Méthodologie et géographie - article ; n°492 ; vol.89, pg 129-143

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1980 - Volume 89 - Numéro 492 - Pages 129-143
Methodology and geography.
The object of geography is an eternal problem ; the author defines this object as the settled, civilized space, constantly shaped by human societies, where contradictory relations between natural impediments and mastering techniques are continuously changed into different terms. The author gives as evidence different examples involving different places and different patterns of relative strength, which explain the search for the means of mastering and organizing the space, but do not always legitimate the modes of action that have been chosen.
What about the methods then ? Observation is fundamental in any attempt to build an explanatory scheme. The explanation could not be conceived apart from an a priori theory. But theory, as a provisional explanatory hypothesis, can free itself from the problems raised with the observation. Geography must not seek refuge in the abstractions of ideology and in the oracles of computers.
L'éternel problème est celui de l'objet de la géographie que l'auteur définit comme l'espace humanisé, occupé, modulé constamment par les sociétés humaines, théâtre de relations contradictoires continuellement renouvelées dans des termes différents entre les contraintes de nature et les techniques de maîtrise. Divers exemples empruntés à des lieux différents et à divers termes de rapports de forces, en témoignent, qui justifient la recherche des moyens de dominer et d'organiser l'espace, mais pas toujours les modes d'intervention choisis.
Reste le choix des méthodes. L'observation est la base de tout essai de construction interprétative. L'explication ne saurait sortir de l'adhésion à une théorie conçue comme un a priori. Mais la théorie peut, à titre d'hypothèse interprétative provisoire, se dégager de la problématique issue de l'observation. « La géographie ne doit pas se réfugier dans la pensée abstraite des idéologies et les oracles des ordinateurs ».
15 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mardi 1 janvier 1980
Lecture(s) : 41
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins

Hildebert Isnard
Méthodologie et géographie
In: Annales de Géographie. 1980, t. 89, n°492. pp. 129-143.
Abstract
Methodology and geography.
The object of geography is an eternal problem ; the author defines this object as the settled, civilized space, constantly shaped by
human societies, where contradictory relations between natural impediments and mastering techniques are continuously
changed into different terms. The author gives as evidence different examples involving different places and different patterns of
relative strength, which explain the search for the means of mastering and organizing the space, but do not always legitimate the
modes of action that have been chosen.
What about the methods then ? Observation is fundamental in any attempt to build an explanatory scheme. The explanation
could not be conceived apart from an a priori theory. But theory, as a provisional explanatory hypothesis, can free itself from the
problems raised with the observation. Geography must not seek refuge in the abstractions of ideology and in the oracles of
computers.
Résumé
L'éternel problème est celui de l'objet de la géographie que l'auteur définit comme l'espace humanisé, occupé, modulé
constamment par les sociétés humaines, théâtre de relations contradictoires continuellement renouvelées dans des termes
différents entre les contraintes de nature et les techniques de maîtrise. Divers exemples empruntés à des lieux différents et à
divers termes de rapports de forces, en témoignent, qui justifient la recherche des moyens de dominer et d'organiser l'espace,
mais pas toujours les modes d'intervention choisis.
Reste le choix des méthodes. L'observation est la base de tout essai de construction interprétative. L'explication ne saurait sortir
de l'adhésion à une théorie conçue comme un a priori. Mais la théorie peut, à titre d'hypothèse interprétative provisoire, se
dégager de la problématique issue de l'observation. « La géographie ne doit pas se réfugier dans la pensée abstraite des
idéologies et les oracles des ordinateurs ».
Citer ce document / Cite this document :
Isnard Hildebert. Méthodologie et géographie. In: Annales de Géographie. 1980, t. 89, n°492. pp. 129-143.
doi : 10.3406/geo.1980.19933
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1980_num_89_492_19933DE ANNALES
OGRAPHIE
492 LXXXIXe année Mars-Avril 1980
Méthodologie et géographie
Présentation Université de Pierre de George Isnard Nice
Présentation
Les transformations au monde et des sociétés survenues depuis un siè
cle un rythme accéléré emballement ont évidemment modifié
le spectacle géographique Ce qui apparaissait loi de développement au
xix siècle est hui seulement relation de conjoncture ce qui appa
raissait héritage consolidé et immuable est sans cesse remis en question
par évolution spontanée des situations et par intervention de divers pou
voirs au titre de aménagement du territoire est-à-dire il convient de
reconsidérer aussi bien les approches de la géographie générale inspi
ration positiviste que celles de la géographie régionale ordre histori
que et naturaliste En même temps les termes approche ont changé on
est passé du dessin la plume aux images de satellites et de observation
intuitive informatique Et pourtant objet de la connaissance pas
varié est toujours étude de fa condition humaine dans son environne
ment elle successivement subi puis maîtrisé et que dans certains cas
limites détruit On peut aborder différemment et il est souhaitable
ANN DE OG LXXXIX ANNEE 130 ANNALES DE OGRAPHIE
il soit traité par toutes les méthodes analyse actuellement au point
Mais il ne faut pas en dénaturer le sens en subordonnant le choix des
hypothèses de travail sinon des hypothèses explication des positions
priori La recherche doit demeurer ouverte Il plus de recherche vraie
il plus de doute II plus non plus recherche efficace il
confusion sur objet
La raison être de la géographie été remise en cause utilement mais
la remise en cause intérêt Que si elle débouche sur des propositions
action et non pas sur des classifications ou des alignements idéologiques
Le thème de la géographie est bien connu est celui des rapports des
sociétés avec leur espace de support Qui doit être hui con et
apprécié différentes échelles suivant les éléments de ces rapports éva
sion vers les sciences de la nature est aussi démobilisatrice aue insertion
du discours géographique dans la phraséologie idéologique identifica
tion de la recherche avec une seule méthode ou avec une seule voie expli
cation est un suicide scientifique Il est étrange que on ait dire ces véri
tés élémentaires Et pourtant il le faut
Il est souhaitable une réflexion aussi mesurée et en même temps
aussi riche expérience que celle qui est ici soumise aux lecteurs des
Annales de Géographie soit le point de départ de discussions au
fond que nos pages sont prêtes accueillir
Contrairement aux autres êtres vivants armés de réponses aux
défis de leur environnement codées au cours une longue phyloge-
nèse homme est pauvre en comportements innés il aucune
réponse toute faite aux informations re ues de extérieur mais il
est doté une aptitude définir et résoudre les problèmes que
lui pose adaptation des différents milieux naturels ses besoins
Cette aptitude développée dans action donné naissance la
Science au sein de laquelle est opérée une division du travail
entre les disciplines qui la constituent chacune elles son pro
pre terrain de recherches Quel est celui de la géographie si elle
ambition légitime être autre chose un compte rendu aussi
sincère que possible des démarches des hommes la surface de
notre terre
objet de la géographie
Question vaine a-t-on pu dire une science pas autre objet
que les problèmes dont elle se réserve étude est évident la THODOLOGIE ET OGRAPHIE 131
connaissance commence avec le problème Mais il est évident aussi
que ces problèmes sont spécifiques un domaine précis de la réa
lité pour la géographie ce domaine réservé ce sont les espaces
que construisent les sociétés humaines pour assurer leur vie et leur
survie les problèmes relatifs ces espaces sont objet de la géo
graphie Est-ce lui fixer comme point de départ une évidence empi
rique et triviale sans portée scientifique
Certainement non car les choses ne sont ni évidentes ni sim
ples Les espaces géographiques ont leur spécificité ils se distin
guent des écologiques proprement dits en ce ils résultent
de exécution un projet élaboré par les sociétés qui mettent en
oeuvre tous les moyens action dont elles disposent les espaces
écologiques leur procurent la matière première faite de possibilités
elles transforment en ressources mais ils leur opposent aussi
des contraintes voire des interdits est en considération de ces
limites action humaine que les géographes ont longtemps attri
bué au milieu physique un rôle déterminant dans leurs explica
tions négligeant il est pas de conditions naturelles si impé
rieuses elles soient que homme ne parvienne un jour dépas
ser
En fait on pourrait classer les espaces géographiques en fonc
tion du contrôle que les sociétés ont appris exercer sur leur envi
ronnement et de la liberté elles ont su conquérir est dire le
primat du savoir-faire des techniques de la science dont effica
cité croissant au cours des siècles met la disposition des généra
tions des moyens action de plus en plus puissants
Ainsi un espace géographique se définit moins par les éléments
écologiques il incorpore dans sa construction que par le mode
enracinement de la société son milieu Ce mode enracine
ment résulte de inscription au sol de trois paramètres significatifs
qui tels des variables pertinentes potentialité organisationnelle
entrent nécessairement dans la structuration des espaces géographi
ques de toutes les cultures de toutes les sociétés ce sont le peu
plement humain les activités les communications que des interdé
pendances organisent en un ensemble apte remplir la fonction
que la société lui assignée Cette interdépendance exclut pas
toutefois la spécificité des composants qui elle laisse une relative
autonomie la liberté de jeu elle autorise permet aux sociétés le
choix dans élaboration une combinatoire une stratégie qui
tienne compte de différentes motivations Mais toute incompatibi
lité qui comporterait un risque de crise dysfonctionnelle déclenche
rait un processus de réajustement
Cette structure caractérise la région homogène unité de base
des ensembles géographiques Les sociétés humaines en effet ne
restent pas longtemps isolées sur leur territoire même con pour 132 ANNALES DE OGRAPHIE
répondre tous leurs besoins elles entrent en rapport les unes
avec les autres est ainsi que se créent des aires culturelles politi
ques économiques. dans lesquelles une dynamique organisation-
nelle intègre les régions les spécialise les hiérarchise en niveaux
superposés constituant un vaste tout spatial il est inutile insister
sur la formation territoriale tats comme la France ou Italie
ou de zones économiques comme le monde capitaliste ou le monde
socialiste
Il convient cependant de préciser que cette complexification ne
va pas sans résistance si intégration fait émerger des possibilités
nouvelles encore inexploitées elle engendre aussi une dépendance
frustrante où la résurgence des regionalismes et des nationalis
mes dans les espaces périphériques aménagés dans la subordination
aux espaces centraux
Que espace géographique soit une construction humaine est
donc une évidence nous avons dit Mais peut-être convient-il
maintenant de préciser davantage espace géographique est un
produit social La société projette dans la réalisation de sa produc
tion toutes les caractéristiques qui établissent son identité ses
croyances ses comportements ses espoirs ses expériences son
système de valeurs sa vision elle-même et du monde en un mot
sa culture Produit culturel espace géographique est image de
la qui créé
Cette approche empirique se fonde sur les réalités que le géo
graphe soumet ses observations elle semble suggérer antério
rité du social sur le spatial est ailleurs ce que déclare Karl
Marx la communauté tribale entité communautaire naturelle
apparaît pas comme résultat mais comme présupposé de appro
priation temporaire et de utilisation collective du sol On peut
avancer une tout autre hypothèse parce ils sont génétiquement
codés comme êtres la fois sociaux et territoriaux les hommes se
sont constitués en société dans exécution un projet commun
organisation de espace
Les rapports société-espace
Autrement dit société et espace se produisent au cours un
même processus rétroactif de production Evidemment ce est là
une hypothèse dont des observations pourront toujours établir
la falsifiabilité selon expression chère Karl Popper
Il nous est impossible établir comment les premières sociétés
sont nées Mais anthropologie et histoire abondent en exemples THODOLOGIE ET OGRAPHIE 133
relatifs la socialisation des individus dans aménagement un
nouvel espace on objectera ils concernent des hommes qui pos
sèdent déjà un acquis social mais ils permettent analyser des
mécanismes qui ont dû jouer mutatis mutandis au début de
humanité
Afrique occidentale connu pendant des siècles de nombreux
déplacements de populations provoqués par les raids des pasteurs
Fulani et des chasseurs esclaves Les fuyards cherchèrent refuge
dans des régions difficiles accès forêts montagnes côtes maré
cageuses îles lacustres. Venus de tous les horizons ils durent
pour survivre inventer le savoir-faire nécessaire aménagement
de leur nouveau milieu écologique comme la pêche la culture en
terrasses ou en polders
Cette entreprise collective leur imposait de surmonter leurs dif
férences de mettre leurs efforts en commun accepter une
même discipline obéir au même chef de partager les mêmes
craintes les mêmes espoirs les mêmes comportements de multi
plier les échanges entre eux et de créer des moyens de communica
tion pour agir de concert
Ainsi la construction et la pratique un espace vital ont sup
posé établissement entre les hommes de nombreux rapports sur
quoi est fondé un système socio-culturel cohérent une nouvelle
ethnie était née
histoire de la colonisation montre sur le vif comment la réali
sation un projet organisation de espace conquis permet des
hommes horizons différents de se structurer en une société origi
nale
Nous avons déjà évoqué ailleurs la naissance de la société
coloniale en Algérie quand après un demi-siècle échecs les immi
grants venus de France Espagne Italie ou de Suisse purent
investir leurs espoirs et leurs moyens dans la création un grand
vignoble en quelques décennies cette population européenne
jusque-là mal encadrée se constitua en classes hiérarchisées mais
intégrées dans un même système de mentalités et de comporte
ments tandis que de la population autochtone se détachait une
classe de salariés
Il serait intéressant étudier la lumière de notre hypothèse
les corrélations qui ont pu établir au cours de histoire améri
caine entre amalgame une immigration diversifiée en une
société complexe et organisation en espaces géographiques un
territoire rapidement conquis
La pratique un espace con pour la colonisation déclenche
de profondes mutations socio-culturelles chez les autochtones atti
rés dans les petites villes construites par les Danois sur la côte
orientale du Groenland les Esquimaux Ammassaliut ont délaissé 134 ANNALES DE OGRAPHIE
leurs activités de chasse et de pêche pour occuper des emplois sala
riés dans le commerce ou administration abandon de leur
genre de vie entraîné celui de leurs traditions de leurs comporte
ments de leur structure familiale voire de leur langue et de leurs
croyances est toute une culture traditionnelle qui disparaît
devant cette civilisation obligatoire selon le titre du livre de
Gessain
En Afrique indépendance proclamée les autochtones se sont
substitués aux Européens dans les espaces ils avaient organisés
amenés prendre en charge les villes les plantations et les activi
tés inhérentes administration commerce industrie agriculture de
plantations communication est-à-dire tout le fonctionnement de
économie de marché ils ont dû adopter les conditions existence
qui correspondent la conception du travail les rythmes de la
vie les habitudes de pensée Ce ne sont plus seulement ethnie et
la parenté qui déterminent les rapports sociaux mais aussi la place
des individus dans les processus de la production monétaire
cette évolution oppose la stagnation sinon la dégradation du
système culturel et économique traditionnel des populations dans
les espaces où la colonisation ne était pas implantée de force
Cette dichotomie socio-spatiale héritée de intervention exté
rieure est pas sans responsabilité dans instabilité politique des
Etats africains et dans leurs difficultés sortir du sous-
développement
Sémantide porteur de signification sociale espace géographi
que participe avec les autres éléments culturels la production et
la reproduction des rapports entre individus sur quoi se fonde une
société sa pratique est un facteur intégration des générations
dans leur classe origine et de conditionnement des individus dans
le rôle qui leur est réservé
Dans son Eloge du désordre Marc Guillaume montré que
dans la deuxième moitié du XIXe siècle industrie construisit de
toutes pièces des villes minières et des cités ouvrières con ues pour
transformer un mélange instable immigrants ruraux en un prolé
tariat ouvrier uniforme et docile qui constitué un milieu hérédi
taire où la oeuvre est reproduite sur place ainsi naquit la
classe ouvrière
Disciples de la théorie pavlovienne des réflexes conditionnés les
révolutionnaires russes pensèrent que la constitution une société
socialiste passait nécessairement par organisation un espace
géographique où puissent se nouer des rapports fondés sur la pro
priété et exploitation en commun des moyens de production ce
fut dans les campagnes la création des sovkhozes et des
kolkhozes ET OGRAPHIE 135 THODOLOGIE
La cohérence dialectique de entité socio-spatiale est telle
une société privée de son espace peut se désintégrer en Afrique
comme en Amérique la colonisation souvent provoqué la dislo
cation des communautés chassées de leur territoire dans certaines
entre elles les de Ouganda par exemple la déstructuration
est allée la disparition chez les individus de tout sentiment
appartenance une famille ou un groupe est un cas-limite
Ainsi toute distorsion entre la Société et Espace est déstabili
sante leur adéquation est nécessaire équilibre de ensemble
elle se maintient au cours du temps au caractère composite de la
société qui intègre dans son mode de production dominant des
modes de production hérités du passé correspond la totalité poly-
génique de espace géographique qui synchronise des éléments non
contemporains adéquation procède une régulation qui ne cesse
de exercer sans toutefois parvenir jamais la réaliser pleinement
entre la Société et Espace en raison de leur dynamique propre
dans une évolution parallèle On peut parler une adéquation
asymptotique
Le spatial ne se réduit donc pas au social la géographie est
pas une branche de la sociologie Elle sa spécificité scientifique
Cependant entre le social et le spatial existe une solidarité
nécessaire et est elle que découlent les principes une politique
de organisation de espace Principes dont devrait inspirer ce
on pu appeler la géographie active
La politique de organisation de espace
La société identifie son espace géographique qui constitue la
projection matérialisée de sa culture Ayant appris répondre aux
problèmes qui posent elle vit en toute sécurité intérieur
de ses limites au-delà desquelles commence étranger De subtiles
correspondances unissent le social et le spatial le tempérament
spécifique une population exprime dans un consensus de
pensées et de comportements dans un système interactions socia
les entre individus qui interviennent dans la géographie de habi
tat par exemple dans évaluation des distances que ces individus
admettent entre eux Les uns recherchent le groupement les
autres la dispersion Une population musulmane accepte un entas
sement qui serait insupportable des Américains ces différences
se traduisent dans la structure des villes
est dans son milieu socio-spatial que individu connaît les
meilleures conditions de son épanouissement Vouloir vivre au ANNALES DE OGRAPHIE 136
pays est pas un slogan cette revendication exprime un attache
ment et un espoir
Un espace qui est pas con la mesure de homme-habitant
suscite en lui un sentiment aliénation générateur de traumatis-
mes on sait les difficultés sociales qui sont apparues dans les vil
les nouvelles construites par le pouvoir pour des raisons économi
ques on sait aussi le danger mortel que la colonisation fait cou
rir aux sociétés indigènes en leur imposant un espace géographique
étranger sinon incompatible avec leur culture
Dès lors organisation de espace géographique ne doit plus
être objet une spéculation privée un calcul de technocrates ou
une planification idéologique elle ne peut être menée bien
avec la participation de la communauté intéressée consciente de
son identité et de ses aspirations
Cependant tout est pas pour le mieux ce que homme
gagne en sécurité il le perd en libre disposition de soi Comme la
culture qui le produit espace géographique constitue un cadre où
opère la normalisation des individus est-à-dire leur enferme
ment dans un système de comportements et de pratiques néces
saire au respect du statu quo social avec des chances limitées de
en évader Il apparaît donc comme un piège tendu par idéologie
dominante pour assurer la durée de son pouvoir
Comme la culture encore espace géographique est un écran
sélectif qui isole les individus du monde extérieur de la nature
avec quoi ils ont plus guère que des contacts contrôlés voire
aseptisés des autres milieux sociaux-spatiaux qui leur paraissent
souvent hostiles
Comme toute structure enfin espace géographique est conser
vateur il oppose son inertie au changement Il évolue certes pour
adapter la dynamique propre aux institutions mais sans remet
tre en cause les intérêts au pouvoir Toute révolution sociale exige
pour réaliser une rupture avec le passé la mise en place une nou
velle organisation spatiale adéquate idéologie triomphante Mais
cette adéquation ne établit pas spontanément elle ne improvise
pas elle ne impose pas elle doit être préparée dans une
confrontation des idées où résultera le consensus
Comme individu toute société droit au respect de son iden
tité est-à-dire au respect de sa culture et de espace géographi
que qui la sous-tend
La diversité des sociétés humaines est réalisée au cours une
longue période de gestation quand les populations confrontées aux
problèmes de la maîtrise de milieux écologiques différents ont vécu
des expériences différentes dans un isolement relatif qui permis
émergence de leur spécificité THODOLOGIE ET OGRAPHIE 137
hui la diversité des civilisations est menacée par le
progrès des communications la mondialisation de économie de
marché et des idéologies
Déclenchés par Occident dès le début de la colonisation au
xvp siècle ces processus gagnent rapidement la planète tout
entière véhiculant en même temps la culture et le mode organi
sation de espace des puissances industrielles rien est plus signi
ficatif que la surimposition un complexe usines de haute tech
nologie un paysage de fond où les autochtones continuent de pra
tiquer agriculture sur brûlis ou le nomadisme pastoral
Cette brutale irruption déjà causé la mort de plusieurs entités
socio-culturelles tant en Afrique en Amérique La politique du
développement économique et social par industrialisation que les
anciennes colonies désormais indépendantes ont empruntée
Occident souvent instigation de ses plus puissantes compa
gnies financières accéléré évolution qui conduit aliénation et
qui tend substituer la diversité une unidimensionnalité appau
vrissante
Il ne agit pas de condamner ces pays accepter passivement
les conditions dans lesquelles la colonisation les placés mais de
leur rappeler que les techniques sont elles aussi le produit une
idéologie et comme telles elles exercent un effet rétroactif sur les
cultures et leur organisation socio-spatiale Emprunter est pas
imiter mais choisir interpréter les informations en les soumettant
au filtre de sa culture les confronter aux exigences de son propre
système de valeurs pour les adapter Sans quoi le transfert de
technologie est un piège
Tant que les pays sous-développés ne en seront pas convain
cus les relations internationales continueront de se fonder sur les
rapports de force qui établissent spontanément entre entités
socio-spatiales de puissance économique inégale elles résultent de
la division du travail entre les pays et de leur hiérarchisation en
niveaux organisation autour des Etats industriels On pu parler
de centres et de périphéries intégrés en ensembles où la dialectique
de la domination et de la dépendance suscite des tensions pouvant
dégénérer en conflits
unité de humanité est pas dans uniformité ni dans la
subordination des uns aux autres Elle est dans la diversité qui per
met la mise en commun des acquis spécifiques de chacun dans la
solidarité et la collaboration sur un pied égalité
La normalisation des cours sur le marché mondial débattue
entre pays vendeurs et pays acheteurs serait un premier pas dans
cette direction

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.