Chronique - article ; n°1 ; vol.23, pg 633-638

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1922 - Volume 23 - Numéro 1 - Pages 633-638
6 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : dimanche 1 janvier 1922
Lecture(s) : 9
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins

Chronique
In: L'année psychologique. 1922 vol. 23. pp. 633-638.
Citer ce document / Cite this document :
Chronique. In: L'année psychologique. 1922 vol. 23. pp. 633-638.
doi : 10.3406/psy.1922.29860
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1922_num_23_1_29860CHRONIQUE
Nécrologie
Le 26 septembre 1921 est décédé, à l'âge de 63 ans, le profes
seur Alfred Lehmann, de Copenhague, à qui son élève Pederson
a consacré une notice digne du maître dans VArchic für die
gesamte Psychologie (t. XLII, 3-4, p. 283). Lehmann était élève
de l'école technique de Copenhague, quand la lecture du Traité de
Wundt, en 1880, le passionna et lui révéla sa vocation; il se mit à
l'étude de la psychophysique, passa une thèse sur l'esthétique él
émentaire des couleurs, en 1884, puis alla au laboratoire de Wundt,
à Leipzig, poursuivre des recherches sur la reconnaissance (1885-
86). Il installa en 1891 un laboratoire privé, reconnu par l'Univers
ité en 1903. Il fut nommé professeur extraordinaire en 1910 et
professeur ordinaire en 1 91 9.
On connaît son œuvre capitale, Die körperlichen Aeusserungen
seelischer Zustände, et son traité de 1912, Grundzüge der Psycho -
physiologie. Il a publié des études sur l'hypnose, sur les croyances
et les superstitions, sur la graphologie, mais ses recherches princi
pales ont porté sur la psychophysiologie, et en particulier sur les
sensations visuelles et auditives.
Ce fut un grand travailleur, un véritable homme de science, et il a
fait grand honneur au Danemark et à l'Université de Copenhague.
Ce fut une douloureuse surprise que d'apprendre, en juin 1922, la
mort de W. H. R. Rivers, qui n'avait encore que 58 ans et qui
faisait preuve de la plus belle activité scientifique.
Après avoir reçu une éducation biologique et médicale à l'Uni
versité de Londres, devenu lecteur de Physiologie nerveuse, puis
de Psychologie expérimentale à l'Université de Cambridge, fellow
du collège St-John, membre de la Société Royale, Rivers pours
uivit des travaux aux deux pôles de la science psychologique, du
côté de la physiologie des sensations d'une part, et du côté de la
sociologie et de l'ethnographie de l'autre.
On connaît sa participation à la célèbre expérience de Head sur
l'observation des modalités de la sensibilité cutanée après section
d'une branche nerveuse et au cours de la régénération.
On sait aussi le rôle important qu'il a joué dans les études expé
rimentales d'anthropologie et de psychophysiologie de la belle expé
dition anglaise au détroit de Torres.
Les explorations chez les Todas et en Mélanésie lui permirent de
rapporter des observations nombreuses et de haute valeur pour
l'anthropologie psycho-sociale.
La guerre conduisit Rivers, qui prit du service dans les hôpitaux, «634 CHRONIQUE
à la psychopathologie, et aux applications médicales, thérapeu
tiques de la psychologie ; séduit par le freudisme, il tenta d'en rec
tifier les conceptions dans un esprit biologique ingénieux et profond,
et nul n'ignore son beau livre Instinct and the Unconscious.
Marcel Mauss a consacré à son ami Rivers, dans la Revue d'Ethno
graphie de 1923 (n° 1.3), une notice émue, où il a mis en pleine lumière
les aspects variés de cette belle intelligence.
A peine avait-il, prenant sa retraite à Montpellier, inauguré son
enseignement de physiologie du tnavail à l'Ecole de Médecine de
Marseille, que notre bien regretté collaborateur A. Ijibjrt était
enlevé à l'affection de ses élèves ret de ses amis. Ce. tut une .grande
perte pour la jeune science de l'organisation psycho-physiQlqgique
du travail, dont il fut le véritable initiateur.
Et, j)ar un nouveau coup de la destinée, .un.an plus .tard, ,J. P. .Lan-
glois,, :en juin 1.923, le suivait 1res prématurément dans la tombe.
Chargé de l'enseignement supérieur de l'éducation physique. à. la
Faculté de Médecine., premier titulaire de la chaire ^'organisation
àa travail au Conservatoire des Arts et Métiers, Langlois avait la
surveillance générale des services d'orientation professionnelle :en
France. Surmené, il se trouva abattu par une longue .et cruelle mal
adie qui. ne put .toutefois lui enlever. sa belle sérénité \
C'est à .peine âgé de 42 ans qu'est .décédé Pierre Boutroux, qui
venait à p.eine .d'occuper Ja chaire .d'Histoire des Sciences, rétablie à
son intentian au Collège de France.
En revanche, ,E spin as était arrivé au terme d'une longue vie;
son livre sur les Sociétés animales, écrit dans un esprit positif, fut
l'origine du mouvement sociologique, .bien que D.urkheim se soit
éloigné de la biologie.à laquelle Espinas avait,,avec .raison, tenu à se
rattacher.
L'esthétique a perdu en Gabriel Séailles, le philosophe à l'i
ntelligence -subtile, à 'la grande droiture, dont le livre sur le Génie dans
TArt fut célèbre, et en L. Arréat, dé.cédé à l'âge de 88 ans, deux
de ses principaux représentants français.
Nous signalerons encore lamort des -neurologis tes Pearce Bailey,
ancien "professeur à Columbia, fondateur de l'Institut neurologique
de'New York, Wertheim Sal'omonson, d'Amsterdam, étRAïMisTE,
décédé du typhus à Odessa ; du jeune psychiatre français Conso,
et du jeune alién;ste suisse Rotischach, qui venait de proposer une
méthode intéressante d'analyse -psychopaithologique ; du zoologiste
américain Turner, à qui l'on doit, entre autres, tie belles observations
et expériences sur le comportement des fourmis ; de l'ancien collabo
rateur de Claparède,, Watlter Baade, qui ri'avàit que 41 ans, et se
consacrait à la psychologie appliquée et à 'la psychographie ; du
physiologiste anglais.A.D. WÂLXER,né àPatis en 1856, décédé à'Paris
également, où il venait chaque année travailler à T Institut 'Marey^et
à qui l'on doit d'importantes recherches tiephjsiologie nerveuse, dont
1. On trouvera dans les Comptes rendus^detla, Société' de Biologie «du 30 juin
1923 (t. LXXXIX, N° 23, p. .282), l'éloquent adieru Adressé à .Langlois, le
jour de ses obsèques, par son ami E. Gley. CHRONIQUE 635
celles sur la variation négative des nerfs et de la rétine méritent Iront
particulièrement d'être rappelés ; de l'histologiste Ho-imgren, üe
institut Karolinska de Stockholm, qui consacra à la celîtfle ner
veuse une grande partie de ses etudes.
Personalia
M. J, Philippe, directeur- adjoint du Laboratoire de Psychologie
physiologique de la Sorbonne, ayant pris;sa retraite, M. I. Meye-eson,
préparateur, bai succède ; et M. Marcel François est nommé pré
parateur.
M. Étiennjï Rabaud est nommé professeur titulaire de biologie
expérimentale, et JVI. Portier, de physiologie comparée à la Faculté
des Sciences de Paris.
M. André Mayer, professeur à la Faculté de Médecine de Stras
bourg, succède à François Franck à la chaire de physiologie du Collège
de France, qui conserve son ancien titre d' « Histoire naturelle des
corps organisés » ; son collaborateur Schaeffer lui succède à
Strasbourg. — M. Pech succède à Imbert comme professeur de
physique biologique, Al. Euzière à Mairet, qui a pris sa retraite,
comme professeur de clinique des maladies nerveuses et mentales, «t
peu après, comme doyen, à la Faculté de Médecine de Montpellier.
— M. Lhermitte est nommé agrégé de metleeine mentale, et
MM, Gh. Richtet fils et L. Biptet, sont nommés agrégés de physiologie
à la Faculté de médecine de Paris.
M. Wolfgang Köhler succède à Stumpf, retraité, comme direc
teur du Laboratoire de Psychologie de l'Université de Berlin. —
Le professeur Ramotv y Cajal, tie Madrid, a pris sa retraite le
1er mai 4922 ; l'Université de Bordeaux lui décerne le diplôme de
docteur honoris causa. — M. L. LATrcojUE est nommé docteur,
honoris causa, de lJUniversité d'Oxford.
M. Rignäno, de Mrlan, directeur de Scientïa, et le professeur
Dïtwet, de ColumMa, sont nommés correspondants,, dans la seetion
de philosophie, de l'Académie des Sciences morales, MM. Andre
Lax and e etTHAMTN sont nommés membres titulaires dans la même
section. — • M. Mourgue reçoit le prix Dagnan-Bouveret (Psychoîo-
gie) de l'Académie des Sciences morales.
Les professeurs Letjba, de Bryn-Mawr, en 1921-22, et Pillsburt,
de Michigan, en 1922-23, ont fait des conférences à l'Institut de Psy
chologie de l'Université de Paris.
Périodiques
Parmi les périodiques nouveaux,, signalons la Psychologische
Forschung, que dirige Koffka, professeur à Giessen (Berlin,, Springer) ;
II Cervello, dirigé par Senise, de Naples ; la Scandinavian Scientific
Review (philosophie, psychologie, science de l'éducation),, parmi les
directeurs delaquelle figure Anathon Aall, et dont le premier numéro
publie^ de ce dernier, une notice nécrologique sur Lehmann (la
revue est entièrement rédigée en anglais ; elle commence la publi
cation de brèves études sur l'état de la psychologie dans divers
■ ■ CHRONIQUE 636
pays : Spearman et Flügel étudient dans le N° l la psychologie en
Angleterre, Pierre Janet doit donner prochainement une étude sur la
France) ; le Journal for Personnel Research, organe de la Personnel
Research Federation, mensuel, publié par' Leonard Outhwaite et
Clarence S. Yoakum (Baltimore, William and Wilkins) ; le Japanese
Journal of Psychology, trimestriel, publié par Matsumoto, Hayami et
Mosudo, de l'Université de Tokyo (en japonais, sommaires en
anglais).
La revue Psyke (d'Alrutz), qui a cessé de paraître en 1920, est
continuée depuis \ 922 par Y Archiv för Psychologi och Pedagogik.
UArchivio italiano di Psicologia est édité par Kiesow seul, à
Turin.
Les Archives internationales de Physiologie ont publié un volume
jubilaire en l'honneur de Léon Frédéricq, et les Archives néerlan
daises de Physiologie, un volume en l'honneur de Zwaardemaker
(avec de nombreux articles consacrés à l'étude des sensations).
Sociétés ?t Congrès
En juin 1922, s'est tenu à Paris le d'Hygiène mentale, sous
la présidence d'Ed. Toulouse. Parmi les thèmes de discussion,
signalons les suivants : les méthodes d'éducation et la psychologie
appliquée (Ed. Claparède) ; qu'est-ce qu'une aptitude professionnelle
(Lahy) ; le rôle de la psychiatrie dans la sélection des travailleurs
(Genil-Perrin).
Au 1er Congrès international de la navigation aérienne, tenu à
Paris à la fin de 1921, on peut noter les communications de Cruchet
(le mal des aviateurs) ; Portmann (l'interprétation des épreuves
labyrinthiquesj ; Ferry (évolution de Pémotivité et de l'irritabilité
de l'aviateur suivant son état d'entraînement) ; Perrin de Bricham-
baut (le facteur émotivité chez le pilote aviateur) ; Beyne (l'orga
nisation dans l'armée du service des examens d'aptitudes) ; Brabant
(recherches sur le nystagmus et le sens de l'équilibre) ; Foy et Can-
tonnet (méthodes d'examen de l'oreille et de l'œil) ; Beyne et Bé-
hague (appareillage pour la mesure pratique et précise des réactions
psychomotrices chez l'homme).
Les Sociétés françaises de médecine mentale ont commémoré,
en juin 1922, au cours de la semaine neuro-psychiatrique, le Cente
naire de la thèse de Bayle sur la paralysie générale.
Le Congrès des aliénistes et neurologistes s'est tenu à Quimper
sous la présidence de J. Lépine ; le Congrès de V Association française
pour V Avancement des Sciences (section de Psychologie, présidée par
M. Foucault), à Montpellier, en juillet 1922. Au Congrès de l'Asso
ciation britannique pour V Avancement des Sciences, présidé par Sher-
ringhton (Hull, 1922), la section de Psychologie fut présidée par
Myers, remplaçant Rivers, décédé. Nombreuses communications
de psychologie industrielle.
Le deuxième Congrès international pour la discussion de la vie
sexuelle fondée sur la science de la sexualité s'est tenu à Rome (juin
1922) ; et le VIIe Congrès de Psychanalyse à Berlin, sous
la présidence de Freud (septembre 1922), avec la participation de CHRONIQUE 637
Jones et Flügel de Londres, Levi-Bianchini d'Italie, Piaget, Van
der Chijs, etc.
A Berlin, s'est tenue encore la réunion de la Société pour V étude de
l'hérédité (présidée par Von Wettstein, de Vienne), et une Conférence
de psychologie appliquée (10-14 octobre), dont G. H. Miles a rendu
compte dans le Journal of the National Institute of Industrial Psy
chology (I, 5, janvier 1923, p. 190).
La troisième Conférence de psychotechnique appliquée à Vorien-
tntion professionnelle s'est réunie sous la présidence de Ferrari, à
Milan, du 1er au 4 octobre 1922. Le discours inaugural de M. L. Pa-
trizi, représentant le ministre de l'Instruction publique, exposa les
« sources italiennes de la psychotechnique », rappelant en particulier
l'œuvre d'Angelo Mosso et les travaux de Patrizi lui-même. De
J.-M. Lahy, un rapport sur la question : « qu'est-ce qu'une aptitude
professionnelle ?» ; de Lipmann, sur « l'analyse psychologique du
travail professionnel ; de Decroly (lu par Christiaens), sur « la diffé-
différenciation des aptitudes innées et acquises » ; de Frois, sur
« le rôle de la physiologie et de la psychologie dans la prévention des
accidents » ; de Myers, sur « l'unification des méthodes pour l'examen
de l'intelligence et des aptitudes professionnelles ».
A la suite de la discussion sur ce sujet, ont été émis les vœux
suivants :
« La Conférence, considérant: 1° Que l'unification internationale
des tests présente provisoirement des difficultés inhérentes aux
conditions particulières psychologiques et sociales de chaque pays ;
2° Qu'il est cependant indispensable qu'un contrôle international
soit établi sur les tests employés et sur les méthodes suivies dans leur
emploi ; — décide de nommer une Commission internationale de
contrôle qui se réunira chaque année avant la Conférence de Psycho
technique appliquée à l'Orientation professionnelle, et qui aura pour
mission : a) de faire l'étude critique des tests qui lui seront soumis,
de les sélectionner, de les classer par ordre de valeur ; b) de déter
miner les conditions dans lesquelles ces tests doivent être appliqués ;
de fixer le nombre minimum de sujets sur lesquels le test doit être
expérimenté, le nombre de fois que le même test doit être répété
sur le même sujet, afin d'exclure le facteur de la variabilité ; c) de
déterminer la manière dont les résultats seront évalués ; d) d'établir
que chaque test doit être vérifié par un test de contrôle. »
Citons encore des. rapports et communications de Mira, Stern,
Lahy, Mme Lahy-Hollebecque, Myers, Claparède, Ruzek, Bauer,
Grünbaum, Mlle Baumgarten et Valenzano.
La Société de Biologie a fêté, en juin 1922, son 75e anniversaire.
La de Psychologie, réunie à la Société de Philosophie et à
quelques autres, a consacré une séance solennelle à la célébration
du centenaire d'Ernest Renan, à la Sorbonne.
Il s'est constitué une Société roumaine de Psychologie pour favoriser
les études et recherches de psychologie générale, pathologique,
ethnique, sociale, infantile, animale, et appliquée à l'orientation et
à la sélection professionnelle (secrétaire, MUe Vlaïcou) ; MM. Ma-
rinesco, Obregia, Minovici, Radulesco-Motru, Urechia, Parhon, Ste-
fanesco, etc., en font partie. CHRONIQUE 638
Institutions et Eir-sErcN-EMENTs. — Bivehs
Ugö Piz»z©>li dirige un Institut psychotechnique du travail à Medène
(fondatetir Menafogliot), qui comprend mie école- professionnelle
adtaMrablemeat outillée et un beau laboratoke.
Casimiro1 Doniselli dirige une école et un laboratoire analogues^ à
Milan.
Une Ecole de Neurologie et Psychiatrie du diatriet de Columbia a
été fondée à Washington (Dr W. White, président).
Une chaire de' psycMairie a été créée à F Université de Gand.
Le Collège de France a remplacé une de ses chaires littéraires par-
une ehaiïe de physiologie des- seasationsv
La « Mancommuzvauté » de Catalogne a fondé,, à Barcelone, un labx*-
ratoire de Psychologie expérimentale, placé soias la direction de
M. Georges* Dwelshauvers. Son but est,, outre les rechercher scimü-
fiques sur dœs questions de psychologie physiologique, de servir de-
de pratique pour les classes der psychologie de l'Ecoîe
périeure et d'aider les instituteurs dans les applications
psyeh©t«ïhiïiqaiesi qui les intéressent. Ce laboratoire est établi à
l'Université Induslrialle.
Le vétérinaire major Wiibert dirige, à Kimdia (Guinée française),
le Centre d'études de l'Institut Pasteur, consacré aux recherches sur
les. Aitthropoödes-, et il se propose de poursuivre des études psycho-
physiologjqiiaes sur les animaux dont il doit assurer l'élevage.
& Association Psychologique américaine a eeniié a une com
mission, composée de H. C. Warren, président, et de Mary M. Calkins,
Knight Dianlap, H. N. Gardiner et Christian A. Ruekmick, le soia
de déftnir et de limiter les termes- psychologiques. Un. preiaier
raçwport, coaeernaitt 28 termes, a été pubué dans le Psychological
Bailetm, 1918. {IS, p.. 89-95), et un second, celui d'avril 1922
(19,, p. 230-233), sub 23> autres expression&, comprenant des désignat
ions, de diverses psychologies (génétique, structuralej dynamique,
obijseetjve, etc.), et des termes tels que aetion, canation, conduct^.
wiskr disposition, instinct, constellation.
Voici, à titre d'exemples^ les définitions adoptées pour ees- deux
derniers termes :
Constellation : An organized group of mental phenomena langes
than the inlerior complexes e-ut of which it is composed aad smaller
than- the superior or total organization of mind.
Instinct : a) An organized mode of respo-nse determined, by inhe
rited neural dispositions that have been phylogenetkrally adapted
to a specific type of environmental situation &-) The inherited
dispositions to coordinated activities whiek contribute to the a
ccomplishment of a specific but not consciously predetermined end.
il a été fondé une- section de Psychologies Consultants, aux Éàats-
rattachée à l'Asaoeiatien psyclwlßgique américaine.
H. P.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.