Le Morvan et ses attaches avec le massif central - article ; n°37 ; vol.8, pg 6-21

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1899 - Volume 8 - Numéro 37 - Pages 6-21
16 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1899
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 17
Voir plus Voir moins

Auguste Michel-Lévy
Le Morvan et ses attaches avec le massif central
In: Annales de Géographie. 1899, t. 8, n°37. pp. 6-21.
Citer ce document / Cite this document :
Michel-Lévy Auguste. Le Morvan et ses attaches avec le massif central. In: Annales de Géographie. 1899, t. 8, n°37. pp. 6-21.
doi : 10.3406/geo.1899.6023
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1899_num_8_37_6023GIONALE OGRAPHIE
LE RVAN ET SES ATTACHES
AVEC LE MASSIF CENTRAL
Second article
III RVAN
Quoique atteignant par aucune cime un kilomètre élévation
au-dessus de la mer les hautes croupes du rvan où se déchi-
rent les nuages ont en plusieurs endroits une apparence de véri-
tables montagnes2
Les divers chaînons de ces montagnes constituent un réseau pas
sablement confus dont ensemble se présente bien en promontoire
allongé vers le Nord mais dont les directions individuelles paraissent
au premier abord défier un classement systématique Cependant une
étude attentive fait ressortir le haut intérêt que présente le relief
actuel du rvan comparé la composition de son sous-sol
Peu de régions présentent des limites aussi marquées que le
van Au S. il bute contre la dépression remplie par le bassin de
Blanzy au N. il disparaît sous le plateau liasique de Semur et Aval-
lon et W. il est plus ou moins brusquement limité par des
failles le long desquelles les terrains triasique jurassique et pliocène
bordent les formations anciennes et cristallines surélevées ensemble
forme un quadrilatère allongé vers le N. qui aurait pour sommets
Semur Avallon Diou et Couches-les-Mines
Orographie Le rvan comprend un assez grand développement
du faîte de partage des eaux entre la Loire et la Seine mais ce dernier
constitue en plan une sorte de irrégulier qui lui seul donnerait
une mauvaise idée de orographie générale de la région fig
Pour en saisir le trait caractéristique il convient de suivre sur toute
sa longueur la ligne de faîte qui sépare le bassin de Arroux des
autres affluents locaux de la Loire et ensuite de ceux de Yonne On
distingue ainsi sur la carte une longue ligne continue et assez rec-
tiligne de hauteurs NNE que nous allons suivre du vers le
Axe montagneux NNE Au S. cet axe montagneux se greffe au
mont Dardon 509 m. sur le faite de relèvement qui borde suivant
Voir Ann de Geog. VII 1898 404-428
ELIS RECLUS Nouvelle Géographie universelle II édition de 1881 672 LE RVAN ET SES ATTACHES
une direction NE. le bassin déprimé de Blanzy Malgré altitude mo
dérée du sommet il domine de près de 100 les hauteurs voisines
et ménage une belle vue sur cette zone de jonction une part gra
nitique autre part houillère et permienne On domine notamment
les collines granitiques N-S qui joignent le mont Dardon au chaînon
plus accentué du mont Döne 318 m.) GIONALE OGRAPHIE
Au pied de cette dernière montagne le chemin de fer de Luzy
tang passe dans le col le plus déprimé 354 m. de axe montagneux
Puis ses faîtes se relèvent brusquement et atteignent les points culmi
nants du rvan en sortant du granité pour pénétrer dans les roches
cambriennes dévoniennes et carbonifères
Le premier et le plus intéressant de ces sommets est le mont Beu-
vray 810 m.) principalement composé de schistes cambrions au
sommet duquel Bulliot Autun mis jour les ruines un
camp romain et les restes une ville gauloise Les traditions locales
sont du reste comme un écho affaibli de ancienne importance his
torique qui attache au Beuvray tous les ans malgré les chemins
affreux qui seuls conduisent il se tient sur ancien emplacement
du camp romain une foire importante lite ou louée Des sources
excellentes et remarquables par leur abondant débit jaillissent entre
les deux sommets jumeaux de la montagne où on jouit une vue
admirable au et W. sur les sauvages forêts de chênes du vieux
rvan Montagne noire au et sur les collines et les
vallons verdoyants de Alêne et de Arroux
Le Beuvray fait partie une sorte de ud triangulaire très
abrupt dont le Preneley tufs carbonifères 850 m. et la Brûlée
ou Haut Folin granulite mica noir 902 m. constituent les deux
autres sommets est ce ud que nous rejoignons la pointe du
constitué par le faîte de partage des eaux de la Loire et de la Seine
axe montagneux dont nous suivons la trace va désormais en suivre
la branche orientale qui sépare les affluents de Arroux de ceux de
Yonne Ainsi deux raisons se présentent dès présent pour expli
quer la position du point culminant du rvan 902 m. une part
il se trouve au ud de jonction des deux principales arêtes monta
gneuses de la région autre part il est situé sur axe NNE. au
point où cet axe sortant une zone granitique pénètre dans les
roches moins friables du Cambrien du Devonien et du Carbonifère
De la Brûlée la chaîne présent N.-S. infléchit légèrement
vers le NNE. elle passe au signal de Ménessaire 729m.) puis au
mont îè 696 m.) où on quitte la zone carbonifère pour pénétrer
en pleine région de micro-granulite
La ligne de faîte allonge ensuite dans la zone granitique Alligny
et abaisse encore de 100 environ pour aller se fondre insensi
blement aux environs de Saint-Léger 585 dans le haut plateau
marécageux connu sous le nom de plat pays de Saulieu
Lignes de partage des versants de la Manche et de Océan Chaî
non de Château-Chinon Nous venons de suivre sur plus de
60 km de longueur la principale arête montagneuse du rvan son
extrémité septentrionale la ligne de partage des eaux de la Manche et
de océan Atlantique infléchit brusquement vers en suivant le RVAN ET SES ATTACHES LE
plat pays de Saulien Quant la branche occidentale elle se greffe
sur axe principal au Préneley 850 m. pour courir NW vers Château-
Chinon 609 m. et se prolonger travers la région porphyrique de
Montreuillon 498 m. la Colancelle ouïe bief de partage du
canal du Nivernais la croise une altitude de 264 Cette seconde
chaîne est ni aussi rectiligne ni aussi continue que la précédente
des ruines du vieux donjon de Château-Chinon on en suit les détails
en même temps on domine une part le pittoresque ravin dans
lequel Yonne prend naissance autre part la région relativement
abaissée ou serpentent les nombreux affluents de Aron
Les autres chaînons montagneux du rvan sont loin atteindre
la longueur des deux précédents on peut les classer en trois groupes
principaux suivant leurs directions
Chaînons NNE Ils constituent sur le versant de axe
montagneux principal une traînée qui lui est sensiblement paral
lèle Mais cette traînée est maintes fois interrompue par les seuils
dans lequels passent les nombreux cours eau du pays On en trouve
les principaux tron ons en partant du S. dans la colline de Mont
472 m. près Bourbon-Lancy dans les chaînons de Tazilly
428 m.) dans arête montagneuse plus importante qui court entre la
Vieille Montagne et le mont Genièvre 638 m. de Saint-Honoré
Enfin après une longue interruption dans laquelle passe la chaîne
de Château-Chinon on retrouve la même direction dans les collines
qui séparent le Chalaux de la Cure 484 m.)
II Chaînons Parallèles la seconde chaîne principale celle
de ils constituent la suite de hauteurs entre Ouroux
632 m. et le signal de Montrecon 628 m.) dans les bois de Fadrais
est de cette chaîne que on la plus belle vue sur la grande faille
occidentale du rvan et sur la dépression brusque qui la jalonne
notamment au pied de la ville de Lormes
Une autre arête montagneuse NW est celle qui longe la rive droite
de la Cure en aval des Places elle se termine au rocher granulitique
en forme de table de Fort Chevrette 684 m. qui domine une vaste
étendue de bois et de rochers
III Chaînons NNW Ces derniers qui au point de vue géolo
gique paraissent se rattacher aux précédents dominent entre les
divers affluents de Yonne droite Arrouxet gauche du Mesvrin
Plateaux et dépressions Au milieu de ce dédale arêtes monta
gneuses entre lesquelles ressortent les quelques grandes chaînes que
nous avons décrites en premier lieu on trouve plusieurs régions
circonscrites jouant le rôle de dépressions ou de plateaux limités
Bassin ïAutun II convient de citer abord la dépression
elliptique constituant le bassin Autun Son grand axe est dirigé vers
et le bassin tout entier joue en petit le rôle que remplit plus 10 OGRAPHIE GIONALE
au celui de Blanzy cheval sur le cours supérieur de Arroux et
de ses affluents de la rive gauche la Drée et la Ganche le bassin
Autun 305 est entouré de toutes parts par des montagnes qui
le dominent en moyenne de plus de 200 AuN. ce sont les chaînons
NNW qui séparent entre eux les affluents de la rive droite de Arroux
la Selle le Ternin la Suze1
Plateau Antully Au S. est un grand massif granuliti que en
partie recouvert par les arkoses triasiques et lie Lias qui constitue le
vaste plateau grossièrement circulaire Antully 553 m.)
Plateau de Saulien Nous avons déjà cité le haut plateau gra
nitique dit Pays plat de Saulieu 540 m.)
Hydrographie ventail occidental Toute la portion du rvan
qui se trouve au et de axe montagneux principal présente
une disposition hydrographique simple et des plus frappantes Les
cours eau sont disposés en éventail autour du centre monta
gneux constitué par le Beuvray le Préneley et la Brûlée Seulement
au lieu de diverger régulièrement de ce centre tout éventail est
comme écrasé contre axe NNE. et tronqué par lui
Un coup il jeté sur la carte montre que la chaîne NW de Châ-
teau-Chinon constitue simplement un des rayons de éventail On
explique dès lors son rôle secondaire dans orographie du pays
bien elle fasse partie de la ligne de partage des eaux entre la Seine
et la Loire et sépare les affluents de Yonne et ceux de Aron
Quant aux débris des chaînons secondaires NNE. les divers cours
eau les traversent sans grande déviation les défilés les plus marqués
ce point de vue sont ceux de Alêne de Luzy de la Dragne
au pied du mont Genièvre de la Cure aux environs de Chastellux
Les chaînons NW sont contournés aux immédiats de
Yonne ils lui ont constitué près de Château-Chinon un ravin très
encaissé et fort long car elle coule précisément dans leur direction
Les deux branches extrêmes de éventail forment un angle en
viron 100 de la direction NW de la Cure celle de la Somme SW
Affluents de VYonne Tous les affluents de Yonne ont leur
cours dirigé entre le NNW et le NW ce sont en commen ant par le
plus oriental Arman on le Serein et son tributaire Argentale le
Cousin avec la Romanee et le Tournesac la Cure avec le Ghalaux
enfin Yonne elle-même avec Auxois et le Languison
fluents de Aron Les différentes sources qui alimentent Aron
ont une direction primitive régulièrement variable entre le WNW et
WSW ce sont le Veynon les Garais la Dragne et Alêne avec son
affluent la Roche
Affluents directs de la Loire Enfin les ruisseaux qui se rendent
est un effondrement en ovale analogue aux effondrements récents de la
région méditerranéenne niais âge hercynien LE RVAN ET SES ATTACHES 11
directement dans la Loire terminent éventail en passant de WSW
au SSW Tels sont la Gressonne la Somme le Vezon le ruisseau de
Perrigny et celui de Blandeau
En résumé on voit que le versant occidental du rvan se com
porte comme un toit peu près conique dont la pointe du pignon
serait remplacée par une courte arête horizontale NNE
Aucune disposition ne peut rendre plus frappant le contraste qui
existe entre orographie si compliquée de la région et hydrographie
actuelle exclusivement due un phénomène banal érosion
Bassinde Arroux Vers le rvan se complète en englo
bant le bassin peu près complet de Arroux Ici arrangement est
loin être aussi régulier et influence un sous-sol extrêmement
varié rend les deux riYes de Arroux fort dissemblables
ve droite Les principaux affluents de la rive droite la Suze
le ruisseau de Bar le ïernin la Selle coulent vers le SSE. parallèle
ment aux chaînons montagneux très abrupts et fort étroits qui les
séparent Puis en aval tang Arroux lui-même se serre contre
axe montagneux principal NNE. et sa rive droite ne présente plus
aucun affluent important
Hive gauche Bassin ïAutun hydrographie de la rive gauche
est peu près entièrement déterminée par le drainage de la dépres
sion Autun bassin permien) et du plateau Antully massif gra-
nulitique La Ganche et laDrée coulent vers WSW en divaguant
travers les collines friables de schistes et de grès permiens
Plateau Antully Puis au sortir du bassin Autun Arroux
contourne assez longtemps le plateau Antully sans recevoir af
fluent important au confluent du Mesvrin qui est creusé une
vallée profondément encaissée coulant vers WNW. en contournant
la limite méridionale du massif granulitique
Correspondances géologiques Si nous cherchons mettre en
évidence la part afférente chacune des révolutions anciennes subies
par le rvan dans le relief actuel du sol nous trouverons abord
quelques correspondances évidentes Les deux branches extrêmes
de éventail hydrographique occidental coïncident en direction et en
position avec deux grands accidents géologiques qui sont au le
relèvement NE qui jalonne le bord septentrional du bassin de Blanzy
au un faisceau de grandes failles NW.-SE. originairement permo-
triasiques et en partie remplies par des filons importants de quartz
Limite septentrionale du bassin de Blanzy NE La coupe An
tully au bois de Chaleure par le Creusot que nous avons donnée
plus haut 1er Art. 5) nous dispense insister sur le premier de
ces accidents qui se relie intimement la grande dépression limi
tative du rvan au SE On sait déjà il doit être rapporté exclusi
vement aux soulèvements anciens carbonifère et permo-triasique 12 OGRAPHIE GIONALE
les mouvements tertiaires ne paraissent pas avoir sensiblement
modifié et il été seulement décapé par les érosions modernes
Failles NW.-SE prenant le rvan en echarpe Quant au fais
ceau de failles NW.-SE qui prend pour ainsi dire le rvan en
echarpe il convient en étudier attentivement origine et les réou
vertures Les filons de quartz de âge des arkoses triasiques et lia-
siques se pressent dans une zone environ 12 km de largeur qui
partant entre Pierre-Perthuis et Magny sur la feuille Avallon aboutit
au bas de celle de Château-Chinon entre le débouché des vallées de
la Selle et de Arroux dans le bassin Autun
La plus marquée de ces lignes de fracture anciennes est certai
nement celle qui forme la bordure de la zone Elle part de Pierre-
Perthuis et se suit facilement au grand filon quartzeux de Dhun-
les-Places dans une direction NW.-SE Puis infléchissant vers le
SSE. elle longe étroit défilé granitique de la Cure entre le massif
granulitique de la forêt de Breuil et les épanchements de micro-
granulite qui entourent Montsauche Elle rejoint ensuite le grand filon
de fluorine de la Petite-Verrière relève fortement la rive dr de la
Selle et se poursuit après Delafond sous forme de faille dans
le bassin permien Autun On peut même en suivre la prolongation
surle bord du massif granulitique Antully plusieurs failles SSE
disloquent les derniers lambeaux occidentaux du plateau
Nous remarquerons abord action évidente de cette zone de frac
tures NW. puis NNW. sur orographie et hydrographie du Nord
du rvan et de la rive droite de Arroux Quant aux différentes
époques durant lesquelles les failles ont joué elles présentent une
part de certitude et un côté hypothétique qui se rattache la ques
tion de savoir si tout le rvan été couvert par les dépôts juras
siques comme cela est extrêmement probable
Failles permo-triasiques extrémité Nord près Pierre-Per
thuis on peut facilement constater que les fractures primordiales
sont antérieures au Lias et que leur remplissage siliceux est prolongé
pendant le dépôt de ses couches les plus inférieures Elles sont donc
rapporter la fin du soulèvement permo-triasique1
Réouverture Au centre on trouve le même remplissage et les
mêmes phénomènes de silicif cation mais en outre la position de cet
axe de fractures est intimement liée celle des lambeaux surélevés de
Trias et de Lias La coupe ci-jointe de Chitry laMotte-Ternant
met en évidence cette relation et montre en outre que la fracture
de Dhun est réouverte après le dépôt du Lias et elle isole vers
Ouest du rvan un voussoir triangulaire surélevé
Le rvan constitue une voûte surbaissée clef surélevée ex
Ce sont les décrochements du système varisque .'32
ierrNVrthuis
Ь'Л
es Aman fíSO a l. wo
\ \
\ \ \ \ \
AntuJïy
10 Dtsposttton

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.