Choix dans l'alternative et recherche de covariation - article ; n°3 ; vol.86, pg 383-402

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1986 - Volume 86 - Numéro 3 - Pages 383-402
Résumé
L'heuristique de la base mobile est un modèle de traitement de l'information qui a été proposé (Mullet, 1985) pour rendre compte du comportement d'experts placés dans une situation de choix dans l'alternative. Ce modèle peut être considéré comme l'illustration d'une stratégie globale souple réalisant un compromis entre la capacité de traitement limitée de l'expert, son souci de fiabilité et de justifiabilité (vis-à-vis d'autrui et de lui-même) et la nécessité pour lui d'être en mesure de prendre une décision dans le plus grand nombre de cas.
C'est très précisément une des implications de la mise en œuvre de cette heuristique qui est testée : la sensibilité des experts aux covariations locales entre valeurs d'attributs décrivant les options composant l'alternative. Cet effet apparaît tout à fait notable et significatif. Il illustre le fait que la stratégie mise en œuvre par les experts ne dépend pas totalement de l'importance que ceux-ci accordent en général à tel ou tel attribut ou groupe d'attributs. Elle est également dépendante de ce que l'expert observe dans chaque cas particulier. Il se produit un phénomène d'interaction plus ou moins prononcé entre certaines caractéristiques du sujet (importance accordée aux attributs), et certaines caractéristiques de la tâche (la structure des différences entre options dans cette étude), ce que permettait de prédire l'heuristique de la base mobile, à la différence d'autres modèles plus simples.
Mots clés : situation de choix, stratégie, traitement de l'information.
Summary : Choice between two alternatives and the search for covariations.
The « mobile basis heuristic » is an information processing model which has been proposed (Mullet, 1985) to account for the behavior of experts working in a familiar situation of choice between two alternatives. The heuristic appears as a possible illustration of a flexible strategy, a strategy which achieves a compromise between the limited processing capa-cities of the experts, their concern with reliability and justifiability (in relation to others and in relation oneself) and the necessity to make a decision in most of the cases. One implication of the use of such a strategy is tested : the sensitivity of the experts to the local covariations between the attributes describing the alternatives. The covariations between attributes were systematicaly manipulated ; in some cases, attributes a and b were in perfect covariation, in other cases, attributes b and c or attributes a and c... If the experts process information in a purely disjunctive or lexicogra-phical way or in a purely conjunctive way, there are no reasons why they would be sensitive to the manipulation of the covariations. If the experts process information in a way that is at the same time conjunctive and disjunctive, as postulated in the movitig basis heuristics, they may be sensitive to such an effect. A significant covariation effect is observed. This effect illustrates the fact that the strategy used by the experts depends not only on the importance they give to the different attributes but also on what is observed in each particular case. There is an interaction between some of the experts charac-teristics (importance given to the attributes) and some of the characteristics of each data structure corresponding to each comparison (local covariation between attributes). This is exactly what the mobile basis heuristic predicted.
Key words : choice basis, strategy, process information.
20 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1986
Lecture(s) : 13
Nombre de pages : 22
Voir plus Voir moins

Etienne Mullet
Choix dans l'alternative et recherche de covariation
In: L'année psychologique. 1986 vol. 86, n°3. pp. 383-402.
Citer ce document / Cite this document :
Mullet Etienne. Choix dans l'alternative et recherche de covariation. In: L'année psychologique. 1986 vol. 86, n°3. pp. 383-402.
doi : 10.3406/psy.1986.29156
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1986_num_86_3_29156Résumé
Résumé
L'heuristique de la base mobile est un modèle de traitement de l'information qui a été proposé (Mullet,
1985) pour rendre compte du comportement d'experts placés dans une situation de choix dans
l'alternative. Ce modèle peut être considéré comme l'illustration d'une stratégie globale souple réalisant
un compromis entre la capacité de traitement limitée de l'expert, son souci de fiabilité et de justifiabilité
(vis-à-vis d'autrui et de lui-même) et la nécessité pour lui d'être en mesure de prendre une décision
dans le plus grand nombre de cas.
C'est très précisément une des implications de la mise en œuvre de cette heuristique qui est testée : la
sensibilité des experts aux covariations locales entre valeurs d'attributs décrivant les options composant
l'alternative. Cet effet apparaît tout à fait notable et significatif. Il illustre le fait que la stratégie mise en
œuvre par les experts ne dépend pas totalement de l'importance que ceux-ci accordent en général à tel
ou tel attribut ou groupe d'attributs. Elle est également dépendante de ce que l'expert observe dans
chaque cas particulier. Il se produit un phénomène d'interaction plus ou moins prononcé entre certaines
caractéristiques du sujet (importance accordée aux attributs), et certaines caractéristiques de la tâche
(la structure des différences entre options dans cette étude), ce que permettait de prédire l'heuristique
de la base mobile, à la différence d'autres modèles plus simples.
Mots clés : situation de choix, stratégie, traitement de l'information.
Abstract
Summary : Choice between two alternatives and the search for covariations.
The « mobile basis heuristic » is an information processing model which has been proposed (Mullet,
1985) to account for the behavior of experts working in a familiar situation of choice between two
alternatives. The heuristic appears as a possible illustration of a flexible strategy, a strategy which
achieves a compromise between the limited processing capa-cities of the experts, their concern with
reliability and justifiability (in relation to others and in relation oneself) and the necessity to make a
decision in most of the cases. One implication of the use of such a strategy is tested : the sensitivity of
the experts to the local covariations between the attributes describing the alternatives. The covariations
between attributes were systematicaly manipulated ; in some cases, attributes a and b were in perfect
covariation, in other cases, attributes b and c or attributes a and c... If the experts process information in
a purely disjunctive or lexicogra-phical way or in a purely conjunctive way, there are no reasons why
they would be sensitive to the manipulation of the covariations. If the experts process information in a
way that is at the same time conjunctive and disjunctive, as postulated in the movitig basis heuristics,
they may be sensitive to such an effect. A significant covariation effect is observed. This effect illustrates
the fact that the strategy used by the experts depends not only on the importance they give to the
different attributes but also on what is observed in each particular case. There is an interaction between
some of the experts charac-teristics (importance given to the attributes) and some of the characteristics
of each data structure corresponding to each comparison (local covariation between attributes). This is
exactly what the mobile basis heuristic predicted.
Key words : choice basis, strategy, process information.L'Année Psychologique, 1986, 86, 383-402
Service de Recherches de VINETOP
(CNAM)1
CHOIX DANS L'ALTERNATIVE
ET RECHERCHE DE COVARIATION2
par Etienne Mullet
SUMMARY : Choice between two alternatives and the search for cova
riations.
The « mobile basis heuristic » is an information processing model
which has been proposed (Mullet, 1985) to account for the behavior of
experts working in a familiar situation of choice between two alternatives.
The heuristic appears as a possible illustration of a flexible strategy, a
strategy which achieves a compromise between the limited processing capac
ities of the experts, their concern with reliability and justifiability (in
relation to others and in relation oneself) and the necessity to make a
decision in most of the cases. One implication of the use of such a strategy
is tested : the sensitivity of the experts to the local covariations between the
attributes describing the alternatives. The covariations between attributes
were systematicaly manipulated; in some cases, attributes a and b were
in perfect covariation, in other cases, attributes b and c or attributes a and
c... If the experts process information in a purely disjunctive or lexicogra
phical way or in a purely conjunctive way, there are no reasons why they
would be sensitive to the manipulation of the covariations. If the experts
process information in a way that is at the same time conjunctive and
disjunctive, as postulated in the moving basis heuristics, they may be sensit
ive to such an effect.
1. 41, rue Gay-Lussac, 75005 Paris.
2. Cette étude a utilisé les moyens de travail du Service de Recherches
de I'inetop (cnam) et du Laboratoire de Psychologie différentielle (ephe,
3e section et Université René-Descartes), ainsi que les moyens mis à la
disposition du Laboratoire par le cnrs (ua n° 656).
Nous remercions M. J.-P. Barthélémy pour ses critiques et ses conseils.
Cette étude a requis la collaboration technique de C. Aubert et de S. Ferry. 384 Etienne Mullet
A significant covariation effect is observed. This effect illustrates the
fact that the strategy used by the experts depends not only on the importance
they give to the different attributes but also on what is observed in each
particular case. There is an interaction between some of the experts charact
eristics (importance given to the attributes) and of the characteristics
of each data structure corresponding to each comparison (local covariation
between attributes). This is exactly what the mobile basis heuristic predicted.
Key words : choice basis, strategy, process information.
On se propose de tester la validité descriptive d'un modèle de
traitement de l'information susceptible de rendre compte du
comportement de sujets-experts placés dans une situation de
choix dans l'alternative. Ce modèle est l'heuristique de la base
mobile (Mullet, 1985 ; Mullet et Lory, 1986). Il permet de faire
certaines hypothèses quant aux facteurs qui influent sur le
comportement de choix. L'un de ces est la covariation
des valeurs des attributs décrivant les objets composant chaque
alternative et c'est précisément l'effet de ce facteur qui est testé
dans cette étude.
Nous exposerons tout d'abord succinctement la probléma
tique générale du choix dans l'alternative sans incertitude et les
résultats des quelques travaux qui ont amené à la proposition
de l'heuristique de la base mobile. Nous discuterons ensuite des
raisons pour lesquelles un effet des covariations entre valeurs
d'attributs sur le comportement de choix peut être attendu si
cette heuristique est mise en œuvre et des raisons pour lesquelles
d'autres modèles plus simples (de dominance, disjonctif, conjonc-
tif, lexicographique de semi-ordre...) ne supposent pas cet effet.
Nous rendrons ensuite compte de trois expériences. La première
vise à tester l'effet des covariations ; on étudie dans la seconde si
cet effet se maintient dans le cadre plus large du choix entre
quatre options. La troisième expérience est pour partie une
réplique des deux premières.
Pour rendre compte des choix d'un individu placé devant une
alternative ou une série d'options également accessibles (un
ensemble de voitures par exemple), il est généralement fait l'hypo
thèse que l'individu examine les différents objets sous l'angle
des différentes caractéristiques (attributs) de ceux-ci (principe
fondamental de la théorie de l'utilité à attributs multiples).
La manière dont sont examinés les divers objets, les diverses
options, peut vraisemblablement être, elle aussi, fort diverse. Choix dans l'alternative 385
II est probable que selon le temps dont il dispose, selon le type
de matériel (nombre d'options, nombre d'attributs, disposition
de ceux-ci), selon sa formation, l'individu peut mettre en œuvre
des stratégies variées. Dans le cas où les attributs des objets à
comparer sont bien distincts, le sujet peut mettre en œuvre une
stratégie dite intradimensionnelle : comparer les différents objets
sous l'angle des différentes dimensions considérées comme import
antes et choisir l'objet qui présente certaines supériorités excé
dant certains seuils (Payne, 1976). Dans le cas où les attributs
des objets ne sont pas bien distingables, le sujet peut préférer
mettre en oeuvre une stratégie dite interdimensionnelle : compar
er les différents objets « globalement » après avoir procédé pour
chacun d'eux à une estimation de l'utilité. Dans le cas où le
nombre d'objets à comparer est important (plus de six, générale
ment) ou encore dans le cas où le nombre d'attributs est élevé,
le sujet peut mettre en œuvre une stratégie à deux vitesses :
sélectionner dans un premier temps les objets jugés intéressants
selon certains attributs en nombre limité (un le plus souvent),
comparer de manière plus approfondie les objets sélectionnés
en utilisant une procédure soit intra- soit interdimensionnelle
(Tversky, 1972). Dans le cas très particulier enfin où l'individu
est un psychologue expérimental, celui-ci peut choisir d'exploiter
sa connaissance de la maud (Multiple Attribute Utility Decomp
osition) : affecter un poids à chaque attribut et calculer à l'aide
d'une équation linéaire l'utilité globale de chaque objet, choisir
l'objet qui présente l'utilité la plus élevée (Edwards et Newman,
1982).
Il est probablement vain de vouloir rendre compte des choix
opérés dans des circonstances variées à l'aide d'un seul modèle
universel ou même à l'aide d'un seul type de modèle dont on
ferait varier les paramètres. Sensible à ce problème, Montgomery
(1981, 1984), après une analyse très intéressante de l'applicab
ilité, au domaine des choix, de règles et de modèles compensat
oires et non compensatoires, propose un type de modèle beau
coup plus articulé que chacun des modèles classiques et dans
lequel les différentes règles de comparaison (disjunctives, conjonct
ives, de dominance, lexicographiques...), au lieu de définir cha
cune un modèle unique, se succèdent, se combinent, s'emboîtent,
se coordonnent, l'ensemble définissant un modèle composite
dont la structure, éminemment plastique, devrait être à même
de rendre compte de conduites de choix complexes.
AP — 13 386 Etienne Mullet
Nous nous sommes, dans une précédente étude (Mullet, 1984,
1985), attachés à illustrer l'intérêt d'un tel type de modèle pour
rendre compte du comportement de choix dans l'alternative
d'experts placés dans une situation complexe rappelant, autant
que cela est permis, une professionnelle. L'usage de
quatre types de règles au moins était postulé :
1) Des règles de préférence interattributs : pour faire ses choix,
l'expert donne une importance plus grande à certains attr
ibuts (dimensions) des objets à comparer qu'à d'autres ;
2) Des règles de seuils : l'expert n'est sensible qu'à des diff
érences (entre deux options) supérieures à certains seuils ;
3) Des règles d'agrégation ou règles conjonctives : l'expert ne
base pas nécessairement ses choix sur un seul attribut chaque
fois ; il peut baser ses choix sur plusieurs attributs considérés
conjointement ;
4) Des règles de changement de base ou règles disjunctives : d'une
comparaison à l'autre l'expert ne base pas toujours ses choix
sur le même ou les mêmes attributs.
L'usage coordonné de ces quatre types de règles a été empir
iquement démontré. Une réalisation du modèle composite de
Montgomery a été proposée pour expliciter l'articulation de ces
différentes règles (fig. 1).
Le bloc n° 1 concerne la prise d'information. Les experts
peuvent considérer une ou plusieurs dimensions (attributs) à la
fois. Le bloc n° 2 concerne le type d'indice recherché par les
experts : il faut par exemple que les valeurs de tel et tel attribut
soient conjointement supérieures dans un des deux dossiers. Le
bloc n° 3 concerne la confrontation de la supériorité relative d'un
dossier le long du ou des attributs considérés avec un ou des
seuils de référence : il faut par exemple que la ou les supériorité(s)
constatée(s) excède(nt) une certaine valeur. Dans le cas où la
valeur seuil est dépassée, alors un choix peut être prononcé
(bloc n° 5). Dans le cas où la valeur seuil n'est pas dépassée,
alors d'autres attributs peuvent être considérés (bloc n° 4).
Après plusieurs tentatives, il peut advenir que l'expert décide
de ne pas choisir (bloc n° 6).
Ce modèle peut être considéré comme l'illustration d'une
stratégie globale que l'on pourrait qualifier de souple par rapport
à une stratégie rigide, permanente. Dans un certain contexte,
caractérisé par une certaine structure de différences entre dans l'alternative 387 Choix
Considérer une ou plusieurs
dimensions (attributs)
Constituer un ou plusieurs
indices de comparaison
intra/interdimensionnels
Comparer la valeur de cet (ces)
indice (s) à une (des) valeur (s)
seuil (s) de référence
Considérer une ou plusieurs
dimensions (attributs)
différents
Ne pas
choisir
Fig. 1. — Forme générale do l'heuristique de traitement (Mullet, 1985)
General form of the processing heuristic
attributs, l'expert utiliserait telle base, reposant par exemple
sur la considération exclusive d'un attribut privilégié ou d'un
groupe privilégié de deux attributs. Cette base peut s'avérer
adaptée à un très grand nombre de comparaisons jusqu'à ce
qu'une nouvelle série de comparaisons différant des premières
sous l'angle de la structure des différences entre attributs
contraigne l'expert à changer de base sous peine de ne plus
pouvoir se décider. L'expert peut alors modifier sa base en inté
grant, au groupe privilégié d'attributs précédents, un attribut
supplémentaire ou plus radicalement encore en privilégiant un
groupe différent d'attributs (différant plus ou moins radicalement 388 Etienne Mullet
du premier dans sa composition). Cette modification autorise
l'expert à choisir « raisonnablement » dans ce nouveau contexte
jusqu'à ce qu'une troisième modification de la structure des
différences entre attributs le contraigne soit à un nouveau chan
gement de stratégie, soit à un retour à la première.
Nous avons proposé d'appeler cette stratégie globale souple :
l'heuristique de la base de choix mobile. Cette stratégie a fait
l'objet d'une formalisation mathématique (Barthélémy et Mullet,
1985). Il apparaît possible de faire correspondre à chaque expert
une formule algébrique simple rendant compte à la fois des choix
exprimés et de la structure du processus lui-même. L'exemple
ci-dessous :
F4 + F2 M2 + MVN
s'interprète de la manière suivante. Chaque fois qu'un des deux
objets est supérieur à l'autre de quatre niveaux de variables le
long de l'attribut F, alors cet objet est choisi. Sinon, chaque fois
qu'un des deux objets est supérieur à l'autre de deux niveaux
de variables le long de l'attribut F et de deux niveaux de variables
le long de l'attribut M, alors cet objet est choisi. Sinon, chaque
fois qu'un des deux objets est supérieur à l'autre d'(au moins)
un niveau de variable le long de l'attribut M et d'un niveau
de variable le long de l'attribut V et d'un niveau de variable le
long de l'attribut N, alors cet objet est choisi. Sinon, il résulte
un non-choix.
D'autre part, l'analyse des déclarations verbales des experts,
déclarations suscitées après qu'ait été effectué l'ensemble des
choix dans l'alternative, a permis de confirmer la validité des
criptive de cette heuristique (Mullet et Lory, 1986, à paraître).
Interrogés sur les bases de choix utilisées lors de chaque compar
aison, les experts désignent, dans la très grande majorité des
cas, des bases composées de plusieurs attributs, bases ne se recou
vrant pas nécessairement d'une comparaison à l'autre. Ce type
de résultats est retrouvé également lorsque les comparaisons
portent non plus sur des objets constitués selon un plan expéri
mental mais sur des objets réels (dossiers issus d'archives).
Nous nous proposons, dans la présente étude, d'examiner
les déterminants du choix des bases. S'agissant plus précisément
de ce que nous avons appelé la structure des différences entre
attributs, quelles sont les caractéristiques de cette structure qui
vont influer sur le choix des bases ? L'heuristique proposée pen{ëï
Choix dans l'alternative 75006 Paris •
permet, avons-nous dit, de faire certaines prédictions sur le rôle
d'une des caractéristiques des structures de différences, celle qui
résulte de la covariation de certains attributs.
L'hypothèse est que, si d'une part et compte tenu des règles
de seuil et des règles de préférences qui sont les siennes, l'expert
est soucieux, dans un bon nombre de cas, de fonder ses choix
sur une base multiple (à plusieurs attributs) et d'autre part
accepte de changer de base en fonction du contexte formé par
la structure des différences entre attributs, alors à une manipul
ation systématique des covariations entre attributs doivent
correspondre des changements de base allant dans le sens de cette
manipulation.
Pour illustrer, supposons qu'un ensemble d'options puisse
être décrit par les attributs { A, B, C, D, E }. Supposons que tel
expert privilégie habituellement les attributs | A, G, E}. Supposons
que dans un sous-ensemble de deuxoptions, les attributs { A, B, G}
covarient fortement, c'est-à-dire que si l'une des options est
supérieure à l'autre sous l'angle de l'attribut A, il y a toutes
chances pour qu'elle lui soit également supérieure sous l'angle
des attributs B et C. Face à cette alternative, l'expert pourra
se satisfaire de fonder ses choix, raisonnablement (satis firing),
sur la considération de la base multiple formée par les attri
buts A et G. {A, G} est l'intersection des ensembles d'attri{A, G, E}, attributs généralement privilégiés, et {A, B, G},
attributs en covariation. Face à une autre alternative où ce sont
les {C, D, E} qui covarient fortement, l'expert pourra
se satisfaire de fonder raisonnablement ses choix sur la considé
ration d'une base différente, formée des attributs G et E. En
manipulant expérimentalement les covariations entre attributs,
il doit, si l'heuristique de la base mobile est fondée, être possible
d'enregistrer des changements de base, qui sont la conséquence
de la manipulation des covariations.
Dans le cas où l'expert ne serait pas soucieux de fonder
certains de ses choix sur une base multiple, et donc utiliserait
une stratégie purement séquentielle, considérant chaque élément
d'information l'un après l'autre, sans agrégation, il n'y aurait
aucune raison pour qu'il soit sensible à la covariation des attri
buts. Dans le cas où l'expert utiliserait une stratégie rigide sans
changement de base, il n'y aurait non plus aucune raison pour
qu'il soit sensible aux relations entre attributs. La sensibilité
aux covariations ne peut se comprendre que si l'on invoque un Etienne Mullet 390
traitement des données à la fois agrégatif et « souple », c'est-à-dire
un des données tel celui décrit par l'heuristique de la
base de choix mobile.
1) EXPÉRIENCE no 1
À) Méthode
La situation de choix étudiée est une situation d'expertise qui se
situe dans le domaine de l'orientation scolaire et professionnelle.
a) Matériel
Le matériel est constitué de 20 ensembles de 4 dossiers d'élèves
de classe de troisième3. Chaque dossier comporte six indications :
a) âge de l'élève, b) note moyenne en français, c) en mathématiques,
d) en langues vivantes, e) en sciences naturelles et technologie, f) score
à un test verbal. Les dossiers sont des dossiers fictifs composés selon
un plan en carré latin. Le tableau I décrit le plan utilisé pour la compos
ition des quatre dossiers du premier ensemble. Le dossier a est celui
qui présente l'indication d'âge la plus favorable, 1 ; les notes en français
Tableau I. — Plan utilisé par la composition
des quatre dossiers de l'ensemble n° 1.
Dans cet ensemble les trois variables Age, Français,
Mathématiques sont en covariation parfaite.
Elles forment ce qui est appelé la variable triple.
Dans l'ensemble n° 2 ce sont les variables Français, Maths
et Langues qui cette fois forment la variable triple...
Plan used by the composition of the 4 files of set 1.
In this set the three variables Age, French,
Mathematics are in perfect covariation...
oi to ö C ä to Ö"
o CO .2 'o CO
•< fe s
4 Dossiers a 1 2 3
b 4 1 2 3
c 3 4 1 2
2 4 1 d 3
3. Elèves âgés en moyenne de 15 ans à 16 ans, fréquentant en France un
collège et se préparant à entrer en lycée ou en lycée professionnel.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.