Caractère. Types. Corrélations psycho-physiologiques. Anormaux sensoriels. - compte-rendu ; n°1 ; vol.35, pg 399-410

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1934 - Volume 35 - Numéro 1 - Pages 399-410
12 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 1934
Lecture(s) : 17
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins

a) Caractère. Types. Corrélations psycho-physiologiques.
Anormaux sensoriels.
In: L'année psychologique. 1934 vol. 35. pp. 399-410.
Citer ce document / Cite this document :
a) Caractère. Types. Corrélations psycho-physiologiques. Anormaux sensoriels. In: L'année psychologique. 1934 vol. 35. pp.
399-410.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1934_num_35_1_5294PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE 399
410. — A. KIBSSLING. — Der Unfug als jugendpsychologische
Erscheinung (La dissipation, comme un phénomène psychologique
des adolescents). — Z. für päd. Ps., XXXV, 3, 1934, p. 109-113.
La dissipation serait l'action sociale typique de l'adolescent.
Elle se caractérise par une tendance joyeuse, non égoïste, elle est
dirigée contre un certain ordre, ou contre le représentant de cet
ordre, ce serait l'expression des tendances destructives de
B. N.
411. — B. B. HURLOGK et E. R. KLEIN. —Adolescent « crushes »
(Passions juvéniles). — Child dev., V, 1934, p. 63-80.
Un questionnaire sur l'existence, la durée, l'objet des passions
juvéniles, sur l'âge auquel on les observe, leur caractère homo- ou
hétéro-sexuel, les qualités attractives de la personne aimée, l'attitude
et le caractère du sujet, les conditions de milieu et d'éducation, etc.,
a reçu 559 réponses. Les professeurs et directeurs de conscience ont
été moins souvent qu'on ne le croit les objets de ces passions. L'homos
exualité tend à décroître à mesure que les conditions d'éducation
nouvelles élargissent les rapports sociaux entre les sexes. Cette étude
contient un certain nombre de remarques intéressantes pour la psy
chologie différentielle des sexes. P. G.
4° Psychologie différentielle
a) Caractère. Types. Corrélations psycho-physiologiques
Anormaux sensoriels1
412. — W. BERARDINELLI. — Noçoes de biotypologia (Notions de
biotypologie). — 2e éd., Rio de Janeiro, 1933, 343 pages, 11 illustr.
Très utile aperçu général des principales doctrines et classifica
tions constitutionnistes, l'accent étant posé sur les types somatiques
d'après Sigaud, de Giovanni et Benecke, Viola, Pende, Barbara,
Walter Mills. Pour la partie psychologique, renseignements som
maires sur la classification de Pende, un peu plus complets sur celle
de Kretschmer. Dans les 100 dernières pages on trouvera un bon
répertoire, présenté sous une forme très succincte, des problèmes
médicaux, psychiatriques, d'orientation professionnelle, etc., dans
la solution desquels on a déjà essayé de faire appel à la notion de
constitution et aux classifications existantes. E. S.
413. — G. VIOLA. — La costituzione individuate (La constitution
individuelle). — Vol. I, xx-460 pages, vol. II, v-397 pages,
graphiques, illustrations, taolea ix dans le texte et h. -t., Bologne,
1933. — G. VIQLA. — Semeiotica délia costituzione (Séméiologie
de la constitution). — Extr. du Trattado di semeiotica du même
auteur, Milan, 1933, p. 861 à 1109, graphiques, tableaux, illu
strations.
Le premier de ces 2 ouvrages renferme les études que 1 'eminent
savant italien a fait paraître depuis quelques dizaines d'années et
qui donnent un tableau complet de ses recherches, découvertes et
1. Voir aussi les N°» 57, 459, 717, 1117, 1146, 1248. 400 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
doctrines dans le vaste domaine de la science des constitutions.
Depuis que Kretschmer a posé de nouveau le problème des corréla
tions somato-psychiques, la connaissance des structures corporelles
présente un intérêt indéniable pour le psychologue qui trouvera dans
les travaux de Viola les connaissances indispensables pour aborder
cette passionnante et redoutable question. La classification du clini
cien de Bologne coïncide, dans ses traits essentiels, avec celle du
psychiatre allemand ; du moins, ses types extrêmes, les micro- et
mégalosplanchniques bien caractérisés, correspondent respectivement
aux asthéniques-leptosomes et pycniques. Seulement, tandis que
Kretschmer a posé l'accent sur le côté psychologique de sa classif
ication, en négligeant quelque peu le côté anthropologique, pour lui
essentiellement descriptif, Viola veut faire reposer la détermination
des types corporels sur une technique aussi précise que possible, stri
ctement métrique. Esprit admirablement clair, il a su non seulement
élaborer, mais aussi présenter avec une netteté parfaite un système
anthropométrique assez complexe, appuyé sur de solides étalonnages.
Pourtant, ce système, dès qu'on en a assimilé les principes, devient
parfaitement maniable, comme nous avons pu nous en convaincre en
l'appliquant. Signalons que pour le psychologue n'ayant pas reçu de
formation anthropologique spéciale, il offre des avantages sérieux,
l'apprentissage de l'anthropométrie ne présentant pas des difficultés
insurmontables. Toutefois, il nous semble que le psychologut qui se
trouverait dans cette situation devrait s'abstenir de diagnostiquer les
cas qui se rapprochent des valeurs centrales et des indices moyens
(normotype) car, croyons-nous, ici les données descriptives, dont
l'évaluation est beaucoup plus difficile, permettent encore de diffé
rencier des types moins prononcés, mais nets, que la simple mensurat
ion ne décèle pas ou des types mixtes. Par ailleurs, même chez les
individus qui se situent aux deux pôles de la série typologique de
Viola on peut découvrir parfois des traits discordants, propres au
type opposé. Seulement, s'il est utile d'en tenir compte ici, ils n'empê
chent pas le diagnostic de la constitution qui, dans ce cas, peut être
basé sur l'anthropométrie seule. D'ailleurs, quoique Viola voudrait
qu'il en fût toujours ainsi, il ne néglige pas les données morpholog
iques, illustrées par d'excellents clichés.
Le deuxième ouvrage, la Semeiotica, résume les données théori
ques fondamentales et toute la technique proposée par l'auteur, aussi
bien que sa méthode, très intéressante, d'évaluation des résultats,
aboutissant au diagnostic individuel. Signalons que l'auteur italien
admet pour ses types, décelés avec une méthode tout à fait différente,
les corrélations somato-psychiques que Kretschmer a proposées pour
les structures du corps décrites par lui à une époque sensiblement
plus récente. E. S.
414. — G. H. FISHER. — Die Herleitung der Typen amîunktionellen
und strukturellen Zusammenhängen (La déduction des types à
partir de relations fonctionnelles et structurales). — Z. f. Ps.,
GXXXIII, 1934, p. 222-232.
La classification des types doit partir non du recensement d'un
certain nombre de caractères psychiques isolés, mais de la notion PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE 401
de la personnalité totale, de l'organisation considérée dans ses qualités
et dans ses degrés. On aboutit ainsi, dans le système de Jaensch, à
une sorte de perspective à plusieurs dimensions.
Au point de vue quantitatif, on distinguera des désintégrés et des
intégrés. Au point de vue qualitatif, on tiendra compte des directions
dans lesquelles se fait l'intégration, à l'intérieur (J3) ou à l'extérieur
(J 2) ; celle-ci peut être stable (J) ou instable (S). On peut encore
considérer comme noyaux, de l'intégration certaines fonctions :
perception et expression externes (Jl), représentation idéale (J2),
fonction vitale et volonté (J3), vie sentimentale et profonde (J2-J3).
Chez les synesthésiques, on distinguera, de ce point de vue, le type
asthénique Si (imagination et fantaisie) et le type sthénique S2 (vie
pratique et volonté, mais avec instabilité et incohérence) . P. G.
415. — H. LAUGIER, E. TOULOUSE et D. WEINBERG. —
Biotypologie et classification scolaire. — C. R., GXGVIII, 1934,
p. 980-983.
Après examen de 127 écoliers de 10 ans 1/2 d'âge moyen, à des
points de vue très variés (d'après un scheme d'examen biotypolo-
gique complet), la comparaison des résultats avec la réussite scolaire
montre que les meilleurs élèves (qui sont les plus jeunes) présentent
une certaine infériorité physique en moyenne, contrastant avec la
supériorité psychique.
Un profil général (moyenne, bons élèves, mauvais élèves) avec
unification des mesures par emploi, comme unité, de l'écart réduit,
est donné pour les 10 séries de mesures psychologiques, les 11 anthro
pométriques (morphologiques), les 8 physiologiques et les 10 notations
médicales (5 de psychiatrie et 5 de pathologie générale). H. P.
416. — PIERRE ABRAHAM. — Une figure, deux visages. — Nouv
elle revue française, XXII, 1934, p. 409-429 et 585-614 (73 figures).
— Sur la dissymétrie latérale de la figure humaine. — J. de Ps.,
XXXI, 1934, p. 587-596.
De ces 2 études, la première, illustrée de nombreuses photograp
hies, insiste surtout sur les faits, la seconde sur l'interprétation
qu'en propose l'auteur. Une technique photographique ingénieuse
fait ressortir que les 2 demi-visages droit et gauche présentent dans
leur structure et dans leur expression une dissymétrie beaucoup
plus grande et plus générale qu'on ne s'y attendrait. Il semble que la
demi-figure de gauche soit, pour le sujet, celle de son être social,
la de droite celle de son être intime.
La coexistence suggérée de la sorte d'une personnalité de contact
et d'une personnalité profonde chez le même individu entraînerait
des conséquences intéressantes pour le langage, dont le centre cérébral
est placé à gauche par les physiologistes, pour l'éducation, pour l'ana
lyse des activités artistique, littéraire et scientifique, pour les rapports
réciproques entre les activités mentales internes et externes, entre
l'individu et son milieu professionnel et social. G. -H. L.
417. — J. A. GRAB TREE. — Physiognomy of Personal : the facial
Characteristics of a factory Staff (Physionomie du personnel :
L'ANNÉE PSYCHOLOGIQUE. XXXV 26 402 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
les caractéristiques faciales des employés supérieurs). — Char.
and Pers., II, 4, 1934, p. 330-336.
L'auteur a tenté en comparant les profils d'individus groupés par
spécialité professionnelle dans une entreprise, d'arriver pour chaque à un seul profil synthétique et caractéristique.
Il a poursuivi ses recherches pendant 4 ans et sur 7 à 800 sujets,
et nous propose en définitive 4 types de profils ainsi composés pour
le chef de service, le sous-chef de service, le vendeur, l'ouvrier spécial
isé.
J. A. G. souligne l'intérêt qu'il y aurait à répéter cette expérience
à intervalles réguliers et à essayer de déterminer ainsi certaines
corrélations entre les caractéristiques physiques et les emplois.
H. A.
418. — K. T. OMWAKE, B. S. DEXTER et L. W. LEWIS. — The
inter relations of certain physiological measurements and aspects
Of personality (Les rapports entre certaines mesures physiologiques
et certains aspects de la personnalité). — Char, and Pers., III,
1, 1934, p. 64-71.
92 élèves d'un collège furent soumis aux épreuves suivantes :
mesure du métabolisme basai, mesure de la pression sanguine, du pouls. En outre, on releva pour la majorité d'entre eux
leur niveau intellectuel, leur niveau scolaire et les caractéristiques
essentielles de leur personnalité.
Toutes les épreuves physiologiques présentèrent une assez basse
corrélation positive (0,133 à 0,480). Et d'une façon générale les résul
tats de ces épreuves sont sans rapport pratique avec
ceux des différentes mesures de la personnalité. H. A.
419. — O. BOBERTAG. — Bemerkungen zum Verifikationsproblem
(Remarques sur le problème de la vérification). — Z. für ang. Ps.,
XLVI, 3-4, 1934, p. 246-249.
Jusqu'à quel point est-il possible et est-il utile d'établir la carac
térologie d'un individu ? Notre connaissance d'un individu reste,
dans 99 % des cas, diffuse et vague ; car les hommes sont, dans leur
attitude globale envers eux-mêmes et envers autrui, déterminés par
toutes sortes de jugements, par des antipathies et des sympathies,
ce qui empêche la formation d'une image nette, bien organisée de la
personnalité. Il n'est donc pas étonnant que la plupart des systèmes
de caractérologies universelles soient d'une valeur bien douteuse.
H. L.
420. — M. DESSOIR. — Charakterologische Typen (Types caracté-
rologiques). — Ind. Psychot., XI, 3, 1934, p. 71-76.
L'auteur distingue 3 types caractérologiques : 1) L'homme à
mentalité primitive, qui végète, sans s'occuper des différents pro
blèmes de la vie ; 2) L'homme qui ne recherche dans la vie que son
propre plaisir, et qui évite soigneusement tout ce qui peut troubler
son équilibre et son bonheur ; 3) Enfin, l'homme actif, créateur,
qui prend part et réagit à tous les tourments de sa vie et de celle
des autres. B. N. PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE 403
421.— A. EHRHARDT. — Experimentelle Beiträge zu den Zusam
menhangen zwischen Konstitution und Struktur (Contribution
expérimentale sur la relation entre la constitution et la structure
psychique). — Ind. Psychot., XI, 2, 1934, p. 57-59.
500 étudiants furent classés d'après leur type constitutionnel.
L'examen psychologique a montré qu'à ces types de constitution
physique correspond une structure psychique déterminée. Ainsi :
I. Le cyclothyme se montre ouvert à des impressions extérieures,
et réagit d'une façon simple. II. Le schizothyme est plus égocentrique.
III. Le type « respiratoire » (Sigaud) est assez égocentrique, mais en
même temps émotionnel. IV. Le type cérébral est le type le plus
différencié au point de vue psychique. B. N.
422. — A. GOWAN et M. FOULKE. — Variation in susceptibility
to the conditioning of inhibition as an index of constitutional type
(La Variation dans la susceptibilité à V inhibition conditionnelle
comme indice d'un type de constitution). — Child dev., V, 1934,
p. 201-206.
L'inhibition est définie comme un délai ou une cessation de
l'activité, dans les conditions où elle se produisait auparavant, sous
l'influence d'une cause interne. Le sujet doit réagir positivement, en
pressant sur une clef, à différents signaux lumineux ou sonores,
excepté pour le signal vert. Or, celui-ci est toujours précédé du signal
blanc qui peut devenir par conséquent un inhibiteur conditionnel
(ce qui se traduira par un retard de la réaction à ce signal blanc).
Or les sujets se répartissent à cet égard en 3 groupes qui se différen
cient nettement dès le début de l'expérience. Dans l'un des groupes
extrêmes prédomine l'inhibition, dans l'autre l'inhibition, insuffisante,
est masquée par le développement d'une tendance à l'accélération
de la réaction, due aux effets de l'exercice. Les mêmes enfants,
examinés 3 ans plus tard, se montrent remarquablement constants.
Il s'agit donc d'aptitudes constitutionnelles. Les résultats du test
sont parfois en désaccord avec ce qu'on sait de la vie des enfants ;
mais il faut dire que la vie sociale et affective fait intervenir des
formes d'inhibition beaucoup plus énergiques. P. G.
423. — PH. LERSGH. — Grundriss einer Charakterologie de
Selbstes (Précis d'une caractérologie du moi). ■ — Z. für ang. Ps.,
XLVI, 3-4, 1934, p. 129-169.
L'auteur examine les phénomènes du « moi » et les phénomènes
du sentiment du moi en les classant en un grand nombre de caté
gories, et en citant quelques exemples de la littérature. Il insiste
surtout sur le sentiment de la valeur de soi-même avec ses possibilités
d'extension et de diminution. A propos du sentiment de « moindre
valeur » il traite du problème de la pudeur. H. L.
424. — W. BERARDINELLI et J. I. MENDONÇA. — Biotipologia
criminal (Biotypologie criminelle). — Rio de Janeiro, 1933,
1 vol. de xvi-183 pages et 5 grav. h. t.
Les auteurs suivent de près les doctrines et classifications des
biotypologistes italiens Viola, Pende et Barbara et ils tiennent égale- 404 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
ment compte des caractéristiques descriptives (morphologiques)
signalées par Kretschmer. Ils suivent Pende et Kretschmer aussi dans
la classification des corrélations somato-psychiques. Pour ce qui
est des tâches spécifiquement criminologiques de la biotypologie,
les auteurs renoncent à la conception lombrosienne de Vhomo delin-
quens : le criminel n'est pas un type, mais plutôt un cas atypique.
Ces principes guident le travail à l'Institut d'identification du Brésil,
dirigé par M. L. Ribeiro, qui a préfacé l'ouvrage. • E. S.
425. — N. ROJAS. — Psicologia del « latero » (Psychologie du
« bavard »J. — Rev. de crim., XXI, 124, 1934, p. 443-457.
Dans cette communication, faite à la société de psychologie
de Buenos-Ayres, l'auteur esquisse une sorte de typologie. Le « ba
vard » n'est pas un grand causeur qui a beaucoup de choses à dire,
c'est « un inflationniste pur du monde intellectuel » qui commet des
excès oraux tout en n'ayant que des idées insignifiantes. Cette infi
rmité est surtout masculine, elle est caractérisée par une certaine
lourdeur qui reste étrangère au frivole bavardage féminin. L'A. dis
tingue 3 types constitutionnels auxquels correspondent 3 variétés
de « bavards ». Le « bavard » hypersthénique, de grande taille, de
tempérament « congestif », sanguin, optimiste, parleur superficiel
et naïf, inconstant, sans culture profonde en dépit des études évent
uelles, franc, souriant, grossier par excès de politesse. C'est une forme
exagérée de l'extroverti de Jung.
Au pôle opposé se place le type asthénique : c'est le « causeur
silencieux », de grande taille, pâle, presque timide, qui « prépare »
sa victime avec une courtoisie exquise, qui ne prend la parole qu'avec
quelques élus et au moment qui lui paraît opportun, qui écoute avec
bienveillance les interrupteurs pour reprendre aussitôt son discours
monotone et interminable.
Le troisième type, le bréviligne, intermédiaire au point de vue
somatique, est un parleur malveillant, qui ne cesse de médire des
autres que pour parler de soi-même. Il n'est ni franc et optimiste,
comme le premier, ni innocent et humble, comme l'asthénique. De
même que les deux autres types, il présente plusieurs variantes.
Des considérations d'ordre théorique complètent ces descriptions.
Le « bavard » bréviligne semble compenser par la parole ses défauts
physiques (petite taille), suivant la conception adlérienne ; les deux
autres types compensent leur insuffisance intellectuelle ou leur
incapacité d'agir. E. S.
426. — S. ROSENZWEIG. — Types of reaction to frustration
(Types de réaction à la frustration). ■ — J. of Abn. Ps., XXIX, 3,
1934, p. 298-300.
Classification théorique de « types aperceptifs de réaction cons
ciente à la frustration », base possible de recherches expérimentales :
Dans une situation comme : N'être pas reconnu par un ami,
volontairement, dans la rue, un premier type « extraprimitif »,
éprouve de l'indignation et de la colère, et blâme les autres : « vous
m'avez fait une saleté, je vous rattraperai ». Un deuxième type,
« introprimitif », éprouve de l'humiliation et de la culpabilité, et se PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE 405
blâme lui-même : « Comment ai-je pu faire cela ! Je ne me le par
donnerai jamais. » Enfin un troisième type, « impunitif », éprouve de
l'embarras et de la honte, et pardonne : « Gela ne pouvait être évité.
Que le passé soit le passé. »
Les deux premiers types sont agressifs, le troisième erotique.
J. F.-W.
427. — J. SCHMIDT. — Das Verhalten der Menschen bei objectiv
nicht erfüllbaren Aufgaben, die aber subjectiv als erfüllbar angese
hen werden (Le comportement des hommes dans des problèmes objec
tivement- insolubles, mais qui paraissent possibles subjectivement) .
— Z. f. Ps., CXXXIII, 1934, p. 306-357.
Une règle suspendue à un portique peut se détacher et tomber
par une manœuvre invisible de l'expérimentateur. Les sujets doivent
l'attraper avant qu'elle n'ait touché terre ; mais le succès est imposs
ible à la distance où ils se trouvent de l'appareil ; cependant ils ont
fixé eux-mêmes cette distance, pour laquelle ils ont le sentiment
direct de pouvoir réussir l'épreuve. Certains persévèrent longtemps
dans leurs tentatives ; leurs attitudes physiques et psychiques
passent par des stades bien définis. Les difficultés leur apparaissent
peu à peu ; ils modifient leur méthode, tâtonnent, réfléchissent, se
passionnent, se découragent, etc. On peut décrire un certain nombre
de types : le spontané, dont l'activité confiante et irréfléchie prend
des formes très variées et dont l'entrain ne disparaît que tardive
ment ; l'apathique, qui est l'opposé du précédent ; le bon élève, qui
s'applique à s'instruire par ses résultats, à modifier sa méthode,
soutenu par un intérêt plus technique que personnel : le poseur, qui ne
pense qu'à produire sur les témoins une impression avantageuse ;
le tenace, persévérant dans un travail auquel il ne s'intéresse pas
d'ailleurs ; le tranquille qui poursuit son effort sans passion et sans
défaillance, etc. Prudemment, l'auteur met en garde contre la géné
ralisation des données de ce test et suggère que les résultats sont
fonction des caractères, mais aussi des tests eux-mêmes.
P. G.
428. — J. PAGE. — Introversion-extraversion and the functional
psychoses ( L 'introversion, V extroversion et les psychoses fonctionn
elles). — J. of appl. Ps., XVIII, 3, 1934, p. 478-488.
Les tests de Heilbreder et de Neymann- Kohlsted ont été appliqués
à 50 individus normaux, à 50 circulaires et 50 schizophrènes (il
s'agit, en réalité, de 2 questionnaires, tendant à mettre en lumière
l'introversion et l'extro version). Il résulte que les individus normaux
donnent des indices d'extroversion plus élevés que les malades
circulaires, ceux-ci sont plus extrovertis que les schizophrènes. Les
2 catégories de psychopathes se rapprochent davantage l'une de
l'autre que des individus normaux, ceux-ci se rapprochent beaucoup
plus des circulaires que des schizophrènes. Les circulaires maniaques
ont, pendant l'application du questionnaire, une attitude active,
gaie, ils sont accessibles et répondent vite et avec assurance. Les
circulaires déprimés sont également accessibles et ouverts, mais ils
réagissent avec une certaine lourdeur. Les schizophrènes, en réponr 406 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
dant, font preuve de méfiance, parfois d'hésitation ou de persévé
rance. Ils répondent en baissant la voix, les temps de réaction sont
ralentis.
Quant aux corrélations somatopsy chiques, on a trouvé, conformé
ment à la doctrine de Kretschmer, que les malades de constitution
asthénique tendent à l'introversion beaucoup plus que les pycniques.
Mais ces corrélations n'ont été étudiées que sur 24 sujets de consti
tution jugée pure. E. S.
429. — W. WILLEMSE. — Typologische Untersuchungen über das
Verhalten von jugendlichen Psychopathen in Konfliktssituationen
(Recherches typologiques du comportement de jeunes psychopathes
dans des situations de conflit). — Z. für ang. Ps., XLVI, 5-6, 1934,
p. 273-357.
L'auteur passe en revue les systèmes typologiques. Il montre
l'importance des théories dynamiques qui ne se contentent pas des
phénotypes mais essaient d'expliquer l'agissement dynamique, l'ac
tion comme totalité dans ses relations mutuelles. Le problème de
l'influence mutuelle du développement intérieur et des facteurs de
l'ambiance est particulièrement mis en lumière.
Ce qui importe pour ce développement, ce sont les crises et les
conflits. L'auteur a imaginé des tests où les sujets, des psychopathes,
se trouvent en face de situations susceptibles de les mettre en conflit.
Il n'y avait que 35 % des sujets qui montraient une tendance nette
à avoir des conflits ; ce sont les timides et sensibles. L'auteur leur
oppose le groupe des « sans conflits » qui se compose des types « hyper-
thymes » et du groupe des « liés ». La façon dont ils dévient de l'action
demandée vers une action compensatrice est significative pour les
différents groupes. De même il y a intérêt à examiner de près le
comportement lorsque la facilité de la tâche rassasie vite les sujets, et
les réactions émotives provoquées par l'épreuve de la « chaise élec
trique ».
L'auteur essaie de trouver les types anthropométriques qui
correspondraient à ceux qu'il a établis, et examine l'influence que
l'ambiance exerce sur eux. H. L.
430. — T. PROUT et L. H. ZIEGLER. — A study in psychobiology
(Étude de Psychobiologie). — Am. J. of P., mai 1934, p. 1227-1236.
Le point de vue psychobiologique est celui qui considère la vie
comme un tout qu'il est oiseux de diviser en « mental » et en « phy
sique ». Pour éprouver ce point de vue, les auteurs ont fait 7 leçons
dans lesquelles ils ont traité les problèmes de la vie comme une unité
indivisible. Ils les ont exposés à 21 étudiants de médecine, dont
2 femmes. Ils ont demandé ensuite à ces d'écrire l'histoire
de leur vie dans laquelle ils devaient discuter franchement et libr
ement tous les problèmes qui les ont préoccupés durant leur existence.
Ces autobiographies ont révélé aux auteurs maints problèmes psychia
triques et éducatifs. Le classement de ces autobiographies leur a
montré avec quelles méthodes et dans quelles conditions les hasards
de la vie ont été surmontés ou rationalisés. J. A. PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE 407
431. — E. DE BODA. — Pour la solution du problème psychologique
du génie. — J. de Ps., XXXI, 1934, p. 635-640.
Le génie est la manifestation d'une personnalité à part, d'une
« variation extrême » spéciale et supérieure. La constitution géniale
est caractérisée par une grande impressionnabilité psychique et par
un ensemble de qualités intellectuelles, dont l'opération n'est pas
nécessairement consciente. Elles peuvent se réduire à 3 principales,
qui d'ailleurs s'impliquent mutuellement, le sens des essences, le sens
de la profondeur et le sens des synthèses. Elles ont comme consé
quence l'originalité et la spontanéité, et déterminent même la
conduite pratique et la vie affective. Bien que certains des traits
caractéristiques du génie se retrouvent dans les psychoses, le génie se
distingue de la folie en ce qu'il est toujours positif et créateur.
G.-H. L.
432. — V. LIANDA. — Correlations of animal and vegetative reac
tions (Corrélations de réactions de la vie végétative et animale). —
J. of exp. Ps., XVII, 1934, p. 862-877.
On enregistre les réactions galvanométriques dues soit à des
excitants directs, inconditionnels, soit à des excitants conditionnés
par un dressage préalable. Ces derniers sont ou des réflexes conditionn
els proprement dits, ou des réponses apprises convenues d'avance.
On peut alors distinguer l'effet propre des excitants de leur effet
conditionnel. La couleur, lorsqu'elle annonce un choc, a un
galvanométrique beaucoup plus prononcé que son effet propre et
direct. Cette efficacité, une fois acquise, n'appartient pas au stimulus
couleur pris isolément, mais il est fonction de la situation totale ;
il s'affaiblit quand, au lieu de mettre la main sur la clef qui donne le
choc électrique, le sujet la pose simplement sur la table. En étudiant
les réactions galvanométrique et respiratoire, L. croit pouvoir inter
préter au point de vue caracterologique les différences observées entre
ses sujets ; mais les groupes sont peu nombreux et les corrélations
paraissent de valeur médiocre. P. G.
433. — C. HERRERA MARTINEZ. — Contribution al estudio
bioantropologico de los menores Peruanos en estado de abandono
(Contribution à Vétude bio-anthropologique des enfants abandonnés
péruviens). — Arq. M. L. L, IV, 9, 1934, p. 16-22.
Sur 100 sujets âgés de 8 à 22 ans, l'auteur a trouvé 57 pycniques
(dont 52 purs), ce qui correspond aux résultats des autres recherches
qui prouvent la prépondérance numérique de cette structure corpor
elle au sein de la population péruvienne. Cette prépondérance
existerait aussi chez les enfants des différentes races représentées
dans la série étudiée par l'auteur, mais celle-ci comprend 69 métis,
de telle sorte que les autres groupes « raciaux » (blancs, nègres, indiens)
sont représentés par des effectifs exigus qui, croyons-nous, ne sau
raient être pris en considération. En outre, on éprouve une certaine
hésitation devant l'application des critères kretschmériens à des
enfants de 8-13 ans, notamment en ce qui concerne le diagnostic de
la constitution pycnique qui, d'après Kretschmer, même chez

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.