Le marais poitevin - article ; n°137 ; vol.25, pg 328-346

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1916 - Volume 25 - Numéro 137 - Pages 328-346
19 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : samedi 1 janvier 1916
Lecture(s) : 41
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins

Jules Welsch
Le marais poitevin
In: Annales de Géographie. 1916, t. 25, n°137. pp. 328-346.
Citer ce document / Cite this document :
Welsch Jules. Le marais poitevin. In: Annales de Géographie. 1916, t. 25, n°137. pp. 328-346.
doi : 10.3406/geo.1916.8748
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1916_num_25_137_8748LE MARAIS POITEVIN
Le Marais poitevin une région naturelle qui se dislingue nette
ment des régions calcaires voisines la Plaine du Poitou au Nord et
Est la région des Bois de Aunis au Sud Partagé entre les trois
départements des Deux-Sèvres de la Vendée et de la Charente-Infé
rieure il mesure parallèlement la côte depuis Esnandes Cha
rente-Inférieure) au Sud Longeville Vendée) au Nord et
environ en profondeur depuis Anse de Aiguillon auprès
de Coulon Deux-Sèvres Sa superficie est environ 75000 üà
En Vendée on appelle Marais méridional pour le distinguer du
Marais occidental ou sepleni rional le Marais breton des géographes
est une laine maritime qui plus rien hui un
marécage car la majeure partie en est cultivée et le reste est en prai
ries un pays bas dont altitude est très voisine de celle des hautes
mers un pays plat accidenté seulement par les dunes littorales et
dans intérieur par quelques buttes ou îles un pays humide
dont le sol formé argile marneuse la terre forte sans pierres des
paysans se confond le plus souvent avec le sous-sol imperméable
eau de pluie reste la surface moins elle ne écoule par des
canaux artificiels où la nécessité du drainage pour éviter les fièvres
paludéennes Les rivières dans ce pays sans pente resteraient incer
taines de leur cours si on avait élevé des digues pour les diriger
La différence est donc très marquée avec la Plaine du Poitou qui
élève assez vite de iOm oOln et dont le sol calcaire absorbe rapide
ment les eaux pluviales et aussi avec la région des Bois haute de 20
40 un peu moins perméable que la Plaine du Nord mais dont les
pentes facilitent écoulement des eaux Ces différences de sol et
altitude entraînent de grandes différences dans les productions il
suffit de citer la vigne qui couvrait autrefois la région des eaux-de vie
de Bois de Aunis tandis que le Marais en jamais porté sauf sur
les Iles
La majeure partie de la région considérée dans ce travail correspond la
feuille 141 Fontenay-le-Comle de la Carie géologique détaillée de la France
80000 feuille levée par BOISSELLIEH avais déjà étudié diverses parties du
Maraie lorsque ai été chargé par Mr MICHBL-L VY directeur du Service de la
Carte géologique de établissement de la feuille de La Rochelle 320 000 La
revision de la feuille de Fonienay-le-Comie permis de revoir tous les points
importants examinés ici La feuille no 21 La liochei de la Carte géologique
320 000 pu paraître en mai 1914 r&ce directeur actuel du Ser
vice Je dois aussi un certain nombre de renseignements mon excellent ami MARAIS POITEVIN 329 LE
ASPECT ET LES CARACT RES PHYSIQUES DU MARAIS
une fa on générale on peut dire que le Marais est un ancien
golfe où débouchaient un certain nombre de rivières la Sevré Nior-
taise et ses affluents Autise la Vendée le Mignon au Nord le Lay
encore indépendant de la Sevré Cet ancien golfe du Poitou été
comblé depuis époque tertiaire par des alluvions quaternaires et
récentes marines et fluvi tiles La masse principale de ces formations
est marine et moderne est le bri des paysans il commencé se
déposer dès le début de époque néolithique La mer partout reculé
devant ses propres alterrissements Anse de Aiguillon
actuelle et ce recul continue encore hui Le Marais est donc
pas un delta un produit de rivières Le golfe était pas un véritable
estuaire la Sevré son entrée dans le Marais est parfois réduite
en été un simple ruisseau est une baie comblée par la mer
comme beaucoup autres marais maritimes
aspect est pas partout le même Au voisinage de la mer de
Luco Aiguillon par exemple et en général dans les marais des
séchés étend une plaine au sol gris-bleuâtre coupé de nombreux
canaux et fossés Vers intérieur horizon est interrompu que par
les îles portant des rangées de maisons et souvent une église avec
son clocher Vers la mer la plaine étend infini sans autre relief
que des digues de quelques mètres de hauteur dont on aper oit la
ligne horizontale Ces digues protègent les prises ou terres con
quises sur la mer Au delà sont les laisses de mer recouvertes seule
ment par les grandes marées au delà encore les vases qui découvrent
marée basse Balayée par les vents de mer celte région pas
arbres même pour protéger les habitations est le pays des grandes
Mr CL CHARTRON de Lucon membre de la Société Géologique de France qui
montré bien des choses et accompagné dans de nombreuses excursions ai
résumé dans une communication Académie des Sciences les traits généraux
de la géologie du Marais Cette note contient les listes des Mollusques trouvés
dans différentes stations Constitution géologique du Marais poitevin dans
Cr Ac Sc- CLXIl sem 1916 354-35
La région donné lieu assez nombreuses publications qui sont ail
leurs de valeur très inégale Un certain nombre sont indiquées plus loin Je cite
rai en outre GAUTIEI Statistique du département de la Charente-Inférieure
La Rochelle 1839) MANES Description physique géologique et minéralur-
gique sic de la Charente-Inférieure Bordeaux 18o3) avec une carte géologique
250000 qui porte la date de 1832 C1 DE DIENNE Histoire du dessèchement
des lacs et marais en France avant 889 Paris 1891) ULYSSE MOUNIEB Notice
sur la Sevré Niort 1900) PETTIT et MARTIN Notice sur les marais de ta Sev
Niortaifte Exposition Universelle 1900 MINIST RE DE AGRICULTURE SERVICE DB
HYDRAULIQUE AGRICOLE) PASSEKAT Les Plaines du Poitou thèse pour le
doctorat es lettres présentée la Faculté des Lettres de Université de Paris Paris
1910] chap voir XX Bibliographie géographique 1910 no 350 CUKNOT
et MARTIN Marais du bassin de la Sevré Niorlaise Mém Soè de vulgarisation des
Sc nat Deux-Sèvres Niort 1910) 330 LE MARAIS POITEVIN
fermes ou cabanes et des cultures de céréales Quand humidité per
siste la surface le Marais se couvre une végétation herbacée
mais avec la sécheresse toute cette verdure disparaît et aridité est
extrême comme il est arrivé au début de septembre 1906
Vers Est et sur la bordure des terres hautes aspect est sensi
blement dînèrent Les marais sont souvent mouillés Les eaux
séjournent tous les ans et on voit beaucoup de prairies naturelles
II là un grand nombre arbres surtout dans les prolongements
plus ou moins étroits du Marais qui insinuent dans les vallons de la
plaine calcaire Ce sont surtout des aulnes ou vergnes des saules
des osiers des frênes Le contraste est frappant avec la région calcaire
voisine la Plaine de Vendée qui pas arbres sauf le long
des routes tandis que la bordure du Marais se reconnaît de loin
ses lignes de peupliers Dans ces marais mouillés tous les fossés
sont ombragés par des arbres tous les canaux bordés de grandes
herbes plus ou moins marécageuses Les promenades en barque
sont impressionnantes dans le silence de la yole qui glisse sur les
eaux calmes
La masse principale du Marais est occupée par une argile mar
neuse Scrobiculaires origine marine ou estuaire appelée bri
dans le pays* Il passage continu du bri aux laisses de mer
actuelles aac de la Carte géologique Le bri est donc une alluvion
moderne asb On trouve malheureusement que des débris ani
maux peu probants au point de vue de âge Je ai pas rencontré
de silex travaillés en place Au Nord et au Sud on voit souvent le bri
marin reposer directement sur les calcaires jurassiques
Au Nord-Ouest de Anse de Aiguillon partir de la Pointe de
Aiguillon le Marais est bordé de dunes est aussi une formation
très récente Aa2)
Sur la bordure Est et au Sud-Est les caractères changent On
trouve alors des terres noires tourbeuses origine fluviatile qui
recouvrent le bri marin et reposent quelquefois directement sur la
bordure calcaire Ce sont des alluvions modernes lacustres asa) qui
se continuent dans le fond des vallées voisines où on ne trouve pas
argile marine On voit ainsi le bri marin se mélanger de dépôts flu
vi tiles au débouché des rivières dans ancien golfe poitevin
ai proposé en 1910 expression argile Scrobiculaires pour désigner la
formation ou assise des vases marines qui ont comblé les anses du littoral fran
ais de Océan depuis la fin du Quaternaire Elle est employée couramment en
Angleterre depuis 1868 pour des dépôts analogues Scrobicularia plana piperata
est un Mollusque bivalve comestible appelé lavagnon ou lavignon par les
pêcheurs 11 vit actuellement sous une faible profondeur eau et possède une
grande extension la fois septentrionale et méridionale ai choisi cette coquille
plutôt que Cardium edule Linné le sourdon des pécheurs de nos côtes vendu sur
beaucoup de marchés sous le nom de coques La distribution géographique du
premier est plua étendue et il se trouve dans des dépôts plus vaseux LE MARAIS POITEVIN 331
Les iles qui émergent du Marais sont formées les unes de
calcaires jurassiques comme Ile Delle alt. 27 1) les autres de
cailloux et de graviers quaternaires alb reposant sur des bancs cal
caires comme la Ronde ait. QIn Ces Iles sont souvent entourées
une ceinture de sables et de graviers avec coquilles marines On
trouve aussi des dépôts analogues sur la bordure jurassique Ces for
mations ont aspect des cordons littoraux actuels de la mer voisine
Fie Coupe géologique schématique du Marais par le littoral et une ile
Aa* Dunes littorales
ate Vase découvrant marée basse
atb Argile Scrobiculaires 6rt)
a1 Anciens cordons littoraux
p* Terrain de transport de* plateaux
Si Jurassique Oxfordien
00 Niveau moyen de la mer
Ce sont anciens cordons littoraux antérieurs au dépôt du bri Je les
désigne par la notation ala) en supposant ils se rapprochent plus
des alluvions anciennes ou pleistocenes al que des alluvions
modernes a2)
Il aussi des alluvions anciennes atb) composées de sables argi
leux et de graviers roulés dont les éléments paraissent être unique-
FIG Coupe schématique travers le Marais partie orientale
a* atb Alluvions Argile Scrobiculaires lacustres et tourbeuses bri
alb anciennes du fond des vallées
Ji-iv Jurassique moyen de la Plaine
ment origine continentale et fluviatile On les voit en divers points
depuis Charron en face de la Pointe de Aiguillon au fond de Anse
du même nom Coulon sur la Sevré en passant par Taugon
et la Ronde Ils paraissent se continuer au delà de Coulon par les
alluvions anciennes al du fond des vallées actuelles
Analogies avec les autres marais maritimes du Nord-Ouest de
Europe Le Marais poitevin présente des caractères analogues
ceux de toutes les régions similaires où des dépôts de vases marines
se sont formés dans des anses abritées 332 LE MARAIS POITEVIN
Ces régions se retrouvent en bien des points des côtes de la
France où je les ai appelées marais maritimes et ailleurs encore
est ainsi que au Sud du Marais poitevin dans Aunis et la Sain-
tonge toutes les anfractuosilés des anciennes falaises sont comblées
par des dépôts récents autour de la Rochelle Châtelaillon Roche-
fort Marennes Royan avec les anciens marais Arvert et des
Malbes sans oublier la région au Sud de la Gironde les Iles de Ré
et Oleron
Il en est de même au Nord-Ouest surla côte de Talmontdes Sables-
Olonne de Bouin etc Plus au Nord sur la Manche se trouvent
les Marais de Dol puis les Bas-Champs de Picardie Au delà viennent
la Plaine maritime des Flandres et les plaines basses qui étendent
du Boulonnais au Jutland où argile des polders de Belgique et de
Hollande est grise dure et plastique comme le bri
En Grande-Bretagne je citerai les marais des bords de la Tamise
Erith et Tilbury puis le Fenland qui prolonge la baie du Wash
Son aspect est identique celui du Marais poitevin comme ai pu le
constater grâce aux travaux des géologues anglais1 On trouve le
même genre de dépôts le sût sable fin très vaseux est équivalent
du bri le peat land submergé par eau douce correspond aux allu
vions tourbeuses le gravel land aux alluvions quaternaires de Tau-
gon et de Coulon En Ecosse le Carse of Gowrie sur la rive Nord
du Tay est en grande partie un dépôt estuaire On en trouve
encore sur la côte Ouest de Angleterre au Nord et au Sud-Ouest
de Liverpool dans Ie Somersetshire etc
Le littoral La côte comprend deux régions distinctes Anse
de Aiguillon et la partie sableuse bordée de dunes qui va de la
Pointe de Aiguillon jusque vers Longeville la limite de la Plaine
de Vendée Orientée SE-NW elle est parallèle la direction de île
de Ré dont elle est séparée par le Pertuis breton
Autour de la Tranche au rouin du Cou on voit apparaître
mer basse les bancs de calcaire jurassique dits hanches ou platures
de roches On retrouve ces hanches plus au Nord Saint-Vincent-
sur-Jard où elles annoncent le commencement de la Plaine juras
sique La profondeur augmente rapidement sur cette côte On trouve
des fonds de 34 entre la Tranche et le Phare des Baleines île de
Ré) aussi estran est-il assez étroit Les vagues peuvent arriver
la côte et la ronger comme est le cas au lieu dit la Belle-
Henriette où il fallu entreprendre des travaux de défense
Immédiatement en arrière vient le bourrelet des dunes formées
SKEBTCHLY The Geology of Fenland Mem Geol Survey London
1877) MILLER and SKKHTCIILY Fenland Past and Present
1878) LE MARAIS POITEVIN 333
par le sable de la plage Les plus élevées ont iQm près du Lay et 26
au Nord de la Tranche Leur largeur est variable et dépasse parfois
Skm La série des dunes est partagée en deux par embouchure du
Lay De chaque côté de ce petit fleuve elles se prolongent par des
cordons littoraux Les dunes protègent le Marais qui est en arrière
Elles ont été souvent renforcées par des digues Ces dunes sont cer
tainement postérieures au bri du Marais sur lequel elles reposent le
plus souvent Mais il ne faut pas exagérer ce caractère âge car elles
se forment encore en certains points tandis ailleurs se dépose la
vase Je ai vu nulle part alternance de sable éolien et de tourbe
Les dunes portent quelquefois de véritables forêts de Pins mari
times comme au Nord de la Tranche En certains points surtout
dans les plus petites on pas fait de plantations niais on laisse
croître le gourbet Psamma arenaria et autres plantes qui retiennent
les sables on sème parfois des graines de gourbet pour faciliter la
formation un tapis protecteur
De la Faute la Tranche on voit aussi sur les dunes des vignes
dites de sable plantées principalement sur les pentes opposé
de la mer unies protège contre les vents salins par des levées et dès
clayonnages De même que dans île de Ré on sert comme
amendement des algues marines dites sart dans la région
Dans la partie du Marais qui avoisine les dunes les habitations se
sont établies de préférence sur le sable De la Tranche Lon-
geville alignent de gros villages Leur présence explique par plu
sieurs raisons abord le terrain était relativement solide et per
mettait de faire des chemins sur le bord du Marais mais surtout il
existe une nappe aquifère la base des dunes où eau est retenue
au niveau du bri marneux et cette eau est bonne
En général le sable des dunes est sec et stérile mais certaines
parties où il est peu épais sur les pentes qui regardent le Marais
principalement autour de la Tranche sont très recherchées pour les
cultures maraîchères Ce sont des terres douées faciles travailler
la bêche et où réussissent bien les plantations ail et oignon
En été humidité est toujours suffisante par suite du voisinage
de argile marneuse imperméable
Les champs sont enterrés est-à-dire creusés en enlevant
une partie du sable pour se rapprocher de la couche humide tandis
que les bordares plus élevées servent de protection contre les vents
de mer Le commerce des légumes toujours été important la
Tranche Depuis des siècles les bateaux venaient les chercher dans
cette localité en remontant un chenal hui envasé qui parle
Lay conduisait de la mer au bourg Tout ce commerce se fait
hui par terre
Dans Anse de Aiguillon le rivage est plat indéterminé lors- LE MARAIS POITEVIN
il pas été fixé Il près de kto de laisses de mer entre la
marée haute et la marée basse de vives eaux Les digues de protec
tion des prises sont en arrière
mer basse les laisses sont formées une vase gris-jaunâtre ou
noirâtre renfermant en petite quantité des substances organiques
en décomposition restes de Mollusques Algues etc Sur les parties
hautes au-dessus du niveau des marées moyennes poussent des
plantes halophiles et des herbes diverses constituant des sortes de
prés-marins où on fait pacager les bestiaux en dehors des digues
de protection Ce sont les misottes des gens du pays Les parlies
plus basses montrent la vase nue boueuse légèrement ondulée
pareille une mer figée sur laquelle viennent se poser les oiseaux de
mer Elle est sillonnée de chenaux ou étiers par où la mer se relire
et pénètre plus ou moins loin suivant les marées Lors des marées
équinoxe les misottes sont recouvertes leur tour La vase forme
un sol dur non remanié par les vagues permettant aux plantes
de se fixer ce qui est pas le cas pour les sables et les galets Cette
flore des vases argileuses ou légèrement sableuses est marine
presque autant que maritime Elle se compose de Chénopodées
Salicornia herb cea Chenopodium maritimum) de Spariina strida
et aussi de Sàlsolées Quand le niveau de la vase élève par colmatage
des plantes moins maritimes commencent introduire
La mer apporte donc la vase elle dépose aux points extrêmes
de sa course et les plantes qui installent tendent briser le mou
vement des vagues et facilitent les dépôts que le jusant entraîne
plus Il là ni cailloux ni graviers Les coquilles sont plutôt
rares ce sont des Mollusques vivant dans la vase comme Scrobicu-
laria plana et des Crustacés Toute cette faune est très pauvre
La vase déposée doit être le résultat de phénomènes divers et
compliqués biologiques physiques et chimiques influence des
êtres vivants me paraît certaine Les Vers comme Arénicole des
pêcheurs Arenicola piscatorum) ainsi que les Bivalves comme les
Scrobiculaires absorbent le sable vaseux et les débris de la côte et
les rejettent après digestion en un résidu qui forme une vase im
palpable ce moment intervienne nt les réactions chimiques de eau
de mer qui précipite cette matière en troubles De plus les plantes
maritimes telles que Chénopodées Spartina arrêtent la vase non
seulement physiquement mais encore par influence biologique
Anse se comble ainsi peu peu par colmatage Les hautes
marées ont de plus en plus de peine couvrir la bordure de vase
près des terres cultivées certains moments on empêche par des
nommée La par flore opposition maritime est flore celle terrestre qui occupe les terrains salcs elle est ainsi LE MARAIS POITEVIN 33S
digues le retour de la mer ce qui constitue une prise Le recul
des eaux est donc très visible môme par le simple examen des
digues récentes Le comblement total de la baie entre la Pointe Es-
nandes et la Pointe de Aiguillon est une question de temps
origine première de la majeure partie des boues déposées dans
les anses du littoral doit être probablement cherchée dans les vases
entraînées par les fleuves surtout par la Gironde Mais il faut aussi
mon avis tenir compte de érosion de mer profonde les lames de
fond arrachant au plancher de Océan les débris elles apportent
la côte
Les dépôts de vase marine sont plus considérables en été ce
moment les rivières et canaux qui débouchent dans Anse ont un
débit presque nul En hiver au contraire et aussi dans les périodes
de crues les eaux fluviales abondantes entraînent la vase par les
étiers au moment du jusant
Les parties les plus élevées éloignées des chenaux donnent lieu
une industrie spéciale celle des bouchots ou parcs moules
Dans la partie Sud de Anse de Aiguillon vis-à-vis de Charron
et Esnandes on voit installés sur la vase qui découvre innom
brables piquets constituant les bouchots Ce sont des lignés de pieux
longs de quelques mètres moitié enfoncés dans la vase Ces piquets
sont réunis par des clayonnages et le tout constitue de longues
palissades associées deux deux eh forme de dont ouverture ou
bouche est tournée vers la côte Les petites moules se fixent sur ces
clayonnages par leur byssus filaments et grossissent la
récolte Les myticulteurs ou boucholeurs se servent cet effet un
petit bateau spécial dit accon ou pousse-pied pour circuler sur la
vase qui découvre en le poussant du pied surla boue Cette industrie
dont origine remonte plusieurs siècles donne lieu dans tout le
Centre Ouest de la France un important commerce Elle est éten
due au Nord dans estuaire du Lay où elle contribue peut-être
envaser le port de Aiguillon On fait aussi des essais en dehors de
estuaire mais les vagues en ont empêché le succès
Les bouchots ont réussi aussi plus au Sud entre Châtelaillon et
Fouras où la côte forme une anse vaseuse et est ainsi que toute
une population de boucholeurs est fixée au Vieux-Châtelaillon.
La myticulture se développe également au Sud de la Charente en
face des marais de Brouage au Nord de la Pointe du Chapus
Le Marais proprement dit Dans intérieur ce qui domine
comme on vu est le ri argile marneuse Scrobiculaires dont
épaisseur est variable lOm au Pie blanc de Saint-Hilaire-Ia-Palud
1 de la mer parfois au bord de Anse Entre Lu on et
Marans des sondages effectués en 1865 ont montré que le bri solide LE MARAIS POITEVIN 336
repose sur des terrains vaseux sans consistance épaisseur totale
pouvait atteindre au Sud de Chaillé
Ce dépôt est trop récent pour que érosion en ait pu modeler la
surface ailleurs le niveau de base est peu près meme alti
tude La surface est cependant pas absolument plane On recon
naît existence de dépressions larges et peu profondes qui se dirigent
vers la Sevré ou Anse de Aiguillon Ces russons comme on les
appelle dans le pays correspondent aux anciens chenaux par où péné
trait autrefois la marée ils sont analogues aux éliers de Anse
actuelle Ils ont dû être recouverts même tardivement par les
grandes marées coïncidant avec les tempêtes de Ouest Le canal de
Lu on été creusé dans un de ces russons
ai distingué du bri les alluvions provenant des dépôts eau
douce reconnaissables aux coquilles de Mollusques fluvi tiles ou
continentaux ils renferment la présence de la tourbe La
confusion faite sur les cartes géologiques 80000 de ces diffé
rentes formations toutes représentées par la même teinte qui corres
pond aux alluvions modernes a2) confirme de graves erreurs est
ainsi on pu figurer ancien golfe du Poitou comme se prolon
geant dans la vallée de la Sevré Niort1 En réalité jamais le
golfe pu dépasser les limites du bri marin erreur pu naître
aussi de ce que le nom de marais applique toutes ces catégories
de sols surtout après état de la surface
Ces alluvions modernes plus ou moins tourbeuses occupent en
général tout le fond oriental du Marais et se continuent dans les
vallées qui débouchent Elles sont constituées par un limon argilo-
sableux renfermant souvent des restes de végétaux plus abondants
la surface où ils contribuent former une terre végétale gris-noi
râtre spongieuse très meuble très recherchée pour certaines cul
tures notamment celle des haricots spécialité très importante pour
la région On peut prendre sur le fait la formation de ce terreau la
surlace des marais dits mouillés où les eaux inondation amènent
sur argile du bri des débris de plantes qui constituent peu peu un
sol alluvions noirâtres Lorsque cette terre est peu épaisse elle
donne un excellent sol végétal que on amende en le mélangeant au
sous-sol de bri ramené par la charrue Ces alluvions sont parfois pro
fondes de plusieurs décimètres même de plusieurs mètres et
constituent alors des marais tourbeux comme ceux du Mignon La
partie tourbeuse du Marais poitevin ressemble la partie marine par
horizontalité du sol humidité la présence de fossés et de canaux
Toutefois on rencontre pas les grands chenaux ou russons de
EHNKST DBSJAHDINS Géograpliie de la Gaule romaine 1876 274 pi vn La
Carte Géographie comparée de ancien golfe du Poitou iï époque romaine et
époque actuelle figure tori la mer Aigrcfeuille Mauzé Niort etc

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.