous voulons mettre
lumière érosion des anciens glaciers
Les géologues dont nous avons rapporté les noms ont considéré
isolément les divers traits de cette topographie et ont proposé pour
chacun eux une explication spéciale Ils ont même passé sous silence
plusieurs de ces traits Studer ne considère que amphithéâtre le
Circusthal et il fait appel pour rendre compte de son origine
un soulèvement tectonique alors que autres verront le résultat
un effondrement Mr Lugeon porte son attention sur la barre calcaire
et sur la gorge qui la traverse Mais il pense dans interprétation il
donne de ces accidents pouvoir faire abstraction des trois gorges
amont et de énorme palier alluvion qui occupe le fond du
Grund Nous tenons au contraire considérer ces phénomènes
dans leur totalité nous les examinons la lumière des lois de éro
sion fluviale telles que Mr Davis les exposées nous détermi
nons en quoi le système des vallées du Hasli im Grund écarte du
type normal afin être amené par élimination progressive la con
naissance des véritables agents de cette topographie
La première hypothèse qui est imposée esprit des géologues
en présence de la barre du Kirchet est celle une surélévation du sol
un pli transversal âge post-pléistocène serait venu interrompre la
continuité primitive de la pente de la vallée Aar aurait scié le seuil
au fur et mesure de sa surrection Cette hypothèse rend compte de
Bulletin des Laboratoires de géologie géographie physique minéralogie et
paléontologie de Université de Lausanne Suisse) Lausanne 1901 34 RALE OGRAPHIE
extrême jeunesse de la gorge du Lamm Mais il faut la compléter
si on veut expliquer la formation des trois gorges amont et abais
sement du fond du cirque au-dessous du lit de la rivière un effondre
ment aurait donc découpé comme grands coups de hache les parois
du bassin et fait descendre au moins 200 le fond de la vallée
Malheureusement la stratigraphie ne porte aucune trace de cet
accident orogénique survenu quelques siècles peine avant époque
historique on pas le droit imaginer pour les besoins une
cause une série de dislocations dont existence ne peut pas être
démontrée ailleurs Mr Lugeon constaté et est là le point de
départ de son étude sur la persistance des barres calcaires que les
grandes vallées conséquentes de la Suisse en passant des schistes
cristallins dans la zone des terrains sédimentaires présentent géné
ralement un élargissement analogue au Hasli im Grund suivi un
rétrécissement qui rappelle le Lamm Ses observations portent
sur la vallée du Rhône Saint-Maurice sur celle de la Kander au
Gasterenholz et sur celle du Sandbach dans le haut Linththal Il con
clut dans les termes suivants Tout le long de la chaîne cristalline
des Aiguilles Rouges du Finsteraarhorn et du Dammastock il fau
drait imaginer un soulèvement une bande étroite de la région sedi
mentaire juste au point où les cours eau pénètrent dans les chaînes
calcaires Une telle hypothèse est purement gratuite Et ailleurs
idée une surélévation du Kirchet postérieure la formation dès
plis en général et de la vallée est en contradiction avec tout ce que
nous enseignent la topographie et la tectonique alpines
éminent critique développe son tour son explication 11 écarte
résolument intervention des forces orogéniques Il fait également
abstraction de érosion glaciaire La topographie actuelle est que le
résultat de fluviale rencontrant un degré de résistance diffé
rent suivant les affleurements de terrains auxquels elle attaque La
rivière en quittant la zone cristalline prend en travers trois assises
rocheuses de dureté fort inégale toutes redressées vers amont la
base en contact immédiat avec les gneiss ce sont les Zwischen
bildungen Innertkirchen une faible puissance roches tendres
faciles sous-miner Au-dessus se placent les calcaires durs de la barre
du Kirchet affleurant dans la vallée sur une longueur environ km
Ils sont surmontés des schistes calcaires dont le déblayage offrait
au cours eau moins de difficultés La carte géologique montre-
que sur la verticale du Hasli im Grund la superposition des trois
assises été complète aifouillement dans les Zwischenbildungen
isolé la barre en amont dans les schistes calcaires elle isolée
en aval Par contre dans le calcaire dur la rivière creusé une gorge
dont elle pas encore abattu les parois Mr Lugeon illustre son
exposé par des coupes schématiques Une figure de son mémoire TUDE DE MORPHOLOGIE GLACIAIRE 295
31 montre la variation du profil transversal de la vallée sur une
même section Tout abord la forme large AA est établie dans les
terrains tendres recouvrant la barre calcaire puis le torrent ap
profondissant il est creusé une gorge profonde et étroite dans ces
calcaires jurassiques RBB Enfin attaquant les gneiss le profil est
disposé suivant CC hui encore ces trois profils sont ceux qui
caractérisent la vallée en amont du barrage calcaire dans et
en aval. Ainsi il devient évident que ces barres calcaires sont le
résultat des influences génétiques et tectoniques passives
analyse de Mr Lugeon je dois excuser de avoir écourtée
me satisfait pleinement en ce qui concerne le modelé de la vallée
préglaciaire mais je me refuse voir une explication des accidents
morphologiques en question argument tiré des influences géné
tiques nous annonce une vallée érosion sans remblayage important
et-dont la section transversale présente image un aigu dans les
gneiss très ouvert dansles Zwischenbildungen fermé les
calcaires jurassiques ouvert de nouveau dans les schistes calcaires
Nous connaissons dans la zone des massifs primaires et archéens
nombre de ces vallées alternativement dilatées et resserrées suivant le
degré de dureté de la roche encaissante Il faut avouer que lavallee
de Aar manifeste un tout autre style En outre si exposé de
Mr Lugeon nous rend compté du modelé des versants de la vallée
partir un certain niveau les accidents du fond la contre-pente du
Grund les trois gorges amont le comblement intense restent
encore inexpliqués Si auteur insiste en faveur delà gorge du Kirchet
nous lui demanderons pourquoi elle ne débute pas Hof 000 en
amont avec apparition de assise calcaire et pourquoi elle cesse
788 altitude faisant place un thalweg fond courbe au lieu
de se poursuivre au niveau de 000 1100 atteint la sur
face de assise et au ailleurs nous pourrions ici tourner en
objections les arguments que nous avons fait valoir contre attribution
érosion fluviale de la topographie du Hasli car Mr Lugeon admet
pour le fa onnement du fond de la vallée autre agent que les eaux
courantes
nos yeux au contraire la topographie actuelle du Hasli est le
résultat une perturbation que le passage des glaciers quaternaires
introduite dans un système normal de vallées préglaciaires et
laquelle les cours eau postglaciaires ont déjà partiellement remédié
Notre première tâche consiste reconstituer par ce il en reste
le système des vallées préglaciaires Pla ons-nous proximité delà
gorge supérieure de Aar sur un pointement qui porte la cote de
880 Un coup il vers aval nous fait saisir les vestiges un
thalweg situé 180 environ au-dessus du thalweg actuel Imagi- 296 GÉOGRAPHIE GÉNÉRALE.
nons un plan continuant en pente douce le lit de l'Aar en amont de la
première gorge et se poursuivant jusqu'à Meiringen avec une pente de
20 p. 1000. Il laisse au-dessous de son niveau les gorges des affluents
latéraux et la barre du Kirchet tout entière. L'encaissement des cours
d'eau, les embouchures en gradins, les contre-pentes du thalweg, les
barres et les paliers d'alluvions disparaissent. La vallée redevient
normale. Que ce plan imaginaire représente le thalweg préglaciaire,
nous n'en avons d'autre preuve que la topographie elle-même. Notre
hypothèse se justifiera par sa fécondité et par la simplicité de ses
interprétations. Toutefois, il est peut-être possible de reconnaître dans
des méplats, accolés sur les flancs de la vallée et qui n'ont pas échappé
aux regards de Mr Lugeon, des restes d'anciens versants. Nous en
distinguons deux sur la carte topographique : ils se font face de part
et d'autre de la vallée à la même altitude, c'est-à-dire entre 900 et
1 000 m. Des herbages s'y sont développés, qui portent les noms de
Am Spiss et Allenschwendi. La coupe transversale du Hasli im Grund,
jnsérée dans l'opuscule de Mr Lugeon (pi. VII, fig. inférieure), montre
l'importance de l'une de ces terrasses à fond rocheux, respectées par
l'érosion glaciaire.
Ce serait peine perdue, croyons-nous, que de chercher une trop
grande précision dans la restitution du modelé primitif. Nous ne pen
sons pas que la ligne joignant la crête du Kirchet au lit de l'Aar
supérieur représente exactement le cours de la rivière préglaciaire ;
d'abord parce que nous ignorons l'endroit précis de la crête du Kirchet
où se posait la pointe du V, qui, à notre avis, figurait le profil trans
versal de la vallée aussi bien dans la zone calcaire que dans les gneiss
d'amont ; ensuite et surtout, parce que nos vestiges appartiennent à
un lit de glaciers, après avoir été façonnés en versants de vallée fluviale.
Leur déformation est moins intense que les autres parties de la vallée,
mais ils n'ont pas été complètement à l'abri de l'érosion glaciaire. En
nous contentant de valeurs approximatives, nous reconnaîtrons que
nos anciennes vallées relèvent de cours d'eau arrivés à maturité,
ayant fixé leur courbe d'équilibre, et l'abaissant progressivement au
fur et à mesure de l'entraînement des débris de la montagne, que leur
pente leur permet toujours de charrier aisément vers l'aval. Cette pente
est supérieure à celle de l'Aar à Meiringen, correspondant à un
massif montagneux encore très élevé, et ne souffrant pas l'encom
brement du thalweg par les éboulis des pentes et par les déjections
des affluents latéraux.
Dans ces vallées, normalement façonnées par les eaux courantes,
les glaciers, aujourd'hui relégués dans les hautes régions alpines,
sont descendus à plusieurs reprises. La dernière fois, l'homme occu
pait déjà le pourtour des Alpes. Le glacier de l'Aar avança jus
qu'à Thoune. Les blocs erratiques qu'il a semés sur les flancs de la TUDE DE MORPHOLOGIE GLACIAIRE 297
vallée témoignent de sa hauteur qui atteignait plusieurs centaines de
mètres Sur la barre du Kirchet notamment il déposé un épais
manteau de boues morainiques Hof il vu tripler sa puissance du
fait de la confluence des deux glaciers de Urbachwasser et de un-
terwasser est àia masse de ces eaux glacées la fois plastiques et
rigides animées un mouvement lent mais irrésistible vers aval
que nous attribuons le creusement du Grund le redressement des
parois et isolement de la barre du Kirchet Le plafond de la vallée et
ses versants une altitude variable ont été transformés en un
lit de glacier Le lit une rivière présente une section analogue
celle une barque fond plat celle un lit de glacier en
dinere peine mais elle écarte notablement du profil transversal
une vallée Le primitif élargit et se creuse en Les versants
au voisinage du thalweg deviennent les parois un chenal où descend
la glace Le fond se hérisse aspérités se creuse ombilics séparés
par des côtes et des ressauts suivant la force du courant et la résis
tance des roches Si la surface du glacier conformément aux lois de
équilibre présente une pente régulièrement décroissante et sans
ressaut ces mêmes lois interviennent pas dans le modelé du lit
Les seuls facteurs qui entrent en jeu dans affouillement du plafond
sont une part la puissance et la vitesse du glacier de autre le
degré de dureté dela roche encaissante Ces facteurs variant capri
cieusement un point autre introduisent nécessairement dans
le modelé un caractère irrégularité et de désordre
Ala lumière de ces principes nous pouvons étudier une après
autre les anomalies antérieurement signalées et préciser pour cha
cune elles les conditions qui ont présidé leur genèse
ombilic du Grund et les trois gorges amont Faisons abstrac
tion pour instant de la ride du Kirchet Son arasement nous laisse
rait en présence un groupe accidents topographiques tels ils
apparaissent réunis Stalden et Zermatt dans la vallée de la Viège
il resterait une dépression en hémicycle limitée par des escarpements
abrupts où les cours eau ont creusé des gorges étroites
Cette dépression résulte notre avis de érosion des glaciers sur
leur fond Trois fleuves de glace ont convergé en ce point triplant
ainsi leur puissance de creusement La largeur de la vallée demeurant
peu près constante les glaces ont accru leur épaisseur et accéléré
leur vitesse De là un approfondissement graduel du fond qui per
mis au glacier de conserver une surface de niveau
La puissance des glaciers qui descendaient par les deux vallées
latérales était loin égaler celle du glacier résultant de la convergence
II est donc produit sur les lits au point précis des confluents des
ruptures de pente analogues celle que on observe sur le lit des

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.