Combat pour une idée : quatre décennies de production scientifique sur le développement à la Revue Tiers Monde - article ; n°150 ; vol.38, pg 247-275

De
Publié par

Tiers-Monde - Année 1997 - Volume 38 - Numéro 150 - Pages 247-275
29 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1997
Lecture(s) : 20
Nombre de pages : 30
Voir plus Voir moins

Guy Caire
Combat pour une idée : quatre décennies de production
scientifique sur le développement à la Revue Tiers Monde
In: Tiers-Monde. 1997, tome 38 n°150. pp. 247-275.
Citer ce document / Cite this document :
Caire Guy. Combat pour une idée : quatre décennies de production scientifique sur le développement à la Revue Tiers Monde.
In: Tiers-Monde. 1997, tome 38 n°150. pp. 247-275.
doi : 10.3406/tiers.1997.5166
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/tiers_1293-8882_1997_num_38_150_5166COMBAT POUR UNE IDÉE:
QUATRE DÉCENNIES
DE PRODUCTION SCIENTIFIQUE
SUR LE DÉVELOPPEMENT
A LA REVUE TIERS MONDE
par Guy Caire*
De même que Saint-Just pouvait, au xvine siècle, hardiment
proclamer que le bonheur était une idée neuve en Europe, ceux qui,
voici près de quarante ans, prenaient l'initiative de lancer une Revue
Tiers Monde1 - donnant ainsi à la nouvelle discipline qu'était l'écono
mie du développement son statut scientifique et ses lettres de
noblesse - confrontés qu'ils étaient au «défi du monde pauvre»2,
considérant aussi que «l'état rétrograde d'une nation est toujours
anormal»3, ces novateurs entendaient bien, à la mesure de leurs
moyens, contribuer à «changer le monde pour bâtir une société
meilleure »4.
Une revue au service d'un combat : cette ambition trouvait sa pleine
légitimité dans une conjoncture d'après-guerre marquée par les décolo-
♦ Université de Paris X-Nanterre.
1. «Tiers Monde»: expression forgée par Alfred Sauvy dans un article de France-Observateur du
14 août 1952, en référence au tiers état français de 1789 (cité par Y. Lacoste dans Géographie du sous-déve-
loppement, PUF, 1965, p. 24). La revue s'appellera Tiers Monde depuis sa création en 1960 jusqu'en 1967,
puis Revue Tiers Monde : même si l'expression peut sembler aujourd'hui démodée, le maintien du titre
marque la continuité d'un héritage intellectuel revendiqué, ainsi que la persistance de problèmes dans une
entité géographique, politique, économique et sociale toujours réelle, même si ses limites sont mobiles.
2. Titre d'un ouvrage de G. Myrdal, édité chez Gallimard, 1992.
3. D. Ricardo, Principes de l'économie politique et de l'impôt, Calmann-Lévy, 1972, p. 212.
4. N. Padkaman, Crise de du développement, in С Coquery-Vidrovitch, Pour une théorie
du développement, L'Harmattan, 1988, p. 213.
Revue Tiers Monde, t. XXXVIII, n° 150, avril-juin 1997 ^^ i U 248 Guy Caire
nisations en cours, la mise en place de programmes d'aide aux pays dits
sous-développés, les premières tentatives de regroupement régional de
ces mêmes pays, mais aussi par le climat de guerre froide, avec l'affro
ntement entre les deux super-puissances du moment, qui donnait à l'e
xpression « tiers monde » toute sa force et sa signification politique. Si le
contexte historique est aujourd'hui bien différent, pauvreté, analphabét
isme, malnutrition, épidémies ou pandémies, chômage et sous-emploi
subsistent dans de larges zones de la planète, tandis que plans d'ajust
ement structurel et conflits interethniques introduisent d'autres sources
de tensions.
150 numéros : la Revue Tiers Monde a bientôt quarante ans, c'est un
âge raisonnable pour tenter de faire le point et de se poser quelques
questions relatives à la portée de cette publication, son adéquation aux
objectifs initiaux, sa pertinence aujourd'hui, son avenir peut-être. Dans
la préface au premier numéro (1960), Henri Laugier1 assigne à la Revue
qui voit le jour quatre objectifs essentiels :
— Conçue comme l'organe de l'Institut d'étude du développement
économique et social (iedes), la Revue Tiers Monde rendra compte des
travaux de recherche et des activités d'enseignement de l'institution
créée par H. Laugier en 19592. Mais cette place de I'iedes se marque
surtout par l'importance des contributions apportées, au fil des années,
par les enseignants ou les chercheurs affectés boulevard Arago ou rue
Saint-Charles.
— La Revue Tiers Monde se veut interdisciplinaire, ce qui se tra
duira par la diversité des matières concernées ; nous verrons que cette
promesse a bien été tenue, même si la place prise par les économistes
dans la production éditoriale a été quelque peu prépondérante.
— Elle doit devenir un organe international ; là aussi, le pari a été
respecté, tous les continents sont représentés : l'Europe, la France sur
tout fournissent la majeure partie des contributions, mais la Revue a
offert aux nationaux de l'Amérique latine d'abord, puis de l'Afrique et
de l'Asie un lieu d'expression et d'échanges unique dans l'édition
française.
— Enfin, revendiquant une pluralité des paradigmes, Henri Laug
ier écrit qu'il s'agira d'une «publication ouverte à toutes les doct
rines, à toutes les écoles, à toutes les conceptions, aux idées les plus
diverses, les plus non conformistes, les plus hétérodoxes » ; cette diver-
1 . Sur la vie, les diverses fonctions ou responsabilités et l'œuvre d'Henri Laugier, cf. dans le n° 53,
1973, G. Fisher, Henri Laugier : in memoriam. Tous les numéros cités en notes de bas de page sans autre pré
cision se réfèrent à la Revue Tiers Monde (N.dA.R.).
2. Voir par ex. les n°" 6, 1961 (travaux de recherche) ; 44, 1970, et 49, 1972 (vie de l'IEDES). Combat pour une idée 249
site se reflétera soit de manière ouverte à travers des controverses aca
démiques1, soit, plus souvent, par la présentation de points de vue très
différents2 au fil des articles.
Pour rendre compte de quatre décennies de publications scientifi
ques, nous utiliserons deux grilles d'analyse, l'une quantitative, de
nature purement éditoriale, l'autre lexicographique :
— un panorama statistique à partir des rubriques régulières adoptées
pour les sommaires des numéros (articles, documentation, chroni
ques internationales3, analyses bibliographiques) nous donnera une
vue d'ensemble de la production, de ses auteurs, des contrées étu
diées, etc. ;
— en deuxième partie, une analyse thématique examinera la ven
tilation des quelque 1 550 articles de fond selon un plan de class
ement qu'il conviendra d'élaborer et de préciser. En effet, il s'est
avéré impossible d'utiliser le plan de recherches prioritaires
concernant les pays sous-développés présenté en 1961 par Henri
Laugier et analysé par M. Debeauvais à la suite d'une enquête
lancée auprès de 28 personnalités4 (voir encadré), soit à cause de
son caractère trop détaillé, soit par la difficulté à y insérer des
dimensions importantes du développement plus ou moins omises,
telles que les questions monétaires ou celles du commerce interna
tional; par ailleurs, comme le montrent les titres des quatre
grandes rubriques qui claquent comme autant de drapeaux au
vent, l'optique adoptée, très volontariste, n'est plus vraiment de
mise aujourd'hui.
Cette analyse des thèmes et de leur évolution au long des décennies
devrait nous permettre d'aborder la spécificité de la Revue par rapport
à l'ensemble de la production scientifique sur le Tiers Monde et le
développement et, peut-être, de poser un regard critique, prospectif,
sur son avenir.
1 . Par ex. dans le n° 72, 1977 : « A propos de Tiers Monde n° 66, les produits de base et la politique
internationale », par J.-C. Muller et A. Emmanuel ou bien dans le n° 87, 1981 : « Peut-on définir de manière
univoque l'industrie industrialisante ? », par J.-P. Auray, G. Dura et M. Mougeot, ou encore la controverse
entre D. Thery et A. Emmanuel sur les choix technologiques dans les n°" 88, 1981 et 93, 1983.
2. Nous nous permettons de renvoyer à notre propre contribution, Idéologies du développement et
développement de l'idéologie, en ouverture au numéro Pouvoir, mythes et idéologies que nous avons eu
l'honneur de diriger (n° 57, 1974).
3 . Si la distinction entre documentation et chroniques peut sembler claire, l'une se référant à un état des
lieux, l'autre consistant en un suivi conjoncturel de questions, la séparation entre les deux n'est pas toujours
faite ; ainsi dans les n°* 38 (1969) ou 41 et 43 (1970).
4. H. Laugier, «Vers un plan international de recherches prioritaires concernant les pays sous-déve
loppés », et M. Debeauvais, « Rapport préliminaire » et « Réponses à l'enquête », dans le n° S (1961). 250 Guy Caire
1961 : Recherches prioritaires concernant les pays sous-développés :
un plan inutilisable aujourd'hui
1 / Nourrir et soigner une population croissante
1. Recherches sur l'accroissement de la population
2. Besoins alimentaires
3. Étude du potentiel agricole
4. Amélioration des techniques agricoles
5. Ressources alimentaires nouvelles
6. Problèmes économiques de la modernisation de l'agriculture
7. Diffusion du progrès de l'agriculture
8. Soigner les hommes
2 / Mobiliser la force de travail disponible
1. Mesurer le sous-emploi
2. Optimum économique d'utilisation de cette force de travail
3. Obstacles sociaux à cette mobilisation
4. Méthodes à employer
3 / de développement économique et social accéléré
1. Connaissance du milieu humain
2. Ressources inexploitées ou insuffisamment exploitées
3. Planification du développement
4 / Adapter l'homme et la société aux transformations politiques, économiques
et sociales
1. Normalisation des villes
2. Contrôle des naissances
3. Réactions psychologiques, physiologiques de l'homme en fonction de ses
environnements économiques et sociaux
4. Structures politiques des pays sous-développés
5. Relations internationales
Revue Tiers Monde, n° 5, 1961
I - 34 000 PAGES, 1 277 AUTEURS '.
LA « REVUE TIERS MONDE » EN CHIFFRES
Notre présentation statistique ira du plus simple au plus complexe,
en considérant trois points de vue. Si nous nous bornons à considérer
une production scientifique comme une production matérielle, nous
pouvons la classer en fonction des produits livrés au marché ; si nous
estimons ensuite que le Tiers Monde est une appellation générique pour
recenser des situations très diversifiées, ce que tentent de décrire divers Combat pour une idée 251
vocables (pays les moins avancés, nouveaux pays industriels, etc.), nous
pouvons opérer un classement géographique ; enfin si, au-delà du pro
duit, nous nous intéressons au producteur, c'est la productivité scienti
fique de ce dernier qui sera retenue. Chacune de ces trois possibilités sera
tour à tour utilisée1.
Articles, documents, bibliographies : la diversité des formes
Au fil des années ce sont au total 33 934 pages qui ont été éditées par
la Revue, en quatre livraisons annuelles : d'abord avec des variations du
simple au double, puis, à partir de 1982, à un rythme stabilisé de
960 pages par an, sauf exceptions. Si, dans les premières années de la
Revue, les numéros spéciaux étaient assez exceptionnels, ils ont acquis
une plus forte fréquence au cours des dernières décennies. C'est ce matér
iel volumineux qu'il nous faut exploiter.
Nous avons évoqué plus haut les usages éditoriaux de la Revue. La
première distinction concerne les articles et la documentation, mais elle
est quelque peu arbitraire ; ce ne sont ni les longueurs des contributions,
ni leur caractère, analytique dans un cas et factuel dans l'autre, qui ser
vent véritablement de critère de sélection. Par ailleurs cette distinction,
largement utilisée jusqu'en 1975, a presque disparu depuis. Utilisée ici,
pour présenter le poids des rubriques, elle sera négligée plus loin dans
l'étude des thèmes, les deux rubriques constituant alors un ensemble
unitaire pour un classement des idées.
Les rubriques bibliographiques posent des problèmes d'intitulé et de
comptabilisation2 : elles ont en effet présenté des variations au cours des
ans, à la fois dans leurs intitulés et dans leur contenu, allant de la simple
liste de titres, parfois classée et annotée, aux comptes rendus d'ouvrages
de plusieurs pages. Seuls ces derniers sont pris en considération ici.
Les articles, enfin, peuvent être de longueur très différente : ainsi, à
ne considérer que le n° 115 (1988), nous trouvons un article de 7 pages3
et un autre, de longueur inusitée il est vrai, de 98 pages4. Il en va de
1 . Notre travail a été grandement facilité par les deux catalogues des publications établis par Gladys
Tricot, du n° 1 à 100 (1984), puis par Christiane Salomon, du n° 101 à 132 (1992).
2. Les nM 45 (1971), 53 (1973), 59-60 (1974), 61 (1975), 63 (1975)... figurent parmi ceux dont les diverses
« bibliographies » posent le plus de problèmes. Parmi les intitulés de rubriques exceptionnels, la plupart du
temps évanescents, citons «Méthodes» (n°* 59-60, 64, 87), «Controverse» (n° 88), «Opinions» (n° 116),
«Dossier» (n° 118); les «Notes de lecture» (n°* 134, 138, 141, 142) concernent les comptes rendus d'ou
vrages en rapport direct avec le thème d'un numéro spécial. La rubrique « Ouvrages diffusés en France
en... », qui permet un relatif suivi des publications sur le développement, bien utile au chercheur, ne donne
pas lieu à des recensions.
3. M. Fourquin, « L'inégalité des pays en développement face au commerce international ».
4. A. Sid Ahmed, « Vers une théorie de l'industrialisation à partir de l'exportation et de la transformat
ion des ressources naturelles : de la stopple theory à la rente pétrolière ». 252 Guy Caire
même pour les recensions d'ouvrages qui peuvent tenir en quelques
lignes ou au contraire (cas il est vrai exceptionnel) remplir 13 pages1. Au
total le bilan matériel peut se présenter comme suit, en nombre d'unités :
Chroniques Nouvelles
Articles Documents Recensions internationales de I'iedes
197 2 367 169 21 1550
134 articles consacrés à l'Afrique, 13 au Proche-Orient :
la force des liens historiques
La diversité du Tiers Monde s'exprime à tous points de vue : dimens
ion des pays, populations, économies - toutes les tailles (insulaires,
continentales...), tous les degrés de développement existent. Le champ
d'observation qui s'offre au lecteur est donc extrêmement varié ; qu'en
ont retenu les auteurs? Une première option consiste à raisonner sur
l'ensemble d'un continent, considéré comme entité : de ce point de vue,
134 articles ont été consacrés à l'Afrique2, 104 à l'Amérique latine, 26 à
l'Asie, 16 à l'Europe, 13 au Proche-Orient ; on observe déjà, à ce niveau,
un certain biais de sélection. Une seconde option consiste à travailler
dans un cadre moins géographique et plus politique, celui des États-
nations ; c'est ce cadre qui est utilisé dans le tableau ci-contre. De cette
répartition des contrées étudiées par les articles de la Revue Tiers
Monde, on retiendra les particularités suivantes :
— la sélection s'explique moins par l'importance des populations concer
nées ou l'ampleur des problèmes, que par une proximité plus culturelle
que géographique, qui remonte sans doute aux spécificités de la colo
nisation française. (Une comparaison avec une revue similaire par sa
thématique, mais au champ géographique différent comme Economie
development and cultural change le montrerait aisément) ;
— ce privilège accordé à l'étude des anciennes colonies françaises res
sort d'autant mieux si on classe les pays africains en fonction des
colonisations qu'ils ont connues: ceux qui dépendaient de la
Grande-Bretagne ont fait l'objet de 21 articles, ceux qui dépendaient
de la Belgique de 17 articles et ceux qui dépendaient du Portugal de
1 . Philippe Hugon, « A propos de l'ouvrage de Samir Amin, Le développement inégal », n° 58, 1974.
2. Avec trois numéros spéciaux consacrés à l'Algérie : numéro h.s. 1962 et numéro h.s. 1963 sous la
dir. de F. Perroux, n° 83-1980 sous la dir. de С Palloix, un spécial consacré à l'Egypte, n° 121-1990
sous la dir. de M. Abdel-Fadil et A. Roussillon, et un numéro spécial consacré à L'Afrique des grands lacs, la dir. d'A. Guichaoua, n° 106, 1986. Combat pour une idée 253
Poids des États-nations étudiés Numéros Nombre
dans la Revue Tiers Monde spéciaux d'articles
Afrique
Maghreb
Algérie 2 S3
Maroc 20
Tunisie 13
Machrek
Egypte 1 31
Libye 2
Afrique au sud du Sahara : 25 pays 158
dont:
Sénégal 26
Côte-d'Ivoire 24
Cameroun 13
Madagascar 13
Burkina Faso 8
Bénin 5
ex-colonies britanniques 21
dont:
Tanzanie (10)
Nigeria (4)
ex-colonies belges 17 portugaises 6
Amérique latine: 18 pays 156
dont:
Brésil 40
Mexique 1 30
Argentine 23
Pérou 11
Chili 9
Colombie 5
Л.ие: 18pays 197
dont :
Chine 3 68
Inde 1 33
Viêt-nam 1 31
Proche-Orient 24
dont:
Turquie 5
Israël 4
Liban . 4
Europe: 14 pays • 96
dont:
ex-Union soviétique 24
France 16
Espagne 1 24
Portugal 1 17
Grèce 6
NB. — Le nombre de pays indiqué par continent concerne ceux qui ont fait l'objet d'au moins un
article dans la Revue Tiers Monde. 254 Guy Caire
6 articles. Que le Burkina (8 articles) ait un poids editorial double
de celui du Nigeria (4 articles) ne relève donc pas de considérations
purement économiques ;
— les caractéristiques des ruptures avec la métropole coloniale ne sont
pas sans conditionner le contenu des articles consacrés à chacun des
pays, comme le montre bien le cas du Maghreb: problèmes de
réforme agraire, de planification, de choix d'industrialisation (avec
les célèbres «industries industrialisantes»)1 pour l'Algérie2, ques
tions de développement agricole pour le Maroc, étude du fonctio
nnement des unités coopératives la Tunisie par exemple.
Les disparités enregistrées dans les autres continents sont moins cari
caturales : en Amérique latine, les 18 États-nations étudiés dnt fait l'ob
jet de 156 articles3 ; en Asie, le même nombre de pays (18) fait l'objet de
197 articles4 ; mais que 31 articles soient consacrés au Viêt-nam5 ne s'ex
plique là encore que par la nature particulière des liens qui nous ont
unis à cette lointaine contrée. Les pays du Proche-Orient ne concernent
que 24 articles. Enfin, parmi les 14 européens étudiés dans 96 arti
cles, ce sont trois pays du Sud qui ont retenu l'attention des chercheurs :
la Grèce, le Portugal6, l'Espagne7; paradoxalement l'Italie, du moins
celle du Mezzogiorno, semble avoir été oubliée, malgré l'intérêt évident
que présenterait l'étude de certaines de ses particularités (rapports
agraires, rôle de la Mafia, efforts d'aménagement de l'espace, etc.).
Une pléiade d'auteurs : les artisans du rayonnement de la « Revue »
1 277 noms d'auteurs peuvent être identifiés dans l'ensemble des arti
cles et documents publiés par la Revue Tiers Monde. La diversité est
donc d'autant plus considérable qu'aux origines très variées vient
s'ajouter, sur quatre décennies, la succession de plusieurs générations.
Mais les contributions apportées par chacun sont elles-mêmes variables.
Certains auteurs ont fourni de nombreux articles ; c'est le cas pour ceux
qui ont leur rattachement professionnel à I'iedes et qui, en conformité
1 . Cf. G. Destanne de Bernis, « Les industries industrialisantes et les options algériennes », n° 47, 1971.
2. Cf. le numéro spécial Algérie 1980, sous la dir. de Ch. Palloix, n° 83, 1980 organisé précisément
autour de trois questions : L'industrialisation, La question salariale et ouvrière, La réforme agraire.
3. Avec le n° 15, 1963, entièrement consacré au Mexique.
4.3 numéros spéciaux consacrés à la Chine : La Chine, sous la dir. de P. Gentelle, n° 86, 1981 ;
Les réformes en Chine, sous la dir. de C. Aubert, n° 108, 1986; La Chine après Deng, sous la dir. de
С Aubert, J.-P. Cabestan et F. Lemoine, n° 147, 1996; et un à l'Inde : Inde, libéralisation et enjeux sociaux,
sous la dir. de B. Madeuf et P. Cadène, n° 119, 1989.
5 . Avec un numéro spécial Le Viêt-nam entre la guerre et la paix, n° 42-43, 1970.
6.un Réforme et contre-réforme agraire au Portugal, n° 89, 1982.
7. Là aussi un numéro spécial L'Espagne à l'heure du développement, n° 32, 1967. Combat pour une idée 255
aux propos initiaux de Henri Laugier, peuvent considérer Tiers Monde
sinon comme « leur » revue, du moins comme un lieu naturel d'accueil
pour la publication de leurs travaux ; c'est aussi le cas pour ceux, exté
rieurs, dont le domaine de recherche est précisément le développement.
Une comptabilisation rapide permet de dresser le tableau suivant des
« productivités » concernées :
Auteurs Auteurs Nombre Nombre
d'articles concernés d'articles concernés
2 154 10 1
3 48 11 2
4 21 12 2
5 14 14 2
6 8 17 1
7 5 19 1
8 5 20 1
9 2 21 1
33 1
Les apports des auteurs étrangers mériteraient d'être mis en évi
dence, mais un certain nombre de difficultés se présente : indépendam
ment de l'exode professionnel des cerveaux qui peut les atteindre, des
vicissitudes de la vie politique qui peuvent les conduire à réclamer le
statut de réfugiés, il existe une certaine mobilité géographique chez les
chercheurs, d'un pays à l'autre mais également de et vers les organisa
tions internationales. Dès lors, l'origine des auteurs doit être entendue
non pas comme la nationalité personnelle qui est la leur, mais comme
le pays auquel ils se trouvent rattachés professionnellement lors de la
rédaction des articles et sur laquelle nous renseigne (mais pas tou
jours) une indication au bas de la première page de leur contribution1 :
490 signatures étrangères relevant de 69 pays peuvent ainsi être recen-
n° 130(1992) 1. Voir aussi les moyennes suivantes, plus détaillées mais sur sept ans seulement, du n° 101 (1985) au
Appartenances institutionnelles
Pays d'origine professionnelle des auteurs (pour les auteurs français)
France Université 35% 252(60%)
Autres pays occidentaux 42 (10 %) CNRS ou autres centres de recherche 35%
Pays en développement IEDES 17% 82(20%)
Organisations internationales ORSTOM 9% 27(6%)
Non précisé 14

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.