A propos des biographies : regards croisés sur questionnaires et entretiens - article ; n°2 ; vol.48, pg 325-346

De
Publié par

Population - Année 1993 - Volume 48 - Numéro 2 - Pages 325-346
Battagliola (Françoise), Bertaux-Viame (Isabelle), Ferrand (Michèle), Imbert (Françoise). - Biographical approaches : looking into questionnaires and interviews This article presents the major results of a comparison between biographical itineraries collected through questionnaires in the INSEE survey on living conditions (1986- 87) and those collected at a later date through interviews with the same population by the authors of this work. By comparing the responses to the questionnaires and interviews, the incidence of each approach on the way individuals tell the story of their life is highlighted and thus contributes to the debate on these different ways of collecting biographical data. What kind of approach to social trajectories do they allow for ? What congruences, differences and divergencies are brought to light by comparing reconstructions of life itineraries ? Differences between the biographical data collected are induced by the framework of each method, which is more rigid in questionnaires and more permissive in interviews, but the reconstruction of the major reorientations of itineraries most often converges. However, the differences are most important when the dimension shaping the subject's trajectory is omnipresent in one method and absent from the other, as for exemple geographical or residential mobility.
Battagliola (Françoise), Bertaux-Viame (Isabelle), Ferrand (Michèle), Imbert (Françoise). - A propos des biographies : regards croisés sur questionnaires et entretiens Cet article présente les principaux résultats d'une confrontation de parcours biographiques recueillis par questionnaire dans le cadre de l'enquête Conditions de vie effectuée par l'INSEE en 1986-87 puis par entretiens, menés auprès des mêmes personnes, par les auteurs de ce travail. Ce mode de lecture croisé des questionnaires et des entretiens, en montrant l'incidence de l'approche utilisée sur la façon dont les individus «disent leur vie» tente d'apporter des éléments au débat opposant ces deux modes de recueil des biographies : quelle approche des trajectoires sociales autorisent-ils ? Quels congruences, décalages ou divergences dans la restitution des itinéraires leur confrontation met-elle au jour ? Le cadre propre à chaque méthode, plus contraignant dans le cas d'un questionnaire, plus permissif dans celui d'un entretien, induit des décalages entre les données biographiques recueillies. Ces différences se manifestent essentiellement à travers la mise en perspective des événements biographiques et les modalités de leur enchaînement, particulièrement au cours des phases de réorientation des itinéraires. La reconstitution des inflexions principales des parcours apparaît le plus souvent convergente. Néanmoins, ce sont les trajectoires les plus fortement structurées par une dimension omniprésente dans un mode de recueil et absente dans l'autre, telle la mobilité (ou l'enracinement) géographique et résidentielle, qui présentent les écarts les plus importants.
Battagliola (Françoise), Bertaux-Viame (Isabelle), Ferrand (Michèle), Imbert (Françoise). - Enfoques biographicos : cuestionarios y entrevistas Este articulo présenta los principales resultados de la comparacion de los itinera- rios biograficos recogidos por cuestionario en la encuesta condiciones de vida efectuada por el INSEE en 1986-87 y las entrevistas de los mismos individuos por los autores de este estudio que tuvieron lugar mas tarde. Este tipo de comparacion, a travez de los cuestionarios y entrevistas, demostrando la incidencia del enfoque utilizado sobre la manera en que los individuos cuentan su vida, tienta traer elementos al debate que opone estos dos mo- dos de recogida de biografias. Que tipo de enfoque de las trajectorias sociales permiten ? Cuales son las congruencias, diferencias o divergencias que aparecen en plena luz con la comparacion de las restituciones de itinerarios ? El marco propio a cada método, mas apre- miante en el cuestionario y mas permisivo en la entrevista induce diferencias en los dados biograficos recogidos. Estas diferencias se manifestan esencialmente cuando una perspecti- va permite observar los acontecimientos de la vida y sus enlaces, sobre todo en las fases de reorientacion de los itinerarios. Las reconstituciones de las principales inflexiones del tra- jecto biografico convergen en la mayoria de los casos. Sin embargo, las diferencias mas importantes apaucen en las trajectorias estructuradas por un elemento que esta omniprésente en un tipo de enpfoque y ausente del otro como puede ocurrir en el caso de la mobilidad о del arraigamiento géografico о residencial.
22 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1993
Lecture(s) : 46
Nombre de pages : 25
Voir plus Voir moins

Françoise Battagliola
Isabelle Bertaux-Viame
Michèle Ferrand
Françoise Imbert
A propos des biographies : regards croisés sur questionnaires et
entretiens
In: Population, 48e année, n°2, 1993 pp. 325-346.
Citer ce document / Cite this document :
Battagliola Françoise, Bertaux-Viame Isabelle, Ferrand Michèle, Imbert Françoise. A propos des biographies : regards croisés
sur questionnaires et entretiens. In: Population, 48e année, n°2, 1993 pp. 325-346.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pop_0032-4663_1993_num_48_2_3972Abstract
Battagliola (Françoise), Bertaux-Viame (Isabelle), Ferrand (Michèle), Imbert (Françoise). - Biographical
approaches : looking into questionnaires and interviews This article presents the major results of a
comparison between biographical "itineraries" collected through questionnaires in the INSEE survey on
"living conditions" (1986- 87) and those collected at a later date through interviews with the same
population by the authors of this work. By comparing the responses to the questionnaires and
interviews, the incidence of each approach on the way individuals tell the "story of their life" is
highlighted and thus contributes to the debate on these different ways of collecting biographical data.
What kind of approach to social "trajectories" do they allow for ? What congruences, differences and
divergencies are brought to light by comparing reconstructions of life itineraries ? Differences between
the biographical data collected are induced by the framework of each method, which is more rigid in
questionnaires and more permissive in interviews, but the reconstruction of the major reorientations of
itineraries most often converges. However, the differences are most important when the dimension
shaping the subject's trajectory is "omnipresent" in one method and absent from the other, as for
exemple geographical or residential mobility.
Résumé
Battagliola (Françoise), Bertaux-Viame (Isabelle), Ferrand (Michèle), Imbert (Françoise). - A propos des
biographies : regards croisés sur questionnaires et entretiens Cet article présente les principaux
résultats d'une confrontation de parcours biographiques recueillis par questionnaire dans le cadre de
l'enquête Conditions de vie effectuée par l'INSEE en 1986-87 puis par entretiens, menés auprès des
mêmes personnes, par les auteurs de ce travail. Ce mode de lecture croisé des questionnaires et des
entretiens, en montrant l'incidence de l'approche utilisée sur la façon dont les individus «disent leur vie»
tente d'apporter des éléments au débat opposant ces deux modes de recueil des biographies : quelle
approche des trajectoires sociales autorisent-ils ? Quels congruences, décalages ou divergences dans
la restitution des itinéraires leur confrontation met-elle au jour ? Le cadre propre à chaque méthode,
plus contraignant dans le cas d'un questionnaire, plus permissif dans celui d'un entretien, induit des
décalages entre les données biographiques recueillies. Ces différences se manifestent essentiellement
à travers la mise en perspective des événements biographiques et les modalités de leur enchaînement,
particulièrement au cours des phases de réorientation des itinéraires. La reconstitution des inflexions
principales des parcours apparaît le plus souvent convergente. Néanmoins, ce sont les trajectoires les
plus fortement structurées par une dimension omniprésente dans un mode de recueil et absente dans
l'autre, telle la mobilité (ou l'enracinement) géographique et résidentielle, qui présentent les écarts les
plus importants.
Resumen
Battagliola (Françoise), Bertaux-Viame (Isabelle), Ferrand (Michèle), Imbert (Françoise). - Enfoques
biographicos : cuestionarios y entrevistas Este articulo présenta los principales resultados de la
comparacion de los "itinera- rios" biograficos recogidos por cuestionario en la encuesta "condiciones de
vida" efectuada por el INSEE en 1986-87 y las entrevistas de los mismos individuos por los autores de
este estudio que tuvieron lugar mas tarde. Este tipo de comparacion, a travez de los cuestionarios y
entrevistas, demostrando la incidencia del enfoque utilizado sobre la manera en que los individuos
"cuentan su vida", tienta traer elementos al debate que opone estos dos mo- dos de recogida de
biografias. Que tipo de enfoque de las trajectorias sociales permiten ? Cuales son las congruencias,
diferencias o divergencias que aparecen en plena luz con la comparacion de las restituciones de
itinerarios ? El marco propio a cada método, mas apre- miante en el cuestionario y mas permisivo en la
entrevista induce diferencias en los dados biograficos recogidos. Estas diferencias se manifestan
esencialmente cuando una perspecti- va permite observar los acontecimientos de la vida y sus enlaces,
sobre todo en las fases de reorientacion de los itinerarios. Las reconstituciones de las principales
inflexiones del tra- jecto biografico convergen en la mayoria de los casos. Sin embargo, las diferencias
mas importantes apaucen en las trajectorias estructuradas por un elemento que esta omniprésente en
un tipo de enpfoque y ausente del otro como puede ocurrir en el caso de la mobilidad о del
arraigamiento géografico о residencial.A PROPOS DES BIOGRAPHIES
REGARDS CROISÉS
SUR QUESTIONNAIRES
ET ENTRETIENS
parmi exemple infléchissent L'analyse les si événements la le mise déroulement statistique en qui couple jalonnent des de accélère biographies la vie. une On l'accession existence, se vise demandera à déterminer, à ceux la propar qui
priété du logement ou si la naissance d'un enfant s'a
ccompagne de changements professionnels pour le père ou la
mère de celui-ci. Cette analyse se fonde, le plus souvent, sur
le recueil par questionnaire de chronologies individuelles et
familiales. On a déjà montré le rôle que jouait alors la mé
moire, en confrontant la datation fournie par les individus à
celle consignée dans des registres*. Françoise BattagliO-
la**, Isabelle Bertaux-Viame***, Michèle Ferrand** et
Françoise Imbert** prolongent cette réflexion en comparant
la biographie qu'esquisse pour chaque individu un question
naire standardisé, nécessairement réducteur, et celle que la
même personne peut tracer dans un récit plus libre au cours
d'un entretien non directif Au-delà de son intérêt propre, leur
recherche est un modèle du travail qui devrait toujours pré
céder V élaboration d'un questionnaire et qui devrait accompa
gner l'exploitation de celui-ci.
Depuis une vingtaine d'années, un regain d'intérêt pour les enquêtes
biographiques s'est fait jour dans les sciences sociales. Fondé sur le r
epérage et la datation des principaux faits susceptibles de ponctuer les it
inéraires individuels, ce type d'enquête est en effet apparu, au démographe
et au sociologue notamment, comme un mode d'approche privilégié du
déroulement temporel des processus sociaux sous-jacents aux parcours i
ndividuels.
Au-delà de ce consensus, l'opposition entre méthodes quantitatives
par questionnaire et qualitatives par récit de vie est demeurée vivace. Ce
pendant un mouvement de rapprochement et de dialogue entre praticiens
* M. Poulain, B. Riandey, J.M. Firdion, «Enquête biographique et registre belge de
population: une confrontation des données», Population, 1, 1991 ; D. Courgeau, «Analyse
des données biographiques erronnées», ibid.
** CNRS-CSU
*** CNRS-Travail et mobilités
Population, 2, 1993, 325-346 326 A PROPOS DES BIOGRAPHIES
de ces deux méthodes s'est concrétisé en particulier dans un programme
de recherches qualitatives lancé en 1988 par la MIRE en articulation avec
l'enquête de l'INSEE «Études des conditions de vie 1986-1987. Une en
quête sur le cumul des inégalités». Cette enquête, menée auprès de
13 000 personnes, aborde différents aspects des conditions de vie et
comporte un questionnaire biographique permettant de retracer les princi
pales étapes des itinéraires sociaux des personnes interrogées. A l'issue de
la passation des questionnaires, il a été demandé aux enquêtes s'ils accep
teraient un entretien dans le cadre de recherches ultérieures0 \ Nous avons,
pour notre part, mené une cinquantaine d'entretiens portant sur le dérou
lement temporel des parcours sociaux. Notre demande a ainsi bénéficié
d'un dispositif méthodologique original, appuyé sur la confrontation cas
par cas de parcours biographiques recueillis par questionnaires et par en
tretien auprès des mêmes personnes. Cet article vise à mettre en évidence
les apports de ces deux modes d'approche à la compréhension des itiné
raires sociaux, professionnels et familiaux, ainsi qu'à celle de leurs modes
de différenciation selon le sexe(2).
De cette confrontation ont surgi plusieurs questions autour desquelles
sont organisées les réflexions qui suivent :
— Les changements socio-économiques et socio-culturels intervenus
depuis les années 70 ont profondément transformé les itinéraires biogra
phiques des jeunes générations, tant en ce qui concerne les parcours pro
fessionnels que familiaux. Aux seuils clairement repérés et datés tendent
à se substituer des processus de transition, aux frontières souvent floues,
d'une situation à l'autre, dont les données biographiques classiques ne peu
vent que difficilement rendre compte.
— Au sein de chacun de ces parcours interfèrent des
événements liés à différentes dimensions, et ce particulièrement aux mo
ments d'une réorientation des itinéraires. Aussi, l'intelligibilité de ces
phases de est-elle conditionnée par la saisie et la mise en
relation de différentes chaînes temporelles.
— Enfin, qu'il s'agisse de répondre à un questionnaire ou de produire
un récit biographique, toute évocation de son parcours conduit la personne
enquêtée à effectuer un choix parmi les faits qui ont jalonné son itinéraire
et à les agencer en moments forts scandant son histoire. Ainsi réapproprié
par l'individu, le cadre biographique est réorganisé en séquences d'événe
ments, significatives de périodes de réorientation de son itinéraire.
Le dispositif méthodologique L'enquête menée par l'INSEE en 1986-
1987 se proposait de saisir le cumul
des inégalités au cours de la vie dans différentes dimensions (santé, compé-
C)P. Aïach, Symptômes et maladies déclarées. F. Bouchayer, Bilans de vie, bilans de
santé. A. Malan, Attitudes et stratégies des jeunes à l'égard du travail.
(2> F. Battagliola, I.Bertaux-Wiame, M. Ferrand, F. Imbert : Dire sa vie. Entre travail
et famille : la construction sociale des trajectoires. Rapport CSU 1991. A PROPOS DES BIOGRAPHIES 327
tences culturelles, situation à l'égard de l'emploi et du travail, relations
sociales, type de ménage, patrimoine, revenu et conditions de logement
du ménage)(3). S'intéressant à la genèse et à l'enchaînement des situations,
cette enquête comporte, outre les questionnaires plus classiques portant sur
les conditions de vie du ménage et de l'individu, un questionnaire biogra
phique (reproduit en annexe) qui repère en les datant les principaux évé
nements qui ont jalonné la vie de l'individu depuis le moment où il a
quitté sa famille d'origine : événements d'ordre professionnel et familial,
apparition éventuelle de moments difficiles. Les différentes périodes, dé
finies par l'intervalle de temps qui sépare deux événements, ont été qual
ifiées par l'enquêté au double point de vue de son aisance financière et
de son état moral et physique. Le fait que la personne ait eu ou non un
conjoint au début de chaque période et que ce dernier ait été actif ou non
est par ailleurs mentionné. A l'issue du questionnaire biographique, l'en
quêteur était invité à caractériser l'évolution de l'aisance financière de la
personne en choisissant parmi douze schémas proposés. Complété par les
données relatives au passé de l'individu contenues dans les autres ques
tionnaires, concernant en particulier ses antécédents familiaux et les condi
tions de vie qu'il a connues dans sa jeunesse, le questionnaire biographique
permettait de retracer le parcours de vie de la personne.
Parmi les personnes interrogées par l'INSEE et qui avaient accepté
le principe d'un entretien complémentaire au cours de l'année suivante,
nous avons retenu des couples d'actifs (ou dont la femme avait exercé
une activité professionnelle), ayant au moins un enfant et appartenant aux
catégories populaires : ouvriers, employés, indépendants modestes (artisans
ou agriculteurs).
L'enquête s'est déroulée au cours de l'été et de l'automne 1988 en
Aquitaine et Champagne-Ardennes, secondairement en Picardie et en
Basse-Normandie. Les enquêtes, âgés de 24 à 62 ans, résidaient essentiel
lement en milieu rural.
Le temps écoulé entre le passage de l'enquêteur de l'INSEE et notre
visite - de un à deux ans - explique en partie l'évaporation de l'échantillon
pré-sélectionné par l'INSEE selon nos critères : à partir d'une centaine de
dossiers, nous n'avons pu effectuer qu'une cinquantaine d'entretiens
(17 personnes n'ont pu être retrouvées, 35 ont refusé de nous recevoir).
Les refus ont été justifiés principalement par un événement négatif (acci
dent de santé, chômage...) survenu à la personne ou à un membre de sa
famille depuis la visite de l'enquêteur de l'INSEE ou par une situation
difficile vécue au moment de notre demande d'entretien. Cette auto-exclu
sion explique que nous ayons surtout rencontré des personnes caractérisées
par une relative stabilité de leur situation, attestée en particulier par le
nombre important de propriétaires et de personnes ayant un emploi dans
des secteurs peu menacés.
(3> J.L. Borkowski. «Etude des conditions de vie. Une enquête sur le cumul des iné
galités». Courrier des statistiques № 40, octobre 1986. 328 A PROPOS DES BIOGRAPHIES
LES QUESTIONNAIRES
La réalisation de l'enquête comporte deux visites. Lors de la première, l'enquêteur in
terroge une personne en mesure de lui donner des informations générales sur la situation
des ménages qui font l'objet du questionnaire A. Au cours de cette première visite, une
personne adulte est tirée au sort au sein du ménage. Celle-ci est invitée à remplir elle-
même le questionnaire В dans les deux ou trois jours suivants ; lors de la deuxième
visite, l'enquêteur récupère le questionnaire В et interroge la personne au moyen des
questionnaires С et D.
Questionnaire A - Situation du ménage
— Tableau de composition du ménage
— Études et diplômes
— Occupation et profession
— Horaires de travail
— Temps travaillé durant l'année 1985
— Existence de personnes handicapées
— Activités agricoles
— Tirage au sort d'une personne adulte
— Caractéristiques du logement (confort et appréciation portée)
— Patrimoine du ménage (immobilier, financier)
— Revenus, aides et difficultés financières du ménage
— Situation des chômeurs
Questionnaire В - Santé
Maladies, symptômes, hospitalisations, interventions chirurgicales
Questionnaire С - Situation individuelle
— Complément au questionnaire В (maladies, symptômes...)
— Handicaps, gênes ou difficultés dans la vie courante
— Jeunesse (conditions de vie durant la jeunesse, scolarité)
— Emploi (vie professionnelle, conditions de travail)
— Santé-prévention
— Habitudes de vie (alimentation, boissons, tabac)
— Vie courante (relations avec autrui, langue, loisirs)
Questionnaire D - Biographie individuelle
— Quatorze grands types d'événements ont été retenus. Il est demandé à la personne
enquêtée d'indiquer, pour chacun, s'il est survenu dans sa vie et quand
— Les intervalles entre événements constituent autant de périodes successives pour les
quelles une caractérisation du contexte (en particulier financier) est demandée
Les entretiens biographiques de type semi-directif que nous avons
menés ont été centrés prioritairement, comme l'était le questionnaire A PROPOS DES BIOGRAPHIES 329
biographique, autour de deux thèmes : le déroulement de la vie familiale,
les parcours scolaire et professionnel. Dans la dynamique des entretiens
d'autres aspects ont été abordés par les interviewés, en particulier la mob
ilité résidentielle et l'insertion dans des réseaux de sociabilité. Nous avons
accordé une place plus importante dans l'entretien que cela n'avait été le
cas dans les questionnaires à la trajectoire du conjoint et au devenir des
enfants. La consigne de départ de l'entretien : «Pouvez- vous nous retracer
votre histoire familiale et professionnelle?» est restée très ouverte mais,
comme dans le questionnaire biographique, nous avons cependant le plus
souvent suggéré comme point de départ la fin de la scolarité. Nous avons
laissé aux personnes la maîtrise de leur récit; l'exposition des objectifs
de notre demande, la consigne de départ, et les relances ont cependant
constitué autant de jalons autour desquels organiser ce récit.
Afin de mettre en évidence les spécificités de chaque mode de recueil
des données biographiques, nous avons mené les entretiens avant de pren
dre connaissance des réponses aux questionnaires. De même, nous avons
procédé à une analyse séparée des questionnaires INSEE et de nos entret
iens, en construisant à partir de chacun d'eux un «portrait» de la trajectoire.
Les portrait issus de l'enquête «Conditions de vie» de l'INSEE se
sont appuyés à la fois sur la chronologie des événements indiquée dans
le questionnaire biographique et sur les données provenant des autres ques
tionnaires, concernant notamment les antécédents familiaux, les conditions
de vie pendant l'enfance et la jeunesse, l'interruption de la scolarité, les
circonstances d'entrée sur le marché du travail, les emplois occupés et les
éventuelles difficultés financières. Nous avons également retenu pour cha
que période les appréciations portées par l'enquêté, ainsi que la situation
de son conjoint.
Dans les portraits élaborés à partir des entretiens, nous avons
construit la trajectoire en ordonnant chronologiquement le récit et en pé-
riodisant les séquences biographiques à partir des événements marquants.
Une attention particulière a été accordée aux interférences entre événe
ments et aux interactions entre les itinéraires des membres du groupe fa
milial. Dans chaque cas, nous avons tenté de repérer les moments
d'infléchissement des trajectoires et d'identifier les événements qui y
concourent. La comparaison de ces deux «portraits de trajectoire» a permis
de repérer les concordances ou les décalages dans le repérage des événe
ments, dans leurs enchaînements, et dans la périodisation de la trajectoire.
Les réflexions qui suivent sont donc à lire en fonction de l'utilisation
particulière, et peu orthodoxe, de l'enquête de l'INSEE effectuée au cours
de ce travail : focalisation sur sa dimension biographique, qui ne constitue
qu'un aspect de cette enquête, et analyse qualitative de questionnaires
conçus pour un traitement statistique sur échantillon important. Cette dé
marche a permis la confrontation qualitative, cas par cas, des itinéraires
reconstitués par les deux approches. 330 A PROPOS DES BIOGRAPHIES
I. - Seuils de passage ou phases de transition?
La reconstitution des itinéraires sociaux dans leurs différentes dimens
ions, notamment professionnelles et familiales, s'appuie sur le recueil d'un
certain nombre de données biographiques considérées comme des repères
significatifs de tout itinéraire(4). Le nombre des données possibles est consi
dérable. S 'agissant de saisir des itinéraires sociaux familiaux et profes
sionnels, une certaine convergence apparaît cependant d'une enquête à
l'autre à propos des seuils significatifs que tout individu est susceptible
de franchir au cours de son existence : la fin de la scolarité, le premier
emploi, les changements d'emplois ou arrêts d'activité, la formation du
couple, la naissance des enfants...
Ces événements marquent des changements d'états définis le plus
souvent à la fois par un changement de la situation personnelle et une
modification du statut institutionnel : le passage d'élève à salarié, de salarié
à chômeur, de la situation de célibataire à celle de marié, de parents...
Ces changements inaugurent des périodes biographiques.
Jusqu'à une époque récente, les cursus «institutionnels» rendaient
assez fidèlement compte des parcours individuels les plus fréquents et des
variations autour de ces parcours. Etaient cependant négligées des pratiques
minoritaires (le fait de vivre en couple avant de se marier par exemple),
comme pouvaient être imparfaitement saisis des itinéraires socialement mi
norés, tels les itinéraires professionnels des femmes.
Sous l'impact des transformations qui ont affecté la vie familiale
comme les parcours professionnels, les itinéraires se sont diversifiés, les
étapes se sont multipliées et ont cessé d'être aisément identifiables par les
catégories jusque-là utilisées. Des processus de transition d'une certaine
durée se sont substitués aux passages clairement repérables dans le temps<5).
S 'agissant de la vie familiale, le questionnaire biographique se réfé
rait ainsi à un modèle relativement classique du cycle familial, décomposé
en phases correspondant à l'évolution de la composition et de la taille de
la famille. Les ruptures (séparation, divorce, veuvage) sont introduites et
les questions repèrent les passages (début de vie en couple, séparation),
qu'ils aient été institutionnellement sanctionnés ou non. Les itinéraires f
amiliaux reconstruits à partir des deux modes de recueil ne diffèrent guère.
Toutefois, des itinéraires s'écartant d'un déroulement relativement linéaire
et attendu des événements n'ont été qu'imparfaitement saisis par le ques
tionnaire; c'est le cas par exemple de l'entrée dans la vie conjugale et de
la formation de la famille de Mme G.
(4) D. Courgeau, E. Lelièvre. « L'approche biographique en démographie ». Revue Fran
çaise de Sociologie, XXXI, janvier-mars 1990.
(5> En ce qui concerne la nuptialité, cf M. Fresel-Lozey. «Les nouvelles formes de
conjugalités : problèmes méthodologiques». Population, 3, 1992, 737-744. A PROPOS DES BIOGRAPHIES 331
Le questionnaire rempli par celle-ci indique que la même année, en
1964, elle commence à vivre en couple, a un premier logement indépend
ant, donne naissance à son premier enfant et interrompt son activité pro
fessionnelle de vendeuse. L'entretien restitue un itinéraire plus complexe :
à l'issue de son apprentissage, elle trouve un premier emploi et loue un
studio où elle vit seule jusqu'à la rencontre de son futur mari. Alors qu'elle
attend son premier enfant, le couple se sépare. Ayant perdu son emploi et
sans ressources, elle accouche en maison maternelle. Puis le couple renoue
et reprend la vie commune. Ils se marient finalement trois ans plus tard,
alors que Mme G. attend son troisième enfant. Mme G. n'a pas signalé
cette séparation dans le questionnaire. L'appréciation qu'elle donne de sa
situation personnelle au cours de cette période : « cela ne va pas trop bien »
constitue le seul indice des difficultés rencontrées mais, sans autre indi
cation, cette appréciation est difficilement interprétable.
Ce type d'itinéraire, rare dans les générations touchées par l'enquête,
souvent vécu de façon dramatique et socialement stigmatisée, est devenu
plus banal parmi les jeunes générations et est désormais mieux accepté.
Depuis une vingtaine d'années, en effet, de profondes transformations
ont affecté les itinéraires et les modes de vie familiaux(6). La baisse de la
fécondité, la généralisation de la cohabitation hors mariage, l'augmentation
des ruptures d'unions ont constitué autant d'indicateurs des changements
des comportements et des représentations aboutissant à une diversification
des modes de vie et à une complexification des parcours de la vie privée
et familiale. A la diversification des cursus s'est ajoutée la multiplication
des séquences traversées par les individus. Certaines peuvent se chevaucher
ou se succéder dans un laps de temps très court, lors de phases de transition
marquées par des allers et retours entre plusieurs situations, comme dans
l'exemple cité.
S'agissant des parcours professionnels, les questionnaires, en privi
légiant les situations ayant duré plus de six mois, appréhendent difficil
ement leurs discontinuités. Ces données se révèlent ainsi surtout adéquates
à la saisie des trajectoires d'activité continue tels que les cursus des années
de plein emploi, en majorité masculins. Les itinéraires féminins, en r
evanche, souvent caractérisés par des interruptions et des reprises d'activité,
des changements de statut, des positions intermédiaires entre activité et
inactivité sont difficilement appréhendés. De même que dans la plupart
des enquêtes par questionnaire, le sens prêté aux catégories, telles que
celles de travail, d'inactivité ou de chômage, varie selon les enquêtes et
ce, malgré la précision des consignes. Ainsi, les femmes travaillant dans
le cadre de l'entreprise familiale se déclarent-elles souvent femmes au
foyer, ce qui n'est évidemment pas le cas des aides familiaux masculins.
Les discontinuités professionnelles qui, dans les générations les plus
anciennes, marquaient essentiellement les itinéraires des femmes, tendent
aujourd'hui à caractériser, sous d'autres formes, les cursus des plus jeunes
Données sociales. Section «Famille». INSEE 1990.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.