Aptitudes et métiers. Orientation et sélection professionnelles - compte-rendu ; n°1 ; vol.24, pg 571-600

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1923 - Volume 24 - Numéro 1 - Pages 571-600
30 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 1923
Lecture(s) : 31
Nombre de pages : 31
Voir plus Voir moins

c)Aptitudes et métiers. Orientation et sélection professionnelles
In: L'année psychologique. 1923 vol. 24. pp. 571-600.
Citer ce document / Cite this document :
c)Aptitudes et métiers. Orientation et sélection professionnelles. In: L'année psychologique. 1923 vol. 24. pp. 571-600.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1923_num_24_1_4566PSYCHOLOGIE APPLIQUEE 571
clames de divertissements, de denrées, d'articles de fumeurs et de
toilette, étaient plus adéquates que dans les réclames de vêtements.
J. M. L.
ROBERT L. BATES. — A Study in grades and grading under a
Military System. — J. of exp. Ps., V, 5, 1922, p. 329-337.
Les élèves de l'Institut Militaire de Virginie (34, de première
année), sont examinés avec les tests de Thurstone et sont notés
par leurs différents maîtres pour l'histoire, la psychologie, la science
politique, la littérature anglaise et la littérature américaine.
Entre les diverses branches scolaires, la corrélation va de -f- 0,715
{psychologie et science politique) à -f- 0,914 (littérature anglaise
et américaine) ; les tests ont, avec les notes scolaires une corrélation
moyenne de -h 0,467 (contre -h 0, 372 avec la science politique et
-+- 0,560 avec la littérature américaine).
H. P.
c) Aptitudes et métiers. Orientation et sélection professionnelles.
J. FONTÊGNE, — L'orientation professionnelle à la base de l'ap
prentissage. — Rapport présenté au 1er Congrès de l'organisa
tion scientifique, Paris, 1923.
Etude assez complète, dans laquelle l'auteur cherche à grouper
aussi judicieusement que possible les aptitudes qui sont nécessaires
pour exercer un emploi de commerce : physiques et in
tellectuelles, qualités morales.
Relevons, en ce qui concerne les aptitudes psycho- intellectuelles
des candidats au premier groupe, c'est-à-dire de ceux dont le travail
s'exécute, en grande partie, assis : comptables, caissiers, etc. :
a) Attention générale,
b) Bonne mémoire, en général, avec aptitude spéciale pour les
nombres, les ordres, les noms et les physionomies ;
c) Imagination pondérée ;
d) Compréhension plutôt rapide ;
e) Aptitude à dégager aisément, d'un certain nombre d'idées pré
sentées, ce qu'il y a de commun entre elles, et ce que chacune d'elles
a d'essentiel (travail au fichier, à la cartothèque) ;
/) Aptitude à savoir ne pas se contenter de 1' « à peu près » ;
g) Goût marqué pour la lecture ;
h) Travail rapide et un certain sens esthétique.
A rapprocher de cette étude, celle qui a été présentée dans l'Année
Psychologique, 1922, p. 527.
J. F.
E. GLEY, H. MAGNE, H. PIERON, M. FROIS et A.-G. CHRIST
I AENS. — Dix Conférences sur l'Orientation professionnelle. —
Notes et Mémoires de l'Institut Lannelongue, 4, 1923, 131 p.,
6 planches.
Sur l'initiative de l'Institut -, Lannelongue d'hygiène sociale, et 572 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
sous la présidence de M. Arthur Fontaine, dix conférences furent
faites en novembre 1922, au Conservatoire des Arts et Métiers,
publiées dans ce fascicule de Notes et Mémoires.
Après une allocution de M. Fontaine, E. Gley, exposa avec netteté
les bases scientifiques de l'orientation professionnelle ; H. Magne,
et H. Piéron, chacun en deux conférences, étudièrent respectivement
le rôle de la physiologie et le rôle de la psychologie dans l'orientation
professionnelle. M. Frois consacra une conférence à l'organisation
technique du travail dans ses rapports avec l'orientation professionn
elle, enfin les quatre dernières conférences furent consacrées par
Christiaens à un exposé un peu détaillé de l'organisation de l'orien
tation professionnelle en Belgique, et en particulier à la description
des méthodes psychophysiologiques employées pour la déterminat
ion des aptitudes.
Cette publication représente un ensemble des plus utiles, pour
ceux qui s'intéressent activement et dans un esprit rationnel à cette,
importante question de l'orientation professionnelle.
H. P.
A. -G. CHRISTIAENS. — Une méthode d'orientation professionnelle
— Lamertin, Bruxelles, 1921-1923 (et, en cours, dans le Bulletin
trimestriel de l'Office intercommunal bruxellois).,
Christiaens est un initiateur de la mise en pratique des méthodes
psychophysiologiques d'orientation professionnelle, à laquelle il se
consacre depuis une dizaine d'années, avec une activité et un dévoue
ment des plus louables.
Il a mis au point, une méthode dont il n'hésite pas à dire qu'elle
n'est pas parfaite, mais qui a un grand mérite, celui d'exister pra
tiquement, d'être régulièrement employée, et de donner des résultats.
L'orientation professionnelle est fondée à l'Office de Bruxelles,
que dirige Christiaens, sur une fiche médicale, une fiche scolaire, une
fiche d'examen psychophysiologique, une fiche d'examen des apti
tudes motrices, et une d'appréciation du caractère.
La fiche psychologique comporte les rubriques suivantes : Atten
tion (externe et interne, avec effort non troublé, ou troublé ; tests
de barrage de signes de Toulouse et Piéron, et d'additions de Krae-
pelin) ; sensations visuelles (acuité, différenciation des gris avec
le photoesthésimètre de Hering, classement des couleurs avec les
laines de Holmgren, sensibilité chromatique avec les disques à sec
teurs variables fusionnés, vision stéréoscopique suivant la technique
de Toulouse et Piéron, appréciation des distances en profondeur avec
un dispositif à fils, sur supports égalisés en distance par traction
au moyen de chaînettes) ; sensations auditives, (acuité absolue avec
l'inducteur acoumètrique de Foy, reposant sur la réception tél
éphonique des chocs d'induction d'un chariot de Dubois-Reymond
dont on règle Pécartement des bobines, et sensibilité différentielle,
au moyen d'un acousiesthésimètre à chute pendulaire) ; sensations
olfactives (finesse de sensibilité avec l'olfactomètre simple de Zwaar-
demaker, reconnaissance des odeurs par la méthode osmi-esthé-
simétrique de Toulouse et Vaschide) ; sensations gustatives (finesse
et différenciation des saveurs par la méthode du gueusi-esthési- APPLIQUEE 573 PSYCHOLOGIE
mètre de Toulouse et Vaschide) ; mémoire visuelle (reproduction
et reconnaissance des formes, répétition de 10 mots vus, présentés
dans un appareil rotatif) ; mémoire auditive (répétition immédiate
des chiffres par la méthode de Binet, répétition de 10 mots entendus,
de une ou de 5 syllabes, répétition d'une phrase facile de Binet, etc.,
d'une phrase difficile, de Toulouse et Piéron) ; association spontanée
des idées (test des 60 mots en 3 minutes de Binet) ; jugement concret
avec langage (questions de Binet) ; jugement abstrait avec langage
(phrase à faire avec 3 mots, de Binet) ; jugement pratique (test de
l'histoire sans paroles de Decroly et des boîtes à mécanismes appa
rents ou cachés de Decroly) ; enfin esprit d'observation et rapidité
de compréhension verbale appréciés par l'expérimentateur au cours
de l'emploi des tests.
La fiche des aptitudes motrices et psychomotrices comprend les
rubriques suivantes : rapidité et endurance (avec un test de Decroly,
fondé sur le transport de billes d'acier dans un appareil porte-billes
à genou) ; mise en train (méthode de Decroly d'introduction de
pièces de monnaie dans une sorte de tire-lire) ; mémoire motrice
(avec le kinési-ergographe de Michotte) ; estimation de la différence
de poids (méthode myoesthésimétrique avec des sachets suspendus
aux doigts) ; dextérité (avec un « dextérimètre » de l'auteur, com
prenant des plaques percées de trous ayant 5 à 2 millimètres de dia
mètre et à travers lesquels, à un rythme imposé, le sujet doit aller
piquer avec une pointe, une feuille de papier placée dessous) ; apti
tude à régler l'effort musculaire (en appuyant ou en frappant),
grâce à un « kinési-ergographe » de l'auteur).
Enfin, la fiche relative au caractère, faisant appel à l'observation
méthodique de l'enfant par les maîtres ou les parents au moyen d'un
questionnaire (du au Président de l'œuvre du Foyer des Orphelins
de Bruxelles), envisage les tendances éthiques, les tendances sociales
élémentaires, l'instinct de lutte et de concurrence, l'instinct d'imi
tation, la tendance au jeu, l'altruisme, les particularités intellec
tuelles, en rapport avec les tendances affectives. Il y avait 222 ques
tions en tout, mais il a fallu simplifier beaucoup pour pouvoir utiliser
quelques données de cet ordre en orientation pratique.
Après cet examen général de la méthode, Christiaens envisage
les professions elles-mêmes, donnant telles qu'il les avait établies,
quelque incomplètes et insuffisantes qu'elles soient, les fiches pro
fessionnelles qu'il avait proposées en 1914, quand il publia L'orien
tation professionnelle des enfants.
Dans l'ensemble, il y a là une œuvre de bonne foi, et il faut féli
citer Christiaens de son utile effort.
H. P.
P. BORREMANS-PONTHIERE, J. MAQUET, M"" MONCHAMPS,
G. VANDEVERT. — L'Orientation professionnelle. La mesure
des aptitudes, la connaissance de l'enfant et de la profession —
In-8 de 430 p., Bruxelles, Falk, Van Gampenhout, 1923.
« Exposer les tentatives faites jusqu'ici, étudier les promesses
qu'elles ont fait surgir, tel est le but du présent essai ;>, disent les
auteurs, dans leur préface. 574 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
Le livre ne vaut en effet que par une documentation ramassée
un peu partout, avec bibliographie de 445 numéros, et reproduction
intégrale, de fiches, enquêtes, statistiques, etc.
Il ne faut demander à cet ouvrage aucune élaboration scienti
fique, mais une réunion utile de renseignements divers.
H. P.
EMILI MIRA. — Laboratori Psicotecnic. — An. I. Or. pr., III,
5, 1922, p. 32-50.
Exposé général des résultats de recherches sur l'aptitude au dessin
et l'aptitude arithmétique, en corrélation avec l'intelligence, sur
100 sujets. Les résultats, assez complexes, révèlent une corrélation
différente de ces deux aptitudes avec les diverses formes d'intell
igence distinguées par l'auteur (verbale, mécanique et abstraite) :
c'est avec l'intelligence mécanique que l'aptitude au dessin est le
plus nettement liée, avec l'intelligence abstraite que l'aptitude
arithmétique a le plus de corrélation.
H. P.
O. LIPMANN. — Eine Bibliographie zur psychologischen Berufsbe
ratung, Berufsforschung und Berufskunde (Bibliographie relative
à V orientation professionnelle psychologique, Vanalyse des profes
sions et V étude des métiers). — - Leipzig, 1922, Barth., 60 p.
Bibliographie que nous recommandons à tous ceux qui veulent
approfondir la question d'orientation professionnelle et qui com
prend :
a) Un répertoire alphabétique.
b) Un méthodique.
Tous deux faciles à consulter.
J. F.
DOUGLAS FRYER. — Intelligence and Interest in vocational
adjustment [L1 intelligence et V intérêt dans V adaptation professionn
elle). — Ped. Sem., XXX, 2, p. 127.
Fryer résume dans cet article sa thèse de doctorat passée à l'Uni-
Tersité Clark. Ce travail est une importante contribution à cette-
psychologie professionnelle, si riche d'applications possibles et mal
heureusement si méconnue en France. Son objet est double : il
s'agit de chercher : 1° Quelle est l'importance quantitative de l'inf
o Uigence dans les défauts d'adaptation signalés aux offices d'orien
tation, et 2° Si l'intérêt est en rapport avec l'habileté et si, par suite,
il joue un rôle efficace dans l'adaptation professionnelle.
F. a étudié 320 sujets, appartenant à 80 professions très diverses
(professions libérales, commerce, artisans, etc.) : la plupart étaient
membres de l'Y. M. C. A. et avaient fait appel aux conseils de
l'office d'orientation de cette Société ; 5 0/0 de ces sujets étaient des
clients du bureau de placement annexé à l'office. L'âge, enfin, de
ces hommes était compris entre 16 et 44 ans (âge médian 24 ans).
Il s'agissait, pour répondre à la première question, d'établir une PSYCHOLOGIE APPLIQUEE 575
corrélation entre le degré d'intelligence de chaque sujet et le degré
d'intelligence exigé par la profession exercée.
L'intelligence des sujets, a d'abord, été collectivement déterminée
au moyen des tests Alpha de l'armée (forme VII) et des tests Busi
ness Alpha (The 20 minutes Intelligence examination for group
and individual use, arranged and standardized for vocational and
business purposes, de H.-D. et L.-P. Fryer, Carlishe Press., Broo
klyn, 1923). Un second examen individuel, utilisait les tests Bînet
et les tests Alpha. Enfin, avant de subir ces épreuves, chaque sujet
faisait le résumé de sa propre histoire.
Le niveau intellectuel exigé par les professions était déterminé
conformément à des recherches antérieures qui permettent d'établir
une hiérarchie au moins approximative des capacités intellectuelles,
exigées par les différents métiers et de classer ceux-ci selon le niveau
médian des travailleurs des diverses catégories (ex. les travaux de
Proctor qui, d'après les tests de l'armée, distingue cinq niveaux
intellectuels : travaux grossiers, intermédiaires, qualifiés, commerce
ou bureau, professions libérales).
L'auteur s'est efforcé de déterminer : a) Le niveau intellectuel
de ses sujets ; b) Celui qu'exigent les professions effectivement
exercées par ces sujets ; c) Celui qu'exigeraient les professions
désirées.
a) D'une façon générale, les résultats de la mesure intellectuelle
des sujets se sont révélés très supérieurs à ceux de l'examen du
contingent militaire. On sait que l'échelle Alpha répartit les intell
igences en 8 groupes : A. Intelligence très supérieure ; B. Supérieure ;
C -f- Bonne moyenne; C Moyenne ; C — Moyenne inférieure; -f- D.
Intelligence inférieure ; D — Très inférieure ; E. Inutilisable
Les 0/0 del'examen de P. ont donné 45 0/0 A, 27 0/0 B, 16 0/0 C -f.
8 0/0 C, 3 0/0 C — 1 0/0 D. Ceux des examens de l'armée étaient
4,1 0/0 A, 8 0/0B, 15 0/0 C +, 25 0/0 C, 23 0/0 C—, 17,1 0/0 D +,
7 0/0 D.
Le groupe des sujets de 25 à 29 ans et de ceux de 20 à 24 ans s'est
montré très supérieur au groupe 30-44 ans, légèrement supérieur
au groupe 16 à 20.
b) F. a ensuite comparé le niveau intellectuel au niveau exigé
par la profession. Le coefficient de corrélation est de -\- 0,47 ±. 029.
En général, les sujets se sont montré mal adaptés à leur profession
par excès d'intelligence (surtout le groupe 20-24, et 24-29 ans).
c) Enfin, comparant le niveau intellectuel réel au niveau exigé par
la profession désirée, il a trouvé une corrélation plus faible + 0.38 rir
0.58. Ici encore, il y a excès d'intelligence dans les groupes 20 à 24 ans
(62 0/0) et 25 à 29 ans (70 0/0), mais le groupe 30 à 44 ans serait
mal adapté surtout par déficit intellectuel (33 0/0).
Dans l'ensemble, les hommes, placés dans la profession de leurs
rêves, auraient été mal adaptés dans la proportion de 51 0/0 ; 36 0/0
par excès, 15 0/0 par défaut d'intelligence. Aussi, la question pratique
se pose- 1- elle aussitôt : dans quelle mesure l'orienteur doit-il se
guider d'après les indications des sujets concernant l'intérêt ex
primé ? L'auteur critique la théorie de Thorndike qui, croyant à la
stabilité de l'intérêt, en fait un facteur essentiel de l'habileté pro
fessionnelle. En fait, il n'y aurait pas de corrélation marquée entre 576 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
les deux éléments : sans doute, ils peuvent être réunis, mais on ne
peut se baser sur la présence d'un intérêt chez un individu, pour
prédire la réussite dans un profession donnée. La valeur de l'intérêt
pour les offices d'orientation est purement négative, car, évidem
ment l'intérêt est nécessaire pour réussir dans un métier donné.
On peut ainsi résumer brièvement les conclusions de F.
1° Les hommes qui s'intéressent à l'orientation professionnelle
sont moins ceux qui cherchent un emploi que ceux qui, déjà en
possession d'une situation sociale, voudraient s'élever.
2° En général, ce sont les hommes intelligents qui s'intéressent
davantage aux conseils de Porientenr ; et les jeunes gens de
moins de 30 ans, qui demandent ces directions, sont d'un niveau
intellectuel plus élevé que les clients plus âgés.
3° 60 0/0 des hommes étudiés étaient mal adaptés à leur pro
fession, en ce qui concerne leur niveau intellectuel (50 0/0 présen
taient une intelligence supérieure à celle qu'exigeait leur métier
10 0/0 une inférieure).
4° II n'y a pas de corrélation nette entre l'intérêt et la valeur
professionnelle (+ 0,38 ±.058).
5° Enfin si l'intelligence est un important facteur d'adaptation,
11 ne faut pas oublier qu'il n'est pas le seul, et que d'autres groupes
de facteurs peuvent aider ou empêcher l'adaptation professionnelle
(force physique, endurance, particularités sensorielles, traits per
sonnels du caractère, esprit de coopération, qualité de mesure, fac
teurs émotionnels, etc.)
Quoi qu'il en soit de ces autres éléments, le défaut d'adaptation
au métier, considéré du seul point de vue de l'intelligence, repré
sente surtout de l'intelligence non utilisée pour les fins sociales,
et qui, dans les conditions économiques actuelles, se trouve sans
emploi.
H. L.
AREND et ROBERT. — L'orientation professionnelle progressive
et la préservation de l'individu de la mécanisation. — Rapport
présenté au 1er Congrès de l'Organisation scientifique, Paris,
juillet 1922.
D'après les deux auteurs luxembourgeois, l'orientation profes
sionnelle se baserait sur une prédisposition encore mal définie. Or,
ils se demandent si cette est une tare ou une qualité,
si la prééminence qu'elle accuse n'est pas la conséquence, en partie
du moins, de fonctions arriérées, et si, dans ce cas, il ne vaudrait pas
mieux « redresser plutôt que d'orienter, relever les fonctions arriérées
plutôt que de pousser à la mécanisation, reconstituer l'harmonie
individuelle par l'éducation morale et physique, plutôt que de
sacrifier la personnalité de l'enfant aux hasards de la vie écono
mique. »
C'est pourquoi ils attachent une importance toute spéciale au
laboratoire psycho-physiologique. De même ils ne se contentent pas
des résultats d'un premier test ; l'expérience leur a appris que l'édu
cation pouvait amener des changements considérables. C'est ainsi
qu'une épreuve faite au début de la première année d'apprentissage, PSYCHOLOGIE APPLIQUEE 577
de avec De coups 5,6 même des de a fourni marteau), ajusteurs une épreuve la moyenne qui (aptitude avait d'évaluation 2,1 donné à à végler la une d'angles fin moyenne ses de l'année efforts donna de en d'apprentissage les fautes donnant chiffres par coup des
res'
pectifs de moyennes de fautes par élève, de 65 et 28
prenti valeur cices le psycho- une Et développement speciahte spéciaux ceci morale. soit motrices les surveillé amène se Ils destinés fasse et se physique, psycho- à proposent attentivement, progressivement demander notamment visuelles.intellectuel même que au tout l'orientation d'instituer et développement que, et en professionnel durant tenant des d'un l'apprentlsslge leçons compte des enfant de facultés et Tan de exe? vers sa
momies
J. F.
IVA LOWTHER PETERS. - A two years experiment with voca
d tional orientation guidance professionnelle in a woman's dans college un collège (Deux de 'ans d'expériences '
Sem. XXX, 3, 1923, p
permet part, bien femmes des its les vie restera- similaires féminins d aussi et eUècPe°qui carrière orientation Le Naguère industrielle attendaient est universitaire affaires s'offrait les des faut-il premier établi t-il d'espérer de est generations avantages a ont s'engager de encore été ; aujourd'hui trouver les aux un serait l'influence vu bureau des ouvert : economicIue programmes de contact que un le jeunes femmes l'enseignement la ainsi : d'autres jour de meilleur dans sera les d'orientation vie en la fort plus filles aux tabous de d'un 1910 économique l'avenir guerre telles la encombrée carrières Boston). = étroit rendement se Etats-Unis. secours H guerre à (en pénètrent professions d'interdiction 'aut l'issue ont professionnel était relations professionnelle entre parfois à Depuis, qui précieux donc ? l'activité et Sans à de des l'aima a Mais peu médiocrement d'un leurs ont, si agir avec études tendance doute, d'autres souvent près qui de esprit en mater féminine avec études, l'Union graves pour empêchaient le pa?ue la il ; mais seul en beaucoup femme organSns pratique à rapSochéïa et les su'restimer est mais Educatfve rémunérée difficultés • le disparu débouché un d"autrê collée résulté mondé S office cette Que oui les de
velles résultats 44 placé quen sociae d employees L'auteur institutrices; sous bases.juin et jusqu'au obtenus, d'un la 1923. de diverses. direction professeur l'article 12 Le moment gouvernantes, en bureau Mais du ce se sens, doyen d'anglais propose de il est d'orientation la au du guerre. réorganisé 4 collège : de collège, secrétaires il donner, n'a Ainsi, donné Goncher d'un fondé en et à en 1918-19 professeur que titre une 1914-15 en (Baltimore) de demi-douzaine 191 d'exemple ' très sur 3-u de il de maires a science Jaol no " était 'ius les u"
1° On adresse à toutes les élèves de première année un question
des et naire un familiariser double a present portant but à les sur : elles).jeunes renseigner les vocations filles le avec bureau professionnelles les divers pour débouchés les (ce conseils questionnaire Hqui ultérieurs s'offrent e"1 a
l'année psychologiqub. xxiv. o 7 578 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
2° On commence à appliquer les tests psychologiques pour cher
cher ceux qui semblent les plus propres à fournir les épreuves d'ad
mission au collège, pour classer les étudiantes dans les divers cours,
pour dépister leurs aptitudes réelles. D'autre part, le bureau que
dirigent un sociologue et un économiste, s'efforce de fournir aux
élèves qui le demandent, des emplois partiels conformes à leurs apti
tudes et qui leur permettent de poursuivre leurs études, tout en all
égeant leurs frais d'entretien. Cet office de placement se tient en
contact étroit avec les banques, les entreprises industrielles ou com
merciales de la ville, et suit attentivement (grâce à la bonne volonté
de dames patronesses ou d'anciennes élèves déjà placées), les jeunes
filles qui font l'essai de leurs aptitudes. Il va sans dire, que chaque
placement est contrôlé par l'administration académique et approuvé
par le médecin du collège.
En 1921-22, le bureau avait ainsi placé dans des emplois partiels,
163 étudiantes qui ont gagné globalement 2.490 dollars — en 1922-23,
155 élèves ont gagné 5.018 dollars. Les professions ainsi mises à l'essai
ont été : travaux de bureau au collège même (secrétariat), ou dans
les banques et les maisons d'affaires ; sténo- dactylographie ; tél
égraphie ; commerce ; journalisme ; travaux de laboratoire ; sup
pléances dans les écoles, etc.
Quels ont été les répercussions pour les jeunes filles ainsi placées,
sur leur rendement scolaire? Celui-ci ne semble pas en avoir
souffert, puisque en 1922 les « honneurs » les plus recherchés ont été
attribués à des jeunes filles qui avaient travaillé ainsi au dehors
(dans le journalisme, les affaires ou comme répétitrices) pendant
leur première année de collège.
H. L.
A. ' und SCHULHOF. Durchführung — Die psychotechnischer Mitwirkung des Arztes Eignungsprüfungen bei der Ausarbeitung [La
collaboration du médecin dans les examens d'aptitudes). — Prakt.
Psych., 1923, n° 7, p. 222-224.
Le laboratoire de psychotechnique industrielle de l'Ecole supérieure
technique de Charlottenbourg, a envoyé le questionnaire suivant, à
un certain nombre d'entreprises industrielles ayant introduit l'ex
amen d'aptitudes, lors de l'embauchage.
1. La visite médicale est-elle obligatoire lors de l'embauchage
d'un apprenti ou de tout autre candidat ?
2. L'examen psychotechnique est-il dépendant ou indépendant
de l'examen médical ?
3. Le médecin collabore- t-il à l'établissement des tests d'examen ?
4. Le fait- il subir seul des examens psychotechniques ?
5. Le est-il chargé de la surveillance et du contrôle de
ces examens ?
6. A qui revient la direction et la responsabilité de l'examen
psychotechnique : ingénieur, psychologue, médecin ?
7. L'ingénieur est-il assisté d'un psychologue ? le psychologue
est-il assisté d'un d'un médecin ?
8. De quelle manière le laboratoire de psychotechnique est-il
incorporé dans l'organisation de l'exploitation ? PSYCHOLOGIE APPLIQUEE 579
15 maisons sont répondu à ce questionnaire :
Ie question : réponse affirmative.
2e : l'examen psychotechnique est indépendant de l'ex
amen médical.
3. 4. 5 e questions : réponse négative.
6e 7e : Réponses diverses, de préférence en ingénieur.
Cf. n° 6, on insiste sur ce point que dans un certain nombre de cas,
l'ingénieur responsable a fait des études de psychologie.
8e question : Réponses diverses.
J. F.
SANTE DE SANCTIS. — Psicologia délia vocazione. Critica, contri-
buti, linee generah.
Bien qu'il s'agisse d'une étude de 1919, nous estimons devoir la
présenter à nos lecteurs, à cause de l'intérêt du tableau (p. 580),
qui indique quelles aptitudes professionnelles sont à rechercher pour
certains groupes de métiers.
De Sanctis espère déterminer ces aptitudes au moyen de 3 tests :
Tapping, Bourdon, exécution d'ordres, qu'il expérimente 5 ou 6 fois
de façon à établir le courbe d'exercice. Le candidat testé fait alors
un stage de 15 jours. (D'après Z. für Ang. Ps., 21, 4-6, p. 363-364).
J. F.
TH. VALENTINER. — Enfahrungen bei den Eignungsprüfungen
industrieller Lehrlinge im Bremer Institut für Jugendkunde {Const
atations et résultats d'examen d'aptitudes d apprentis d industrie,
organisés à V Institut Brémois pour l'étude de la jeunesse). — Z. f.
pad. Psych., 1923, 5-6, 169-176 ; 7-8, p. 238-244.
L'auteur établit 5 groupes principaux de caractéristiques ou ap
titudes :
1° L'intelligence, qu'il considère d'après la définition de W. Stern
2° La compréhension technique ;
3° L'adresse manuelle : sens du tact, de la pression, de l'articu
lation ; calme de la main ; ambidextérité ;
4° Le coup d'œil, auquel il attribue d'autant plus d'importance
qu'un examen effectué sur 160 sujets, a donné entre le coup d'œil
et l'intelligence une corrélation de -h 0,61 ;
5° Les qualités de caractère : application, ténacité, attention, etc..
Les aptitudes physiques sont déterminées par le médecin scolaire.
L'examen comporte une série d'épreuves semblables à celles qui
ont été présentées ici : celles de Mœde, Stern, Lipmann et Stolzen-
berg, etc. Les résultats obtenus confirment la valeur de la méthode,
puisque dans 90 0/0 des cas, le jugement de l'instituteur était sem
blable à celui de l'expérimentateur (fiche scolaire) et que le class
ement à l'atelier répondait presque unanimement à celui du laborat
oire.
J. F.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.