Le modèle de la structure interne des villes nord-américaines : une approche complémentaire - article ; n°454 ; vol.82, pg 675-694

De
Publié par

Annales de Géographie - Année 1973 - Volume 82 - Numéro 454 - Pages 675-694
The model of the internal structure of North American cities : a complementary approach.
The paper presents the « process » modelling used by American urban scholars to understand internal urban spatial structure, thus complementing a recent review by Racine on the latter subject. The shortcomings of the three descriptive schemes of Burgess, Hoyt and Harris and Ullman are revealed, and one approach to the study of process — that of the urban economists — is exemplified, together with some empirical studies based on land rent theory. Criticisms of this method are then made, followed by an overview of some more recent attempts to understand decision-making elements of both the demand and supply sides of the residential development equation. Concluding remarks centre on the continuing gap between such theoretical models of process and real-world urban dynamics, supporting Racine's more general conclusions.
L'objet de cet article est de discuter la modélisation du « processus » dont se servent les analystes urbains américains pour comprendre la structure interne et spatiale de leurs villes. Il complète ainsi la récente étude proposée par J.-B. Racine. Les défauts des trois études descriptives classiques dues respectivement à E. Rurgess, H. Hoyt, C. D. Harris et E. L. Ullman sont mis en évidence, tandis qu'est proposée une approche d'étude fondée plutôt sur l'analyse de processus, celle de l'économiste urbain. Cette approche est illustrée au moyen d'exemples, et s'appuie en même temps sur des études empiriques utilisant la théorie du loyer foncier. Cette méthode elle-même doit être passée au crible de la critique. La discussion se poursuit alors au niveau de l'étude des récents essais faits pour comprendre les facteurs de prise de décision inclus simultanément dans le côté offre et le côté demande de l'équation du développement résidentiel. En conclusion, il convient de souligner la différence fondamentale et perpétuelle existant entre de tels modèles théoriques de processus et le monde réel de la dynamique urbaine, ceci en accord avec les conclusions plus générales de J.-B. Racine.
20 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 1973
Lecture(s) : 152
Nombre de pages : 22
Voir plus Voir moins

Bryn Greer-Wootten
G. M. Gilmour
Le modèle de la structure interne des villes nord-américaines :
une approche complémentaire
In: Annales de Géographie. 1973, t. 82, n°454. pp. 675-694.
Citer ce document / Cite this document :
Greer-Wootten Bryn, Gilmour G. M. Le modèle de la structure interne des villes nord-américaines : une approche
complémentaire. In: Annales de Géographie. 1973, t. 82, n°454. pp. 675-694.
doi : 10.3406/geo.1973.18918
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1973_num_82_454_18918Abstract
The model of the internal structure of North American cities : a complementary approach.
The paper presents the « process » modelling used by American urban scholars to understand internal
urban spatial structure, thus complementing a recent review by Racine on the latter subject. The
shortcomings of the three descriptive schemes of Burgess, Hoyt and Harris and Ullman are revealed,
and one approach to the study of process — that of the urban economists — is exemplified, together
with some empirical studies based on land rent theory. Criticisms of this method are then made,
followed by an overview of some more recent attempts to understand decision-making elements of both
the demand and supply sides of the residential development equation. Concluding remarks centre on
the continuing gap between such theoretical models of process and real-world urban dynamics,
supporting Racine's more general conclusions.
Résumé
L'objet de cet article est de discuter la modélisation du « processus » dont se servent les analystes
urbains américains pour comprendre la structure interne et spatiale de leurs villes. Il complète ainsi la
récente étude proposée par J.-B. Racine. Les défauts des trois études descriptives classiques dues
respectivement à E. Rurgess, H. Hoyt, C. D. Harris et E. L. Ullman sont mis en évidence, tandis qu'est
proposée une approche d'étude fondée plutôt sur l'analyse de processus, celle de l'économiste urbain.
Cette approche est illustrée au moyen d'exemples, et s'appuie en même temps sur des études
empiriques utilisant la théorie du loyer foncier. Cette méthode elle-même doit être passée au crible de la
critique. La discussion se poursuit alors au niveau de l'étude des récents essais faits pour comprendre
les facteurs de prise de décision inclus simultanément dans le côté offre et le côté demande de
l'équation du développement résidentiel. En conclusion, il convient de souligner la différence
fondamentale et perpétuelle existant entre de tels modèles théoriques de processus et le monde réel de
la dynamique urbaine, ceci en accord avec les conclusions plus générales de J.-B. Racine.Le modèle de la structure interne
des villes nord-américaines
une approche complémentaire*
par Bryn Greer-Wootten
Associate Professor of Geography and Research Associate
Institute for Behavioural Research York University Toronto
et Gîlmour
tudiante doctorale en géographie Université McGill Montréal
Dans un article récent de ce périodique Jean-Bernard Racine1 présentait
une revue de la recherche urbaine américaine faite essentiellement par des
géographes concernant la structure spatiale des villes Cette étude traite
du sujet et bien il ait manifestement des points communs entre
les deux textes compris des références bibliographiques approche est
différente Notre contribution est en fait complémentaire de celle de J.-B
Racine prolonge et complète aussi les commentaires un peu lapidaires de
Fernand Guyot2 sur les théories de espace urbain
Par conséquent bien il ne soit pas dans nos intentions de faire la
critique du travail de J.-B Racine il nous est paru nécessaire de faire
entrée plusieurs distinctions pour clarifier notre orientation et aussi pour
indiquer les liens entre les deux articles La plus grande différence tient dans
le fait que nous nous occupons du processus ayant engendré la structure
spatiale observée plutôt que de la description de ces arrangements spatiaux
et plus précisément les processus qui ont amené aux régularités que on peut
Les auteurs adressent leurs remerciements Jean-Bernard Racine directeur de Institut
de Géographie de Université de Lausanne
Jean-Bernard RACINE Le modèle urbain américain Les mots et les choses Annales
de no 440 juillet-août 1971 397-427
GUYOT Essai économie urbaine Paris Librairie Générale de Droit et de Juris
prudence Pich et Durand-Auzias 1968 676 ANNALES DE OGRAPHIE
constater dans utilisation du sol urbain des fins résidentielles Notons que
de tels processus dérivés de la théorie économique du sol dans un contexte
urbain sont considérés îï des ensembles de décisions prises par le pro
ducteur de résidences et le consommateur de logements Ainsi interprétée
cette notion de processus est plus spécifique et se prête donc mieux une
étude théorique que les tendances générales présentées par J.-B Racine
En outre au niveau des détails quelques points de désaccord avec les
assertions de J.-B Racine doivent être soulignés est ainsi que le modèle
Burgess ne peut être considéré comme une application des idées de Von
Thunen au contexte urbain1 en ce sens Burgess pas utilisé le
raisonnement de Von Thunen dans son étude En revanche cette approche
est utilisée explicitement et avec succès par Alonso cf section II En
outre bien que nous admettions que les trois études graphiques soient
descriptives avant tout et que le modèle Burgess soit le plus général2
ce dernier devrait peut-être être vu comme une base pour les études éco
logiques venir dans la région de Chicago plutôt que comme état une
théorie De plus le plus important ne réside pas dans le concept de zonage
mais bien dans le fait que la mise en opération et le test de validité un tel
concept sont mieux exécutés par une analyse fonctionnelle par exemple un
simple modèle de régression linéaire) utilisant la distance au centre des
affaires comme variable indépendante Mais ce facteur peut être plus logi
quement déduit de la théorie de la rente du sol urbain telle elle va être
décrite ici
Le modèle de Homer Hoyt qui comme le démontre admirablement
J.-B Racine est fondé surdes arguments empiriques faibles est aussi consi
déré dans étude théorique Alonso Quant aux noyaux multiples de
Harris et Ullman ils semblent trouver leur meilleure application
dans interprétation de emplacement des groupes ethniques Comme il sera
démontré plus bas un rapport fondamental peut être établi entre ce facteur
et les imperfections du marché urbain du logement Le peu attention
prêtée ce dernier phénomène dans les modèles traditionnels utilisation du
sol est noté infra Pourtant la principale question qui se pose au chercheur
intéressant aux processus porte sur le caractère généralement inadéquat
du traitement de la géographie sociale de la ville et ce malgré les progrès
importants réalisés en écologie factorielle et décrits par J.-B Racine Nous
tâcherons aborder brièvement ce problème en nous rapportant une étude
récente utilisant une approche fondée sur les comportements En effet alors
que les nouveaux faits mentionnés par J.-B Racine changements de la
région centrale en termes utilisation du sol et de structure de emploi et
autres développements similaires dans les régions périphériques ne peuvent
pas être représentés de fa on adéquate par les modèles classiques des processus
du marché ils pourraient peut-être être étudiés avec profit en utilisant
certaines des méthodes préconisées par les psychologues du comportement
J.-B RACINE art cité 400
Ibid. 402 LE MOD LE URBAIN NORD-AM RICAIN 677
J.-B Racine noté importance de cette tendance dans sa discussion des
études faites par Stuart Chapin et ses associés1 Enfin la dernière partie
de cet article nous passerons également en revue certaines études récentes
du comportement de offre et de la demande dans équation de développe
ment résidentiel Mais avant même de passer au commentaire des études
théoriques et empiriques employant comme approche analyse des processus
du marché foncier et de mettre jour certains de leurs défauts nous rappel
lerons brièvement la nature des modèles décrits par J.-B Bacine
LA STRUCTURE INTERNE DES VILLES
La notion de structure peut être examinée de plusieurs manières mais un
élément commun toute définition tient dans accent mis sur inorganisation
En tant que géographe traitant des parties composantes une région en
construction permanente on pourrait ainsi insister sur organisation spatiale
une ville Les recherches faites par des géographes ont surtout dans le passé
souligné les régularités dans le mode de développement de utilisation du sol
Nelson2 résume cette approche classique en décrivant les contributions
de Colby forces centrifuges et centripètes) Burgess zones concen
triques) de Hoyt développement par secteurs et de Harris et
Ullman noyaux multiples Mais comme Edgar Hoover3 fait
remarquer la structure spatiale mise en évidence par ces trois derniers
schémas manque une forte composante dynamique la structure ne peut
pas être considérée comme un équilibre statique résultant de application
de différentes forces mais devrait plutôt être vue comme un instantané des
états courants ajustement mutuel ibid. 238)
On pourrait faire remarquer il deux défauts dans approche
classique Primo organisation des villes est essentiellement considérée du
point de vue de la population alors que le même schéma organisation est
couramment appliqué aux utilisations du sol Secundo les études développées
sont très généralisées et manquent de puissance théorique Leven4 résume
ainsi une fa on magistrale la littérature ayant trait ces descriptions de
la structure urbaine interne
Bien elle décrive ce que sont les villes et leur fa on de changer dans le temps
en termes généralisateurs sinon grandioses sa pertinence diminue quand il agit
de voir pourquoi ce processus lieu sous quelles conditions il se produirait diffé
remment. est tout simplement la description morphologique un état changeant
dans le temps
Ibid. 423
NELSON The Form and Structure of Cities urban Growth Patterns Journal
of Geography vol 68 1969 198-207
HOOVER The Evolving Form and Organization of the Metropolis in
PERLOFF and WIN GO Jr ed.) Issues in Urban Economics Baltimore Johns Hopkins
Press 1968 237-284
LEVEN Towards Theory of the City in HEMMENS ed.) Urban Development
Models Washington Highway Research Board Special Report no 1968 102-111 citation
de la page 104) 678 ANNALES DE OGRAPHIE
Les composantes de base de la structure intra-urbaine sont bien connues
Certaines caractéristiques emplacement peuvent être acceptées comme
données pour la région urbaine en question Les premiers développements
sont fonction de ces caractéristiques dont importance reste grande si le
transport local augmente la nodalité du vieux centre En fait le point acces-
sibilité maximale le centre-ville est plutôt demeuré stable dans le temps
bien il puisse avoir des changements mineurs au sein de ses limites
Frieden1 illustre comment accès au centre-ville été régulièrement
cité pour expliquer les distributions spatiales dans la ville et comment ce
facteur été utilisé comme un substitut la concurrence pour espace aux
variations qui en résultent dans les prix des terrains aux forces agglomé-
ratives des firmes commerciales et industrielles ou encore au type itinéraire
liant le lieu de résidence au lieu de travail ou au lieu approvisionnement
des ménages individuels
un niveau principalement descriptif beaucoup études ont simplement
pris le phénomène en question et ont utilisé dans une régression associant
la distance par rapport au centre-ville Cela suppose que nous ayons faire
une ville dominée par un noyau central hypothèse souvent nécessaire pour
les discussions théoriques Il est pourtant bien connu que cette centralité
est constamment érodée mesure que le réseau de transport de la région est
amélioré Homer Hoyt2 défini les changements qui devraient être inclus
dans les modèles urbains avec accroissement en proportion des familles
possédant une automobile et le développement de quartiers affaires excen
triques En termes de structure spatiale ces changements se signalent par de
nouveaux agglomérats dans le contexte général urbain origine de telles
nodalités peut parfois être ramenée un noyau commercial centre achats)
mais on aussi bien observer de grands agglomérats de population rela
tivement homogène intérieur de la ville
La notion de ville centre unique eu son importance dans le dévelop
pement de la théorie économique urbaine surtout en vertu de son rapport
avec la diminution exponentielle de la densité de la population et de la valeur
du terrain en fonction de éloignement du centre-ville Ce type de phénomène
peut être considéré comme indicatif de la fonction de demande espace
Dans sa critique des approches économiques pour la compréhension des
formes urbaines Hoover3 cependant déclaré Nous ne savons
toujours pas grand-chose quantitativement des fonctions de la demande
dans espace multidimensionnel accès le revenu et la structure familiale
sans parler des autres variables socio-économiques pertinentes
il agit de chercher une généralisation quelconque en matière de
structure interne urbaine la dynamique locale toujours un effet marqué
La recherche ailleurs souvent été influencée par le changement lui-même
FRIEDEN The Future of Old Neighbourhoods Cambridge Mass.) The
Press 1964 voir 173-196
HOYT Recent Distortions of the Classical Model of Urban Structure Land Econo
mics vol 40 1964 199-212
HOOVER op cit. 252 LE MOD LE URBAIN NORD-AM RICAIN 679
Par conséquent les deux régions où le changement est le plus évident le
centre et la périphérie de la ville ont beaucoup attiré attention est
ainsi que Bourne1 est penché sur le processus de redéveloppement du
centre de la ville se concentrant sur les facteurs privés de changement par
opposition la rénovation urbaine entreprise par les autorités locales
Nombre de chercheurs se sont aussi penchés sur la question de extension
résidentielle par exemple Milgrana et Schmid2 en termes de processus de
reconversion du sol rural des fins urbaines Mais la majorité des études sur la
périphérie ont été plutôt des modèles descriptifs du phénomène de croissance
des banlieues La périphérie et le centre sont très souvent opposés dichotomi-
quement dans les discussions de formes urbaines comme si rien autre une
bande grise existait entre eux bande qui aurait aucune influence sur les
considérations de structure interne Une méthode approche définie comme
spatiale serait beaucoup plus adéquate En fait la plupart des chercheurs
ont gardé un contraste esprit celui des quartiers de banlieue riches et
ceux pauvres du centre de la ville Le contraste est souvent exprimé en termes
raciaux blanc et noir ou politiques indépendant et annexionniste Le
paradoxe consiste en ce que les plus riches consomment un terrain bon
marché aux limites de la ville alors que leurs concitoyens moins fortunés
vivent au centre sur des terrains plus chers William Alonso en cherché
explication en se servant un modèle économique fondé sur analyse de la
rente des terrains dans le contexte général des marchés fonciers
II ANALYSE DES PROCESSUS
DU MARCH FONCIER URBAIN
Comme nous avons indiqué plus haut accès au centre-ville été
considéré comme une variable-substitut du grand nombre de décisions prises
par les individus quant emplacement résidentiel surtout Pour la majorité
des chercheurs deux théories complémentaires sont généralement utilisées
pour comprendre la nature des facteurs qui influencent de telles décisions la
théorie historique et la théorie structurelle La première met accent
sur le vieillissement des structures physiques leur occupation successive par
des groupes de revenus différents est le processus dit de filtration et
accroissement de la population La disponibilité des terrains pour de nou
veaux logements détermine la direction du développement ainsi que ses
limites donnant lieu aux configurations sectorielles bien connues Les notions
structurales de Alonso reposent en revanche sur hypothèse que les
BOURNE Private Redevelopment of the Central City Spatial Processes of Structural
Change in the City of Toronto University of Chicago Dept of Geography Research Paper
no 112 1967
MiLGRAM The City Expands Study of Conversion of Land from Rural to Urban Use
Philadelphia Institute for Environmental Studies University of Pennsylvania 19G7
SCHMID Converting from Rural to Urban Use Baltimore Johns Hopkins Press 1968
ALONSO The Historie and Structural Theories of Urban Form Their Implications
for Urban Renewal Land Economics vol 40 1964 227-231 680 ANNALES DE OGRAPHIE
densités plus faibles ont plus importance que accès pour ce qui concerne
les résidents des nouveaux logements dans la périphérie Les préférences
de consommation en termes de transport et espace guideraient par consé
quent le choix une nouvelle résidence Bien entendu ces
changent avec le temps tandis que la famille passe par les différents stades
du cycle de la vie Mais Hoover critique cette formulation en partant du fait
que nous ne savons que très peu de chose sur les préférences spatiales et leurs
différenciations selon les sous-groupes de la population générale
approche fondée sur analyse des marchés émet des hypothèses qui sont
en même temps des limitations Alonso1 énonce clairement ces facteurs en
développant sa théorie de la rente du sol urbain partir des fondements
classiques de Von Thunen ayant trait utilisation agricole du sol Il déve
loppe donc un modèle statique considérant une plaine uniforme sans caracté
ristiques spécifiques avec des transports dans toutes les directions surface
isotrope) un seul centre activités et comme preneur de décision Homme
économique bien connu La concurrence pour le terrain est la même dans le cas
urbain et dans le cas rural les utilisations du sol résultent essentiellement du
loyer que les utilisateurs sont prêts payer pour un emplacement donné une
certaine distance du centre notion de courbe du prix de location du terrain
La courbe marginale du prix du terrain est déterminée parle coût du transport
et puisque le riche peut se permettre acquérir plus de terrain le prix de
transport il paie par unité de surface est moins élevé que celui payé par
le pauvre pour qui la pente de la courbe est plus importante En autres
termes Paccessibilité les caractéristiques un produit ordre inférieur pour
le riche
Le coût du loyer foncier diminue avec éloignement par rapport au
centre afin de compenser le coût accru du transport Les firmes urbaines et les
ménages sont tous considérés comme concurrents pour les différents empla
cements mais les utilisations plus intensives emportent sur les autres pour
les emplacements centraux les plus avantageux Aussi de même que les
anneaux agricoles autour un centre de marché dans le modèle de Von
Thunen les utilisations du sol les densités les prix du sol urbain et le coût des
loyers tendent se distribuer spatialement autour du centre-ville une
fa on concentrique
Notons partir du moment où les conditions initiales sont établies
dans une telle procédure de modélisation et où le mécanisme de développement
fonction du prix de location du terrain est établi le résultat final est complè
tement déterminé est dire que le résultat est de type déterministe en ce
sens que les facteurs dus au hasard ne peuvent pas être inclus
Un des buts primordiaux des modèles fondés sur analyse de marché est
arriver une solution équilibre Pour un individu quelconque Alonso2
détermine abord une équation du budjet une personne de revenu
ALONSO Theorv of the Urban Land Market Papers of the Regional Science
Association vol 1960 149-158 Location and Land Use Harvard university Press 1964 voir 21) MOD LE URBAIN NORD-AM RICAIN 681 LE
pz ..........................
où revenu
Pg prix du bien composé
quantité de bien composé
P(t == prix du terrain une distance du centre de la ville
== quantité de
k(t prix du transport une distance
== distance du centre de la ville
Les préférences des individus sont portées sur la carte comme surfaces
indifférence qui sont une série de combinaisons de quantités de terrains
de biens composés et de distance si bien que individu est également satisfait
par une quelconque de ces combinaisons La satisfaction est déterminée
une manière classique après la théorie équilibre du consommateur en
se servant une fonction utilité
............................................ II
dont les termes sont définis comme plus haut
En combinant les notions de et II et en fixant une somme dépenser
la fonction utilité devient
u[q(t) kW ......................................... III
Par conséquent la satisfaction est maximisée pour un certain ensemble
emplacements une certaine distance du centre de la ville puisque par
hypothèse2 le prix du terrain diminue avec la distance Ce dernier facteur
rend équilibre possible dans ce modèle en accord avede concept de courbe du
prix offert utilisé dans le cas urbain par analogie la courbe du prix de loca
tion du terrain pour les emplacements agricoles le prix offert est utile
en ce sens il permet une solution équilibre individuel qui combine ap
proche de la courbe indifférence avec une considération explicite des prix
du terrain Une courbe des prix offerts est un ensemble de combinaisons de
prix du terrain et de distances auxquelles individu est indifférent
utilité un emplacement est donc déterminée par la quantité de terrain
disponible prix et un coût de transport donnés Pour un individu il
alors un choix entre plus de terrain et un transport plus cher et moins de
terrain et un transport moins cher Alonso semble insister sur la maximi
sation de la satisfaction plutôt que sur la minimisation du coût de friction
représenté par le substitut accès au centre-ville mais la plupart des
études empiriques se concentrent sur le facteur distance coût du transport)
probablement parce il est difficile obtenir un ensemble adéquat de
données pour tester la théorie une fa on raisonnable
Il est certain que William Alonso lui-même pratiquement pas présenté
de test empirique Les données il utilisées sont celles de Philadelphie
de 1950 1952 205 ventes sur 402 transactions furent examinées mais les
Ibid. 26 renvoi 20
Ibid. 71 ANNALES DE OGRAPHIE 682
besoins de renseignements additionnels du modèle réduisirent ce nombre
151 Il est donc pas étonnant il suggère que sa théorie ait besoin un
test plus ambitieux Quelques-unes de ses suggestions en vue un test plus
approfondi mettent ailleurs en lumière certains des défauts de son approche
par exemple le besoin une étude des goûts socio-psychologiques de la
manière dont une famille dépense son argent etc. plutôt que utilisation
des seules données des secteurs de recensement pour lesquelles se posent en
outre les problèmes de la corrélation écologique
Dans la même perspective des procédures de modélisation économique
Alonso peut encore tirer plusieurs déductions intéressantes de sa théorie
est ainsi que hypothèse de Halg sur la minimisation des coûts de
friction est plus valable quand elle est interprétée strictement en termes
économiques3 Quant au développement par secteurs il démontre que les
mécanismes explication de Homer Hoyt théorie historique des structures
vieillissantes etc. sont incorrects Bien que le modèle de Alonso soit
statique une interprétation approximative des changements dans le temps
semble indiquer que les secteurs se déplaceraient vers extérieur cause
surtout des changements de prix du terrain sur la périphérie ce qui semble
confirmé par certains résultats présentés par Muth4 et que nous
discuterons ultérieurement
Au moment même où Alonso énon ait sa théorie Wingo5 présentait
un modèle intramétropolitain statique du secteur des ménages de nature
analogue Wingo attache cependant plus importance au système de
transport que Alonso au niveau notamment de la technique et des liaisons
entre le travail et la maison La solution équilibre est obtenue en substituant
le coût du transport aux coûts de emplacement Du côté de offre le coût
du transport sert établir la distribution des ménages en fonction de rentes
de site variées définies comme économies annuelles sur le coût du transport
comparé emplacement le plus cher utilisé Du côté de la demande les
utilités marginales déterminent les prix de location que les ménages sont
prêts payer plus la rente est élevée moins nombreuses sont les unités
espace consommées Il en résulte un gradient de densité très marqué
on éloigne des régions centrales et les prix de location la distribution
spatiale la valeur et étendue du sol utilisé des fins résidentielles sont tous
dérivés du modèle
Alonso revu le travail de Wingo6 et affirme il en est que
plus réaliste il inclut des groupes de population avec des goûts et des
revenus différents Cependant presque toutes les différences découlent une
Ibid. 125-130 et appendice 168-172
ROBINSON Ecological Correlation and the Behaviour of Individuals American
Sociological Review vol 15 1950 351-357
ALONSO op cit. 105
MUTH Urban Residential Land and Housing Markets in PERLOFF and
WINGO Jr ed.) op cit. 285-333
WINGO Transportation and Urban Land Washington C. Resources for the Future
1961
ALONSO op cit. 182-184

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.