Démences et Psychopathies d'origine organique. Encéphalites. Arrêts de développement. - compte-rendu ; n°1 ; vol.37, pg 465-478

De
Publié par

L'année psychologique - Année 1936 - Volume 37 - Numéro 1 - Pages 465-478
14 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : mercredi 1 janvier 1936
Lecture(s) : 29
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins

f) Démences et Psychopathies d'origine organique.
Encéphalites. Arrêts de développement.
In: L'année psychologique. 1936 vol. 37. pp. 465-478.
Citer ce document / Cite this document :
f) Démences et Psychopathies d'origine organique. Encéphalites. Arrêts de développement. In: L'année psychologique. 1936
vol. 37. pp. 465-478.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/psy_0003-5033_1936_num_37_1_5428PSYCHOLOGIE PATHOLOGIQUE 465
la psychose ou autre chose De toute fa on il se croit
autorisé conclure que les cas de psychose maniaque-dépressive
qui sont fréquents chez les descendants des parents non atteints
de cette psychose doivent être ramenés la psychose maniaque-
dépressive comme leur source
Démences et psychopathies origine organique
Encéphalites Arrêts de développement
710 DAUM ZON Maladie de Parkinson et paraphrénïe
An Méd.-Ps. XV 94 II 1936 629-634
encéphalite épidémique ne produit pas que des troubles neuro
logiques des troubles mentaux en particulier des délires hallucina
toires en sont souvent la conséquence Il peut avoir comme dans
le cas présent combinaison des deux les troubles parkinsoniens sont
interprétés par la malade comme étant le fait de ses ennemis
711 WREDA Uber hereditären Parkinsonismus Sur
le Parkinsonismo héréditaire N. 1936 vol 104
597-610
Il agit une femme de 51 ans qui présente de nombreux symp
tômes un parkinsonisme état actuel été précédé un stade
prodromal de réactions psychopathiques sous forme de manifesta
tions hystériques et paranoïaques Ce il intéressant dans
ce cas est que trouvé dans quatre générations qui se succé
daient de mère fille des symptômes parkinsoniens sous forme une
paralysie agitante De plus il dans la famille deux cas de mariages
consanguins La mode étant actuellement aux interventions eugé
nique envisage déjà la possibilité de mesures prophylactiques
Il trouve cependant le nombre de cas insuffisant pour une appli
cation de la loi du 14 juillet 1933 concernant les maladies degenera
tives héréditaires
712 HEUYER et CH DURAND Une forme particulière
de délire chez un Parkinsonien et sa mère An Méd.-Ps.
XV 94 1936 415-425
Délire en collaboration un Parkinsonien présentant de auto
matisme mental et de sa mère qui interprète les troubles du malade
en fonction de ses propres croyances la sorcellerie et des consulta
tions elle demande aux radiesthésistes métapsychistes et fakirs
713 A.-P.-L BELEY et CH.-H NODET Sept cas de paralysie
générale avec confusion et excitation prolongées An Méd.-Ps.
XV 94 II 1936 55-62
Les formes confusionnelles de la paralysie générale peuvent soit
évoluer rapidement vers la mort soit être parmi les plus curables
AITN PSYCHOLOGIQUE XXXVII 30 466 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
est état général du malade qui permet de prévoir une ou autre
alternative Dans le 2e cas la malarisation pratiquée avec prudence
et souplesse peut donner les meilleurs résultats
714 DUPOUY et ROYER Un cas de paralysie générale
juvénile An Méd.-Ps. XV 94 II 1936 634-637
Dans certains cas de paralysie juvénile hérédosyphilis ne peut
pas être mise en évidence et il est vraisemblable que dans bien des
cas il agit une contamination personnelle précoce
715 KONRAD TROEGER Eltern- und Geschwisterschaften
von 100 paralytischen Probanten Ein Beitrag zur Frage der
Belastung bei Paralyse Les parents et les frères et urs de 100 para
lytiques généraux Contribution au problème de hérédité dans la-
paralysie générale fur N. GLVI 1936 1-26
examiné hérédité de 100 paralytiques généraux admis
asile de Nittenau près de Berlin du 1er mai 1934 au 1er mai 1936
Voici les données de cette enquête comparées celles de la population
non-sélectionnée Pour les frères et urs 085 de schizophrénie
056 de psychose maniaque-dépressive 193 de paralysie géné
rale et 033 épilepsie il avait 29 de cas de débilité mentale
légère 39 de personnes qui se trouvaient la limite de la débilité
et 165 alcooliques autre part 264 des frères et urs sont
décédés une mort subite il ait eu aucun cas de suicide
et le taux de la mortalité tuberculeuse été très élevé 3143
Chez les parents de ces malades on compte 052 de cas de schizo
phrénie 053 de paralysie générale cas épilepsie et aucun
cas de psychose maniaque-dépressive Par contre il eu démences
seniles de cas artériosclérose et 45 alcooliques 16 se
sont suicidés et il eu 81 de morts subites Le pourcentage des
cas apoplexie cérébrale été élevé 14 celui de la tuberculose
été de 101 En définitive pas hérédité plus chargée dans
ce groupe que dans celui de la population moyenne en ce qui
concerne les psychoses ou la débilité mentale Par contre les psycho
pathies légères les cas de réactions psychogènes et alcoolisme sont
plus nombreux que dans la population moyenne de Berlin Sont
nombreux surtout les cas apoplexie cérébrale les psychoses seniles
et la tuberculose où la conclusion que ces dernières affections
sont des moments prédisposant éclosion de la paraivsie générale
716 GUIRAUD et FERDI RE Aphasie chez les syphi
litiques et paralysie générale Problème de diagnostic et de
traitement An Méd.-Ps. XV 94 1936 404-407
Par sa localisation postérieure la paralysie générale peut donner
lieu de aphasie Le diagnostic impose alors avec aphasie par
arterite syphilitique Il est pas toujours aisé en raison des troubles
mentaux qui accompagnent souvent aphasie Il convient de relever
les troubles neurologiques associés en particulier chez les paraly- PSYCHOLOGIE PATHOLOGIQUE 467
tiques généraux le mâchonnement les secousses péribuccales le
tremblement de la langue et des extrémités la dysarthrie
717 ROGER et PAILLAS La tabo-paralysie infanto-
juvénile Ene. XXXI 1936 II 305-331
association tabès-paralysie est plus rare chez adolescent que
chez adulte Son origine est plutôt que la syphilis acquise
hérédité névrotique favorise son apparition Les algies sont rares
mais les troubles de la sensibilité profonde constants ainsi que
abolition des réflexes tendineux hypotonie est habituelle et les
troubles de équilibration marqués Les signes méningo-corticaux
qui se rencontrent dans la proportion de 50 chez adulte sont
beaucoup plus rares chez enfant et chez adolescent Le tremble
ment les troubles sphinctériens les troubles oculaires sont fréquents
La démence est globale sans délire et habituellement accompagnée
de gâtisme Au point de vue somatique les stigmates viscéraux et
morphologiques de sont fréquents La pléocytose rachidienne
hyperalbuminose la réaction de Bordet-Wassermann sont cons
tantes
718 MARCHAND et BEAUDOUIN Paralysie générale
senile et démence organique ramollissements cérébraux par
athérome et ramollissements bulbaires par endartérite spécifique)
An Méd.-Ps. XV 94 II 73-77
sortes de lésions sont ici intriquées démence organique avec
zone corticale de ramollissement par athérome arterite syphilitique
ayant déterminé des ramollissements bulbaires et enfin paralysie
générale dont existence clinique été reconnue après consta
tation du signe Argyll-Robertson
719 MARCHAND Mlle PETIT FORTINEAU Ménin
gite aiguë pneumococcique enkystée chez un paralytique général
An Méd.-Ps. XV 94 1936 754-760
Ce cas et autres montrent que atteinte des méninges par une
infection chronique les rend plus sensibles une infection aiguë
loin de les immuniser
720 CLAUDE et FL COSTE Productions gommeuses
chez deux paralytiques généraux impaludés Tertiarisation précoce
OU tardive An Méd.-Ps. XV 94 1936 607-611
La paralysie générale résultant une syphilis anallergique
les médications antisyphilitiques arsenic bismuth mercure sont
sans effet parce que hors état de réveiller les défenses de orga
nisme est ce que ferait la malariatherapie et par là elle rendrait
eur efficacité aux médications chimiques appui de cette thèse
on peut citer les cas où la ramène les réactions de
la période tertiaire fonte gommeuse et élimination des tissus infectés 468 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
721 Mlle CULLERRE et Mme EDERT Délire de gynécopathie
interne chez une paralytique générale après malarisation
An Méd.-Ps. XV 94 1936 613-618.
La malarisation détermine souvent chez les paralytiques généraux
apparition de délires paraphréniques la base de ces délires il
semble il ait souvent des troubles cénesthésiques
722 ROUQUIER épilepsie striée Ene. XXX 1935
338-349
Les différences de la crise épileptique et de la crise hystérique
ne peuvent faire de doute pour personne Dans hystéro-épilepsie
il peut se produire chez le même sujet des crises hystériques et des
crises épileptiques mais chaque sorte de crises garde des caractères
nettement différentiels Il pourtant un troisième type de crises
qui ne peuvent être guéries par la suggestion et qui sont pourtant
de nature fonctionnelle Elles ont tantôt aspect de crises épilepsie
fruste et tantôt celui de grandes crises hystériques ou hystéroïdes
Elles se produisent chez des sujets présentant un syndrome sous-
cortical ou mésencéphalique en particulier un syndrome de Parkin-
son ailleurs souvent assez fruste
723 RABINOVITCH Contribution étude du rôle
pathogénique des troubles endocriniens dans épilepsie Ene.
XXX 1935 250-270 350-379
Il pas épilepsie dont la crise soit purement endocrinienne
Toute epilepsie suppose un foyer irritatif dans le système nerveux
Mais la crise épileptique peut être favorisce par inefficacité relative
de la barrière qui protège le parenchyme nerveux contre les toxines
et cette diminution paraît due la rétention eau dans les tissus
du comitial avec gonflement des colloïdes altération passagère et
réversible des fonctions de barrière abaissement du seuil de exci
tabilité cellulaire
La rétention de eau est elle-même en rapport avec les fonctions
endocrino-végétatives qui sont une extrême instabilité chez épi-
leptique Il faut donner une importance particulière aux périodes
cataméniales et aux états hypoglycémiques Parmi les glandes endo
crines opère un classement suivant elles enrayent ou elles
favorisent les manifestations épileptiques la première catégorie
appartiennent les capsules surrénales la thyroïde les parathyroïdes
la préhypophyse les glandes génitales la seconde appareil
langerhansien du pancréas le lobe postérieur de hypophyse le
thymus épiphyse le corps jaune ?? sur plusieurs points ce
classement diffère des idées communément admises car la crise
épileptique est souvent considérée tort comme une manifestation
orthosympathique
724 ALEXANDER et TITEGA épilepsie post-malaria-
thérapique de N. XXXVI 1936 354-362
Description de quatre cas de paralytiques généraux ayant pré
senté des crises épileptiques typiques la suite de la malariatherapie
Le problème pathogénique de ces cas assez rares en regard PSYCHOLOGIE PATHOLOGIQUE 469
du nombre de malariarisés est assez obscur encore Tout en
reconnaissant que cette forme spéciale épilepsie peut parfois être
déterminée par la réapparition de formations syphilitiques en foyers
témoins de la tertiarisation des lésions et de évolution de infection
causale vers un état allergique ils pensent que le rôle pathogénique
primordial dut être attribué existence de cicatrices cortico-
méningées Le fait que dans assez nombreux cas en particulier
chez ceux des A.) les accidents comitiaux sont apparus au cours
du traitement arsenico-bismuthé et ont été au contraire améliorés
par la thérapeutique antiépileptique semble en accord avec cette
hypothèse
725 MARCHAND LSE et DELMOND Automa
tisme ambulatoire épileptique avec exhibitionnisme sans conco
mitants convulsifs An Méd.-Ps. XV 94 II 1936 615-618
absence accidents convulsifs est pas un argument contre
la nature épileptique de automatisme ambulatoire Pendant ans
un malade de 33 ans pu présenter des fugues sans trace accidents
convulsifs Néanmoins il avait eu antérieurement une crise nettement
comitiale la suite une fièvre typhoïde qui semble elle-même
avoir fait que révéler une epilepsie latente car de 10 ans le
malade avait eu des convulsions dont la cause avait été imputée
helminthiase
726 RIETI Ricerche sui tempi di reazione della sensibilità
superficiale negli epilettici Recherche sur les temps de réaction
de la sensiblité superficielle chez les épileptiques Riv di Psic.
XXXII 1936 203-218
recherche si le ralentissement des temps de réaction aux
stimuli sensoriels chez les épileptiques est dû une cause physiolo
gique ou une cause psychique Son examen porta sur 43 malades
23 points de recherche furent choisis sur tout le corps et des stimuli
variés furent appliqués sur ces points pour déterminer le temps
de réaction la douleur au toucher la chaleur et au froid in
constance des résultats obtenus permet de conclure que les retards
des temps de réaction ne sont dus ni des lésions organiques ni
un facteur générique de torpeur psychique attention spontanée
de épileptique est fixée sur lui-même il est difficile obtenir de
lui une attention provoquée et encore plus concentrée Cet état
aggrave avec le développement de la maladie Dans les cas observés
le retard des réactions aux stimuli de la sensibilité superficielle était
dû un défaut de concentration de attention et dans les cas les
plus graves la difficulté de diriger après un ordre
donné
727 HARRI MAN The ethical discrimination of the
Epileptic Le sens moral des épileptiques of bn Ps.
XXX 1936 411-419
Il est utile avoir le plus de renseignements possibles sur la
capacité de épileptique de porter des jugements moraux On
appliqué le Kohs Ethical discrimination Test 25 épileptiques 470 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
et on comparé les résultats avec ceux de 25 sujets normaux Les
épileptiques ont obtenu des notes très inférieures dans chacune
des parties du test ce qui montre une déficience marquée du
sens moral Si on assume que le Kohs Test est un test intelligence
abstraite ausi bien que de discrimination morale on peut conclure
au grand mal correspond un double handicap intellectuel qui
atteint le jugement moral comme le jugement abstrait F.-W
728 WILLIAMS et MENDENHALL Thé appli
cation of test of suggestibility to group of epileptics Applica
tion un test de suggestibüüé un groupe épileptiques
of gen Ps. XIV 1936 422-436
100 femmes épileptiques soumises reprises au test de Hull
on suggère au sujet dont les yeux sont bandés il tombe en
avant inévitablement ont donné 25 de réponses positives
70 de réponses nulles et de réponses négatives Ce résultat
ressemble celui obtint 1932 sur les périodiques dans la
phase maniaque et diffère significativement de celui que donnent
les normaux réponses surtout positives la suggestion Les
posent le problème une analogie fondamentale entre épileptiques
et maniaques Ils soulignent la constance du test de Hull 80
des sujets donnèrent fois la même réponse
729 MIGNARDOT RAM AUBRY Impulsions
au suicide répétées conscientes et mnésiques chez un grand
épileptique An Méd.-Ps XV 94 II 1936 46-54
Les actes automatisme épileptique peuvent être conscients
Parmi ces actes on cité plusieurs cas impulsion au suicide Les
rapportent une observation où la crise était suivie un état dépressif
et hallucinatoire au cours duquel le malade entendait faire des
reproches et finalement tentait obéir ordre de se tuer Parfois
impulsion était provoquée non par une crise comitiale mais par
une simple émotion Le malade porte dans la région du cou la trace
des coupures il est faites aide un rasoir
730 GOURBON et Mlle ROUSSET Impulsions au suicide
chez un vieillard épileptique An Méd.-Ps. XV 94 1936
766-770
Involution senile avec accès intermittents épilepsie Les idées
de suicide sont en rapport avec les difficultés ou désagréments
souvent assez accessoires que le malade rencontre dans existence
731 MARCHAND FORTINEAU Mlle PETIT
Hallucinations visuelles projetées et dessinées symptômes pre
et post-paroxystiques épileptiques An Méd.-Ps. XV 94
1936 205-210
Ces hallucinations qui précèdent ou suivent immédiatement ont
un caractère de netteté telle elles peuvent être dessinées par
la malade Elles altèrent en rien les rapports avec entourage PSYCHOLOGIE PATHOLOGIQUE 471
Elles se distinguent pourtant de hallucinose en ce que leur caractère
pathologique est méconnu II
732 PEDERSEN ber die Entstehungsbedingungen der
traumatischen Epilepsie Sur les conditions apparition de Vépi-
lepsie traumatique fur N. CLIV 1936 621-651
côté des epilepsies symptomatiques une meilleure connais
sance de épilepsie traumatique est un grand intérêt pratique
autant que théorique 60 cas de crises épileptiques après trauma
ont été examinés La localisation de la blessure joue un rôle important
car on constate le plus souvent des troubles épileptiformes après
des traumatismes de la région centro-parietale les lésions de la
région frontale et temporale sont plus rarement suivies de crises et
la suite des blessures de la région occipitale les crises épileptiques
sont exceptionnelles Le côté droit ou gauche de la blessure ne joue
aucun rôle Dans la plupart des cas les crises sont déclenchées
durant la première année qui suit la blessure cependant les inter
valles longs ne sont pas rares 18 ou 23 ans intervalle
Il semble que les lésions diffuses déclenchent des crises plus tôt que
les traumas localisés dans un rayon de peu étendue Les blessures
cérébrales graves menacent tout moment de produire des crises
épileptiques Ni prédisposition ni disposition acquise ne semblent
jouer un rôle dans apparition des crises après les traumatismes
<lu cerveau
733 PAUL MATZDORFF Beziehungen zwischen dem migrä-
nosen und dem epileptischen Formenkreise Migräne ophtaimo-
plegische Migräne Moniere Anfälle epileptische Anfälle Rap
ports entre le cycle migraineux et le cycle epileptique Migraine
migraine ophtalmoplégique crises de Menière et crises épileptiques
fur N. CLVI 1936 574-593
Discussion un cas de crises de migraine qui prennent par la
suite le caractère un syndrome de Menière type Lermoyez On
révèle une hérédité épileptique une part et une hérédité migrai
neuse autre part voit la possibilité de ramener maintes crises
de type ophtalmoplégique ou de Menière la même source hérédi
taire que les autres crises de migraine Il croit que toutes les crises
<ie ce genre peuvent former un cycle migraineux Les réactions
épileptiques ou migraineuses en elles-mêmes semblent être diffé
rentes Chacune elles est héritée en tant que réaction spécifique
et peut rester latente Toutes deux peuvent devenir manifestes grâce
des facteurs non spécifiques Comme certaines de ces manifestations
sont également héréditaires il lieu de supposer un rapport
de parenté entre les deux sortes de crises
734 DRETLER Influence de encéphalite épidémique
chronique sur la schizophrénie Ene. XXX 1936 II 656-
670
Les cas encéphalite épidémique se produisant au cours une
schizophrénie en évolution sont rares en rapporte cas Dans
ces cas les manifestations propres la schizophrénie effacent 472 ANALYSES BIBLIOGRAPHIQUES
dans la mesure où établissent les signes chroniques de encéphalite
épidémique en particulier le syndrome de Parkinson Sous influence
de encéphalite épidémique isolement schizophrénique du malade
se relâche et il manifeste au contraire humeur collante du Parkin
sonien Les hallucinations quand elles existent dans les deux phases
changent de type auditives et psychiques la schizophrénie
surtout visuelles sous influence de encéphalite Dans cas les
obsessions de la phase schizophrénique disparaissent quand installe
le syndrome encéphalitique Dans le 3e cas les obsessions ne se
produisent au moment de encéphalite Interprétant ces cas
insiste sur la diversité évidente du siège des deux affections
est le mésencéphale qui est particulièrement touché par encépha
lite La schizophrénie est pas une maladie mésencéphalitique
735 HEUYER Mlle VOGT LAUTMANN et STERN
Présentation de deux jumelles tics encéphalitiques chez une
An Méd.-Ps. XV 94 II 1936 228-235
De deux jumelles univitellines une présente les signes neurolo
giques de encéphalite épidémique Elle présenté différents tics
brossage signe de croix qui ont disparu par suggestion mais qui
ont été remplacés par un tic de prosternation Sa ur ne présente
aucun de ces troubles Mais toutes deux ont eu des convulsions
et ans Le père est syphilitique
736 CLAUDE SIVADON et AJURIAGUERRA
Déséquilibre mental post-encéphalitique Perversions sexuelles
autoérotisme du mollet fétichisme du soulier etc. An Méd.-
Ps. XV 94 1936 412-416
Encéphalite épidémique 12 ans Dans les années qui suivent
les troubles de la conduite ne cessent de aggraver violences
fugues vols grande instabilité professionnelle cela ajoute de
excitation sexuelle qui se manifeste uniquement sous forme ona
nisme peut-être homosexualité Le seul excitant auquel le malade
paraisse sensible est la vue de ses propres mollets cambrés et revêtus
de bas de femmes
737 STEEGMANN et LOUIS-J KARNOSH Infantile
amaurotic family idiocy Idiotie familiale amaurotique infantile)
Am of P. XCII mai 1936 1412-1424
Il agit un enfant Israélite qui est développé normalement
âge de mois moment où il une atonie pro
gressive accompagnée de troubles visuels 15 mois il présenté
de excitation myoclonique avec de hypertonus généralisé
19 mois on constaté une cécité complète partir du 21e moiSr
le volume de la tête commencé augmenter et est devenu énorme
enfant est mort 29 mois autopsie on pas trouvé de chan
gements appréciables dans les organes sauf dans le système nerveux
central Le cerveau été énorme et pesé 2.300 grammes Par
contre le cervelet été atrophié et pesé que 115 grammes
On constaté également une atrophie du nerf optique PSYCHOLOGIE PATHOLOGIQUE 473
Contrairement aux cas observés on pas trouvé de charge
héréditaire appréciable idiotie amaurotique est ainsi pas tou
jours familiale De plus elle se rencontre aussi chez les non-israélites
comme le prouve la littérature rapportée par
738 HANS WILDERMUTH Kretinenpsychose Psychose
crétinique fur N. CLVI 1936 422-423
Il agit un cas de crétinisme chez un homme débile mental
qui développa la fin de la cinquième décade de sa vie une psychose
avec les caractères essentiels suivants changements humeur
illusions sensorielles désorientation générale et vagues idées de
persécution Cet ensemble de symptômes le qualifient comme un
cas de schizophrénie
739 HOCHHEIMER Zur Psychologie des Choreatikers
Sur la psychologie du choréique fur Ps. XLVII 1-2
mai 1936 49-115
présente cas particulièrement purs au stade initial
un 3e plus avancé et cas déjà graves Il trouve les tests et les
mesures insuffisants pour expliquer les troubles il faut par des
phéno-analyses pénétrer dans la vie intérieure du malade et analyser
attentivement ses propres descriptions Dans le stade précoce alors
que les tâches sont encore bien exécutées le malade se sent déjà
atteint craint que le contrôle de sa pensée ne lui échappe
Peu peu les temps de réaction allongent des impulsions
motrices involontaires apparaissent que le sujet ne peut plus domi
ner puis la motricité du langage enfin la pensée sont périodique
ment troublées Des mots voisins puis de plus en plus éloignés
viennent la place du mot cherché Le malade sent erreur mais
devient incapable de inhiber et le mot juste idée juste éva
nouissent
un stade plus grave tout effort avorte et le malade ne peut
exprimer un petit nombre idées qui attachent quelques
centres intérêt personnels Les phrases deviennent rares hachées
laconiques un peu plus éloquentes quand le malade parle de soi
Finalement tout contact cesse avec le monde extérieur et le malade
sombre dans un état primitif animal
pense on trop insisté sur des traits ordre affectif et
intellectuel sur la labilité humeur et irritabilité des choréiques
commune tout sujet qui se voit devenir déficient Leur caractère
fondamental et distinctif est la déficience dans le contrôle de la
motricité
740 ROGER et ALLIEZ Choree fibrillaire de rvan
acrodymie infantile et troubles psychiques An Med.-Ps.
XV 94 1936 689-693
Dans la choree fibrillaire de rvan qui est plutôt une maladie
de âge adulte et dans acrodynie infantile observent des troubles
mentaux semblables instabilité agressivité Il également simi
litude de troubles neuro-végétatifs vaso-moteurs surtout marqués
aux extrémités sudorrhée La lésion causale paraît avoir pour siège

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.