SSN CITES AfrriqueAugust 2010 FR

De
Publié par

SSN CITES AfrriqueAugust 2010 FR

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 76
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Volume3,Numéro4Août 2010
Lettre d’Information sur la Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune etde FloreSauvages Menacéesd’Extinction(CITES) spécialisée sur l’Afrique
Atténuer les Conflits Hommes-Eléphants  LeBureau Régional dumise en application d’uneconfrontée à des défis de plus Species Survival Networken plus complexes, le SSN estinterdiction de quatre mois de (SSN) en Afrique vousla chasse pour la viande dehonoré de pouvoir envoyer un souhaite la bienvenue à cebrousse au Ghana. A unmot d’encouragement et de numéro deCITES Afrique. Cemoment où la conservationfélicitations aux mois-ci, vous trouverez undes espèces menacées et desgouvernements du Libéria, article sur l’augmentation desespèces en danger estdes Comores et du Ghana conflits hommes-pour leurs efforts. éléphants au Libéria  Nousespérons que vous comprenant des trouverez ces informations sur les informations utiles à méthodes votre travail. N’hésitez disponibles pour pas à nous contacter si atténuer ces conflits. vous avez la moindre Vous trouverez question ou si vous avez également des besoin d’assistance détails sur la lutte contre le commerceMeilleurs sentiments, illicite des concombres de merWill Travers, Shelley menée par leWaterland et Alice gouvernement desStroud, Bureau Régional Clôture formée de ruches utilisée pour décourager les Comores et sur laéléphants © Lucy King.du SSN en Afrique
Dernières Notifications et Informations CITES formosus) [Singapour] et les Le Secrétariat a informé lesLe Secrétariat a informé les faucons pèlerins (FalcoParties que la Norvège a Parties que les espèces peregrinus) et les fauconsaccepté la présidence du suivantes avaient été inscrites gerfauts (Falco rusticolus) ComitéPermanent et a à l’Annexe III de la CITES : [Etats-Unis]. Ces trois papillons (Agrias amydondésigné M. Øystein Størkersen établissements seront inclus boliviensis, Morpho godartiien tant que président dans le registre du Secrétariat(Notification CITES No. lachaumei, Prepona le 21 octobre 2010 et le 32010/022) praeneste buckleyana) novembre 2010 [Bolivie] ; trois espèces deLe Secrétariat a informé les respectivement, à moins que Cedrela(Cedrela fissilis,Parties que la Suisse et le le Secrétariat ne reçoive une Cedrela lilloi, CedrelaRoyaume-Uni, en objection d'une Partie et que odorata) [Bolivie] ; le pindecollaboration avec le cette objection n'ait pas été Corée(Pinus koraiensis) SecrétariatCITES, ont lancé retirée avant chaque date [Fédération de Russie] et leun projet d’échange (Notifications CITES No. coco de mer (Lodoiceaélectronique d’informations 2010/019 et 2010/021) maldivicasur les permis d’exportation et) [Seychelles] (Notification CITES No.les certificats de réexportationLe Secrétariat a informé les 2010/018) Partiesque le Comité pour lesCITES. Ce système est Plantes a nommé M. Césarmaintenant pleinement Le Secrétariat a informé les Augusto Beltetón Chacón duopérationnel et peut être Parties qu’il a été prié Guatemala et Mme. Fabiola d'inclure dans sonRegistred’autres Partiesétendu à Nuñez du Pérou aux postes des établissements élevant endans un proche avenir. Les respectifs de Président et deParties qui souhaitent en captivité à des fins Vice-président du Groupe desavoir plus sur ce projet sont commerciales des espèces travail sur l'acajou et autresinvitées à contacter l’organe animales inscrites à l'Annexe espèces néotropicales I, les établissements faisantde gestion de ces pays produisant du bois l’élevage des espèces(Notification CITES No. (Notification CITES No. suivantes : les Scléropages2010/023) 2010/020) d'Asie (Scleropages
Dans ce numéro:
Conflits hommes-éléphants en augmentation au Libéria
Lutte contre le commerce illicite des concombres de mer aux Comores
Interdiction temporaire de la chasse pour la viande de brousse au Ghana
Renforcement des capacités
Membre du SSN et espèces CITES du mois
Dates CITES Importantes15-21 août 2010:Réunion MIKE sur le Développement d’une 2 Formation des Gardes, Afrique du Sud 29 septembre-1 octobre 2010:2ième Atelier Africain du 2-3 Projet OIBT-CITES sur les Espèces Produisant du Bois, Limbe, Cameroun 1-3 novembre 2010:Réunion des États de l’Aire de 3 Répartition de l’Éléphant d’Afrique, Nairobi, Kenya. 31 décembre 2010:date buttoir pour que les Etat ayant une population d'éléphants d'Afrique qui souhaitent autoriser 4 l'exportation d'ivoire brut conformément à la Résolution Conf.10.10 (Rev. CoP15) communiquent par écrit au 4 Secrétariat leur quota d'exportation d'ivoire brut pour 2011.
Les Conflits Hommes-Eléphants en Augmentation au Libéria  Lenombre d’incidents signalés attestenttemps, les éléphants ont appris à adapter leurcontourner. Certaines méthodes de mitigation d’une augmentation récente et inquiétanterégime alimentaire en y incorporant desutilisées pour remédier aux conflits hommes-des conflits hommes-éléphants au Libéria,plantes cultivées par les êtres humains.éléphants (telles que le bruit et la dont la population d’éléphants est estimée àMême si la nourriture préférée des éléphantstranslocation) se sont révélées inefficaces sur 1676 individus (estimation spéculative, UICN,est le maïs, ils peuvent se satisfaire de tout cele long terme lorsqu’elles sont utilisées 2007). Dans un pays où 80% de la populationqui est disponible, en ciblant d’abord lesseules. La découverte de méthodes plus dépend de l’agriculture, trouver une solutionjeunes plantes car ce sont celles qui ont larécentes telles que l’utilisation de l’huile de au pillage des cultures et autres conflits avecvaleur nutritive la plus élevée. Les éléphantspiment (testée sur les éléphants en 1997 par les éléphants est devenu une priorité majeureont tendance à se nourrir sur les terresLoki Osborn) et les ruches (testées par Lucy pour les autorités de gestion des espècesagricoles les plus proches des zonesKing en 2007) apportent un espoir de sauvages dans le pays.protégées car ils savent qu’ils peuventréduction des pertes dans les récoltes sans facilement s’y réfugier en cas de dangernuire aux populations d’éléphants. Quelques  Desétudes ont montré qu’au cours de la (UICN, 2007).unes de ces méthodes sont détaillées dans le saison sèche (de novembre à avril), la qualitétableau ci-dessous. des nutriments contenus dans les plantesLes cultivateurs ont mis au point desdiminue, forçant les éléphants à chercher unesystèmes de protection des cultures mais lesLe SSN encourage la communauté de la nourriture plus riche (Osborn, 2004). Au fil duéléphants sont extrêmement habiles à lesCITES à soutenir les efforts déployés pour
Clôture formée de ruches pour dissuasion lors d’une étude © OU/Lucy King (ci-dessus) ; clôture électrique à Ambosseli © East African Wildlife Society (ci-dessous)
MéthodeAvantagesTemporairement efficaces Le feu/ le bruit
L’huile pimentée, les briques de crottin pimentées et les sprays à base de capsaicine
Les clôtures électriques
La translocation
Les systèmes d’alarmes
Les ruches
Très efficaces
Relativement efficaces
Alternative à l’abattage des éléphants Relativement efficaces Donnent le temps aux cultivateurs d’utiliser une méthode de mitigation traditionnelle et de défendre leurs champs Très efficace - le miel est une source supplémentaire de revenus
InconvénientsRisqués pour les cultivateurs Sont désagréables à utiliser Ne sont efficaces qu’à court terme L’utilisation requiert une formation Coûts élevés car les stocks doivent être renouvelés Peuvent être très douloureux pour les éléphants dont l’odorat est très développé Nécessitent une surveillance constante Chères à installer et à entretenir Difficiles à utiliser à grande échelle Extrêmement coûteuse Coûteux Les cultivateurs doivent se trouver à portée de voix
Aucun signalé
Lutte Contre le Commerce Illicite des Concombres de Mer aux Comores
 Laclasse desHolothuroideapour leur exploitation. Les discussions(concombres protectionà la CITES même si certaines de mer) comprend au moins 1500 espèces.Parties à la Convention comme Madagascar,concernant l’éventuelle nécessité d’inscrire Les holothuries jouent un rôle important dansle Sri Lanka, l’Inde, l’Australieles concombres de mer l’assainissement des océans en filtrant laet l’Equateur ont agi au niveaudes familles Holothuridae vase au fond des océans. Leur disparitionnational en réglementant laet Stichopodidae à pourrait avoir desl’Annexe II sont conséquences écologiquesconstantes depuis la nuisibles pour laCoP12 de novembre transparence des eaux2002 (voir Cop12 marines tropicales (M.doc.45) mais n’ont A.Darand et H. O.Ahmad,jamais abouti. 2006). Cependantla CITES a tenté de développer des  Lecommerce international recommandations pour des concombres de mer est que les Parties un problème écologique améliorent la important. A l’exceptionHolothuria nobilisetHolothuria ananas, deux espèces de concombres de mer à valeur commerciale élevée conservation des stocks exploitées illégalement aux Comores © ThierryMulochau- Aquarium de La Réunion d’une seule espèce de concombres de mer (Isostichopus fuscusinscrit pêche des concombres de mer et/ou en(voir Cop14 Doc.62 pour plus de détails). à l’Annexe III par l’Equateur en 2003), les limitant les méthodes de pêche autorisées(Suite à la page suivante) concombres de mer ne font l’objet d’aucune
V O L U M E3 ,N U M É R O4
Page 2
Lutte Contre le Commerce Illicite des Concombres de Mer aux Comores (Suite)  Lemarché principal des concombres de merselon l’abondance, l’apparence, la longueur,commerce illégal ne cesse d’augmenter et se trouve en Asie où des pays tels que lal’odeur, la couleur, l’épaisseur de la paroisoulève des inquiétudes. Pour y remédier les Chine, le Japon, la Thaïlande, Bruomoriennes, en collaboration avec Singapour et Taïwan lesleSpecies Survival Network, ont considèrent comme un met raffinlancé une campagne pour la et leur accordent parfois desconservation des concombres de vertus médicinales etmer dans les eaux comoriennes. aphrodisiaques. Les concombresDans le cadre de cette campagne, de mer sont capturés près de lale Bureau Régional du SSN en côte ou dans des eaux plusAfrique a réalisé deux posters sur le profondes, puis ils sont éviscéréspoint d’être diffusés dans tout le bouillis, et séchés au soleil avantpays et incitant les comoriens à d’être exportés. Dans le passé lesprotéger leurs concombres de mer. principaux exportateurs étaientConcombres de mer en vente à Chinatown, New York © Victor Wu.Le SSN félicite le gouvernement des l’Australie, l’Inde, le Sri Lanka,Comores pour ses efforts renouvelés l’Afrique du Sud, Madagascar, les îles Fidji, leQuarante-huit espèces d’holothuries ont étépour conserver les concombres de mer et Mozambique, la Papouasie Nouvelle Guinée,identifiées dans l’archipel des Comoresencourage les autres Parties à la CITES à faire les Iles Salomon, l’Indonésie et la Tanzanie.(Samyn et al., 2006). En 2004, ledes efforts similaires dans leurs eaux Avec la decimation des stocks de concombresgouvernement des Comores a adopté une loinationales. Le Bureau Régional du SSN en de mer, des pays tels que les Comores et lesinterdisant tout prélèvement des holothuries àAfrique se fera un plaisir d’apporter son aide à Caraïbes ont commencé à approvisionner ledes fins commerciales (Décret N° 04-13 /toute Partie qui souhaiterait s’investir dans la marché international. La valeur commercialeMDRPAE/CAB, 20 Décembre 2004). Malgréconservation des holothuries. finale peut varier de 2 à 40 dollars US le kilocette législation protectrice, l’intensité du
Interdiction Temporaire de la Chasse pour la Viande de Brousse au Ghana  Lachasse pour la viande de brousse et le déclaration annonçant l’interdiction asauvages et de la Commission des Forêts en commerce de cette viande représentent la demandé au public de ne pas être client descas de violation. menace immédiate la plus considérable pour vendeurs des espèces autres que l’agouti  Cetteannonce importante est intervenue l’avenir des espèces en Afrique (Bushmeat utilisées pour la viande de brousse, qu’elles peu de temps après la saisie le 3 mai 2010 Crisis Task Force, 2010). Le commerce soient aux Etats-Unis d’un convoi contenant international de la viande de brousse est mortes, quatorze agoutis morts empalés sur des désormais une industrie de plusieurs milliards vivantes bâtons, six têtes de singes, plusieurs de dollars affectant des centaines d’espèces souris empalées et un crâne de vipère allant des cochons sauvages aux rongeurs, provenant du Ghana et destinés vers aux éléphants et aux primates. Chicago (Etats-Unis) (Bush Warrioret  Le30 juillet 2010, le Service de la Chicago Tribune,25 juillet 2010). Les Commission Ghanéenne des Forêts chargé experts affirment que Chicago des espèces sauvages a annoncé une continue d’être l’un des centres nouvelle clôture temporaire annuelle (« saison principaux du commerce de la viande Viande de brousse confisquée à de clôture ») de la chasse des espèces Chicago et à l’aéroport de Paris©de brousse en Amérique du Nord. sauvages à travers le pays devant s’appliquerBush Warriors.er LeSSN félicite les autorités du 1août au2 décembre. Cette interdiction ou fumées, pendant la durée de la clôture deghanéennes pour leur dévouement à la de chasser longue de quatre mois a pour la chasse pour garantir que les chasseurs neprotection des espèces sauvages contre le objectif de garantir la protection des espèces bénéficient pas de la poursuite de la chassecommerce de la viande de brousse manifesté sauvages pendant la période de reproduction. ou du commerce illicites des animaux. Lapar l’instauration d’une saison de clôture de Elle s’applique à toutes les espèces animales déclaration a également encouragé lesla chasse des espèces sauvages utilisées pour sauf l’aulacode ou agouti (Thryonomys autorités de lutte contre la fraude à arrêter etleur viande, et les Etats-Unis pour le succès swinderianus). L’application de cette à poursuivre en justice les infracteurs quide leurs efforts de lutte contre la fraude ayant interdiction de la chasse est particulièrement violent l’interdiction et à notifier lesabouti à la confiscation du convoi illicite de importante pour les espèces visées par le représentants du Service chargé des espècesviande de brousse provenant du Ghana.commerce de la viande de brousse. La Section sur le Renforcement des Capacités Publicationsutiles:nuals/Human- CITESsur les Concombres de Mer, CoP14 ElephantConflictP&WManual.pdf> Doc.62 disponible au Nelson, A. Bidwell, P. et Sillero-Zubiri, C. <http://www.cites.org/eng/cop/14/doc/E1 (2003). Un examen des stratégies de gestionFAO Fisheries Technical Paper 463, Progrès 4-62.pdf> des conflits homes-éléphants respectant leen matière d’aquaculture et de gestion des bien-être des éléphants. People and Wildlifeconcombres de mer, 2004 disponible au N’hésitez pas à contactez le SSN si vous avez Initiative. Wildlife Conservation Research<ftp://ftp.fao.org/docrep/fao/007/y5501e besoin d’aide au niveau de la traduction.Unit, Oxford University. Disponible au/y5501e00.pdf> <http://www.peopleandwildlife.org.uk/crma Rapport du Comité pour les Animaux de la
Page 3
 CI T E SA F R I Q U E
B uUrReEaAuURéÉgGiIoO NnaA LldDuU SPpEeCcIiEeSsSUuRrVvIiVvAa lL NEeTtWwOo rRkKeEnN AFf rRiIqQuUeETravaillant au seindela CITESpour faciliter la participation des pays africainsAfriueAnlo hone:Afri ue:Franco hone Will Travers,Shelley Waterland,ce rou, Président CoordinatriceCoordinatrice Species Survival Network Species Survival Network 511 NW 8th St c/o Born Free Foundation Corvallis, OR 97330 3 Grove House; FoundryLane USA Horsham, West Sussex, RH13 5PL, Tel/Fax: 1 541 758 2049 UK Email: Tel: +44-403-240170 alicestroud@ssn.org Fax: +441-403-327-838 E-mail: willtravers@ssn.org; Shelley@bornfree.org.ukwww.ssn.org
AppelàlareprésentationlocaleLe Bureau Régional du SSN en Afrique entreprend un effort de renforcement des capacités qui comprend les organisations non-gouvernementales et la Presse. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin d’assistance sur les questions qui touchent à la CITES, si vous souhaitez soumettre des idées d’articles pour la Lettre d’informationCITES Afriqueou si vous souhaitez devenir membre du SSN.
Espèces CITES du Mois
Membre du SSN duMois : Fondation Franz WeberDescription de l’Organisation: Fondateur:Franz WeberDate decréation :1975Mission :Promouvoir la protection de la nature et de la faune à travers le monde Emplacement desbureaux :Suisse Emplacement desProjets en Afrique :TogoSite Internet:http://www.ffw.ch/ Projet d’Intérêt Régional:Gérer le Parc NationaldeFazao-Malfakassa auTogoet Contribueraux DébatsCITESEn mai 1990, le gouvernement du Togo a confié la gestion du parc national de Fazao-Malfakassa à la Fondation Franz Weber (FFW) pour 25 années. Ce parc est la réserve protégée la plus vaste au Togo et abrite de nombreuses espèces inscrites à la CITES dont les éléphants d’Afrique, différentes espèces de primates Village à la périphérie du parc national et plusieurs reptiles tels que les varans et les pythons. de Fazao-Malfakassa © Fondation La Fondation est responsable de la protection du parc Franz Weber. et finance neuf brigades forestières qui couvrent l’intégralité de la surface du parc. La FFW était également activement impliquée dans la promotion de l’adoption de l’interdiction du commerce de l’ivoire en 1989 lors de la CoP7 et contribue activement depuis lors aux débats de la CITES sur la protection des éléphants en soutien des Etats de l’aire de répartition d’Afrique qui souhaitent maintenir cette interdiction. Coordonnées:Vera Weber Case postale CH-1820 Montreux Suisse Telephone: +41 (21) 964 24 24 Fax: +41 (21) 964 57 36 Email: veraweber @ ffw.ch
Nom :Adenia olaboensisInscriptionCITES:Annexe II (inscrite lors de la CoP15) Quota d’exportationCITES :Aucun quota d’exportation n’est rapporté pour 2010(voir <http://www.cites.org/common/ quotas/2010/ExportQuotas2010.pdf>) Ampleur du commerceinternational Adenia olaboensisinscrite à (CoP15 Prop.35,mars2010):Toutes les l’Annexe II de la CITES © espècesAdeniasont des plantes succulentes unknown caudiciformes (c'est-à-dire dotées d’une tige qui ne se ramifie pas) commercialisées sous forme de spécimens adultes vivants (Groupe CSE/UICN de spécialistes des cactées et plantes succulentes, 1997) ; l’espèce est également commercialisée au niveau international sous forme de plantules ; entre 2003 et 2006, 680 plantules ont été exportées légalement de Madagascar ; les exportations ont baissé de 387 plantules en 2004 à 0 en 2006 ; l’espèce est mise en vente sur Internet (prix typiques : 10 graines pour 11 Euro ou 49,50 Euro pour des plantes mesurant approximativement 1 mètre de haut).CatégorieUICN :Pas encore évaluée.Menaces :Prélèvements excessifs pour le commerce international des plantes ornementales; dégradation de l’habitat causée par le feu et l’exploitation du charbon et du bois etl’agricultureEtatsdel’airederépartition:Madagascar Ressources Utiles:Groupe CSE/UICN de spécialistes des cactées et plantes succulentes<http://www.iucn.org/about/work/ programmes/species/about_ssc/specialist_groups/ directory_specialist_groups/directory_sg_plants/ ssc_cactus_succulent/> Page 4
om :Tortue sillonnée ; African rred tortoise(Geochelone sulcata)nscription CITES :Annexe II uota d’exportation CITES :Un quota xportation annuel zéro a été établi 2000 pourGeochelone sulcatapour spécimens prélevés dans la nature r des transactions principalement merciales ; le Bénin a un quota de spécimens élevés en captivité et de spécimens élevés en ranch ; le Togo inscrite à l’Annexe II de la CITES © a un quota de 500 spécimens élevés en cliff1066 captivité (voir http://www.cites.org/ common/quotas/2010/ExportQuotas2010.pdf)Ampleur ducommerceCITES(Basededonnéessurlecommerce CITES duWCMC 2010):entre 1999 et 2008, les exportations de tortues sillonnées se sont montées à 168 994 animaux vivants, 180 produits dérivés, 18 sculptures, 7 carapaces, 1 exportation non-spécifiée. Les importateurs principaux étaient le Japon, la France et les Etats-Unis. Les exportateurs principaux étaient les Etats-Unis et El Salvador (pour les animaux élevés en captivité) et le Ghana et le Mali (pour les animaux sauvages malgré le quota zéro) Catégorie UICN :Vulnérable Menaces :Perte d’habitat et commerce des animaux de compagnie Etats de l’aire de répartition:Tchad, Egypte, Erythrée, Ethiopie, Mali, Mauritanie, Nigeria, Sénégal, SoudanRessources Utiles :Groupe de spécialistesdes tortues terrestres et des tortues d'eau douce de l'IUCN/CSE <http://www.iucn-tftsg.org/trouble/>
 CI T E SA F R I Q U E
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.