Analyse neuro-sensorielle. - compte-rendu ; n°1 ; vol.37, pg 533-543

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1936 - Volume 37 - Numéro 1 - Pages 533-543
11 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1936
Lecture(s) : 30
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins

b) Analyse neuro-sensorielle.
In: L'année psychologique. 1936 vol. 37. pp. 533-543.
Citer ce document / Cite this document :
b) Analyse neuro-sensorielle. In: L'année psychologique. 1936 vol. 37. pp. 533-543.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1936_num_37_1_5442SENSATION ET PERCEPTION RALIT 533
Les groupes ne montrent pas de différence importante cependant
avec les triangles les estimations correctes ont été moins fréquentes
et la variabilité plus grande avec les carrés
On constate une tendance marquée surestimer la figure jugée
par rapport la figure-étalon La tendance des jugements vers le
centre Hollingworth surestimation de la plus petite figure une
série et inversement est pas vérifiée du moins le concept
demande-t-il être précisé en fonction de la situation complète Les
résultats sont analogues pour les sexes
analyse des réponses pour les différentes formes suggère que
estimation de aire est fondée principalement sur les dimensions
linéaires de la figure la surestimation est en corrélation élevée avec
le périmètre et avec la plus grande dimension linéaire 08
donne une analyse méthodique de la littérature concernant les
illusions de grandeur.
879 RAFFEL Visual and kinesthetic judgements of length
Des jugements de longueur visuels et kinesthesiques Am of
Ps. XLVIII 1936 331-334
sujets non entraînés devaient reproduire des sensations éprou
vées tactilement par la vision ou par le tact ou des deux fa ons la
fois Les expériences démontrent nettement la dominance de la
vision étant donné absence entraînement chez les sujets on peut
interpréter ces résultats dans le sens de la théorie nativiste de la
perception de espace
Analyse neuro-sensorielle
880 LAMBERTINI Particolarita morfologiche dei cor
puscoli nervosi nello strato papillare della cute dei feti umani
dei bambini Particularités morphologiques des corpuscules nerveux
dans la couche populaire de la peau des ostus humains et des enfants
LAMBERTINI et RUFFINI Ulteriori osservazioni
sulla differenziazione delle espansioni del senso muscolare nei
feti nei nati di uomo Nouvelles observations sur la différenciation
des expansions du sens musculaire chez les tus et les nouveau-nés
humains Bol it Sp. 1935 16-19 et 19-22
examen de la différenciation graduelle des structures telles
que les corpuscules de Meissner et les réseaux papillaires permis de
constater il avait entre les différentes structures une grande
richesse anastomoses
autre part étude du développement du tissu de soutien et
des capsules des corpuscules du tact montré que des structures
différentes des de Golgi-Mazzoni de Pacini et de Ruffini
provenaient quelquefois de divisions une fibre sensitive unique
recevant donc des stimulations en des points différents de son
parcours périphérique
881 OLMSTED et PINGER Regeneration
of taste buds after suture of the lingual and hypoglossal nerves 534 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
.Régénération des bourgeons du goût après suture des nerfs lingual
et hypoglosse Am of Ph. CXVI 225-227
Si on sectionne le nerf lingual on obtient chez le chien la dégé
nérescence des bourgeons du goût situés au niveau des papilles
fongiformes de la langue Si on suture le nerf sectionné un nerf
essentiellement moteur hypoglosse il régénérescence de ces
bourgeons du goût
Donc des fibres motrices aussi bien que des fibres sensibles peu
vent causer la réapparition de bourgeons du goût dégénérés
882 HOAGLAND On the mechanism of adaptation peri
pheral sensory inhibition ot mechanoreeeptors Cold Spring
Harbor Symposia on quantitative Biology IV 1936 347-357
adaptation rapide des terminaisons sensibles cutanées un jet
air intermittent chez la grenouille est pas origine nerveuse car
après stimulation électrique intermittente excitation mécanique se
manifeste encore Il apparaît que adaptation tient une action
libératrice ions potassium dans les cellules épithélialeR soumises
des compressions mécaniques la récupération se lierait au retour
état initial par réabsorption de dans les cellules épithéliales ou
éloignement par diffusion
Des dosages directs ont effectivement montré que dans la peau
de la grenouille ion seul et non les ions PO4 ou Cl est libéré
par la stimulation un jet air intermittent
Dans le chorium les terminaisons adapteraient moins vite que
dans le milieu epithelial où le potassium se trouve en plus grande
abondance
Et existence enveloppes capsulaires des corpuscules du tact
aurait pour principal effet de ralentir adaptation en protégeant les
terminaisons sensibles contre action du potassium libéré par les
cellules voisines
Le caractère durable ou postural et transitoire ou phasique
des récepteurs tiendrait selon la susceptibilité où ils se trou
veraient vis-à-vis des libérations de potassium cellulaire II
883 RUBIN et SYROCKI On the mechanism Of
adaptation of free ending tactile receptors in frog skin Sur le
mécanisme de Inadaptation des récepteurs ctiles libres de la peau
de grenouille of cell and Ph. IX 1936
28-35
Les récepteurs cutanés de la Grenouille sont de deux sortes des
terminaisons libres épidermiques des structures en boutons sous-
épidermiques On peut arracher épidémie en laissant intactes les profondes que on trouve ainsi donner spécifiquement
naissance des décharges adaptation lente composées influx
relativement faibles et peu rapides Les terminaisons épidermiques
sont au contraire responsables des décharges brèves et très rapide
ment adaptées qui se produisent au moment excitations ctiles
légères
étude histochimique de la peau montre chez le mammifère SENSATION ET PERCEPTION GENERALITES 535
également que les terminaisons épidermiques sont en quelque sorte
baignées par un milieu riche en potassium au contraire des autres
Or Hoagland montré que adaptation est non pas une propriété
-du récepteur lui-même mais de son milieu et que les ions potassium
augmentent considérablement la rapidité adaptation Les résultats
actuels sont tout fait en accord avec cette conception
884 RUBIN Adaptation of cutaneous tactile receptors
IV Electrolyte content Of frog Skin Adaptation des récepteurs
ctiles cutanées IV Contenu en electrolytes de la peau de gre
nouille of gen Ph. XIX 1936 935-937
Le contenu en potassium de la peau de Rana pipiens du même
ordre de grandeur que celui des nerfs été trouvé de 132 mgr
très supérieur la concentration du plasma alors que pour le sodium
est inverse Le calcium le magnésium sont en très faibles quantités
Seul le potassium doit jouer un rôle
885 HOAGLAND et RUBIN Adaptation of cuta
neous tactile receptors The release of potassium from frog
skin by mechancial stimulation Adaptation des récepteurs ctiles
cutanés La libération de potassium dans la peau de grenouille
par stimulation mécanique of gen Ph. XIX 1936
939-942
Les auteurs démontrent que du potassium est libéré comme ils
avaient supposé lorsque la peau de la grenouille est stimulée
Ainsi ce serait bien cette cause toute extérieure au récepteur qui
expliquerait adaptation particulièrement rapide des récepteurs
ctiles tout au moins de ceux qui ne sont pas protégés On sait en
effet que ion potassium exerce une action dépressive marquée sur
les fonctions nerveuses
886 HOAGLAND Adaptation of cutaneous tactile receptors
VI Inhibitory effects of potassium and calcium Adaptation des
récepteurs ctiles cutanés IV Effets inhibiteurs du potassium et
du calcium of gen Ph. XIX 1936 943-950
adaptation des terminaisons axoniques de la peau de gre
nouille stimulées par un jet air intermittent est accélérée dans
du Ringer teneur en ou 15 fois plus élevée la normale
action du potassium étant plus rapide et réversible avec lavage
au Ringer action du calcium étant réversible que par action de
solutions riches en irréversibilité de action des ions Ga est
interprétée comme la preuve que dans le phénomène normal adap
tation seul intervient le potassium
887 I.-S BABTCHINE Les résultats immédiats et lointains
de la cordotomie Journal de Chirurgie XLVII 1936
26-39
Résultats de 47 cordotomies 35 unilatérales et 12 bilatérales
effectuées entre la 2e et la 6e dorsale sauf dans un cas de section
la 3e cervicale pour une douleur du bras)
Dans tous les cas on obtenu un soulagement immédiat et 536 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
complet après section des cordons antérolatéraux association
constatée anesthésie douloureuse et thermique une légère
hypoesthésie tactile indiquerait la présence de fibres de sensibilité
tactile croisées aussi dans le faisceau de Gowers
La présence dans le cordon de voies végétatives vaso-constrictrices
est établie par apparition du côté opéré une élévation thermique
Dans 19 cas les douleurs ont été supprimées définitivement La
cordotomie bilatérale serait nécessaire même pour des douleurs
un seul côté tenaces et intenses
Des voies algiques complémentaires cordons postérieurs subs
tance grise faisceau de Flechsig pourraient expliquer des récidives
douloureuses
888 WEVER BRAY et HORTON Loca
lization in the cochlea as studied by the stimulation deafness
method Localisation cochléaire étudiée par la méthode de la
surdité de stimulation Annals of Otology XLIV 1935
772-776
Les cobayes déjà étudiés par Horton par la méthode du réflexe
conditionnel pour évaluation de la surdité causée par un son intense
et prolongé ont été examinés après la grandeur de la réponse
électrique cochleaire dissociant cette fois les deux oreilles explo
ration est faite sur 19 fréquences sonores de 130 8.000 d. et
la valeur du seuil de la réponse électrique été rapportée la valeur
moyenne chez animaux témoins
Un premier cobaye soumis 110 heures un son de 1.000
et de 125 db. qui avait présenté une perte légère audition pour les
fréquences moyennes et une surdité totale au-dessus de 2.048 d.
présenté aucun effet électrique pour toutes intensités et toutes dans aucune des deux oreilles
Un second 1.500 et 100 db. pendant 2.000 heures qui
avait présenté une baisse générale de sensibilité de 15 25 db.
cette fois une élimination fonctionnelle du lima on droit et pour
le gauche une perte totale au-dessous de 1.000 d. et affaiblissant
avec la fréquence être peu près nulle vers 7.000
Un troisième 1.500 et 100 db pendant 1.070 heures) avait
une baisse aux sons élevés de 20 30 db. il une réponse peu près
normale aux bas une diminution de sensibillité partir de
250 droite maxima vers 1.000 d. et retour la normale
vers 5.000 d. et gauche au contraire une diminution progressive
avec la fréquence conduisant abolition complète vers 5.000
Un quatrième 3.000 et 100 db. pendant 1.250 heures)
qui avait montré une sensibilité normale aux sons bas et une faible
diminution aux sons élevés une oreille gauche qui ne répond pas
sa sensibilité se montre sensiblement normale 1.000 d.
et il baisse légère entre 1.000 et 4.000 avec maxima 1.500
et 3.000 non soulignés par les auteurs)
Enfin le dernier 1.500 et 100 db. pendant 2.000 heures)
avait présenté une diminution générale de sensibilité de 15 25 db
Le lima on droit ne répond pas du tout pour le gauche il réponse
normale 150 et baisse progressive avec la fréquence maxima ET PERCEPTION GENERALITES 537 SENSATION
autour de 1.500 puis retour sensiblement la normale pour
les sons hauts avec toutefois une baisse qui après la courbe
paraît bien avoisiner 4.500 d.)
Les auteurs concluent il ne paraît pas avoir une spécificité
nette de action localisatrice cochléaire des sons de fréquences
diverses et que le degré de la localisation est probablement une
fonction complexe de intensité et de la fréquence
889 WEVER et CH BRAY Thé nature of acoustic
response the relation between sound intensity and the magnitude
of responses the COChlea La nature de la réponse acoustique
la relation entre intensité du son et la grandeur des réponses dans
le lima on of exp Ps. XIX 1936 129-143
On étudié chez le cobaye les réactions électriques du lima on
aux sons Elles reproduisent la fréquence et la forme des vibrations
sonores Leur intensité est une fonction linéaire de celle des intensités mesurées en unités mécaniques une valeur élevée
où la courbe infléchit brusquement La réaction du lima on est
donc une expression fidèle des caractères de excitant physique
quand aux effets que traduit la loi de Weber-Fechner il faut les
attribuer aux mécanismes nerveux intervenant ultérieurement
890 COVELL et BLACK The response
as an index to hearing La réponse cochléaire comme index audi
tion Am of Ph. CXVI 1936 524-530
Entre amplitude du potentiel de la réponse cochléaire en
microvolts et intensité de la stimulation vibratoire en micro
watts été obtenue la suite de recherches effectuées sur 12 chats
la relation suivante avec les deux constantes et == cPn
Avec un son de 400 en exprimant en unités physiologiques
la valeur intensité liminaire étant prise comme unité et le seuil
convenu étant la réponse micro volt) la relation est très simple
=- V/P
La réponse croît comme la racine carrée de intensité de sti
mulation
La valeur de la constante re qui est ici de 05 varie avec la fré
quence et les valeurs suivantes ont été obtenues
Fréquence ... 100 200 400 1.000 4.000 10.000
........... 052 051 050 046 0465 048
accroissement de la réponse est donc un peu plus rapide aux
fréquences plus basses
Mais la loi ne vaut que une certaine intensité au delà de la réponse affaiblit et cesse le plafond se trouvant
atteint pour 750 microwatts 1.000 d- pour 200 10.000 d.
ce qui paraît être le niveau intensité lequel apparaît la
douleur)
Les lois régissant la variation de la réponse cochléaire sont
analogues mais non identiques celles qui régissent la sensation ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES 538
En particulier il de grandes différences dans les effets du
masquage
Dans union de deux sons sans intervention du rapport des
fréquences il se produit une addition effet aux faibles intensités
une diminution aux fortes avec un maximum de la réponse plus vite
atteint
891 KOBRAK LINDSAY PERLMAN et
DUBNER The effect limited cochlear lesions on cochlear
potentials and middle ear muscle reflexes effet de lésions
cochléaires limitées sur les potentiels cochléaires et les réflexes
musculaires de oreille moyenne Am Phys Soc. Am of
Ph. CXVI 1936 93
Chez 25 lapins un lima on est détruit et autre subit une lésion
minime petite perforation ou plus ou moins étendue Avec on continue obtenir les réflexes et les potentiels cochléaires
avec une assez grande on obtient plus rien mais avec des lésions
étendue moyenne on constate une dissociation les réflexes dis
paraissant seuls
892 DUBNER GERARD et KOBRAK Objective
measures of Hearing Mesures objectives audition Am Phys
Soc. Am of Ph. CXVI 1936 38
Avec des lésions cochléaires limitées on peut observer une
disparition des potentiels action sur les voies auditives cérébrales
avec persistance des potentiels cochléaires Les réflexes de oreille
moyenne peuvent disparaître alors que les potentiels cérébraux
persistent ce qui explique par le fait que le seuil de ces réflexes
est élevé 20 40 db. ordre de fragilité décroissante qui est
ordre abolition la suite de lésions cochléaires plus ou moins
étendues est le suivant Réflexes de oreille moyenne influx dans
les voies auditives potentiels cochléaires
893 BRUGDEN EDWARD GIRDEN FRED METT
LER et ELMER CULLER Acoustic value of the several
components of the auditory system in cats Valeur auditive des
différents composants du système auditif chez les chats Am
of Ph. CXVI 1936 252-261
Les auteurs reprennent des expériences faites dans le même
laboratoire On examine un animal normal chiens et chats au point
de vue acuité auditive un son déterminé dont on diminue pro
gressivement intensité ce que animal ne réagisse plus
son audition Puis chirurgicalement on fait ablation de certaines
parties du système auditif et on refait expérience On enregistre la
diminution dans acuité auditive Destruction un canal cochléaire de des deux canaux
Surdité complète Destruction de la zone auditive cérébrale un côté
Destruction de cette zone et un canal cochléaire soit du même
soit de autre etc Les résultats sur le chat confirment ceux précé
demment acquis sur le chien ET PERCEPTION GENERALITES 539 SENSATION
894 FOWLER et FORBES Depression in order
frequency of the electrical cochlear response of cats Depression
dans fordre de la fréquence de la réponse électrique cochléaire des
chais Am of Ph. CXVII 1936 24-35
En appréciant la grandeur de la réponse cochléaire après
amplification minima nécessaire pour la rendre audible dans un
récepteur phone) chez 31 chats les auteurs comparant action
de sons bas inférieurs 256 d. avec un harmonica et de sons
élevés 1.000 10.000 d. avec un sifflet de Galton) ont constaté
que les sons élevés deviennent les premiers inefficaces par action
de substances lésant appareil récepteur auditif chlorhydrate de
quinine glycérine chlorure de cristaux de NaCl sur la fenêtre
ronde)
Corrélativement on observe une dégénération qui débute dans la
région de la base du lima on et qui étend avec intensité de action
nocive vers la région apicale Il accord avec la notion de la
distribution sur le lima on de la réception des sons de diverses
fréquences
action nocive pourrait opposer action un médiateur
chimique dans la réception
895 II KEMP et COPP The latency of electric
responses in the auditory tracts of the brain stem La latence des
réponses électriques dans les voies auditives du tronc cérébral
Am Phys Soc. Am of Ph. CXVI 1936 91
Chez le chat anesthésié avertine enregistrement simultané deia
réponse cochléaire électrique au niveau de la fenêtre ronde et de la sur les voies du nerf auditif au niveau du bulbe le retard
de la seconde sur la première passe de 28 22 pour une intensité
sonore accrue de 40 db
Au niveau du tubercule quadrijumeau inférieur pour une même
variation intensité la latence passe de 45 37 et dans le nerf
lui-même de 13 09 La marge passe de 04 06 ce qui corres
pondrait intervention chaque fois une synapse de plus
896 KEMP COPP et ROBINSON Les voies
auditives de la moelle allongée Mise en évidence des synapses
nerveuses COPP et KEMP Effets des anesthésiques
Distribution systématique des voies nerveuses acoustiques dans le
mésencéphale B. CXXII 1936 1294-1301
Recherche des réponses électriques obtenues dans les oies ner
veuses du chat après anesthésié avertine quand on procède
des excitations sonores
Pour des clicks on voit croître amplitude de la réponse
des voies acoustiques avec intensité du son un plafond
obtenu environ 40 db au-dessus du seuil
Le retard de la réponse du tubercule quadrijumeau inférieur sur
celle du nerf auditif est de 28 celui de la réponse des corps
trapezoides de 15
II un temps de conduction de ordre de 01 02 auquel 540 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
ajoute le retard de transmission synaptique qui diminue quand
intensité croît Cet examen des latences permet affirmer il
que deux relais synaptiques un entre le nerf et la région olivaire
autre au niveau de olive sans doute précédant le tubercule
quadrijumeau
Le fait on trouve dans une petite zone du ruban de Reit
certaines ondes latence de 15 et autres latence de 28 <r
permet de penser on est dans la région une synapse noyau du
ruban de Reil latéral appartenant au complexe olivaire Avec des
sons de diverses fréquences la réponse des voies auditives se montre
synchrone des vibrations acoustiques 1.000 seulement
partir de 4.000 d. il plus un seul effet de début et de
fin Au niveau des tubercules quadrijumeaux la synchronisation ne
obtient plus que 500 d- et effet ouverture et fermeturfr
se manifeste seul au-dessus de 1.000 déjà
Dans le thalamus on obtient plus rien probablement cause du
blocage par anesthésique
En examinant les effets de masquage par des sons de diverses
fréquences sur la réponse un click il été possible de déterminer-
une certaine topographie de la conduction mésencéphalique
est ainsi au niveau du pôle antérieur des tubercules quadri
jumeaux deux ondes sont masquées par des fréquences de plus
de 2.000 dans la région médiane on les retrouve et la première-
est masquée par les sons de 4.000 6.000 d. Ia seconde par ceux
de 2.000 3.000 Au pôle postérieur on trouve trois ondes
enregistrées sur la fenêtre ronde avec masquage par des sons
de 800 1.500 d. et une aiguille très enfoncée dans ce pôle révèle-
une de ces ondes que masquent les sons de 300 800
897 LEWY et KOBRAK The neural projection
the cochlear spirals on the primary acoustic centers La pro-
leclion neurale des spires cochlëaires sur les centres acoustiques
primaires Ar of N. XXXV 1936 839-852
tude des dégénérations provoquées par des lésions localisées
du lima on petits trous percés dans un point une spire ou une
autre chez le lapin La localisation des dégénérations dans le bulbe
montre que la projection des parties inférieures du lima on se fait
dorsalement et celle des parties supérieures ventralement au niveau
du tubercule acoustique et du noyau ventral cochléaire
La spire basilaire correspondant aux sons les plus élevés diffère-
nettement dans sa projection du moins pour sa partie basale près
de la fenêtre ronde de tout le reste du lima on les fibres dégénérées
correspondantes aboutissant au tubercule acoustique et au noyau
cochléaire ventral du même côté et dans le noyau medial contro-
latéral du corps trapezoide)
Les faits sont en faveur de la localisation des réceptions cochléaires
pour les sons de diverses fréquences mais avec comportement
différent des sons hauts que ne transmettrait pas la chaîne des
osselets)
Accessoirement il été vérifié que les fibres se bifurquaient ET PERCEPTION RALIT 541 SENSATION
arrivée dans le bulbe avec une branche ascendante et une des
cendante
898 KEMP Electrical responses of the lateral lemniscus
to monaural and binaural stimuli Réponses électriques du lem
niscus latéral des stimuli monauriculaires et binauriculaires
Am Ps Ass 34e M. Ps Bul. XXIII 1936 792
Chez des chats anesthésiés avertine les réponses électriques
sont recueillies sur les fenêtres rondes des deux côtés et dans le
lemniscus latéral au moyen électrodes concentriques en aiguille
Pour une stimulation limitée une oreille par un click de haut-
parleur on obtient une réponse équivalente dans le lemniscus des
deux côtés mais aux fortes intensités partir de 40 db au-dessus
du seuil une réponse homolaterale se montre plus précoce La
latence de la décroît avec intensité mais en passant par un
minimum vers 40 db.) amplitude témoignant une augmenta
tion des fibres en jeu augmentant avec intensité 60 db et
plus
899 MAWAS Sur la présence de cellules ganglionnaires dans
les nerfs ciliaires orbitaires et leur signification histologique
Les cellules nerveuses ganglionnaires de la choroïde chez homme
Innervation de la sclérotique Présence de cellules ganglion
naires dans le tissu scierai Ophtalm de Paris 15 février
et 21 mars 1936 extraits de et pages
Il existe tout le long des nerfs ciliaires courts en contact direct
avec les fibres nerveuses un réseau continu de cellules dont la masse
équivaut presque celle du ganglion ophtalmique donnée impor
tance physiologique indéniable
Et dans il même un véritable ganglion choroïdien se trouve
constitué par de multiples cellules se rencontrant dans le corps
ciliaire et la supra-choroïde et susceptibles assurer de fa on
certaine une régulation de la circulation et de la pression intra-
oculaire sans préjudice un rôle possible dans les réactions de iris
Enfin il même quelques cellules ganglionnaires dans enveloppe
conjonctive de il la sclérotique ailleurs richement innervée
900 GRANIT Die Elektrophysiologie der Netzhaut und des
Sehnerven Lëlectrophysiolo ie de la rétine et du nerf optique
Acta Ophtalmogica Sup VIII vol XIV In-80 de 98 pages
1936
G. dans cet ouvrage expose les données générales de ses recher
ches poursuivies depuis 1929 et qui ont utilisé tout particulièrement
la méthode du papillotement par emploi une lumière intermittente
en enregistrant électrorétinogramme erg et aussi les potentiels
action du nerf optique chez le chat et la grenouille principalement
ainsi que chez le pigeon et la chouette et il confronte ces données
avec celles recueillies autre part par divers auteurs
Il est conduit distinguer deux catégories de rétines une d;ins
lesquelles effet extinction off-effect est petit et lent on il

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.