Deux légitimations historiques de la société française au XVIIIe siècle : Mably et Boulainvilliers - article ; n°3 ; vol.34, pg 438-450

De
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations - Année 1979 - Volume 34 - Numéro 3 - Pages 438-450
Two ways of legitimizing French society in the 18th century : Mably and Boulainvilliers
The purpose of the article is to compare the descriptions and analyses of the history of France written at the beginning and end of the 18th century by Boulainvilliers and Mably. The aristocratic interpretation of the first author seems totally opposed to the democratic theory of the second. But in reality both historians use the same conceptual elements, drawn from the enlightened milieux of the period : Germanic invasions, formation of the nation, the traditional liberties periodically reaffirmed in the Champs de mai, the contract binding nation and monarchy together. Thus the growth of civil society, its movement toward the seizure of power which emerges openly in the reign of Louis XIV, is explained in one case as the revival of aristocratic prerogatives, in the other as the just rights of the Third Estate.
13 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Publié le : lundi 1 janvier 1979
Lecture(s) : 94
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins

François Furet
Mona Ozouf
Deux légitimations historiques de la société française au XVIIIe
siècle : Mably et Boulainvilliers
In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 34e année, N. 3, 1979. pp. 438-450.
Abstract
Two ways of legitimizing French society in the 18th century : Mably and Boulainvilliers
The purpose of the article is to compare the descriptions and analyses of the history of France written at the beginning and end of
the 18th century by Boulainvilliers and Mably. The aristocratic interpretation of the first author seems totally opposed to the
democratic theory of the second. But in reality both historians use the same conceptual elements, drawn from the enlightened
milieux of the period : Germanic invasions, formation of the nation, the traditional liberties periodically reaffirmed in the "Champs
de mai", the contract binding nation and monarchy together. Thus the growth of civil society, its movement toward the seizure of
power which emerges openly in the reign of Louis XIV, is explained in one case as the revival of aristocratic prerogatives, in the
other as the just rights of the Third Estate.
Citer ce document / Cite this document :
Furet François, Ozouf Mona. Deux légitimations historiques de la société française au XVIIIe siècle : Mably et Boulainvilliers. In:
Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 34e année, N. 3, 1979. pp. 438-450.
doi : 10.3406/ahess.1979.294060
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1979_num_34_3_294060Deux légitimations historiques de la société fran aise au XVI II siècle
MABLY ET BOULAINVILLIERS
Le xvine siècle pose deux questions histoire est-ce une civilisation
est-ce une nation
Ces deux questions sont indépendantes Elles ne se recoupent jamais La
première est liée au vif sentiment du progrès qui anime le siècle et élaboration
un schéma linéaire de histoire humaine la civilisation est ce point de
perfection des urs des lettres et des arts dont Antiquité grecque et romaine
indiqué les traits et dont Europe des lumières est en train illustrer nouveau
les bienfaits Entre Voltaire et Condorcet cette civilisation cesse même être
pensée sur le mode une identité cyclique avec le modèle antique pour figurer
tout simplement le stade supérieur des progrès de esprit humain Point de
passage obligatoire des sociétés elle est le rêve de celles qui ne ont pas atteint et
la chance de celles qui épanouissent Mais de toutes fa ons un peu plus tôt un
peu plus tard histoire en constitue la garantie pour tous partir du moment où
elle un sens
La seconde question rien voir au moins la Révolution
fran aise avec ce rationalisme prophétique Elle prend sa source au contraire
dans le malaise de la société fran aise en face de absolutisme et il est naturel dès
lors on en per oive les premiers échos pendant les guerres de religion et au
moment de la Fronde dans les deux crises précédentes de absolutisme
interrogation est-ce que la nation implique en effet une conscience
autonome de la société civile par rapport au pouvoir Elle comporte idée de
droits si un royaume est un ensemble de sujets une nation est une collectivité de
citoyens Un est une propriété une nation est un contrat histoire
pour charge en mettre jour les clauses en affirmer imprescribilité et en
vérifier exécution ou en dénoncer abandon Elle se trouve investie en lieu et
place une Providence défaillante une mission générale de vérification des
titres ceux du roi ceux de la nation Faute être dépositaire du contrat originel
elle est une chronologie du despotisme autre manière de dire que la nation
est la liberté
Mais est-elle au juste cette nation Tout le problème est là Car si elle
manifeste très tôt dès 1715 une volonté tapageuse de transformer ses rapports
438 FURET ET OZOUF MABLY ET BOULAINVILLIERS
avec le pouvoir royal la société fran aise ne parvient pas se penser elle-même
comme une collectivité politique
Elle été beaucoup plus que soumise véritablement cassée par la tyrannie
louis quatorzième dont elle exorcise jamais le souvenir Par toute une série de
moyens différents dans leur principe mais convergents par leurs résultats pour
des raisons intellectuelles politiques fiscales le Grand Roi mêlé tous les rangs
La servitude générale la vente ou la renégociation des titres et des privilèges
arbitraire des promotions bureaucratiques ont moins privé la noblesse de son
rôle que de sa définition même Mais tout en la détruisant dans ses principes la
monarchie absolue maintenu et même castine dans ses apparences la
société des ordres le protocole inflexible de la Cour recouvre en réalité un tat et
une société qui ont plus de légitimité commune
Par ailleurs les conditions intellectuelles auxquelles peut être pensée une
nouvelle légitimité se sont modifiées Dès le début du xvine siècle le politique et le
social sont inclus dans le domaine de la pensée critique et la justification
providentielle et organiciste de la hiérarchie sociale ne peut suffire renouveler
un consensus Cette hiérarchie ne va plus de soi est au contraire avec égalité
naturelle des hommes elle doit être rendue compatible est le contrat social
et non plus le dessein de Dieu elle doit révéler et traduire est enfin une
participation au pouvoir une sorte de citoyenneté élémentaire elle doit tout
prix fonder
ces impératifs complexes qui sont la fois sociaux psychologiques et
culturels histoire de France offre le champ immense de ses justifications la
place de Dieu elle est devenue dépositaire du contrat originel des droits des
Fran ais et des secrets du pacte social Elle est désormais instance décisive de
légitimation est elle on demande de répondre la question est-ce que
la nation avec elle que écrivent la fois une théorie du pouvoir une
revendication de citoyenneté et un discours sur inégalité Il est frappant de la
voir sollicitée dans les mêmes termes par des hommes aussi différents que
Boulainvilliers et Mably si souvent opposés comme le tenant de idéologie
nobiliaire au tenant de idéologie démocratique Ce que nous souhaitons montrer
est que les figures ils construisent sont contradictoires mais comparables
obtenues par la manipulation des mêmes données historiques et des mêmes
matériaux conceptuels travers eux nous découvrons au xvine siècle des
histoires identiques peuvent écrire avec des signes contraires pour peu que les
sollicitations du présent les surchargent de significations imprévues
Ce qui dans histoire ils vivent saute aux yeux de Boulainvilliers et de
Mably est avilissement de la liberté politique Fait décisif de époque selon
eux que pourtant obstinent ignorer autour eux les hommes dont la tâche
est de comprendre le présent Ainsi les Intendants ils doivent tracer un tat de la
France et leurs Mémoires qui retentissent des droits de la royauté ne soufflent
mot de ceux des Fran ais Ils ne voient ou ne veulent voir autre principe de
gouvernement que celui un despotisme dans le Prince et ses ministres
indigne Boulainvilliers dès lors résolu les censurer Mably lui afflige de lire
439 ID OLOGIE ET POLITIQUE
histoire du père Daniel De Clovis nous il mène son lecteur
comme il agissait une seule et même monarchie Cette tranquillité est
celle hommes pour qui le présent va de soi mais un présent ainsi vécu est
nécessairement inintelligible Seule insatisfaction du présent donne un sens au
passé
Un présent où tout parle des abus de la royauté despotique des observateurs
qui ne semblent pas même en apercevoir Dans cette double réaction prend
racine pour Boulainvilliers et Mably le besoin de histoire Si semblable chez
celui-ci et celui-là que Mably doit résister aux amis qui souhaiteraient le voir
baptiser ses observations Histoire de notre gouvernement Histoire de
Ancien Gouvernement de la France était un demi-siècle auparavant le titre du
grand ouvrage de Boulainvilliers est dire identique visée des deux hommes
histoire comme réflexion sur les origines du pouvoir comme remède la
fascination du présent
Avouer ce but est évidemment rompre avec histoire providentialiste
Boulainvilliers le fait plus vigoureusement que Mably car pour lui le modèle de
Bossuet tout répulsif il soit un des plus honteux témoignages de
indignité de notre siècle est aussi plus contraignant et plus proche
Boulainvilliers croit encore nécessaire avant entreprendre une uvre
historique de préciser que Dieu pu donner homme la lumière naturelle sans
contrôler usage il en allait faire II abandonné le monde notre dispute
cette ferme déclaration qui affranchit histoire de la métaphysique ouvre
Abrégé Histoire Universelle il rédige vers 1700 pour ses enfants Cinquante
ans plus tard Mably ne jugera plus indispensable ce laissez-passer ce laissez-
penser même comme précaution rhétorique
Il une autre histoire encore de laquelle les détourne la logique même de
leur projet celle des princes pour les princes Conformément la tradition
pourtant Boulainvilliers écrit pour le duc de Bourgogne Mably pour infant de
Parme Mais de cette histoire destination classique ils ne gardent ni le contenu
ni accent Les minuties erudites concernant des rois oisifs et paresseux qui
ont rien fait pour le bonheur des hommes leur paraissent tous deux
superflues Il ne doit avoir aucune trace de flagornerie dans une uvre qui se
veut toute critique Revanche sur le despotisme histoire peut faire passer les
monarques devant son tribunal Mézeray le père Daniel étaient eux pris de
panique lorsque paraissaient papes et rois mais précisément leur pusillanimité en
dit long sur intérêt de leur travail
Avec histoire erudite autre forme histoire dont la tradition leur fournit
le modèle ni Mably ni Boulainvilliers ne souhaitent rompre histoire pour
eux selon la le on de Bayie reste une entreprise de rectification des erreurs mais
cette histoire exigeante avide archives soucieuse de vérification est dans
impérieuse dépendance du présent est ce présent qui préside au tri nécessaire
dans les événements proliférants du passé est en son nom ils renvoient
insignifiance la succession des faits armes et de guerre les caprices et les
préjugés pour ne retenir que essentiel la source de autorité étendue et les
bornes du pouvoir les règles du gouvernement de la France les principes
enfin où tout découlé au détestable présent
Car histoire de Boulainvilliers et de Mably est celle une dégradation elle
raconte comment les principes incontestables se sont usés altérés transfor
més devenir méconnaissables histoire de France est une décadence
440 FURET ET OZOUF MABLY ET BOULAINVILLIERS
Boulainvilliers le dit sa manière empirique et réaliste en excusant quand il
doit par exemple aborder le règne le plus désagréable de histoire de France
celui de Charles VI de devoir arrêter si souvent sur les disgrâces de tat
Mably met accent plus tragique de qui assimile toute histoire une
décadence histoire est un tableau presque continuel de misères de désastres
et de calamités Quel bénéfice tirer un conte aussi noir Chez Mably comme
chez Boulainvilliers vit une croyance un peu intermittente la pédagogie du
malheur
Ce est pourtant pas dans cet enseignement négatif que réside la véritable
utilité de histoire mais dans la mise en évidence une transformation continue
où le passé est constamment présent dans le présent histoire de Mably comme
celle de Boulainvilliers et au rebours de histoire voltairienne procède un vif
sentiment du changement perpétuel Ni un ni autre ne croient la possibilité de
découper dans le flux temporel des époques qui formeraient autant ensembles
fortement individualisés et relativement autonomes Leur histoire qui enchaîne
interminables transformations et montre partout oeuvre la différence est
donc la fois une machine de guerre contre le gouvernement centralisateur et un
remède la pensée centralisatrice et fixiste Sa vertu singulière est autoriser
grâce au caractère bien lié des transformations successives la marche reculons
vers origine
Mettre sous les yeux des Fran ais leur ancien gouvernement est donc
pour Mably comme pour Boulainvilliers le fond même du travail de historien
Ils comptent sur la puissante signification émotive de ce retour aux origines pour
prévenir cette légèreté si commune aux Fran ais qui prête abusivement au
présent la solidité de ce qui toujours été pour guérir la frivolité qui les empêche
de attacher aux idées sur le gouvernement et pour lutter contre leur
prodigieuse capacité oubli Car les Fran ais ne sont coupables que avoir
oublié La sévérité que montrent Mably et Boulainvilliers une nation assez
inconsidérée pour avoir oublié qu elle eu un Charlemagne leur héros
positif et commun se nuance ainsi espoir car oubli ce est pas tout fait
ignorance Même étouffées les anciennes notions de société et ordre ont
moins être inculquées que ranimées histoire est une réminiscence peine a-
t-on alors présenter aux Fran ais une interprétation nouvelle de leur passé Il
suffit de le leur montrer pour que revive leur mémoire Après tant de mémoires
pour une histoire parfaite il agit maintenant écrire des histoires pour une
mémoire parfaite
On voit mieux alors quelle fonction leurs systèmes assignent la description
flatteuse de la barbarie originelle si étrange venant hommes qui tiennent si
visiblement aux lumières de leur siècle Comment les coutumes sans aménité
une gent soudarde battant en armes les forêts germaniques peuvent-elles
constituer la terre natale de la liberté et de égalité Pourquoi Mably et
Boulainvilliers accord avec les germanistes de leur siècle assimilent-ils si
volontiers la barbarie énergie et voient-ils dans la sauvagerie la promesse de
indépendance Dans quel but font-ils de la cruauté même le signe une âme
fière On ne peut comprendre cette tendresse en se référant au besoin de
mesurer les abus du présent Sans cette remontée la sauvagerie primitive de la
nation naissante nul ne pourrait juger le présent tel il est ni être sensible aux
écarts qui séparent de ses traditions historiques la société fran aise Le rude
compagnonnage des Francs le soin jaloux ils ont de leur indépendance servent
441 OLOGIE ET POLITIQUE ID
mettre en évidence la croissance illégitime du despotisme et son cortège de
servilités origine qui introduit une pédagogie comparative est donc un
concept régulateur
Mais qui est objet aucune sacralisation Ni Mably ni Boulainvilliers ne
tiennent les premières lois une nation pour ses lois fondamentales Personne
affirme Mably est assez ignorant pour confondre les unes et les autres Et il
déconsidère la rêverie de âge or les premiers Grecs 10 de Mably ne vivent
pas couronnés de myrte dans la paix gracieuse de la pastorale Eux aussi comme
les Francs marchent déterminés et armés Le roman de origine est ainsi
curieusement teinté de réalisme On le saisit surtout chez Boulainvilliers tenu de
plus court que Mably par la nécessité de légitimer la société ordres il doit bien
admettre que la violence est au principe des distinctions sociales Vicieuse cette
origine est sans aucun doute Le manuscrit Angoulême note que la noblesse
est odieuse si on veut par effroyable violence qui désolé la terre Mais
cette violence ne justifie nullement on cherche par delà son affirmation
remonter une origine innocente et plus primitive Le sentiment il faut bien
arrêter dans la rétrodiction préside certainement ce coup arrêt mais il agit
aussi un réalisme dénué illusions antiquité de origine céda pour lors
avec raison la force majeure une conquête. 11 est pourquoi le mal que se
donnent certains historiens pour camoufler usurpation capétienne paraît
Boulainvilliers proprement burlesque une possession de 700 ans serait-elle un
titre si médiocre 12
Pour atténuer la surprise on ressent trouver chez un homme ce point
représentatif des premières lumières une identification aussi tranquille du droit
au fait il faut se souvenir des lectures assidues il faites de Spinoza
fréquentation un système où le droit de Dieu identifie son pouvoir et où
chaque individu jouit de droits exactement proportionnés sa force prépare
assurément ne pas placer le droit sur le plan des fins idéales Comme la cité
spinoziste la société de Boulainvilliers est la résultante un pur rapport de forces
La description historique est pour lui que la traduction une situation
empirique et laisse en dehors elle toute axiologie Ce réalisme trouve son
expression la plus achevée dans le manuscrit Angoulême II point
réellement de plus véritable noblesse que celle qui est acquise par le droit de
conquête comme il point de plus grande distinction entre les hommes que
celle du vainqueur et du vaincu.
Mably lui ne veut reconnaître aucun droit au vainqueur accord sur état
des Fran ais avant la conquête il refuse en revanche la brutale formule qui lui
paraît résumer histoire originelle telle que écrit Boulainvilliers Tout Fran ais
fut gentilhomme tout Gaulois fut roturier Mais lui non plus est pas certain
on puisse accomplir dans histoire une marche reculons illimitée On ne peut
jamais remonter de histoire la nature Les monuments les plus anciens de
histoire représentent des sociétés déjà dégradées il en faut pas moins
attarder
Mais ce est que pour mieux comprendre et non pour mieux revivre La
tradition est mobilisatrice énergie intellectuelle et morale Mais elle invite pas
la rêverie Aucune nostalgie accompagne la description de origine est que
la vision de chaque siècle équilibre ses avantages etses désavantages si bien que
même la noblesse déchue de Boulainvilliers ne peut tout uniment se plaindre
avoir perdu ce rang supérieur et incommunicable dont elle joui si longtemps
442 ET OZOUF MABLY ET BOULAINVILLIERS FURET
dans les siècles ignorance et de grossièreté et de même il serait indécent de
reprocher perpétuellement au tiers état et la magistrature leur première
condition fou de croire on puisse faire rétrograder au rang de serfs les
députés du tiers absurde de prétendre restaurer égalité turbulente de la horde
pillarde 13 Mably est un peu moins assuré avec un peu de chance en prenant
temps on aurait pu réussir la marche arrière vers origine Parfois il se donne le
plaisir de imaginer épousant les motifs du législateur aux prises avec la réforme
une société qui aurait pas atteint le point où accumulation des vices et des
préjugés devient irréversible et sa description acquiert alors apesanteur de
utopie Je crois voir les citoyens distribués en différentes classes. je vois
partout des magasins publics où sont renfermés les richesses de la République.
Et les magistrats vraiment pères de la patrie. Mais définitivement occasion
de renouer avec la primitivité est passée Les lumières viennent trop tard quand
les moeurs sont corrompues 14
La prévision elle est pas impossible Un déroulement temporel bien lié
engage historien aux horoscopes le mot est de Mably le fait que chaque
époque soit ce point solidaire du passé et prise dans un réseau effets et de
causes qui laisse si peu de place au hasard encourage sans doute la prospective
mais décourage du même coup aussi sûrement que le retour en arrière
espérance du bond en avant Les mutations sociales ne peuvent jamais se faire
tous petits pas tout petit bruit Boulainvilliers se borne souhaiter on
rétablisse les tats généraux en les dotant attributions surtout financières
Mably on fasse revivre sous ce nom les champs de Mars et de Mai Encore le
recours cette pratique oubliée ne donnera-t-il que illusion du changement
si la nation dégénérée est pas en état de profiter de événement La
résonance prophétique prêtée oeuvre de Mably doit beaucoup sa proximité
avec événement révolutionnaire écrits au beau milieu du siècle les Droits et
Devoirs du citoyen paraissent en 1789 Mais il en fait chez Mably pas plus
que chez Boulainvilliers aucun esprit messianique Le présent est pas encore vu
comme le lieu une restauration imminente moins encore une révolution
Ainsi les deux hommes partagent une même conception de histoire Mais ils
ont aussi les mêmes matériaux et une thématique identique Suivre le fil des
temps ce est ni pour Mably ni pour Boulainvilliers retracer les progrès de la
civilisation est retrouver origine perdue de la nation les raisons les étapes de
cette éclipse Seule la thèse germaniste de la conquête leur donne les moyens de
cette enquête car elle seule leur permet arracher histoire nationale la
sujétion de imperium romain elle seule peut faire surgir des forêts de Germanie
ces guerriers porteurs du contrat originel Elle seule fit des Fran ais une nation
libre Tout est dit déjà la fin du xvne siècle avec ce mot-là
histoire est donc dépositaire de la grandeur des origines et du secret des
usurpations elle constitue un système de référence purement immanent qui est
substitué au déroulement du dessein providentiel Mais Boulainvilliers lui fait
tenir un discours sur inégalité exactement inverse de celui de Mably
Pour le comte de Boulainvilliers pourtant ce qui prouve une fois encore
443 ID OLOGIE ET POLITIQUE
quel point il appartient au xviue siècle les hommes sont origine libres et
égaux en droits Le problème de cet intellectuel si féru de son appartenance
nobiliaire est donc de penser et de justifier la hiérarchie Sociale traditionnelle
intérieur un monde culturel qui est déjà celui des Lumières est-à-dire coupé
de toute référence transcendante et pénétré de égalité naturelle des individus
Or est histoire qui est chargée sur le fond de cette égalité naturelle de faire
surgir le fait de inégalité fruit une conquête qui rendu nobles les vainqueurs
ignobles les vaincus Mais Boulainvilliers ne en tient pas là car ce que histoire
fait elle pourrait le défaire est la race qui va assurer la durée ce elle
fondé la distinction originelle des statuts accidentelle tout prendre devient
nécessaire en se reproduisant par le sang Ainsi loin que ce concept de race
soit archaïque il apparaît lié comme suggéré Louis Dumont la naissance de
idéologie egalitaire Il permet en effet de substituer la vieille justification
organiciste de inégalité une argumentation historico-biologique qui est non
seulement compatible avec égalité naturelle mais qui permet de récupérer
égalité intérieur de inégalité les nobles sont différents des supérieurs aux
roturiers mais entre eux ils sont égaux lément fondamental dans la
représentation que Boulainvilliers construit de la noblesse et qui oppose si
fortement Saint-Simon obsédé par la prééminence des ducs et pairs
ses yeux la caste militaire définie par la conquête est une société égaux Il
ne manque jamais de souligner que parmi les libres conquérants venus de
Germanie on ne connaissait point les distinctions de titres hui en
usage Mais cette société egalitaire est aussi une société close si la conquête
donne le rang que le sang perpétue rien autre ne peut le conférer sa place
même pas surtout pas la faveur du roi Boulainvilliers tient donc marquer la
fois la fermeture de la noblesse idée de faire une fois pour toutes inventaire
général des familles nobles du royaume 15 relève de cette ambition et égalité
rigoureuse intérieur de ce groupe fermé
Il dans cette construction qui réinstalle égalité au sein de inégalité un
point très difficile tenir argument de hérédité paraît en effet Boulainvilliers
aussi peu convaincant pour le roi tous les malheurs de tat sont venus de la
monarchie héréditaire que pour le peuple la vertu peut bien paraître dans la
roture elle reste strictement individuelle et ne passe jamais aux enfants en
revanche elle assure incommunicable noblesse privilège que justifient sans
grande rigueur des arguments statistiques la vertu est plus ordinaire dans les
bonnes races que dans les autres une naissance noble est autre part le moyen le
plus commun de faire valoir et honorer la vertu
Par ailleurs deux dangers contradictoires menacent ce curieux arrangement
une part inégalité des statuts pourrait être remise en cause de extérieur il
faut donc opposer la montée du tiers état et de la magistrature autre part
égalité pourrait intérieur même du groupe privilégié être altérée il faut
empêcher au sein de égalité Seconde conquise sur inégalité de nouvelles
inégalités se mettent proliférer La société noble doit donc redouter tout autant
adjonction que la puissance anoblir agrège au groupe des égaux de faux
égaux et la séparation intérieur du groupe égaux apparaissent et se
creusent de nouvelles distinctions Voilà pourquoi Philippe le Bel est le grand
méchant de histoire de France selon Boulainvilliers celui qui le premier est
attribué la puissance anoblir le sang des roturiers et qui par un abus peu près
semblable quoique différent dans espèce créé de nouvelles pairies 16 Il est
444 FURET ET OZOUF MABLY ET BOULAINVILLIERS
significatif que les deux entreprises soient présentées comme identiques relevant
toutes deux de esprit brouillon inséparable du despotisme Philippe le Bel est
doublement coupable pour avoir mis de égalité dans inégalité puisque les
anoblis se sont formés idée être parvenus une véritable égalité et de
inégalité dans égalité en instituant une pairie que rien dans histoire ne
légitime puisque soit pairs soit princes ou seigneurs du sang ils faisaient tous
également corps avec la noblesse dans les Assemblées de tat Le seul
argument qui soit capable de nuancer opposition de Boulainvilliers Saint-
Simon dans la querelle des ducs et pairs est il aucune raison puisque la
facilité acheter des charges ouvre aux moindres bourgeois la porte des
magistratures pour que la faveur des rois ne puisse aussi exercer en faveur de
quelques-uns des Nobles. Reste que les deux démarches sont au regard des
principes également vicieuses
En conséquence que faire ambition de Boulainvilliers est au fond de
construire face apologétique absolutiste un autre modèle de histoire
nationale est la société féodale qui le lui fournit Mais attention Boulain
villiers est pas un féodal au sens que donnera ce mot la philosophie des
Lumières et la Révolution il critique glise et la scolastique la barbarie des
urs ignorance du temps Il salue avec enthousiasme la Renaissance des
lettres et des arts du xvie siècle 17 ce qui est pas une coupure chronologique si
fréquente dans les histoires de France de cette époque et du xvnie siècle en
général
Ce que Boulainvilliers en réalité souhaite redonner une noblesse qui dans
oubli où elle est de son origine ne parvient même plus se définir est le
sentiment de son existence Or elle aurait presque perdu sans avidité de la
roture La passion démesurée éprouve celle-ci pour se mettre la place de
la noblesse par les lettres du Prince entretient encore dans la noblesse le
sentiment de faire un corps avec sa double composante exclusion et égalité
Boulainvilliers rêve un fondement moins extérieur Mais le régime féodal qui le
lui apporte est simplement un idéal type des rapports de la société civile et du roi
de France et comporte deux traits une société fondée sur inégalité des statuts et
égalité intérieur de chaque statut indépendance des nobles par rapport au
roi le primus nter pares
Le problème de Mably est tout différent Il part comme Boulainvilliers une
égalité originelle prise dans une nature qui pas borné les champs Mais il
pas trouver tout prix une légitimité une hiérarchie sociale
métaphysiquement inacceptable car il la juge par surcroît sans fondement
historique véritable est il radicalise la critique de hérédité il ne agit plus
seulement de la contester pour les rois mais pour humanité entière Tant que les
distinctions accordées aux Leudes sont personnelles tout va bien dans histoire
de Mably la noblesse ne se transmet pas par le sang les enfants des nobles
restent dans la classe commune des citoyens il un seul ordre et deux
classes Tout le malheur historique vient de la transformation de ces deux classes
qui se défont et se recomposent sans cesse au gré des compétences et des vertus
personnelles en ordres fixes le héros négatif de Mably ce est pas Philippe le
Bel mais Clotaire II pour avoir avec hérédité des bénéfices introduit un ordre
privilégié dans la nation
La naissance de cet ordre dès lors ennemi mortel de égalité ne serait-ce
que par la fascination il exerce sur le tiers il empêche de accepter comme
445 ID OLOGIE ET POLITIQUE
corps on note ici exact retournement de la thèse de Boulainvilliers Mably le
fixe donc une époque encore primitive Mais essentiel pour lui est de
démontrer que la noblesse pas toujours existé et de retirer en conséquence au
privilège le prestige de origine point si capital il hésite pas pour établir
contester autorité de Montesquieu et appeler la rescousse une seule
fois il est vrai les raisons du camp adverse celui de abbé Dubos Je
imagine pas que Monsieur le président de Montesquieu croie que les nations
aient pu commencer par avoir des gentilshommes Aux origines de la nation
donc Mably ne trouve pas trace de la féodalité politique Dans les matériaux il
emprunte aux germanistes ce qui compte est arrangement de Ancien
Gouvernement un roi plus capitaine que monarque commandant des soldats
bien plus des sujets un pouvoir exécutif collégial exercent en conseil roi
et notables un pouvoir législatif aux mains une assemblée générale le Champ
de Mars là est essentiel du système de Mably
Il faut ajouter une vision de la conquête empruntée Montesquieu mi-
chemin de idylle absurde imaginée par Dubos entre Gaulois et Romains et de la
séparation étanche voulue par Boulainvilliers chez Mably comme chez
Montesquieu les vaincus libérés de imperium romain se rallient leur
vainqueur Ralliement que Mably voit moins comme effet de habitude que
comme celui un choix volontaire conscient et public une déclaration
solennelle un serment ce prix la déclaration de renoncer la loi romaine
un Gaulois commence jouir des mêmes prérogatives obtient les mêmes
compositions enfin est évidemment le triomphe de assimilation entre
dans les champs de Mars
Ainsi inégalité est-elle doublement discréditée chez Mably elle est ni le
fruit de la race puisque contrairement Montesquieu il admet pas de
noblesse tranque originelle ni le fruit de la conquête puisque contrairement
Boulainvilliers il établit la fusion des vainqueurs et des vaincus elle est une
perversion le premier une longue chaîne de vices Elle entraîne la
croissance des richesses particulières la perte du goût de la liberté et de loin le
pire une assiduité intermittente aux champs de Mars On ne peut donc aux
yeux de Mably bâtir que sur égalité
Encore faut-il comprendre ce est au juste cette égalité Pas plus que chez
Boulainvilliers il ne agit une égalité de confusion dont le modèle est une fois
de plus le despotisme Plus on approche du despotisme plus les rangs le
confondent18 De Boulainvilliers Mably fort aussi de autorité de
Montesquieu hérite image un despotisme presbyte qui voit les objets de trop
loin et de trop haut pour apercevoir en eux quelque différence Mais il ne agit
pas non plus une égalité mortelle la dépendance car ce est en Turquie
ou dans autre tat despotique on peut croire que la subordination
nécessaire dans la société soit incompatible avec égalité 19
Cette fois est donc inégalité il faut récupérer au sein de égalité et
Mably emploie En réalité il suffit de quelques aménagements pour rendre
inégalité tolerable Peut-on maintenir inégalité des fortunes exemple suisse
montre que des lois somptuaires judicieuses parviennent en empêcher la
prolifération anarchique Peut-on accommoder de inégalité des pouvoirs Oui
si on la fonde sur les compétences est-à-dire si on revendique le pouvoir moins
comme souverain que comme magistrat On peut donc il est pas
possible de revenir égalité primitive tout garder de inégalité des statuts
446

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.