Action anthropique et érosion des sols dans le Chaâl-Tarfaoui (plaine de Sfax, Tunisie) - article ; n°1 ; vol.100, pg 87-90

De
Publié par

Méditerranée - Année 2003 - Volume 100 - Numéro 1 - Pages 87-90
Encouraged by the decree of 8 February 1892 and initiated by associations of French capitalists and Sfaxian planters, the monoculture of olive trees has, after several decades, completely overwhelmed the agrarian landscape of the Sfax plain. An impact study of soil degradation shows a narrowing of pastoral space on the plain and an increase of anthropic impact on lands unfavorable to olive cultivation. Then study also shows that the overgrazing and soil compaction by local populations and their flocks have given free reign to water erosion on these lands. In the olive groves, retreat of the steppe and repetitive plowing have notably worsened the fragility and stability of the soil structure with the result that wind erosion is today quite active there.
Encouragée par le décret du 8 février 1892 et initiée par des associations de capitalistes français et de planteurs sfaxiens, la monoculture de l 'olivier bouleversa au bout de quelques décennies les paysages agraires dans la plaine de Sfax. Dans l'étude des impacts en termes de dégradation des sols, deux conséquences essentielles attirent l'attention :
- Restriction de l'espace pastoral et augmentation de la pression anthropique sur les terrains défavorables à l'oléiculture. Le surpâturage et le tassement des sols par le piétinement de la population locale et de ses troupeaux, favorisent l 'érosion pluviale et hydrique sur ces terrains.
- Sous l'oliveraie, le recul de la steppe et les labours répétitifs ont sensiblement fragilisé la stabilité structurale des sols, si bien que l'ablation éolienne y est aujourd'hui assez active.
4 pages
Publié le : mercredi 1 janvier 2003
Lecture(s) : 269
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins
Noômène Fehri
Action anthropique et érosion des sols dans le Chaâl-Tarfaoui
(plaine de Sfax, Tunisie)
In: Méditerranée, Tome 100, 1-2-2003. Recherches récentes en géographie aixoise. pp. 87-90.
Abstract
Encouraged by the decree of 8 February 1892 and initiated by associations of French capitalists and Sfaxian planters, the
monoculture of olive trees has, after several decades, completely overwhelmed the agrarian landscape of the Sfax plain. An
impact study of soil degradation shows a narrowing of pastoral space on the plain and an increase of anthropic impact on lands
unfavorable to olive cultivation. Then study also shows that the overgrazing and soil compaction by local populations and their
flocks have given free reign to water erosion on these lands. In the olive groves, retreat of the steppe and repetitive plowing have
notably worsened the fragility and stability of the soil structure with the result that wind erosion is today quite active there.
Résumé
Encouragée par le décret du 8 février 1892 et initiée par des associations de capitalistes français et de planteurs sfaxiens, la
monoculture de l 'olivier bouleversa au bout de quelques décennies les paysages agraires dans la plaine de Sfax. Dans l'étude
des impacts en termes de dégradation des sols, deux conséquences essentielles attirent l'attention :
- Restriction de l'espace pastoral et augmentation de la pression anthropique sur les terrains défavorables à l'oléiculture. Le
surpâturage et le tassement des sols par le piétinement de la population locale et de ses troupeaux, favorisent l 'érosion pluviale
et hydrique sur ces terrains.
- Sous l'oliveraie, le recul de la steppe et les labours répétitifs ont sensiblement fragilisé la stabilité structurale des sols, si bien
que l'ablation éolienne y est aujourd'hui assez active.
Citer ce document / Cite this document :
Fehri Noômène. Action anthropique et érosion des sols dans le Chaâl-Tarfaoui (plaine de Sfax, Tunisie). In: Méditerranée,
Tome 100, 1-2-2003. Recherches récentes en géographie aixoise. pp. 87-90.
doi : 10.3406/medit.2003.3291
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/medit_0025-8296_2003_num_100_1_3291
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.