Cambrai et sa campagne de 1420 à 1450 : pour une utilisation sérielle des comptes ecclésiastiques - article ; n°1 ; vol.26, pg 114-136

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1971 - Volume 26 - Numéro 1 - Pages 114-136
23 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1971
Lecture(s) : 31
Nombre de pages : 24
Voir plus Voir moins

Hugues Neveux
Cambrai et sa campagne de 1420 à 1450 : pour une utilisation
sérielle des comptes ecclésiastiques
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 26e année, N. 1, 1971. pp. 114-136.
Citer ce document / Cite this document :
Neveux Hugues. Cambrai et sa campagne de 1420 à 1450 : pour une utilisation sérielle des comptes ecclésiastiques. In:
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 26e année, N. 1, 1971. pp. 114-136.
doi : 10.3406/ahess.1971.422463
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1971_num_26_1_422463Cambrai et sa campagne
de 1420 à 1450 :
POUR UNE UTILISATION SÉRIELLE
DES COMPTES ECCLÉSIASTIQUES
La saisie globale de l'économie d'une région dans un réseau complet de
mesures comptabilisées, ou de quelques-unes au moins de ses branches d'activité,
est devenue le souci majeur de l'historien ; initié par les économistes, il se tourne
volontiers vers l'étude des flux; il aime à poser les problèmes en termes de croi
ssance К Quoiqu'il en soit, tenu par ses sources, il doit d'abord collecter des indices,
en jauger ensuite la valeur, pour enfin « recoudre tant bien que mal les diverses
pièces du tissu » 2. Dans ce travail, la nature de la documentation, son volume et sa
qualité constituent, évidemment, une des conditions essentielles du succès. Or,
à l'amont du XIXe siècle, au mieux du XVIIIe, les renseignements globaux, puisés
dans les enquêtes ou les statistiques périodiques, se rencontrent de plus en plus
rarement, et font finalement défaut. Force lui est donc de partir, ou d'une variable
qu'il s'agit ensuite d'interpréter (les prix par exemple), ou d'une information non
plus macro-économique, mais micro-économique. Les comptes privés entrent
dans cette dernière catégorie. Mais, le secteur commercial mis à part, ceux qui
1 . Ces préoccupations, très sensibles chez les historiens anglo-saxons, se retrouvent depuis
une quinzaine d'années, en France, dans les travaux sur les XIXe et XXe siècles. En ce qui concerne
les époques antérieures, l'évolution a été lente et progressive, caractérisée par le passage d'études
sur les prix, l'histoire agraire et l'industrie textile, où les professeurs H. Hauser, E. Labrousse,
F. Braudel et J. Meuvret, parmi bien d'autres, jouèrent un rôle déterminant, à des tentatives de
restitution globale des mouvements de l'économie. René Baehrel, le premier, a osé employer le
terme de croissance dans le titre même de sa thèse (R. BAEHREL Une croissance : la Basse
Provence rurale, fin du XVIe siècle - 1789, Paris, 1961). Depuis, la multiplication des publica
tions a permis à Denis Richet d'élaborer récemment une synthèse (D. RICH ET, « Croissance et
blocage en France, du XVe au XVIIIe siècles », Annales E.S.C., 1968, juillet-août pp. 759 à 787).
Nous nous sommes inspiré de tous ces travaux, ainsi que de ceux entrepris par les historiens
belges (nous devons beaucoup à l'œuvre du professeur Van Der Wee) et par les historiens français
de l'époque contemporaine, en particulier les professeurs F. Crouzet et M. Lévy-Leboyer.
2. D. RICHET, art. cit. « Croissance... ».
114 ET SA CAMPAGNE AU XVe SIÈCLE H. NEVEUX CAMBRAI
sont parvenus jusqu'à nous intéressent plus les propriétés que les entreprises, et,
parmi celles-là, la foncière plus que la mobilière, « rentes d'argent » exceptées.
Aussi l'historien s'est-il souvent contenté d'une utilisation fragmentaire ou
anecdotique; il n'a que récemment tenté de regrouper ceux-ci en un faisceau
permettant, sinon une « pesée globale » 3 de l'économie, du moins une pesée
précise de certaines de ses branches. Exceptionnellement, il a recherché des
traces des décisions capitales et, partant, de leurs mobiles profonds. Reprenant
cette problématique (atteindre à partir des comptes privés le macro-économique
et les choix déterminants), cet article se veut donc un essai; il ne prétend pas
être isolé, mais se situer dans une perspective déjà fructueuse que, sur un exemple
limité, il aimerait approfondir.
Le XVe siècle cambrésien répond bien à cette expérience. L'abondance des
comptes ecclésiastiques г permet, au prix d'une sélection, d'appréhender cont
inûment un volume de biens importants et stables; l'Office des grains de la Collé
giale Saint-Géry, l'Office du Grand Métier du Chapitre Métropolitain et l'hôpital
Saint-Julien 2 ont ainsi fourni l'essentiel de la documentation. De plus, des
travaux achevés 3 ou en cours 4 sur des principautés voisines offrent des points de
comparaison; mieux, ils ont orienté le choix chronologique; les années trente du
XVe siècle ne représentent-elles pas, au Brabant, le passage de « the last flowering
of the medieval economy » à « the failure of the medieval economy and the slow
emergence of modern conditions » 5, c'est-à-dire une période de mutation éco
nomique ? Toutefois, afin de mieux saisir une éventuelle transformation, il a paru
préférable d'étendre l'investigation sur une plus longue durée, encadrant ainsi
l'objet même de cette recherche : dix ans à l'amont, dix ans à l'aval : Cambrai et sa
campagne de 1 420 à 1 450 e.
/. Les indices: élaboration
Les trois séries de comptes retenues livrent des indices d'intérêt et de signi
fication inégaux pour la reconstruction de l'économie cambrésienne.
1. P. CHAUNU, Cahiers Vilfredo Pareto, n° 15, Genève, 1968, pp. 135-164.
2. Sur cette abondance, nous nous expliquons dans un article à paraître dans le cadre de
l'enquête entreprise par la VIe Section de l'École Pratique des Hautes Études sur le bâtiment :
H. NEVEUX, « Recherches sur la construction et l'entretien des maisons à Cambrai, delà fin du
XIV" siècle au début du XVIIIe ».
3. Archives départementales du Nord ; comptes de :
— l'Office des Grains de la Collégiale Saint-Géry : 7 G 2721 et suiv.; — l'Office du Grand
Métier du Chapitre Métropolitain : 4 G 4996 et suiv.; — l'hôpital Saint-Julien : 172 H 53 et suiv.
4. H. VAN DER WEE, The growth of the Antwerp market and the european economy, La Haye,
1963. Voir aussi, outre les ouvrages classiques mais toujours utiles de H. Pirenne et G. Espinas :
H. VAN DER WEE, « Typologie des crises et changements de structures aux Pays-Bas (XVe-
XVIe siècles) », Annales E.S.C., 1963, pp. 209-227; L GÉNICOT, L'économie rurale namuroise
au Bas Moyen Age, Louvain, 1943 et 1960; A. VERHULST, « rurale dans la Flandre
et la crise économique du Bas Moyen Age », Études Rurales, n° 10, 1963; E. COORNAERT, La
draperie-sayetterie d'Hondschoote (X/Ve-XV//e siècles). Rennes, 1930.
5. En particulier le travail prêt d'aboutir de G. SIVERY sur les structures agraires du Hainaut
à la fin du Moyen Age.
6. H. VAN DER WEE, op. cit.. The growth..., tome 2, 1 re partie, chapitre 2 et 3, pp. 31 -88.
7. Le comté de Cambrésis appartient à l'évêque de Cambrai et relève immédiatement de
l'Empereur. Comme il ne coïncide pas avec le plat pays qui entoure la ville dans un rayon d'une
115 HISTOIRE QUANTITATIVE
Fig.1_ INDICES D'ACTIVITE
250— г
Bâtiment civil
Emploi
Coût moyen de la journée de travail
STJuliert
о 5Т Gery
Indice 100-1427/ CAMBRAI ET SA CAMPAGNE AU XV SIÈCLE H. NEVEUX

Fig.2-EMPLOt
INDICE 100 -1427/23-. 1429/ 30 200-
142 0/21 /51 HISTOIRE QUANTITATIVE
Fig.3
PRIX DES CEREALES
200-,
1420 1430 1440 1450
(Juillet) (Juillet) ET SA CAMPAGNE AU XVe SIÈCLE H. NEVEUX CAMBRAI
Fig. 4 - PRIX
INDICE 100-1427/28-1429/30
150—,
142 145(/51 HISTOIRE QUANTITATIVE
Fig. 5
SALAIRES
150-j
—Couvreur de tuiles
Plaqueur
100- 150
50- 100
Indice 100 1 142^28-142^30
-150— i -50
-^.Charpentier
... Maçon
-100-
-50-J
-120
Façon du sarrau
80
-60-
1420/21 1430/31 1450/51 1440/41
i i i i t I i i i i i i i i i t II] L
-150-1
— Faucheur d avoines
-.Jsemeur— 50-
Ëte 1420 1430 Eté 1440 ЕГе 450
j_j_ tiii l i I i I I I I I I CAMBRAI ET SA CAMPAGNE AU XVe SIÈCLE H. NEVEUX
Fig.6
MAIN D'CEUVRE DU BATIMENT
-150
Coût de la journée de travail
100 150-
-100- 50
v Charpenterie
L— Maçonnerie
Indice 100: 1427/28-1429/^0
50- -150
100
_ Couverture de tuiles
— Plaquerie
1430/31 1440/41 I*
i i i i fit I Г J I l t i LLL, I I I
Répartition des jours de travail
3 4 5 1 2
D m • a 1 • 0 О 1420.1429
■ O< • О P 1430-1439
□ ■ • 01 IDI 1 О 1440-1449
Charpentier
1 - Bâtiment
Maçon 2- Charpenterie
Couvreur D 3- Maçonnerie
Plaqueur
4 - Couverture de tuiles
Manouvrier
5- Plaque rie H1ST0ÍRE QUANTITATIVE
.7. DIVERS
INDICE 1Q0-1427/28-1429/30
1—120
Valeur de la couronne d'or
de France sn monnai® de -100
Cambrai
l'Hôpital STJulien
Recette brure 150 — pour vente-s
Д de ce're'ales
\
V50
Maisons de l'Hôpital STJulien
Loyers 16 maisons du centre (brand Métier)
80—
60 —
Fosses creusées pour Les
pauvres morts à
l'Hôpital STJulien dans
Taířre ST Fiacre
(bonrre'es brutes)
142 5/21

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.