Conservation des signatures isotopiques du collagène d'os et de dents du pleistocene supérieur (Saint-Césaire, France) : implications pour les reconstitutions des régimes alimentaires des néandertaliens - article ; n°3 ; vol.11, pg 289-305

De
Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris - Année 1999 - Volume 11 - Numéro 3 - Pages 289-305
Preservation of isotopic signals in upper pleistocene bone and tooth collagen (Saint-Césaire, France) : Implications for dietary reconstructions of neanderthals. Abstract. — Analysis of the carbon and nitrogen isotopic composition of bone and tooth collagen is a reliable way to investigate the dietary adaptations of past human populations. The Upper Pleistocene site of Saint-Césaire (40,000-30,000 years BP, Charente-Maritime, France) provides a good context for the isotopic study of a Neanderthal skeleton. Faunal samples associated with the human fossil exhibit different states of preservation in different stratigraphie positions. Diagenetic processes did not significantly alter the isotopic composition of collagen of the best-preserved samples. Before attempting isotopic analysis of the Neanderthal remains from Saint-Césaire, organic matter preservation will have to be estimated first, and it may be necessary to modify the extraction protocol in order to sample a minimal amount of materials.
Résumé. — L'analyse isotopique du carbone et de l'azote du collagène des tissus minéralisés est une méthode d'investigation éprouvée des comportements alimentaires des populations humaines du passé. Le site pleistocene de Saint-Césaire (40000-30000 ans BP, Charente-Maritime, France) offre un cadre propice à l'étude isotopique d'un squelette de Néandertalien. Les échantillons osseux et dentaires de la faune associée aux restes humains de ce site présentent une préservation différentielle de la matière organique selon la position stratigraphique des fossiles. Les processus de diagenèse n'ont pas significativement modifié les signatures isotopiques des collagènes extraits des échantillons les mieux conservés. L'application de l'analyse isotopique aux ossements néandertaliens de Saint-Césaire devra être précédée d'une évaluation de leur état de conservation, et nécessitera peut-être des modifications du protocole d'extraction du collagène de façon à prélever une quantité minimale de matériel.
17 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : vendredi 1 janvier 1999
Lecture(s) : 29
Nombre de pages : 19
Voir plus Voir moins

Dorothée Drucker
Hervé Bocherens
André Mariotti
François Lévêque
Bernard Vandermeersch
Jean-Luc GuadelliConservation des signatures isotopiques du collagène d'os et de
dents du pleistocene supérieur (Saint-Césaire, France) :
implications pour les reconstitutions des régimes alimentaires
des néandertaliens
In: Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, Nouvelle Série, tome 11 fascicule 3-4, 1999. pp.
289-305.
Abstract
Preservation of isotopic signals in upper pleistocene bone and tooth collagen (Saint-Césaire, France) : Implications for dietary
reconstructions of neanderthals. Abstract. — Analysis of the carbon and nitrogen isotopic composition of bone and tooth collagen
is a reliable way to investigate the dietary adaptations of past human populations. The Upper Pleistocene site of Saint-Césaire
(40,000-30,000 years BP, Charente-Maritime, France) provides a good context for the isotopic study of a Neanderthal skeleton.
Faunal samples associated with the human fossil exhibit different states of preservation in different stratigraphie positions.
Diagenetic processes did not significantly alter the isotopic composition of collagen of the best-preserved samples. Before
attempting isotopic analysis of the Neanderthal remains from Saint-Césaire, organic matter preservation will have to be estimated
first, and it may be necessary to modify the extraction protocol in order to sample a minimal amount of materials.
Résumé
Résumé. — L'analyse isotopique du carbone et de l'azote du collagène des tissus minéralisés est une méthode d'investigation
éprouvée des comportements alimentaires des populations humaines du passé. Le site pleistocene de Saint-Césaire (40000-
30000 ans BP, Charente-Maritime, France) offre un cadre propice à l'étude isotopique d'un squelette de Néandertalien. Les
échantillons osseux et dentaires de la faune associée aux restes humains de ce site présentent une préservation différentielle de
la matière organique selon la position stratigraphique des fossiles. Les processus de diagenèse n'ont pas significativement
modifié les signatures isotopiques des collagènes extraits des échantillons les mieux conservés. L'application de l'analyse
isotopique aux ossements néandertaliens de Saint-Césaire devra être précédée d'une évaluation de leur état de conservation, et
nécessitera peut-être des modifications du protocole d'extraction du collagène de façon à prélever une quantité minimale de
matériel.
Citer ce document / Cite this document :
Drucker Dorothée, Bocherens Hervé, Mariotti André, Lévêque François, Vandermeersch Bernard, Guadelli Jean-Luc.
Conservation des signatures isotopiques du collagène d'os et de dents du pleistocene supérieur (Saint-Césaire, France) :
implications pour les reconstitutions des régimes alimentaires des néandertaliens. In: Bulletins et Mémoires de la Société
d'anthropologie de Paris, Nouvelle Série, tome 11 fascicule 3-4, 1999. pp. 289-305.
doi : 10.3406/bmsap.1999.2553
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0037-8984_1999_num_11_3_2553Bull. etMém. de la Société d'Anthropologie de Paris, n.s.t. 11, 1999, 3-4, p. 289-305.
CONSERVATION DES SIGNATURES ISOTOPIQUES DU
COLLAGÈNE D'OS ET DE DENTS DU PLEISTOCENE
SUPÉRIEUR (SAINT-CÉSAIRE, FRANCE) :
IMPLICATIONS POUR LES RECONSTITUTIONS DES
RÉGIMES ALIMENTAIRES DES NÉANDERTALIENS
Dorothée Drucker1, Hervé Bocherens1, André Mariotti1, François Lévêque2,
Bernard Vandermeersch3, Jean-Luc Guadelli4
Résumé. — L'analyse isotopique du carbone et de l'azote du collagène des tissus minéralisés
est une méthode d'investigation éprouvée des comportements alimentaires des populations humaines
du passé. Le site pleistocene de Saint-Césaire (40000-30000 ans BP, Charente-Maritime, France)
offre un cadre propice à l'étude isotopique d'un squelette de Néandertalien. Les échantillons osseux
et dentaires de la faune associée aux restes humains de ce site présentent une préservation différentielle
de la matière organique selon la position stratigraphique des fossiles. Les processus de diagenèse
n'ont pas significativement modifié les signatures isotopiques des collagènes extraits des échantillons
les mieux conservés. L'application de l'analyse isotopique aux ossements néandertaliens de Saint-
Césaire devra être précédée d'une évaluation de leur état de conservation, et nécessitera peut-être
des modifications du protocole d'extraction du collagène de façon à prélever une quantité minimale
de matériel.
Mots-clés: collagène, extraction, isotopes du carbone et de l'azote, Néandertalien, régime
alimentaire, Saint-Césaire
PRESERVATION OF ISOTOPIC SIGNALS IN UPPER PLEISTOCENE BONE AND TOOTH COLLAGEN (SAINT-CÉSAIRE,
FRANCE) I IMPLICATIONS FOR DIETARY RECONSTRUCTIONS OF NEANDERTHALS
Abstract. — Analysis of the carbon and nitrogen isotopic composition of bone and tooth collagen
is a reliable way to investigate the dietary adaptations of past human populations. The Upper
Pleistocene site of Saint-Césaire (40,000-30,000 years BP, Charente-Maritime, France) provides a
1. Laboratoire de Biogéochimie Isotopique, Université P. et M. Curie - INRA - CNRS, UMR 7618, 4, Place
Jussieu, 75252 Paris cedex 05 (France)
2. Service Régional de l'Archéologie, DRAC de Poitou-Charentes, Hôtel de Rochefort, 102, Grand rue, 86020
Poitiers (France)
3. Laboratoire d'Anthropologie des Populations du Passé, UMR5809, Avenue des Facultés, 33405 Talence
(France)
4. Institut de Préhistoire et de Géologie du Quaternaire, UMR 9933, Avenue des Facultés, 33405 Talence
(France) 290 D. DRUCKER, H. BOCHERENS, A. MARIOTTI, F. LÉVÊQUE, B. VANDERMEERSCH, J-L. GUADELLI
good context for the isotopic study of a Neanderthal skeleton. Faunal samples associated with the
human fossil exhibit different states of preservation in different stratigraphie positions. Diagenetic
processes did not significantly alter the isotopic composition of collagen of the best-preserved
samples. Before attempting isotopic analysis of the Neanderthal remains from Saint-Césaire, organic
matter preservation will have to be estimated first, and it may be necessary to modify the extraction
protocol in order to sample a minimal amount of materials.
Key words : carbon and nitrogen isotopes, collagen, diet, extraction, Neanderthal, Saint-Césaire.
INTRODUCTION
Depuis les travaux de Libby (Libby étal, 1964), les techniques biogéochimiques ont
introduit de nouvelles voies de recherche dans le domaine de la paléoanthropologie. En
particulier, l'approche isotopique permet d'aborder un nouveau type d'investigation pour
la connaissance des ressources alimentaires et de leur utilisation par les populations du
passé. Ces reconstitutions des environnements et des stratégies de subsistance fournissent
des données sur l'évolution biologique et culturelle des hominidés.
Les teneurs isotopiques en carbone et azote du collagène, protéine majoritaire de l'os,
reflètent celles de la nourriture (DeNiro et Epstein, 1978, 1981). La variabilité des sources
alimentaires peut se traduire par une variabilité de leur signature isotopique (Ambrose,
1993). Il est alors possible de différencier les vertébrés selon leur régime alimentaire.
Par exemple, l'analyse isotopique du carbone du collagène osseux, combinée à des
datations radiocarbone, a permis de dater le début de l'utilisation du maïs par des
populations paléoindiennes de l'Etat de New York (Van der Merwe et Vogel, 1978). En
effet, le maïs est une graminée d'origine tropicale (photosynthèse en C4) qui a été introduite
dans un environnement végétal tempéré (plantes à photosynthèse en C3) dont les signatures
isotopiques sont nettement différentes (Van der Merwe, 1982). Les teneurs isotopiques en
carbone ont également été utilisées pour mettre en évidence la prépondérance de la
nourriture d'origine marine ou terrestre dans l'alimentation (Tauber, 1981 ; Chisholm et
al., 1982). En couplant à ces données la composition isotopique en azote, Schoeninger et
al. (1983) ont pu distinguer une population côtière d'une population d'agriculteurs. Cette
même démarche a été adoptée pour déterminer la proportion de plantes légumineuses
consommées par une population archéologique d'Amérique (DeNiro et Epstein, 1981).
Les abondances isotopiques en azote 15 du collagène osseux sont également liées au
niveau trophique (Minagawa et Wada, 1984 ; Schoeninger et DeNiro, 1984) et permettent
ainsi de situer la place d'un individu dans la chaîne alimentaire.
Les études se sont longtemps limitées à la période Holocène en raison de la conservation
aléatoire de la matière organique des fossiles et donc de l'altération possible de leur
signature isotopique. Si les environnements arides s'avèrent effectivement défavorables
à la préservation du collagène, les milieux tempérés européens offrent des conditions plus
propices (Weiner et Bar-Yosef, 1990; Ambrose, 1998). Ainsi, l'application de mesures
isotopique à des restes fossiles datant de plus de 10000 ans a été réalisée sur le gisement RECONSTITUTIONS DES RÉGIMES ALIMENTAIRES DES NÉANDERTALIENS 291
de Marillac (Pleistocene supérieur, 45000-40000 BP, Charente, France). Les résultats
obtenus sur des ossements néandertaliens découverts dans ce site, replacés dans le cadre
de l'ensemble faunique associé, ont mis en évidence des teneurs isotopiques comparables
à celle des carnivores (Fizet et al, 1995) ce qui implique une source protéique carnée
prépondérante (Bocherens, 1997).
Les mesures isotopiques déjà réalisées n'étant représentatives que des individus
analysés, il convient d'appliquer l'approche isotopique à d'autres ossements d'hominidés
pour approfondir notre connaissance de leur adaptation alimentaire. Le site de Saint-
Césaire (Pleistocene supérieur, 40000-30000 BP, Charente-Maritime, France) s'inscrit
parfaitement dans ce cadre d'étude car il comporte des restes de Néandertaliens associés
à une faune abondante et variée.
Les échantillons fauniques permettent de tester la présence de collagène et la fiabilité
des mesures isotopiques. De plus, les signatures isotopiques dépendent des écosystèmes
considérés et les résultats obtenus sur la faune s'avèrent nécessaires à la calibration du
réseau trophique dans lequel seront replacés les hominidés (Ambrose, 1991). Ainsi, l'analyse
préliminaire des restes fauniques est indispensable pour l'étude isotopique des restes humains.
Le site de Saint-Césaire
Découvert en 1976 au lieu-dit «La Roche à Pierrot» près du village de Saint-Césaire,
à quelques kilomètres de Saintes (Figure 1), le site a été fouillé depuis cette date jusqu'en
1987 sous la direction de François Lévêque (Lévêque, 1993). En 1979, des ossements
Figure 1. — Localisation
géographique du site de Saint-
Césaire (40000-30000 ans BP,
Charente-Maritime, France), et
du site de Marillac (45 000-
40000 ans BP, Charente, France). 292 D. DRUCKER, H. BOCHERENS, A. MARIOTTI, F. LÉVÊQUE, B. VANDERMEERSCH, J-L. GUADELLI
humains ont été exhumés sous la responsabilité du Professeur Bernard Vandermeersch.
Leurs caractéristiques morphologiques sont spécifiques du type néandertalien (Lévêque
et Vandermeersch, 1981).
Dix sept niveaux stratigraphiques ont été mis en évidence et regroupés en deux
séquences. La séquence inférieure ou ensemble gris regroupe cinq niveaux moustériens
(Egpf, Egp, Egf, Egc, Egb) datés par thermoluminescence aux environs de 40000 ans BP
et correspondent au Paléolithique moyen (Mercier et al, 1991). La séquence supérieure
ou ensemble jaune débute par deux niveaux castelperroniens (Ejop supérieur, Ejop
inférieur) et comprend également quatre aurignaciens (Ejj, Ejm, Ejf, Ejo supérieur)
dont le plus ancien date de 32 100 ± 3 000 BP (Mercier et al, 1991). Les restes
néandertaliens ont été trouvés dans un niveau castelperronien daté de 36 300 ± 2700 BP
par thermoluminescence sur des silex chauffés issus de la même couche stratigraphique
(Mercier et al, 1991). La présence d'un homme de Néandertal au début du Paléolithique
supérieur, c'est-à-dire associé à une industrie attribuée jusque là à l'homme moderne, a
introduit l'hypothèse de la contemporanéité Néandertalien-Homme moderne en Europe
(Lévêque et Vandermeersch, 1981 ; Lévêque et al, 1992).
MATÉRIEL ET MÉTHODES
Matériel étudié
Le choix des échantillons s'est porté sur des restes osseux et dentaires de mammifères
d'espèces déterminées au niveau générique ou spécifique. Pour chaque taxon, plusieurs
échantillons osseux ou dentaires sont sélectionnés. Les pôles herbivores, omnivores et
carnivores sont représentés, et permettront de calibrer le réseau trophique du site. En tout,
50 d'équidés (Equus sp.), bovines (Bos ou Bison), rennes (Rangifertarandus),
cerfs géants (Megaloceros giganteus), rhinocéros laineux (Coelodonta antiquitatis), mam
mouth laineux (Mammuthus primigenius), sanglier (Sus scrofa) et carnivores (Carnivora
indet.) ont été étudiés.
Estimation de la conservation de la matière organique
L'étude isotopique est systématiquement précédée d'une évaluation de l'état de
préservation de la matière organique, qui est appréciée par la mesure de la teneur en azote
total de l'os ou de la dentine. Le collagène étant la source d'azote prépondérante dans l'os
et la dentine, la teneur en azote est directement liée à la quantité de collagène présent dans
l'échantillon osseux ou dentaire (Iacumin et al, 1996 ; Bocherens et al, 1997).
La teneur en azote total de l'os est mesurée sur environ 5 mg de poudre d'os par un
analyseur élémentaire CHN Carlo Erba NA 1500. La précision analytique est de 0,1 %
(Bocherens étal, 1997). RECONSTITUTIONS DES RÉGIMES ALIMENTAIRES DES NÉANDERTALIENS 293
Extraction du collagène
Les échantillons sont soigneusement nettoyés par grattage et passage aux ultra-sons
dans l'eau distillée, avant d'être broyés jusqu'à une granulométrie inférieure à 0,7 mm.
La présence de colle synthétique sur les échantillons archéologiques n'est pas gênante
pour l'analyse isotopique à condition d'effectuer un lavage prélable à l'acétone (Bocherens
étal, 1991).
Les quantités de poudre d'os utilisées pour l'extraction du collagène sont fonction de
la quantité totale d'azote détectée dans l'échantillon concerné, et varient habituellement
entre 100 et 500 mg. Le protocole d'extraction appliqué (Bocherens étal, 1991) s'inspire
d'une méthode, mise au point par Longin (1971), basée sur les propriétés de solubilité du
collagène dans les solutions acides.
Le rendement d'extraction est le rapport du poids de collagène lyophilisé au poids sec
de l'échantillon osseux ou dentaire. D est exprimé en milligramme de collagène par gramme
d'os ou de dentine (mg.g1). Pour des restes fossiles contenant moins de 0,4 % d'azote,
Schoeninger et al (1989) considèrent que la nature collagénique du résidu extrait doit
être vérifiée. Ils recommandent la détermination de la composition en acides aminés comme
technique de caractérisation car le collagène possède un spectre d'acides bien
spécifique.
Analyse isotopique
L'analyse isotopique est effectuée sur 1 mg de collagène à l'aide d'un spectromètre de
masse isotopique en flux continu couplé à un analyseur élémentaire (EA-IRMS). Les
abondances isotopiques s'expriment, pour le carbone, en 613C versus l'étalon international
PDB (carbonate marin), pour l'azote, en 615N versus N2 atmosphérique avec ôEX%o =
((^échanunon - ERétaion)/ERétaion)»103 (%c) où EX équivaut à 13C ou à 15N et R représente
respectivement 13C/12C ou 15N/14N. La précision analytique est de 0, \%o pour 613C et 0,2%o
pour 515N (Bocherens et al, 1996).
L'analyseur élémentaire fournit les teneurs en carbone et en azote de la matière
organique extraite, exprimées en pourcentage par rapport à la masse de l'échantillon. Les
concentrations en carbone et en azote permettent de calculer le rapport C/N atomique. Le
signal isotopique mesuré sur des restes fossiles est considéré comme représentatif de
celui enregistré du vivant de l'animal lorsque ce rapport est compris entre 2,9 et 3,6
(DeNiro, 1985). 294 D. DRUCKER, H. BOCHERENS, A. MARIOTTI, F. LÉVÊQUE, B. VANDERMEERSCH, J-L. GUADELLI
RESULTATS ET DISCUSSION
Conservation du collagène
Les échantillons, toutes espèces confondues, des couches Ejj, Ejm, Ejf et Ejo sup
présentent des quantités d'azote comprises entre 0,9 et 2,1 %, tandis que les échantillons
provenant des couches Ejop, Egps et Egc contiennent de 0,1 à 0,7 % d'azote (Figure 2,
Tableau I). Le hiatus entre ces deux groupes de couches ne coïncide pas avec la
différenciation stratigraphique (ensemble jaune/ensemble gris) et ne peut être directement
correlé aux modifications climatiques, même si celles-ci ont sans doute influé sur l'état
de conservation différentielle de la matière organique. Les extractions de collagène ont
été réalisées à partir des échantillons contenant plus de 0,4% d'azote et pour lesquels
nous disposions de quantités suffisantes de poudre (250 à 350 mg).
Il existe une relation linéaire statistiquement significative (r = 0,973, nettement supérieur
à Ooo! = 0,543 pour n = 18) entre les rendements d'extraction et les pourcentages d'azote
total mesurés sur les échantillons osseux correspondants (Figure 3). Cette relation linéaire
a déjà été établie pour d'autres sites (Iacumin et ai, 1996 ; Bocherens et ai, 1997). Aussi,
il est possible d'estimer la quantité de collagène conservée par une mesure de la quantité
Épisodes % N os ou dentine climatiques
0 1 2 3 4 f
i i
Ejj - tempéré
Ejm - ♦♦
Paléolithique supérieur Ejf - froid О О (D OO О stratigraphique - Á À Ejo sup s
F sup* - СО О Ejop R tempéré - au Ejop A ~ - -и- + Egpf 1 olithique 2
- S т Egps g froid
Paie
- vv Egc
1
Figure 2. — Résultats des mesures des quantités d'azote des échantillons (os ou dentine) de Saint-
Césaire en fonction de leur position stratigraphique (* couche contenant les restes néandertaliens).
La dénomination Ejop est employée pour les échantillons provenant des couches castelperroniennes
sans que le niveau précis (Ejop sup ou Ejop inf) ait pu être précisé. RECONSTITUTIONS DES RÉGIMES ALIMENTAIRES DES NÉANDERTALIENS 295
№ espèce pièce couche numéro N os ou
dentine (%)
RPB3600 métacarpe II gauche 2,0 Equus sp G4(IV)Ejj 17s 161.32.17(1)
RPB370O Rangifer tarandus portion distale d'humérus 1.0 F5(III)Ejj 18i 180.55.40(1)
RPB3400 diaphyse de métapode H5(IV)Ejml8i 178.40.35 (5) 1,7 Equus sp
RPB3500 Rangifer tarandus phalange I G4(III)Ejml8i 176.50.39 (4) 1,6
RPB2700 Bos ou Bison portion articulaire de côte 15(111) Ejf 17si 1,0 166.67.39 (2)
grand sésamoïde interne H4(IV)Ejf 18s 2,1 RPB28OO Bos ou 173.47.36 (3)
RPB2900 diaphyse de fémur H4(IV) Ejf 17i 169.39.0 (4) 0,9 Equus sp
RPB3000 grand sésamoïde G4(I)Ejf 18i 1,3 sp 177.32.82 (1)
RPB3100 Rangifer tarandus métatarse antérieur E2(IV) Ejf 19si 1,0 186.18.0(5)
RPB3200 phalange II 14 Ejf 16s 18s 160.6.94 1,8
RPB33OO Rangifer tarandus bois 14 Ejf 14s 17i 1,4 141.77.40(4)
RPB4000 Rangifer diaphyse de métatarse 196.38.80 (16) 0,9 F3(I) Ejo sup 20
1,2 RPB4100 tarandus ulna (cavité sésamoïde dr) F3(II) Ejo sup 21s 202.75.69 (2)
RPB100 carnivore 217.23.66 (8) 0,1 canine (racine) 15(1) Ejop sup 22i
RPB200 0,1 F3(IV) Ejop 23s 230.12.20(1)
RPB300 Equus hydruntinus? canine 0,1 E5(IV) Ejop sup 27i 266.31.46(2)
RPB400 carnivore tibia 262.85.86 (5) 0,1 E6(II) Ejop 27s
RPB500 Sus scrofa 0,1 ?M sup (racine) Ejop sup 24i26i 239.63.80(15)
0,1 RPB550 Sus os associé Е6(П) Ejop sup 24i 26i
RPB600 Megaloceros giganteus racine de M sup 224.87.56 (2) 0,7 G4(II) Ejop sup 23
RPB650 os de maxillaire associé 0,7 Ejop sup 23 (2)
RPB700 giganteus 229.67.24 (9) 0,1 M2? sup H5(III) Ejop sup 23
RPB800 Mammuthus primigenius molaire 0,1 Ejop sup 24i 236.61.3(3)
RPB1000 Rangifer tarandus 249.29.66 (1) 0,1 M sup E4(I-III) Ejop
RPB11OO Minf 0,1 G5(II) Ejop sup 23s
0,4 RPB1200 Rangifer tarandus mandibule 314.100.00 E7(III) Ejop 32s
RPB1250 P3inf 0,2 Ejop 32s
Coelodonta antiquitatis 0,1 RPB13OO ?humerus (os long) G5(IV) Ejop 24s 234.2.17(2)
RPB1400 dent inf 342.90.27 (5) 0,4 E8(III) Ejop 35s
0,3 RPB1500 Bos ou Bison E7(l) Ejop 32s 315.45.51 (12) PMsup
RPB1600 Bos ou dent inf 258.64.77 (2) 0,2 D5(II) Ejop 27s
0,1 RPB1700 Coelodonta antiquitatis dent 230.70.35 (6) G5(III) Ejop sup 23i
RPB18OO Bos ou Bison dent 0,3 G2(IV) Ejop 32i 316.33.4(4)
0,2 RPB1900 Bos ou dent E7(I)Ejop31i 306.0.77 (6)
RPB2000 Bos ou Bison dent 0,1 G5(IV) Ejop 24s 235.39.20(11)
RPB2100 0,1 Equus sp dent sup I40V) Ejop sup 25s 26s 255.12.33(1)
RPB2200 dent 253.83.52 (5) 0,1 Equus sp D5(II) Ejop 26
RPB230O 0,4 sp C3(IV) EJop 30i 300.33.17 (3) P2sup
RPB2400 dent inf F7(I)Ejop31i 0,5 Equus sp 312.7.90(3)
Tableau I. — Liste des échantillons analysés et des pourcentages d'azote mesurés au CHN. 296 D. DRUCKER, H. BOCHERENS, A. MARIOTTI, F. LÉVÊQUE, B. VANDERMEERSCH, J-L. GUADELLI
№ espèce pièce couche numéro N os ou
dentine (%)
RPB2500 Bos ou Bison os 0,2 D6(II) Ejop sup 28i 278.52.54(1)
RPB2600 Bos ou os 243.42.84 (15) 0,1 H6(I) Ejop sup 25i
RPB4200 ? Bison cheville osseuse E5(III)Egpf27i28s 266.81.38 (272) 0,2
RPB4300 ? fragment de mandibule D7(IV)Egpf33i34s 0,5 332.38.40 (4)
RPB4400 Rangifer tarandus diaphyse ant. de métatarse H7(I-II)Egpf29i30s 293.57.63 (7) 0,2
RPB4500 métacarpe III dist. gauche E6(II)Egpf28i29i 0,2 Equus sp 284.73.59 (13)
RPB4600 Bos ou Bison patella gauche F5(III)Egpf27si 265.100.38 (9) 0,2
RPB4700 tibia prox. gauche G5(II)Egpf27s 0,2 Equus sp 262.95.90(15)
RPB4800 fémur prox. gauche E6(IV)Egps30s31s 307.04.03 (9) 0,2 Equus sp
RPB38OO Bos ou Bison phalange I G5(III) Egc 29i 30i 0,2 291.76.30(1)
RPB3900 Rangifer tarandus II B5(III) Egc 32i 0,3
Tableau I. — (suite).
у = 46,80х - 10,37 г = 0,973
1ПО
О у
О /
/и 75 -
D Ejj 'во / "5
G, Ejm ♦
50 - So с о
Ejf О
1 о/
ой s À Ejo sup
25 -
♦ Ejop sup /
A Ejop 0 -
0 2,5 Л 0,5 1 % N 1 os ou dentine 1,5 1 2 1
Figure 3. — Relation entre le rendement d'extraction du collagène et la quantité d'azote dans les
échantillons de Saint-Césaire.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.