TAP jdc 240-241 Biodiversité

De
Publié par

TAP jdc 240-241 Biodiversité

Publié le : jeudi 21 juillet 2011
Lecture(s) : 58
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
TIRÉ À PART DU N° 240-241 JANVIER-FÉVRIER 2010
Les secouristes nat de u la re
dépasser les fronères
erlcolttréemenertctidvnorbas.rertcensaidsesnaefselliu
2
L’ ENQUÊTE
Pour leur inventaire des espèces, les chercheurs du programme Amazonie, Lessecouristes comme ici Jérôme Chave, delanature En 2002, les gouvernements de la planète s’engageaient à mettre un terme à l'appauvrissement de la biodiversité d’ici à 2010. Nous y sommes, et l’objectif est loin d’être atteint. Il est temps d’agir de manière radicale. Une chose est sûre : les chercheurs du CNRS sont déjà au travail, un peu partout sur le globe, en Amazonie, en Afrique, sur les océans… ou même en pleine ville ! Et dans les labos, toutes les approches allant de la biologie moléculaire à l’économie sont à l’étude pour mieux connaître les espèces et les sauver . Alors que débute l’Année internationale de la biodiversité décrétée par l’Onu, Le journal du CNRS donne un coup de projecteur sur ces missions sauvetages de la nature.
Le journal du CNRS n° 240-241 janvier-février 2010
neéc10m0seleèdéoliPalue,thiqcatseseérélécsurcoauRéaldeLejournaldNCunSR042°142-nvjar-ievrfér2ie,euqihpargomédnio-sloxpelecavruecseosedrsoinitatxplosurelasiusnadlleip,enditrusluvoontiiscèel,éudXeXdemoitilaseconn,io-tlurontilstehcédlopal,vasisinOueves.oinudtcèpecdsedonvieeslltel,socartsnitcuaccumulationdeduat-rouoet,slmouiandnAueaivaysap«,lnlirrespourlesteuctlru.erlgairebleritloxpeàesilituàuosiooresdéfelancorivesuqino,atitRNCuaSobalotareirvo«ÉtilueonemCahev,idertceurderechercheofédaloitatsernsco,n»rôJétetaetdndeuarnaectissalentdeemencéehersstnlsesaggravaammenten,étitonidoisrevàeblaissirnutuar-iaopruuqematiclimentangehceL.3»euqig-oolbiéitrsveditrep.6).LétatdeluEr-poe(il2red00sanuttodserbrasetnoc110ritepè-c00esectem:nbacéirneennio-radUn.ofnesezamatêrunemenasetpardseèpecnmorbersveé.itburdiiouseelraecurccmédisinbaselegiru,xfimuePrasaaypdeequï-saomaS.neénarretiuténa:tonocpmeslieuxestinqetneauq-ertiop«auteurjohudtriznobo,eracasecchauntsuglds»delrapsidnargruesséritéfoalàomédpargssernoirbuneaiquhieteôcet.sCsruelsce:«Rieonséquentilelruseuqnlailsearmalor-tenddulpsusi,ècesespnedizais,geedliresefdtelcetamiafsvo-riseloriginlatiételaavirsdeéétscepèesseltnodtatibahntfssoentéragmrnusapetpferoaiumhlurpoteantéiuqniistsespècesesndeitiopsraaidiSl4).surteinpaélerri,ugirérnuaesformentuuellespraecq,ncetsd,inotaruetcerieisilabyTrrieThécseemanmotp,»clantdepontesscéoégolo(eipemIogoleiedetalpdétirearénnedcédelInstitutmareisneoinsitaseneurssfl,leuotselliebaselinllpoalt,ensslàéuqliseasriechaînesibredesaLdoibmuhr.tnesteécnerivtési,deismebiossymsnmo.eEedlem,nsioctradaréepded,noittisarapédutissuvivant.xEmelp:eqaudnbiaivodsierdténepéaldtivtilantinso,alssusémidonstnesacemdenioatnséaocseuqsrorolpxel,shabilleretet,rsehcuaffreedà400%7edmêmesegios:reniaenhmuèpecLseat.li-mducionnemilasiouqedveoutry,leel,t-oinedléuparaires,àalimentgértalu,rialàdetaleleauuobsennacnil,grneedieneblemsrpsèapsstédere:aeindllemctuesidruocrpsnonopacéJaruecqChsricaauosmmteedlaTerredeJohorfLa»e.ûlbrnfeétsertseelumquePresse.ameuselpaèrnasuhtitnsrahédeàfisédsetubtuepeuqi.LENQUàpeineermiaosTÊ3EN>toleeuxtaatnelurlpsrsudipauqet100à1000foidseeps-èecsseioctinxteltuacneL.emredxuatmoinoungteslocaeémnelpsu1sàseltnosgév-atélemaetsesècniadseepsru,e3%6delanatrvationesnocalruopelnaioatrnteinonnilU»eduoegetr«lislasurent,uencnoucrrneecpourlespace»,sernop-lbasL?eumhn.aiIl«ayuolnatcatipmétéodems.Leriteclerutanuemmoisanlcvortpoimmecauséepmières,enemtnnrauénèvf-direféàs,alqnicerpecnsedon,nctiextiedtapreiaensuqincdoequvoéOn.sircemèixisenuainedelabiodivdsertcuitnohmueslasts.siLa»sehalruleuqieledeagaleillMarsssnoBtiusartsdrsusceanivvle,étisreaneM-mocuanitnouanviaeprotégéeplante)otoenu,ledhpaauagech(selur.altluaud,baltaroreoiCo«ernstivaxelpqieuléocolgueRobertBar-bdnoitarlupopse»2nsioatemmCo.«seenodec,sps-èviesuistautremeorelrat-fnstnemamrivnennoroulélecastolhmoemélhpna,ts.ueiqhnectesscnarbaleicslIdécuçonefaisdnediaosnerlpeé
MENACES SUR LE VIVANT 3 /// AMAZONIE : LES CHERCHEURS EN PREMIÈRE LIGNE 6 /// RÉINVENTER L’AGRICULTURE 12 /// LA VIE CACHÉE DES VILLES 13 /// « ESTIMER LA VALEUR DE LA NATURE » 14
Un « point chaud » ou hot spot est une zone où les espèces sont à la fois très nombreuses et particulièrement menacées.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.